Précédent   Buzz Comics, le forum comics qui tease mais ne spoile pas ;) > > Critiques > Critiques VO et VF des forumers

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #46  
Vieux 22/08/2007, 19h02
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Citation:
Posté par C'étaitSaSecrétaire
Voir le message
C'est plus : "un unique spectateur (Bryan Talbot) va voir un spectacle au Sunderland Empire ou un acteur seul sur scène (Bryan Talbot) lui narre de multiples anecdotes sur l'histoire de la région, dont certaines relatées par ou impliquant un certain Bryan Talbot."
Haaa, une réaction.

C'est tellement bien dit que j'éditerais presque mais non.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #47  
Vieux 22/08/2007, 21h04
Avatar de Zen arcade
Zen arcade Zen arcade est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 6 844
Zen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantiumZen arcade a un string en adamantium
Citation:
Posté par Mr Gumby
Haaa, une réaction.
Ah ben, ça tombe bien, alors que mon exemplaire m'attendait chaudement depuis quelques mois dans mon casier chez Forbidden zone, je l'en ai extirpé pas plus tard que tout à l'heure.
Belle bête que cet Alice in Sunderland... Je suis impatient de voir ce qu'elle a vraiment dans le bide.
__________________
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - Arbre de fumée
Réponse avec citation
  #48  
Vieux 01/09/2007, 15h27
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve

«- Les enfants, regardez moi ce beau hardcover que je vous amène aujourd'hui.
- Booh, qu'est ce que c'est que ce rose fluo en couverture. Ça date des années 80 ?
- Whoa l'autre, il nous ramène l'adaptation BD de flashdance !!
- Mais non regardez l'intérieur est en noir et blanc.
- Mouarf, en fait c'est une BD des frères Lumière.
- La loose !
- Grmbl, Sales mômes. »


Ne l'ayant pas vu mentionné dans ces colonnes (néanmoins ma vue est très mauvaise), je me permets de vous toucher un mot de Silverfish le graphic novel de david lapham paru en juin 2007 chez Vertigo.


Malgré le rose fluo sus-nommé l'objet présente plutôt bien avec son format presque carré et son bon gros paquet de 160 pages. Le livre fait partie de la nouvelle collection de Graphic novel initiée avec the originals de Gibbons et le Sloth de Beto.

Quand Mia s'amuse à fouiller les affaires de Suzanne, sa toute récente belle mère, elle ne se doute pas que par un simple coup de fil, elle va se jeter tout droit dans la gueule de l'effroyable Daniel, un psychopathe pur jus persuadé d'avoir les poissons démoniaques du titre logés dans son oreille...

Après quelques détours par les héros en collants, l'auteur de Stray bullets et murder me dead retourne vers des ambiances plus polaresques. Pourtant même si le terrain est connu, le ton est légèrement différent. Plus que le polar hardcore, plus noir que noir, des opus que je viens de citer, on se retrouve plutôt pris dans un récit hitchcockien à la mécanique implacable et haletante. Le récit profite pleinement du format avec un rythme crescendo qui page après page, vous pousse à dévorer le tout en une lecture compulsive et frénétique.



Graphiquement, malgré une colorisation en grisé parfois un peu agaçante, Lapham a quand même bien évolué. Les cinq premières pages sont incroyables d'intensité et on cesse de compter les fulgurances de certaines cases tant elles sont nombreuses. La narration est rythmée de main de maître et l'accélération finale va vous laisser à genou.

Malgré des thèmes familiers à l'auteur (la violence, l'adolescente) on trouve donc ici une variation plus suspense que pur « shocker prenant aux tripes ». C'est une peu déconcertant mais finalement ça apporte un peu d'air frais dans le style « récit criminel » qui va si bien à David Lapham.

Le paragraphe précédent contient trop de guillemets pour être honnête.

ça coûte 24,99 de les dollars des gens qui habitent dans le même pays que Karl Rove.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #49  
Vieux 09/09/2007, 13h44
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
je me sens un peu seul sur le précédent post.


« - BON_JOUR LES EN_FANTS
- Mais enfin tonton Gumby, qu'est ce tu fous enveloppé dans du papier alu ?
- CE N'EST PAS DE L'A_LU_MI_NI_UM, C'EST MA PEAU.
- Hein !!
- OUI LES EN_FANTS, JE SUIS UN RO_BOT.
- Ho non, il a encore bu son après-rasage.
- Par pitié, arrête de parler comme ça.
- MAIS C'EST MA VOIX NOR_MA_LE. C'EST MON IN_TER_FA_CE VO_CA_LE.
- C'est port nawak. Tu es ridicule.
- JE SUIS UN RO_BOT. JE SUIS UN RO_BOT. HA HA HA »


Cette intro est honteusement pompée sur les merveilleusement idiots et gallois de Goldie Looking Chain. Bises à eux.

Chez Image des fois, ils sortent des drôles de trucs. Ce n'est franchement pas pour me déplaire. Prenons par exemple, les deux volumes de 24SEVEN. Ce sont des anthologies au principe un peu étrange : imaginer des petites histoires ayant lieu dans un New York alternatif où les humains seraient remplacés par des androïdes.
J'ai découvert a posteriori que c'est en fait le prolongement des NYC mech projet au principe identique initié par Ivan Brandon. Si quelqu'un les a lu dans ce forum, je l'invite cordialement à s'exprimer.

Ces deux volumes sont beaux (couvertures respectivement d'Adam Hugues et Ashley Wood quand même) et gros (225 et 200 pages).
Pour vous appâter, je vous balance dans le désordre les noms des artistes les plus connus ayant participé : Matt Fraction, John Ney Rieber, les frangins Fàbio Moon et Gabriel Bà, Farel Dalrymple, Alex Maleev, Ben Templesmith, Danijel Zezelj, Jim Mahfood, Becky Cloonan, Gene Ha, Michael Avon Oeming, Eduardo Risso, Dave Johnson et j'en passe.
Du beau monde donc et plein de petits jeunes à découvrir.

Avec 35 et 36 histoires par volume, il y en a pour tout les goûts graphiquement comme au niveau des histoires. Malgré (ou grâce ?) au cadre de base, je trouve très plaisant de constater une grande variété et une richesse de thèmes abordés. C'est écrit Sci Fi/noir, derrière mais en fait ça nous réserve plein de petites surprises fort bien venues. Humour, expérimentation, romantisme, voire truc totalement inclassable, tout y passe. C'est d'ailleurs fort amusant de voir comment les auteurs jouent avec le principe. Il y a ceux qui le respectent à le lettre, ceux qui s'en moquent, ceux qui s'en foutent et qui racontent leur truc en y collant des robots sans que cela influe un tant soit peu sur le récit.



Qu'est ce qui fait qu'une anthologie nous plaît ? Avant relecture, je me disais que j'avais globalement apprécié les deux volumes avec une petite préférence pour le premier.
J'ai eu envie de creuser un peu et de de relire les deux opus en m'astreignant à un petit exercice. Pour chaque histoire/pin up, j'ai noté si l'aspect graphique (dessin/ narration/ mise en page) me plaisait ou non et j'ai fait pareil pour l'histoire/thème/ambiance.
Ça donne ceci :

Volume 1 (35 histoires) :
graphisme : : 27 / : 8
scénarii : : 26 / : 9

Volume 2 (36 histoires) :
graphisme : : 29 / : 7
scénarii : : 23 / : 13

On notera :
- que j'ai vraiment du temps à perdre;
- une très belle tenue globale des deux BD sur l'ensemble;
- une petite faiblesse sur l'écriture dans le second volume qui confirme l'impression générale;
- que j'aurai faire quand même un peu plus fin sur la notation.

Deux volumes plutôt conseillés aux amateurs de mécaniques et de coq à l'âne qui sont trouvables aux alentours de 20 $.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7

Dernière modification par Mr Gumby ; 10/09/2007 à 18h41.
Réponse avec citation
  #50  
Vieux 09/09/2007, 15h15
Avatar de Mycroft
Mycroft Mycroft est déconnecté
Légende urbaine ...
-Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Le Mans
Messages: 7 200
Mycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma FrostMycroft se tape Emma Frost
Citation:
Posté par Mr Gumby
Voir le message
je me sens un peu seul sur le précédent post.
Comme moi dans les indés Vf, ou les critiques de back issues.

Heureusement que des gens votent.
__________________
Rétrospective Captain Marcel sur mon blog

Marcel Duo : Le Sage et l'Impétueux : Sergent Marcel et Adam Space contre ... Djokessada ?!?, avec Tandhruil.

Sergent Marcel : Rapports non protégés : une BD cosmique avec Satanispunkrocker
Réponse avec citation
  #51  
Vieux 09/09/2007, 18h40
Avatar de C'étaitSaSecrétaire
C'étaitSaSecrétaire C'étaitSaSecrétaire est déconnecté
te touche doucement.
 
Date d'inscription: février 2004
Localisation: Danny the Street.
Messages: 2 088
C'étaitSaSecrétaire change la caisse du Fauve
Pas chopé le premier, mais j'ai commencé le second.
C'est beau, putain.
Le genre de truc à ouvrir quand on a besoin de se réconcilier avec le medium.
__________________
Achète mon âme !

"Today a young man on acid realised that all matter is merely energy condensed to a slow vabration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream and we are the imagination of ourselves. Here's Tom with the weather!"
Réponse avec citation
  #52  
Vieux 10/09/2007, 14h07
Avatar de gillesC
gillesC gillesC est déconnecté
Kennedy outillé
 
Date d'inscription: octobre 2003
Localisation: Son Pellier.
Messages: 48 104
gillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugby
Exactement.

Et merci Mr Gumby, la couv de Silverfish m'ayant fait bêtement oublier de le lire jusqu'ici..
Réponse avec citation
  #53  
Vieux 10/09/2007, 14h24
Avatar de Virgule
Virgule Virgule est déconnecté
Soyouz
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: janvier 2004
Localisation: Reading Brothel in Rosenstrasse
Messages: 17 545
Virgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec LéonVirgule mange des moules avec Léon
je préfère sensiblment le second au premier... les histoires sont plus touchantes.
__________________
On débarrasse HERE ! nouveau déstockage Juin 2018!

My new Blog !

Mes critiques après tout le monde ! 600éme !!!
TPB Waiter
Réponse avec citation
  #54  
Vieux 13/10/2007, 18h46
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
« - Tremblez vermines des ténèbres devant la magnificence de Thart Gudul, l'épée de lumière !!
Heu, tonton, pose ce couteau à pain, s'il te plaît.
Et puis descends doucement de la table par pitié.
Ha, ha, gobelins infâmes, sachez que l'amulette que m'a offerte la prêtresse Pétassula après cette folle nuit me protège de vos maléfices.
Putain ressors ses figurines et mets lui le seigneur des anneaux qu'on soit un peu peinards.»




Aujourd'hui tiens j'ai envie de revenir sur un truc connu comme le loup blanc et dont on a sûrement déjà parlé par là mais tant pis.


Sorti en 1990 chez Marvel epic et repris dans la foulée dans une VF agrandie mais pas si vilaine que ça chez Zenda les quatre numéros du cycle des épées sont l'adaptation des romans du même nom de Fritz Leiber qui ont fait les délices de ma pré-adolescence entre un Stephen King et un Lovecraft. J'adorais l'humour et l'ambiance bizarre qui pimentaient les aventures médiévalo-fantastiques et très malhonnêtes du souricier gris et de son barbaresque pote Fafhrd.

C'est Howard Chaykin qui se coltine l'adaptation de cinq de ses aventures et il s'en sort fort bien. L'humour est très bien respecté et l'on retrouve même la narration un peu sautillante des nouvelles. L'élément principal du récit : l'amitié entre deux héros aux personnalités attachantes est parfaitement conservé. Les dialogues sont un des points forts de Chaykin et cela lui est ici fort utile car même quand ils se bastonnent, les deux compères cessent rarement de causer.



Aux dessins, Mike Mignola encré par Al Williamson fait des merveilles et il apporte la petite touche macabre qui participe beaucoup au charme de ces histoires. Les rues de la lugubre Lankhmar sont splendides et les compositions sont hyper dynamiques. A l'époque j'avais été fasciné par ces ombres incroyable et l'économie de détails. J'en ai passé des après-midis à essayer en vain de reproduire sur des feuilles à carreaux le style Mignola.
Ce qui est rigolo c'est que quand on compare le Mignola de 1991 à celui de la couverture réalisée en 2007 pour le recueil de [G]Dark Horse[/G], il y a un monde qui sépare ces deux univers graphiques. L'épure et la géométrisation du trait sont impressionnants. Et pourtant le Mignola « à l'ancienne » conserve pour moi un charme nostalgique imparable.


Je les ai lu dix mille fois ces cinq petites histoires mais je les aime toujours autant. Le fort joli recueil cartonné sorti chez Delcourt cet été rend justice à cette oeuvre totalement mineure mais follement attachante.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7

Dernière modification par Mr Gumby ; 14/10/2007 à 21h39.
Réponse avec citation
  #55  
Vieux 14/10/2007, 22h39
Avatar de Jupiter Jazz
Jupiter Jazz Jupiter Jazz est déconnecté
The Real Folk Blues
 
Date d'inscription: juillet 2007
Localisation: Serenity
Messages: 1 824
Jupiter Jazz change la caisse du Fauve

J'ai beaucoup aimé cet ouvrage. On se sent transporté dans le monde de ces deux acolytes au phrasé piquant et aux aventures magnifiquement mises en pages. Une très bonne surprise
__________________
Burn the land and boil the sea, but you can't take the sky from me.

Mes ventes v.o: http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=27439
Réponse avec citation
  #56  
Vieux 21/10/2007, 14h35
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve



Grâce à la chronique enthousiaste d'un talentueux internaute, le premier volume en VF des travaux autobiographiques d'Eddie Campbell intitulé Alec : la bande du King Cahute a été un succès éditorial massif que même Jean Pierre Pernaud a été obligé de saluer. Rupture de stock, bagarres à répétition se terminant par la mobilisation de l'armée et la mise sous couvre feu des boutiques spécialisées...

Mouaif, on peut rêver.

Du coup, les éditions ça et là persiste et publie en ce foisonnant mois d'octobre, le second volume (sur quatre) d'Alec l'alter ego de l'auteur. Malgré une couverture franchement ratée, on ne peut que saluer cette sympathique initiative tant dans sa version originale le langage si particulier de Campbell reste réservé aux rosbifophones avertis. Surtout qu'en plus la traduction de Jean-Paul Pennequin est tout à fait remarquable.


Ce livre trapu recueille trois récits avec une chronologie assez complexe mais très bien expliquée dans l'intro du traducteur alors lisez là.

Le premier et long récit est la pièce maîtresse du recueil. Graffiti kitchen est la suite directe des événements de la bande du King cahute et c'est tout simplement la plus touchante des histoires d'amour que j'ai pu lire en bande dessinée.
La grande beauté du truc c'est d'éviter courageusement tous les clichés du genre. Malgré un humour bienvenu, le ton est rude, voir parfois foncièrement déprimant mais j'ai ressenti une profonde et douloureuse honnêteté à sa lecture.
La narration est très construite. L'histoire est dessinée une dizaine d'année après les événements et cela se sent dans la précision de la narration. Cependant le récit garde une spontanéité et une fraîcheur étonnante. Il y a une liberté de ton et ces petits flottements magiques qui tende le récit et font que cela se lit d'une traite.
Avec cette BD, Campbell touche à la perfection narrative et à une richesse thématique impressionnante. Le genre de BD que l'on de suite envie de relire et que l'on finit par ranger en se disant « toi, je te garde à portée de main ».

Comme je suis d'humeur partageuse, voici un petit extrait de cette splendeur.

Après ça, le reste, malgré des qualités indéniables, souffre un peu de la comparaison. La seconde partie la petite Italie (little Italy) est une suite de courtes BD réalisées en 1986 alors que Campbell va vivre en Australie pour suivre la femme de sa vie. Le ton est plus apaisé et les plaisirs variés. Anecdotes sur le pays ou sur son beau père se mélangent avec des petits épisodes de sa vie de famille.

Le recueil se conclue sur une seconde séries d'histoires dessinées entre 91 et 93 : la danse de la vivie et de la mort (the dance of lifey and death).
C'est le prolongement logique du travail précédent. On y trouve des récits plus long (un tour du monde en 80 cases), les filles Campbell, un collectionneur pathologique et pleins de bonnes bouteilles de vin.

C'est très plaisant mais tout de même un cran au dessous du précédent. Pas facile de passer après un chef d'oeuvre.

Et tout ça ma bonne dame pour 15 malheureux euros. Alors qu'attendez vous !!
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #57  
Vieux 22/10/2007, 14h41
Avatar de gillesC
gillesC gillesC est déconnecté
Kennedy outillé
 
Date d'inscription: octobre 2003
Localisation: Son Pellier.
Messages: 48 104
gillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugbygillesC prend Sasquatch au rugby
Ah oui, j'ai du ramer comme un malade pour vendre ... 3 Complete Alec.

Quand tu vois les bouzes qu'achètent les lecteurs d'indés français et qu'ils ne veulent pas ce ce chef-d'oeuvre absolu de poésie.. passequec'estmaaaalldessiné.
Réponse avec citation
  #58  
Vieux 28/10/2007, 14h24
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Gilles, tu fais un beau métier. Tu ne voudrais pas qu'il soit facile en plus !




Ce texte est dédié à tous les maladroits de la vie en général et de l'amour en particulier.

C'est moi, ou il y a une ambiance un peu tristoune sur ce forum en ce moment ? Bon je ne suis pas sur que je vais arranger les choses avec ça.


Surfant sur la vague « amours autobiographiques » qui domine les ventes US actuellement, je vous propose aujourd'hui de nous pencher sur la toute récente traduction dans la langue de Brice Hortefeux du second volet de la trilogie romantique de Jeffrey Brown : Unlikely.


Trouve les 7 erreurs entre la VO chez Top Shelf et la VF chez Ego comme X.

La première partie intitulée Clumsy était déjà épatante et ce second tome est largement à la hauteur voir même meilleur. Jeffrey le sensible effectue un petit retour dans le temps et nous narre rien de moins que son premier amour. Le moins que l'on puisse dire c'est qu'il ne commence pas par du facile. Entre Alison la blasée du sexe et des drogues et Jeffrey le puceau de 24 ans, le fossé est énorme.
C'est un des enjeux de cette relation mais Brown ne se limite pas à ça et parvient à nouveau à atteindre un niveau de sensibilité et d'honnêteté déconcertant. Les hésitations, les frémissements, les bonheurs et les doutes qui s'immiscent sont encore une fois décrits avec simplicité et brio.

On retrouve le somptueux mais discret découpage en petits chapitres où le titre tient une place capitale. Ça n'a l'air de rien et en fait c'est totalement brillant. Il y a aussi toujours ce dessin formidable qui par son apparente maladresse renforce encore l'impact émotionnel de l'oeuvre.

J'aime beaucoup le côté brut, simple et sincère de cette oeuvre. Pas d'envolées lyriques ou d'effets de manche graphiques ou narratifs, juste une suite de petites bulles à l'apparence anodine qui, petit à petit, l'air de rien, vous touchent à la tête et au coeur.

Les gens beaux d'Ego comme X continuent de faire un travail épatant. L'édition est splendide avec un papier qu'on en mangerait et une couverture grenadine du plus bel effet.
Ça coûte 24€ pour 256 pages. C'est beaucoup et peu à la fois.

On peut trouver des extraits par là.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #59  
Vieux 11/11/2007, 17h54
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve

Bon, l'amour ça va un moment mais il ne faut pas oublier des choses aussi essentielles que l'hypertrophie musculaire et la campagne profonde. C'est pourquoi je vous propose un petit doublée que j'intitulerai « brutes des champs ».


Dans un crescendo totalement calculé, je vais commencer par l'actualité puisqu'il semblerait bien qu'après moultes reports soit enfin publiée une traduction de Freaks of the heartland.


Cette mini série en 6 épisodes est parue chez Dark Horse début 2004 et a été regroupée dans un fort joli TPB en juillet 2005. ça doit sortir chez SEMIC/Carabas mais j'attends de le voir pour y croire.

Steve Niles, le spécialiste de l'horreur gore et inventive (30 days of night, Criminal Macabre) est au scénario et c'est Greg Ruth (Conan) qui peint ça fort joliment.

La BD s'ouvre sur de splendides pages où un enfant joue seul en pleine cambrousse. La nature est belle et inquiétante comme dans les films de Terrence Mallick. Le dénommé Trevor finit par rentrer dans la ferme familiale où nous assistons à un repas tendu mené par un père plus qu'autoritaire. Le récit bascule ensuite vers l'étrange quand Trevor doit aller nourrir son monstrueux « petit » frère enfermé dans la grange.



Le premier plaisir que me procure cette BD est d'abord graphique. Je ne suis pas un grand fan des BD peintes mais là il faut avouer que le travail est très réussi. Ruth est aussi à l'aise dans ces cadres larges que quand il s'approche au plus près des personnages. La narration est rythmée par de belles séquences muettes et l'utilisation des splash pages est toujours judicieuse. L'ambiance très particulière qui se dégage de ces pages est un vrai bonheur.

Surtout que Niles est lui aussi plutôt inspiré sur le coup. Moins grand guignol que d'habitude, son histoire réussit à dépasser l'idée centrale qui structure le récit pour se construire surtout autour de la relation entre les deux frangins. Quand à l'horreur, elle ne surgira pas forcément de là où on l'attend.
Steve Niles s'éloigne un peu de ses trasheries habituelles pour fricoter avec des ambiances plus proches de « la nuit du chasseur » ou de « badlands » et c'est très rafraîchissant.

Bon tout n'est pas parfait et je trouve qu'il y a parfois des différences de qualités un peu trop flagrantes entre les séquences et que les dialogues des personnage sonnent parfois un peu faux (notamment Trevor) mais cela ne gâche absolument pas le plaisir que cette histoire singulière pourra vous procurer.


P.S. : En fait tout ça c'est un amuse gueule pour vous parler ensuite d'une merveille bédéphilique sur un thème très proche.
Celui qui trouve de quelle BD je vais parler gagne un bisou.
Indice : c'est une chef d'oeuvre.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #60  
Vieux 13/11/2007, 10h07
Avatar de Fix
Fix Fix est déconnecté
absent
 
Date d'inscription: mai 2005
Localisation: à la maison
Messages: 1 369
Fix change la caisse du Fauve
juste pour dire: continue Oncle Gumby.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 02h24.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !