Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Retro - Hall of Heroes > Archives des GenSen

Discussion fermée
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 02/04/2005, 09h14
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve
Marvel Les parutions vf : Strange



Strange n°181
Janvier 1985



L’INVINCIBLE IRON MAN : UN TRESOR AUX COULEURS ROUGE ET OR
(This Treasure of red and gold, in Iron Man v.1 #175, octobre 1983, 22 pages).

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Une course s’engage entre Iron Man, Nick Fury et Krang pour récupérer les armures de Stark abandonnées dans l’océan.

Après s’être affrontés durant quelques pages, Fury et Iron Man vont s’allier pour empêcher Krang de récupérer le butin. Avec l’aide de Morley Erwin, Iron Man finira par incinérer les armures.


Commentaire :

Une idée intéressante parfaitement gâchée. Le duel entre Iron Man et le S.H.I.E.L.D. tourne au pugilat sans intérêt, et ce n’est pas l’arrivée de Krang et ses sbires qui va relever le niveau.


A noter :

Krang avait déjà affronté Iron Man dans Tales of Suspense #79 (juillet 1966, trad. in Strange Spécial Origines n°166bis, octobre 1983). Leur route se croisera à nouveau dans Iron Man Annual #10 (1989, non traduit). Dans les deux cas c’est Tony Stark qui revêtait l’armure.

Tony Stark n’apparaît pas dans cet épisode.


Casting :

Iron Man/James ‘Rhodey’ Rhodes

Nick Fury

Krang

Morley Erwin, Clytemnestra Erwin.




L’HOMME ARAIGNEE : ET REVOILA LE VAUTOUR !
(Let fly these aged Wings !, in Amazing Spider-Man v.1 #224, janvier 1982, 22 pages).

Scénario : Roger Stern.
Dessin : John Romita Jr.
Encrage : Pablo Marcos.
Couverture : John Romita Jr. & Bob Layton.

Résumé :

Après sa dernière défaite contre l’Araignée, le Vautour semble fini. Mais une rencontre à l’hôpital où il est soigné va tout changer : Nathan Lubensky, l’ami de tante May, lui redonne confiance en lui. Il va rapidement se bricoler une paire d’ailes mécaniques et s’enfuir.

Le Vautour se lance dans une série de cambriolages qui va attirer l’attention de l’Araignée. Mais c’est bien involontairement qu’il va le retrouver, en rendant visite à tante May. Le Vautour s’est pris d’amitié pour Lubensky avec lequel il joue au poker. Craignant d’avoir été découvert, il kidnappe Peter Parker, et doit évidemment faire face à l’Araignée. Pour s’enfuir, le Vautour prend en otage Nathan Lubensky, mais ne peut se résoudre à lui faire du mal. Il parvient néanmoins à s’enfuir.


Commentaire :

Arrivée du scénariste Roger Stern sur le titre, qui va enfin redevenir intéressant à lire. Certes, ce premier épisode est gentiment anodin, et le Vautour fait ici presque peine à voir, mais le meilleur est à venir.


A noter :

Le dernier affrontement entre l’Araignée et le Vautour a eu lieu dans Spectacular Spider-Man #44-45 (juillet-août 1980, trad. in Nova n°42-43, juillet-août 1981).


Casting :

L’Homme-Araignée (Spider-Man)

Le Vautour (Vulture)

May Parker, Nathan Lubensky.

J. Jonah Jameson, Lance Bannon, Joe Robertson.




L’INTREPIDE DAREDEVIL : ELLE EST VIVANTE ! (19 pages).
(She’s alive, in Daredevil v.1 #182, mai 1982).

Scénario et dessin : Frank Miller.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : Frank Miller & Klaus Janson.

Résumé :

Matt Murdock refuse de croire qu’Elektra est morte. Il croit à un complot du Caïd. Menaçant de sombrer dans la folie, il va jusqu’à exhumer son cercueil, pour finalement se rendre à l’évidence : Elektra est morte.

Pendant ce temps, un agent des stups propose à Frank Castle de le faire évader de prison s’il l’aide à intercepter un convoi de drogues. Le Punisseur mène la mission à bien, puis parvient à disparaître dans la nature.


Commentaire :

Epilogue (momentané) de la saga d’Elektra, cet épisode offre un portrait fascinant de Matt Murdock, au bord de la folie.

C’est également une des premières utilisations vraiment intéressantes du personnage du Punisseur, à une époque où ses apparitions étaient encore rares.


A noter :

Les deux épisodes suivants de la série ne paraîtront pas dans Strange. Il faudra attendre 1989 et l’album Jeu d’Enfants (Super-Héros n°21, juin 1989, Comics USA) pour découvrir en vf l’affrontement Daredevil/Punisher.


Casting :

Daredevil.

Le Punisseur (Punisher)

Le Caïd.

Foggy Nelson, Debby Harris, Heather Glenn.

Turk, Grotto.




LA DIVISION ALPHA : LES OMBRES DU PASSE (17 pages)
(Shadows of the past, in Alpha Flight #2, septembre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

Lors d’un entraînement de routine, un drame a lieu : prise de convulsions, Marina éventre Puck, avant de s’enfuir. Son instinct la conduit vers le nord et elle entre dans un lieu étrange où l’attend un personnage non moins mystérieux : le Maître.


Commentaire :

Judicieux choix de la part de Byrne que de centrer ce premier arc sur la nouvelle recrue du groupe. Il en profite pour lui donner un passé, qu’il va développer par la suite.


A noter :

Première apparition du Maître, qu’on retrouvera à plusieurs reprises tout au long de la carrière de la Division Alpha.


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Vindicator, Aurora, Véga (Northstar), Sasquatch, Shaman, Harfang (Snowbird), Puck, Marina.

Le Maître (Master).

Flashback (p.12-14) : Tom Smallwood, Gladys Smallwood, Dan Smallwood.


LA DIVISION ALPHA : AU DEBUT… (5 pages)
(In the Beginning..., in Alpha Flight #2, septembre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Apprenant que Jerry Jaxon a vendu ses travaux à l’armée américaine, James Hudson décident de reprendre l’armure qu’il a mise au point et de détruire ses plans.

A noter :

Première d’une série de back-ups s’intéressant aux origines de la Division Alpha.

Première apparition de Jerry Jaxon.


Casting :

James Hudson, Heather McNeil, Jerry Jaxon.

Dernière modification par Niglo ; 30/04/2006 à 22h44.
  #2  
Vieux 02/04/2005, 09h37
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Strange n°182
Février 1985



L’INVINCIBLE IRON MAN : EPAVES (22 pages).
(Turf, in Iron Man v.1 #176, novembre1983).

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Après avoir donné sa démission à Obadiah Stane, Iron Man retourne à la Forteresse de la Consoeurie d’Ishtar, où il veut enquêter sur le ‘Tourbillon’ qui se trouve dans ses fondations. En compagnie de Friska, une médium, il se rend sur place et découvre que le Tourbillon est une créature extraterrestre chargé de protéger une porte inter-dimensionnelle. Il l’aide à vaincre le vaisseau qui l’attaque, et le Tourbillon disparaît aussitôt.

Pendant ce temps, Tony Stark vient en aide à Bernie Tolliver, un clochard agressé par une bande de jeunes. Ils partagent leur alcool et passent la nuit sous un carton pour se protéger de la pluie.


Commentaire :

Un nouvel épisode dont on cherche vainement l’intérêt. Le retour d’Iron Man chez les sœurs d’Ishtar n’a pas franchement de logique (le Tourbillon était sommairement évoqué dans Strange n°179, mais rien ne laissait supposer qu’il s’agissait d’un alien) et la scène est confuse au possible. Au final on ne saura à peu près rien du rôle du Tourbillon et de l’enjeu de son combat. Tout ça pour rien.

La partie mettant en scène Tony Stark est un peu plus intéressante grâce au personnage de Bernie Tolliver, clochard alcoolique comme lui, mais qui pourtant n’a pas perdu espoir de retrouver un jour une vie normale.


A noter :

James Rhodes et Morley Erwin remettent officiellement leur démission à Obadiah Stane.

Les membres de la Consoeurie d’Ishtar sont apparues précédemment dans Iron Man #173 (août 1983, trad. in Strange n°179, novembre 1984).


Casting :

Tony Stark, Iron Man /James Rhodes.

Morley Erwin, Bernie Tolliver

Obadiah Stane.

Friska, la Consoeurie d’Ishtar.

Le Tourbillon.




L’HOMME ARAIGNEE : CHASSE AUX FOUS (20 pages sur 21).
(Fools… like us !, in Amazing Spider-Man v.1 #225, février 1982).

Scénario : Roger Stern.
Dessin : John Romita Jr.
Encrage : Bob Wiacek.
Couverture : John Romita Jr. & Frank Giacoia.

Résumé :

Foolhunter est de retour. Après avoir éliminé deux agents du F.B.I. qui enquêtaient sur lui, il s’attaque au responsable de l’administration du campus d’Empire State University, Harvey McNamara. Seule l’intervention de l’Araignée sauve le greffier.

Le lendemain, lors d’une discussion anodine, Peter Parker réalise que Foolhunter est l’un de ses élèves, Greg Salinger. Il le retrouve au moment où il s’apprête à exécuter les employés de la poste du campus, qui n’ont pas distribués une lettre qu’il avait envoyé. Foolhunter s’enfuit, et croise une clocharde qui lui dit qu’il faut être fou pour s’attaquer à l’Araignée. Convaincu de sa folie, Foolhunter choisit logiquement de se suicider, ce que l’Araignée parvient in extremis à l’empêcher de faire. Il le remet ensuite à la police.


Commentaire :

Foolhunter est un malade mental dont la mission est d’éliminer tous les fous qu’il croise. Stern le dépeint comme un fou furieux, et sa tentative de suicide finale est dans ce contexte tout à fait logique. Ca ne fait pas de cet épisode une grande réussite, le récit étant cousu de fil blanc.


A noter :

Greg Salinger est le deuxième à porter le costume du Foolhunter. Il est apparu précédemment dans Omega the Unknown #8-9 (mai-juillet 1977, trad. in l’Inattendu n°21, 2ème trimestre 1980) et dans Defenders #73 à 75 (juillet-septembre 1979, trad. in Hulk n°29, collection Flash, septembre 1983). Sous son identité civile, on l’aperçoit également dans Peter Parker : Spectacular Spider-Man #58 à 60(septembre à novembre 1981, trad. in Nova n°56 à 58, septembre à novembre 1982). Stern souhaitait probablement utiliser ce personnage dans cette série, mais son remplacement sur le titre en a décidé autrement.


Casting :

Spider-Man.

Robbie Robertson, J. Jonah Jameson, Deborah Harris.

Foolhunter (Foolkiller).

Flashback (p.10-11) : Richard Rory, Omega, la Chatte, la Walkyrie.




L’INTREPIDE DAREDEVIL : LE DUR (22 pages).
(Guts, in Daredevil v.1 #185, août 1982).

Scénario : Frank Miller.
Dessin : Frank Miller & Klaus Janson.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : Frank Miller & Klaus Janson.

Résumé :

Foggy Nelson aide Heather Glenn à enquêter sur Glenn Industries, impliquée dans la fabrication de bombes pour un client. Ses requêtes auprès de l’administration n’ayant mené à rien, il poursuit ses investigations dans la pègre locale, et manque de se faire abattre par les hommes d’Erik Slaughter. Seule l’intervention discrète de Daredevil lui permet de se sortir de ce mauvais pas, et en même temps lui donne la réputation d’être un dur, comme le surnomme aussitôt Turk. Ce dernier décide de le présenter au Caïd, celui à qui les bombes fabriquées par Glenn Industries sont destinées. Pendant que Foggy rencontre le Caïd dans son bureau, Daredevil se rend sur un bateau que font exploser les hommes du Caïd pour y récupérer du matériel radioactif. Daredevil élimine les hommes du Caïd et lance un message à ce dernier : ne touche pas à Nelson. Le Caïd le laisse donc quitter son bureau sain et sauf. Le lendemain, toujours accompagné de Turk, il monte à bord d’un avion à destination de Chicago, mais s’éclipse avant le décollage.


Commentaire :

Changement d’atmosphère dans la série avec cet épisode assez drôle. Le récit débute sur une tonalité assez sombre, mais rapidement les mésaventures de Foggy dans le milieu new yorkais, assisté d’un Turk toujours aussi stupide, allègent l’atmosphère. Frank Miller raconte le récit du point de vue de Foggy, et fait intervenir Daredevil dans l’ombre, sans jamais que Foggy ne s’en rende compte. Le résultat est délectable.


Casting :

Daredevil.

Franklin ‘Foggy’ Nelson, Heather Glenn.

Turk, Eric Slaughter, le Caïd.




LA DIVISION ALPHA : L’HOMME DU PASSE (16 pages sur 17)
(Yesterday Man, in Alpha Flight #3, octobre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Pendant que les membres de la Division Alpha tentent de pénétrer dans sa forteresse, le Maître raconte à Marina ses origines : 40.000 ans plus tôt, isolé du reste de sa tribu, il découvrit un vaisseau spatial écrasé sur Terre qui fit de lui son prisonnier et le disséqua. Des dizaines de milliers d’années plus tard, il parvint à prendre le contrôle du vaisseau. Aujourd’hui il compte prendre le contrôle de la Terre, mais devra pour cela faire face à la Division Alpha, et à deux nouveaux arrivants sur les lieux : Namor et l’Invisible.


Commentaire :

L’intrigue progresse assez lentement : la Division Alpha affronte les pièges du vaisseau du Maître, et ce dernier raconte ses origines. Celles-ci ne sont pas sans évoquer celles de Vandal Savage, personnage de l’écurie DC. L’épisode est agréablement mis en scène et plaisant à lire.

A noter :

Prise au piège du vaisseau, Aurora panique et reprend sa personnalité de Jeanne-Marie. Il semble que seuls son frère et Guardian soient au courant de sa schizophrénie.

Les origines de Marina sont liées au vaisseau du Maître, sans que l’on sache pour l’instant encore comment.


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Vindicator, Véga (Northstar), Aurora, Harfang (Snowbird), Shaman, Sasquatch, Marina.

Namor, l’Invisible.

Le Maître (Master)


Censure :

La page 15 a été supprimée. Les pages 14 & 15 formaient une double page, seule la 14 a été publiée.


Page 11, panel 4, le visage de Marina a été retouché.


Les expériences du Maître ont l'air d'être moins douloureuses en vf (à droite) qu'en vo (à gauche).


LA DIVISION ALPHA : UN BUT (6 pages)
(Purpose, in Alpha Flight #3, octobre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Désormais sans emploi, James Hudson reçoit la visite de Heather, qui lui avoue son amour. Elle l’aide à prendre contact avec le gouvernement canadien qui offre de l’aider dans ses recherches. Après des mois de recherche, et après avoir épousé Heather, Hudson découvre l’existence des Quatre Fantastiques. Il décide de diriger ses recherches dans cette direction et, des années plus tard, met au point l’armure de Guardian.


Commentaire :

Suite et fin des origines de Guardian, avec une Heather d’une naïveté affolante (elle le demande en mariage alors qu’elle ne l’a rencontré qu’une ou deux fois).


A noter :

Il est fait ici brièvement mention des expériences menées par Hudson sur Serval, sans que soit précisée la nature de celles-ci.


Casting :

James Hudson, Heather Hudson.

Serval.

Dernière modification par Niglo ; 19/10/2006 à 17h26.
  #3  
Vieux 03/04/2005, 23h16
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°183
Lug, mars 1985.



LA DIVISION ALPHA : Résolutions ! (21 pages sur 22)
(Resolutions !, in Alpha Flight #4, novembre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

La Division Alpha, avec l’aide de l’Invisible et de Namor, envahit le vaisseau spatial du Maître, immergé sous les glaces, et libère Marina.


Commentaire :

Une bonne partie du récit est consacrée aux origines de Marina et aux motivations du Maître. Byrne développe une idée s-f classique mais qui fonctionne bien. Il profite également du rythme assez lent du récit pour développer davantage ses personnages, en particulier la relation Aurora/Sasquatch. Par ailleurs, la découverte progressive du complexe du Maître permet à Byrne, en digne héritier de Kirby, de dessiner tout un tas de techno-bidules qui font toujours jolis.

La présence de l’Invisible et de Namor dans cet épisode vise surtout à faire acheter la série aux lecteurs des FF (dont Byrne signait alors également scénario et dessin), mais comme le duo fonctionne bien, on n’a pas vraiment de quoi se plaindre.


A noter :

L’apparition dans cet épisode et le précédent de Namor et l’Invisible se situe entre Fantastic Four #260 & 261 (novembre-décembre 1983, trad. in Nova n°116-117, septembre-octobre 1987). Le premier s’achevait par l’arrivée de Namor au Baxter Building, où il venait demander l’aide de Jane, le second s’ouvrait sur un baiser d’adieux entre les deux héros, sous les yeux amusés de Marina.

On découvre ici que Marina fait à l’origine partie d’un plan de conquête de la planète par une race extraterrestre. Le vaisseau spatial dont le Maître a fait son domaine avait pour mission d’étudier toutes les espèces animales de la Terre, de sélectionner la plus forte, et à partir de son ADN de créer une race dont la mission serait de coloniser et d’exploiter la planète. Mais le vaisseau subit un accident avant d’atterrir et sa cargaison de millions d’œufs fut larguée avant d’avoir pu recevoir la séquence génétique en question. L’œuf d’où sortit Marina fut l’un des seuls à ne pas être endommagé, et lorsqu’il fut découvert et ouvert par Gladys Smallwood (in Alpha Flight #2), Marina s’adapta à la forme vivante la plus proche. Ses capacités amphibies sont dues aux dizaines de milliers d’années que l’œuf passa sous l’eau.

John Byrne explicite ici la schizophrénie dont souffre Aurora/Jeanne-Marie Baubier, et que découvre pour la première fois Sasquatch. A noter qu’alors qu’en vo, lorsque la personnalité de Jeanne-Marie prend les commandes elle parle avec un accent français très prononcé, la traduction l’affuble ici d’un étrange zézaiement.

Au terme de l’épisode, Marina quitte la Division Alpha pour accompagner Namor, qui pense pouvoir l’aider à en apprendre davantage sur ses origines et sa véritable nature. On la reverra dans la série dans Alpha Flight #12 (juillet 1984, trad. in Strange n°191-192, novembre-décembre 1985).

Le Maître fera également assez rapidement son retour dans la série (Alpha Flight #15, octobre 1984, trad. in Strange n°195, mars 1986).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Vindicator, Véga (Northstar), Aurora, Harfang (Snowbird), Shaman, Sasquatch, Marina.

Namor, l’Invisible.

Le Maître (Master)


Censure :

Pas de censure à proprement parler sur cet épisode, mais une page a été supprimée. En vo les pages 19 & 20 formaient une double-page. Seule la page 20 a été publiée en vf. Voici la page manquante :






L’HOMME ARAIGNEE : Mais la Chatte est revenue… (22 pages)
(But the Cat came back…, in Amazing Spider-Man #226, mars 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

La Chatte Noire s’évade de l’hôpital psychiatrique où elle était enfermée. Après avoir volé un tableau, elle reprend contact avec l’Araignée. Elle lui dit vouloir renoncer à ses activités de cambrioleuse, à condition qu’ils travaillent ensemble. Elle lui donne un second rendez-vous, lors d’une soirée costumée organisée chez le propriétaire de la toile volée, Phil Bradshaw, qui est également un chef de la Maggia. La soirée s’achève par une bagarre qui conduit à l’arrestation de Bradshaw. La Chatte Noire réitère son offre de collaboration.


Commentaire :

Retour de Catwoman, pardon, la Chatte Noire dans les pages de la série. Si le personnage n’a rien d’original, il n’empêche que le duo qu’elle forme avec Spider-Man a toujours bien fonctionné. C’est le cas ici, notamment lors d’une scène de bal masqué assez drôle.


A noter :

La précédente apparition de la Chatte Noire a eu lieu dans Amazing Spider-Man #205 (juin 1980, trad. in Strange n°160, avril 1983).

La précédente apparition de Jean DeWolff était dans Marvel Team-Up #88 (décembre 1979, trad. in Spécial Strange n°35, mars 1984). C’est la première fois qu’on la rencontre dans Amazing Spider-Man.


Casting :

L’Homme Araignée.

La Chatte Noire.

Jean DeWolff, Jack Allen (voisin de la Chatte Noire)

Phil Bradshaw, Foolhunter (Foolkiller).




DAREDEVIL : L’Homme aux Echasses (22 pages)
(Stilts, in Daredevil #186, septembre 1982)

Scénario : Frank Miller.
dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Frank Miller & Klaus Janson.

Résumé :

Daredevil réunit des preuves contre Glenn Industries et son conseil d’administration. Ses dirigeants font appel à l’Homme aux Echasses pour faire capoter l’enquête. Mais ce dernier est agressé par Turk, qui s’empare de l’armure. Après avoir proposé ses services au Caïd, sans succès, Turk décide de mener à bien la mission qui avait été confiée à l’Homme aux Echasses, le kidnapping de Maxine Lavender, la District Attorney chargée de l’affaire Glenn. Daredevil intervient et met aisément Turk hors d’état de nuire. La D.A. peut poursuivre Glenn Industries devant les tribunaux, ce qui plonge Heather dans un profond désarroi. Elle annonce à Matt qu’elle accepte de l’épouser.


Commentaire :

Encore une merveille d’épisode, mélange de comique et de tragique. Les scènes dans lesquelles apparaît Turk dans le rôle de l’Homme aux Echasses sont drôles. A l’inverse, le rôle plus qu’ambiguë que joue Daredevil dans l’affaire Glenn présente le personnage sous un jour particulièrement malsain. Remarquable.


A noter :

Pour les lecteurs de Strange, le run de Frank Miller s’achèvera ici, Lug ayant décidé de ne pas publier les épisodes 187 à 191.

La précédente rencontre de l’Homme aux Echasses date de Thor #270 (avril 1978, trad. in Damoclès, Thor le Fils d’Odin n°24, septembre 1984). Sa dernière rencontre avec Daredevil avait eu lieu dans Daredevil #102 (août 1973, trad. in Strange n°98, février 1978).


Casting :

Daredevil.

Franklin ‘Foggy’ Nelson, Heather Glenn, Becky Blake, Melvin Potter, Maxine Lavender, Nick Manolis

L’Homme aux Echasses/Wilbur Day (Stilt-Man), l’Homme aux Echasses/Turk, le Caïd (Kingpin), Vanessa Fisk, Flint (homme de main du Caïd), M. Spindle.




IRON MAN : Héros à gages ! (22 pages)
(Have Armor will travel, in Iron Man #177, décembre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Rhodey, Morley et Clytemnestra envisagent de fonder leur propre société. Mais pour cela ils ont besoin d’argent. Iron Man va demander conseil à Power Man et Iron Fist, qui le mettent en contact avec un homme qui recherche un garde du corps. Celui-ci, Régis Fuskey, demande à Iron Man de l’accompagner en Amérique du Sud. Durant le vol, Fuskey est kidnappé par le Tigre Volant, qui s’empare en même temps de la malette contenant l’armure d’Iron Man. Rhodey retrouve dans le jungle le camp où est retenu Fuskey et, profitant d’une attaque d’un groupe militaire adverse, récupère son armure. Il libère Fuskey et défait le Tigre Volant. De retour aux Etats-Unis, sa mission lui a suffisamment rapporté pour que lui et les Erwin puissent songer à fonder leur société.


Commentaire :

Encore un épisode sans grand intérêt, un de plus. Le Tigre Volant fait partie de ces personnages dont chaque apparition provoque des ricanements, et le récit en Amérique du Sud ne présente aucun intérêt.


A noter :

Le Tigre Volant était apparu précédemment dans Spider-Woman #40 (octobre 1981, trad. in Nova n°69, octobre 1983) et #50 (juin 1983, trad. in Nova n°78-79, juillet-août 1984).


Casting :

Iron Man /James Rhodes, Tony Stark.

Morley Erwin, Clytemnestra Erwin.

Power Man, Iron Fist, Régis Fuskey.

Le Tigre Volant (Flying Tiger).

Dernière modification par Niglo ; 19/10/2006 à 17h20.
  #4  
Vieux 02/06/2005, 21h46
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°184
Lug, avril 1985.



LA DIVISION ALPHA : Si Bêtes sont ces mortels ! (16 pages sur 17)
(What Fools these Mortals be…, in Alpha Flight #5, décembre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

A l’hôpital où il est soigné suite à son éventration par Marina, Puck découvre un trafic de drogues auquel une infirmière est mêlée. Malgré ses blessures, il va enquêter et démanteler le réseau, dont le chef n’est autre que l’administrateur de l’hôpital.


Commentaire :

Quasiment absent de l’arc précédent pour cause d’étripage, Puck est donc à l’honneur de ce récit, très classique dans son déroulement, mais qui permet enfin d’introduire un peu plus le personnage aux lecteurs de la série.


A noter :

Puck explique qu’il doit sa petite taille à l’achondroplasie, une déficience de croissance des os longs. Une origine qui sera remise en cause plus tard par Bill Mantlo (in Alpha Flight #32, trad. in Strange n°210, juin 1987).


Casting :

Puck, Shaman.

Dr. Craigborne, sergent McNamara.


Censure :

L'équivalent d'une page a été supprimé :

Page 12, panels 2 & 3 :



Page 13, panel 4 :




LA DIVISION ALPHA : Mort dans l’âme ! (5 pages)
(Deathwatch, in Alpha Flight #5, décembre 1983)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Petit-fils d’un shaman, Michael Twoyoungmen rejette son héritage mystique, préférant se consacrer à la science et devenir l’un des médecins les plus réputés du Canada. Ca vie va basculer lorsque sa femme, Katheryn, va tomber malade puis mourir.


Commentaire :

L’origine de Shaman n’est pas sans rappeler celle du Dr. Strange, lui aussi homme de sciences qu’un drame va conduire vers la voie mystique.


A noter :

Première apparition de Lizabeth Twoyoungmen, la fille de Shaman.


Casting :

Shaman.

Lizabeth Twoyoungmen, Kathryn Twoyoungmen, Heather McNeil, Ramsey McNeil, Claire McNeil.




L’HOMME ARAIGNEE : Le droit Chemin (22 pages)
(Goin’ straight !, in Amazing Spider-Man #227, avril 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Frank Giacoia.

Résumé :

L’Araignée rend visite au capitaine Jean DeWolff et lui demande d’intervenir en faveur de la Chatte Noire auprès du District Attorney. Il va ensuite lui rendre visite, et découvre qu’elle n’a pas abandonné ses penchants criminels. Au contraire : elle lui propose de s’associer à lui pour s’emparer d’une statuette. L’Araignée refuse véhémentement, mais se laisse ensuite attendrir par la jeune femme.

Le soir même, la Chatte Noire pénètre par effraction dans l’appartement de M. Galvagno, truand notoire, et s’empare de la statuette. A sa sortie, l’Araignée l’attend, et la contraint à remettre l’objet du délit à sa place. Mais alors qu’ils pénètrent ensemble dans l’appartement, les alarmes se mettent en marche, et Galvagno et ses hommes font leur entrée. Une fusillade éclate, durant laquelle l’Araignée est blessé à la jambe. Il se lance néanmoins à la poursuite de la Chatte Noire, qu’il est décidé à conduire à la police. Il parvient à l’arrêter, mais la Chatte, prisonnière d’un cocon de toile, choisit de se jeter à l’eau pour lui échapper. L’Araignée plonge à son secours, en vain. Peu après, il reçoit la visite de Jean DeWolff, qui lui apporte, un peu tard, les papiers de l’amnistie de la Chatte Noire.


Commentaire :

Le personnage de la Chatte Noire est finalement bien mieux traité et intéressant par son caractère ambigu et changeant que celui de l’Araignée, qui joue ici le rôle du benêt amoureux. Leur relation connaît ici une fin tragique, du moins jusqu’à ce que Bill Mantlo reconstitue le duo quelques mois plus tard dans les pages de Spectacular Spider-Man.


A noter :

Les lecteurs vf savent déjà que la Chatte Noire n’est pas morte suite à son plongeon, puisque l’épisode narrant son retour est paru quelques mois plus tôt en France (Spectacular Spider-Man #74, trad. in Nova n°72, janvier 1984).


Casting :

L’Homme Araignée.

La Chatte Noire.

Jean DeWolff, Deborah Whitman, Marcy Kane, Philip Chang, Docteur Sloan.




DAREDEVIL : Promesses (22 pages)
(Promises, in Daredevil #192, mars 1983)

Scénario : Alan Brennert.
dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Klaus Janson.

Résumé :

Ben Urich enquête sur Jimmy Hugues, éditeur à la retraite, qui aurait entretenu des liens avec le milieu. Il est bientôt épaulé par Daredevil, qui va mettre la main sur des documents prouvant la culpabilité de Hugues.

Dans le même temps, Urich et sa femme cherchent à quitter leur appartement minable pour s’installer à Westchester. Un banquier, Barry Farnum, leur propose un prêt intéressant. Mais Farnum est le frère du Maraudeur Masqué, et comme lui est lié à la Pègre. Daredevil découvre que l’offre de Farnum est un plan du Caïd pour faire chanter Urich. Ce dernier abandonne alors son projet à contrecoeur.


Commentaire :

Invité de choix sur la série, le romancier Alan Brennert revient sur divers évènements du run de Frank Miller, et met en avant l’ambiguïté dont on fait preuve Urich et Daredevil alors : comment Urich a abandonné une enquête lorsque sa vie était menacée, comment Daredevil n’a pas hésité à utiliser la femme du Caïd pour empêcher l’élection de Cherryh à la mairie de New York. Cela donne un épisode très réussi, notamment lorsqu’il met en scène le couple Urich.


Casting :

Daredevil.

Ben Urich, Doris Urich, Maxine Lavender, Foggy Nelson, Becky Blake, Jimmy Hugues, Barry Farnum, le Caïd.




IRON MAN : Mission très spéciale (21 pages sur 22)
(Mission into Darkness, in Iron Man #179, février 1984)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

De retour de Grèce où il est venu en aide aux Eternels (in Iron Man Annual #6, 1983, non traduit), Iron Man part pour Hong-Kong, où il rencontre Winston Phlan, producteur de cinéma, qui l’embauche pour protéger des films. Sur place, Iron Man rencontre l’Homme Radioactif, chargé lui aussi de protéger une cargaison – ce qu’il ne parviendra pas à faire à cause de l’intervention du vengeur doré.

Pendant ce temps, Tony Stark continue de sombrer et partage sa chambre miteuse avec Gretl, un jeune alcoolique enceinte.


Commentaire :

Les aventures d’Iron Man, héros à louer, continuent d’être inintéressantes, la situation de Tony Stark continue de stagner. On s’ennuie ferme.


A noter :

La dernière apparition de l’Homme Radioactif a eu lieu dans Avengers #230 (avril 1983, trad. in Ombrax-Saga n°246, juillet 1986) ; sa dernière apparition dans la série a eu lieu dans Iron Man #74 (mai 1975, trad. in Strange n°77, mai 1976).


Casting :

Iron Man /James Rhodes, Tony Stark.

Morley Erwin, Clytemnestra Erwin, Winston Phlan, Marko, Obadiah Stane, Gretl.

Les Eternels : Ikaris, Makkari, Circé, etc.

L’Homme Radioactif


Censure :

L'équivalent d'une page a été supprimé :

Page 18, panels 2 à 6 :



Page 19, panel 1 :


Dernière modification par Niglo ; 19/10/2006 à 17h25.
  #5  
Vieux 02/06/2005, 22h28
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°185
Lug, mai 1985.



L’HOMME ARAIGNEE : Haro sur l’Araignée (22 pages)
(Murder by Spider, in Amazing Spider-Man #228, mai 1982)

Scénario : Jan Strnad.
dessin : Rick Leonardi.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : Mike Nasser & Joe Rubinstein.

Résumé :

L’Araignée se sent irrésistiblement attiré vers une vieille bâtisse. Pourtant, à l’intérieur, rien de particulier, un vieil homme est occupé à prendre son repas. Pourtant, à peine l’Araignée a-t-il quitté les lieux que le vieillard est attaqué par d’innombrables araignées et meurt, victime de leur venin. Pendant ce temps, l’Araignée intervient contre une bande de voyous, et est soudain pris d’un irrésistible accès de violence. Le couple auquel il est venu en aide se sauve, terrifié.

Le lendemain, ayant appris la mort du vieillard, Peter Parker se rend dans sa maison, profitant d’une vente aux enchères, en compagnie de Debra Whitman. Sur place, il remarque le comportement suspect d’un acheteur, Norman Junque, un antiquaire, et décide de le suivre. Il arrive dans un immeuble huppé, où il ressent les mêmes impressions que le soir précédent. Un cri retentit, et il se précipite dans l’appartement d’où ils proviennent, bousculant quelques policiers au passage. A l’intérieur, une vieille femme vient d’être piquée à son tour par des araignées. Il la conduit à l’hôpital et remarque qu’elle porte des boucles d’oreilles dissimulant un circuit intégré.

Lors d’une ronde, l’Araignée ressent à nouveau les mêmes symptomes, et arrive dans un entrepôt. Là l’attend l’inventeur de l’appareil qui attire les araignées (et également notre héros). Il a créé un nouvel appareil, qui annule le sixième sens de l’Araignée. Sans celui-ci, le Tisseur n’évite que de justesse les tirs de l’homme, et manque de peu de périr dans une explosion. Mais lorsque l’homme a joué toutes les cartes qu’il avait en main, il tente de s’enfuir lâchement et l’Araignée l’arrête sans mal.


Commentaire :

Un fill-in inhabituel, signé par un scénariste qu’on a plus souvent rencontré dans Heavy Metal, Epic ou les publications Warren que sur du super-héroïque. Le résultat est loin d’être mauvais, et offre en tous cas un changement de ton bienvenu dans la série.

Au dessin, on trouve Rick Leonardi, dans l’un de ses premiers travaux pour Marvel. Le dessinateur cherche encore ici son style, mais ses planches sont dans l’ensemble plutôt réussies.


Casting :

L’Homme Araignée.

J. Jonah Jameson, Robbie Robertson, Glory Grant, Debra Whitman.

Le tueur aux araignées (pas de nom).




LA DIVISION ALPHA : Quand les Eléments se déchaînent… (15 pages sur 16)
(Snowblind, in Alpha Flight #6, janvier 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Anne McKenzie, alias Harfang, est mise aux arrêts par son supérieur, l’inspecteur Hamilton, lorsqu’elle refuse de s’expliquer sur ses mystérieuses absences répétées. A quelques dizaines de kilomètre de là, sur un forage pétrolier, une créature surnaturelle se matérialise : Kolomaq. Percevant sa présence, Harfang détruit le mur de la prison et se rend sur place. Elle affronte Kolomaq alors que celui-ci crée un blizzard aveuglant. Elle parvient à le vaincre en l’ensevelissant sous une tonne de gravats.

En rentrant chez lui, Guardian découvre qu’il a reçu du courrier : une proposition de la Roxxon.


Commentaire :

Après l’épisode consacré à Puck, John Byrne continue de s’intéresser aux membres de la Division Alpha isolément plutôt qu’en groupe. Gros plan donc sur Harfang, dont on en apprend un peu plus sur ses origines divines. A noter que c’est dans cet épisode que se trouve la fameuse scène de combat dans le blizzard, 6 pages de cases vides à l’exception d’onomatopées et de dialogues (cet épisode est paru dans le cadre de l’Assistant Editor’s Month, lors duquel les scénaristes étaient invités à faire ce genre de facéties).


Casting :

Harfang, Guardian.

Inspecteur Hamilton, Doug Thompson.

Kolomaq.


Censure :

Pas de censure à proprement parler, mais la fameuse scène du blizzard a été réduite d'une page.


LA DIVISION ALPHA : L’Héritage du passé (6 pages)
(The Old Ways, in Alpha Flight #6, janvier 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Anéanti par la mort de sa femme, Michael Twoyoungmen est parti vivre dans la cabane de son grand-père, loin du monde moderne. Un jour, il décide d’ouvrir le paquet qui lui avait été remis peu après sa mort. L’esprit de son grand-père se matérialise aussitôt, et lui demande de sortir du sac qui se trouvait dans le paquet une poignée d’aiguilles de pin. Twoyoungmen plonge sa main dans la sac, mais elle en sort vide.

Michael Twoyoungmen va passer les mois qui suivent à se remettre en condition physique et à méditer. Lorsqu’il retente l’expérience du sac, il en sort des aiguilles de pin. Un nouveau Shaman est né.


Commentaire :

Suite et fin des origines de Shaman, classique histoire d’un homme qui abandonne le monde moderne pour se tourner vers son passé et vers le mysticisme (on pense aux origines du Dr. Strange, qui apparaît d’ailleurs à la fin de cet épisode).


Casting :

Shaman.

Dr. Strange, l’Ancien (the Ancient One).




DAREDEVIL : La Vengeance de Bitsy (21 pages sur 22)
(Bitsy’s Revenge, in Daredevil #193, avril 1983)

Scénario : Larry Hama.
dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Klaus Janson.

Résumé :

Daredevil se rend dans une armurerie dont il connaît le gardien pour découvrir qu’il vient d’être abattu par des cambrioleurs. Avant de mourir, l’homme lui apprend que celui qui lui a tiré dessus lui a volé son revolver, qu’il a surnommé Bitsy, et auquel il était très attaché. Daredevil arrête la plupart des cambrioleurs, à l’exception de leur leader qui s’enfuit en emportant deux caisses de missiles. En interrogeant l’un des hommes, il apprend que leur chef s’appelle Carmine Pesca, et qu’il doit partir pour Le Havre dès le lendemain à bord d’un paquebot, le Madagascar.

Deux jours plus tard, sur le Madagascar, Matt Murdock sympathise avec Willow, une illusioniste. Il participe même à son spectacle. Plus tard dans la soirée, l’antenne radio du navire est détruite par un missile, et un sous-marin fait surface à proximité : à travers un haut-parleur, ils demandent à ce que la cargaison de diamants se trouvant dans les soutes du bateau leur soit remise, ce que le capitaine accepte aussitôt, craignant pour la vie de ses passagers. En réalité, tout cela est une vaste illusion mise au point par Willow : il n’y a pas de sous-marin, il s’agit d’un hologramme projeté par un de ses complices. Et c'est elle et non Carmine Pesca qui dirige cette opération depuis le début. Daredevil découvre le pot aux roses et se débarrasse aisément des deux complices de la magicienne. Celle-ci le menace de son arme. Daredevil reconnaît Bitsy et lui conseille de ne pas tirer. Elle ne l’écoute pas et le revolver explose dans sa main. Le propriétaire de Bitsy avait raconté à Daredevil comment l’arme lui avait sauvé la vie au Vietnam : un éclat de grenade qui aurait dû le tuer était venu se ficher dans le canon du revolver.


Commentaire :

Un scénario astucieux pour ce fill-in très plaisant, agréablement mis en images par Klaus Janson.


Casting :

Daredevil.

Willow, Carmine Pesca.


Censure :

Plusieurs panels ont disparu :

Page 18, panels 2, 4 & 5 :




Page 19, panels 1 à 3 (et le panel 6 a été retouché pour faire disparaître l'adversaire de DD) :



Enfin, sur l'ultime case de cet épisode, le corps de Willow a disparu en vf :






IRON MAN : Un Ennemi de vieille Date ! (22 pages)
(This Ancient Enemy !, in Iron Man #180, mars 1984)

Scénario : Dennis O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Steve Mitchell.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Le Mandarin, est très fâché de la perte de la cargaison que l’Homme Radioactif était chargé de surveiller. Mais il voit là une opportunité de prendre sa revanche contre Iron Man. Tandis qu’il se promène dans Hong Kong, Rhodey découvre dans le ciel un hologramme géant d’Iron Man. Il enfile son armure et prend l’image en chasse. Après avoir échappé à un tir de missiles et à un rayon magnétique, il arrive dans une forteresse dissimulée à l’intérieur d’une montagne. Le Mandarin l’y attend. Iron Man est pris par surprises par les différents rayons jaillissant des bagues du Mandarin, et est finalement vaincu par une bague permettant au Mandarin de contrôler son esprit. Il lui ordonne alors de retirer son casque et de se trancher la gorge.

A New York, Tony Stark tente de se rendre dans l’un de ses appartements, en compagnie de Gretl, mais à chaque fois il découvre qu’il a été exproprié. Gretl, se sentant trahie, s’enfuit.


Commentaire :

Toujours cette même progression linéaire de l’action, Iron Man évitant un piège après l’autre. Même l’entrée en jeu du Mandarin, pourtant l’un des adversaires les plus redoutables du personnage, peine à nous sortir de la torpeur dans laquelle on plonge au fil des pages.


A noter :

La dernière apparition du Mandarin remonte à Iron Man Annual #5 (1982, trad. in Strange n°164-165, août-septembre 1983)


Casting :

Iron Man/James Rhodes, Tony Stark.

Gretl.

Le Mandarin, l’Homme Radioactif.


Censure :

Plusieurs cases ont été retouchées :

Page 12, panels 6 & 7 :


Page 13, panel 2 :



"Ouch !" en vo, "Même pas mal !" en vf.

Enfin la dernière case de cet épisode a disparu au profit d'un cartouche annonçant la migration d'Iron Man des pages de Strange vers celles de Nova.


Dernière modification par Niglo ; 19/10/2006 à 17h35.
  #6  
Vieux 21/04/2006, 22h24
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°186
Lug, juin 1985.



LA DIVISION ALPHA : De l’Importance d’être mortel (15 pages)
(The Importance of being deadly, in Alpha Flight #7, février 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Jean-Paul Beaubier conduit sa sœur chez un psy, mais celui-ci ne décèle en elle aucune preuve de sa schizophrénie. Alors qu’ils sortent de chez ce médecin, Jeanne-Marie est agressée par un voleur qui s’empare de son sac à main. Aussitôt, elle change de personnalité et redevient Aurora, puis règle son compte au malfrat.

Jeanne-Marie et Jean-Paul se rendent au restaurant de Raymond Belmonde, un ami de Jean-Paul. Lorsqu’ils s’étonnent du fait que le restaurant soit désert, Raymond leur explique qu’il a reçu des menaces d’un certain Ernest St Ives, surnommé Ernest la Terreur. Il est interrompu par l’arrivée de sa fille, Danielle, puis par celle des hommes de main de St Ives. Ces derniers conduisent Raymond près de la voiture dans laquelle se trouve St Ives. Celui-ci touche de sa main droite Raymond, qui tombe raide mort. Puis ils embarquent Jeanne-Marie, la prenant pour la fille de Raymond. Jean-Paul assiste sans réagir à la scène, mais jure de se venger.

A Winnipeg, Génial Alec, membre de la Division Gamma désormais dissoute, participe à une partie d’échecs à plusieurs, lorsqu’il reçoit la visite d’une dénommée Delphine Courtney qui lui parle d’un projet susceptible de l’intéresser.


Commentaire :

John Byrne continue de s’intéresser à ses héros individuellement plutôt qu’au groupe, et le résultat est tout à fait intéressant. On en apprend ici davantage sur les Beaubier, et même si l’absence de réaction de Véga à la fin de l’épisode est assez peu crédible (son pouvoir n’est-il pas censé être sa rapidité ?) cette histoire est réussie et agréable à suivre.


Casting :

Véga (Northstar), Aurora.

Raymond Belmonde, Danielle Belmonde.

Ernest la Terreur (Deadly Ernest).


LA DIVISION ALPHA : Naissance d’un Enfant (7 pages)
(Let a Child be born, in Alpha Flight #7, février 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

Lors de fouilles archéologiques, Richard Easton découvre une couronne métallique d’origine inconnue. La nuit tombée, il se sent obligé de coiffer cette couronne et il pénètre aussitôt dans le royaume des Dieux où il rencontre Hodiak et Nelvanna, la déesse des lumières nordiques. Celle-ci a besoin de lui pour donner naissance à un nouveau champion. Lorsque Easton quitte les dieux, neuf années se sont écoulées. Il sombre dans la démence et s’enfuit.

Un an plus tard, Shaman est appelé sur les lieux par Nelvanna. Grâce à ses pouvoirs, il permet à la fille de Nelvanna, Harfang, de naître.


Commentaire :

Une origine intéressante, qui fait très peu de cas du père humain d’Harfang. Les Dieux peuvent être cruels…


A noter :

Bien qu’il ne soit pas nommé, on peut raisonnablement penser que l’homme qui donne naissance à Toundra dans Alpha Flight #1 (août 1983, trad. in Strange n°179-180, novembre-décembre 1984) est Richard Easton.


Casting :

Harfang (Snowbird), Shaman.

Richard Easton, Nelvanna, Hodiak.




L’HOMME ARAIGNEE : Rien ne peut arrêter le Fléau (22 pages sur 23)
(Nothing can stop the Juggernaut !, in Amazing Spider-Man #229, juin 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom

Résumé :

Madame Web fait un rêve prémonitoire dans lequel apparaissent l’Araignée et un être que rien ne semble pouvoir arrêter. Elle se réveille au moment où elle est sur le point de mourir. Elle appelle aussitôt l’Araignée et lui demande de la protéger.

Dans le même temps, un yacht entre dans le port de New York. A son bord : le Fléau et Black Tom Cassidy. Ce dernier veut que Madame Web se joigne à eux et envoie le Fléau la chercher. Celui-ci part aussitôt, causant des dégâts considérables sur son passage. Prévenu par Madame Web, l’Araignée tente de l’intercepter, sans succès. Ni sa force ni sa toile ne sont de taille. Même les forces de police ne parviennent pas à le ralentir, et il arrive à l’appartement de Madame Web. Mais lorsqu’il l’arrache au système de survie auquel elle est reliée, la vieille femme s’effondre. Comprenant qu’elle ne peut lui être d’aucune aide, le Fléau la laisse et repart vers le port. Après s’être assuré que Madame Web est prise en charge par les urgences, l’Araignée jure d’arrêter le Fléau, coûte que coûte.


Commentaire :

Un classique de la série, un combat particulièrement inégal entre l’Araignée et le Fléau qui se rencontrent ici pour la première fois. Même si le prétexte à cette intrigue est un peu léger, Roger Stern insiste à bon escient sur la puissance du Fléau, en en faisant une sorte de Hulk, aussi solide que peu futé. Le résultat est très réussi, l’image du Fléau avançant au mépris de tous les obstacles et l’une des plus marquantes laissée par ce personnage.


A noter :

La précédente apparition du Fléau et de Black Tom Cassidy a eu lieu dans Spider-Woman #38 (juin 1981, trad. in Nova n°67, août 1983).

La précédente apparition de Madame Web a eu lieu dans Amazing Spider-Man #216 (mai 1981, trad. in Strange n°172, avril 1984).

Retour de Betty Brant, qu’on n’avait plus revue depuis Amazing Spider-Man #197 (octobre 1979, trad. in Strange n°151, octobre 1979).


Casting :

L’Homme Araignée.

Madame Web, Wong.

Robbie Robertson, Glory Grant, Betty Brant.

Le Fléau (Juggernaut), Black Tom Cassidy.




L’HOMME ARAIGNEE : Un invincible Ennemi (21 pages sur 22)
(To fight the unbeatable Foe !, in Amazing Spider-Man #230, juillet 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

Tandis que le Fléau poursuit sa traversée destructrice de New York, l’Araignée fait tout son possible pour l’arrêter : poutre métallique propulsée à distance, boule d’acier empruntée à un bulldozer, camion citerne rempli d’essence. A chaque fois le Fléau en sort indemne. Le combat s’achève au corps à corps, l’Araignée tentant sans succès d’arracher le masque du Fléau, mais celui-ci va par inadvertance marcher sur une dalle de béton frais et s’y enfoncer jusqu’à disparaître. C’est un Peter Parker mal en point qui ira ensuite vendre ses photos au Quotidien et s’enquérir de la santé de Madame Web.


Commentaire :

Une conclusion qui tient toutes ses promesses, avec un Fléau que rien ne semble pouvoir arrêter jusqu’à la dernière minute, et un Homme Araignée qui s’en sort entier par miracle. Un moment mémorable de la carrière du Tisseur.


Casting :

L’Homme Araignée.

Robbie Robertson, J. Jonah Jameson, Glory Grant, Betty Brant, Lance Bannon.

Madame Web.

Le Fléau (Juggernaut), Black Tom Cassidy.




DAREDEVIL : Le Jugement (20 pages sur 22)
(Judgement, in Daredevil #194, mai 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Ed Hannigan & Klaus Janson.

Résumé :

Jeremiah et Nahum Jenk ont grandi au sein de la Communauté de la Vertu. Il y a 70 ans, Jeremiah a accidentellement tué son père qui s’apprêtait à le punir pour avoir fait des dessins. Condamné à mort par les dirigeants de la Communauté, il s’est enfui et a mis ses dons artistiques au service du crime en devenant faussaire. Aujourd’hui, il fait appel à Matt Murdock pour plaider sa cause auprès de son frère Nahum et obtenir le pardon de ses péchés. Lors de la rencontre qui s’ensuit, Nahum se montre inflexible. La discussion est interrompue par l’intervention d’hommes de main du Caïd à qui Jeremiah a également demander de l’aide. Après s’en être débarrassé, Murdock réalise que Jeremiah est en danger de mort à cause des bougies empoisonnées à l’arsenic se trouvant dans sa chambre. Il arrive juste à temps pour sauver le vieil homme. Ce dernier décide finalement de se livrer à son frère et d’accepter son jugement, quel qu’il soit.


Commentaire :

Débuts de Denny O’Neil sur la série avec un récit peu passionnant, à la conclusion qui sonne faux : que ce soit du point de vue de l’homme de loi ou de celui du justicier, le choix final de Jeremiah Jenk semble difficilement défendable.


Casting :

Daredevil.

Franklin ‘Foggy’ Nelson.

Jeremiah Jenk, Nahum Jenk.

Le Caïd.


Censure :

De nombreux panels ont disparu :

Page 5, le panel 5 a été remplacé par une image de DD d'origine inconnue :



Page 13, les panels 6 à 8 manquent :



Page 14, panels 1, 2 & 6 :





Page 15, panel 1 :



Page 18, panels 3, 4 & 7 et page 19, panels 1 à 3 (ces deux planches ayant été particulièrement massacrées par Lug, je les propose ici dans leur intégralité) :



Dernière modification par Niglo ; 20/10/2006 à 11h06.
  #7  
Vieux 21/04/2006, 22h26
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°187
Lug, juillet 1985.



LA DIVISION ALPHA : Mains de glace, Cœur de glace (16 pages sur 17)
(Cold Hands cold Heart, in Alpha Flight #8, mars 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Après la mort de Raymond Belmonde, Véga part à la recherche de sa sœur. Il se rend chez Ernest St Ives et y découvre Aurora discutant tranquillement avec St Ives. Il est assommé par un des hommes de main du criminel. A son réveil dans une chambre du manoir, il se trouve face à une femme masqué se faisant appeler Nemesis. Celle-ci est armée d’une épée capable de trancher n’importe quoi. Elle a juré de se venger de St Ives et accepte de s’allier à Véga.

Pendant ce temps, Ernest St Ives raconte son histoire à Aurora : durant la première guerre mondiale, il fut le seul survivant de son bataillon. Blessé lors d’une explosion et exposé au gaz moutarde, il aurait dû mourir, mais il repoussa la mort avec une telle énergie qu’il survécut. Il découvrit alors que son toucher était devenu mortel.

Véga et Nemesis arrivent dans le bureau de St Ives. Nemesis l’accuse d’avoir tué son père. St Ives pose la main sur elle, mais son toucher reste sans effet. Nemesis le tue. Véga tente de l’arrêter mais elle l’assomme avant de s’enfuir. Plus tard, Véga et Aurora retournent au restaurant de Raymond Belmonde, où Aurora accuse sa fille de ne pas être celle qu’elle prétend être, mais une complice de St Ives. Après avoir remis la criminelle à la police, Aurora et Véga se séparent en très mauvais termes, Véga croyant que sa sœur avait couché avec St Ives pour l’amadouer.


Commentaire :

Encore un épisode réussi, qui met en lumière les relations complexes qu’entretiennent les jumeaux Beaubier.

Le personnage d’Ernest la Terreur est intéressant lui aussi, son origine l’inscrit dans un registre fantastique traditionnel, assez inhabituel dans le cadre d’un récit super-héroïque.


A noter :

Ernest la Terreur ressuscitera dans Alpha Flight #30 (janvier 1986, non traduit).

Cet épisode laisse supposer que Némésis est la fille de Raymond Belmonde. Dans Alpha Flight #31 (février 1986, non traduit), Bill Mantlo révèlera qu’elle est en réalité la fille d’Ernest St Ives.


Casting :

Véga (Northstar), Aurora.

Nemesis.

Ernest la Terreur (Deadly Ernest).


Censure :

Le sort d'Ernest la Terreur est beaucoup moins violent en vf qu'en vo.

Page 12, le panel 5 a été sérieusement édulcoré :



Page 13, le panel 2 a disparu :



Page 14, le panel 1 manque également :




LA DIVISION ALPHA : Genèse (5 pages)
(Genesis, in Alpha Flight #8, mars 1984)

Scénario, dessin et encrage : John Byrne.

Résumé :

James et Heather Hudson rendent visite à Michael Twoyoungmen qui leur présente Narya, sa fille adoptive. Heather est intriguée par la jeune fille. La nuit tombée, alors qu’elle sort prendre l’air, elle aperçoit Narya, nue, marchant dans la forêt. Puis sous ses yeux la jeune fille se transforme en chouette. Le lendemain matin, Michael révèle aux Hudson les origines divines de Narya. James leur propose alors de rejoindre la Division Alpha qu’il est en train de créer.


Commentaire :

Suite et fin des origines d’Harfang. Byrne met parfaitement en évidence l’étrangeté du personnage.


Casting :

Harfang (Snowbird), Shaman, James Hudson, Heather Mc Neil-Hudson.




L’HOMME-ARAIGNEE : Flagrant Délit (22 pages)
(Caught in the Act…, in Amazing Spider-Man #232, août 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

J. Jonah Jameson demande à Ned Leeds d’enquêter sur la Brand Corporation, qu’il croit lié à la tentative d’enlèvement de Marla Madison par Pygargue. Marla insiste pour accompagner Ned dans ses investigations. Ce dernier prend rendez-vous avec Nose Norton dans un bar mal famé, le Maxie’s. Betty Brant découvre ce rendez-vous dans l’agenda de Ned et, inquiète, en parle à Peter Parker, qui décide de se rendre sur place pour veiller sur Ned et Marla.

Depuis sa sortie de prison, le Cobra a décidé de travailler seul et de garder un profil bas. Lui aussi se rend au Maxie’s pour rencontrer Nose Norton. Lorsqu’il le voit en compagnie de Ned Leeds, qu’il a déjà rencontré lors d’un de ses procès, il pense que Nose est en train de le vendre. Au moment où il l’attaque, l’Araignée arrive et s'interpose. Il met Ned et Marla à l’abri puis met Cobra KO. Alors que la situation semble être réglée, un pan de mur s’effondre sur l’Araignée et le Cobra. Le responsable : Mister Hyde, venu se venger du Cobra.


Commentaire :

Un récit un peu long à démarrer, efficace dans sa seconde moitié.


A noter :

La précédente apparition du Cobra a eu lieu dans Spectacular Spider-Man #46 (septembre 1980, trad. in Nova n°44, septembre 1981).

La précédente apparition de Mister Hyde a eu lieu dans Captain America #252 (décembre 1980, trad. in Le Mercenaire et le Dément, Captain America n°2, mars 1985). C’est sa première rencontre avec Spider-Man.

La tentative d’enlèvement de Marla Madison par Pygargue a eu lieu dans Spectacular Spider-Man #57 (août 1981, trad. in Nova n°55, août 1982).

Peter Parker apporte une petite modification à son costume en rajoutant des sous-bras en toile d’araignée, comme il en avait à ses débuts.


Casting :

L’Homme-Araignée (Spider-Man).

J. Jonah Jameson, Ned Leeds, Marla Madison, Betty Brand-Leeds, Debra Whitman, Roger Hochberg, Nose Norton.

Cobra, Mister Hyde.




L’HOMME-ARAIGNEE : Hyde… se dévoile ! (20 pages sur 22)
(Hyde… in plain Sight !, in Amazing Spider-Man #232, septembre 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

S’étant foulé la cheville lors de la chute du mur provoquée par Mister Hyde, l’Araignée tente d’esquiver les attaques du vilain, sans lâcher un Cobra toujours inconscient. La poursuite les mène dans une zone très peuplée où les dégâts que provoque Hyde risquent de faire des blessés parmi la population. L’Araignée décide donc de laisser Hyde mettre la main sur le Cobra. Les deux vilains disparaissent après que Hyde a renversé deux châteaux d’eau, manquant de peu de tuer Lance Bannon qui se trouvait sur un toit voisin pour photographier le combat.

L’Araignée doit abandonner le combat : il doit se rendre à l’Empire State University pour vider son bureau après avoir abandonné son poste de maître-assistant. Il croise Marcy Kane qui lui demande de le suivre, mais s’en va, prétextant un rendez-vous urgent. Marcy est très déçue : elle et ses amis avaient préparé une fête pour le départ de Peter.

L’Araignée retrouve Mister Hyde et le cobra dans le penthouse de ce dernier grâce à l’araignée-espion qu’il avait fixé sur Cobra. Le combat est bref, Mister Hyde, après avoir été projeté à travers un mur, ne se relèvera pas. Le Cobra quant à lui tentera de s’enfuir, mais devant une nouvelle fois faire face à l’Araignée, il choisira de se rendre à la police.


Commentaire :

Après le Fléau, Roger Stern oppose une nouvelle fois l’Araignée à un adversaire bien plus fort que lui. La première partie est très réussie, la poursuite est mise en scène de façon extrêmement efficace par Romita Jr. En revanche le combat final (dans cette version française amputée de deux pages en tous cas) est trop précipité.


Casting :

L’Homme-Araignée (Spider-Man).

Ned Leeds, Marla Madison, Lance Bannon, Marcy Kane, Debra Whitman, Roger Hochberg, Philip Chang, Steve Hopkins.

Mister Hyde, le Cobra.




DAREDEVIL : Trahison (21 pages sur 22)
(Betrayal, in Daredevil #195, juin 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin & encrage : Klaus Janson.
Couverture : Klaus Janson.

Résumé :

Bruno Ponchartrane, accusé de meurtre, a été blanchi par son avocat, Foggy Nelson, qui a découvert un vice de procédure. Alors qu’il fête sa libération sur un yacht, il est attaqué par un groupe d’hommes armés. Daredevil intervient et le sauve.

Lors d’une soirée, Heather Glenn rencontre Tarkington Brown, conseiller du maire détaché auprès de la police. Ivre, elle lui révèle que Matt Murdock est Daredevil. Elle ignore que Brown est le chef d’une cellule clandestine composée de policiers qui prend pour cibles les criminels qui ont échappé à la justice. Brown décide d’éliminer Matt Murdock.

Le lendemain, Heather se rend chez Matt pour le prévenir de sa bourde de la veille, puis chez Tarkington Brown pour tenter de le convaincre que rien de ce qu’elle lui a révélé n’est vrai. Peine perdue : Brown a déjà lancé son plan pour tuer Matt Murdock, et annonce à Heather qu’elle est désormais un témoin gênant qu’il ne peut laisser vivre.

Daredevil a repéré le groupe de tueurs qui l’attend à son appartement. Après s’en être débarrassé, il se rend chez Tarkington Brown et libère Heather. Il propose à Brown de ne pas l’arrêter si il s’engage à ne pas révéler son identité. Brown, atteint d’une maladie incurable et qui n’en a plus que pour quelques mois à vivre, semble accepter ce compromis.

Lorsque Matt Murdock retourne à son cabinet, Foggy Nelson, accablé, lui apprend que Bruno Ponchartrane a tué quelqu’un le matin même.


Commentaire :

Un bon épisode, à la fois grâce au personnage de Tarkington Brown et au dilemme posé par l’affaire Bruno Ponchartrane, qui tue un homme après avoir été blanchi par Foggy puis sauvé par Daredevil.

La manière dont Heather révèle l’identité secrète de Daredevil n’est pas sans rappeler la façon dont Karen Page fera de même, quelques années plus tard, sous la plume de Frank Miller.


Casting :

Daredevil.

Heather Glenn, Foggy Nelson, Becky Blake.

Tarkington Brown, Bruno Ponchartrane.


Censure :

Quelques cases ont été supprimées :

Page 15, panels 5 & 6 :



Page 16, panels 1 & 2 :



A noter également que si, en vf, Bruno Ponchartrane, l'homme qu'a fait libérer Foggy, est accusé de meurtre, en vo il est plus spécifiquement accusé du meurtre d'une petite fille. Et à la fin de l'épisode, Foggy apprend qu'il vient de tuer une autre petite fille...

Dernière modification par Niglo ; 20/10/2006 à 11h13.
  #8  
Vieux 21/04/2006, 22h29
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°188
Lug, août 1985.



LA DIVISION ALPHA : Les Apparences sont parfois trompeuses ! (14 pages)
(Things aren’t always what they seem, in Alpha Flight #9, avril 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Walter Langowski se trouve au nord du Canada, dans un centre de recherches sur les rayons cosmiques, en compagnie d’une demi-douzaine d’autres chercheurs. Ils ont récemment capté un signal étrange en provenance de l’espace et, en braquant une coupole dans sa direction, vont permettre à la Chose de se téléporter sur Terre. Le héros est inconscient, est Langowski se transforme en Sasquatch, devant ses collègues médusés, pour le transporter à l’infirmerie. Le médecin de la base n’aura que le temps de constater une anomalie dans un échantillon de sang qu’il a prélevé avant d’être tué. Lorsque les autres occupants du centre découvrent son corps, celui de la Chose a disparu. Il semble que quelqu’un soit venu l’enlever. Langowski soupçonne que le coupable se trouvait en réalité déjà à l’intérieur de la station. Il décide néanmoins de suivre les traces de pas qui partent de la base. Peu après, une formidable explosion retentit, détruisant entièrement le centre de recherches. Bien que se trouvant à une distance respectable, Langowski est frappé par le souffle de l’explosion et, dans la chute qui s’ensuit, se casse le bras gauche. Dans les ruines fumantes, il découvre le responsable de tout cela : le Super-Skrull, que tout le monde a pris pour la Chose.


Commentaire :

Coup de projecteur sur Sasquatch, dans un épisode à l’ambiance évoquant The Thing de John Carpenter. Byrne aurait pu maintenir le suspense un peu plus longtemps, mais tel quel cet épisode fait partie des plus marquants des débuts de la série.


A noter :

La précédente apparition du Super-Skrull a eu lieu dans Marvel Team-Up #62 (octobre 1977, trad. in L’infernal Equinox, Une Aventure de l’Araignée n°8, 1er trimestre 1980).


Casting :

Sasquatch.

Colonel McMurdo, Megan Masterson, Kortgaard.

Super-Skrull.


LA DIVISION ALPHA : Une Etrangère dans le Miroir (8 pages)
(A Stranger in my Mirror, in Alpha Flight #9, avril 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.

Résumé :

Orpheline élevée dans une école pour filles très stricte, Jeanne-Marie Beaubier décide, alors qu’elle n’a que treize ans, de se suicider. Mais en se jetant du haut d’un toit, ses pouvoirs mutants se déclarent pour la première fois et elle découvre qu’elle peut voler. C’est à la même époque que sa schizophrénie commence à se manifester. Elle sort la nuit, mais ne se souvient de rien le lendemain. Après une punition particulièrement sévère, sa personnalité première prendra le dessus durant plusieurs années, jusqu’à ce qu’elle termine ses études et soit nommée professeur. C’est alors qu’elle subit une nouvelle crise et que sa personnalité extravertie reprend le dessus. Une nuit où elle fait la tournée des bars, elle est agressée dans la rue par deux loubards. Ses pouvoirs – en particulier sa super-vitesse – lui permettent de les battre sans mal. La scène a eu un témoin : Serval, qui lui propose de lui faire rencontrer James Hudson. Elle accepte.


Commentaire :

John Byrne avait évoqué la schizophrénie de Jeanne-Marie dans les épisodes précédents, on en découvre ici l’origine, et l’éducation particulièrement cruelle qu’elle a dû subir.


Casting :

Aurora.

Serval (Wolverine).




L’HOMME ARAIGNEE : Où est passé Nose Norton ? (22 pages)
(Where the @c%# is Nose Norton ?, in Amazing Spider-Man #233, octobre 1982)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

Après l’attaque du Cobra et de Mr. Hyde, Nose Norton a disparu. Or les informations qu’il détient sont essentielles pour l’enquête de Ned Leeds sur la Brand Corporation. J.J. Jameson offre 1500$ à qui le retrouvera. Il n’est pas le seul à vouloir le trouver : Tarentula est embauché par un mystérieux intermédiaire pour l’éliminer.

Nose Norton s’est caché à Staten Island. Après être resté plusieurs jours enfermé dans son meublé, il décide d’aller discrètement dans un bar proche. Il est aussitôt repéré : un indic contacte Tarentula, un autre Ben Urich. Ce dernier est suivi par l’Araignée, qui aurait bien besoin des 1500$ promis par Jameson. Tout le monde arrive sur les lieux en même temps, et Tarentula et l’Araignée s’affrontent, tandis qu’Urich tente de mener Norton à l’abri. Mais ce dernier n’a pas confiance est sort un revolver. Il est abattu par deux privés travaillant pour la Brand Corporation, qui prétendent avoir tiré en état de légitime défense. Lorsque les coups de feu éclatent, l’Araignée rejoint Urich, permettant à Tarentula de s’esquiver.


Commentaire :

Un épisode des plus classiques, à la réalisation tout à fait correcte.

A noter :

La précédente apparition de Tarentula a eu lieu dans Spectacular Spider-Man #3 (février 1977, trad. in Nova n°3, avril 1978).

Première apparition d’Amy Powell, la petite amie de Lance Bannon.

Les trois épisodes suivant celui-ci (Amazing Spider-Man #234 à 236) dans lesquels sont révélées les manigences de la Brand Corporation et la fin sordide de Tarentula, n’ont jamais été publiés en France.


Casting :

L’Homme Araignée (Spider-Man)

Nose Norton, Ben Urich, J. Jonah Jameson, Robbie Robertson, Marla Madison, Glory Grant, Amy Powell.

Tarentula (Tarantula).




L’HOMME-ARAIGNEE : L’Homme aux Echasses est de retour ! (22 pages)
(High and mighty, in Amazing Spider-Man #237, février 1983)

Scénario : Roger Stern & Bill Mantlo.
dessin : Bob Hall.
Encrage : Frank Giacoia.
Couverture : Ed Hannigan, Joe Rubinstein, Bob Hall & Frank Giacoia.

Résumé :

Dans un hôtel miteux, Wilbur Day, alias l’Homme aux Echasses, rumine sur ses échecs à répétition depuis les débuts de sa carrière criminelle. Il découvre en lisant le Quotidien une information qui devrait lui permettre de prendre un nouveau départ. Il s’introduit chez Cordco, une filiale de Stark International, et utilise les installations présentes sur place pour construire une nouvelle armure, plus efficace. Mais son effraction n’est pas passée inaperçue, et l’Araignée arrive sur place. Pour gagner du temps le temps que son costume soit achevé, l’Homme aux Echasses prend le contrôle des systèmes de sécurité de l’usine et lance contre son adversaire canons, robots et tanks. L’Araignée esquive toutes les attaques, mais lorsqu’un canon se braque sur l’Homme aux Echasses, il le bouscule pour lui éviter d’être touché et reçoit la décharge de plein fouet. Le vilain a alors l’opportunité d’achever son adversaire, mais il choisit de laisser la vie à celui qui l’a sauvé et quitte l’usine.


Commentaire :

Un fill-in mettant en scène un vilain parmi les plus ridicules du Marvel Universe, mais qui donne pourtant au personnage une certaine noblesse et davantage d’épaisseur qu’à l’accoutumée. La partie graphique en revanche est des plus médiocres.


A noter :

La précédente apparition de l’Homme aux Echasses a eu lieu dans Daredevil #186 (septembre 1982, trad. in Strange n°183, mars 1985).


Casting :

L’Homme Araignée (Spider-Man).

May Parker, Nathan Lubenski, Vic Martinelli.

L’Homme aux Echasses (Stilt-Man).




DAREDEVIL : Ennemis… (19 pages sur 22)
(Enemies, in Daredevil #196, juillet 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Larry Hama & Klaus Janson.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : Klaus Janson.

Résumé :

Une bombe explose au Downtown General Hospital. Serval est sur place est arrête le responsable. Mais celui-ci n’est pas seul : un groupe d’hommes armés est venu chercher le Tireur, toujours paralysé. Serval est abattu avant de pouvoir les arrêter. A son réveil, Daredevil est là lui aussi, et les deux hommes décident d’unir leurs forces. Ils se rendent au Josie’s Bar, et apprennent par Turk que le Tireur doit quitter le pays sur un navire, l’Osama Maru, à destination du Japon. L’homme qui a fait enlever le Tireur, Lord Vent Noir, veut réparer sa colonne vertébrale. Il demande l’aide du Caïd, qui lui fournit vingt hommes pour défendre les quais où se trouve son navire.

Serval est en contact avec Tarkington Brown, l’homme à qui Heather Glenn a révélé l’identité secrète de Daredevil. Il ignore que Brown a monté une milice parallèle. Brown décide lui aussi de se rendre sur les quais, au moment où Serval et Daredevil y affrontent les hommes du Caïd. Profitant de la confusion, il essaie d'abattre Daredevil, mais Serval l’en empêche et le blesse grièvement. Daredevil décide de conduire Brown à l’hôpital, laissant ainsi l’Osama Maru quitter le port. Le cas de Tarkington Brown réglé, il prend un billet à destination du Japon.


Commentaire :

Après une série de stand-alone stories, c’est ici le début du premier arc depuis le départ de Frank Miller. On y retrouve des habitués de la série (le Tireur, le Caïd) et d’autres plus étonnants (Serval, à une époque où il n’était pas surexposé comme aujourd’hui). L’opposition entre les deux personnages est clairement marquée, même si pour cela O’Neil accentue un peu trop les penchants les plus violents de Serval.


A noter :

La précédente apparition du Tireur avait eu lieu dans Daredevil #191 (février 1983, trad. in La Mort d’Elektra, collection Super-Héros n°23, Comics USA, 1989).

Le MCP situe cette apparition de Serval juste après Uncanny X-Men #176 (décembre 1983, trad. in Spécial Strange n°47, novembre 1986).

Première apparition de Lord Vent Noir.


Casting :

Daredevil.

Serval (Wolverine).

Le Tireur (Bullseye), le Caïd (Kingpin), Lord Vent Noir (Lord Black Wind), Tarkington Brown.


Censure :

De nombreuses cases de cet épisode ont été supprimées :

Page 8 :



Page 14, panels 4 & 5 :




Page 15, panels 2 à 4 :



Page 17, panels 3 à 6 et page 18, panels 3 & 4 (ces deux planches ayant été particulièrement massacrées par Lug, les voici dans leur intégralité) :



Dernière modification par Niglo ; 20/10/2006 à 11h17.
  #9  
Vieux 21/04/2006, 22h48
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°189
Lug, septembre 1985.



LA DIVISION ALPHA : Bataille de Titans (15 pages sur 17)
(Blood Battle, in Alpha Flight #10, mai 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Sur le mont Logan, Walter Langowski, handicapé par une fracture au bras gauche, tente d’échapper au Super-Skrull. Peine perdue, ce dernier n’a aucun mal à le retrouver. Après une nouvelle chute, il disparaît sous un amas de neige. Il en ressort transformé en Sasquatch, dans une incarnation bestiale où rien de l’esprit de Langowski ne semble subsister. Mis à mal physiquement, le Super-Skrull va hypnotiser son adversaire, puis l’utiliser pour fabriquer un rayon téléporteur qui renverra le Skrull sur sa planète d’origine où il pourra se soigner – il a été exposé dans l’espace à des radiations cosmiques mortelles. Mais avant que l’appareil ne soit achevé, Langowski a repris le contrôle de Sasquatch et utiliser le téléporteur sur le Super-Skrull avant qu’il ne soit correctement aligné. L’extraterrestre disparaît dans un hurlement.

Une semaine plus tard, Walter Langowski regagne son appartement à Vancouver, où l’attend Aurora, qui lui apprend qu’elle et son frère se sont séparés.

Embauché comme cadre chez Roxxon, James Hudson se rend à New York où il trouve un appartement à louer.


Commentaire :

La seconde partie de ce récit est moins convaincante, un peu trop bavarde. Elle lance néanmoins quelques pistes intéressantes qui seront développées par la suite : la crainte de Langowski de perdre le contrôle de Sasquatch, ses retrouvailles avec Aurora, l’embauche de Hudson par Roxxon (la compagnie corrompue du Marvel Universe par excellence).


A noter :

On aperçoit brièvement dans cet épisode Captain America (sous son identité civile de Steve Rogers) et son amie Bernie Rosenthal, que James Hudson croise en quittant l’appartement qu’il vient de louer.


Casting :

Sasquatch, Guardian, Aurora.

Captain America, Bernie Rosenthal.

Super-Skrull.


Censure :

Plusieurs cases ont été supprimées :

Page 8, panel 5 :



Page 9, panels 2 à 4 :




Page 10, panel 6 :



Page 11, panels 1, 2, 4 & 5 :




Page 14, panel 5 (remplacé par une version retouchée du panel 5 de la page 11) :




LA DIVISION ALPHA : Liens de famille… (5 pages)
(Family Ties, in Alpha Flight #10, mai 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.

Résumé :

James Hudson annonce à Jeanne-Marie Beaubier qu’elle a un frère, Jean-Paul. Après la mort de leurs parents, Jean-Paul a été adopté par des cousins de sa mère, eux-mêmes tués dans un accident quelques années plus tard. Comme Jeanne-Marie, Jean-Paul est un mutant. Il a profité de ses dons pour devenir champion de ski. James Hudson le convoque pour lui proposer de rejoindre la Division Alpha et lui présenter sa sœur. D’abord méfiant, il n’aura d’autre choix que d’accepter après avoir serré la main de Jeanne-Marie, provoquant un éclair aveuglant.


Commentaire :

Rapide présentation du passé de Véga. Le personnage apparaît encore plus arrogant que ce que l’on a coutume de voir de lui.


A noter :

Etait-il dans l’intention de John Byrne de faire de Jean-Paul Beaubier un personnage gay ? Une remarque de James Hudson peut le laisser supposer : « Vous aviez tout : l’argent, la gloire, les femmes… Bien que vous ne sembliez guère intéressé par les femmes. » Une hypothèse que vient néanmoins tempérer la suite du dialogue : « Je suppose que tout ce qui compte pour vous, c’est de gagner et de faire manger la poussière… ou la neige aux autres ! »


Casting :

Véga (Northstar), Aurora, Guardian.




L’HOMME ARAIGNEE : L’Ombre d’un sinistre Passé ! (22 pages)
(Shadow of Evils Past, in Amazing Spider-Man #238, mars 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : John Romita.
Couverture : John Romita Jr. & John Romita.

Résumé :

Après que tante May a signé tous les papiers lui permettant d’ouvrir sa maison de retraite, elle va fêter ça en ville en compagnie de Peter et Nathan Lubensky. Mais ils manquent de peu de se faire écraser par une voiture pourchassée par la police. Peter se lance aussitôt à sa poursuite. Grâce à son intervention, la voiture termine sa course dans un réverbère. L’un des truands à bord, Georgie, parvient à s’enfuir et se réfugie dans les égoûts. En marchant au hasard, il va faire une découverte inattendue : l’ancienne cache du Bouffon Vert. Il prend aussitôt contact avec un homme et lui fait visiter l’endroit. Ils vident entièrement le repère. Puis, pour supprimer toute race permettant de remonter jusqu’à lui, l’homme fait exploser la camionnette de Georgie – avec son propriétaire à l’intérieur. Il teste ensuite les différents gadgets du Bouffon (citrouilles explosives, planeur) et modifie légèrement son costume. Il devient ainsi le Super-Bouffon.


Commentaire :

Avec cet épisode, Roger Stern décide de faire du neuf avec de l’ancien. Depuis la mort (que l’on croyait alors définitive) du Bouffon Vert, son fils Harry avait à plusieurs reprises repris le masque, sans jamais avoir l’envergure de l’original. Stern introduit donc ce nouveau personnage, dont on ignore la véritable identité – et on l’ignorera très longtemps – et l’événement est suffisamment important pour que le scénariste lui consacre la quasi-totalité de cet épisode. On remarquera également la présence à l’encrage de John Romita Sr., autre symbole fort, puisqu’il avait fait ses débuts sur cette série dans Amazing Spider-Man #39 (août 1966, trad. in Strange n°37, janvier 1973), épisode dans lequel le Bouffon Vert révélait à l’Araignée sa véritable identité.


A noter :

Réapparition de Mary Jane Watson (et de sa tante Anna), qu’on n’avait plus vue dans la série depuis Amazing Spider-Man #201 (février 1980, trad. in Strange n°156, décembre 1982).

Il s’agit de la première apparition du Super-Bouffon. Néanmoins, il est déjà apparu plusieurs fois, sous son identité civile de Roderick Kingsley, dans Spectacular Spider-Man #43 (juin 1980, trad. in Nova n°41, juin 1981), #48 (novembre 1980, trad. in Nova n°46, novembre 1981) et #57 (août 1981, trad. in Nova n°55, août 1982). Son identité ne sera révélée que dans Spider-Man : Hobgoblin Lives #3 (mars 1997, trad. in Marvel Top n°8, septembre 1998), mini-série signée Roger Stern.

Pour les lecteurs français, il s’agit de la deuxième apparition du Super-Bouffon, Spectacular Spider-Man #85 (décembre 1983, trad. in Nova n°83, décembre 1984) ayant été traduit avant celui-ci.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

May Parker, Nathan Lubensky, Mary Jane Watson, Anna Watson, Joe Robertson, Lance Bannon.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin).




L’HOMME ARAIGNEE : Et voici le Super Bouffon ! (22 pages)
(Now strikes the Hobgoblin, in Amazing Spider-Man #239, avril 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Frank Giacoia.
Couverture : John Romita Jr. & Al Milgrom.

Résumé :

Plusieurs succursales d’Osborn Manufacturing ont été attaquées ces dernières semaines. Rien ne semble avoir été volé, mais on a découvert à chaque fois des pièces secrètes dont tout le monde ignorait l’existence. Le responsable est le Super-Bouffon, qui vide l’une après l’autre les nombreuses caches du Bouffon Vert. La situation inquiète l’Araignée, qui craint que le responsable ne découvre dans les notes de Norman Osborn sa véritable identité. Il se rend au hasard dans l’une des caches qu’il connaît, et tombe sur le Super-Bouffon. Celui-ci va tenter d’éviter le combat et de fuir, mais l’Araignée le prend en chasse. Le Super-Bouffon devra faire exploser une canalisation de gaz pour distraire l’Araignée et prendre la poudre d’escampette. Mal en point après ce combat, il réalise alors qu’il ignore quel est le secret qui a permis au Bouffon Vert de tenir tête à l’Araignée.


Commentaire :

Premier round entre le Super-Bouffon et l’Araignée, nettement à l’avantage de ce dernier. Hormis les gadgets dont il dispose, le Super-Bouffon n’a aucun super-pouvoirs, contrairement à Norman Osborn. Un problème qui sera rapidement réglé.


A noter :

L’apparition de la Chatte Noire (hospitalisée suite à son combat contre le Docteur Octopus et le Hibou) se situe entre Spectacular Spider-Man #77 (avril 1983, trad. in Nova n°76, mai 1984) et #78 (mai 1983, trad. in Nova n°77, juin 1984).

Madame Web apparaissait précédemment dans Amazing Spider-Man #230 (juillet 1982, trad. in Strange n°186, juin 1985). Après l’attaque du Fléau, elle semble avoir perdu la mémoire et ses pouvoirs de précognition.

La précédente apparition d’Harry Osborn a eu lieu dans Amazing Spider-Man Annual #16 (1982, trad. in Strange Spécial Origines n°223bis, juillet 1988).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Harry Osborn, la Chatte Noire (Black Cat), Madame Web, Jean DeWolf, Lance Bannon, Amy Powell.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin)




DAREDEVIL : Le Voyage… (20 pages sur 22)
(Journey, in Daredevil #197, août 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson, Klaus Janson (p.2-6) & Larry Hama (p.2-6).
Encrage : Mike Mignola & Klaus Janson (p.2-6).
Couverture : Bill Sienkiewicz & Klaus Janson ( ?).

Résumé :

Alors qu’il se trouve tard le soir à son bureau, Matt Murdock échappe de peu à la mort lorsqu’un flic travaillant pour Tarkington Brown lui lance un bâton de dynamite. Quoique blessé à la tête, il décide néanmoins de prendre l’avion pour le Japon dès le lendemain. Il arrive avant l’Osama Maru, à bord duquel se trouve le Tireur. Il s’y introduit mais, à la place du Tireur, il trouve une jeune femme menottée, Yuriko Oyama. Il la libère et ils quittent ensemble le bateau.Elle lui apprend que le Tireur a été débarqué quelques heures plus tôt et conduit sur une île. L’homme qui l’a amené au Japon s’appelle Vent Noir.


Commentaire :

L’action progresse assez peu dans cet épisode, qui marque le début sur la série de William Johnson, dans un style radicalement différent de celui de Janson.


A noter :

Première apparition de Yuriko Oyama, qui quelques années plus tard deviendra Lady Deathstrike (in Alpha Flight #33, avril 1986, trad. in Strange n°211, juillet 1987).


Casting :

Daredevil.

Foggy Nelson, Debbie Harris-Nelson, Yuriko Oyama.

Le Tireur (Bullseye), Lord Vent Noir (Lord Black Wind).


Censure :

Plusieurs cases ont été supprimées :

Page 8, panel 7 :



Page 9 :



Page 13, panels 1 & 6 :




Page 14, panels 4 à 6 :


Dernière modification par Niglo ; 20/10/2006 à 12h49.
  #10  
Vieux 21/04/2006, 23h27
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°190
Lug, octobre 1985.



LA DIVISION ALPHA : Guet-Apens (12 pages)
(Set-up, in Alpha Flight #11, juin 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Delphine Courtney réunit les membres des anciennes Divisions Bêta et Gamma : Box, Diamond Lil, Flashback, Génial Alec et l’Enfant Sauvage. Elle les fait venir au World Trade Center et les présente à son employeur, Jérôme Jaxon, qui leur demande de l’aider à détruire la Division Alpha et son leader, Guardian.

Heather McNeil Hudson quitte Ottawa pour rejoindre son mari à New York. Celui-ci, retenu par une réunion, arrive en retard à l’aéroport pour l’accueillir. Il ne l’y trouve pas, et apprend qu’elle est partie en compagnie d’une femme qui a laissé une carte de visite au nom de Jaxon. Peu après, Guardian reçoit un appel de Jaxon qui lui confirme qu’il a kidnappé sa femme, et qu’il l’attend au World Trade Center. Sur place, Guardian est attendu par les membres de la Division Gamma, rebaptisée Division Oméga.


Commentaire :

Un récit très court, dont le but est de faire monter la tension et de tout mettre en place en vue de l’épisode double qui conclura de manière spectaculaire la première année de la série. John Byrne introduit ici les anciens membres de la Division Bêta (Box et Flashback) et de la Division Gamma (Génial Alec, Diamond Lil et l’Enfant Sauvage), dont on apprenait l’existence dès le premier numéro de la série, sans savoir grand chose d’eux, pas même leur nom.


A noter :

Jerome Jaxon apparaissait dans la back-up story d'Alpha Flight #2 (septembre 1983, trad. in Strange n°181, janvier 1985).

Delphine Courtney et Génial Alec apparaissaient dans Alpha Flight #7 (février 1984, trad. in Strange n°186, juin 1985). Les autres membres de la Division Oméga apparaissaient dans Alpha Flight #1 (août 1983, trad. in Strange n°179, novembre 1984).


Casting :

Guardian.

Heather McNeil Hudson.

Jerome Jaxon, Delphine Courtney.

La Division Omega (Omega Flight) : Box, Diamond Lil, Flashback, Génial Alec (Smart Alec), l’Enfant Sauvage (Wildchild)


LA DIVISION ALPHA : Lachez le Fauve ! (8 pages sur 9)
(Unleash the Beast !, in Alpha Flight #11, juin 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.

Résumé :

A l’université, Walter Langowski a travaillé avec un autre étudiant, Bruce Banner. Après que celui-ci s’est transformé en Hulk, Langowski a continué de travailler sur les rayons gamma. Après des années de recherche, et grâce au financement du gouvernement et du Projet Alpha, il tente sur lui-même une expérience en s’exposant à une forte dose de rayons gamma. Il ne se transforme pas en un monstre vert, mais en une créature à la fourrure orange qui va s’échapper du laboratoire en détruisant tout sur son passage. Le lendemain, Harfang retrouve Langowski à demi mort de froid à 800 kilomètres du lieu de l’expérience et le conduit à l’hôpital où il est soigné par le docteur Michael Twoyoungmen. James Hudson lui propose de rejoindre la Division Alpha et il accepte.


Commentaire :

John Byrne choisit donc de lier les origines de Sasquatch à celles de Hulk, mais reste vague en ce qui concerne les causes de sa métamorphose.


A noter :

James Hudson mentionne sa rencontre avec Serval et les X-Men, et sa tentative de le convaincre de revenir au Canada, ce qui situe cette histoire après Uncanny X-Men #109 (février 1978, trad. in Spécial Strange n°17, août 1979).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Sasquatch, Guardian, Harfang (Snowbird), Shaman.

Bruce Banner.


Censure :

La métamorphose initiale de Walter Langowski est nettement moins spectaculaire en vf qu'en vo. Les cases suivantes ont été supprimées :

Page 16, panels 2 & 3 :



Page 17, panels 1 & 2 :



La 22ème page de ce numéro est un teaser annonçant l'épisode suivant :






L’HOMME ARAIGNEE : Les Ailes de la Vengeance (22 pages)
(Wings of Vengeance, in Amazing Spider-Man #240, mai 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Bob Layton.
Couverture : John Romita Jr. & Bob Layton.

Résumé :

Installé sur la côté ouest, le Vautour décide de revenir à New York en découvrant dans le journal un article sur la société Bestman Electronics. Il se rend à une exposition où il kidnappe Gregory Bestman, malgré l’intervention de l’Araignée, K.O. après une chute de plusieurs mètres de haut.


Commentaire :

C’est la troisième fois que Roger Stern sort le Vautour de sa retraite. Le résultat est agréable à lire, sinon mémorable.

A noter :

La précédente apparition du Vautour a eu lieu dans Amazing Spider-Man #224 (janvier 1982, trad. in Strange n°181, janvier 1985).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

May Parker, Nathan Lubensky, Amy Powell, Lonesome Pincus, lieutenant Keating.

Gregory Bestman.

Le Vautour (Vulture)




L’HOMME ARAIGNEE : Au Commencement (22 pages)
(In the Beginning, in Amazing Spider-Man #241, juin 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Frank Giacoia.
Couverture : John Romita Jr. & Terry Austin.

Résumé :

Ayant repris connaissance, l’Araignée part à la recherche du Vautour, sur lequel il a eu le temps de lancer une araignée-espion. Il le retrouve dans un ancien silo à grains, où il compte se venger de Gregory Bestman. Des années plus tôt, les deux hommes s’étaient associés, jusqu’à ce qu’Adrian Toomes (a.k.a. le Vautour) découvre que Bestman l’a arnaqué. Le Vautour mit le feu aux locaux de la société avant de partir.

Alors que le Vautour s’apprête à tuer Bestman, l’Araignée intervient. Il fait sortir son adversaire du silo, le prend aux piège en tissant sa toile tout autour de lui, puis arrache à mains nues son harnais, et le livre à la police.


Commentaire :

Conclusion bien faite mais sans surprise de l’épisode précédent. L’histoire liant Toomes à Bestman n’a rien d’original, juste une banale histoire de vengeance.


A noter :

Mary Jane Watson est de retour à New York, en compagnie de sa tante Anna.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Lieutenant Keating, Mary Jane Watson, Anna Watson, Amy Powell, Lance Bannon.

Gregory Bestman.

Le Vautour (Vulture).




DAREDEVIL : Un Soupçon de tendresse ! (18 pages sur 22)
(Touch of a Stranger, in Daredevil #198, septembre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : Carl Potts.

Résumé :

Après avoir été attaqués par des yakuzas à la gare de Tokyo, Matt Murdock et Yuriko Oyama prennent le train. Matt veut retrouver le Tireur, et Yuriko veut que Matt l’aide à retrouver Kira, l’homme qu’elle aime et qui fait partie des hommes de main de Lord Vent Noir. Un lien télépathique s’est créé entre Daredevil et le Tireur, qui permet par moments à l’un de savoir ce que fait l’autre. Après une nouvelle tentative d’assassinat, Matt et Yuriko arrivent dans un port où ils achètent un bateau et partent pour l’île de Vent Noir. Sur place, ils sont accueillis par trois guerriers armés de sabres, que Daredevil va vaincre. Après le combat, il réalise que Yuriko et la fille de Vent Noir. Elle affirme cependant ne pas lui avoir menti sur ses motivations : elle hait son père et veut seulement retrouver l’homme qu’elle aime. Ils décident de passer la nuit dans une étable avant de poursuivre leur chemin.


Commentaire :

L’intrigue continue de piétiner, et l’idée du lien télépathique unissant Daredevil au Tireur est assez ridicule. En revanche, William Johnson fournit une prestation soignée, notamment dans ses scènes de combat (malheureusement sévèrement charcutées en vf) : il n’a certes pas la grâce d’un Frank Miller pour ce type de scène, mais son travail mérite néanmoins le coup d’œil.


A noter :

Daredevil réalise que Yuriko est la fille de Vent Noir en se souvenant de ce que Ben Urich lui a dit au téléphone lorsqu’il l’a appelé depuis la gare : Vent Noir a marqué chacun de ses enfants (rappelons que la jeune femme a une large cicatrice sur la joue gauche). Or ce dialogue ne figure pas dans la vf, Lug n’ayant pas publié la page en question !


Casting :

Daredevil.

Yuriko Oyama, Foggy Nelson, Debbie Harris-Nelson, Ben Urich.

Le Tireur (Bullseye), Lord Vent Noir (Lord Black Wind).


Censure :

Cet épisode a particulièrement souffert de la censure. Les pages et cases suivantes ont été supprimées :

Page 5 :



Page 10 :



Page 18, panels 3 à 5 :



Page 19 :



Page 20, panels 1 à 3 :


Dernière modification par Niglo ; 20/10/2006 à 12h58.
  #11  
Vieux 22/04/2006, 00h10
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°191
Lug, novembre 1985.



LA DIVISION ALPHA : Rendez-vous avec la Mort(1ère partie) (17 pages)
(And one shall surely die, in Alpha Flight #12, juillet 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Heather McNeil Hudson réalise qu’elle est la prisonnière de Delphine Courtney lorsque celle-ci lui fait voir un enregistrement vidéo de Jérôme Jaxon. Ce dernier y raconte ce qu’il a vécu ces dix dernières années : après que James Hudson a disparu avec l’armure qu’il avait mise au point et que le gouvernement voulait s’approprier, Jaxon fut licencié, sa femme – également la fille de son patron – le quitta avec ses deux enfants, et aucun employeur n’accepta de l’embaucher. Désespéré, il tenta de se suicider, sans succès. Ayant perdu l’usage de ses jambes suite à ce geste, il vécut misérablement, jusqu’à l’apparition de Guardian. Il reconnut aussitôt l’armure mise au point par Hudson, et lorsqu’il eut la preuve que c’était bien lui qui se cachait sous l’identité de Guardian, il donna un nouveau but à sa vie : se venger de celui qu’il tenait pour responsable de sa situation. Il partit pour New York où il fut embauché par la Roxxon, et rencontra Delphine Courtney.

Avant de se rendre au World Trade Center, Guardian a lancé un message radio aux autres membres de la Division Alpha qui se retrouvent sur une colline de l’Ontario, à l’exception de Marina, qui file le parfait amour en compagnie de Namor.


Commentaire :

Reformation de la Division Alpha, dont chaque membre menait des aventures séparées depuis Alpha Flight #5 (décembre 1983, trad. in Strange n°184, avril 1985). Des retrouvailles qui ne se déroulent pas vraiment bien, en particulier à cause des tensions existant entre Aurora, Véga et Sasquatch. Le reste de cette première moitié de l’épisode est consacré au passé de Jérôme Jaxon, tandis que Guardian brille par son absence.


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Shaman, Harfang (Snowbird), Sasquatch, Véga (Northstar), Aurora, Puck, Marina (Marrina).

Heather Mc Neil Hudson, Namor.

Jerome Jaxon, Delphine Courtney.




L’HOMME ARAIGNEE : Confrontations ! (21 pages)
(Confrontations, in Amazing Spider-Man #242, juillet 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Kevin Dzuban.
Couverture : John Romita Jr. & Terry Austin.

Résumé :

Lance Bannon rencontre Peter Parker pour lui parler d’Amy Powell. Ils sortent ensemble depuis deux ans, mais Lance craint de la perdre au profit de Peter. Celui-ci lui dit ne pas du tout être intéressé par elle et l’appelle. Durant la conversation téléphonique, il ne parvient pas à placer un seul mot et elle lui donne rendez-vous le soir même pour un dîner en tête à tête. Il demande à Lance de le rejoindre chez lui ce soir.

Depuis la prison où il est incarcéré, le Penseur Fou lance un de ses androïdes à l’attaque de l’Araignée. Il veut ainsi percer le secret de son sixième sens. L’Araignée esquive les attaques de l’androïde, et le conduit dans une usine d’électricité où il va réussir à le désorienter et le jeter dans sa toile. En tentant de se libérer, l’androïde fait s’effondrer sur lui deux générateurs et est détruit.

De retour chez lui, Peter reçoit la visite d’Amy, qui se jette presque aussitôt sur lui. Ils sont interrompus par l’arrivée d’une invitée surprise : Mary Jane Watson.


Commentaire :

Un adversaire inédit pour l’Araignée, même si leur combat à lieu par androïde interposé. L’épisode accorde trop d’importance au triangle Peter-Amy-Lance, et l’encrage de Kevin Dzuban est particulièrement médiocre.


A noter :

La précédente apparition du Penseur a eu lieu dans Marvel Fanfare #14 (mai 1984, trad. in Vision contre les 4 Fantastiques, Marvel Fanfare n°2, avril 1985).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man)

Lance Bannon, Amy Powell, Dr. Sloan, Mrs. Muggins, Mary Jane Watson.

Le Penseur (Thinker), Androide n°12.




L’HOMME ARAIGNEE : Options ! (22 pages)
(Options, in Amazing Spider-Man #243, août 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : John Romita Jr. & John Beatty.

Résumé :

Après Mary Jane, c’est au tour de Lance Bannon d’arriver chez Peter. Amy s’en va brusquement, Lance sur ses talons. Ils se réconcilieront un peu plus tard, dans un bar. Mary Jane ne reste que quelques minutes avant de prendre congé à son tour.

L’Araignée se rend au laboratoire de Curt Connors où il lui demande d’analyser un débris de l’androïde qu’il vient d’affronter. Ils sont interrompus par l’entrée du Dr. Sloan, les bras chargés de copies. Parmi celles-ci, l’Araignée aperçoit la sienne, et apprend ainsi qu’il a réussi son examen. Un peu plus tard, il intervient lors d’une prise d’otage dans une église, et est applaudi par les gens présents. Tout semble lui sourire. Mais peu après, il se met à réfléchir, et se demande comment il va subvenir à ses besoins et continuer sa carrière super-héroïque si il poursuit ses études. Le lendemain, il rencontre Roger Hochberg, et lui remet toutes ses notes : il a décidé de quitter l’université.


Commentaire :

Un très bon épisode, dans lequel tout semble bien aller pour Peter Parker, jusqu’à ce que la réalité le rattrape et l’oblige à faire un choix particulièrement difficile. L’opposition de ton entre les deux moitiés de cette histoire fonctionne fort bien. Une réussite.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Mary Jane Watson, Lance Bannon, Amy Powell, Curt Connors, Dr. Sloan, Ben Urich, la Chatte Noire (Black Cat), Roger Hochberg.




DAREDEVIL : La Fille du vent… (18 pages sur 22)
(Daughter of a Dark Wind, in Daredevil #199, octobre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : ?

Résumé :

L’opération du Tireur est un succès : sa colonne vertébrale est réparée et le criminel peut à nouveau marcher. En échange de son intervention, Lord Vent Noir lui demande d’assassiner le ministre du commerce japonais lors de sa visite à New York. Il accepte, mais dès qu’il a quitté l’île, il revient sur sa parole.

Pendant ce temps, Daredevil et Yuriko affrontent les guerriers de Vent Noir (archers, samouraïs) qui ralentissent leur progression. Ils arrivent enfin au temple de Vent Noir – que le Tireur a déjà quitté – et Daredevil manque de peu de se faire tuer par Vent Noir. Il est sauvé par l’intervention de Yuriko, qui tue son père. Peu après, elle retrouve Kira, son fiancé.


Commentaire :

Fin des aventures de Daredevil au Japon. Le personnage de Lord Black Wind est assez peu intéressant (un ultra-nationaliste quelconque) et le rythme de cet arc assez peu trépident. Une fois encore c’est William Johnson qui s’en sort le mieux.


A noter :

On retrouvera Yuriko Oyama dans Alpha Flight #33 (avril 1986, trad. in Strange n°211, juillet 1987), sous le nom de Lady Deathstrike.


Casting :

Daredevil.

Yuriko Oyama, Kira.

Le Tireur (Bullseye), Lord Vent Noir (Lord Black Wind).


Censure :

Cet épisode a été réduit de 4 pages :

Page 8 :



Page 15 :



Page 18 :



Page 20, panels 1 & 2 :



Page 21, panels 3 à 5 :


Dernière modification par Niglo ; 24/10/2006 à 21h52.
  #12  
Vieux 22/04/2006, 00h57
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°192
Lug, décembre 1985.



DAREDEVIL : Redemption (19 pages sur 22)
(Redemption, in Daredevil #200, novembre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

De retour à New York, le Tireur se rend chez le Caïd et lui demande de le reprendre à son service. Celui-ci accepte, à condition qu’il élimine Daredevil. Il lui fournit une planque, dans une salle d’entraînement désaffectée. Daredevil remonte la piste et réalise qu’il connaît cet endroit : il y a vu son père participer à un match de catch, sous le nom de Red Devil.

Daredevil et le Tireur s’affrontent, et c’est ce dernier qui a le dessus. Il menace de tuer Daredevil d’une balle dans la tête, mais choisit finalement de le laisser vivre : puisqu’il n’a pas voulu le tuer lors de leur précédente rencontre, il sera responsable de tous les crimes que le Tireur commettra. Dans un sursaut, Daredevil se jette sur le Tireur et hésite une nouvelle fois à le tuer. Il décide finalement de le remettre à la police.


Commentaire :

Un numéro anniversaire sans flonflons particuliers ou presque (un cameo de la Veuve Noire, un flashback sur le père de Daredevil, un nouvel affrontement avec le Tireur). Le flashback où apparaît le père de Matt sous le masque du Red Devil n’apporte strictement rien, et la résolution du duel entre DD et le Tireur est tout à fait banale.


Casting :

Daredevil.

Foggy Nelson, la Veuve Noire (Black Widow).

Le Tireur (Bullseye), le Caïd (Kingpin), Turk, Grotto.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 3 pages :

Page 15, panels 4 à 6 :



Page 16, panels 3 à 8 :



Page 17, panels 1 à 4 :



Page 20, panels 4 & 5 :



Page 21, panels 1 & 2 :






LA DIVISION ALPHA : Rendez-vous avec la Mort !(2ème partie) (21 pages)
(And one shall surely die, in Alpha Flight #12, juillet 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Sasquatch et Véga se disputent au sujet d’Aurora, et les choses menacent de mal tourner lorsque Sasquatch semble une nouvelle fois perdre le contrôle. Il faut l’intervention du reste de l’équipe pour éviter le drame. Le calme revenu, Shaman téléporte tout le monde au World Trade Center, au moment où Guardian s’apprête à affronter la Division Oméga. Les pertes sont importantes de part et d’autre : Harfang se met à vieillir à vue d’œil (Shaman réalise alors que son pouvoir est lié au territoire canadien, et que lorsqu’elle s’en éloigne, elle devient extrêmement fragile) ; Génial Alec perd l’esprit en regardant dans le sac de Shaman ; Aurora est sérieusement blessée par les griffes de l’Enfant Sauvage, qui est lui même vaincu par Véga. Quant à Guardian, il est bientôt isolé du reste du groupe et doit affronter le robot Box, dirigé à distance non pas par son créateur, Roger Bochs, mais par Jérôme Jaxon. Alors qu’il semble avoir le dessous, Guardian parvient à arracher les circuits vitaux de Box. Mais son armure a été gravement endommagée, et menace d’exploser à tout instant.

De son côté, Heather a découvert que Delphine Courtney est un robot. Elle parvient à s’enfuir, et entre dans la pièce où Guardian est occupé à déconnecter son armure. C’est à cet instant précis que l’armure explose, et Heather voit, impuissante, son mari brûler vif.


Commentaire :

John Byrne a réussi son coup. Le choc final est amené de fort belle manière, et l’effet de surprise fonctionne parfaitement. Guardian n’est pas le premier héros à mourir ainsi, mais qu’il s’agisse du leader du groupe qui disparaisse de la sorte est pour le moins inattendu.

Le reste de l’épisode continue de dresser le portrait d’une équipe atypique. Les retrouvailles se passent on ne peut plus mal, et dès lors on ne peut que s’interroger sur l’avenir de l’équipe, désormais sans leader.


A noter :

Guardian restera mort… jusqu’à Alpha Flight #88 (septembre 1990, non traduit).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Guardian, Shaman, Harfang (Snowbird), Sasquatch, Véga (Northstar), Aurora (), Puck, Marina (Marrina).

Heather Mc Neil Hudson, Roger Bochs.

La Division Oméga (Omega Flight) : Box/Jérôme Jaxon, l’Enfant Sauvage (Wildchild), Génial Alec (Smart Alec), Flashback, Diamond Lil.

Delphine Courtney.


Censure :

Cet épisode double a été publié dans son intégralité, à l'exception du panel 5, page 33, remplacé en vf par un dessin de Box provenant de la page 23 :






L’HOMME ARAIGNEE : Epreuves (22 pages)
(Ordeal, in Amazing Spider-Man #244, septembre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : John Romita Jr. & Bopb Wiacek.

Résumé :

Peter Parker est contraint de passer la journée à l’université pour remplir les dossiers et faire signer tous les papiers lui permettant de mettre un terme à ses études. De son côté, Mary Jane déjeune en compagnie de Harry et Liz Osborn. Après le repas, Harry et Liz se rendent au siège d’Osborn Corp., où ils découvrent les locaux saccagés et les employés ligotés. L’Araignée découvre l’événement dans les journaux, et soupçonne aussitôt le Super-Bouffon. Il se rend dans le bureau de Jean DeWolff et apprend qu’un hold-up est en cours sur les quais, dans un entrepôt appartenant à Osborn. L’Araignée intervient en pleine fusillade entre truands et policiers. Dans l’entrepôt, un homme assiste au combat, à l’intérieur d’un camion. Il lance quelques chauve-souris-rasoirs et une citrouille explosive avant de prendre la fuite. L’Araignée prend le camion en chasse, mais lorsqu’il le rejoint le conducteur a disparu. Contrairement à ce que croit l’Araignée, il ne s’agit pas du Super-Bouffon, mais d’un certain Lefty Donovan, un truand travaillant pour le Super-Bouffon. Ce dernier dispose désormais de produits chimiques qui doivent lui permettre d’acquérir la force physique du premier Bouffon Vert.


Commentaire :

Quelques mois après sa première apparition, le Super-Bouffon revient. Roger Stern a choisi de faire agir le personnage dans l’ombre, ce qui en fait un vilain beaucoup plus intelligent et menaçant que la moyenne. Il avance ses pions patiemment, tandis que l’Araignée ne peut que réagir au coup par coup, sans parvenir à deviner quelle est la stratégie de son adversaire. Cerise sur le gâteau, cet épisode est encré par Klaus Janson, dont le style convient à merveille à John Romita Jr.


A noter :

La précédente apparition du Super-Bouffon a eu lieu dans Amazing Spider-Man #239 (avril 1983, trad. in Strange n°189, septembre 1985).

Casting :

L’Araignée (Spider-Man)

La Chatte Noire (Black Cat), Dr. Sloan, le doyen Krenshaw, Mary Jane Watson, Harry Osborn, Liz Osborn.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin), Lefty Donovan.




L’HOMME ARAIGNEE : Qui est le Super Bouffon ? (22 pages)
(Sacrifice Play, in Amazing Spider-Man #24, octobre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Dave Simons.
Couverture : John Romita Jr. & Dave Simons.

Résumé :

A Long Island, un homme est gravement blessé lors d’une expérience chimique. Trois semaines plus tard, il sort du coma et retourne dans la maison où a eu lieu l’expérience. Une trappe le conduit dans le laboratoire du Super-Bouffon, dont il endosse le costume. Il sème ensuite la panique en ville pour attirer l’Araignée. Celui-ci arrive est affronte le Super-Bouffon, dont la force est désormais surhumaine. Il parvient néanmoins à l’immobiliser et à le démasquer. Malgré ses cicatrices, il reconnaît Lefty Donovan, sur lequel il enquêtait ces dernières semaines. Ce dernier est sur le point de lui faire des révélations sur son employeur, lorsque son planeur se met en marche et le projette contre la façade d’un immeuble. Donovan est tué sur le coup. Dans son repère, le véritable Super-Bouffon a assisté au combat. Des capteurs ont également analysé les changements dans le métabolisme de Donovan depuis son expérience, et devraient lui permettre de la reproduire en évitant tout effet secondaire.


Commentaire :

Le Super-Bouffon confirme ici qu’il est l’un des adversaires les plus machiavéliques et manipulateurs que l’Araignée a jamais eu à affronter. Une nouvelle fois leur lutte a lieu par l’intermédiaire d’un autre, un pion sacrifié par le Super-Bouffon. On ne peut qu’approuver la manière très habile dont Roger Stern gère ce vilain. Seul point négatif de cet épisode : Klaus Janson a laissé sa place d’encreur à un Dave Simons en très petite forme.


Casting :

L’Homme Araignée (Spider-Man).

Blake Tower, Betty Brandt-Leeds, Ned Leeds, Mary Jane Watson, J. Jonah Jameson, sergent Lou Snyder.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin), Lefty Donovan.

Dernière modification par Niglo ; 24/10/2006 à 21h57.
  #13  
Vieux 30/04/2006, 22h34
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°193
Lug, janvier 1986.



LA DIVISION ALPHA : Cauchemar ! (20 pages sur 22)
(Nightmare, in Alpha Flight #13, août 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Les membres de la Division Alpha assistent à l’enterrement de James MacDonald Hudson. Tous présentent leurs condoléances à Heather (à l’exception de Véga, qui partira sans dire un mot). A l’écart, Serval est également présent. Il est le seul avec Heather à se trouver encore sur les lieux lorsque la tombe se fissure et que s’en extrait le corps enflammé de James. Serval attaque, tandis qu’Heather s’enfuit en courant. Lorsque le cadavre la rattrape, elle se réveille en hurlant. C’était un cauchemar, le même qu’elle fait soir après soir depuis un mois. Puck et Shaman sont à ses côtés pour l’aider, sans grand succès pour l’instant.

Tous trois se rendent au siège du gouvernement canadien pour rencontrer leur contact dans l’administration. Celui-ci leur annonce que le Département H ayant été dissous, officiellement Heather ne pourra recevoir aucune aide de l’état.

Le soir venu, un marin est attaqué sur le port et disparaît dans les flots.


Commentaire :

La scène d’introduction de cet épisode est superbe. Entièrement muette, John Byrne y joue savamment sur les ombres et fait surgir l’horreur au moment où on ne s’y attend pas. Le reste du récit propose un joli portrait de Heather Mac Neil Hudson, femme meurtrie qui cherche la volonté de se battre pour survivre. Autour d’elle, la présence de Puck et Shaman donne pour la première fois une image d’unité entre les personnages, alors que jusqu’à présent le groupe se définissait au contraire par les tensions et la distance existant entre ses différents membres. Un très bon épisode.


A noter :

On découvre ici ce qu’il est advenu de Génial Alec : depuis qu’il a perdu la raison après avoir entrevu ce que contient le sac de Shaman, celui-ci l’a miniaturisé et le garde à l’intérieur du sac, en attendant qu’il recouvre la raison.


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Shaman, Harfang (Snowbird), Sasquatch, Véga (Northstar), Aurora (), Puck, Marina (Marrina).

Heather Mc Neil Hudson, Serval (Wolverine), Génial Alec (Smart Alec).


Censure :

Cet épisode a été réduit de deux pages (scans par Michel) :

Page 9 :



Page 10, panel 5 :



Page 11, panels 3 à 6 :






L’HOMME ARAIGNEE : Les Songe-Creux ! (22 pages)
(The Daydreamers, in Amazing Spider-Man #246, novembre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Dan Green.
Couverture : John Romita Jr. & Dan Green.

Résumé :

Cet épisode, introduit par le Gardien, est une succession de rêves faits par quelques personnages récurrents de la série.

Toujours convalescente à l’hôpital, la Chatte Noire voit venir dans sa chambre l’Araignée. Il lui rapporte son costume et lui propose de l’accompagner dans une mission. Ils se rendent à une ambassade où la Chatte Noire s’emparent de documents confidentiels. Ils les remettent ensuite à un agent du gouvernement qui les paie 500.000$. Puis l’Araignée invite la Chatte sur son yacht, direction Monaco. Lorsqu’il enlève son masque, elle découvre son vrai visage : celui de Cary Grant.

Alors qu’il fait le tour des locaux du Quotidien, J. Jonah Jameson est une fois de plus importuné par l’Araignée. Mais cette fois, il lui inflige une correction, devant tous les journalistes et photographes (dont Peter Parker) de la rédaction. Il fait aussitôt la une du journal, qui le nomme éditeur de l’année.

On va adapter au théâtre le roman de Mary Jane Watson. C’est tout naturellement qu’elle se présente à l’audition et est évidemment retenue. Mais l’image de sa sœur, Gayle, va mettre un terme au conte de fée.

L’Araignée voit J. Jonah Jameson attaqué par une ribambelle de vilains. Il intervient et met tout le monde K.O.. Reconnaissant, J.J.J. se jette à ses pieds. La photo fait la une du Quotidien, et Peter Parker reçoit le prix Pulitzer. En outre le docteur Sloan fait irruption lors de la cérémonie pour lui annoncer que le rectorat lui a accordé son doctorat d’office, suite à sa dernière invention – qui a rendu l’usage de ses jambes à Nathan Lubenski. Mais Peter Parker doit bientôt s’éclipser, car l’Araignée doit lui aussi être récompensé. Les Vengeurs et les FF l’attendent, chacun lui proposant de rejoindre son groupe. Mais lorsque c’est le visage de Peter Parker qui se reflète dans le bouclier de Captain America, tous lui tournent le dos.

L’Araignée se réveille soudain, suspendu à une corniche. Il entend un groupe de jeunes maltraiter un autre. Il intervient et aide le garçon à ramasser ses livres. L’Araignée parti, le jeune garçon se met à rêver qu’il est l’Araignée.


Commentaire :

Un épisode original, en tous cas dans le contexte de la série. Les récits sont pour la plupart assez amusants, mais certains prennent un ton plus grave (celui de Mary Jane faisant intervenir sa sœur, dont c’est la première fois qu’il est fait mention).


A noter :

C’est la première fois qu’il est fait mention de Gayle, la soeur de Mary Jane Watson. Il faudra attendre Amazing Spider-Man #259 (décembre 1984, trad. in Strange n°199, juillet 1986) pour découvrir son histoire.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

La Chatte Noire (Black Cat), J. Jonah Jameson, Mary Jane Watson.

Le Gardien.




L’HOMME-ARAIGNEE : Interruptions (20 pages sur 22)
(Interruptions, in Amazing Spider-Man #247, décembre 1983)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : John Romita.
Couverture : John Romita Jr. & John Romita.

Résumé :

L’Araignée rend visite à Nose Norton, pour l’interroger sur le Super-Bouffon, mais ne peut rien en tirer. Après un restaurant en compagnie de tante May, Anna Watson, Mary Jane et Nathan, il retourne filer discrètement Nose, qui se rend dans un entrepôt où il vend un objet à une bande de truands. L’Araignée intervient mais et gêné par l’irruption inattendu de Frog-Man, venu l’aider, mais dont la maladresse permettra aux truands de s’enfuir. L’Araignée sait néanmoins que le groupe prépare un coup, et en étudiant les photos qu’il a prise, repère l’endroit où il doit avoir lieu. Il arrive cependant trop tard : le fourgon qui était visé a déjà été attaqué, et le chef de la bande a mis la main sur ce qu’il voulait obtenir : un pied de biche, celui qui appartenait au Démolisseur, et qui est désormais entre les mains de son comparse, le Boulet.


Commentaire :

Rien de particulier à souligner dans cet épisode, efficace et distrayant.


A noter :

La précédente apparition de Frog-Man a eu lieu dans Marvel Team-Up #131 (juillet 1983, trad. in Spécial Strange n°48, janvier 1987).

La précédente apparition du Boulet a eu lieu dans Iron Man #171 (juin 1983, trad. in Strange n°177, septembre 1984).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

May Parker, Anna Watson, Mary Jane Watson, Nathan Lubenski, Frog-Man.

Nose Norton, le Boulet (Thunderball).




DAREDEVIL : A Vue de Nez (22 pages)
(The Day the Devil didn’t dare, in Daredevil #201, décembre 1983)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Un tireur tente d’assassiner Foggy Nelson. Matt Murdock, présent sur les lieux à ce moment là, entend le bruit d’un fusil qu’on charge et prévient Foggy à temps. Mais sa blessure à la tête après son combat contre le Tireur et une plaque de ciment frais l’empêchent de rattraper le tireur. De retour au bureau, Foggy lui parle de l’affaire dont il s’occupe, et de son client qui poursuit en justice deux de ses employés, anciens bérets verts, Lou et Sammy Binion. Daredevil se rend chez le client de Foggy et le découvre mort. Il en parle ensuite à la Veuve Noire, qui lui demande de la laisser mener l’enquête, le temps qu’il récupère de ses blessures. Avec l’aide de Freddie, jeune informaticien génial, elle trouve le repère des frères Binion, ainsi que celui d’un de leurs associés, Benedict Closet. Elle surprend les Binion durant leur partie de poker hebdomadaire, puis trouve Closet dans un poissonnerie où il dirige un trafic de drogue. Après un combat qui se termine dans les eaux de l’Hudson, elle le capture à son tour et conduit les trois hommes devant Daredevil. Celui-ci les interroge sur le meurtre du client de Foggy et la tentative de meurtre contre ce dernier. Il découvre aux battements de son cœur que Closet n’a rien à voir dans l’histoire, mais les frères Binion sont tous deux cardiaques, ce qui ne permet pas à Daredevil de savoir si ils mentent ou pas. Mais après les avoir relâchés, il prend conscience d’un détail qui lui a échappé : les bottes de Sammy Binion sentent le neuf, ce qui signifie qu’il en a changé après avoir marché dans le ciment frais lors de sa tentative de tuer Foggy. La Veuve Noire le coffre au moment où il s’apprêtait à recommencer.


Commentaire :

Une enquête policière tout ce qu’il y a de plus routinière. Même les fans de la Veuve Noire risquent de ne pas y trouver leur compte.


Casting :

Daredevil.

Foggy Nelson, la Veuve Noire (Black Widow).

Lou Binion, Sammy Binion, Benedict Closet.

Dernière modification par Niglo ; 01/11/2006 à 14h46.
  #14  
Vieux 01/05/2006, 16h15
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°194
Lug, février 1986.



LA DIVISION ALPHA : Un Cours de Biologie (22 pages)
(What lurks in Lake Ontario ?, in Alpha Flight #14, septembre 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Heather McNeil Hudson passe quelques jours à Toronto en compagnie de Judd. Malgré les attentions de son ami, elle a bien du mal à se changer les idées. Alors qu’ils se promènent sur les berges du lac Ontario, ils entendent les hurlements d’une jeune femme, qui affirme que quelque chose est sorti de l’eau et a kidnappé son bébé. Heather plonge aussitôt, trouve au fond du lac le landau vide, et découvre une créature monstrueuse qui lance ses tentacules vers elle. Elle regagne avec difficulté la surface, et lorsque Puck la tire hors de l’eau, ses jambes sont lacérées par les appendices de la créature. Elle est conduite à l’hôpital, où Puck la rejoint. Puis celui-ci se rend au commissariat, où il rencontre l’inspecteur MacMurry. Celui-ci lui apprend qu’on dénombre au moins seize disparitions au bord du lac depuis ces dix derniers mois. Les corps ont tous été retrouvés horriblement mutilés, comme s’ils avaient été disséqués.

Dans le royaume d’Atlantis, Namor demande à Marina de l’épouser, lorsqu’elle reçoit le signal de la Division Alpha. Elle part aussitôt, avant d’avoir répondu à la proposition de Namor, et se rend à Toronto où Judd l’attend. Il lui fait part de ses suppositions : il pense que la créature se trouvant dans le lac pourrait être comme elle d’origine extraterrestre, et qu’il utilise ses victimes pour découvrir quel modèle génétique il doit adopter. Marina accepte d’aider Puck à retrouver et détruire cette créature.

De son côté, six semaines après sa mésaventure à New York avec le reste de l’équipe, Harfang a recouvré tous ses pouvoirs. Mais Shaman s’inquiète pour elle et lui demande d’être prudente.

A Vancouver, dans l’appartement de Walter Langowski, Aurora est victime d’une hallucination en sortant de la douche : elle voit dans le miroir son autre personnalité se jeter sur elle.

A Calgary, Elizabeth Twoyougmen, la fille de Shaman, participe à des fouilles archéologiques, lorsqu’elle tombe sur un crâne d’où s’échappe soudain un esprit hurlant vengeance. Elle réalise qu’elle a libéré un spectre vengeur, et comprend qu’elle doit contacter le plus vite possible son père, qu’elle n’a plus vu depuis quinze ans.


Commentaire :

Un épisode particulièrement copieux, lançant plusieurs intrigues secondaires, tout en proposant une intrigue principale très réussie. Le couple Heather/Puck est intéressant à suivre, et John Byrne poursuit habilement le développement de l’un des tous premiers éléments introduits dans la série (les œufs extraterrestres tombés sur Terre 40.000 ans plus tôt et dont Marina est issue).


A noter :

La dernière rencontre entre Puck et Marina ne s’était pas vraiment bien déroulée, puisque celle-ci avait manqué de peu d’étriper son équipier (in Alpha Flight #2, trad. in Strange n°181, janvier 1985).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Puck, Marina (Marrina), Shaman, Harfang (Snowbird), Aurora.

Heather McNeil Hudson, Namor, Elizabeth Twoyougmen, inspecteur MacMurry.


Censure :

Aucune page manquante, mais l'esprit vengeur qui apparait à Elizabeth Twoyoungmen à la fin de l'épisode a été quelque peu retouché (page 22, panel 3) :








L’HOMME ARAIGNEE : Et il frappe comme un Boulet ! (10 pages sur 11)
(And he strikes like a Thunderball, in Amazing Spider-Man #248, janvier 1984)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Brett Breeding.
Couverture : John Romita Jr. & Terry Austin.

Résumé :

L’Araignée affronte le Boulet, qui en plus de son arme a récupéré la barre à mine du Démolisseur. Moins fort que son adversaire, l’Araignée va ruser et l’entraîner vers une centrale électrique où il va utiliser sa toile pour électrocuter son adversaire.


Commentaire :

Un demi-épisode suffit amplement à conclure ce récit, uniquement tourné vers l’action, et où Romita Jr. fait montre de tout son talent.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Le Boulet (Thunderball).


L’HOMME ARAIGNEE : L’Enfant qui collectionne l’Araignée (11 pages)
(The Kid who collects Spider-Man, in Amazing Spider-Man #248, janvier 1984)

Scénario : Roger Stern.
dessin : Ron Frenz.
Encrage : Terry Austin.

Résumé :

Un soir, l’Araignée rend visite dans sa chambre à Timothy Harrison, un enfant de neuf ans qui collectionne tout ce qui concerne le héros. Il lui fait une démonstration de ses pouvoirs et lui révèle ses origines. Lorsque Timothy lui demande quelle est sa véritable identité, l’Araignée retire son masque, après lui avoir fait jurer de n’en parler à personne. Puis il s’en va. Il ne reverra jamais l’enfant : atteint d’une leucémie, Timothy n’a plus que quelques semaines à vivre.


Commentaire :

Une histoire atypique et très émouvante, traitée avec une grande finesse par Roger Stern.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man), Timothy Harrison.




L’HOMME ARAIGNEE : Secrets ! (21 pages sur 22)
(Secrets !, in Amazing Spider-Man #249, février 1984)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Dan Green.
Couverture : John Romita Jr. & Dan Green.

Résumé :

Peter Parker se rend à la pendaison de crémaillère organisée par Harry et Liz Osborn. Il y croise Mary Jane. Durant l’après-midi, Harry reçoit un colis et, peu après, s’en va sans explications. Peter part à sa recherche et le retrouve dans les bois. Harry lui explique qu’on le fait chanter et que le colis contient des preuves que son père était le Bouffon Vert. Ensemble, ils se rendent au Century Club. A une table, Peter aperçoit le Caïd. Harry se rend dans un salon privé, où se réunissent d’autres personnes invitées par le même maître-chanteur. Parmi elles, J. Jonah Jameson, qui a reçu un courrier contenant des preuves l’incriminant dans la naissance du Scorpion. Lorsque tout le monde est là, le maître-chanteur fait son entrée : il s’agit du Super-Bouffon. Caché dans le système d’aération, l’Araignée assiste à la réunion. Lorsque le Super-Bouffon demande de l’argent à ses victimes, Harry Osborn réagit violemment et le frappe. Il découvre aussitôt qu’il ne s’agit pas du Super-Bouffon mais d’un simple robot. C’est ce moment que choisit le véritable Super-Bouffon pour faire son entrée. L’Araignée intervient aussitôt et le combat s’engage. Assez vite l’Araignée s’effondre, victime du gaz sédatif de son adversaire. Mais alors que le Super-Bouffon s’apprête à porter le coup de grâce, le Caïd intervient et sauve l’Araignée. Le Super-Bouffon prend aussitôt la fuite, et le Caïd lance sur son engin volant un spider-traceur que l’Araignée n’était pas parvenu à placer. A son réveil, l’Araignée découvre à qui il doit la vie. Le Caïd lui explique que le Super-Bouffon pourrait être un rival gênant, et qu’il compte sur lui pour l’en débarrasser. Seul problème pour l’Araignée : le gaz du Super-Bouffon a neutralisé son sens d’araignée.


Commentaire :

Roger Stern continue d’imposer le Super-Bouffon comme un adversaire majeur (et particulièrement machiavélique) de l’Araignée. Son traitement du personnage du Caïd est lui aussi très réussi.


A noter :

Le Kingsley présent à la réunion sembre être David, le frère de Roderick. C’est sa première apparition.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Harry Osborn, Liz Osborn, Mary Jane Watson, J. Jonah Jameson, Marla Madison, Daniel Kingsley, George Vandergill.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin), le Caïd (Kingpin).




DAREDEVIL : Le Gael (18 pages sur 22)
(The Gael, in Daredevil #205, avril 1984)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : William Johnson & Danny Bulanadi ( ?).

Résumé :

Foggy et Debby Nelson reçoivent la visite de Glorianna O’Breen, la nièce de Debby. Son père, membre de l’I.R.A., est soupçonné d’être un traître et, pour la sécurité de sa fille, a préféré l’envoyer aux Etats-Unis. Avant de partir, il lui a dit qu’elle avait dans son appareil photo le nom du véritable traître, mais les seules photos qu’elle a prise sont celles de fleurs. Debby lui donne la clé de l’appartement de Matt Murdock. Celui-ci, qui a écouté toute la discussion à la fenêtre, la suit discrètement. En chemin, Glorianna est kidnappé par deux hommes. Daredevil intervient et désarme les ravisseurs. Ceux-ci lui révèlent alors qu’ils ont été envoyés par le père de Glorianna pour la protéger. Ils ont appris que l’I.R.A. a envoyé l’un de ses tueurs, baptisé le Gael, pour l’éliminer. Daredevil raccompagne Glorianna chez lui, puis part à l’hôtel retrouver les protecteurs de la jeune femme. Mais il arrive trop tard, le Gael l’a précédé et les a tués, laissant dans la chambre un trèfle de papier, sa signature.

Plus tard, Glorianna reçoit un appel d’un certain Paddy O’Hanlon, qui lui apprend que son père a été tué. Daredevil étudie les photos prises par Glorianna, sans trouver aucun indice. Puis il comprend : le nom du traître est bien dans l’appareil photo, mais il est gravé à l’intérieur : c’est O’Hanlon. Mais celui-ci s’est déjà rendu à l’appartement et menace de tuer Glorianna. Daredevil arrive à temps, et en rusant parvient à mettre le tueur à gages K.O.


Commentaire :

Un épisode correct sans plus, tant au niveau du scénario que du dessin.


A noter :

Première apparition de Glorianna O’Breen.


Casting :

Daredevil.

Franklin ‘Foggy’ Nelson, Debbie Nelson, Glorianna O’Breen.

Le Gael.


Les pages manquantes de cet épisode (scannées par Michel) :




Dernière modification par Niglo ; 01/11/2006 à 14h49.
  #15  
Vieux 16/10/2006, 14h44
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°195
Lug, mars 1986.



LA DIVISION ALPHA : Rendez-vous (21 pages sur 22)
(Blind Date, in Alpha Flight #15, octobre 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Marina plonge dans le lac Ontario, à la recherche de la créature qui a déjà tué dix-sept personnes. Elle perçoit des émotions et des sensations étranges, qui la poussent à emprunter un passage sous-marin qui la conduit dans une caverne.

Deux heures plus tard, sur les bords du lac, Puck commence à s’inquiéter, lorsque Marina réapparaît enfin. Mais elle semble transformée, son visage reflète une haine intense, et elle se jette sur Puck, qui va esquiver ses assauts. Le combat est interrompu par l’arrivée de Namor. Croyant sa bien-aimée menacée, il met K.O. Puck. Il ne réalise que trop tard son erreur, et doit à son tour affronter Marina. Un homme va mettre un terme au combat : lorsqu’il touche Namor, celui-ci s’effondre instantanément. L’homme retire alors le manteau qu’il portait : il s’agit du Maître.

Plus au nord, Harfang rend visite à Douglas Thompson, son ancien collègue de la police montée. Elle lui révèle sa véritable identité et ses origines. Alors qu’elle est sur le point de partir, Douglas lui avoue qu’il est amoureux d’elle.

Dans la réserve où Shaman officie en temps que médecin, Elizabeth Twoyoungmen retrouve son père, quinze ans après leur dernière rencontre.

A Vancouver, Aurora décide de prendre une mesure drastique pour empêcher son autre personnalité de prendre le dessus.


Commentaire :

Un arc toujours aussi réussi et sans temps morts. John Byrne reprend la plupart des éléments de l’une de ses premières intrigues sur la série (Marina et ses origines extraterrestres, Namor, le Maître) et aboutit à un résultat assez différent et encore meilleur que précédemment.


A noter :

La précédente apparition du Maître avait eu lieu dans Alpha Flight #4 (novembre 1983, trad. in Strange n°183, mars 1985).


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Puck, Marina (Marrina), Shaman, Harfang (Snowbird), Aurora.

Namor, Elizabeth Twoyougmen, Douglas Thompson.

Le Maître (Master).


Censure :

Il manque la page 20 de cet épisode.






L’HOMME ARAIGNEE : Confessions ! (21 pages sur 22)
(Confessions !, in Amazing Spider-Man #250, mars 1984)

Scénario : Roger Stern.
dessin : John Romita Jr.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : John Romita Jr. & Klaus Janson.

Résumé :

A la recherche du Super-Bouffon, l’Araignée rend visite à différents hommes d’affaires qu’il fait chanter, sans succès. Il se rend également chez J. Jonah Jameson, occupé a écrire un éditorial dans lequel il reconnaît sa participation à la création du Scorpion. Son sens d’araignée l’ayant abandonné, il retrouve et remet en état de marche son tout premier détecteur d’araignée-espion. Il retrouve ainsi l’entrepôt où se cache le Super-Bouffon. Celui-ci utilise contre son adversaire un canon-laser, qui va accidentellement mettre le feu aux documents de Norman Osborn. En voulant stopper le canon, le Super-Bouffon lance une de ses citrouilles, et c’est tout le bâtiment qui va exploser.


Commentaire :

Un épisode qui tire un peu en longueur, mais qui offre le rare plaisir de voir les planches de Romita Jr. encrées par Klaus Janson. Et le résultat vaut le coup d’œil.

A noter :

Comme indiqué en couverture, ce numéro, le 250ème, est un "Special normal-sized 250th issue". Effectivement, c'est assez spécial...


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Harry Osborn, J. Jonah Jameson, Roderick Kingsley, George Vandergill, Mrs Muggins.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin).


Censure :

Cet épisode a été réduit d'une page (scannée par Michel) :






L’HOMME ARAIGNEE : Conclusion (19 pages sur 22)
(Endings, in Amazing Spider-Man #251, avril 1984)

Scénario : Roger Stern & Tom De Falco.
dessin : Ron Frenz.
Encrage : Klaus Janson.
Couverture : Ed Hannigan & Klaus Janson.

Résumé :

Alors que l’Araignée est sonné par l’explosion du repère du Super-Bouffon, celui-ci monte à bord de son fourgon blindé et s’enfuit. L’Araignée parvient à s’accrocher au véhicule et à s’y introduire. Après avoir enclenché le pilote automatique, le Super-Bouffon peut s’occuper de son adversaire. Le véhicule finit sa course dans l’Hudson, et l’eau provoque un court-circuit qui active le système d’auto-destruction du camion. L’Araignée parvient à s’en extraire juste à temps. Lorsqu’il plonge à la recherche de son ennemi, il ne trouve qu’un masque déchiré emporté par le courant.

Le lendemain, l’Araignée se rend au bureaux du Quotidien et annonce à Jameson que les documents que détenait le Super-Bouffon ont été détruits. Mais Jameson a déjà publié sa confession en première page du journal. Il annonce à l’Araignée qu’il renonce à son poste de rédacteur en chef et que c’est Joe Robertson qui le remplace. Plus tard, Peter Parker déjeune en compagnie de Harry Osborn. Puis son sens d’araignée l’entraîne vers Central Park, où il découvre un bâtiment étrange. Lorsqu’il s’en approche, il se volatilise brusquement.


Commentaire :

Conclusion (temporaire bien évidemment) à l’affrontement entre l’Araignée et le Super-Bouffon. Une fois encore on appréciera le travail de Klaus Janson, qui marque de son style les crayonnés de Ron Frenz.


A noter :

A la fin de cet épisode, l’Araignée est téléporté sur la planète du Beyonder où vont se dérouler les Guerres Secrètes.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

J. Jonah Jameson, Joe Robertson, Harry Osborn.

Le Super-Bouffon (Hobgoblin).


Censure :

Cet épisode a été réduit de trois pages (scannées par Michel) :

Pages 6 à 9 vo remontées en une page vf :












DAREDEVIL : Ultimatum ! (19 pages sur 22)
(Ultimatum !, in Daredevil #207, juin 1984)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : William Johnson.
Encrage : Danny Bulanadi & Mel Candido.
Couverture : William Johnson & Bill Sienkiewicz.

Résumé :

Capturée par des agents d’HYDRA, la Veuve Noire contacte par téléphone Matt Murdock. Elle lui demande de contacter Daredevil pour qu’il retrouve une puce électronique ayant été volée au KGB par un certain Anton Krapotkin. Matt, qui a passé la soirée en compagnie de Glorianna O’Breen, ne découvre l’appel que plusieurs heures plus tard. Il part aussitôt à la recherche de Krapotkin, et ses investigations le conduisent à un immeuble en construction. Il a été précédé par les agents d’HYDRA. Profitant de l’obscurité, il n’a aucun mal à les vaincre. Il tombe ensuite sur le vigile du site, qui n’est autre que Krapotkin. Celui-ci s’apprête à lui parler de la puce, lorsqu’il est abattu.

De retour chez lui, Daredevil a reçu un nouvel appel des ravisseurs de la Veuve qui lui indique où elle est retenue. Les agents d’HYDRA ont eu le temps de préparer un piège pour l’accueillir : une bombe installée sous le plancher. Piège que Daredevil va déjouer grâce à ses hyper-sens. La Veuve Noire libérée, ils vont arrêter ensemble les agents d’HYDRA. La Veuve Noire lui révèle alors qu’elle a toujours eu la puce sur elle, cachée sous un faux ongle.


Commentaire :

Un épisode assez quelconque, un de plus à l’actif d’O’Neil. Hormis les épisodes consacrés à Mycah Synn (inédits en vf mais dont Sim Theury a commencé à vous entretenir), son run donne l’impression d’une succession de fill-ins peu inspirés. Bonne prestation cependant de William Johnson, dont c’est le dernier épisode, et qui a presqu'aussitôt disparu de la circulation.


A noter :

Cameo de Power-Man et Iron Fist, qu’on voit passer dans la rue. C’est peu, je sais…


Casting :

Daredevil.

La Veuve Noire (Black Widow), Glorianna O’Breen, Anton Krapotkin.

HYDRA.


Censure :

Cet épisode a été réduit de trois pages :

Page 4 :



Page 10, panels 3 à 6 :



Page 11, panels 1 & 2 :



Page 14, panels 5 à 7 :



Page 15, panels 1 & 2 :


Dernière modification par Niglo ; 03/12/2006 à 17h21.
Discussion fermée

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 01h33.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !