Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Moovies, Télé & Jeux vidéo > Moovies

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #31  
Vieux 14/09/2013, 10h33
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 954
Man-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma Frost
Je viens de mater Godzilla 2000, qui est excellent. Les scènes de baston sont épiques et Orga bien pensé.
Réponse avec citation
  #32  
Vieux 14/09/2013, 10h47
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Je finis Godzilla : The Animated Series et après je passe aux Millenium moi aussi !
Réponse avec citation
  #33  
Vieux 17/09/2013, 12h39
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Première affiche avec la gueule du monstre.



Bizarrement, un design très classique, je m'attendais à quelque chose de plus proche du 2000. L'affiche ne lui rend peut-être pas forcément honneur non plus, ça devrait être plus convaincant en mouvement.
Réponse avec citation
  #34  
Vieux 17/09/2013, 20h00
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 954
Man-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma FrostMan-Thing se tape Emma Frost
Comme d'hab : on verra ce que ça donne en mouvement!
Je viens de voir le dernier Godzy qui manquait à ma culture : Tokyo SOS.
Je me suis régalé! Les scènes avec acteurs sont bien jouées et interessantes et on a des affrontements superbes Godzy/Mothra/Mecha Godzilla II.



J'attaque maintenant d'autres films de la Toho mais pas que.

J'ai vu The beast from 20000 fathoms, film sorti en 53 et prédécesseur ricain du lézard énervé. C'est franchement spectaculaire (je me suis moins fait ch...que devant le Godzy d'Emerich, c'est dire).
Les effets spéciaux ont encore de la gueule (la bete est animée étape par étape, quel boulot!). L'attaque de New York est vraiment géniale.



J'ai aussi vu Them!, un film de 54 avec des fourmis irradiées à cause de la première bombe atomique.
ET c'est là qu'on se rend compte que des fourmis géantes, oui, c'est dangereux!
Le FBI, des flics et des policiers s'allient pour traquer les reines qui ont fondé diverses colonies et l'émotion reste intacte plus de 60 ans après. Assez inquiétant (notamment les cris des fourmis).

Réponse avec citation
  #35  
Vieux 18/09/2013, 23h28
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Le Monstre des Temps Perdus ! Toujours eu envie de le voir, jamais eu l'occasion ! Va falloir que je rattrape ça !

Sinon, pour ceux qui sont passés à côté, Jurassic Park IV est officiellement devenu Jurassic World.



Alors, vos attentes pour ce reboot/relaunch de la saga ? (c'est aussi peu clair que les New 52 tiens)
Perso, c'est le film que j'attends le plus en 2015. 12 ans de patience, bordel de merde.
Réponse avec citation
  #36  
Vieux 18/09/2013, 23h43
Avatar de Jean-Moul
Jean-Moul Jean-Moul est déconnecté
Old & Creepy
 
Date d'inscription: juillet 2011
Localisation: Un peu à l'Ouest
Messages: 8 665
Jean-Moul est une petite crotte de super héros pourri
Citation:
Posté par Kani
Voir le message

Sinon, pour ceux qui sont passés à côté, Jurassic Park IV est officiellement devenu Jurassic World.



Alors, vos attentes pour ce reboot/relaunch de la saga ?
Qu'ils arrêtent ces conneries avec les dinosaures et qu'ils nous foutent des zombies, plutôt.
__________________
Si ça continue faudra que ça cesse!
Réponse avec citation
  #37  
Vieux 30/09/2013, 13h36
Avatar de Zen arcade
Zen arcade Zen arcade est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 7 121
Zen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaine
Dogora, le monstre de l'espace (Uchu daikaiju Dogora) de Inoshiro Honda



Réalisé en 1964, Dogora est un kaiju de la Toho qui ne fait pas partie de la "franchise" Godzilla.
Mais on y retrouve toutes les caractéristiques classiques d'un kaiju des années 60.
A commencer par le mélange des genres et la place somme toute assez peu mise en avant de l'aspect purement kaiju.
Ici, des gangsters, un voleur de bijoux et un policier sont confrontés à des évènements inexplicables relatifs à des vols de diamants.
Grâce à un scientifique spécialisé, on va rapidement apprendre qu'en fait, les diamants sont dérobés par un monstre de l'espace (issu de cellules spatiales qui ont muté à cause d'explosions atomiques) qui se nourrit de carbone.
Le scientifique est évidemment secondé par une jolie assistante qui va intéresser le policier un rien empoté mais tout à fait propre sur lui.
A un moment donné, les militaires s'en mêlent et canardent Dogora mais ça fonctionne pas des masses.
Alors, le scientifique, qui a plus d'un tour dans son sac, nous sort le truc ultime auquel lui seul pouvait penser (tellement c'est n'importe nawak) pour se débarrasser du bestiau : utiliser du venin de guêpe pour transformer le monstre en rochers.
Mais bon, le Dogora, il ressemble à quoi ?
Ben, à rien en fait. Ou plutôt au mieux vaguement à une espèce de pieuvre géante aspirateur à charbon et le plus souvent juste à des taches de lumière dans le ciel.
Pas étonnant donc qu'il s'agisse là d'un des kaiju les plus obscurs de l'histoire de la Toho.

Sinon, comme d'hab Tsuburaya est responsable des effets spéciaux et Ifukube compose la bo.

__________________
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - Arbre de fumée

Dernière modification par Zen arcade ; 04/10/2013 à 12h54.
Réponse avec citation
  #38  
Vieux 30/09/2013, 21h26
Avatar de Jean-Moul
Jean-Moul Jean-Moul est déconnecté
Old & Creepy
 
Date d'inscription: juillet 2011
Localisation: Un peu à l'Ouest
Messages: 8 665
Jean-Moul est une petite crotte de super héros pourri
Du venin de guêpe pour transformer le monstre en rochers. Rien que l'idée, quoi!
__________________
Si ça continue faudra que ça cesse!
Réponse avec citation
  #39  
Vieux 04/10/2013, 12h49
Avatar de Zen arcade
Zen arcade Zen arcade est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 7 121
Zen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaine
Gorath (Yosei Gorasu) réalisé par Inoshiro Honda en 1962.



Gorath est un film de science-fiction qui n'appartient que de manière assez marginale au kaiju eiga.
En 1980, des astronomes découvrent qu'une étoile (qu'ils nomment Gorath) se dirige tout droit vers la Terre. Il ne reste que peu de temps avant l'apocalypse. Comment faire pour éviter le pire ?
Comme toujours dans ce genre de production, la première moitié du film est très statique et remplie de palabres interminables. Y a rien à faire, il faut prendre son mal en patience et espérer que la deuxième moitié du film relève le niveau.
Fort heureusement, ici, c'est le cas.
Sous l'égide des Nations-Unies, les autorités japonaises en collaboration avec d'autres gouvernements décident de construire une gigantesque base au pôle sud pour y implanter des propulseurs qui vont sortir la Terre de son orbite et lui permettre de ne pas entrer en collision avec Gorath.
Certes, je le concède volontiers, c'est débile. Mais dans le film, ça fonctionne et c'est ça qui compte. Grâce aux propulseurs, la collision est évitée, même si Tokyo se retrouve sous eau à cause d'un gigantesque tsunami.
Bon, je vous passe l'intrigue sentimentale de rigueur entre la jeune fille de service et un astronaute en mission pour recueillir des données sur Gorath. Rien de nouveau sous le soleil de ce côté-là.
La grande réussite du film, ce sont les effets spéciaux mitonnés par le grand Eiji Tsuburaya. Et comme on est quand même là surtout pour ça, on va pas gâcher son plaisir.
On sent que Tsuburaya a bénéficié d'importants moyens pour la confection des maquettes de la station du pôle sud et de la ville de Tokyo. Ce qui permet de donner des séquences de construction et de destruction très réussies.

Bon, et le kaiju me direz-vous?
Ben, au départ, il ne devait pas y avoir de grosse bêbête dans le film mais pour des raisons commerciales la Toho a demandé à Honda d'en mettre une.
Ca se fait un peu à l'arrache et ça tombe comme un cheveu sur la soupe mais le réchauffement du pôle sud (ben oui, les propulseurs, ça chauffe) ont réveillé le terrifiant Maguma.
Hum... terrifiant, euh... si on veut.
Maguma en fait est juste une espèce de morse géant.
Il n'apparait que très brièvement avant d'être dézingué rapidos par un seul avion.
Non mais quelle honte, un kaiju dézingué par un seul avion !!!
Le seul intérêt de Maguma aura donc été de figurer sur l'affiche et la bande-annonce du film pour séduire les fans de kaiju.
Pauvre Maguma.




RIP Maguma, tu nous manqueras. Saionara.
__________________
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - Arbre de fumée
Réponse avec citation
  #40  
Vieux 04/10/2013, 23h45
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Va peut-être falloir que je me remette à écrire mes petites critiques...
Réponse avec citation
  #41  
Vieux 05/10/2013, 19h33
Avatar de Jean-Moul
Jean-Moul Jean-Moul est déconnecté
Old & Creepy
 
Date d'inscription: juillet 2011
Localisation: Un peu à l'Ouest
Messages: 8 665
Jean-Moul est une petite crotte de super héros pourri
Ah oui parce qu'après le morse mutant baveux, on en veut d'autres!
__________________
Si ça continue faudra que ça cesse!
Réponse avec citation
  #42  
Vieux 06/10/2013, 17h45
Avatar de Zen arcade
Zen arcade Zen arcade est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 7 121
Zen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaine
Atragon (Kaitei gunkan) réalisé en 1963 par Inoshiro Honda



Comme Gorath l'année précédente, Atragon est un film de science-fiction qui utilise un kaiju pour des impératifs commerciaux lors d'une séquence.

Suite à des évènements quelque peu mystérieux se produisant à Tokyo, on apprend que le monde est menécé par les Muans, peuple qui vit au fond de l'océan depuis que leur continent a été submergé il y a 12000 ans.
Ces Muans exigent la destruction du sous-marin Atragon qui les menace.
Atragon est en fait construit sur une île inhabitée dans le plus grand secret par le commandant Jinguji et ses hommes, qui ont refusé de se rendre à la fin de la guerre mondiale et qui oeuvrent toujours pour la restauration du grand empire japonais.
Fanatisé à l'extrêm, Jinguji reste sourd à toutes les demandes d'utilisation d'Atragon pour assurer la paix dans le monde face à la menace muane. Il refuse d'accepter que depuis 20 ans, le Japon et le monde ont complètement changé.
Seul l'enlèvement de sa fille par les muans va l'inciter à changer d'avis.
En face, les muans sont dirigés par une impératrice animée d'un fanatisme jusqu'au boutiste qui l'amènera à sacrifier son peuple lors du combat final contre Atragon (un sous-marin qui peut aussi voler).
Les thèmes du patriotisme, du fanatisme et du nationalisme sont traîtés certes un peu naïvement (genre oblige) mais avec beaucoup de sérieux (on n'est pas du tout dans la dérive infantile dans laquelle le genre est parfois tombé).
La scène kaiju est amenée avec beaucoup plus de fluidité que dans Gorath. Elle met en scène un serpent de mer géant nommé Manda.
Manda est considéré par les Muans comme leur dieu protecteur. Il est utilisé par les muans pour tenter de détruire Atragon mais le canon à air froid du sous-marin en vient assez aisément à bout.
(Manda n'est cependant pas mort puisqu'on le retrouvera quelques années plus tard sur l'île des monstres aux côtés de la ménagerie des kaijus de la Toho dans le film Destroy all monsters de Honda)




Atragon bénéficie d'une première partie beaucoup mieux rythmée que Gorath et d'un final plutôt réussi, ce qui en fait globalement un excellent film d'aventure aux péripéties nombreuses et jamais ennuyeuses.
Il s'agit là très certainement d'un des meilleurs films des 60's de Inoshiro Honda.
__________________
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - Arbre de fumée
Réponse avec citation
  #43  
Vieux 16/10/2013, 18h04
Avatar de Zen arcade
Zen arcade Zen arcade est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: août 2005
Messages: 7 121
Zen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaineZen arcade s'enflamme comme la torche humaine
Mothra réalisé en 1961 par Inoshiro Honda


Citation:
Godzilla vs Mothra d'Inoshiro Honda (1964)

Première apparition de Mothra dans la série, et il en résulte l'un des meilleurs épisodes de l'ère Showa.
Le film bénéficie d'un charme indéniable, malgré l'aspect naïf du folklore entourant Mothra, notamment les deux fées. La série retrouve une certaine morale bien qu'un peu linéaire, et Godzilla réapparaît enfin comme une vraie menace, avec des scènes très bien mises en scènes comme le combat entre la mite et le lézard. Les séquences centrés sur les personnages humains sont elles aussi plutôt bonnes.
Honda réalise donc ici l'un de ses meilleurs films, et peut-être le plus soigné avec l'original.
4/5

Trois ans avant de rencontrer Godzilla, Mothra était déjà apparu dans son propre film, réalisé comme il se doit par Inoshiro Honda.
Et c'était déjà aussi une très belle réussite.

Suite à un typhon dévastateur, des marins rescapés d'un naufrage sont retrouvés sur une île servant de tests pour des explosions nucléaires.
La survie de ces marins étant entourée de mystères, une expédition est lancée pour explorer l'île.
Pendant l'exploration, deux femmes jumelles miniatures d'une trentaine de centimètres sont découvertes et ensuite kidnappées par le malveillant chef de l'expédition.
Condamnée à se produire dans un show dont elles sont l'attraction, les deux jeunes femmes chantent un appel à Mothra.
Et elles annoncent que Mothra va venir les délivrer et leur permettre de retourner sur leur petite île.
Toute cette première partie fonctionne comme un bon film d'aventures certes un brin naif mais coloré et bien rythmé.
On ne s'ennuie pas une seule seconde.
Et qu'est-ce qui fait la marque d'un grand film de kaiju ?
Bien évidemment les scènes de destruction de maquettes ou de combats de monstre mais sans doute aussi et surtout la réussite de toutes les intrigues annexes, de tout ce qui ne relève pas des scènes pures de kaiju.
Un kaiju dont la longue phase d'exposition est ennuyeuse (ce qui avouons-le est souvent le cas) ne peut pas être un bon kaiju.
Ceci dit, Mothra va évidemment se diriger droit sur Tokyo pour délivrer les jumelles.
Tout d'abord sous la forme d'une chenille qui dévaste tout sur son passage, puis d'un cocon accroché à la Tokyo tower cassée en deux et puis sous la forme d'une grosse mite volante dont les battements d'ailes sont particulièrement destructeurs.
Pendant ce temps, les héros humains s'efforcent de récupérer les jumelles au bad guy de l'histoire.
Et ils y parviennent juste à temps pour que Mothra puisse les prendre sur son dos et retourner sur l'île.

Après le Godzilla original, ce Mothra est sans doute mon kaiju "pur" préféré, avant que le genre ne se mixe avec d'autres genres à la mode (espionnage, science-fiction,...).
Une vraie belle réussite.



Les jumelles chantent pour que Mothra vienne les chercher




Mothra version chenille




La mite sort de son cocon


Pour terminer, impossible de ne pas parler du duo d'actrices qui jouent les jumelles miniatures.
Il s'agit de Yumi et Emi Ito qui étaient célèbre à l'époque au Japon pour leur carrière musicale en duo sous le nom The Peanuts.
Pour les plus pervers d'entre-vous, je ne résiste pas à vous mettre un lien vers un de leur hit de l'époque :




Ce sont évidemment elles qui chantent la version originale de la chanson de Mothra que l'on peut entendre dans le film.
Chanson culte pour tout fan de kaiju et qui sera déclinée dans d'autres versions dans chaque film dans lequel apparait notre mite préférée.
Mais comme rien ne vaut l'original :

__________________
"Ca ne résout pas vraiment l'énigme, ça y rajoute simplement un élément délirant qui ne colle pas avec le reste. On commence dans la confusion pour finir dans le mystère."
Denis Johnson - Arbre de fumée

Dernière modification par Zen arcade ; 16/10/2013 à 18h10.
Réponse avec citation
  #44  
Vieux 16/10/2013, 20h05
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Va falloir que je me le fasse fissa celui là !
Réponse avec citation
  #45  
Vieux 16/10/2013, 20h43
Avatar de Kani
Kani Kani est déconnecté
Amiral rebelle
 
Date d'inscription: novembre 2012
Messages: 1 141
Kani est une petite crotte de super héros pourri
Bon allez, vu que je me fais chier comme un rat mort en cours d'Atelier du Spectateur, je reprends les critiques !

Godzilla vs Biollante (1989) de Kazuki Omori

Sooo, we meet again.

Voilà un épisode unique dans la saga des Godzilla. On y retrouve notre grosse bêbête atomique aux prise avec un monstre inédit et particulièrement original : Biollante.
Visuellement très réussi, le film reprend les codes d'antan tout en apportant autant de nouveautés. En résulte une oeuvre hybride, inégale, mais fondatrice pour la saga, peut-être pour le genre.
On retrouve donc une forme très similaire à ce qu'il s'est fait durant de longues années, les longues scènes d'exposition, la mise en place lente de l'intrigue et l'arrivée tardive des kaiju, un scenario semblant être tiré par les cheveux, des tics de caméra et d'actorat typique du genre... Bref, on est en terrain connu. Mais Godzilla vs Biollante marque un véritable renouveau d'ordre visuel, avec enfin des effets spéciaux qui tuent la gueule (pour l'époque j'entends), des maquettes et costumes plus réalistes que jamais, et aussi l'arrivée d'un des designs les plus réussis et les plus connus pour notre Big G. Le nouveau monstre, Biollante n'est lui aussi pas en reste, apparaissant comme l'un des monstres les plus impressionnants et réussis de la saga, et ceux sous ses deux formes.
Mais sur le fond, Godzilla vs Biollante innove d'une bien belle façon, reprenant ainsi cette histoire abracadabrantesque à base de traffic de cellules de Godzilla pour l'amener dans une direction totalement différente et faire respirer son intrigue jusque là bien trop sérieuse et plutôt mal jouée pour convaincre. On retrouve ainsi un message écologique fort, marque des grands opus de la saga, mais surtout se dégage du film une véritable forme de poésie cinématographique (que ne renierait pas Honda tiens), entrecoupant un film s'étouffant dans son sérieux et son classicisme de respirations bienvenues, offrant de très belles scènes dès l'apparition de Biollante et auparavant, quand on suit l'histoire de sa création. De fait, les combats entre Godzilla et Biollante sont bien différents du match de catch habituel et offrent des scènes avec de véritables enjeux et une mise en scène sublime, la première rencontre restant la scène la plus forte et intense du film par sa réussite visuelle et narrative. La fin, quand à elle, déçoit quelque peu par sa rapidité et finalement le fait qu'elle soit bien moins impressionnante qu'espéré, mais reste une scène qui marque durablement.
Ce Godzilla vs Biollante, même s'il se perd parfois par son sérieux accablant et ses ratés inhérents au genre, fait parti des films les plus innovants de la saga, et visuellement des plus réussie, grâce aussi à une superbe nouvelle bestiole, Biollante (dommage qu'elle soit finalement plutôt sous-exploitée). Le visage du kaiju eiga des années 1990 et 2000 aurait sans doute été bien différent sans lui.
4/5

Dernière modification par Kani ; 17/10/2013 à 16h19. Motif: Ajout de la photo et précisions sur les effets spéciaux
Réponse avec citation
Réponse

Tags
manga

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Vos plus grosses attentes (VO et/ou VF) pour 2013 ? Crisax Comics Culture 26 26/01/2013 15h55
Grosses listes .... sagcrow Achats et Recherches 2 07/02/2012 17h53
Après le topic des chialeuses et celui des heureux, voici le topic Détresse Amitié Rey Prichou Brêves de comptoir 46 04/01/2009 23h15


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 13h12.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2021, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !