Précédent   Buzz Comics, le forum comics qui ne prend pas de vacances... > > Retro - Hall of Heroes

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #46  
Vieux 13/09/2009, 17h20
Avatar de mr nix
mr nix mr nix est déconnecté
Pere Noel a la retraite
 
Date d'inscription: janvier 2004
Localisation: Au Red Wedding
Messages: 27 069
mr nix est une petite crotte de super héros pourri
Prepare toi a heriter plein de references a Terry Long, alors.
__________________
When I'm good, I'm good. When I'm bad, I'm better.
Réponse avec citation
  #47  
Vieux 13/09/2009, 18h46
Avatar de Ivan Rebroff
Ivan Rebroff Ivan Rebroff est déconnecté
acratopège dilettante
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Paris
Messages: 7 329
Ivan Rebroff est une petite crotte de super héros pourri
Je rejoins nix, Cumberland est clairement le Superman de Warren Ellis dans l'univers Wildstorm, jusqu'à ses origines (il a été élevé par des fermiers du Kansas). C'est encore un élément qui relie Planetary aux autres titres Wildstorm, dans le cas présent le passage formidable d'Ellis sur Stormwatch.
Soulignons qu'on trouve dans la bouche d'Axel Brass la plus belle phrase personnifiant les motivations de l'héroïsme et du super-héroïsme: "You want to know the secret of the world? It's this: save it, and it'll repay you, every second of every day."

Dernière modification par Ivan Rebroff ; 13/09/2009 à 18h58.
Réponse avec citation
  #48  
Vieux 13/09/2009, 18h52
Avatar de EsseJi
EsseJi EsseJi est déconnecté
Reader of stuff
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: In a bar, under the sea
Messages: 36 588
EsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black Dossier
C'est noté, j'avoue être passé à coté.
Réponse avec citation
  #49  
Vieux 13/09/2009, 19h37
Avatar de Achille Talon
Achille Talon Achille Talon est déconnecté
Nanti social...
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: Hic et nunc...
Messages: 18 274
Achille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugby
Citation:
Posté par Tuco
Voir le message
Pour ceux qui le savaient pas : Cassaday a donné ses traits à ce nerd de Batteur :
Elijah Snow, lui, hérite des traits de Hugo Pratt, dessinateur des Scorpions du désert, de Corto Maltese, etc...



Quid de Jakita Wagner?

Dernière modification par Achille Talon ; 13/09/2009 à 19h43.
Réponse avec citation
  #50  
Vieux 14/09/2009, 16h21
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 718
wildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léonwildcard mange des moules avec Léon
Je crois qu'une des références graphiques pour Jakita était Marlene Dietrich.
Marlene brune of course, mais Marlene quand même.
Réponse avec citation
  #51  
Vieux 14/09/2009, 21h00
Avatar de Ivan Rebroff
Ivan Rebroff Ivan Rebroff est déconnecté
acratopège dilettante
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Paris
Messages: 7 329
Ivan Rebroff est une petite crotte de super héros pourri
Emma Peel, fermement lovée dans une combinaison de cuir, à laquelle s'ajoute une pointe de banal fantasme masculin de la super-héroïne dominatrice, et la paire de couilles qu'ont tous les personnages féminins de Warren Ellis.
Réponse avec citation
  #52  
Vieux 15/09/2009, 02h42
Avatar de mr nix
mr nix mr nix est déconnecté
Pere Noel a la retraite
 
Date d'inscription: janvier 2004
Localisation: Au Red Wedding
Messages: 27 069
mr nix est une petite crotte de super héros pourri
Non-filthy assistant.
__________________
When I'm good, I'm good. When I'm bad, I'm better.
Réponse avec citation
  #53  
Vieux 18/09/2009, 17h43
Avatar de EsseJi
EsseJi EsseJi est déconnecté
Reader of stuff
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: In a bar, under the sea
Messages: 36 588
EsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black Dossier
Planetary #6
Four. 22 pages
Cover date: 11/99



Pitch: Planetary apprend l'existence d'un groupe qui garde secret les découvertes qu'ils font.

What you need to know about this issue: The word is bastards! The Four, un groupe d'individus qui ont participé à un projet secret de course à la conquête de l'espace, ont en leur possession un trésor de découvertes et d'inventions qu'ils gardent pour eux. Choqué par cette révélation Planetary décide de leur faire savoir par la manière forte ce qu'ils pensent de leur attitude. Seulement à la grande surprise d'Elijah Snow, ils semblent en savoir beaucoup sur ce dernier et sur Planetary.

Comments: Qui n'a jamais eu cette pensée que Red Richards pourrait rendre le monde meilleur avec son savoir plutôt que de garder ses inventions pour sa petite famille? En tout cas cette idée a traversé l'esprit de Warren Ellis. En effet, il ne faut pas avoir Bac +5 en comics pour comprendre que les Four sont un clin d'œil aux Fantastic Four. La création du quatuor de chez Marvel s'est faite à une époque où la nouvelle frontière de Kennedy faisait tourner la planète des puissances de l'après guerre. C'est aussi dans ce contexte qu'est présenté l'origine des Four, sur toile de programme secret dans l'ombre d'Appolo appelé Artemis (les deux déités sont frère et sœur). Ainsi le secret déterré par Planetary est que le premier vol habité en destination de la lune a eut lieu en 1961, année de sortie de FF #1. Ici leur incident avec les rayons cosmique prend la forme d'une rencontre avec un énième flocon de neige représentant le multiverse. Les références à la First Family sont nombreuses dans cet épisode: tout comme eux les 4 habitent un immeuble à eux à New York, ils ont dans leurs locaux un passage vers une autre dimension qui évoque la porte de la zone négative et là où on comprend mieux que l'on a pas affaire à des héros c'est quand on découvre qu'ils ont des exemplaires d'hommes subterriens exposés sous cloche. Dans ce florilège de références Warren Ellis n'oublie pas de faire un clin d'œil à l'un des créateurs des FF en nommant le Ben Grimm des 4 Jacob, le vrai prénom de Jack Kirby et le deuxième de la chose. Quelques touches d'humour réservées à ce public de connaisseurs que nous sommes avec par exemple la description de Randall Dowling, le Red Richards des 4, qui serait spécialiste dans tellement de domaines que la liste serait «*longue comme le bras*». Une dernière référence sympathique: le membre des 4, William Leather rase sa barbe «*à chaud*», c'est la même technique que celle utilisé par Johnny Storm sur Namor quand ce dernier est retrouvé amnésique dans FF #4.
Warren Ellis fait dire à William Leather que les 4 personnalisent les fameux secrets du XXème siècle que Planetary essaie de cataloguer. En effet tout bon historien du genre comics vous dira qu'avec Showcase #4 en 1956, Fantastic Four #1 en 1961 marque le début d'une époque désignée comme l'age d'argent et aussi les débuts fulgurant du Marvel age, amenant dans son sillage les Avengers, Spider-man ou encore le retour de Captain America.
Sans extrapoler sur la suite de la série on sent bien que cette épisode à une certaine importance car certaines zones d'ombres qui existaient jusqu'ici ne sont pas éclaircies mais plutôt agrandies. En effet la rencontre entre Elijah Snow et William Leather est troublante, Leather insinue que les deux hommes se connaissent, il est satisfait de voir que Snow a des trous de mémoire et dit connaître les vrais motivations de Planetary. On comprend aussi que ce numéro #6 restera comme un épisode charnière car avec les 4, Planetary a trouvé son antithèse et des ennemis redoutables.

La phrase de l'épisode: We're adventurers, my crewmates and i. On the human adventure. And you can't all come along.


Dernière modification par EsseJi ; 18/09/2009 à 17h52.
Réponse avec citation
  #54  
Vieux 18/09/2009, 18h42
Avatar de Achille Talon
Achille Talon Achille Talon est déconnecté
Nanti social...
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: mars 2005
Localisation: Hic et nunc...
Messages: 18 274
Achille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugbyAchille Talon prend Sasquatch au rugby
Un tournant décisif dans l'aventure Planetary!
Réponse avec citation
  #55  
Vieux 18/09/2009, 20h03
Avatar de Ivan Rebroff
Ivan Rebroff Ivan Rebroff est déconnecté
acratopège dilettante
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Paris
Messages: 7 329
Ivan Rebroff est une petite crotte de super héros pourri
Pour pousser davantage le raisonnement sur la référence évidente aux FF, Ellis semble pointer du doigt le fait que Reed Richards et compagnie n'ont jamais rien fait pour résoudre les problèmes globaux récurrents - famine, guerre, pauvreté, maladie. Par l'entremise de Snow, Ellis s'amuse à pousser l'idée qu'il a déjà eu dans Stormwatch et The Authority - des métahumains veulent d'autorité rendre le monde meilleur - en la prenant à l'envers: quelles sont les conséquences quand un groupe de suprahumains aux ressources illimitées et aux inventions géniales n'essayent pas d'améliorer le sort du monde? On comprend mieux la singulière irritation de papy Snow.
Réponse avec citation
  #56  
Vieux 18/09/2009, 20h09
Avatar de EsseJi
EsseJi EsseJi est déconnecté
Reader of stuff
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: In a bar, under the sea
Messages: 36 588
EsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black Dossier
Oui très bonne analyse.
Réponse avec citation
  #57  
Vieux 26/10/2009, 15h22
Avatar de EsseJi
EsseJi EsseJi est déconnecté
Reader of stuff
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: In a bar, under the sea
Messages: 36 588
EsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black Dossier
Planetary #7
To be in England, in the summertime. 22 pages
Cover date: 01/00



Pitch: Mais qui a tué Jack Carter? Et pourquoi?

What you need to know about this issue: Jack Carter est mort. Pour certains il était une sommité de la culture underground des années 80, pour d'autres il était la personnification de Londres, enfin pour des personnes comme Jakita Wagner il était un bon amant. Mais qui voulait sa mort? Peut-être ceux qui volent très haut et se pensaient justement être au dessus de la lie. Vantards!

Comments: De cet épisode, on peut dire que c'est celui où Warren Ellis est le plus impliqué personnellement. En effet, à travers la «*mort*» de Jack Carter, c'est tout une étude de la vague d'auteurs britanniques qui a envahit l'industrie du comic dans les années 80. Même si il ne faisait pas parti de la première vague avec les Alan Moore, Grant Morrison ou Peter Milligan, il est de cette génération qui est arrivé d'outre atlantique avec cet œil neuf sur le genre, ceux qui se sont approprié le comics pour le détruire afin de mieux le reconstruire. Ou comme il le fait dire par la bouche de Jakita Wagner, il est de ces artistes qui ont connu les années Thatcher : à période de dureté politique correspond souvent un élan créatif sans pareil. A l'enterrement de Jack Carter on assiste à un défilé de personnages et de leurs auteurs: Grant Morrison et son Animal Man et sa Doom Patrol, Death et Sandman (ce dernier à les traits de Neil Gaiman) ou Alan Moore en prêtre hippie et son Swamp Thing. D'ailleurs à propos d'Alan Moore, Ellis le désigne clairement comme le meneur de file du mouvement en le nommant le «*Shifting man*». Toujours au sujet de Moore, vous aurez compris que Jack Carter n'est rien d'autre que John Constantine. A mon avis la fin de l'épisode où Carter revient sous un nouveau look qui évoque fortement Spider Jerusalem était la partie la plus sensible pour Ellis à écrire, en effet comment l'interpréter autrement que le scénariste se désigne lui-même comme étant la relève de Moore? Vient enfin la question de l'assassin malchanceux de Carter, un pseudo Superman qu'une habituelle bande d'idiot n'aurait pas mieux dessiné. En effet, dans les années 80, outre le fait que le genre super-héros avait déjà été mis à mal dans des parodies «*à la Mad*», les auteurs anglais y ont mis leur grain de sel pour donner leur vision du genre déjà poussiéreux à l'époque. Oui mais voilà, le super-héros qui a voulu tuer Carter, car d'après lui il lui a fait du tort, pose la question : pour quoi cet acharnement? Si les auteurs anglais n'aimait pas le super-héros, pourquoi tant d'attention? Enfin l'ambiance gothique, du cimeterre aux rues brumeuses de Londres n'est pas sans évoquer une ligne de chez DC qui doit sa création aux auteurs britannique qui ont fait du super-héros un sujet pour adulte: Vertigo.

La phrase de l'épisode: England was a scary place. No wonder it produced a scary culture.

Réponse avec citation
  #58  
Vieux 26/10/2009, 17h53
Avatar de Ivan Rebroff
Ivan Rebroff Ivan Rebroff est déconnecté
acratopège dilettante
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Paris
Messages: 7 329
Ivan Rebroff est une petite crotte de super héros pourri
Le super-héros qui en veut à Jack Carter est Miracleman. Toute sa tirade sur ses "véritables origines" est clairement un appel du menton à la façon dont Alan Moore a changé le personnage.

Un numéro qui m'avait beaucoup plu, qui se moque gentiment du caractère légèrement ridicule des personnages qui ont accompagné la naissance de la ligne Vertigo avec l'invasion des scénaristes britanniques, et professe un abandon de la fuite dans la fantaisie et un retour aux réalités merdiques du monde. L'ambiance permise par Cassaday et Baron retranscrit parfaitement le côté sarcastique de l'histoire, et les interactions entre les trois personnages fait mouche, autant que de voir Jakita inhabituellement vulnérable à ses émotions.
Je ne pense pas qu'Ellis se positionne comme "successeur" d'Alan Moore: le personnage de John Constantine a certes été créé par le barbu de Northampton, mais Ellis l'a également eu entre les mains, jusqu'à se voir refuser la publication d'une histoire traitant de violences armées dans les lycées stazuniens. J'y vois davantage une critique, celle de voir le personnage encore trop lié à ses origines magiques et à son Angleterre thatcherienne, quand d'autres personnages plus modernes, tel Spider Jerusalem, ont depuis longtemps repris le flambeau.
Et la meilleure phrase de ce numéro reste à mes yeux: I didn't even know Hilter had sex dwarfs!
Réponse avec citation
  #59  
Vieux 26/10/2009, 17h58
Avatar de EsseJi
EsseJi EsseJi est déconnecté
Reader of stuff
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: In a bar, under the sea
Messages: 36 588
EsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black DossierEsseJi est en 3D comme le Black Dossier
Je ne vois pas celui qui veut tuer Jack Carter comme MiracleMan mais plutôt comme un archétype du super-héros, après ton point de vue est intéressant et se défend.
Réponse avec citation
  #60  
Vieux 26/10/2009, 18h20
Avatar de Ivan Rebroff
Ivan Rebroff Ivan Rebroff est déconnecté
acratopège dilettante
 
Date d'inscription: novembre 2003
Localisation: Paris
Messages: 7 329
Ivan Rebroff est une petite crotte de super héros pourri
Juste, ce n'est pas Miracleman, c'est Kid Miracleman: "I didn't need the split personalities, the nervous breakdown, the shift in sexual orientation, my life being a lie [...]" est une référence évidente au projet Zarathustra du Dr. Gargunza, à Johnny Bates, à ses faux souvenirs, à ses multiples personnalités psychotiques, à son enfermement mental dans un état catatonique jusqu'à son quasi-viol par un groupe de gros bras qui l'a mené jusqu'au mythique Miracleman #15.
L'aspect graphique est clairement exagéré et renvoie, selon moi, à la façon dont aurait été dessiné Kid Marvelman (oui, on a le droit de l'appeler ainsi à nouveau), sociopathe sadique et ultra-violent muni de super-pouvoirs, dans les années 90.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 06h37.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !