Précédent   Buzz Comics, le forum comics 2018 fois meilleur que les autres ;) > > Critiques > Critiques VO

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #31  
Vieux 15/01/2018, 16h52
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 957
wildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalon
Nous y voilà : c'est la "mid-season finale", comme disent les américains pour désigner le terme de la première partie d'une saison pour une série télé - et ici appliqué au sixième épisode sur les douze au total que compteront la série Mister Miracle par Tom King et Mitch Gerads. Sachant que le titre va faire une pause au mois de Février, est-ce que cette étape décisive va nous laisser aussi pantelant que les fois précédentes ?


On retiendra d'abord, même si c'est anecdotique, que Mister Miracle #6 contient le premier texte rédigé par Brian Michael Bendis pour une publication de son nouvel éditeur : le scénariste, qui a annoncé son départ de Marvel après dix-sept ans fin 2017, signe en quelques lignes un éloge éloquent sur les qualités de la série de Tom King en expliquant que chaque année, une série se distingue, sort du lot, en mettant d'accord aussi bien les critiques que le public. Et cette année, cette série est indéniablement celle-ci.

Les faits, les chiffres, l'ont prouvé : en effet, les six premiers épisodes ont été un carton éditorial, salué par la presse, confirmé par des ventes telles que chaque numéro a dû être réimprimé à plusieurs reprises. Pour retrouver un phénomène équivalent, même si ses scores étaient moins élevés et sa parution plus inégale, sans doute faut-il remonter au Hawkeye de Matt Fraction et David Aja.

A la lecture de ce nouveau chapitre, avant la reprise en Mars (les auteurs ont bien mérité un break et stratégiquement, ce bref arrêt ne peut qu'attiser la curiosité et l'impatience du lectorat), ce qui frappera surtout, c'est ce sentiment jouissif que vous avez sans doute connu au moins une fois dans votre vie de fan : cette espèce de frisson de plaisir, cette électricité jubilatoire qui vous parcourt l'échine à mesure que vous tournez les pages de votre fascicule parce que ce que vous lisez vous donne un sourire pleinement satisfait, vous procure un bonheur intense, cette impression de perfection, de mécanique parfaitement huilée, quasiment musicale.

Il y a en effet une comparaison à établir avec une chanson dans cet épisode : dès les premières notes de l'intro, on pressent ce mouvement irrésistible qui va vous emporter telle une vague et ne redescendre qu'à la dernière page. Entre temps, vous aurez traversé une vingtaine de planches si merveilleusement écrites et dessinées qu'elles auront la puissance rythmique et la saveur harmonique d'un morceau imparable.

Ce numéro est comme un cadeau offert par Tom King à son dessinateur Mitch Gerads : jusqu'à présent on avait pu admirer la fidélité rigoureuse de l'artiste à traduire visuellement les scripts de son partenaire, mais Mister Miracle manquait peut-être de ce qui définit un comic-book super-héroïque dans ses fondations mêmes, un épisode d'action pure rehaussée de dialogues décalés où les héros accomplissaient leurs exploits (braver mille pièges, vaincre toute résistance) avec une attitude so cool.

Si on avait entrevu dans le #2 les capacités spectaculaires de combattant d'un néo-dieu comme Mister Miracle face aux Paradémons d'Apokolips, voir ici Scott Free et Big Barda dézinguer des gardes de New Genesis avec une efficacité insolente, survivre à des dragons, braver le vide ténébreux sur un fil, neutraliser Lightray après avoir échappé à une antichambre au mécanisme mortel, tout cela est absolument grisant.

Et ça l'est d'autant plus que les échanges entre Barda et Miracle sont savoureux : en franchissant des obstacles insensés, ils discutent aménagement, ameublement, gestion de l'espace commun. Cette manière de se moquer du danger en conversant des aspects les plus commodes de la vie à deux rompt avec la gravité et la réalité altérée dans sa perception des précédents épisodes. Nous sommes dans une aventure pure, un morceau de bravoure destiné à nous montrer les qualités physiques exceptionnelles des personnages parce que capables de communiquer ainsi en se sortant de difficultés incroyables.

L'exploit est aussi admirable parce que Gerads continue de l'animer en respectant ce découpage en "gaufrier" de neuf cases immuable. On a eu le temps de constater auparavant combien ce cadre formel ne l'embarrassait pas - au contraire, il en jouait en virtuose. Mais était-il possible qu'il en repousse encore les potentialités ? La réponse est affirmative : il s'amuse même avec ! Ici, il exploite l'effet de la continuité séquentielle (la bataille contre les deux gardes après le bain avec les dragons), là, il utilise l'espace négatif (à mesure que l'antichambre qui menace de les écraser se comprime, l'image rétrécit jusqu'à ne plus montrer qu'une fente lorsque Barda suite en rampant Miracle hors du piège). Chaque scène est une sorte de défi graphique dont Gerads trouve, à l'instar de son héros, la clé, la solution, mais de manière ludique : le regard du lecteur est stimulé par l'inventivité du dessinateur pour déjouer la monotonie du découpage et la répétition des menaces que doivent vaincre Barda et Miracle.

Tout cela est donc si bien fait que lorsque nous sommes à la dernière page, l'insouciance nous a (re)gagnés comme Mister Miracle alors que le plus dur (l'impossible ?) reste à faire : pénétrer dans les quartiers privés d'Orion pour qu'il annule sa condamnation à mort. Entre temps, Scott Free aura appris, de façon étonnamment désinvolte de la part de Barda, qu'il va être père et nous le quittons alors qu'il va affronter celui qui a décrété sa mort.

Tom King et Mitch Gerads sont devenus maîtres dans l'art du grand huit émotionnel, mais à mi-chemin de leur aventure exceptionnelle sur ce titre, on peut dire encore une fois qu'ils nous épatent par leur génie de l'imprévisibilité et leur exigence intacte à divertir sans abêtir. Phénoménal. Exemplaire. Magique.
Réponse avec citation
  #32  
Vieux 15/01/2018, 16h57
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 957
wildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalon
Quand Mark Millar écrivit la saga Old Man Logan il y a pile dix ans, il avait promis d'y revenir, considérant que le cadre de son histoire recelait encore du potentiel pour d'autres intrigues. Le scénariste a préféré, avec le succès que l'on sait, ensuite quitter Marvel pour voler de ses propres ailes, mais son idée a refait surface : d'abord à l'occasion d'épisodes rattachés à la saga globale Secret Wars et réalisés par Brian Michael Bendis et Andrea Sorrentino, puis pour une série régulière (successivement écrite par Jeff Lemire et Ed Brisson, toujours dessinée par Sorrentino et récemment par Mike Deodato). Aujourd'hui, Marvel a décidé d'exploiter cette dystopie avec une mini-série (et peut-être plus, si affinités) : Old Man Hawkeye, produite par Ethan Sacks et Marco Checchetto, dont l'action se situe cinq ans avant celle de Old Man Logan.


Mark Millar a toujours apprécié les éléments too much pour pimenter ses récits et/ou la caractérisation de ses personnages : on se souvient que dans Ultimates (vol. 2, #9) Hawkeye, solidement attaché à une chaise pour être torturé, tuait ses gardes en s'arrachant les ongles des deux mains pour en faire des projectiles efficacement projetés. Le scénariste récidivait avec le personnage devenu aveugle mais tirant toujours à l'arc comme personne dans Old Man Logan.

Ethan Sacks situe son histoire cinq ans avant l'histoire de Millar au moment où Clint Barton s'aperçoit que sa vue baisse et qu'on lui diagnostique un glaucome, qui va le rendre aveugle. Il s'agit donc d'un prequel et on peut imaginer la pression pesant sur les épaules de ce scénariste inconnu au moment d'investir l'univers créé par un collègue devenue une vedette du média et d'animer un personnage aussi iconique, qui a été entre temps magnifié comme rarement dans sa carrière (cf. les séries Hawkeye de Fraction-Aja, Lemire-Perez, Thompson-Romero).

Pourtant, Sacks s'en sort parfaitement avec cet épisode inaugural qui se lit d'une traite, mené sur un rythme soutenu et qui respecte l'atmosphère de fin du monde de son illustre modèle. En une série de scènes brèves, aux dialogues économes, traversées de flashs immédiatement mémorables (superbe image de Hawkeye serrant dans ses bras le corps sans vie de Black Widow), il nous plonge dans le monde d'un super-héros hanté et sur lequel vient de tomber la pire des nouvelles depuis la fin de ses pairs.

Largement inspiré à l'origine par Impitoyable de Clint Eastwood (1992), ce crépusculaire mélange de super-héroïsme et de western prend un relief particulier grâce à Hawkeye dans la mesure où l'arme du personnage est un arc, traditionnellement lié aux indiens, et parce qu'à la dernière page de l'épisode on découvre que celui qui va le traquer n'est autre que le terrifiant Bullseye qui porte sur le front la marque laissée par Daredevil (lors du run de Bendis, et reprise dans le film avec Ben Affleck), une cible. Jouer ainsi avec les symboles (à l'instar du gang Madrox, idée épatante) est bien vu.

Le projet est gâté puisque Marvel a décidé d'en confier les dessins à Marco Checchetto, dont c'est le grand retour chez les super-héros après plusieurs prestations sur des comics dérivés de la franchise "Star Wars" (propriété désormais de Disney et donc exploitée en BD par Marvel). J'ai toujours apprécié cet artiste, dont le run sur The Punisher (écrit par Greg Rucka) était remarquable. Récemment, il était l'atout principal de la mini-série consacrée à Gamora.

Son trait réaliste convient superbement à ce récit et il s'empare des personnages et du cadre avec maestria, lui conférant une puissance visuelle rare grâce à des décors soignés, des détails percutants, un découpage vif. Il est soutenu par son coloriste fidèle, Andres Mossa, qui utilise une palette aux tons chauds, avec une dominante de brun, beige, rouge, soulignant l'influence des westerns italiens.

Ironiquement intitulée An Eye for an eye, cette histoire futuriste et âpre promet beaucoup.
Réponse avec citation
  #33  
Vieux 15/01/2018, 17h02
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 957
wildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalon
Marvel deviendrait-il plus prudent en lançant à nouveau des mini-séries qui, si elles rencontrent le succès, deviendront des mensuels réguliers (alors que, jusqu'à présent, des titres étaient produits et parfois vite annulés) ? Rogue & Gambit est un de ces projets testés dans ce sens et confié à une scénariste sur laquelle semble compter l'éditeur, la brillante Kelly Thompson, en misant sur deux X-Men qui formèrent pendant longtemps un des couples les plus populaires chez les mutants.


Les aventures de Rogue & Gambit permettront-elles à Kelly Thompson de rebondir durablement après l'annulation annoncée (et fort regrettable) de sa série Hawkeye (à partir de Mars prochain) ? On veut l'espérer, même si la rumeur court qu'elle a été choisie par Brian Michael Bendis pour reprendre la série Jessica Jones (ce qui ne serait pas un mince honneur).

Venant s'ajouter à une collection pourtant déjà abondante de titres mutants, mais qui va probablement être réformée dans les prochains mois, ce nouveau projet est pour l'instant prévu comme une publication à court terme. Marvel mise sur la popularité de Rogue (qui fut longtemps une de ses héroïnes les populaires, toutes franchises confondues) et la nostalgie que provoque chez les fans des années 90 son couple avec Gambit (même si le cajun a depuis perdu beaucoup de son lustre).

Thompson s'empare du duo avec beaucoup d'aisance : on retrouve ce goût pour la comédie légère et l'action trépidante, qui rend immédiatement la lecture plaisante et dynamique. L'enjeu de la mission est vite posé, le mystère est accrocheur, la relation entre les deux héros rappelle le meilleur des romances contrariées avec une tension sentimentale bien exploitée. Les dialogues sont enlevés, on ne s'ennuie pas, et l'ambiance est prenante dès le prologue puis à l'arrivée du tandem sur l'île de Paraiso. La chute de ce premier épisode, après une ellipse audacieuse, est irrésistible : on a envie de lire la suite.

Au dessin, on peut déplorer que Marvel n'ait pas confié la tâche à un artiste moins passe-partout que Pere Perez, qui a souvent servi de doublure à Clayton Henry (notamment depuis que celui-ci travaille chez Valiant). Néanmoins, le résultat est propre, les personnages expressifs, mais tout ça manque de relief, de personnalité : le découpage est très classique (malgré une scène, dans l'avion, bien mise en scène avec quatre cases occupant toute la largeur de la bande, dont la valeur de plan ne varie pas), l'encrage lisse. Même la colorisation, d'habitude sombre de Frank d'Armata, se fait plus nuancée.

Sans prétention, mais excellemment écrit et inspiré, ce numéro inaugural de Rogue & Gambit est très agréable, malgré un graphisme trop sage : sa fraîcheur est son meilleur atout. Pas sûr que ça suffise pour en faire un hit, mais cette modestie sympathique est préférable à une ambition déplacée.
Réponse avec citation
  #34  
Vieux 15/01/2018, 17h14
Avatar de JB
JB JB est connecté maintenant
GenSen
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: juin 2013
Messages: 7 698
JB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titansJB est un teen titans
Merci pour ces retours, mais il faudrait peut-être éviter la pub pour un site de diffusion illégal sur la dernière couverture...
Réponse avec citation
  #35  
Vieux 15/01/2018, 17h26
Avatar de archerhawke
archerhawke archerhawke est connecté maintenant
.
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2007
Messages: 2 494
archerhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frostarcherhawke se tape Emma Frost
Je me suis permis de changer l'image. Merci JB d'avoir fait remarqué ce point.
__________________
les boobs c'est la vie !!
Ma Wishlist Comics
Réponse avec citation
  #36  
Vieux 15/01/2018, 17h27
Avatar de Fred le mallrat
Fred le mallrat Fred le mallrat est déconnecté
Généalogiste sénile
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: bordeaux
Messages: 16 665
Fred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'éponge
Citation:
Posté par wildcard
Voir le message
Trois numéros après sa reprise par Mark Waid et Chris Samnee, c'est déjà la fin du premier arc narratif, Home of the Brave que signe ce 697ème épisode. Au menu : un hommage aux Chasses du Comte Zaroff de Ernest B. Schoedsack et Irving Pichel (1932) et un dénouement renvoyant à un événement mythique concernant Captain America !


Si l'on est mal disposé ou blasé, la réussite encore une fois exemplaire de cet épisode fera lever les yeux au ciel, mais comment ne pas être conquis devant tant de brio ? C'est une nouvelle leçon de narration que nous livrent le duo Waid-Samnee dont la complicité semble sans limites.

Depuis qu'ils ont repris les rênes de la série, en envoyant son héros sur les routes de l'Amérique profonde, en quête de réponses sur son image de représentant de la patrie, suite aux événements de la saga Secret Empire, on pouvait penser que ce road trip occuperait les lecteurs jusqu'au numéro 700, après quoi s'opérerait un tournant par le biais d'un rebondissement dramatique. Mais cette routine attendue ne colle pas avec l'énergie du scénariste et de son dessinateur.

En vérité, cela n'est guère étonnant qu'ils aillent si vite en besogne tant le rythme a été soutenu depuis trois épisodes. Pourquoi freiner alors ? Et, plus encore, pourquoi changer ce qui a si bien réussi dans les précédents efforts communs de Waid et Samnee dans Daredevil et Black Widow ? Waid, en particulier, aime surprendre le public en donnant à ses héros des adversaires inattendus, de telle sorte qu'on ne sache pas qui va gagner (même si les conventions incitent évidemment à penser que la vedette du titre remportera la victoire). Plus familier de l'univers de Spider-Man, Kraven défie ici Captain America.

L'histoire cache cependant bien son jeu, sur plusieurs plans : le mobile du méchant ne se résume pas à la chasse à l'homme à laquelle il contraint le vengeur étoilé, tout comme le rôle de l'otage sur lequel veille Captain America n'est pas si innocent, et le dénouement aboutit à un surprise vraiment étonnante. Voici Steve Rogers à nouveau prisonnier d'un énorme bloc de glace, comme celui dans lequel il passa plus de quinze ans entre la fin de le seconde guerre mondiale et son réveil en 1963 quand les Avengers le découvrirent.

Samnee imprime un telle dynamisme au découpage que Waid réduit ses dialogues au minimum, moins par paresse que pour faire du silence un élément angoissant supplémentaire dans le domaine truffé de pièges et de menaces de Kraven. Le dessin clair, expressif, constamment lisible, nous immerge dans l'action, nous transporte dans ce paysage et participe à nous faire vibrer.

Le génie de Samnee s'exprime parfaitement quand il s'agit d'alterner les distances dans des compositions très simples : ainsi Kraven est-il le plus souvent montrer de loin, silhouette minuscule mais bien présente et dangereuse, alors que Captain America et son compagnon d'infortune sont cadrés de plus près pour qu'on lise toutes leurs émotions sur leurs visages, dans leurs attitudes. Lorsqu'à la fin, le chasseur et sa proie sont réunis, la valeur des plans restaure leur égalité visuelle, la partie est finie, ne subsiste plus que le duel.

Waid en profite alors, dans les ultimes pages, pour boucler la boucle en ramenant dans le champ l'organisation suprématiste du Rempart, apparue dans le #695. L'avenir, sans doute très proche, nous dira si ce groupuscule a le charisme nécessaire pour former une menace d'envergure suffisante, ou s'il ne s'agit que d'un ersatz d'une formation néo-nazie déjà existante : il semble néanmoins qu'en l'inventant, le scénariste a voulu éviter, avec bon sens, de mettre en scène l'Hydra, manière de rompre avec Secret Empire (tout comme, au début de son run sur Daredevil, il avait neutralisé plusieurs clans criminels convoitant un même bien détenu par le justicier aveugle).

La suite s'annonce en tout cas très prometteuse, confirmant que la série s'est imposée comme la plus attractive de l'ère "Legacy" (au point d'ailleurs que Waid et Samnee devraient continuer à l'animer plus longtemps que prévu).

*
On trouvera, après le dénouement, un page supplémentaire, dessinée par Leinil Yu avec Wolverine. Marvel a décidé d'orchestrer le retour du mutant de manière très dosée, en le faisant apparaître dans diverses séries, à la manière des scènes post-générique de fin de ses films (sans doute en prévision d'une future nouvelle série Wolverine). Le procédé est curieux mais inoffensif. Ici, il s'intègre sans problème (quand bien même le style graphique tranche avec celui de Samnee) grâce à l'apparition de Wolverine qui cherche Rogers alors que celui-ci vient juste d'être piégé.
J ai trouvé qu il manquait quand meme de surprise... rien ne m a vraiment étonné.
Rempart ressemble plus aux sons of serpents ou watchdogs qu à un groupuscule néonazis.. je trouve. Ce qui ne change pas le fait que ca pullule déjà dans la mythologie du Captain.
Je suis moins enthousiaste que toi car si je reconnais le génie de Samnee (le 2me episode était moins bon graphiquement), je trouve que Waid est en dessous... pas forcément sur cette série.. en général .. et que dans le duo, on voit que BW et Cap sont des séries qu a voulue Samnee.. il est formidable dessus mais, le scenario est minimaliste (comme d autres séries où le graphisme a pris le pouvoir comme Nick Fury ou Doc Strange & Sorcerers)
Réponse avec citation
  #37  
Vieux 15/01/2018, 17h32
Avatar de Fred le mallrat
Fred le mallrat Fred le mallrat est déconnecté
Généalogiste sénile
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: bordeaux
Messages: 16 665
Fred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'épongeFred le mallrat boit comme Bob l'éponge
Citation:
Posté par wildcard
Voir le message
Les faits, les chiffres, l'ont prouvé : en effet, les six premiers épisodes ont été un carton éditorial, salué par la presse, confirmé par des ventes telles que chaque numéro a dû être réimprimé à plusieurs reprises. Pour retrouver un phénomène équivalent, même si ses scores étaient moins élevés et sa parution plus inégale, sans doute faut-il remonter au Hawkeye de Matt Fraction et David Aja.
Je suis d accord avec toi sur cette série.
Elle est une des rares où le scenar et le graphisme sont au diapason, l un rivalisant avec l autre justement.
Et tu sais que je suis pas fan de king...
Bon aprés les reimpressions dependent du tirage..
Combien de séries qui n ont pas durées ont eu des reimpressions... Ons ait tous que souvent c est du marketting ...

Bon aprés c est clair que Mr Miracle vend bien au regard des autres séries et que dans le contexte US c est un succes certain... pour un personnage qui n est pas parmi les plus vendeurs. Ca ressemble en effet à Hawkeye.
Réponse avec citation
  #38  
Vieux 15/01/2018, 17h32
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
BKV addict
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 29 926
arrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frost
Valiant Secret Weapons #0

SECRET WEAPONS #0

W : Eric Heisserer
P et I : Adam Pollina

Focus sur la vie de Nikki Finch, psiot, avant et après l'activation de ses facultés par la fondation de Toyo Harrada.

Je n'ai pas lu la LS Secret Weapons, spin off aux séries Harbingers, mettant en scène des psiots oubliés car leur pouvoir ne vaut pas tripette sur le terrain. C'est des clones de Doug Ramsey (celui des années 80) à la sauce moderne.
Bien évidemment je compte me rattraper avec le TP récemment sorti.
Alors pourquoi acheter ce numéro ? Deux raisons : déjà c'est un one shot et puis surtout c'est la présence du trop rare Adam Pollina aux dessins qui m'a convaincu de me procurer ce numéro spécial.
Côté histoire pas besoin de connaitre ce qui c'est passé dans la LS. Par contre, et c'est mon cas, une bonne connaissance de la série Harbingers est fortement recommandé. Ensuite narration je découvre Eric Heisserer qui assure en proposant une histoire ciblé sur les affres de l'adolescence et en une vingtaine de page le scénariste arrive à capter l'essentiel, à aller droit au but. Il décrit plusieurs moments clés de la vie de Nikki dans son lycée (amour, copine, parcours scolaire, parents), admission à la fondation (test, cours, amis, peur, découverte de ses pouvoirs dans une scène assez drôle, relation avec son père), puis nouvelle fondation (déménagement, nouveaux amis, mal être) puis la fuite avec les drames suites aux révélations dans Harbingers #24 pour arriver à ce qui doit être le début de Weapon Secrets.
Quand je parle de de moments clés il faut le lire comme des photos instantanées car toutes les pages sont découpes en 4 cases horizontales uniquement, avec Nikki à chaque fois au centre et souvent répétant la même pose. Le scénariste pour nous immerger un peu plus insère la date des "photos" ou bien le nombre de jours passés dans les fondations de Harada. La fin est émouvante et montre ce qu'un pouvoir même mineur peut faire, comme vous sauver la vie.
C'est là que Adam Pollina fait merveille car son trait n'a rien perdu de sa force à capter les expressions des personnages. On peut regretter qu'à l’instar d'un Carlos Pacheco ou d'un Steve Skroce son trait se soit un peu lissé.

Nouveau personnage, pouvoir pourri, bref tout pour s'ennuyer et pourtant non. Je retiens de ce numéro un vielle adage qui trouve tout son sens : il n'y a pas de mauvais personnage, seulement des scénaristes peu inspirés. Eric Heisserer fait des merveilles et son écriture y est clairement pour quelque chose.
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #39  
Vieux 15/01/2018, 17h36
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
BKV addict
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 29 926
arrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frost
Citation:
Posté par Fred le mallrat
Voir le message
Je suis d accord avec toi sur cette série.
Elle est une des rares où le scenar et le graphisme sont au diapason, l un rivalisant avec l autre justement.
Et tu sais que je suis pas fan de king...
Bon aprés les reimpressions dependent du tirage..
Combien de séries qui n ont pas durées ont eu des reimpressions... Ons ait tous que souvent c est du marketting ...

Bon aprés c est clair que Mr Miracle vend bien au regard des autres séries et que dans le contexte US c est un succes certain... pour un personnage qui n est pas parmi les plus vendeurs. Ca ressemble en effet à Hawkeye.
Je reste constant et pas forcément d'accord avec la majorité sur Mister Miracle
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #40  
Vieux 15/01/2018, 17h49
ArnaudXIII ArnaudXIII est déconnecté
Super Héros plus fort que ta mére
 
Date d'inscription: juin 2011
Localisation: Lyon
Messages: 1 320
ArnaudXIII est une petite crotte de super héros pourri
Adam Pollina???? Punaise, je suis passé complétement à côté! Je vais jeter un oeil (ou deux) à ce numéro.
Il dessine le numéro entier ou bien il y a un back-up?
Réponse avec citation
  #41  
Vieux 15/01/2018, 17h58
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
BKV addict
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 29 926
arrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frostarrowsmith se tape Emma Frost
Il dessine le numéro en entier et de main de maitre
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #42  
Vieux 15/01/2018, 18h50
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est déconnecté
Aventurier d'imaginaire
 
Date d'inscription: juin 2004
Localisation: Xanadu
Messages: 19 708
Ben Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour StarkBen Wawe pisse du haut de la Tour Stark
Je partage l'avis de Wildcard sur Mister Miracle (un bijou de maîtrise et de profondeur) et sur Rogue & Gambit (une friandise sucrée qui flatte le fan des personnages et du soap).
__________________
Elijah Snow : "It’s a strange world."
Jakita Wagner : "Let’s keep it that way."

Warren Ellis.
Réponse avec citation
  #43  
Vieux 15/01/2018, 19h06
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 10 913
Slobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter BuildingSlobo lave ses slips au Baxter Building
Merci pour les avis ... Mais vous êtes chiants vous me donner envie de prendre des trucs que j'avais pas prévu ^^
Réponse avec citation
  #44  
Vieux Hier, 16h29
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 957
wildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalon
Citation:
Posté par JB
Voir le message
Merci pour ces retours, mais il faudrait peut-être éviter la pub pour un site de diffusion illégal sur la dernière couverture...
Au temps pour moi : j'ai cherché une image de la couv' sur Google images et j'ai posté celle-ci sans en vérifier la provenance.
Réponse avec citation
  #45  
Vieux Hier, 16h33
Avatar de wildcard
wildcard wildcard est déconnecté
Hawkguy
 
Date d'inscription: février 2009
Localisation: Chez moi
Messages: 10 957
wildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalonwildcard porte un slip rouge par dessus son pantalon
Citation:
Posté par arrowsmith
Voir le message
Je reste constant et pas forcément d'accord avec la majorité sur Mister Miracle
Pour ma part, comme tu le sais à travers nos discussions fréquentes sur King et "Mister Miracle" notamment, je suis très client. Mais je comprends que la série divise car elle désoriente - c'est d'ailleurs, me semble-t-il, un de ses objectifs affichés.

Maintenant, ceci étant dit, je pense aussi que certains lecteurs apprécieront sans doute mieux "Mister Miracle" une fois la série achevée et en mesure, donc, de la lire d'une traite, ce qui permettra sans doute d'en saisir toutes les nuances, d'en révéler tous les secrets.

J'ai pris le parti d'en accepter les aspects les plus déroutants et je la savoure pour ça, mais il faut être joueur effectivement.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Avis VO Janvier 2016 (Avec tous nos voeux) Slobo Critiques VO 94 04/04/2016 13h14
Meilleurs voeux à tous Slobo Forumers 26 03/01/2013 09h03
Buzz comics awards 2008, preparez-vous et donnez votre avis! EsseJi Comics Culture 56 13/12/2008 21h33
Skype et vous : conseils et avis, SVP gourvy Brêves de comptoir 4 04/02/2008 00h19
Meilleurs voeux, Benny Thorn Forumers 13 17/07/2006 23h24


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 00h48.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !