Précédent   Buzz Comics, le forum comics qui tease mais ne spoile pas ;) > > A vos plumes !

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #1  
Vieux 22/03/2005, 18h38
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
En pleine Morlockisation
 
Date d'inscription: juin 2004
Localisation: Xanadu
Messages: 21 281
Ben Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme Yorick
The Vigilante : série de fanfictions

Episode 1 : Renaissance


Ce fut d’abord la douleur qui le réveilla. Une douleur âpre, violente, agressive. Il ne pouvait pas déterminer où il avait mal, il savait juste qu’il souffrait. Il ne pouvait pas bouger, pas crier, pas sentir, rien. Il n’avait que la douleur qui transperçait son corps qui devait être meurtrit. Mais par quoi ? Ou qui ?

Ses années de lutte lui avaient appris à toujours se tenir prêt, à toujours utiliser chaque instant où l’adversaire le croyait hors course pour récupérer, se lever, se battre et gagner. Mais là, il n’y arrivait pas. Malgré tout ce qu’il avait, l’homme ne pouvait surpasser la douleur. De plus, ses sens étaient totalement inactifs. Pourquoi ? Il n’avait pas souvenir de s’être fait attaqué…d’ailleurs, il n’avait pratiquement aucun souvenir…

« Adrian ? »

Une voix sourde, diffuse et lointaine se fit entendre aux oreilles de l’homme. Il entendait. Donc tous ses sens n’étaient pas éteints. Il devait être sous le coup d’une drogue quelconque, et elle devait être en train de disparaître lentement…

« Adrian ? »

Encore cette vois, mais elle se faisait plus présente comme si il se rapprochait de celui qui parlait…il devait sortir lentement d’une longue inconscience.

« Adrian, tu m’entends ? »

L’homme aurait voulu répondre, dire quelque chose, bouger une partie de son corps, mais il ne pouvait pas…il essayait de se concentrer, mais son corps ne répondait pas, comme si il n’était pas encore réveillé…

Soudain, alors qu’il se concentrait pour bouger un de ses doigts, la lumière arriva. Puissante, forte, lourde et terriblement douloureuse. Encore la douleur. Cela commençait à faire beaucoup, pensa-t-il. On aurait dit que ses yeux s’éveillaient lentement, comme si c’était la première fois qu’ils voyaient la lumière, que ses paupières se levaient pour faire apprécier à son cerveau les images de l’extérieur.
Il ne voyait rien au départ, du blanc qui faisait mal aux yeux. Puis, petit à petit, l’homme commença à discerner des ombres, des formes. Lentement, douloureusement, ces formes devenaient des objets, il commençait à mieux entrevoir le monde autour de lui, même si il ne voyait toujours pas grand-chose. Au mieux, des formes, au pire, des ombres de cauchemars.

« Adrian, tu vas bien ?
- Qu…qu…i…ê…e…tes…vo…ous… ? »

L’homme avait du mal à parler, à ouvrir sa bouche. Chaque syllabe était pour lui un effort surhumain, sa langue étant molle et son corps peu réceptif à ses ordres.

« Mon nom importe peu pour le moment, Adrian Chase. Sache juste que si tu revis, c’est grâce à moi. Pour le moment, tu dois te rappeler de peu de choses. C’est normal, le processus de résurrection est douloureux et « zappe » un peu les souvenirs. Tu dois avoir mal aussi. C’est normal aussi, mais cela passera. Je vais partir avant que ta vue ne soit à nouveau opérationnelle, Adrian. On se reverra. Tu me dois tout, et tu vas bientôt me servir. Ne l’oublie pas. Mais pas de suite. Beaucoup de choses ont changé depuis ta mort. Il faut que tu te réhabitues. A ce moment là seulement, il sera temps de payer ta dette. »

Il ne voyait pas du tout le visage de celui qui lui parlait. Il n’entendait presque pas sa voix, elle était trop diffuse. Pourquoi lui disait-il tout cela ? Qui était-il ? Pourquoi lui avait-il privé de son repos ? Adrian Chase se posa toutes ces questions, et voulut y répondre, mais la douleur, le sommeil et l’inconscience eurent raisons de lui, et il retomba dans le coma…




Adrian se réveilla lentement, de façon moins douloureuse qu’avant. Il avait encore un peu mal, mais beaucoup moins qu’avant, et avec tout ce qu’il avait vécu dans sa vie, cela n’était pas grand-chose. Il était couché cette fois-ci, alors qu’avant il devait être assit sur une chaise, enfin c’est ce qu’il croyait avoir sentit. Mais comme ses sens avaient été hors service, il ne pouvait jurer de rien. Là, il était couché, et c’était tout ce qu’il voulait savoir : il aurait le temps de penser au passé quand il aurait sécurisé le présent.

Chase se retourna sur les deux côtés du lit ou de l’endroit sur lequel il était couché, pour regarder sa taille en faisant semblant de dormir. C’était un lit simple et unique au vu de la distance entre ses bords. De plus, Adrian était sur des draps doux au touché. Donc l’hypothèse comme quoi il était prisonnier était à exclure, ses ennemis utilisant généralement peu les lits à draps comme prison. Mais alors, où était-il ?

L’homme utilisa alors ses sens retrouvés pour chercher la trace d’une présence, humaine ou autre. Tout en ayant toujours les yeux fermés, Adrian écouta, renifla, pour sentir ou entendre quelque chose. Mais rien. A part une odeur de lit propre et de naphtaline, il n’y avait rien dans cette pièce.

Chase ouvrit alors les yeux rapidement, se dépêchant de balayer du regard l’endroit pour éventuellement sauter et se protéger d’une attaque. Mais il n’y avait rien, comme ses autres sens et son instinct lui avaient indiqués. Avec sa vue, il pu faire une rapide observation des lieux. Il était dans une chambre de taille moyenne, aux volets fermés. Son lit était un lit à rebords en bois un peu surélevé. Il y avait une table de nuit à sa droite, avec verre et carafe dessus. Au fond à gauche se trouvait une vieille armoire en bois, et juste à sa gauche il y avait une porte du même matériau.

Adrian décida de se lever, et de commencer à rechercher quelque chose pour se défendre, une arme au mieux, un bouclier au pire. L’homme blond se leva difficilement, son corps lui rappelant la douleur lancinante à chaque geste. Mais il continuait. Il chercha d’abord dans la table de nuit pour ne trouver qu’un piège à souris sous le meuble. Chase fouilla alors sous le lit sans rien trouver, puis s’attaque à l’armoire. Il y avait de vieilles chemises, un vieux jean et des pantalons anciens. Une paire de chaussure était posée à droite de l’armoire, ainsi qu’un caleçon et d’une paire de chaussettes de sport. L’instinct d’Adrian lui dit que cela devait être pour lui. Mais pourquoi ? Qui aurait pu l’aider ? Des inconnus, sûrement, mais pourquoi ? Ils ne connaissaient rien de lui, et pourtant ils l’avaient aidés…

Chase, qui ne se rappelait rien à part son nom et son prénom ainsi que quelques souvenirs de guerre, cris et meurtres, s’habilla avec un t-shirt rouge, le vieux jeans et ce qui avait été posé à côté de l’armoire. Lentement, il ouvrit légèrement la porte pour entrevoir où elle débouchait. C’était un couloir assez grand, avec de la moquette jaune par terre et un papier peint pourpre sur les murs. Il y avait une lampe halogène au fond, juste à côté d’une porte entrouverte où des sons sortaient.

Utilisant les méthodes d’infiltration qu’il connaissait étrangement par cœur, Adrian sortit de la pièce, observant chaque coin du couloir pour trouver un éventuel ennemi, mais il n’y avait rien. Chase refusait quand même de se relâcher, conscient que la douleur reviendrait plus vite si il se déconcentrait, et surtout il savait aussi que cette absence d’ennemis pouvait être un piège pour mieux le tuer.

Il arriva finalement à la porte entrouverte, dans laquelle il jeta un œil discret et après s’être assuré qu’on ne pourrait pas le piéger. A l’intérieur se trouvaient deux personnes de 50 ans environ, un homme de taille moyenne, les cheveux rares et assez fatigué, et une femme aux cheveux blancs, encore alerte et tricotant une sorte de pull en laine en train de regarder les infos. Donc c’était soit le soir, soit le matin. Bonne indication.

Chase, après être resté dix minutes à observer ses hôtes pour connaître leurs habitudes et savoir quand frapper, ouvrit lentement et sans bruit la porte, se faufila vers le fauteuil de la femme, attendit quelques instants, puis se leva et enroula son bras droit sous le cou de la vieille, faisant tout pour ne pas lui faire mal. Pas tout de suite, en tout cas.

La femme étouffa un cri de stupeur tandis que l’homme tentait de se relever, mais eut peur pour lui et la vieille, et donc ne fit rien en fixant du regard Chase, qui était concentré et semblait être robotisé. Après quelques instants, il parla d’une voix monocorde.

« Où suis-je ? »

Ce fut l’homme qui parla, sa voix pleine de peur.

« Che…chez nous…
- Où ?
- Ban…banlieue de Métropolis…
- Comment je suis arrivé ici ?
- Je…je vous ai trouvé dans…dans un vieux hangar et ramené ici…
- Pourquoi ? J’crois pas vous connaître…
- Vous…vous m’avez sauvé la vie, il y a plusieurs années.
- Quoi ? »

Adrian, surprit et conscient qu’ils ne pouvaient rien contre lui, desserra son emprise et libéra la femme qui n’osait toujours rien dire.

« Vous ne vous rappelez pas ? Vous m’avez sauvé lors d’une attaque de banque…vous avez tué les voleurs, mais vous aviez eu raison, ils voulaient tous nous abattre…
- Je n’ai pas souvenir de cela.
- Vous ne vous rappelez pas ? Après tout, avec tout ce que vous avez fait, c’est normal de ne pas se rappeler d’un si petit événement…
- Qu’ais-je fais de si exceptionnel ?
- Et ben, toutes les choses quand vous étiez le Vigilant, monsieur Chase… »

Le Vigilant…des flots de souvenirs revinrent alors à un Adrian Chase médusé et comme frappé par la grâce…il se rappela alors pratiquement tout…sa vie…sa famille…son travail…ses amis…ses fiertés…son amitié avec Robin…puis…l’horreur…sa famille tuée sous ses yeux…il revoyait encore la scène, et elle faisait toujours aussi mal. Il tomba à genoux sous le coup des souvenirs. L’homme voulut l’aider, mais Chase rejeta son aide et rejeta la douleur. Il devait continuer, il devait se rappeler…il revit le moment où il devint le Vigilant…il revit les luttes, les combats, les blessures…il revit son ennemi juré, l’Eléctrocuteur…il revit la traque qu’il dû subir…et enfin, il revit sa mort, son suicide, ce qui le fit tomber une nouvelle fois dans l’inconscience, pas sûr de vouloir revenir après avoir revu les tourments de sa vie passée…
__________________
Elijah Snow : "It’s a strange world."
Jakita Wagner : "Let’s keep it that way."

Warren Ellis.
Réponse avec citation
  #2  
Vieux 22/03/2005, 19h27
Avatar de Geoffo
Geoffo Geoffo est déconnecté
Burnout guy
 
Date d'inscription: août 2002
Messages: 3 331
Geoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'ElektraGeoffo a le phone d'Elektra
La suite, sale punk!
__________________
Artist on Burnouts & Layout Artist on Ironheart
Geoffo gribouillo : Insta & FB
Réponse avec citation
  #3  
Vieux 22/03/2005, 21h18
Avatar de cytrash
cytrash cytrash est déconnecté
Geek sénile faignant
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2004
Localisation: Recherche Kory et Donna
Messages: 20 329
cytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarnécytrash est Jack Kirby réincarné
un peu long à démarrer mais vraiment sympa !
et je vois que le topic vigilante t' a été utile
la suite ,vite !
__________________
Daenerys à Tyrion: Je suis venue ici pour boire du Cacolac et casser des gueules.
Et je viens de finir mon Cacolac !
Les recap' rigolotes
Réponse avec citation
  #4  
Vieux 23/03/2005, 15h14
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
En pleine Morlockisation
 
Date d'inscription: juin 2004
Localisation: Xanadu
Messages: 21 281
Ben Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme YorickBen Wawe voudrait être le dernier homme sur terre, comme Yorick
Episode 2 : Acte Citoyen

Encore une fois, Adrian se réveilla avec la douleur. Cela faisait déjà deux fois, et cela faisait toujours aussi mal…ça ne s’arrêterait donc jamais ? Mais alors que les fois précédentes, c’était une douleur physique qui avait accompagnée son retour à la conscience, cette fois-ci la douleur était morale et psychologique.
En effet, avant, il ne se rappelait de rien…il avait fallu qu’on lui dise qu’il était le Vigilant, qu’on lui rappelle toute l’horreur et le désespoir de sa vie passée pour qu’il tombe dans l’inconscience, écrasé par le poids d’une vie insupportable.

Là, dans ce lit mouillé par la transpiration du sommeil agité d’Adrian, Chase se demandait quoi faire. Tous ces souvenirs, sa vie l’avaient forcés jadis à se suicider…à l’époque, enfin à l’époque, pour lui cela faisait à peine quelques heures…oui, à l’époque, il n’avait plus pu supporter ce poids écrasant…supporter toutes ces années de lutte pour aboutir au même statut quo…supporter de savoir qu’il trahissait un peu sa famille tuée en tuant lui-même…

Que devait-il faire donc, maintenant ? On lui avait donné une sorte de seconde chance, il devait la saisir…mais pour faire quoi ??? Encore sa croisade sanglante ? Il avait déjà tenté le coup, et cela avait mal fini…peut-être devrait-il tenter de mener une vie normale, mettre son savoir au service d’autrui…mais comment ? En tout cas, Adrian ne voulait pas redevenir le Vigilant, trop de mauvais souvenirs étaient liés à cette période de sa vie…

En se levant, remarquant alors qu’il était tout habillé, Chase décida de tenter de reprendre goût à la vie, en retrouvant des repères et en cherchant celui qui l’avait réveillé…car Adrian n’était pas véritablement d’accord pour faire n’importe quoi pour son mystérieux bienfaiteur…





Il faisait sombre dans l’entrepôt abandonné de la banlieue de Washington. Cela faisait longtemps que l’homme n’était plus venu ici. Des années, en fait. En observant le matériel poussiéreux et pratiquement obsolète, l’inconnu soupira fortement. Il avait abandonné tout cela des années auparavant…pourquoi recommençait-il maintenant, se demandait-il ?

Parce qu’on lui avait dit qu’Adrian était revenu…Adrian, mon dieu…cela rappelait tant de souvenirs…il avait arrêté définitivement quand Chase avait disparut de la surface de la Terre…il avait été en quelques sortes son modèle, sa conscience, sa Némésis même…à quoi bon continuer sans lui ? Il s’était donc rangé et vécut une vie sans saveur…

Jusqu’à hier. Hier, un être étrange était venu lui parler, lui dire que Chase était de retour…bien entendu, il ne l’avait pas cru, mais quand il avait vu la photo…Adrian, avec derrière un avion construit il y a peu…avec ses relations, il avait fait faire des analyses pour vérifier que ce n’était pas un montage…et ce n’en était pas un. Il était de retour. Enfin, avait-il soupiré. La lutte allait reprendre, il fallait qu’il démontre à Chase que la Justice qu’il donnait n’était pas la bonne, il fallait qu’il lui montre la vérité…et pour cela, rien de mieux qu’un petit feu d’artifice, pensa-t-il en souriant…







Quelques jours plus tard, centre ville de Métropolis. Chase marchait tranquillement, reprenant goûts et sensations en se baladant dans la ville. Il ne savait pas vraiment depuis combien de temps il…comment dire ? Il avait disparut…et en tout cas, beaucoup de choses avaient changées, et c’était dur pour lui de tout reprendre à zéro avec une mémoire défaillante…

Mon dieu, pensa-t-il, que le monde était différent ! Les héros étaient devenus de véritables icônes pour certains, Superman étant toujours le chouchou de tous. Adrian avait grappillé quelques infos sur ces derniers exploits, et c’était demandé si il n’avait pas orchestré tout cela. Qui croirait vraiment qu’une météorite de sa soi-disant planète d’origine viendrait sur Terre juste pour le détruire, lui ? Personne, et pourtant tout le monde avait gobé cela…et quand il a démissionné le Président Luthor, personne n’a moufté, comme si c’était normal…mais ce n’était pas normal. Même si c’était un pourri, ce que Adrian reconnaissait bien sûr, il avait été élu par le peuple…et le peuple avait bien élu Reagan ou Bush à une époque…

Chase avait ensuite découvert qu’il y avait eu beaucoup de drames durant son absence aussi…apparemment, Coast City avaient été rasée ! Il ne savait pas du tout pourquoi, comment ou autre chose, mais avait été plus que choqué par cette nouvelle…un relent d’envie de justice s’était alors soulevé en lui, mais il l’avait calmée : il ne pouvait rien contre quelqu’un capable de cela…
Adrian avait aussi vu que la JLA, cette assemblée de débiles en collants qui ne faisaient pas grand-chose, accueillaient maintenant ce dingue de Plastic Man…comment c’était possible ? Même si il ne les aimait pas, Chase les respectait au moins pour ce qu’ils avaient faits, mais maintenant…

Et puis il y avait Batman. Au fond, Chase avait toujours été intrigué par le Justicier de Gotham…il avait toujours mélangé un profond respect pour Batman et aussi un peu de dégoût de tellement sous-utilisé son ami Robin…Robin…qu’était-il devenu ? Sur les rares images qu’il avait trouvé dans les journaux, il semblait avoir changé de costume et il semblait être différent…l’homme blond en imper qui déambulait dans les rues de Métropolis réprima un frisson en pensant qu’il y avait pu lui arriver quelque chose…

Mais il ne voulait pas penser à cela. Il avait autre chose à faire. Adrian se dirigeait vers la ligne de métro futuriste qui le ramènerait près des Johnson, la famille qui l’avait accueillie…Chase se demandait toujours si il pouvait leur faire confiance, malgré tout l’amour et l’amitié qu’ils lui avaient donné depuis son retour…ils l’avaient aidé, soigné et informé comme des parents le feraient pour un fils mais…il n’était pas leur fils, il ne le serait jamais et il partirait bientôt pour ne plus supporter leurs attentions un peu trop lourdes à son goût…

Soudain, alors qu’il passait par une rue sombre, Chase entendit des bruits de lutte et des cris étouffés dans une rue adjacente à la sienne. Pour n’importe qui, cela serait resté un vague son, mais il avait été entraîné pour cela, et il avait trop d’expérience pour se laisser berner. Lentement et sans bruit, le trentenaire se déplaça jusqu’à l’impasse d’où venaient les sons. Risquant un œil par-delà le mur et en cachant le reste de son corps, Adrian vit alors deux hommes, un blanc et un noir, habillés de joggings blancs, en train de déshabiller une fille pour la violer. Elle était encore jeune, pas loin de 14 ans, et était habillée un peu trop adulte pour Chase. Mais cela ne faisait rien, elle ne méritait pas cela.

Sans réfléchir à ses actes, et conscient qu’il devait intervenir, Adrian marcha lentement et bruyamment, faisant crisser la semelle de ses baskets sur le sol sale. Un des hommes le regarda alors d’un œil mauvais, avant de crier fortement des mots difficilement compréhensibles.

« Dégage, hé pédé ! Sinon on va te faire les fesses à toi aussi avant d’te niquer ta race !
- Si vous me « faites les fesses », comme tu dis, cela voudrait dire que vous êtes « pédés », truffions.
- Va lui massacrer la gueule ! Je me vide dans la pouffiasse !
- Non, arrêtez, lâchez-moi !
- Ta gueule, connasse, et ouvre ta bouche que je te t’empêche de parler !
- On ne parle pas ainsi à une dame… »

Adrian marchait lentement, mettant un pied devant l’autre mécaniquement pour bien observer ses ennemis…deux hommes, la vingtaine, faisant peu de sports, se croyant invincibles…cachent sûrement des armes, blanches ou autres…dangereux, donc, car pouvant tirer à tout instant…en souriant, Chase pensa que cela lui ferait du bien de se dérouiller un peu…

Le blanc courut vers lui, sortant de sa bouche un petit couteau rétractable. Que ça ? Pff, cela allait être du gâteau, pensa Adrian. Quand son ennemi arriva devant lui, lançant en avant son bras pour toucher Chase au visage et ainsi lui donner l’avantage, le trentenaire intercepta la main rapidement, ce qui choqua le jeune homme. Comment ce gus avait-il fait ça, se demanda-t-il ? Il n’eut pas le temps de se poser plus de questions : Adrian, en souriant, fit tourner son poignet pour le faire se cambrer de douleur, puis fit se rencontrer son genou et le nez de son adversaire, qui fut projeté contre un mur, inconscient.

« Oh merde… »

C’était le noir qui venait de dire cela, lâchant par la même occasion la gamine qu’il n’avait pas encore pénétrée. Surprit, apeuré, il voulut courir pour se cacher, échapper à ce dingue qui avait mit son pote KO en quelques instants, mais Adrian n’était pas d’accord. Ramassant le couteau de son premier agresseur à terre, il visa quelques instants, puis le lança avec une précision étonnante, même pour lui. L’arme blanche vint se planter droit dans le mollet gauche de son ennemi, qui fit un superbe plongeon en avant dans la crasse.

Adrian, toujours souriant, s’approcha alors de la jeune fille, choquée bien sûr mais heureuse aussi de s’en être sortit.

« Ca va ?
- Euh oui, oui…
- Ils vous ont rien fait ?
- Euh non…
- Sûre ?
- Oui.
- Vous avez quelque part où aller ?
- Oui, je crois…
- Bien, rhabillez-vous, et partez d’ici, j’ai à parler avec monsieur…
- Oui…merci encore…
- C’est tout naturel… »

Chase sourit encore, et marcha lentement vers le noir qui rampait vainement pour s’échapper. Quand la jeune fille, intriguée de voir un tel acte de solidarité ici, disparue, Adrian, se mit devant le noir, s’accroupit et le regarda dans les yeux.

« Tu sais que tu as du bol, gamin ? Il y a quelques années, je t’aurais tué sur place…
- Ah ouais ? Ben j’en ai rien à péter ! »

Le jeune homme cracha alors au visage de Chase, qui resta quelques secondes sans rien faire, puis se nettoya le visage avec sa manche.

« J’vais te laisser là, gamin. Avec de la chance, les flics te trouveront, ou bien ça sera des mecs d’une bande rivale…j’ai plus à faire la Justice, désormais, tu as beaucoup de chance, petit… »

En se relevant, Adrian donna un violent coup de pied dans le nez du black avant de reprendre sa route vers la maison des Johnson. Il était heureux d’avoir fait cela. Il avait aidé autrui avec ses capacités, mais sans se substituer à la loi. Peut-être était-ce une piste à creuser pour le but qu’il se cherchait, bien qu’il savait bien au fond que ce genre de sport le rapprocherait inévitablement de son ancien mode de vie un jour…

Alors qu’il passait devant un magasin de téléviseur, quelque chose fit stopper Chase. Un visage familier…il s’approcha alors de la vitre pour tenter d’écouter le bulletin…

« …rappelons les gros titres : à Washington, la tombe de J.J Davis a été pillée, et on est toujours sans nouvelles du corps…la police pense à des jeunes violeurs de tombes, mais on n’en sait rien. Le reste : les Yankees ont encore… »

Chase n’écouta pas la fin, trop énervé. J.J….quelqu’un avait osé faire ça à son corps, et ce juste après son retour…cela ne pouvait être une coïncidence…on voulait forcer le Vigilant à revenir, mais c’était Adrian Chase qui allait se battre…et c’était peut-être pire…
__________________
Elijah Snow : "It’s a strange world."
Jakita Wagner : "Let’s keep it that way."

Warren Ellis.
Réponse avec citation
  #5  
Vieux 24/03/2005, 13h18
Avatar de -Arsene Lupin-
-Arsene Lupin- -Arsene Lupin- est déconnecté
Toujours en Page 4...
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Asgard
Messages: 1 307
-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost-Arsene Lupin- se tape Emma Frost
Ca c'est mon Benji a moi,je suis consultant sur ca hein?ca ne pouvait qu'etre formidable Tatatatata Gare a la suite
__________________
Mr Sum a dit : "Franchement,j'aime ton style. répondre avec une telle dérision et un tel sens du second degré,ça frise le génie !!"
Fredgri a dit :" j'aime bien Lupin, pour ce qu'il est, cette gentillesse alliée à un faux/vrai égocentrisme qui me fait souvent sourire même si je ne sais jamais sur quel pied danser !"
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 21h33.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !