Précédent   Buzz Comics, le forum comics du Grand Débat. > > Critiques > Critiques VO

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #31  
Vieux 31/12/2008, 18h38
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 31



The Empress, The Chariot And Judgment / The Legend Of The Hunting Hawk
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Après un début de mois assez faiblard, la semaine dernière fut heureusement d’un bon crû et la promesse de voir revenir la Trinité sous une forme ou une autre est là pour m’allécher fortement !
Pour continuer à m’appâter, Kurt Busiek semble décidé à distiller les règles du tarot ou du moins à personnifier les cartes du jeu par l’intermédiaire de héros ou des vilains : cela devrait permettre une fidélisation encore accrue du lectorat ! Seulement, à qui va-t-il attribuer telle ou telle carte ? Cela nécessite aussi de connaître les personnages pour éviter les fautes (de goût) et j’ai une entière confiance en Kurt Busiek !
Après, est-ce que cette démarche se fera au détriment du développement de l’histoire ou bien y aura-t-il d’autres choses ? Cela viendra t’il de la Troïka, des Lost In Trinity ou de la Justice Society International ? Histoire principale ou back-up ? Thé ou café ?
Pour bien finir l’année, j’espère que l’histoire sera au niveau du dessin de Mark Bagley qui n’a pas faibli ! Pour l’épauler, Scott McDaniel prend la relève de Mike Norton qui avait su suppléer un Tom Derenick en perte de vitesse : pour le même résultat ?





Trinity s’est mis sur son 31 pour le réveillon !!
Paradoxalement, ce numéro est plus que sympathique alors qu’il ne fait pas progresser l’histoire : il améliore le contenu des intrigues donnant du corps supplémentaire à la série que ce soit en 1ère ou en 2ème partie.

Pour commencer, il y a effectivement le tarot qui est abordé que ce soit du côté des gentils et des méchants pour la bonne et simple raison que les mêmes cartes leur sont affectées et que le titre de la semaine indique quelles sont les cartes qui trouvent preneur.
Une fois les 3 vilains ou héros identifiés, l’affectation du titre semble logique mais je trouve que c’est biaisé car Kurt Busiek annonce d’abord le titre de la carte puis montre son avatar : est-ce que quelqu’un qui connaît la dénomination de toutes les cartes penserait à tel ou tel personnage ? Après, cette volonté de guider le récit permet au lecteur non-initié de ne pas être largué : en plus, dans le triptyque de la semaine, il y a un Speedster de chaque côté et cela colle bien…
Cela permet des combats dès ce numéro même si les oppositions ne concernent pas les 2 trios (au passage le chiffre 3 a la peau dure dans cette série). Cela viendra pour plus tard quand les camps auront déterminé qui était quoi.
En tout cas, cette future constitution est la preuve que Kurt Busiek est un filou de 1ère : non content de surfer dans les grandes largeurs sur ses boulots de JLA et de JLA / Avengers, il y ajoute une touche supplémentaire en intégrant carrément une de ses créations lors de son passage sur Superman, nan pas le triste Subjekt 17 dont Konvikt est le cousin éloigné….
J’avais trouvé son run assez insipide avec son histoire de futur alternatif (un de plus ou de moins..) et la menace avérée n’avait rien pour m’affoler le palpitant : il semble que Kurt Busiek veuille revenir dessus par le biais de la réalité alternative qu’il peut développer à sa guise (ce qu’il n’avait pu faire sur Superman entre un scénario lénifiant et un Carlos Pacheco ayant du mal à respecter les délais) : vais-je y trouver mon compte et regarder son run de Superman d’un autre œil ?
En tout cas, cela a fonctionné avec le personnage qui fait son come-back : Kurt Busiek a ménagé ses effets en 3 phases en commençant par montrer ce mystérieux personnage uniquement par ses phylactères dans une police de caractères caractéristique pour le coup : cela a allumé un gyrophare dans la tête et j’ai d’abord crû à un membre de la Troïka mais, Konvikt étant là, c’était impossible. Puis, ce personnage apparaît dans l’ombre avec la Troïka et le lecteur habitué à Kurt Busiek voit venir la chose (ça a fait tilt à ce moment). Enfin, pour lever toute ambigüité (et attendre la semaine prochaine), il offre ce fameux personnage en pleine lumière pour intégrer le fameux jeu de tarot : c’est finement pensé et amené !
Aussi, si les héros vont avoir du fil à retordre, l’auteur offre en conclusion la riposte des héros qui montent leur équipe sobrement appelée Justice Arcana. Justice League Of Arcana aurait fait trop gros ?
Si l’histoire n’a pas avancé (encore que..), Kurt Busiek offre une partie riche en sous-entendus dont le point d’orgue est le retour de la création de Kurt Busiek que franchement je ne voyais pas venir !

Après, il y a la 2ème partie qui commence pilepoil où s’arrête la 1ère : cela est marqué à la fois par le lieu et la parole d’un personnage. Cela prolonge l’immersion du lecteur dans l’histoire qui forme définitivement un tout. Au passage, j’ai dégagé la publicité en page centrale pour encore plus en profiter.
Cette partie suggère que la Trinité ou du moins l’un de ses membres s’est partiellement éloigné de ses idéaux même c’est aussi l’occasion de prouver que, dès que Batman se trouve quelque part, Robin n’est pas loin, peu importe qui est sous le masque. De même, le Joker ou ce qui s’en rapproche fait aussi partie du paysage.
Ainsi, le Batverse s’exporte avec ses origines et son background. J’attends de voir si Wonder Woman et Superman seront logés à la même enseigne avant de dire que Batman attire la poisse mais tout de même, force est de constater que Kurt Busiek et Fabian Nicieza exportent très bien le concept de Batman… Quelle dernière page !
En tout cas, cela me rassure sur la faculté de Fabian Nicieza à se charger d’une partie du Batverse pour Battle For The Cowl !

Ce n’est pas le cas de Mark Bagley, je n’ai pas attendu cette semaine pour voir qu’il était fait pour dessiner Flash ou une série de groupe tant il assure ! Après 2 semaines à dessiner des autochtones bleutés, il retrouve l’action et c’est plus que joli à voir !
En plus, il gratifie la jolie Charity d’un faciès en adéquation avec son charme : le nez est réussi !
De même, Scott McDaniel m’a agréablement surpris : selon certaines cases, j’ai eu l’impression qu’il s’essayait toutes proportions gardées à d’autres styles comme ceux d'Adam Kubert ou de Mike Mignola pour la dernière page assez bluffante dans le style Death In The Family !
Du bon et grand dessin pour conclure l’année !

Après avoir juste offert un numéro classique pour marquer la mi-parcours, Trinity conclut l’année avec un épisode certes pas mirobolant du point de vue de l’intrigue mais diablement passionnant dans le développement de 2 univers (bin oui, Kurt Busiek s’amuse beaucoup).
D’ailleurs, il ne reste « que » 21 semaines et la série arrivera à son terme : cela risque de s’accélérer car bien des pions sont en place et l’action recommence à pointer le bout de son nez.
Trinity continue tranquillement son bonhomme de chemin, trop si je considère les ventes assez basses de la série : il faudrait que DC augmente la publicité et la communication de la série. Ce serait dommage de passer à côté !

Bilan :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #32  
Vieux 07/01/2009, 21h14
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 32



Lady Of Bounty And Teacher To All / A Better World
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Mike Norton
Inker : Art Thibert / Ande Parks
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Hop, une nouvelle commence et celle-ci verra la fin de Trinity, enfin de la série car ses répercussions devront se faire sentir sur la durée !
Avant cela, il y a encore bien des choses à raconter et bien des personnages à retrouver, à commencer par la Trinité elle-même.
Charité bien ordonnée commençant par soi-même, Kurt Busiek a remis les 3 icônes au centre des débats dans leur nouvel univers : il a débuté par Batman et a montré que certaines coutumes ont la vie dure au sujet de Robin et consorts. Va-t-il continuer sur cette voie ou se pencher sur l’héritage de Wonder Woman et/ou de Superman ? Voire carrément tout cela à la fois ?
En parallèle, Kurt Busiek (bien aidé par Fabian Nicieza) assène quelques coups de théâtre en faisant fructifier son travail sur Superman, JLA et JLA / Avengers donnant du sel à l’intrigue des vilains (qui en avait bien besoin tant que je m’ennuyais) en relation avec la Troïka : encore à l’ordre du jour ou le cosmique va faire son retour ?
Comme d’habitude, il y a Mark Bagley qui officie et il est suivi de Mike Norton qui retrouve Ande Parks à l’encrage.
Alors, est-ce que, pour cette nouvelle année, ce sera la même « sanction », le même plaisir pour Trinity ?





La nouvelle année commence avec le frein à main et c’était plutôt inattendu : voilà un épisode mou du genou où cela ne fait que parler sans que l’histoire ne progresse, elle stagne même…
Par contre, les 2 parties connaissent des fortunes diverses.

Comme prévu, la 1ère partie se penche sur ce que sont devenus les membres de la Trinité : Kurt Busiek revient sur le cas de Batman suite à la révélation de la semaine dernière et dépeint un héros axé sur la vengeance mais moins vertueux ce qui a débouché sur des conflits.
Si les conflits ont occasionné des guerres sur ce nouveau monde, il semble que cela ait engendré une divergence d’opinions entre les 3 icônes : c’est vu et archi-vu.
De même, cela a visiblement débouché sur des combats certes involontaires pour certains d’après le cliffhanger mais la surprise n’est pas présente : les 3 héros sont des amis mais le nombre de fois où ils se sont mis dessus dans leur propres titres (où d’ailleurs ils triomphaient uniquement dans leurs titres comme s’il y avait une immunité…) ne m’incite pas y voir une franche originalité.
J’espère que Kurt Busiek ne va pas aller jusqu’à montrer un conflit larvé comme Geoff Johns l’avait si bien fait avec Infinite Crisis : je préfère quand il s’attarde sur les héritages des héros.
Aussi, cette semaine fait la part belle à Wonder Woman et sa représentation est moins violente, plus guide que celle de Batman alors qu’elle est paradoxalement représentée en guerrière avec une épée et un bouclier (qu’elle a eus comment ?) : elle allie bien la sagesse et la guerre qui sont l’apanage d’Athéna dont elle est le héraut.
De plus, le récit qui la concerne permet à Kurt Busiek d’ajouter une pierre à l’édifice des contrepouvoirs à la Trinité qui se créent sur ce monde et qui sont inspirés de ceux de New Earth : après, les pseudos Jokers, il y a un ersatz d’Ares qui doit traîner…
Il ne reste plus que Superman à mettre en lumière mais il est déjà mentionné : Kurt Busiek rappelle que le Kryptonien est sensible à la magie et accessoirement à la Kryptonite…
Voilà, en gros, ce qu’offre Kurt Busiek : un passage en revue de tout ce qui a trait aux personnages. Seulement, cette semaine ne sort pas des sentiers battus et le lecteur aguerri à la Trinité risque de s’ennuyer comme je l’ai fait…
Heureusement qu’il y a les phrases distillées par les Lost In Trinity pour meubler : ils se rappellent de plus en plus leur vie antérieure et cela permet quelques clins d’œil comme celui où Donna s’interroge sur un Jason Todd alors qu’elle a traversé le Multiverse à ses côtés dans Countdown To Final Crisis

La 2ème partie est presque du même tonneau : cela cause mais, comme les personnages dont il est question offrent de bonnes scènes, cela équilibre !
Déjà, il y a Black Adam dont le comportement est bien dans le ton qui lui est connu depuis que Geoff Johns s’est penché dessus : c’est savoureux d’assister à cette scène alors que, justement, Geoff Johns va lui dédier son dernier arc de Justice Society Of America. En tout cas, il y a toujours une certaine friture sur la ligne avec les Societers…
Sinon, ce que j’ai le plus apprécié cette semaine concerne la discussion entre Tomorrow Woman et Triumph : c’est saisissant quand on connaît ce qu’ils sont devenus sous la plume de Grant Morrison. Kurt Busiek et Fabian Nicieza jouent à fond dessus et j’avoue que cela a marché sur moi.
Sinon, l’histoire a quand même légèrement progressé du fait du prolongement de l’affectation des avatars du Tarot sur fond de baston à certains héros : j’ai souri pour l’avatar de Booster Gold sinon bof…

Ce n’est pas le cas de Mark Bagley si j’excepte sa splash page de Wonder Woman assez minimaliste et Donna qui retrouve un faciès assez quelconque, le reste est d’excellente facture même si j’aimerai un peu plus de variété.
Cela s’applique aussi à Mike Norton auquel l’encrage d’Ande Parks ne va pas du tout ici alors que les autres fois, cela collait plutôt bien : c’est plat alors que l’émotion devrait transpirer…
Sinon, comme d’habitude, Jim Lee s’éclate à dessiner Batman en couverture !

Trinity commence assez moyennement 2009 : globalement, aux points, la 1ère partie l’emporte grâce au dessin tandis que la 2ème l’emporte grâce au scénario. Cela offre un match nul pour un épisode qui ne l’est heureusement pas complètement mais qui n’est pas génial non plus.
Parfois, Trinity devrait s’offrir des numéros coup de poing plutôt que de se contenter de ressasser ce que le lecteur sait : les clins d’œil sont sympathiques à décrypter quand il y a de la matière autour sinon cela fait (est) pauvre.
La semaine prochaine a intérêt à être béton surtout si Final Crisis 6 a le bonheur de sortir…

Bilan : (mais je suis généreux pour la nouvelle année…)
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #33  
Vieux 15/01/2009, 19h39
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 33



There Must Be Hope / To Reflect Her Nature
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


There Must Be Hope.... Je suis une fois de plus d’accord avec les titres des épisodes : depuis quelques numéros, j’en suis à espérer que la série arrête de sombrer dans une banalité affligeante qui lui pend au nez si cela continue…
Il y a pourtant de la matière pour se distinguer du lot mais c’est trop épars en ce moment pour me satisfaire : que va faire Kurt Busiek pour remédier à cela ?
Va-t-il sortir des sentiers battus pour Superman si son cas est au programme ? Va-t-il s’attarder sur les Lost In Trinity ou la Troïka ? Autre chose ?
Heureusement, il y a encore le coup du tarot sur lequel je n’aurai pas misé un kopeck il y a quelque temps pour rompre la monotonie mais même cela il faut que ça accélère…
Vais-je encore devoir me contenter du boulot de Mark Bagley à moins que Scott McDaniel ne fasse oublier la piètre prestation de Mike Norton ?
Alors, A New Hope ?





Alors, est-ce que la série doit aller voir le docteur pour son 33ème numéro ou est-ce que l’espoir est de mise ?
C’est plus la 1ère hypothèse même si, encore sous le coup de Final Crisis 6, j’avoue avoir été surpris de la tournure des événements en 1ère partie alors que la 2ème offre un autre point de vue de l’histoire par l’intermédiaire d’une famille lambada qui subit les actions de la Troïka qui font écho involontairement à l’actualité…

Pour qui n’a pas (encore) lu Final Crisis 6 et le fabuleux destin de Batman, il est évident que la lecture de Trinity n’aura pas la même saveur : en 2 comics, DC « torpille » sa Trinité (certes de façon différente)…
Il est évident que cela ne durera pas plus que ça mais les coïncidences de parution font que ceci est saisissant : pour « permettre » cela, Kurt Busiek offre le résultat du combat Diana / Superman annoncé la semaine dernière. Alors que je m’attendais à une énième rixe basique sans conséquence majeure, le couperet tombe…
Ok, d’une part, c’est une réalité alternative où, d’autre part, la Trinité vit sur un autre plan d’existence donc elle est très éloignée des canons du DC Universe classique mais tout de même…Aussi, cette révélation doit être porteuse de retombées majeures pour Trinity et qui sait pour le DC Universe post-Trinity (quand Final Crisis et Blackest Night auront été digérées) : que Kurt Busiek ne sorte pas un Deus Ex Machina car c’est gros pour être passé sous silence !
Le pire est que Kurt Busiek ne rentre pas plus que cela dans les détails et assène ceci tout « tranquillement » : j’ose espérer que le prochain récit des autochtones en livrera plus car je suis resté sur ma faim d’autant plus que cette partie reste relativement basique à côté…
La seule avancée notable concerne les Lost In Trinity qui retrouvent leurs sensations au fur et à mesure des récits relatifs au membre de la Trinité qui les concernent : c’est bien peu et la fin du 2ème acte approche….
Sans la fameuse surprise, j’aurais bien dit que Kurt Busiek noyait le poisson et cela aurait rejoint mon impression que la série n’avance pas pour ne pas dire qu’elle m’ennuyait…

D’ailleurs, elle n’avance guère en 2ème partie si ce n’est une discussion entre Morgaine et Enigma appuyant une fois de plus sur leurs divergences d’opinion (et pendant ce temps-là, la 5ème roue du carrosse Konvikt n’intervient toujours pas…) : je me dis que, contrairement à la discussion Tomorrow Woman / Triumph de la semaine dernière, cela concerne des têtes d’affiches donc c’est susceptible de retombées !
Par contre, un frisson m’a parcouru l’échine quand j’ai vu où se situait l’action qui amenait cette discussion : en Israël où la, population subit les exactions de la Troïka….
Avec le conflit actuel entre la Palestine et Israël, la lecture m’a laissé un goût amer : je ne jette pas la pierre à Kurt Busiek et Fabian Nicieza car l’épisode était déjà bouclé avant que les bombardements ne commencent mais, quand la fiction rejoint la réalité, le hasard ne fait pas toujours bien les choses…
Une fois ce sentiment bizarre dissipé, l’action se penche sur une famille qui se trouve transformée par la magie de Morgaine (pourquoi celle-là en particulier ?) avec un petit côté mythologique : il reste à espérer que cela sera expliqué assez vite sinon c’est purement gratuit et n’apporte rien à l’histoire…

En tout cas, Mark Bagley apporte beaucoup et, si l’ambiance récit me fatigue, il assure sur les Lost In Trinity avec une petite préférence pour le duo Donna / Dick.
Scott McDaniel fait mieux que son précédent collègue Mike Norton et réalise une prestation à la hauteur de sa dernière en date : je ne sais pas si le fait de dessiner des inconnus joue (et donc ne pas être habitué à un faciès pour ceux-là) mais c’est diablement efficace.
La couverture fait dans l’originalité en offrant non pas 1 mais 2 membres de la Trinité et le trait de Jim Lee est bien dynamique (à croire que les héros vont sortir du cadre).

Trinity continue mollement sa route à peine marquée par 1 ou 2 révélations : c’est symptomatique du 2ème acte qui, s’il est assez sympathique mais pas génial, n’arrive pas à la hauteur du 1er…
Kurt Busiek dilue trop son histoire : si cela le mérite d’enrichir l’univers, il perd peut-être de vue la trame principale sous peine aussi de perdre des lecteurs lassés de l’immobilisme grandissant…
Mark Bagley ne pourra pas toujours masquer les insuffisances actuelles du scénario surtout si son collègue en 2ème partie devait passer à travers (e qui n’est pas le cas cette semaine)…

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #34  
Vieux 22/01/2009, 18h42
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 34



The Depths Beyond The Depths / Not Much A Soldier
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Tom Derenick
Inker : Art Thibert / Wayne Faucher
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Je ne sais pas si Kurt Busiek le fait consciemment ou inconsciemment mais depuis 2 semaines les titres de la 1ère partie font écho à mon (res)sentiment et à mes interrogations vis-à-vis de la série…
Est-ce que la série va continuer à s’enfoncer dans l’ennui ou va-t-elle bénéficier d’un sursaut ce que j’espère évidemment ?
La routine a ses avantages et ses désavantages mais quand le négatif l’emporter sur le positif il est temps de se poser les bonnes questions : est-ce que Kurt Busiek délaie la sauce pour tenir 52 semaines ou bien cela fait-il partie d’un plan ? Visiblement, il a décidé de varier les situations pour cette semaine : pour le meilleur ou le pire ?
Du côté de la 2ème partie, Hawkman risque d’être encore au centre des débats : après les sous-entendus de Final Crisis 6 sur son avenir, DC prépare t’il le terrain ?
Tom Derenick revient : il ne pourra pas faire pire que la dernière fois tandis que Mark Bagley reste conforme à l’idée que je me fais de lui.
Faites que ce soit bien, faites que ce soit bien…





Mon optimisme est touché, salement touché à la fin de ce numéro : il ne se passe rien et cela fait des semaines que cela dure comme quoi le titre était bien prophétique…
Les 2 parties restent figées dans leurs concepts et dans leurs contenus : Trinity file définitivement un mauvais coton et bientôt dans le mur !

En 1ère partie, Kurt Busiek dévoile d’entrée la composition des héros ayant leur avatar de tarot : comme cela c’est fait et le lecteur n’a plus à se demander qui va être quoi… Quoique, cette partie montre qu’avec une bonne réalité alternative, Kurt Busiek va pouvoir réaliser des coupes franches dans les rangs des héros et des vilains et ainsi continuer le défilé de personnages : la chair à canon a encore de beaux jours devant elle…
Après, je ne comprends pas que cette partie ouvre sur l’identification des avatars pour basculer d’un coup sur la planète des Lost In Trinity coupant le rythme de l’histoire alors que la 2ème partie y est aussi dédiée : n’aurait-il pas fallu consacrer la 1ère partie uniquement aux Lost In Trinity ?
En tout cas, sur cette fameuse planète, j’ai compris que je m’étais planté la dernière fois : les Machinistes n’ont rien à voir avec Brainiac mais sont plus des héritiers indirects de Lex Luthor vu leur armure…
Ce doit être la colorisation qui m’a induit en erreur ou alors c’est le fait que la série m’endort…
Cette semaine se penche sur le cas de Superman laissant en suspens la révélation de la dernière fois pour montrer que les héros revivent une partie de leur existence comme si c’était un cycle écrit dans le marbre « avec grands » moments dont les pires…
En tout cas, l’exaspération de Loïs Lane lors du récit s’apparente à celle que j’ai eue : il serait temps que les révélations majeures arrivent !

La 2ème partie fait à peine mieux…
Si j’ai eu le sourire aux lèvres quelques secondes en voyant un vilain DC casser sa pipe une 2ème fois en quelques mois (histoire de karma ou la vengeance de Sue Dibny…), cela s’est vite dissipé durant la énième baston entre factions de héros et de vilains à base de tarot avec cette histoire de faille de réalité en toile de fond…
Je pense avoir compris les dernières (nombreuses) fois : il y a comme un copier-coller des intrigues en ce moment alors que cette 2ème partie devrait donner la parole à d’autres protagonistes en villégiature depuis quelques numéros : Krona, John Stewart, Despero, Kanjar Ro….
Après les aimables discussions entre Tomorrow Woman / Triumph ou Morgaine / Enigma, Kurt Busiek et Fabian Nicieza offrent une prise de bec entre Hawkman (qui est définitivement une tête de con dans la série et ce doit être le but visé) et Gangbuster sur fond de point de vue différents…
Heureusement, le traitement est conforme aux personnages : Gangbuster est plus occupé à sauver des gens qu’à gagner une guerre qui le dépasse et cela renvoie à ses débuts dans Adventures Of Superman où il s’occupait des délaissés de Suicide Slum tandis que Superman gérait le gros du travail…
Je me demande bien quelle sera la prochaine scène qui m’endormira…

Heureusement qu’il y a Mark Bagley pour me tenir éveillé : son dessin tient la route et il se débrouille mieux avec Superman (et son opposant) qu’avec Wonder Woman. Après, je sens une certaine fatigue (qu’il me transmet) à dessiner les autochtones et il essaie alors de varier les situations…
De son côté, Tom Derenick tente de sauver sa partie de l’ennui et y parvient presque mais, punaise, il fait vraiment des sourires de psychopathes sur les gros plans !
La couverture de Shane Davis est riche en personnages et est plus un patchwork qu’un aperçu de l’intérieur : cela n’empêche, elle est très réussie.

Trinity reste figée dans sa mauvaise routine : cet épisode n’apporte rien 1ère et 2ème parties. Il n’y a aucune avancée significative dans la série alors qu’il ne reste « que » 18 numéros : il y a eu pas mal de place perdue sur le 2ème acte et c’est gênant.
Cela ne fait que discuter (pour ressasser la plupart du temps la même chose) et se bastonner, bref, ça tourne en rond : quand autant d’épisodes se ressemblent, c’est plus que de la lassitude qui me guette, c’est du ressentiment. D’après cette interview, Kurt Busiek sait où il va, je me demande surtout s’il sait comment il va y aller…
Alors que Final Crisis a repris (fortement) la main grâce à une fréquence accrue, Trinity pâtit de ses carences actuelles : l’hebdomadaire DC va bénéficier du mois de Février garanti sans event (quoique Final Crisis – Legion Of 3 Worlds arrive enfin…) et a intérêt à se retrousser les manches parce que, là, j’estime le niveau des ventes est à la hauteur de la série c’est-à-dire faible.
C’est dommage pour Mark Bagley qui ne démérite pas et DC ferait bien de le récompenser en le plaçant sur une série majeure après cela.

Bilan : (et encore...)
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #35  
Vieux 30/01/2009, 17h14
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 35



The Gods Themselves / The Unsolvable Riddle
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Mike Norton
Inker : Art Thibert / Walden Wong
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Ce n’est pas possible : Kurt Busiek le fait exprès ou quoi avec le titre de la 2ème partie ?
C’est exactement mon point de vue : Trinity est en face d’une énigme insoluble qui consiste à remonter la pente assez rapidement tant la série va à vau-l’eau depuis 1 bon mois.
Pour cela, il risque de miser une fois de plus sur l’identification des personnages aux cartes de tarot : après les héros, les vilains ?
En tout cas, cela permet de meubler le vide abyssal actuel alors qu’il y a des personnages qui aimeraient revenir sous les feux de l’actualité comme Krona…
Au lieu de cela, les récits inhérents à la Trinité, qui sont une relecture d’événements certes sympathiques mais lus et relus, continuent : je préfèrerai que la Trinité revienne pour de bon car c’est leur série et non Perdus de vue !
Celui est qui est bien présent et qui ne faiblit quasiment pas est bel et bien Mark Bagley : est-ce que Mike Norton épaulé de Walden Wong (une 1ère non ?) en fera de même ?
Alors pendant que Final Crisis se conclut magnifiquement, comment est-ce que Trinity termine son mois de Janvier ?





Trinity connaît un sursaut pour ce dernier numéro de Janvier qui n’est pas le dernier du 2ème acte (ce qui sera peut-être pour la semaine vu le cliffhanger).
Ce n’est pas encore parfait (loin de là même) mais il y a comme un frémissement (ou alors je veux y croire)… En tout cas, le coup de mélanger les 2 parties a déjà été fait et n’apporte rien du tout mais il y a quand même de bonnes choses à relever par-ci, par-là.

Déjà, la 1ère partie remet d’équerre quelques vérités sur le statut des membres de la Trinité sur leur état physique et peut-être leur comportement si la dernière page fait plus que sous-entendre certaines choses.
Après, le fond revient une fois de plus sur la redite des grands moments des personnages revus et corrigés sur leur nouveau havre de paix : seule la possible remise en question du mariage de Superman m’a surpris comme si Kurt Busiek voulait sous-entendre que cela affaiblissait le personnage…
Je ne suis pas d’accord et il est sûr qu’il n’est pas prêt à un Deus Ex Machina vis-à-vis du personnage à la One More Day d’une part parce que la série est self-contained et que d’autre part, il a montré lors de son run (assez creux) de Superman que Loïs était importante pour le personnage à défaut d’avoir été très présente…
Sinon, les mêmes causes entraînent les mêmes effets : ça traîne en longueur et je m’ennuie. Ce n’est pas le combat ridicule contre les Machinistes qui me fera dire le contraire : un cliffhanger vite démonté en 2 pages prouve bien que cela n’a guère d’importance surtout quand la 2ème partie enchaîne au bout de ces 2 pages…

Pour la 2ème partie, je me suis trompé : si, effectivement, Kurt Busiek et Fabian Nicieza identifient les vilains qui font partie du tarot, ils le font très vite (dispensable ? trop attendu ?) pour se pencher sur Enigma et ses motivations.
Il est juste dommage que cela ait déjà été fait : à part le fait de constater que la « boule » qui l’accompagne se révèle plus humaine et plus empreinte de compassion, c’est très léger.
Il est difficile de ressentir de l’empathie cette semaine pour le personnage : les auteurs auraient dût tout mettre d’un trait au lieu d’y revenir par petites touches, cela hache le récit qui n’en a pas besoin (et surtout pas le temps).
Après, cela permet d’explorer un peu plus la Contre-Terre et passer en revue quelques personnages dont l’inversion vis-à-vis de New Earth : cela pourra intéresser les fans mais les autres passeront vite leur chemin.

Il faut dire que cette partie est insipide au dessin : c’est plus que moyen (voire très léger). Walden Wong n’est pas un encreur qui sied à Mike Norton. De plus, l’ambiance verdâtre est pesante…
Heureusement, Mark Bagley ne déroge pas à la règle de me satisfaire et la promesse d’avoir moins de personnages violacés la prochaine fois est alléchante tant j’en ai soupé des autochtones sortis au carbone 14.
Comme la semaine dernière, la couverture de Shane Davis remporte mon vote : même si Superman a le menton un poil loupé, son regard désabusé colle au contenu. Sinon, le duel Lex Luthor / Ra’s Al Ghul a de la gueule t il serait sympathique que la série se penche dessus !

Trinity continue de meubler alors que le 2ème acte touche pratiquement à sa fin : que temps et de place perdue pour pas grand-chose… Pour le coup, cette partie doit plus se savourer en tpb qu’en single.
Je me demande s’il ne faut pas voir dans le délayage constant depuis 1 mois l’une des raisons du changement de format de la prochaine hebdomadaire qui durera juste 3 mois ? Avec le principe (heureusement pas inscrit dans la pierre) de fournir 52 numéros, le risque d’avoir 1 ou 2 numéros creux est possible : avec Trinity, cela fait quelques semaines que les casseroles se traînent et cela commence à se faire entendre !
Il reste 17 numéros pour prouver que j’ai tort mais, alors que Final Crisis (série principale et ties-in) me file la banane à chaque fois, je ressors un peu plus frustré à chaque lecture de Trinity en ce moment : les problèmes sont identifiés mais est-ce que le remède à court terme (plus long ce serait foutu) existe ?
Seul Mark Bagley continue encore et toujours à être fidèle à sa réputation…
Je croise les doigts pour Février comme je l’avais fait pour Janvier : en espérant que la série réponde de nouveau à mes attentes au lieu de connaître une nouvelle sortie de route…

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #36  
Vieux 05/02/2009, 19h02
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 36



God War / Fellow Prisoners
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Alors, est-ce que cela va être le bon mois pour Trinity pour reprendre son envol ?
Après un mois de Janvier assez pauvre (pour ne pas dire minable devant le potentiel gâché), la série devrait offrir la fin du 2ème acte (ou alors c’est grave) avec logiquement le retour aux affaires de la Trinité que le dernier numéro a montré dans sa nouvelle configuration ! Un signe avant-coureur que les choses vont s’améliorer ?
Il est quand même dingue que j’en sois venu à douter de Kurt Busiek, même si a posteriori les alertes Superman et Aquaman étaient peut-être plus que des feux de paille : où est l’auteur du bon début de Trinity ?
Va-t-il arrêter avec les récits souffreteux ? De même, est-ce que Fabian Nicieza va faire remonter le niveau de la 2ème partie ?
Est-ce que Mark Bagley va encore se sentir orphelin même si Scott McDaniel ne gâche pas autant que ses collègues ?





Alors que le 2ème acte s’étire en longueur et en longueurs, cet épisode est revenu me rappeler que Trinity peut aussi être une bonne série lorsque les auteurs se décident à remettre les mains dans le cambouis et en évitant les éternels poncifs.

En 1ère partie, alors que les Lost In Trinity sont sur le point de connaître leur sort face à la Trinité justement, Kurt Busiek décide plutôt d’offrir un nouveau flashback qui propose toutefois de l’inédit d’une certaine façon : les divergences d’opinion entre les 3 héros avec bourrepif à l’appui !
Si les héros se sont déjà crêpés le chignon, ce fut le plus souvent en 1 contre 1, rarement dans un Royal Rumble. De plus, si Infinite Crisis fut l’occasion d’aplanir les angles quelque peu aigus suite aux dérives de leurs méthodes, ce fut en ouverture de la saga de Geoff Johns : ici, Kurt Busiek use (et abuse par moments) de la place qui lui est offerte pour montrer ce qui rapproche la Trinité (lors du 1er acte) et ce qui les oppose (lors du 2ème acte).
A travers ce flashback très intéressant montrant les divergences d’opinion (bien accentuées par l’environnement différent ce qui donne une vision déformée et exacerbée de leurs idéaux) qui ont amené ce fameux conflit, Kurt Busiek explique le point de vue des héros : chacun pense être dans le vrai et rejette la faute sur l’autre voire les 2 autres !
Le plus étonnant est que c’est Wonder Woman qui allume la 1ère mèche de façon physique alors qu’elle semblait avoir atteint son objectif de paix. Comme quoi, rien n’est parfait surtout dans cette réalité parallèle…
Après, si le conflit entre les 3 héros va théoriquement occuper le devant de la scène la semaine prochaine, il est dommage que son intensité à venir via le cliffhanger ne me fasse pas frissonner plus que cela vu que, justement, c’est un flashback et que le retour à un certain statu quo (de cette réalité toutefois) en résultera...
D'autant plus que le début de l’épisode de la semaine les montre côte à côte : est-ce que l’abcès a été crevé ou bien la présence des Lost In Trinity sera le catalyseur d’une rixe entre eux ou bien d’un retour à la normale?
D’ailleurs, quand les héros auront retrouvé leurs esprits, est-ce que Kurt Busiek se penchera sur leurs réactions lors de la découverte d'un monde qui a “failli” à cause de leur absence?
Cette interrogation me fera revenir sans problème sur la série mais, en attendant, j’ai repris du plaisir à lire cette partie ce qui n’était pas gagné…
En plus, il n’y avait quasiment pas d’autochtone : j’apprécie !

De même, la 2ème partie prolonge ce qui avait été suggéré la semaine dernière car une vague de contestation s’élève parmi les Bad Guys : Kurt Busiek et Fabian Nicieza donnent la parole aux Dreambound, cette équipe de bras cassés (dont le lecteur ne connaît finalement pas les origines et les motivations)…
Est-ce que ce sera pour l’un des futurs spin-offs de Trinity ou bien est-ce que la suite la série en livrera plus?
En attendant, leur point de vue est intéressant : est-ce qu’un plan à la Valkyrie va s’échafauder? En tout cas, cette partie est aussi l’occasion de voir l’organisation des Bad Guys qui prennet même le temps d’installer un self service dans une montagne…
Blague à part, c’est aussi l’opportunité de revoir la taupe des héros dans un vrai rôle d’infiltration….
C’est quand même mieux quand la série ne s’attarde pas sur des personnages dont le lecteur connaît tout (quoique cela pourrait aussi concerner la Trinité…).

Au dessin, Mark Bagley tente de gagner du temps non pas avec les autochtones mais en camouflant les décors (il est vrai rarement nombreux) derrière des nuages de fumée et de poussière : il préfère s’intéresser aux membres de la Trinité dont il saisit bien l’essence. Seulement, je ne sais pas si c’était mon exemplaire mais j’ai trouvé les couleurs un tantinet pâlottes…
Scott McDaniel est vraiment celui qui dessine le mieux les Dreambound et si effectivement un spin-off devait voir le jour, j’espère qu’il en sera le dessinateur !
Pour la couverture une nouvelle efficace, Shane Davis claque le même regard désabusé de superman à Wonder Woman… Les héros présents sont bien fichus à l’exception malheureusement (surtout) de Flash qui semble ridé…

Février commence beaucoup mieux que Janvier : le 2ème acte n’est toujours arrivé à son terme et vu le déroulement des opérations il va durer au moins 1 ou 2 semaines supplémentaires ce qui laisse une marge de manœuvre raccourcie pour le 3ème acte…
Il est vraiment dommage que la série ait enfilé les mauvais numéros comme des perles au lieu d’offrir des numérso de cet acabit mais bon…
Maintenant que Final Crisis est terminée, que Final Crisis – Legion Of 3 Worlds reprend son hibernation et avant que Battle For The Cowl ne commence, Trinity est la seule série estampillée event : qu’elle retrouve ses fondamentaux pour mériter de nouveau ce label et avec ce genre d’épisode j’ai bon espoir !

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #37  
Vieux 11/02/2009, 19h36
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 37



And They Fought / A Special Dark Angry Flappy Toy
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Est-ce que le dernier numéro est juste un feu de paille ou vraiment la promesse d’une réelle embellie après le déplorable mois de Janvier ?
Il faut dire que j’avance de plus en plus à pas feutrés au fur et à mesure que la série ne se rapproche de la fin (alors que j’attends toujours celle du 2ème acte…) tant les déconvenues sont tombées sur Trinity de façon groupée et continue : est-ce que Kurt Busiek va vraiment rendre ce 2ème acte enfin digne du 1er ?
Passé le gimmick du tarot (permettant moult bastons répétitives mais aussi parfois de jolies discussions), il ne reste à la série que la période flashback sur la planète de la Trinité qui promet cette semaine, certes une énième baston, mais aussi une avancée significative si tant est que cela est bien (a)mené… Est-ce que l’auteur est capable de raconter le combat des « Dieux » sur uniquement 12 pages pour enfin projeter la série vers de nouveaux horizons ? Si oui, la série sera sur les bons rails, si non, je crains que l’indication faite au Comic-Con de New-York ne soit prophétique d’une léthargie plus longue que prévue pour Trinity…
Il faut dire qu’avec uniquement 15 épisodes à suivre, il va falloir s’activer pour conclure toutes les intrigues et il y a en !
D’ailleurs, est-ce que la 2ème partie va enfin revenir sur ce qui se passe dans l’espace ? Cela fait tellement longtemps que le lecteur risque d’avoir oublié Krona & Cie surtout en comparaison de la répétition monotone des derniers numéros sur Terre…
Heureusement, pour briser la monotonie, Mark Bagley s’affère à dégager les autochtones pour se consacrer de plus en plus à la Trinité : qu’il continue ! De même, Scott McDaniel reste là après une jolie prestation sur les Dreambound : qui sera superbement croqué sous son crayon ?





Cela se sent que la Saint-Valentin arrive : Trinity a tout fait pour que je retombe amoureux !!
Voilà un épisode qui lève d’une traite mes interrogations sur la Godwar et qui se penche sur un personnage qui, il est vrai, n’était point encore apparu lors du 2ème acte alors qu’il est le yang d’un des membres de la Trinité !
C’est très agréable !

Ainsi donc, Kurt Busiek a réussi à caser la guerre entre membres de la Trinité ainsi que sa conclusion en 12 pages !! Ce fut vite fait, bien fait comme quoi l’auteur est capable de raconter l’essentiel sans s’étendre !
Ce qui est surprenant est que le membre qui y met un terme est le même qui l’avait initiée… En tout cas, sa conclusion m’a fait penser à l’épilogue de Civil War où les héros ont fini par comprendre qu’ils se battaient entre eux et pour eux et non pour les gens qu’ils étaient sensés protéger ou représenter…
Il faut dire que leur petite rixe a abouti à un bain de sang : Kurt Busiek préfère le suggérer sans montrer des charniers mais c’est tout comme.
Il est amusant de voir que des membres de la Trinité rameutent des fidèles dans la bagarre et que ceux-ci renvoient « bizarrement » à des ennemis dans la réalité 1ère : des Manazons pour Wonder Woman alors que ceux-ci vont la remplacer avec Achilles lors de Wonder Woman et des ninjas pour Batman qui pourraient tout aussi bien être des hommes de main de Ra’s Al Ghul voire de son petit-fils Damian qui va justement se battre pour la tunique paternelle à partir du mois prochain….
Au moins, la Godwar a eu lieu et la Trinité qui s’est retrouvée (ou déifiée…) va pouvoir confronter les Lost In Trinity et risquer de tout perdre…

La 2ème partie offre une relecture de la némésis de Batman qui va intégrer les rangs des vilains affiliés au tarot !
Alors que bien des personnages sont affectés par l’absence de la Trinité sans s’en rendre compte, Kurt Busiek et Fabian Nicieza usent du Joker pour montrer que même (seul ?) le « dingue » se rend compte que quelque chose : c’est paradoxal.
Cela permet aussi de montrer que les vilains continuent de creuser leur tombe et qu’un clivage grandit allant peut-être jusqu’à atteindre la Troïka : les auteurs développent les Bad Guys et même Konvikt (j’allais presque oublier qu’il était là…).
C’est l’occasion aussi de voir la Troïka agir au complet depuis le combat de la cérémonie du 1er acte.
Même si l’histoire n’a pas progressé (quoique…), cela faisait bien longtemps que la 2ème partie ne m’avait pas fait autant plaisir !

Il faut dire que Scott McDaniel colle parfaitement à la folie du Joker vu que son trait a été bien rôdé sur les titres Nightwing, Batman ou Robin.
D’ailleurs, je le verrai bien sur un des nombreux titres de la Bat-Family à partir de Juin et cela lui permettrait d’affiner encore plus ses planches vu qu’il bénéficierait d’un peu plus de temps.
De même, je ne sais pas sur quel titre atterrira Mark Bagley mais il continue sur sa lancée : certes, ses décors sont plus dépouillés ou les pages moins dynamiques que sur Ultimate Spider-Man mais il gâte vraiment les personnages. Par exemple, sa double-page en entrée du numéro montre bien la violence du conflit !!
Voilà un numéro gâté par le dessin.
Il faut dire que cela avait bien commencé avec la couverture de Jesus Merino décidément de plus en plus présent chez DC : sa Wonder Woman a beau être petite, il faut vraiment avoir le numéro entre les mains pour se rendre compte des détails dont il agrémente Diana ! Vivement qu’il commence sur Justice Society Of America !

Trinity confirme son bon début de Février !
Avec un peu de « chance », le 2ème acte pourrait se terminer la semaine prochaine (ou plus sûrement pour la fin du mois) : si les auteurs confirment leurs efforts, sa fin sera bien meilleure que sa quasi-totalité…
Il sera alors temps de s’intéresser au 3ème acte qui verra le retour de la Trinité aux affaires et donc la conclusion de la majorité des intrigues (Krona me manque)…
L’espoir est toujours là et ce genre de numéro fait le plus grand bien à mon moral ! :hug:

Bilan :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #38  
Vieux 18/02/2009, 19h18
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 38



Who Are You? / The Last Stand
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Mike Norton
Inker : Art Thibert / Walden Wong
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Trinity a redémarré et c’est ce qui pouvait lui arriver de mieux ! Quoique, ce que j’attends est aussi (et surtout) la fin du 2ème acte qui aura stigmatisé pas mal de maux de la série même si les 2 dernières productions ont aussi prouvé qu’il y avait du bon…
Aussi, avec la confrontation entre la Trinité et les Lost In Trinity au programme, est-ce que c’est la bonne ou ce sera pour la semaine prochaine ?
Est-ce que la 2ème partie va verser dans l’inédit ou continuer à explorer les failles du système de la Troïka ?
Mark Bagley assure et assume son statut de tête de gondole au dessin : est-ce que Mike Norton flanqué de Walden Wong fera aussi bien vu que leur dernière collaboration fut assez lamentable ?





Ah bin, cela va beaucoup mieux pour Trinity qui confirme son redressement que ce soit en 1ère ou 2ème partie où tout progresse : Kurt Busiek finit de placer ses pions pour la conclusion du 2ème acte qui coïncidera avec le retour de la Trinité aux affaires la semaine prochaine en même que temps que Février refermera ses portes !

Déjà, après ne pas avoir dilué la Godwar sur plus d’un numéro (même si les préparatifs furent bien longs), Kurt Busiek offre uniquement un numéro à la confrontation tant attendue entre la Trinité et les Lost In Trinity : cela donne du rythme à la série, chose qui avait quelque peu disparu !
Kurt Busiek s’échine à ramener la Trinité à la raison (puis à la maison) au travers de scènes m’ayant fait penser aux différentes phases du deuil : en effet, la Trinité va devoir faire le deuil de son monde « idyllique » ! Après avoir été stupéfaits par la présence des Lost In Trinity, ils ont nié les connaître puis c’est la colère qui les a étreints face à leur demande de venir un monde transformé par leur absence ! Par la suite, grâce à une discussion où Wonder Woman joue les juges de paix, ils reviennent à la raison et semblent prêts à passer à l’action.
La dernière phase risque d’être pour la semaine prochaine surtout avec la réaction des autochtones aux soubresauts de leurs divinités.
D’ailleurs, la Trinité va-t-elle se montrer égoïste : va t’elle se retourner sur son monde (même si je n’en ai rien à faire des hommes bleus) ? Peut-elle justement partir sans se retourner ?
En tout cas, la manière de faire de Kurt Busiek s’accompagne de références bien senties que le lecteur régulier appréciera (ah le fameux Bœuf Bourgignon With Ketchup !) ou encore de rappels directs à l’histoire de Trinity pour que le lecteur occasionnel ne soit pas détaché du récit : l’auteur sait ménager les différents lectorats !
Après, la confrontation m’a donné l’impression d’un combat à la David contre Goliath avec l’issue connue mais aussi à la rébellion de l’homme contre un Dieu.
Cette partie fut l’une des meilleures de la série : Kurt Busiek continue de remettre Trinity sur les bons rails ! :hug:

La 2ème partie explique bien que le retour de la Trinité, s’il est déjà inévitable, est surtout vital pour l’avenir de la nouvelle réalité (qui disparaîtra logiquement à la fin de toute façon) : Kurt Busiek et Fabian Nicieza expliquent que la nature de la Terre semble avoir été corrompue par l’absence de la Trinité. C’est ainsi l’occasion d’en remettre une couche sur leur importance !
Après, si Final Crisis a montré The Day Evil Won, la 2ème partie de Trinity montre comment la Troïka a gagné avec le Tarot et comment cela a modifié le monde !
D’ailleurs, Kurt Busiek se permet un nouveau clin d’œil à la saga de Grant Morrison en faisant intervenir un héros tombé lors de l’event : ce héros apparaît des plus sensés (ce qu’il a quasiment toujours été) et pointe du doigt les dérives de ce monde mais pas uniquement celles provoquées par la Troïka.
Cette partie place les derniers pions pour le grand combat (auquel participera la Trinité ?) : voilà une bonne back-up qui fait la synthèse de ce 2ème acte !

Dommage que le dessin de Mike Norton / Walden Wong ne soit pas à la hauteur : c’est toujours aussi fade et lisse avec cet encreur. Le plus gênant est que cela passe après Scott McDaniel plus qu’agréable…
Quel contraste avec Mark Bagley qui est toujours au top à part le nez de certains personnages qui a l’air de traviole sur des visages de face : pour le reste, c’est plus dynamique que la dernière fois, je sens que l’artiste s’éclate plus !
Jesus Merino continue de m’épater : si son Batman est moins affiné que sa Wonder Woman, il est aussi efficace.

Avec la fin du 2ème acte dans la ligne de mire, Kurt Busiek ne s’éparpille plus mais j’ai toujours un manque nommé Krona !
Est-ce qu’il sera au centre des débats du 3ème acte ? Il ne reste plus qu’à l’espérer et la série aura retrouvé tous ses atouts !
En attendant, j’ai refermé ce numéro de bonne humeur et elle grandit à nouveau !

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #39  
Vieux 25/02/2009, 18h57
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 39



Metropolis / The Power You Deserve
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Tom Derenick
Inker : Art Thibert / Wayne Faucher
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Trinity accélère ! Depuis 2 semaines, la série se « débarrasse » de certains boulets que ce soit au niveau de la forme (autochtones, bastons stériles flirtant avec le remplissage) ou du fond (préparatifs et Godwar expédiés vite bien fait).
Kurt Busiek a compris qu’il fallait éviter les longueurs alors que le 2ème acte fut plus long que le 1er : va-t-il enfin le conclure cette semaine alors qu’il reste tant çà faire ?
Est-ce que la Trinité va (enfin) faire son come-back dans un déluge de feu ? A qui se verra dédié la 2ème partie ? Krona ?
De son côté, Mark Bagley va pouvoir s’en donner à cœur joie vu les réjouissances prévues : j’espère que Tom Derenick de retour se mettra au diapason !





Ca y est : le 2ème acte est fini car la Trinité est de retour sur Terre ! Kurt Busiek continue d’offrir des numéros haletants : même si les révélations se font rares et que l’action prédomine, cette dernière joue un rôle non négligeable dans l’histoire qui se rapproche encore plus d’une Crise au moins dans l’ambiance !

D’ailleurs, la 1ère partie débute comme Infinite Crisis 7 et le fait que l’action se déroule à Metropolis y contribue beaucoup ! :hug:
Comme promis, Kurt Busiek délivre un véritable déluge de feu où les héros sont mis à mal par la Troïka et la Dark Arcana tout en assurant un minimum de scènes pour s’attarder sur certains personnages. A ce sujet, le fait de s’attarder autant sur Tomorrow Woman et Triumph et de leur offrir des moments privilégiés n’est-il pas un indice sur un éventuel spin-off ?
En attendant, le déroulement de cette partie est conforme à mes prédictions : le combat des héros n’est que l’amorce au retour inexorable de la Trinité vu que la Troïka leur met une bonne branlée.
Après, ce retour sous forme de cavalerie s’accompagne d’un changement d’aspect déjà dévoilé dans les sollicitations avec la couverture triptyque de Shane Davis : est-ce que Kurt Busiek saura « corriger » ce spoiler en me surprenant encore plus la semaine prochaine ?
Pour le moment, je dois bien dire que Trinity est assez prévisible (sans être aussi ennuyeux qu’il y a quelques numéros évidemment) d’autant plus que sa narration actuelle se rapproche de la construction à la Final Crisis : la Trinité risque de s’occuper de la Troïka avant certainement de devoir gérer la menace principale c’est-à-dire Krona. Comment ne pas y voir une influence directe ou indirecte de Final Crisis où une fois la menace Darkseid écartée, celle représentée par Mandrakk se pointait?
Alors est-ce que cela en prend la direction vu que la Troïka truste la place et que Krona ne montre toujours pas le bout de son nez ?

En effet, la 2ème partie refuse obstinément de montrer ce qui se passe dans l’espace pour s’intéresser à Konvikt.
Cette partie s’intègre parfaitement à la 1ère partie notamment grâce à l’action racontée alors que, paradoxalement, cela raconte quelque chose d’antérieur et surtout à un autre endroit : j’ai pourtant d’abord crû que c’était un focus sur le membre de la Troïka…
Quant au fameux Konvikt, Kurt Busiek et Fabian Nicieza montrent qu’il a bien changé pour voir carrément rouge (et s’éloigner par la même occasion de Subjekt 17) : les auteurs s’attachent à montrer les effets de l’ivresse du pouvoir et ses effets corruptifs (même si je ne le qualifierai pas de noble au départ…) quand les garde-fous ne sont plus là…
Pour cela, son partenaire Graak continue d’essayer de jouer les Jimini Cricket avant de connaître une évolution peut-être inexorable…
Il était temps que Trinity s’attarde de nouveau sur ce membre de la Troïka qui traversait la série tel un fantôme si ce n’est 1 ou 2 épisodes noyés dans la masse !

C’est tout le contraire de Mark Bagley qui se déchaîne : après avoir eu le frein à main sur la planche à dessiner à cause d’une profusion d’autochtones, il se lâche en claquant un nombre incroyables de personnages tous reconnaissables au 1er coup d’œil alors que justement quelques uns ont subi des variations au niveau du costume !! C’est un panard terrible et toutes ses pages sont superbes !
A part les splash-pages montrant les forces en présence et en action (et il y a du monde), ses pages font preuve du dynamisme dont je regrettai l’absence justement il y a quelque temps !
Quant à son collègue, je ne sais pas si c’est 1 compliment ou 1 reproche (quoique…) mais le travail Tom Derenick s’intègre très bien à celui de Mark Bagley : la transition est tellement limpide que qu’il m’a fallu la page des crédits pour en être sûr.
Pour terminer, la couverture de Jesus Merino avec Superman est jolie mais aurait mérité d’être un peu plus grande pour bien profiter de l’Homme d’Acier !

3ème numéro consécutif où Trinity est conforme à son cahier des charges !
La série en enfin fini avec le 2ème acte : si les 13 derniers numéros sont du même acabit que le mois de Février, la série aura corrigé ses travers.
Place à la Trinité qui va enfin justifier à nouveau le titre de la série !

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #40  
Vieux 04/03/2009, 19h31
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 40



Returned / Patience, Mighty Krona
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


C’est parti pour la dernière ligne droite de Trinity : fini le 2ème acte, place au 3ème et quoi de mieux pour marquer les esprits que faire revenir en grandes pompes Krona et sa clique !!
Comme je le subodorais, l’alien bleuté revient au moment où la Trinité a elle-même effectué son come-back pour aller se fritter avec la Troïka !
Comme quoi Kurt Busiek précipite les événements mais toujours avec une grande maîtrise (voire sans surprise si je cherchais la petite bête) : pour cela, il fait les honneurs de la 2ème partie à Krona lui qui était absent dans les grandes largeurs de la majorité du 2ème acte !
Visiblement, il s’en est passé des choses et j’ai hâte de savoir quoi, charge à Scott McDaniel de bien restituer l’atmosphère !
Pour le reste, il ne faut pas s’inquiéter : avant cela, la 1ère partie va montrer les 1ères actions de la Trinité dans cette nouvelle réalité. Encore une occasion pour Mark Bagley de pouvoir montrer l’étendue de son talent comme la semaine dernière ?





Qu’il est bon de lire Trinity en ce moment!!
Kurt Busiek offre des numéros qui ne ressemblent pas et débute son 3ème acte de fort belle manière en offrant effectivement la « confrontation » entre la Trinité et la Troïka mais surtout le retour de Krona que j’appelais de toutes mes forces : nul doute qu’il marquera ce dernier acte de son empreinte (et au-delà ?).

Pour commencer, Kurt Busiek célèbre un autre retour en force : celui de la Trinité en réglant le compte de la Troïka !!
Il va s’en dire que ce n’est pas la dernière fois qu’ils apparaissent car, d’une part, c’est (trop) vite expédié et, d’autre part, leurs paroles laissent supposer qu’ils en évidemment encore sous le capot.
Non, le plus étonnant est la Trinité elle-même ! D’entrée, Kurt Busiek montre le changement de rapport de forces qui s’opère dès son arrivée : alors que les héros sur place sont en mauvaise posture, la cavalerie arrive à point nommé mais leur représentation en contre-plongée sur la double-page est révélatrice du sentiment qui habite leurs anciens alliés…
En effet, ce sont les héros qui regardent vers la Trinité en levant bien haut la tête et non l’inverse…
Pourtant, dans cette réalité alternative, malgré son nouveau statut de divinité, la Trinité est incomplète (déjà au niveau de l’aspect…) et doit quand même compter (même brièvement) sur l’appui des autres : une fois la tempête apaisée, l’auteur les remet immédiatement dans leur rôle sur leur planète… Un pouvoir chasse l’autre ? Est-ce que l’auteur prépare certaines choses avant que Krona ne revienne sur Terre ?
A côté de cela, l’auteur continue de s’amuser et fait ce qui est impossible dans le DC Universe : il extermine un paquet de Green Lanterns voire le Green Lantern Corps en entier (quoiqu’avec Blackest Night qui approche…) en 1 case pour montrer qu’une grosse menace arrivera tôt ou tard. Je pense que cela sera pour le grand final de la série….

En effet, Kurt Busiek et Fabian Nicieza préfèrent s’attarder sur Krona qui déboule enfin : comme le titre de la 2ème partie l’indique, la patience est une vertu et je suis largement récompensé !
C’est l’occasion pour Kurt Busiek de revenir d’une certaine façon sur les origines de l’univers en flirtant vers le Multiverse… Est-ce compatible avec la vision de Grant Morrison sur Final Crisis ? Déjà, cela ne l’invalide pas en tout en cas et la mention au nombre d’univers tend à penser que l’auteur sème peut-être des graines pour un futur event…
Alors, effectivement, même si DC ne veut plus utiliser le terme Crisis (c’est cela oui…), il y a encore des choses à raconter sur le Multiverse : comme d’habitude, il suffit qu’un auteur vienne y mettre son petit grain de sel pour relancer la machine…
Et donc Krona : les auteurs le traitent dans la lignée de ce qu’il a toujours été c’est-à-dire comme un être cherchant la connaissance à tout prix. Ils confrontent même carrément son point de vue avec le sien (surprenant n’est-il pas ?) dans une scène montrant sa progression.
Après, même si le personnage semble être arrivé à maturité, il n’en a pas fini avec sa quête de puissance et relance par la même occasion le personnage de John Stewart, lui aussi perdu de vue depuis un moment…
Au final, même si les auteurs n’ont pas raconté tout ce qui a pu se passer pendant le 2ème acte (il faut garder des munitions ?), c’est un véritable coup de booster qui empêche la tension de retomber !!

En plus, Mark Bagley tape aussi fort que la dernière fois : le retour sur Terre lui fait du bien et il prouve que le nombre de personnages ne l’effraie pas même si les effets de lumière ont tendance à se multiplier pour gagner du temps…
D’ailleurs, la 2ème partie commence de la même façon avec un hymne à Photoshop (à croire qu’il n’est pas possible de représenter les galaxies autrement) puis c’est le show de Scott McDaniel qui commence : il apparaît très à l’aise sur le cosmique alors que je l’aime bien dans les ambiances urbaines de la Bat-Family. Toutefois, son trait est parfois dilué dans les grandes formes arrondies.
Ce n’est pas le cas de Shane Davis qui claque en couverture un Superman puissant (mais quelque peu raide) !

Plus que 12 numéros pour Trinity qui poursuit son redressement de façon spectaculaire : le 3ème acte est très alléchant et plus aucun personnage n’est mis de côté.
En plus, les surprises sont au rendez-vous, le dessin est à la hauteur : que du bonheur !

Bilan : :brocoli :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #41  
Vieux 19/03/2009, 16h50
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 41



Our Rightful Realm / His Hunger
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley /
Inker : Art Thibert /
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Enfin, je peux mettre la main sur ce Trinity 41 (et aussi sur Trinity 42 qui va sagement attendre son tour) ! Cela ne faisait que 2 semaines que je n’avais eu pas ma dose hebdomadaire de Trinity et je ressentais déjà le manque : c’est dire comment la série a réussi le tour de force à me faire oublier le pénible 2ème acte !
En effet, Kurt Busiek a mis de côté les (nombreux) encombrants et a décidé (pour le moment) d’offrir un joli 3ème acte en guise de conclusion : la Trinité est de retour et elle va le faire sentir !
Pourtant, je ne m’étais pas trompé : la Trinité semblait s’être débarrassée de la Troïka trop facilement : et pour cause, elle est toujours là ! Est-ce que Kurt Busiek va montrer le point de vue des 3 lascars au retour qui torpille leurs projets (enfin surtout de Morgaine) ?
De toute façon, il y aura bien des réactions à commencer par celles des héros ou de la Trinité elle-même qui semblait avoir des idées bien arrêtées sur la suite des événements : dès cette semaine ?
Est-ce que la 2ème partie va me redonner du Krona introspectif ou bien est-ce que le cas John Stewart sera jeté en pâture au loup ? Pour la partie graphique, la série accueille de nouveau Tom Derenick qui en a fini avec Reign In Hell, il devrait donc pouvoir peaufiner ses planches à l’image du bourreau de travail qu’est Mark Bagley !





Ca fait un bien fou de retrouver Trinity surtout avec un numéro de ce calibre ! Je ne sais pas si le fait d’avoir attendu 2 semaines a joué mais je ressors ravi de ma lecture, pour ne pas dire capturé !

La 1ère partie n’est à proprement parler une relecture de la 1ère partie de la dernière fois qui montrait le retour de la Trinité mais bel et bien la même scène mais d’un autre point de vue qui n’est pas celui de la Troïka (plus tard ?).
Alors que le combat des « dieux » monopolisait l’attention pour ne laisse que des miettes à la « valetaille », Kurt Busiek les réhabilite !
Cela s’accompagne d’un semblant de retour à la normale mais sous influence ! Certains personnages commencent à retrouver leur statut pré-cérémonie allant plus vite que la musique vu que la réalité reste telle qu’elle. Evidemment, cela permet à Kurt Busiek de montrer des personnages dans leur configuration la plus connue mais il ne faut pas oublier qu’avec cette réalité il s’était permis de faire revenir au devant de la scène des personnages décédés ou pas encore revenus : ce qui devait arriva et certains disparaissent lamentablement quand d’autres m’ont arraché un certain soupir…
Comment ne pas voir ce grossissement à la loupe de ces « séparations » l’annonce d’un éventuel spin-off comme je l’ai déjà relevé il y a quelques semaines ?
Après, ce qui est valable pour les héros vaut aussi pour les vilains et je soupçonne Kurt Busiek de vouloir en profiter pour se pencher un peu plus sur Khyber mais aussi sur les contreparties historiques de la Trinité…
En tout, en plus changement opéré chez certains personnages, la présence de la Trinité a un autre effet : telle une potion magique, la Trinité dope littéralement les héros qui, alors qu’ils essuyaient une branlée façon Barcelone / Lyon, retournent la situation boutant l’envahisseur en dehors de Metropolis.
Après, tout ne va pas encore dans le meilleur des mondes et Kurt Busiek conserve pas mal de cartouches à commencer par la Trinité qui garde son comportement hautain !
Kurt Busiek parvient à éviter la redite (ce qu’il n’avait pas su faire sur la planète des autochtones…) avec cette histoire dans l’histoire : il enrichit les débats en s’attardant sur quelques retombées directes de la Trinité montrant que chaque personnage a son rôle à jouer ! Il est très fort !

Je n’en dirai pas autant du lettreur Pat Brosseau s’il est bien celui qui choisit les polices de caractère car celle utilisée en 2ème partie m’a passablement irrité alors que l’histoire contée en vaut la chandelle !
Si Krona est encore présent, les révélations cosmiques concernent un autre protagoniste : John Stewart !
Kurt Busiek et Fabian Nicieza s’inspirent de Geoff Johns (quelle bonne idée !) qui a su personnifier les couleurs de l’arc-en-ciel avec différentes entités (oui juste Parallax et Ion pour le moment mais il y en a 2 autres qui arrivent assez vite !) : les auteurs appliquent la même méthode aux Qwardiens et poussent l’analogie avec le « porteur de la torche » (c’est vrai que Torchbearer a plus de gueule !) vu que c’est le fameux Green Lantern….
Les auteurs expliquent enfin en profondeur le mode binaire du personnage donnant des relents de l’excellent Sinestro Corps War !
Pourtant, avec Krona dans les parages, cela finit bizarrement dans un schéma caricatural à la Galactus / héraut : cela prouve aussi que Kurt Busiek puise dans différente influences pour son histoire !
En tout cas, j’aime et la multiplication des menaces au fur et à mesure que la série approche de la fin est la promesse de numéros très denses : il ne reste plus qu’à espérer qu’ils seront tous à la hauteur !

Un peu comme Mark Bagley qui lui est toujours à la hauteur sauf pour les visages féminins parfois de traviole (Charity ou Tomorrow Woman, bof…) mais alors il assure pour les personnages costumés !
De son côté, Tom Derenick n’a pas trop à se creuser pour les visages vu qu’il n’en a pas (ou presque) : sa mission consistait à rendre menaçant Erdammeru (à vos souhaits…) et il s’en acquitte très bien !
Il reste la couverture : après son Superman très classe mais assez raide, Shane Davis se la joue plus facile avec un Batman bien campé sur une carcasse de voiture (à défaut de gargouille) tel un Spider-Man : magnifique !

Trinity n’a pas perdu les bonnes recettes des derniers numéros et j’ai hâte de lire le numéro 42 !
Kurt Busiek évite les longueurs et plus aucun numéro ne se ressemble malgré les apparences : il partage équitablement les 2 parties (toujours aussi indispensables l’une que l’autre…) de fort belle manière. De plus, la partie graphique ne déçoit toujours pas.
Qu’il semble loin le 2ème acte tout pourri….

Bilan :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #42  
Vieux 20/03/2009, 12h27
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 42



An Old Pattern Repeating Itself / Weaving Fate
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Trinity : quand il n’y en a plus, il y en a encore ! Sitôt le #41 dévoré, j’ai le #42 qui s’offre à moi !
Le dernier fut tellement bon que j’attends le même verdict pour celui-là !
Que me réserve Kurt Busiek ? Va-t-il opposer la Trinité à la Troïka ou va t’il se pencher sur leur ennemis naturels comme sous-entendu lors de Trinity 41 auquel cas la Troïka aura le temps de se réorganiser ?
Est-ce qu’il y aura encore des réactions à leur retour ? Des sympathisants ou des opposants vont-ils se manifester ? D’ailleurs, où sont les Lost In Trinity ?
La 2ème partie va-t-elle encore faire la part belle à Krona et ses ouailles dont Erdammeru (toujours une plaie à écrire) ?
Si je ne m’inquiète pas pour Mark Bagley quasiment toujours au top, je m’interroge plus sur la capacité de Scott McDaniel à maintenir un certain degré de qualité vu qu’il est quasiment là toutes les 2 semaines (même s’il ne me déçoit pas)?
En tout cas, j’ai hâte de me (re)plonger dedans !





Cette deuxième fournée de Trinity est quasiment aussi bonne que la 1ère : Kurt Busiek commence à montrer les changements opérés par le retour de la Trinité tout en préparant le terrain du grand final où Krona va se pointer !!
Le compte à rebours est enclenché, il ne reste plus que 10 numéros !

La 1ère partie se consacre au remontage de bretelles par la Trinité qui reprend possession de ses terres (avant de vouloir faire de même avec la Terre ?) ; le dernier numéro avait pour terrain de jeu Metropolis : forcément, ce sont les sites dédiés à Wonder Woman et à Batman qui sont présentés cette fois-ci.
Kurt Busiek est galant : il commence par la jolie amazone ! C’est l’occasion d’une scène assez décalée avec un Black Adam que j’ai connu plus virulent… Après, Kurt Busiek fait dans le clin d’œil au fait que Wonder Woman a souvent changé de base d’opération au gré des auteurs (Boston sous George Perez, Gateway City sous John Byrne, etc…).
Là où c’est moins marrant, c’est dans le comportement de la Trinité qui use de moyens assez radicaux sans se soucier des conséquences : ils assument totalement leur statut de divinité…
C’est encore plus marquant quand vient le tour de Gotham City où Kurt Busiek montre que le plus fou des 2 entre Batman en mode dieu et le Joker n’est pas forcément celui qu’on croit : le fait de revenir à la réalité précédente doit théoriquement s’accompagner du retour au chaos ambiant à Gotham City. Est-ce que Kurt Busiek veut expliquer qu’inconsciemment Batman est prêt à le générer pour avoir à intervenir (et quelque art montrer un zeste de folie chez le personnage qui n’est pas exempt de tout reproche dans ses propres séries…) ou bien sa nouvelle forme le rend définitivement encore plus détaché ?
Je miserai bien sur la 1ère hypothèse mais la scène avec le Joker est saisissante (en plus d’être très belle).
D’ailleurs, aux actions à sens unique de la Trinité voit s’élever une seule voix : celle de Lex Luthor. Même si le personnage est connu pour sa mégalomanie et son égocentrisme, il est le seul à vouloir tirer profit de la situation dans le bon sens pour améliorer les choses : la réaction de la Trinité est une fois de plus sans équivoque…
La Trinité finit son périple en réglant la question des héros qui retrouvent du même coup leur identité et il y a un risque de décalage dans un monde qu’ils ne connaissent pas : est-ce que Kurt Busiek montrera le contrecoup ou se penchera t’il uniquement sur quelques personnages ?

Il y répond partiellement dès le début de la 2ème partie avec un Hawkman décidément très présent dans la série et je ne peux m’empêcher de penser à ce qui lui arrive dans d’autres séries : est-ce qu’un relaunch est dans les starting-blocks avec Kurt Busiek aux commandes ?
En attendant, cette partie montre le retour aux affaires de la Justice League Of America dans son rôle d’équipe numéro 1 chez DC (du moins présentée comme telle).
Enfin, elle montre aussi qu’elle est plus taillée pour les menaces cosmiques (dont celle à venir…) et beaucoup pour celles supposées moins « importantes » : c’est l’occasion de sortir Gangbuster du placard et faire ressurgir l’intrigue Tarot. C’est appréciable.

Ce que j’apprécie une fois de plus est le travail de mark Bagley pour qui les félicitations sont toujours de rigueur : il offre un somptueux Joker dont j’avais déjà eu un aperçu lors de son Batman / Spider-Man mais là c’est d’un autre niveau ! :hug:
Les autres personnages ne sont pas en reste et il fait super bien les décolletés féminins….
Scott McDaniel n’use pas ces artifices pour attirer mon regard : il profite d’une atmosphère assez « calme » pour se focaliser sur les visages des personnages et leurs émotions prouvant qu’il dispose d’une palette d’expressions.
Pour la couverture, Shane Davis termine son triptyque avec une Wonder Woman au visage assez singulier : si l’objectif était de la rendre menaçante à défaut de sexy, il a réussi !

Plus que 10 numéros avant Wednesday Comics et la tension ne redescend pas : j’en veux encore….


Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #43  
Vieux 25/03/2009, 21h10
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 43



Shiny Face Picth A Fit / Talking To Sunshine And Shade
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Tom Derenick
Inker : Art Thibert / Wayne Faucher
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


C’est le retour à la normale à bien des niveaux : je n’ai qu’un seul numéro cette semaine mais surtout la Trinité continue son action pour dissiper les effets de la Troïka sans se soucier des conséquences comme pour montrer qu’ils sont au-dessus de la mêlée.
Pourtant, il reste des « opposants » : la Troïka bouge toujours et il va bien falloir finir le travail. A côté de cela, il pourrait très bien y avoir les héros eux-mêmes voire la population pour demander des réponses aux différents changements occasionnés avant que Kurt Busiek ne range évidemment tous ses jouets pour être raccord avec le DC Universe pré-Final Crisis.
Aussi, que va offrir Kurt Busiek pour le dernier numéro du mois de Mars ? Des réponses à ce sujet sur les modifications de la réalité ? Au sujet de la Trinité ?
En parallèle, Fabian Nicieza et lui vont aussi se focaliser sur les Lost In Trinity.
Ce qui avance à visage découvert est Mark Bagley : pas de signe de fatigue à l’horizon !
Est-ce que Tom Derenick en fera de même vu que sa dernière apparition fut très sympathique sur fond d’Erdammeru ?





De l’action, des confirmations, des remise sn question : ce numéro apporte sa pierre au bel édifice qu’est Trinity depuis 1 mois.
Kurt Busiek offre une vitrine aux personnages majeurs de la série en 1ère et 2ème partie qui bien que différentes dans le contenu ont en fil rouge la Trinité qui fait vraiment tout pour faire comprendre qu’elle est de retour et qu’il faudra compter avec elle et pas que cela…

Déjà en 1ère partie, la Trinité s’échine à faire revenir le monde à la normale : il faut réparer les dégâts pour que Darkseid puisse venir tout recasser…
Seulement, la Trinité reste figée dans ses convictions héritées de son nouveau statut de leur planète de fidèles : elle est supérieure à tout le monde basculant parfois dans un complexe de supériorité vis-à-vis de ses alliés qui ne font que jouer les utilités. Si Trinity devait montrer l’importance des 3 héros pour la bonne marche du DC Universe, ce comportement a un peu tendance à m’énerver et j’attends avec une grande impatience le retour de bâton car il est évident que cela ne va pas durer.
Pour cela, l’histoire pourra s’appuyer sur Krona qui ouvre le numéro avant de passer le flambeau à la Troïka : si celle-ci a retrouvé son aspect originel à cause de la Trinité, elle sent le vent venir…
Après avoir donné une présence écrasante de la Trinité puis le point de vue des héros, Kurt Busiek expose à nouveau le trio maléfique et s’efforce de montrer que la Trinité n’aura pas la partie facile. Pourtant, ce qui en transpire une fois de plus est que la dissension grandit dans les rangs. A ce sujet, se cantonnant aux personnages introduits dans Trinity, Kurt Busiek redonne la parole aux hommes de main de Morgaine : il en profite pour remettre à zéro un vilain destiné à briller durant Final Crisis…
La Troïka risque d’être encore sous le feu des projecteurs la semaine prochaine car le cliffhanger annonce un combat des chefs diablement alléchant. De plus, j’attends certaines réactions d’Enigma ou alors Kurt Busiek ratera quelque chose…

Ce qu’il n’a pas occulté concerne les Lost In Trinity qui sont confrontés au retour à la réalité mais pas avec la Trinité qu’ils attendaient alors qu’eux-mêmes sont redevenus normaux (si le terme veut encore dire quelque chose dans un comic de slips).
Aussi, tout du long du récit, Kurt Busiek et Fabian Nicieza expliquent qu’ils sont toujours dans leur rôle et qu’ils vont retourner au charbon.
C’est l’occasion d’officialiser le statut de la Trinité à ce moment de la série même si c’était évident : maintenant, je me demande quel sera le catalyseur du retour définitif à la normale.
Quoique, le retour à la normale à bon dos car cette partie a peut-être montré un des conséquences de Trinity sur le DC Universe avec un personnage qui est toujours là : est-ce que son tour va venir ou bien le serpent de mer du tie-in que je suspecte va se faire de plus en plus tenace ?
Après, je m’interroge sur le sort de Nemesis qui a eu accès à bien des informations faisant de lui un personnage majeur du DC Universe…

Pour Mark Bagley, je ne me pose plus de questions tant c’est beau et fluide. En plus, il n’a qu’un seul féminin à dessiner donc ce petit problème de faciès est remis à plus tard pour que je puisse profiter de son sens de la narration : c’est vivant ! :hug:
Je n’en dirai pas autant de Tom Derenick qui est moins à l’aise que d’habitude : je vais être poli et juste dire que sa Loïs Lane n’est pas réussie par exemple ou qu’il rebalance la même Donna Troy au regard vitreux de Countdown To Final Crisis
Heureusement, il y a Jesus Merino qui attaque son 2ème triptyque de couvertures : j’ai déjà parlé du gode que tient Wonder Woman en preview mais plus sérieusement le rendu de Wonder Woman est plus efficace que celui de Shane Davis la semaine dernière !

Encore un épisode indispensable qui ne ressemble pas à ses grands frères : Trinity mérite vraiment que vous penchiez sur son cas !
10...9

Bilan : et demi
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #44  
Vieux 01/04/2009, 19h21
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 44



What’s In It For Us? / Much To Discuss
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Tom Derenick
Inker : Art Thibert / Wayne Faucher
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Si Grant Morrison n’a pas pu faire de Batman ou d’autre héros un New God lors de Final Crisis, Kurt Busiek prend un malin plaisir à montrer la Trinité prendre durablement le chemin de la divinité. Seulement, l’auteur a décidé de ne pas en faire des modèles de vertu totale et si des menaces sont clairement identifiées dans le panorama de Trinity, il n’était pas attendu au début de la série que la Trinité puisse faire partie du lot ou du moins qu’elle s’éloigne de ses fondamentaux…
Est-ce que le retour à la normale est au programme de la semaine ou bien le combat entre vilains va truster la majeure partie de l’épisode ? Qui sait s’il ne va pas y avoir les 2 ?
Est-ce que Kurt Busiek en profitera pour confronter Enigma au Crime Syndicate ?
Ce qui est sûr est que la baston est confiée à Mark Bagley : des étincelles sont au programme. J’aimerai pouvoir en dire autant de Tom Derenick qui enchaîne avec la semaine dernière : il vaudrait mieux qu’il évite la passe de 2 pour les mauvaises prestations, cela pourrait faire tâche au milieu de toutes ces bonnes choses qui m’attendent…





Voilà un épisode bien compartimenté : 1ère partie pour les vilains et 2ème pour les héros même si à chaque fois la ligne n’est pas aussi claire à chaque fois dans les différents camps.
Kurt Busiek continue de développer son univers à 8 numéros de la fin et c’est du bon !

Déjà, il offre une plus grande vitrine aux Bad Guys que la semaine prochaine ce qui était attendu avec le cliffhanger qui annonçait une (énième néanmoins) empoignade. En fait, ce n’est pas du tout le cas, l’auteur y met vite un terme pour privilégier des échanges aussi savoureux que profitables à l’histoire.
Pour commencer, Kurt Busiek n’a pas oublié le cas Enigma qui retrouve le Crime Syndicate Of America et la confrontation est conforme à mes attentes. Il ne reste plus qu’à espérer que c’est annonciateur d’autres situations. A ce sujet, quelle qu’en soit la finalité, il ne faut pas oublier qu’Ultraman est présent dans Final Crisis
Après, cet épisode est l’occasion de la 1ère rencontre officielle entre la Troïka et Despero : alors que ce dernier débarque avec des alliés, je m’attendais à voir la Troïka subir une 2ème branlée après celle subie face à la Trinité de surcroît de la main d’une autre trinité mais c’est au contraire la victoire d’intérêts supérieurs des vilains qui prédomine. La série retrouve ses fondamentaux du début pour reformer l’alliance initiale !
Pourtant, à travers cette scène, il y a comme un manque : Kurt Busiek ne se penche pas sur le cas de Konvikt qui subit les événements sans intervenir plus que cela c’est-à-dire user de ses biceps. Il va s’en dire que niveau caractérisation du personnage, c’est assez mince surtout depuis que le cas Graak a été réglé…
Le pire est que l’alien se fait même voler la vedette par d’autres vilains eux-mêmes introduits dans Trinity : les Dreambound ! Ils ouvrent et concluent cette partie : ils sont dans la continuité de leurs dernières apparitions avec une envie réelle d’indépendance. Avec en écho une volonté de série pour plus tard ?
Aussi, Kurt Busiek montre les différents enjeux des vilains qui offrent différents niveaux de lecture en rapport avec leurs motivations montrant que la série est beaucoup manichéenne que prévu !

Il faut dire que la 2ème partie en remet une couche en s’attardant sur la Trinité qui avait laissé sur les Lost In Trinity en pleine acceptation de leur divinité !
Ainsi, la 2ème partie est focalisée sur le discours de cette dernière qui veut faire le bien par tous les moyens voyant dans leur nouveau statut l’opportunité de faire mieux qu’avant même au prix de leur humanité (ce qui est paradoxal car seul Batman l’est à l’origine…).
Kurt Busiek et Fabian Nicieza essaient d’instiller le doute que la fin justifie les moyens aux yeux des Lost In Trinity qui sont un peu le pendant du lecteur qui connaît l’ensemble de la situation ? Ce qui devait arriver arriva : le cliffhanger semble montrer un schisme parmi eux…
Les auteurs en profitent pour régler le cas de Tomorrow Woman : à court terme ou long terme ?
Sinon, comment passer sous silence le fait que Loïs Lane hurle devant Nemesis l’identité secrète de Superman : elle avait peur qu’il l’ait oublié avec le retour à la normale de la réalité ?
C’est le genre de détail qui me fait dire que le personnage déjà bien introduit dans le DC Universe depuis des décennies risque de devenir incontournable : est-ce que Final Crisis Aftermath – Escape ! sera la confirmation ou l’invalidation de mon hypothèse ?

Du côté de Mark Bagley, il y a belle lurette que je m’interroge à son sujet : c’est beau et fignolé ! S’il dessine très les vilains, il claque une double-page dédiée à la Trinité et aux héros tout en puissance ! Il pourra vraiment dessiner n’importe quelle série après…
Tom Derenick rectifie le tir de la semaine dernière où son trait colle parfaitement à la démesure de la Trinité mais il continue de rater Loïs Lane…
Pour finir, j’ai un peu de mal avec le Superman version divinité de Jesus Merino qui fait un peu creux en couverture même si c’est lié à la nouvelle apparence du héros.

C’est le 1er Avril mais Trinity n’est plus une mauvaise blague depuis bien longtemps ! Kurt Busiek développe ses intrigues et ses personnages à 8 numéros du terme alors que je m’attendais à voir la grande bataille finale commencer à se dessiner.
D’ailleurs, le seul regret que j’ai concerne Krona invisible cette semaine : le personnage est définitivement destiné à jouer un rôle post-Trinity si j’en crois la checklist de Blackest Night et j’aurai bien aimé le voir en action. Il serait dommage qu’il débarque juste pour la fin…
10...9…8

Bilan :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #45  
Vieux 08/04/2009, 19h07
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 129 833
scarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandmanscarletneedle fait des patés avec Sandman
Trinity 45



The Power Is Close / A Single Human Soul
Writer : Kurt Busiek / Kurt Busiek & Fabian Nicieza
Penciller : Mark Bagley / Scott McDaniel
Inker : Art Thibert / Andy Owens
Colorist : Pete Pantazis / Allen Passalaqua


Alors que DC lâche de plus en plus d’informations (alléchantes) sur Blackest Night mais aussi sur la prochaine hebdomadaire Wednesday Comics (au format et au contenu différents des autres séries hebdomadaires), ce serait faire injure à Trinity (ou aux arcs en cours comme les titres Superman ou à venir comme Detective Comics par exemple) de dire qu’il ne peut y en avoir que pour ceux-là ! En effet, Trinity retrousse ses manches depuis quelques numéros pour garantir le bon moment de lecture annoncé !
Alors que la série s’approche doucement mais sûrement de la fin, Kurt Busiek continue de laisser la Trinité en mode divinité : il est évident que cela ne va pas durer et il va bien falloir se charger de son cas. Aussi, je me demande si, paradoxalement, ce ne sont les vilains qui vont peut-être permettre à la Trinité de retrouver ses esprits vu que les héros n’y sont point parvenus ?
Est-ce que Krona, de retour aux affaires cette semaine, en sera le catalyseur ? Quelle sera la réaction de la Trinité ?
Est-ce que Mark Bagley s’occupera de la baston ou du sommet des Bad Guys ? Tom Derenick cède sa place à Scott McDaniel, je ne vais pas me plaindre : à tort ou raison ?





Voilà un épisode assez savoureux où les 2 parties s’enchaînent une fois de plus pour ne former qu’un tout : à chaque fois que je constate ceci, j’ai un grand sourire en pensant au casse-tête que Panini va s’infliger…
Enfin, ce qui m’intéresse surtout est le traitement offert par Kurt Busiek aux vilains qui trustent la majorité de l’épisode voire la globalité si je rangeais la Trinité dans le camp des vilains vu son comportement radical.

En effet, la 1ère partie offre tout de même une vitrine aux héros, enfin la Trinité qui, bien décidée à clouer le bec aux derniers feux ennemis, se dirige vers la base de la Troïka. C’est juste l’occasion pour faire un énième étalage de leur puissance du moment et c’est le Crime Syndicate Of America qui essuie les plâtres.
Kurt Busiek évite d’en faire des tonnes et expédie la chose en 5 pages montrant l’impuissance des vilains. Par contre, le dénouement de la baston concernant le trio de vilains débouche sur un « châtiment » permettant de maintenir leur statu quo avant Final Crisis : si la saga de Grant Morrison n’avait pas eu lieu, est-ce que Kurt Busiek ne serait pas allé plus loin dans les échanges ? A moins que le cliffhanger final ne me fasse mentir, je sens que l’auteur n’aura pas fait tout ce qu’il voulait…
Sinon, le reste de la 1ère partie se penche sur la Troïka et surtout Enigma qui est aussi la star de la 2ème partie !

Il faut dire qu’il est omniprésent et que c’est l’un des personnages les plus développés de la série prouvant une fois de plus qu’il n’est pas qu’un pur vilain : Kurt Busiek démontre qu’il n’est pas lisse et continue de le réhabiliter ! Il fait de même avec Konvikt qui, pour une fois, allie les actes à ses paroles (certes limités) : en tout cas, il est sûr que son moment viendra….
Cette 2ème partie montre le clivage entre le Mal profond symbolisé par la Troïka (finale ?) et ceux qui veulent parvenir à leurs fins quels que soient les moyens : cela rejoint quelque part la représentation actuelle de la Trinité qui est son reflet dans le camp des gentils.
Je n’irai pas jusqu’à dire qui se ressemble s’assemble (ce qui augurerait une alliance prévisible) mais cela contrebalance le côté Bad Guy vu et revu du reste de la Troïka (à laquelle il ne manque que le discours du plan machiavélique).

Un dont je ne me lasse pas est Mark Bagley qui offre une baston rapide et efficace : il représente parfaitement le rapport de force ave des cases puissantes et dynamiques même s’il retrouve son tic du nez féminin chez Super Woman (quoique j’ai crû y voir du Aaron Lopresti pour le coup). Il n’est pas en reste avec la Troïka.
J’ai eu le même plaisir avec Scott McDaniel dont la narration est différente de celle de son collègue mais bougrement efficace pour qu’on aime son style. Par contre, c’est un poil moins peaufiné que la dernière fois.
C’est le contraire pour Jesus Merino qui efface de ma mémoire sa couverture précédente avec un Batman bien ténébreux et un Owlman bien mieux détaillé !

Si l’épisode m’a moins contenté que la semaine dernière, il n’en reste pas moins très important car Kurt Busiek, en plaçant Enigma au centre des débats, offre plusieurs hypothèses et directions possibles à la série alors qu’elle ne cesse de se rapprocher de sa conclusion.
Alors que Countdown To Final Crisis avait eu du mal à tracer sa route jusqu’à sa conclusion, je retrouve l’esprit de 52 qui préparait une fin haletante : j’espère que Kurt Busiek sera à la hauteur du défi quand il ne lui reste que peu de numéros…
10...9…8…7

Bilan :
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
Réponse

Tags
kurt busiek, trinity

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 22h11.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !