Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Critiques > Critiques VO

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #721  
Vieux 28/04/2018, 15h05
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Le problème ne vient pas du fait qu'il y'a plusieurs scénaristes mais plutôt qu'aucun n'a livré de scénario intéressant à mon goût tout en restant classique. Waid y parvient, voilà pourquoi je parle de lui.
Je croyais plutôt que ce serait ma critique du Excalibur qui ferait tiquer les gens que celle d'Action comics 1000. Comme quoi.
Réponse avec citation
  #722  
Vieux 06/05/2018, 17h42
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

RIEN

Catégorie « Bon »

Harley loves Joker 1

Genre : La suite des back up d'il y'a un an



Une mystérieuse nouvelle super criminelle dérobe les richesses que convoite le Joker. Harley a quand à elle bien du mal à trouver l'argent pour payer le nouveau nid d'amour qu'elle compte lui offrir...

Suite des histoires back up d'il y'a quelques années, le premier numéro de cette mini série reprend là où celle-ci nous avait planté et ne laisse que peu de surprises aux anciens lecteurs. Les nouveaux ne devraient pas être perdus car c'est à la fois simple et accessible.
Joli retour aux sources du personnage par l'un des co-créateurs de la belle, Paul Dini, et un dessinateur assez rare de nos jours, Bret Blevins.
Une agréable suprise.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

MARVEL

Catégorie « Excellent »

The new mutants epic collection 5 : curse of the valkyries

Genre : Inferno et acts of vengeance en un volume!



Ce TPB rassemble les 4 numéros de la mini-série X-terminators et les épisodes 71 à 85 de New mutants volume 1.

Les nouveaux mutants de la période (dont mes favoris, Magyk et Warlock) vont affronter les démons d'Inferno dans ce volume et concourir bien malgré eux à ouvrir une porte de l'enfer occupé par N'astirh et Sym, deux des anciens bourreaux d'Illyana, à New York même, provoquant un événement majeur de la vie de la blonde russe.
L'équipe des X-terminators, les jeunes mutants protégés par X factor (les premiers X men, qui se font passer pour des chasseurs de mutants à l'époque) les rejoint bien vite dans leur lutte contre les démons, étant également responsables de l'invasion de New York qui animera des objets aussi inoffensifs qu'un téléphone public ou un métro...

Dans la deuxième partie, pas de repos pour les braves, car la nouvelle équipe fusionnant les new mutants (moins deux membres dont une, Gosamyr, qu'on ne reverra jamais) et les X-terminators doit faire face à la folie destructrice d'une de ses membres fondatrices, Mirages. Etant devenue une valkyrie suite à leur premier voyage en Asgard, elle est victime de la malédiction d'Hela, qui a corrompu cet ordre en profitant de la fatigue d'Odin. C'est forcément une mission pour notre nouvelle équipe de New mutants qui vont y retrouver leurs amis et lutter contre la déesse de la mort.


Je n'avais jamais lu les aventures des nouveaux mutants sauf le premier tome epic collection. On a ici un volume assez exceptionnel, qui fait un bien fou à la lecture. C'est de la grande bd des années 80, dont on a encore tous les codes marvéliens (notamment les monologues intérieurs, les personnages d'arrière plan qui ont le droit de raconter leur vie avant d'être happés par l'intrigue...) exploités avec talent par Louise Simonson au scénario (Claremont ne s'occupe que d'un épisode du volume, d'ailleurs très chouette, avec Magma et un de mes persos favoris, Hercules).
L'arc Inferno débute par la mini-série X-erminators, qui voit l'émancipation des jeunes membres d'X factor (dont certains deviendront plus tard des mauvais mutants, comme Skids ou Rusty). On retrouve un Jon Bogdanove très convaincant sur les démons et dans l'ambiance générale crépusculaire du titre. J'ai beaucoup aimé le personnage Takashi "Taki" Matsuya alias Wizkid, un jeune mutant paralysé des jambes et capable de transformer tout élément technologique qui l'entoure en une machine fantasmagorique de son choix, une aptitude que semblait apprécier Louise Simonson si on se réfère aux capacités d'un autre de mes personnages favoris, Warlock ou sous une autre forme ou encore aux capacités étranges d'une des premières ennemies de X factor, qui pouvait amplifier les pouvoirs d'autrui ou leur en donner mais les déformait physiquement tout en limitant leur durée de vie car ils étaient consumés par leurs pouvoirs.
La fin d'Illyana est en tout cas superbement bien réussie et ça a dû être un choc pour les lecteurs de l'époque, un peu comme la première mini sur le personnage avait dû aussi le faire.
Les épisodes incluant Magneto, leader de l'équipe en l'absence de Xavier, sont également superbes. C'est au moment du second arc, avec la folie de Mirage, que l'on sent une légère baisse de niveau, essentiellement car on a l'impression d'assister à une redite en moins bien de ce qu'on vient de lire (personnage corrompu, méchant qui détruit tout, équipe qui tente de limiter les pots cassés...) mais Asgard a l'avantage d'être un cadre qui change de New York. En plus, ça se passe pendant le run mythique de Walt Simonson sur Thor dont on ressent les effets à la lecture, donc on va pas se plaindre. C'est lors de ce voyage que l'on verra fleurir les macarons "Acts of vengeance" qui indiquent la participation du titre à ce crossover qui avait surtout pour intérêt de faire se croiser des personnages qui n'y étaient pas habitués (on était loin à l'époque de l'univers marvel actuel dans lequel tous les méchants et gentils se connaissent ou presque).
Vivement que les volumes 2 à 4 paraissent car c'est un régal de lecture. Le tome 6 verra les débuts de Rob Liefield aux dessins mais aussi les premiers pas de Deadpool et Cable, tout comme. Ce sera sûrement le dernier car un epic collection X force 1 est déja paru et reprend la série avec l'équipe telle que je l'ai connue plus jeune.
En tout cas, ne laissez pas échapper cet epic ollection. C'est du lourd. Surtout pour les fans d'Inferno, comme moi (et même si je trouve que ce sont Ann Nocenti et John Romita jr qui en ont tiré le le meilleur parti dans Daredevil).

Scénario : 18/20
Dialogues :18/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 18/20

Catégorie « Très bon »

The despicable Deadpool 299

Genre : Bientôt la fin



Deadpool décide de se cacher au milieu des vengeurs, sous l'identité d'Hawkeye. Qu'est ce qui peut rater?
Pendant ce temps, Captain America rassemble une équipe pour l'attraper, dont pas mal de ses anciens acolytes.
Pas de super criminels cette fois-ci, place aux gentils, eux aussi décidés à attraper Deadpool pour le livrer à la justice.

Un numéro très bien construit, avec un combat réussi entre Deadpool et les deux Hawkeye.
Le final du run devrait être impressionnant parti comme c'est.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Doctor Strange 389 (Damnation)

Genre : La grand évasion



Strange et 5 vengeurs sont prisonniers de Mephisto, coincés avec Dormammu et des créatures démoniaques comme Shuma-Gorath entre autres...
Dormammu propose un pacte à nos héros pour rejoindre la grande baston qui se déroule à Las Vegas...

Un numéro superbe graphiquement, qui confirme que la série régulière de Strange sous la direction de Cates aura été une réussite de bout en bout. C'est prenant, plein d'action et de dialogues réjouissants. Ce numéro situé chronologiquement avant Damnation 4 est une perle.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Captain America 701

Genre : Futur possible



Dans un lointain futur, les idéaux de Captain America ont essaimé à travers le monde et même l'espace, les Krees étant devenus les plus proches alliés de l'Amérique. Tout le monde à dans son sang une variante du sérum du super soldat, qui empêche les maladies de survenir et garantit une santé optimale malgré l'absence de super aptitudes martiales.
Nous suivons l'arrière arrière petit fils de Steve Rogers, un historien réputé, très inquiet que son fils ne réagisse pas bien au sérum, ce qui menace sa vie.

Pour ce pénultième numéro du run de Waid (sans Samnee, donc), on a une espèce de What if bien fichu dans la droite lignée des numéros précédents avec des pages dessinées par des pointures comme Romero, Hugues et Jones. L'hamonie graphique est très bonne et ce numéro ce lit avec plaisir. Encore un numéro et on passe à la nouvelle équipe créative.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Doctor Strange : damnation 4

Genre : La fin de Mephisto



La plan de Wong pour virer Mephisto de Las Vegas voit son aboutissement dans ce numéro et il est simple comme un jeu de chaises musicales.
On termine ce petit crossover bien fichu avec le sourire aux lèvres mais c'est surtout parce que Rod Reis est de retour aux dessins et ça a enfin de la gueule.
Rien que du très classique mais les dialogues sont vraiment réussi et pleins d'humour bienvenu. La fin est assez originale pour être marquante.
Un bon crossover, quoi, mais surtout grâce aux numéros de la série régulière Doctor Strange.

Scénario : 15/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

You are Deadpool 1

Genre : Livre dont vous êtes le héros



Deadpool vous cause en début de numéro. Il a créé un dé à son image et vous demande de décider de chacun de ses mouvements. Pour ce premier numéro, il doit infiltrer une base de la corporation Roxxon et voler un casque permettant de voyager dans le temps au profit de l'homme de demain, un vieil ennemi oublié de Thor.

Une bonne surprise que ce titre qui reprend fidèlement les codes des livres dont vous êtes le héros. Selon vos décisions, vous lirez la suite de l'histoire dans le numéro 2, le 3 ou le 4, rien que ça!
Le scénario est simple mais très bien découpé. Il devrait comporter pas mal d'hommages à de vieilles périodes des comics si on se fie aux previews.

Scénario : 14/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20
Réponse avec citation
  #723  
Vieux 11/05/2018, 18h28
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
MARVEL

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

The despicable Deadpool 300

Genre : Fin d'un run long et satisfaisant



Deadpool est donc résolu à se faire prendre par les vengeurs mais son esprit n'entend pas se rendre facilement. Il se souvient d'une arme dévastatrice et inimaginable (oui, vraiment inimaginable) qu'il pourrait ingérer pour faire du dégât sans vraiment de raison (mais en a il besoin puisqu'il est fou?).
Après une séquence aussi drôle qu'inattendue, il est temps pour lui de rencontrer celui qui écrit ses histoires depuis 5 ans, façon Steve Gerber ou Grant Morrisson...

Duggan conclut son run avec beaucoup de style et d'humour dans ce numéro spécial final d'une série qui aura quand même réussi à nous vendre 5 ou 6 spéciaux à 10 dollars (celui-ci est à 6, peut-être parce qu'il compte moins de pages).
Le premier combat contre les héros marvel est aussi inattendu que drôle, la rencontre avec Duggan dispose de superbes dialogues et encore on est à ce moment qu'à la moitié de ce grand final aussi épique que riche en rebondissements et ...en mélancolie. Le scénariste (et les très bons dessinateurs qui l'accompagnent) nous rappellent en effet cette nouveauté apportée au personnage en masse par Duggan et Posehn quand ils ont pris les rênes du perso il y'a quelques années (5 et demi quand même).
Comme d'habitude désormais, le scénariste range ses jouets pour faire place nette au prochain run mais il le fait de très belle manière. On a même la larme à l'oeil devant ce que Deadpool s'inflige pour protéger sa famille et ses amis.
En bref, une conclusion qui a vraiment de la gueule et valait l'attente, avec un balayage de la vie de l'ensemble des seconds rôles de la série (pas tous, contrairement à ce qu'indique la couverture) et même...de Deadpool 2099.

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Avengers epic collection TPB 21 : the collection obsession

Genre : Les Fratres sont un des meilleurs groupes ennemis des vengeurs




Dans ce TPB rassemblant pas mal de numéro variés, ça va du bon au très bon, avec une qualité globale éminemment satisfaisante. Il couvre les années 1991 et 92/
On commence par le graphic novel Avengers : death trap - the vault. Les vengeurs et la freedom force (les mutants menés par Mystique qui travaillent à l'époque pour le gouvernement) doivent empêcher une évasion massive de prisonniers de la prison pour super criminels the vault (traduit en VF par la Voûte dans les mensuels semic, ce qui me faisait déjà tiquer. Normal, on devrait plutôt écrire "la chambre forte" ou éventuellement "le caveau", ce qui est plus raccord avec l'idée d'une place imprenable emprisonnant des super dangers).
Curieusement, c'est le déjà très populaire Venom qui mène l'insurrection. On ne le voit pourtant pas en leader, mais pourquoi pas. Sa rivalité avec l'intelligent Thunderball ("Boulet" en VF) pour tenter de faire pression sur les autorités sans savoir que la prison est à deux doigts de sauter et de tuer tout le monde à cause du directeur à la psyché fragile fonctionne bien et le scénariste Danny Fingeroth livre une intrigue 50% tension, 50% action qui fonctionne comme un très bon film du genre, simple mais bien raconté. Il est bien aidé par le très efficace Ron Lim, un des meilleurs dessinateurs du symbiote qui rend parfaitement son aspect monstrueux et intimidant. Le personnage était si populaire qu'il vola la vedette aux vengeurs lors de la réimpression du graphic novel d'origine, qui devint "Venom : death trap - the vault". Et le pire, c'est que le titre n'est pas mensonger car l'histoire est racontée à 50% du point de vue des vengeurs et à 50% de la sienne.

Deuxième gros morceau de cet epic collection, le crossover Subterranean wars sur un concept très sympa de Paul Ryan : les leaders des 3 grands groupes qui se disputent les royaumes sous-terrains (Mole man, ennemi historique des FF, Tyrannus, le Romain immortel ennemi de Hulk et le peu connu Grotesk, ennemi oublié des X men) sont menacés par un ennemi inédit, un Deviant qui a pris le pouvoir chez son peuple (ennemis mortels des Eternels, dont Sersi/Circé, membre des vengeurs à l'époque) et entend bien conquérir tout avant de s'attaquer à la surface.
L'idée de génie, c'est de crédibiliser l'armement futuriste de Mole man et Tyrannus, qui sortait un peu de nulle part jusque-là et d'expliquer qu'il s'agit d'armes anciennes et destructrices abandonnées par les Deviants lors de leur première chute, ce qui est très bien expliqué dans une back up de l'annual des vengeurs qu'on trouve dans ce volume.
Pour le reste, c'est du très classique mais très efficace, avec une alliance contre-nature entre héros et tyrants des mondes sous-terrains et un final réussi.
Le crossover court dans tous les annuals de l'année 91 liés aux vengeurs, avec deux numéros indispensables à lire car concentrant toute l'intrigue (Avengers annual 20 et West coast avengers annual 6), un numéro peu utile au crossover mais bien écrit et étoffant le titre qui l'abrite (Incredible Hulk annual 17), un numéro qui n'apporte pas grand chose au crossover non plus mais qui est assez fort du point de vue narratif ( Namor the sub-mariner annual 1) et un autre assez bouche-trou (Iron man annual 12) mais qui a le mérite de se concentrer sur une souveraine oubliée du monde souterrain.

On passe ensuite au gros morceau de cet epic collection, qui lui donne son titre et pour lequel on est venus : les épisodes 334 à 339 d'Avengers volume 1, qui composent les 6 chapitres de l'histoire "the collection obsession", parus en VF dans le magazine Strange et qui m'avaient fait forte impression : de dangereux "spécimens" se sont échappés de la collection de Taneleer Tivan, le doyen de l'univers connu sous le nom de "The Collector" ("le collectionneur") : les Brethren (traduits de façon ingénieuse et très jolie par le terme latin "Fratres" en Français), des conquérants fiers et surpuissants qui ont jadis ravagés la galaxie avant d'être capturés sont de retour et leur prochaine cible, après avoir vaincu les Inhumains sur la Lune n'est autre que notre bonne vieille Terre!
L'équipe des vengeurs se divise en deux groupes : les intellos (Black Panther, Beast, Hank Pym avec Quasar comme garde du corps) tentent de retracer l'histoire des Fratres et de trouver un moyen de les vaincre en questionnant entre autres un Collector sénile tandis que les membres plus centrés action tentent de contenir ces super guerriers qui semblent aussi invincibles que leur chef, Thane Ector, est noble et cruel... (petit aparté, "Thane" peut se traduire par "baron" en Français, mais Semic avait gardé le nom d'origine à l'époque de la traduction dans Strange.
Avec l'âge, ces épisodes sont toujours une très bonne cuvée malgré quelques ficelles un peu grosses quand je le relis, ceci étant surtout dû au charismatique personnage de Thane Ector, chef torturé d'un peuple orgueilleux et impitoyable à qui il doit cacher un effroyable secret. Encore ajourd'hui, je relis ces épisodes en admirant l'écriture de ce personnage et d'une autre (qu'on ne citera pas pour ne pas spoiler). Voilà un méchant aussi crédible qu'intéressant et marquant, qui n'a rien à envier à des pointures comme Doctor Doom ou Magneto, malgré la brièveté de son arc narratif. Bref, du bon Bob Harras au scénario et des dessins très convaincants d'Andy Kubert puis d'un Steve Epting qui n'avait pas encore la qualité actuelle qu'on lui connait, mais qui était déjà en bonne voie (malgré quelques pages fill in qui ne sont pas de lui par ci par là).

L'épisode 340 est inédit en France et raconte une aventure indépendante de Captain America et the Wasp (la guêpe) qui traite d'enfants soldats, de trafic d'armes, de libération des camps de la mort et de survivalisme. On comprend sans peine pourquoi elle avait été mise de côté (sûrement trop sombre pour une publication jeunesse de l'époque). Les dessins un peu vintage de Paul Abrams ne sont pas désagréables et le script de David Michelinie narré par Scott Lobdell est classique mais efficace.

Les épisodes 341 et 342 sont un mini crossover entre les vengeurs et les new warriors centré sur le personnage de Rage, membre récent des vengeurs qui nous dévoilera son secret étonnant dans ses pages. Nicieza livre un scénario intéressant et bien écrit autour des fils du serpent (un groupe suprémaciste oublié, ennemi des vengeurs) et une nouvelle mouture du Hatemonger
http://www.marvunapp.com/Appendix2/animushatemonger.htm

Ces deux numéros font écho à la première apparition des Sons of serpent (Avengers volume1 n° 32 de 1966 quand même!) et ont le mérite d'ancrer les vengeurs dans le monde contemporain et de les sortir de leurs sempiternelles menaces cosmiques et temporelles, ce qui les rend plus humains. Le personnage de Rage y gagne aussi en épaisseur et je serais curieux de lire la première série des New warriors à l'occasion. Steve Epting est en tout cas au top dans ces deux numéros, absolument superbes du point de vue graphique.
On termine avec les numéros 343 et 344, qui marquent le retour du Black night, appelé à une prolifique carrière dans les nineties (il devient en quelque sorte le Gambit des Vengeurs). L'équipe accueille aussi la belle Crystal et la version Eric Masterson de Thor. Ces deux numéros sont la première apparition d'un méchant qui va devenir la Némésis des Vengeurs pendant un certain temps, Proctor.
On retrouve le très efficace Bob Harras au scénario et toujours Steve Epting, très à l'aise.

En résumé, un très bon volume dédié à l'équipe, qui vaut surtout pour la série principale qu'elle abrite, qui était à l'époque dans une bonne phase.

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

You are Deadpool 2

Genre : Livre-jeu dans les années 60



Deadpool est donc coincé dans les années 60 depuis son saut impromptu dans le temps à la fin du numéro précédent. Pour recharger le casque qui le fait voyager et repartir vers son époque, il a des solutions aussi variée qu'amusantes : faire le voyage dans la navette dérobée par les FF au début de leur carrière (dialogues hilarants sur la sécurité de la base et l'absence de Reed et Sue des cases), assister au largage de la première bombe gamma, se lancer dans le monde de l'art en créant le pop art avant Andy Warhol (qui en prend pour son grade) ou encore révolutionner le monde prétentieux de la poésie en clubs (où tout le monde porte des bérets et des rayures so french).

Encore un très bon numéro assez drôle qui parvient à renouveler l'exercice ultra usité de la parodie des premiers titres de l'éditeur. Prochain numéro :les seventies et Man-thing!

Scénario : 14/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20
Réponse avec citation
  #724  
Vieux 19/05/2018, 17h22
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

RIEN

Catégorie « Bon »

Harley loves Joker 2

Genre : The once and future Harley Quinn

Harley est depuis peu en passe d'être évincée par le grison, la nouvelle super criminelle qui a attiré l'attention du Joker en lui passant devant lors de chacun de ses derniers casses!
La pauvre se réfugie de plus en plus dans les méandres de son esprit, psychanalysée par la très sérieuse Harleen Quinzel et devant faire face à sa mère et surtout...à elle-même.
Tout est il perdu? Non, car le Joker est tout sauf prévisible...

Fin de cette petite histoire bien sympathique qui permet une plongée dans le passé de la belle en compagnie d'un de ses créateurs, Paul Dini, et d'un Brett Blevins agréable.
Rien de foufou mais de la belle ouvrage qui fait énormément penser à la mythique série Batman de 1992 et c'est bien normal.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20




MARVEL

Catégorie « Excellent »

You are Deadpool 3

Genre : 1974 en force!

Deadpool est coincé dans la meilleure décennie pour les comics Marvel, les seventies! On est en 1974, Abba chante Waterloo, Daniel Guichard chante "mon vieux", Giscard joue de l'accordéon, Steve Rogers a jeté son uniforme de Captain America sous l'influence d'Engleheart, les monstres comme Dracula, Ghost rider, Werewolf by night et Man-thing marchent bien dans les comics, Judge Dredd règne en maître en Angleterre, j'en passe et des meilleures.
Deadpool se retrouve coincé dans le marais des Everglades qui abrite le nexus de toutes les réalités et doit trouver assez de *gems (oui, avec une *astérisque) pour activer le portail magique (pour faire simple).
C'est l'occasion pour un Al Ewing super en forme de rendre un hommage magnifique aux comics de ces années-là en nous faisant rire (le costume et les actions de Steve Rogers, qui parodie son comportement suite aux évènements du très beau run d'Engleheart), réfléchir (dans une des scènes les plus difficiles à passer pour les millenials prompts au LOL dans ce numéro, avec Rufus Carter du titre Shang Chi!
http://www.marvunapp.com/Appendix/rufusc.htm) mais aussi rêver à la magie de ces années-là pour les comics marvel, reprenant parfaitement l'ambiance insufflée par Steve Gerber dans le titre Man-thing de cette époque (qui se dirige doucement vers sa fin en 1975, sans qu'on le sache à cette époque) et tout en livrant encore une fois une des meilleures séries limitées dédiées à Deadpool jamais faites. Il sera difficile d'égaler l'excellence de ce numéro car on sent qu'Ewing les aimes, les seventies Marvel!

Scénario : 16/20
Dialogues :18/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 17/20




Catégorie « Très bon »

Venom 1

Genre : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Eddie Brock et son autre

Donny Cates s'attaque à Venom! Il m'a convaincu sur Doctor Strange, donc je vais le suivre dans ses autres titres, Thanos en TPB pour voir et sa future mini-série spin off à venir mais aussi Venom, personnage au potentiel énorme et rarement exploité dans les comics qui lui sont dédiés!
Eddie Brock a donc regagné son symbiote depuis quelques temps déjà. Il utilise des médicaments pour faire taire son "autre" pour éviter de sombrer dans la folie et reçoit la visite d'un militaire énigmatique qui le prend au début pour son prédécesseur, Flash Thomson (le meilleur Venom selon moi). Il a bien sûr une mission surprenante à lui confier.

Et si tout ce que nous savions sur Venom et les symbiotes était fragmentaire? Et si Spidey n'avait pas été le premier terrien à porter un symbiote sur Terre? Après des premières pages alléchantes qui impliquent une présence ancienne des klyntars sur notre planète, on en apprend de plus en plus sur un sombre secret caché jusqu'ici, qui pourrait même remettre en cause la nature même de ce peuple, qui avait déjà été retconné par Bendis dans le titre "les gardiens de la galaxie".
On a hâte de lire la suite de ce titre graphiquement superbe (même si la colo est pas super top selon moi, un peu fadasse).

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20




Captain America 702

Genre : Le nouveau Captain America?

Jack Rogers a découvert un énorme complot qui menace l'humanité et l'utopie qu'elle a construit à partir du sérum du super soldat utilisé par son aïeul. Il continue d'enquêter et de chercher une solution à cette situation désespérée auprès de ses confrères historiens et pourrait bien trouver un début de solution autour du plus fou d'entre eux...

Deuxième partie de cet arc décrivant les aventures d'un descendant ordinaire de Steve Rogers dans un futur possible et c'est toujours aussi bien écrit, avec des dessins très chouettes de Romero, Chaykin et Reis et un scénario très sympathique de Waid. Tout va reposer sur le dernier numéro du run de celui-ci car cet arc certes très réussi laisse énormément de choses en suspens pour l'instant.

Scénario : 15/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20



Ben Reilly : the scarlet spider 18

Genre :La couverture ment!

Ben fait la rencontre de Misty Beck, la fille de Mysterio, engagée par sa patronne pour un grand numéro de prestidigitation qui tourne mal, très mal. Mais alors vraiment très mal.

Un numéro qui lance un nouvel arc plutôt intéressant et riche en surprises. La page cliffhanger vend du rêve par exemple.
Dommage par contre que les créateurs des récentes couvertures du titre, que j'adore, ne se chargent pas des intérieurs, car Daniel Araujo, c'est juste pas possible. Un des rares dessinateurs qui me fasse regretter Will Sliney, c'est dire. C'est statique, c'est pas attirant, ça gâche l'histoire de David encore plus que le dessinateur habituel.

Scénario : 15/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 11/20
Note finale : 16/20




Catégorie « Bon »

The Punisher 224

Genre : Pupu's homecoming

Frank rentre au pays avec sa jolie armure quasi neuve et son nouveau statut de terroriste international. Son premier réflexe est de dézinguer les clients du bar sans nom, refuge des super criminels qui veulent boire un coup et repérer les futurs coups.
Problème : les vengeurs ont décidé de le poursuivre. Il est "un peu" devenu persona non grata depuis son rôle pendant le crossover Secret empire, il faut dire. Une certaine Captain Marvel, accompagnée de pointures comme Daredevil, Hawkeye et d'autres qui sont révélés en splash page finale du numéro lui court donc après...

Un numéro pur action, bien mené mais avec malheureusement un nouveau dessinateur, Stefano Landini, qui manque de punch et de détails dans ses dessins. ça gâche mais ça reste très agréable. Et puis le postulat de base est énorme.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 13/20
Note finale : 14/20

Réponse avec citation
  #725  
Vieux 19/05/2018, 21h17
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 083
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
Merci de tes avis ... Tu me tenterais presque sur Venom ^^
Réponse avec citation
  #726  
Vieux 19/05/2018, 21h29
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Je pense que c'est un très bon premier numéro. J'espère que Cates va continuer à nous régaler comme il l'a fait pendant son run de Doc Strange. Mais bon, Venom fait partie de ces persos souvent sous exploités, comme Daredevil. Prions.
Réponse avec citation
  #727  
Vieux 19/05/2018, 22h05
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 083
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
Quand je vois les ventes de Dr Strange de Cates franchement je comprend pas. Donc Venom ça va aussi être compliqué pour le faire survivre.
Réponse avec citation
  #728  
Vieux 19/05/2018, 22h37
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Je pense que Venom a une plus grande fanbase que le doc. Et ça va exploser avec le film. Même s'il est mauvais comme je le crains.
Réponse avec citation
  #729  
Vieux 22/05/2018, 17h02
JulienSA80 JulienSA80 est déconnecté
Super Héros super puissant
 
Date d'inscription: juillet 2015
Localisation: Ile de France
Messages: 284
JulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter BuildingJulienSA80 lave ses slips au Baxter Building
Citation:
Posté par Man-Thing
Voir le message
Venom 1

Genre : Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Eddie Brock et son autre

Donny Cates s'attaque à Venom! Il m'a convaincu sur Doctor Strange, donc je vais le suivre dans ses autres titres, Thanos en TPB pour voir et sa future mini-série spin off à venir mais aussi Venom, personnage au potentiel énorme et rarement exploité dans les comics qui lui sont dédiés!
Eddie Brock a donc regagné son symbiote depuis quelques temps déjà. Il utilise des médicaments pour faire taire son "autre" pour éviter de sombrer dans la folie et reçoit la visite d'un militaire énigmatique qui le prend au début pour son prédécesseur, Flash Thomson (le meilleur Venom selon moi). Il a bien sûr une mission surprenante à lui confier.

Et si tout ce que nous savions sur Venom et les symbiotes était fragmentaire? Et si Spidey n'avait pas été le premier terrien à porter un symbiote sur Terre? Après des premières pages alléchantes qui impliquent une présence ancienne des klyntars sur notre planète, on en apprend de plus en plus sur un sombre secret caché jusqu'ici, qui pourrait même remettre en cause la nature même de ce peuple, qui avait déjà été retconné par Bendis dans le titre "les gardiens de la galaxie".
On a hâte de lire la suite de ce titre graphiquement superbe (même si la colo est pas super top selon moi, un peu fadasse).

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

Bonjour à tous,

Cates lance beaucoup de choses dans ce graphiquement superbe premier numéro. J’espère qu’il va harmoniser les différentes origines du symbiote qui ne sont si incompatibles que ça entre les klyntars, la planète des symbiotes et leur utilisation militaire. J’espère aussi qu’il va donner un peu plus de corps à Eddie Brock qui ne possède pas une personnalité si développée malgré ces plus de 25 ans d’existence.
Je te rejoins sur le fait que l’on hâte de lire la suite.
Réponse avec citation
  #730  
Vieux 02/06/2018, 19h51
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Deux semaines de retard. Oui, mais :




Je...
Désolé.

MARVEL

Catégorie « Excellent »

Captain America epic collection tpb 15 : the bloodstone hunt

Genre : Le retour du Red skull


Ce TPB rassemble les numéros 351 à 371 de Captain America volume 1, parus entre 1989 et 1990.
Chronologiquement, on est juste avant le epic collection "streets of poison".
Cap vient d'assister à la résurrection du crâne rouge, transféré dans un nouveau corps, et vient de récupérer son célèbre costume, dont il avait perdu la propriété suite à la volonté du gouvernement, contre qui il s'était rebellé (des épisodes que j'ai hâte de relire).

Dans ces pages, nous assisterons à la rencontre après une longue absence d'un Nick Fury dans la mouise jusqu'au cou (CM 351, cf la couverture du tpb, pas judicieusement choisie selon moi car pas représentative du contenu du tpb), à la défection de super héros soviétiques et à une visite officielle de Captain America à Moscou (!) dans les épisodes 352 et 352, à la naissance de U.S agent (Captain America 354 à la construction symétrique des pages très intéressante), aux tentatives de la bad girl Diamondback de séduire Captain America et de devenir sa petite amie mais aussi aux efforts de Steve Rogers pour reconstruire une équipe des vengeurs en ruines à l'époque et au retour d'une création de John Byrne.
Les épisodes 355 et 356 font état de la première rencontre entre Cap et l'éternelle Sersi, future membre des vengeurs et du retour de deux ennemis oubliés de Rogers. A partir de la la deuxième moitié du numéro 356, on a, jusqu'au numéro 362 l'arc "The bloodstone hunt" qui donne son nom au TPB, une très sympathique chasse au trésor qui oppose Captain America, Diamondback et le colonel John Jameson (le fils de vous savez qui) au baron Zemo et la brigade de Batroc de l'époque, constituée des mercenaires Georges Batroc, Zaran et Machete (un ancêtre de Danny Trejo).
Au fil des épisodes d'inspiration très Indiana Jones, on assiste à la chasse aux morceaux de la pierre qui rendait Ulysses Bloodstone (le père d'Elsa) immortel. C'est très classique et je ne pige pas bien pourquoi cet arc est autant vanté mais c'est quand même réussi. Et on assiste aux débuts de Crossbones, l'alors tout frais homme de main préféré du Red Skull. Celui-ci se taille la part du lion dans les épisodes 363 et 364, dans lesquels il s'impose comme un adversaire capable de tenir par moments Cap en respect, ce qui n'est pas rien. On le croisera souvent dans le très long run de Gruenwald, qui semblait assez content de cet intéressant et très cynique personnage.
Du 365 au 367, c'est le caviar de ce numéro, les épisodes liés au crossover Acts of vengeance, durant lequel plusieurs têtes pensantes des grands super-criminels de l'univers Marvel, sous l'égide d'un mystérieux personnage, échangent leurs ennemis habituels pour prendre leurs némésis au dépourvu et, qui sait, triompher enfin. Crossbones est ainsi chargé par son maître de s'assurer du concours du contrôleur, un ennemi récurrent de Tony Stark, bien décidé à s'octroyer la force et l'endurance des victimes de ses disques de contrôle, en commençant par Namor, un adversaire qui donnera bien du fil à retordre à son habituel allié, Captain America.
Red Skull, toujours aussi paranoïaque et méfiant, se défie de ses alliés et a un plan habile utilisant le contrôleur mais il n'est pas le seul à se défier des grandes figures du mal marvélien. Magneto décide par exemple de l'aborder et de lui demander s'il est bien le même personnage qui était le champion d'Hitler, responsable de la mort de sa famille durant la guerre...
Cet arc se finit en apothéose, ajoutant une couche nouvelle de complexité au personnage de Crâne rouge, comme Dematteis avait pu le faire avant Gruenwald.
Les épisodes 368 à 370 voient les hommes du skull voler un peu de leurs propres ailes pour le bien de leur chef, ce qui permet des évènements intéressants comme une bataille de mutants au capitole, une infiltration du club des damnés bien connu des fans des X men et la première confrontation entre le nouveau Red Skull et Captain America, permettant une des meilleures citations du personnage.
L'épisode 371 raconte un rendez-vous amoureux très amusant entre Cap et Diamondback, durant lequel les alliés de cette dernière, appartenant à la société des serpents, font tout pour éviter à leur insu que leur route croise le moindre danger, tout en ignorant l'identité de Cap!

Au final, un très bon volume du run de Gruenwald, qui utilise très bien ses nombreux personnages et parvient à les rendre très humains et vivants, notamment grâce aux nombreuses back ups qui permettent de faire vivre les seconds rôles comme le power broker et Vagabond, le cobra, nouveau chef de la société des serpents mais aussi ses acolytes amis de Diamondback comme Asp et bien sûr U.S agent et Battle star.
Captain America est même parfois un second rôle dans certains épisodes (notamment le très bon duel Magneto/Red skull) et sert de référent et de boussole morale aux personnages qui l'entourent, sa perfection morale et physique étant un idéal ou un repoussoir ultime pour ses alliés et ses ennemis, dont il fait par contraste ressortir les failles, les qualités et par là-même l'humanité.
Chapeau, monsieur Gru!

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 17/20




Catégorie « Très bon »

Doctor Strange 390

Genre : Spider-man does whatever a spider can?

La tronche de Peter Parker par le dessinateur Frazer Irving me hante. Non, mais vous avez vu cette gueule?



Bref. dans ce numéro très intéressant et riche en humour, Spider-man vient remonter le moral d'un Stephen Strange qui a sort d'une très mauvaise période. Epaté par son chien fantôme Bats (cherchez pas) qui est lui même transi de bonheur de rencontrer le seul et unique Spider-man, Strange lui propose de converser avec une vraie, une authentique araignée. Et on assiste à deux pages d'anthologie où il est avec une grosse mygale et compare avec elle ses pouvoirs et sa vie d'être lié aux araignées, sur une plage, en gros pull jaune par dessus son costume. Et c'est absolument génial.
Le reste est un rangement de jouets bien fichu qui permet à Cates de boucler son run de façon intéressante et satisfaisante pour faire place nette à la nouvelle équipe créatrice qui reprendra le titre au numéro 1.

Scénario : 14/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 15/20



Catégorie « Bon »

You are Deadpool 4 et 5

Genre : Fin d'une expérience bien sympathique



Dans le numéro 4, Deadpool se retrouve à New York en 1985 (coucou Mark Millar). Il va rencontrer les personnages les plus emblématiques de l'époque, Daredevil, le Caïd, le Punisher, Bullseye (coucou Frank Miller) mais aussi le Beyonder (Salut Jim Shooter) et un faux super méchant ridicule qui permet un pied de nez à Rob Liefield, co créateur de Deadpool, et aux énoooooooormes flingues et aux poches qui recouvraient les costumes de super-héros de l'époque.

Le numéro 5 est lui aussi très convenu mais tout aussi bien fichu. Deadpool se retrouve devant une assemblée de Tomorrow man, le super méchant qui l'avait commandité pour récupérer son casque temporel qu'il ne devait surtout pas porter...
Explorant les différents futurs et passés possibles, une véritable petite armée de Deadpool se constitue vite et tente de survivre face aux méchants qui les ont doublés.
C'est l'occasion de revisiter vite fait des évènements comme l'arrivée des premiers pèlerins ricains au nouveau monde, le Colisée de Rome, le Colisée de Space Rome (oui oui) et bien d'autres périodes pas très bien mises en valeur sur une ou deux cases.
La fin est bien sûr dépendante de vos choix mais les deux qui se finissent plutôt bien sont assez...spéciales.

Ces deux derniers numéros offrent une bien bonne lecture qu'on aurait aimé un poil plus convaincante après les sommets des numéros 2 et surtout 3. Mais bon, c'est vraiment faire la fine bouche car la mini-série You are Deadpool s'impose comme une des meilleures jamais écrites sur le personnage grâce à son originalité globale et une très honnête réalisation.

Scénario : 14/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20



Marvel two in one : the Thing and the human torch 6

Genre : la seconde venue de Galactus

La chose et la torche mènent la contre-attaque contre un Fatalis qui a récupéré le pouvoir de Galactus!
Aidés du Reed et de la Sue de ce monde mais aussi du Fatalis du leur, ils engagent un combat titanesque dans l'espace...face un adversaire démuni du moindre charisme, ce qui est un comble pour le personnage.

Avec le retour des superbes crayons de Jim Cheung (disparu depuis la fin du numéro 2), on devrait être aux anges mais tout ça laisse une impression de platitude extrême. C'est le premier numéro qui me déçoit autant, tant c'est du vu et revu, avec une résolution pas folichonne. Mais bon, rien que les dessins calment. Et puis, c'est la fin de cet arc. On va pouvoir passer à autre chose.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 18/20
Note finale : 14/20



The Falcon 8

Genre : Un pieu et au lit

Fin de l'arc opposant le faucon, Blade et leurs alliés à Deacon Frost et ses vampires.

Un épisode de baston plutôt bien mené et pas mal fichu, malgré des dialogues qui sonnent un peu forcé et facile (comprendre : clichés).
Pourquoi je lis encore ce titre, déjà?

Scénario : 14/20
Dialogues :13/20
Dessins, encrage, couleur : 13/20
Note finale : 13/20



The Punisher 225

Genre : Pupu fugitive

Pupu est toujours poursuivi par une partie des vengeurs et ce n'est pas son armure, qu'il ne sait pas réparer, qui pourra le sauver bien longtemps. Grâce à sa combativité et son ingéniosité habituelle mais aussi à un conseil de Nick Fury Jr, Frank a bien une petite idée pour améliorer sa situation...

Un poil moins basique et bourrin que le numéro précédent mais le nouveau dessinateur, pas emballant, est toujours là... C'est assez mou et basique alors que ça devrait être passionnant vu le pitch. Espérons que le suivant nous convaincra plus.

Scénario : 12/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 13/20



IMAGE

The walking dead tpb 29 : lines we cross

Genre : Expédition

Après les évènements assez chauds des deux derniers TPB, les survivants souhaitent rebâtir ce qui a été démoli lors de la grande bataille. Les chefs ont un peu de mal à se faire confiance suite à certains évènements dissimulés à certains d'entre eux, un ennemi majeur retrouve sa liberté, un autre est décapité et surtout...une autre communauté, située dans un autre état américain les joint par radio, déclenchant une petite expédition de volontaires bien décidés pour nouer contact. C'est ainsi que le nouveau personnage assez barré et intéressant apparaissant sur la couverture fait son apparition!

Un TPB qui passe enfin à autre chose et ça fait un bien fou après une baston assez longuette lors des deux derniers numéros.
On a hâte de découvrir la suite et Remender continue à faire évoluer des personnages très attachants.
Une réussite.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20




PS : ça y'est! J'ai trouvé!




Réponse avec citation
  #731  
Vieux 01/07/2018, 18h47
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Un mois de retard, mais j'ai des excuses! Y'a de l'avis à lire en quantité!

DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

RIEN

Catégorie « Bon »

Harley Quinn 43 et 44

Genre : Harleyween



Harley fait face à un tueur mystérieux qui veut sa peau et dont la base semble se situer dans les égouts.

A la limite du film d'horreur, ces deux numéros forment un arc narratif complet plutôt réussi qui permet de croiser deux ennemis de Batman (un de l'ère Morrisson et un plus ancien et assez rare). Un honnête divertissement mais il est dommage de constater la multiplication des équipes artistiques sur le titre au détriment d'un fil conducteur même ténu.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20


MARVEL

Catégorie « Excellent »

Silver surfer epic collection TPB 6 : Thanos quest

Genre : Les débuts de Thanos dans l'ère moderne



Ce TPB dédiée aux années 1990 et 1991 contient les épisodes 39 à 50 de la série Silver surfer écrite par Jim Starlin et dessinée par Ron Lim mais également l'annual 3, une courte histoire tirée et de Marvel comics presents et...Thanos quest 1 et 2 of course!

Il est étonnant que Marvel ait publié cet opus après le numéro 7 car il permettait de bien mieux s'immerger dans la pensée de Norrin Radd. En effet, le surfeur subit un changement drastique dans ce volume, rien de moins que ses souvenirs en entier, qui avaient été altérés par Galactus afin qu'il e pète pas un câble. Ces épisodes situés avant Le gant de l'infini/The infinity gauntlet sont partagés quasiment à part égale entre le surfeur, qui croit Thanos mort de sa main, et ce dernier, qui prépare son maître plan pour rayer une personne sur deux de la carte de l'univers.
On commence donc par l'annual 3 qui nous propose à nouveau (après le TPB de Daredevil présentant la deuxième moitié du run de Nocenti) la fin du crossover estival "lifeform" dans lequel le surfer doit faire face à un humain muté qui menace toute vie sur Terre. Un scénario mis en images de façon assez horrifique par un Lim très inspiré. Le surfeur ne peut pas tuer. Comment va il faire pour mettre fin aux souffrances de cette homme? La fin est marquante et très réussie, amorçant le virage vers un aspect plus humain du personnage.
Après une redite des origines du surfeur par Galactus himself plutôt sympa, on a un autre conte moral intéressant dans lequel notre héros affronte un guerrier qui est devenu le dieu d'une planète d'hédonistes pacifiques et leur a ordonné de se suicider. le scénario est là aussi bien tourné et passionnant.
La petite histoire tirée de Marvel comics presents 50 est écrite et dessinée par deux types que je ne connais pas. Le surfeur y libère les esclaves parfaits d'un des anciens de l'univers, capable de provoquer des naufrages spatiaux. Rien de génial, rien de mauvais non plus.
Le numéro 39 est une intéressante métaphore du consumérisme écrite par Alan Grant et dessinée par un certain James T. Sherman, dont le trait fait assez underground. Un très bon numéro très intéressant.
Les épisodes 40 à 43 sont assez géniaux : avant sa "mort", Thanos est devenu citoyen de Dynamo city, une ville planète au capitalisme le plus libéral qui soit et à la bureaucratie cauchemardesque sur laquelle le surfeur est jugé et innocenté pour l'avoir tué mais dont il ne peut s'échapper car elle sape ses pouvoirs. Seule solution : payer le droit de sortie en espèces locales et donc...trouver un job. Pas facile quand on a été héraut de Galactus pendant une éternité...
Inutile de présenter Thanos quest 1 et 2, je l'ai déjà fait ailleurs. Ces deux numéros valent à eux seuls l'achat de cet opus, c'est dire.
Du 44 au 50, Thanos est officiellement de retour et compte sur le surfeur pour l'annoncer à l'univers et notamment à la Terre. C'est lui qui ira chercher son ennemi juré, Adam Warlock, dans les tréfonds de la gemme de l'âme, première étape menant à la chute du titan.
Le numéro 48 est celui dans lequel Norrin Radd retrouve la mémoire au contact de Galactus et perd son statut de "Saint cosmique" pour devenir un personnage beaucoup plus énervé. C'est aussi là que Galactus rencontre Thanos pour la première fois.
Rien à redire, cet opus est le plus indispensable des epic collections consacrés au surfeur à ce jour. Jetez vous dessus.

Scénario : 16/20
Dialogues :17/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 17/20

Avengers epic collection tpb 7 : the avengers/defenders war

Genre : vengeurs pépères




Ce TPB consacré à des épisodes des années 1973 et 74 regroupe les numéros 115 à 128 de la série Avengers, le Giant size 1 et des numéros des titres Defenders, Captain Marvel et Fantastic four qui sont liés aux arcs narratifs de cet opus.

L'essentiel des scénarios est assuré par le très bon Steve Engleheart, qui écrit parallèlement le titre Captain America au même moment et son fameux arc de l'empire secret, ce qui se reflète sur les absences sporadiques du captain dans le titre.
L'équipe est composée à l'époque de Thor, Iron man, Captain America, Black panther, la vision et la sorcière rouge, un line up classique donc auquel s'adjoignent deux membres honoraires et assez mystérieux, Swordsman, ancien mercenaire travaillant pour les super criminels et surtout la belle Mantis, qui n'avait à l'époque aucun lien avec les gardiens de la galaxie.
On suit les personnages dans des histoires simples mais bien écrites, très tous publics avec en filigrane une évocation de la guerre du Viet-nam alors en cours via Mantis (Viet-namienne d'origine) et son compagnon le swordsman, qui a bourlingué dans les coins les plus divers et a connu la guerre qui lui a laissé quelques séquelles.
La présence de ces deux personnages fait tout le sel de ces épisodes très réussis tant on veut en savoir plus à leur sujet.
La majorité des dessins est assuré par un très bon Bob Brown.
La guerre qui donne son titre au volume n'est pourtant pas son arc le plus intéressant. Il s'agit d'un bon vieux conflit entre groupes de héros qui ne se connaissent pas ou peu à l'époque et que Loki et Dormammu vont dresser l'un contre l'autre à leurs fins personnelles. Il permet également de donner un nouveau statu quo au Black knight de manière intéressante.
On passe vite sur le 119 qui nous propose un combat sans intérêt contre le collectionneur un soir d'Halloween.
L'arc que j'ai préféré est celui du Zodiaque (épisodes 120 à 122), nouvelle incarnation de ce groupe de méchants de seconde zone reprenant bien sûr les signes du zodiaque cette fois-ci menés par le mystérieux taureau. On les reverra dans leur meilleure incarnation dans le titre Defenders sous la houlette David Anthony Kraft dans son génial arc "Who remembers Scorpio" mais ils font ici déjà bien le café, avec un scénario riche en mystères et en rebondissements.
Les épisodes 123 et 124 en découlent directement et confrontent les vengeurs à une menace oubliée au Viet-nam qui est l'occasion d'en savoir plus sur le passé de Mantis.
L'épisode 125 est consacré à une attaque de Thanos sur la Terre par vaisseaux interposés. La suite de cette histoire est contée dans Captain Marvel 33, écrit et (très bien) dessiné Jim Starlin et on le voit accéder au statut d'être omniscient pour la première fois. Un bien bel épisode.

On enchaîne avec le Avengers giant size 1 qui se consacre au Whizzer, allié de Cap pendant le Seconde Guerre mondiale et dont on va découvrir le destin et surtout le lien à la sorcière rouge et à Quicksilver, lien qui sera retconné 10 ans plus tard. L'équipe Roy Thomas/Rich Buckler livre un numéro extrêmement plaisant, dans la droite ligne du titre Invaders.
Le 126 est un sympathique numéro dédié à Klaw qui voit le départ de la panthère noire de l'équipe et une évocation de la situation de l'époque en Afrique du sud.
Le 127 se lit en prélude de Fantastic Four 150. Lors du mariage de Quicksilver et Crystal dans la zone bleue de la Lune où résident les inhumains, un puissant ennemi des vengeurs va fomenter un coup impressionnant. Du grand art dans la grande tradition des mariages Marvel, souvent riches en castagne.
Le numéro 128 est dédié à la sorcière rouge qu va enfin être un peu développée et apprendre la magie auprès d'Agatha Harkness dans un numéro sympa dessiné par Sal Buscema.

Voilà voilà. Un très bon volume des vengeurs si vous aimez l'action simple et efficace, les beaux dessins vintage et le fun en général.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

X men epic collection tpb 19 : Mutant genesis

Genre : Bric et broc de fin de run



Contrairement à ce que dit son titre, cet épic collection rassemble des épisodes aussi divers que X men annual 15, X factor 65 à 70, Uncanny X men 278 à 280, les 3 premiers numéros du fabuleux X men dessiné par Jim Lee et des morceaux de New mutants annual 7 et X factor annual 6.
Un joyeux bordel, donc.
C'est surtout le volume qui marque la fin du très long et très bon run de Chris Claremont sur le titre et il est très difficile à noter car il peut être aussi agréable qu'exaspérant.

Le premier arc narratif est composé de morceaux éparts d'annuals et sert surtout à dissoudre la Freedom force de Mystique, ce groupe gouvernemental qui chassait les mutants avec l'aura de la Loi pour eux. Un joyeux gloubiboulga assez indigeste dans lequel ils affrontent une sorte de JLA de pays moyen-orientaux lors d'une black ops.. C'est du Nicieza peu inspiré au scénario et une palanquée de dessinateurs en prime. On snet déjà poindre le pire des années 90, les gros flingues, les pochettes multiples, les couleurs assez dégueu...Que du bonheur.
Une ré exploitation pas très heureuse des épisodes dédiés à Prometheus aussi.

On enchaîne avec X Factor 65 à 68, qui marquent le début de la fin de l'équipe composée des X men originels, subissant un assaut d'Apocalypse et ses nouveaux cavaliers, les Dark riders, bien décidés à reprendre le contrôle du vaisseau qui a été confisqué et occupé par nos héros ou à tout détruire. Les Inhumains sont embringués dans l'affaire (cf la couverture que je trouve très moche).
Les dessins sont très spéciaux, un mélange pas agréable à l'oeil des styles de Jim Lee et Whilce Portaccio mais qui ont le mérite d'être percutants. La plupart des méchants sont hideux et bien malin qui devinera quels sont leurs pouvoirs, peu originaux. Ces épisodes assez indigestes bénéficient tout de même d'un script de Claremont qui rend le tout lisible mais on sent que les dessinateurs commencent à prendre le pouvoir. C'est l'occasion d'entrevoir un membre du clan Askani, qui prendra une place importante dans les années 90, comme Cable et Apocalypse.

Les épisodes 278 à 280 des X men sont de meilleure facture et bien plus faciles à lire (c'est du Claremont/Nicieza). Il s'agit de l'assaut de Xavier contre le roi d'Ombre qui a pris le contrôle de l'île de Muir et d'une bonne partie des X men. On a du Paul Smith et du Andy Kubert mais aussi un crossover avec X factor 69 qui nous inflige à nouveau l'équipe Lee/Portaccio qui fait mal à la tête.
Un très bon arc avec certaines cases magnifiques (celles de Kubert, surtout) sur Colossus et le roi d'ombre qui est suivi par le numéro 70 d'X Factor, écrit pas Peter David, qui amorce sa prise de possession de la série. Un très bon numéro avec des dessins agréables d'un certain Kirk Jarvinen permettant de souffler entre deux batailles épiques et de se familiariser avec certains des moins connus des X men.

Le volume se conclut en apothéose par les épisodes 1 à 3 d'X men, l'arc Mutant genesis qui fit tant pour le succès de l'équipe du point de vue commercial. Les héros sont relookés (les fabuleux costumes du dessin animé X men du début des années 90 et des jeux vidéo Capcom) et confrontés à un Magneto majestueux qui est à nouveau sollicité par des mutants qui ont besoin de lui et menace à nouveau la paix.
Ces épisodes, les derniers du run de Claremont et les premières d'un Jim Lee devenant alors légendaire méritent à eux seuls l'achat de cet opus au contenu de qualité mais qui pourra vous donner mal au crâne. A éviter pour les gens qui n'aiment pas les histoires trop sombres, également car c'est pas très joyeux dans l'ensemble.

Scénario : 15/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Venom 2 et 3 (Numérotation Legacy 167 et 168)

Genre : Eddie contre la plus grosse menace qu'il ait affronté jusqu'ici



Eddie Brock apprend l'histoire cachée des symbiotes (pardon, des Klyntars) sur Terre auprès d'un militaire en goguette qui requiert son aide. Problème : un être d'une nature inconnue et aux pouvoirs démesurés menace New York et est lié de très près à cette histoire. Pour l'arrêter, seuls Venom et Spider-man Miles Morales peuvent répondre présent...

Cates prend son temps pour raconter son histoire mais celle-ci est très bien dosée, avec des révélations sympas et un secouage du statu quo réussi. L'ennemi révélé dans les dernières pages du numéro 3 pose énormément de questions sur les symbiotes mais aussi sur l'histoire de l'univers Marvel, si bien qu'on a hâte de lire la suite. Enfin une histoire réussie sur Venom après toutes ces déceptions!

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Doctor Strange 1 et 2 (Numérotation Legacy 391 et 392)

Genre : Doctor Strange...IN SPACE!



Le docteur Strange, en rade de magie sur Terre, se confie à Tony Stark qui lui suggère d'aller en trouver sur d'autres planètes, l'univers étant vaste. Commence alors un dangereux périple qui va faire de Stephen Strange un prisonnier et lui faire rencontrer une alliée.

Ces deux premiers numéros sont envoutants. Plus proche du livre de conte illustré que de la bande-dessinée, ce récit assez étrange et très bien dessiné nous offre une version du bon docteur originale et étrange qui lui va très bien et qui évoque entre autres choses les vieux récits des pulps des années 20-30.
J'espère que cette nouvelle équipe créatrice va tenir la route et rester au moins 12 numéros.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Marvel two in one : the Thing and the human torch annual 1

Genre : La vérité sur Fatalis!



Cet annual est centré sur Fatalis, prisonnier, en compagnie de la chose, d'un conglomérat de Reed Richards qui ont décidé d'associer leurs brillants cerveaux pour réparer ce qui ne va pas dans l'univers. Il fait également face à un de ses doubles dimensionnels qui a eu une enfance similaire à la sienne et qui a fini par tuer son Richards dans un duel hautement symbolique.

Ce numéro annuel d'un titre oscillant entre le plaisant et la gadget ravit par son ambition : enfin on comprend pourquoi Fatalis est devenu gentil et pourquoi il veut endosser le rôle d'Iron man!
C'est pas trop tôt : ça faisait deux ans que je me posais la question.
Le conseil des Reed est bien exploité et dans la veine du conseil des Fatalis qu'on avait aperçu il y'a quelques années. Jusqu'où peut on réparer ce qui ne va pas dans l'univers? A partir de quand jouer à Dieu peut tout faire dégénérer? Quelle est la nature profonde de Doom? Bonne ou mauvaise? Autant de questions posées qui trouvent des éléments de réponse dans le meilleur numéro de la série jusqu'ici, malgré des dessins peu convaincants d'un Declan Shalvey qui était bien meilleur sur Venom.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Captain America 703 et 704

Genre : La fin du run de Waid



Jack Rogers, lointain descendant de Steve Rogers, tente toujours de sauver son fils des effets du complot qu'il vient de découvrir dans les numéros précédents, aidé du Red skull, qui a survécu tout ce temps grâce au pouvoir du cube cosmique et qui entend bien conquérir la Terre!

Deux numéros riches en dessinateurs doués mais dont les styles graphiques mêlés ne sont pas forcément agréables d'un point de vue confort de lecture.
Marc Waid conclut tout de même cet arc de 4 numéros de belle manière avec un Jack Rogers qui utilise très bien son cerveau pour se dépétrer de cette situation désespérée.
Une bonne conclusion à un bon run. On va pouvoir passer à la nouvelle équipe créatrice maintenant.

Scénario : 15/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Ben Reilly : Scarlet spider 19 et 20

Genre : Retour de vilains oubliés



Dans le numéro 19, les deux scarlet spiders affrontent les hordes de mindless ones qui déferlent du royaume de Dormammu dans lequel Mysterio et sa fille sont à la recherche d'un pouvoir mystique considérable.
Dans le numéro 20, la menace est conjurée mais un mindless one est resté sur Terre et menace un petit garçon. Ben cherche également la piste de sa mystérieuse alliée, Abigail.

Deux numéros de bonne qualité mais un peu planplan par moments. C'est un véritable plaisir de retrouver Sliney (si si!) aux dessins dans le 20 après s'être fadé Araujo pendant les derniers numéros. Après, ça reste assez moche, faut pas rêver.

Scénario : 14/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 15/20

The Punisher 226

Genre : Duel de crânes



Pupu a décidé de se venger de l'Hydra pour qui il a travaillé durant Secret empire afin de redorer un peu son blason mais aussi parce qu'il a le sentiment d'avoir été manipulé. Celle-ci est à nouveau dirigée par le baron Zemo qui l'attend de pied ferme, nullement impressionné par l'armure de War machine.

Un des meilleurs numéros de ce run pour l'instant avec un beau combat entre Frank et Crossbones, ainsi que la présence de nombreux personnages prestigieux. La conclusion peut paraitre surprenante mais est bien amenée et logique. Vivement la suite de cet arc.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 15/20


Catégorie « Bon »

Marvel two in one : the Thing and the human torch 7

Genre : Enième terre alternative mal ficelée



Ben et Johnny sont coincés sur une Terre du genre post apo, régie par un Spider-man devenu fou qui les envoie combattre dans son arène.

On a lu ça mille fois, la Terre alternative et son état est à peine expliquée et le combat est franchement basique. J'espère que cette série se finit bientôt, peut-être au numéro 12?

Scénario : 13/20
Dialogues :13/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 13/20

Dernière modification par Man-Thing ; 01/07/2018 à 22h20.
Réponse avec citation
  #732  
Vieux 01/07/2018, 23h21
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 083
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
Content que tu a aussi aimé Dr Strange 1 & 2
Réponse avec citation
  #733  
Vieux 09/07/2018, 18h48
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

RIEN

Catégorie « Bon »

Harley Quinn 45

Genre : Harlpokolips



Par une incroyable facilité de scénario, Harley Quinn se retrouve kidnappée et résidente honoraire d'Apokolips, l'impitoyable monde enfer dirigé par Darkseid.

Pas grand chose à dire de ce numéro divertissant qui utilise efficacement l'univers de Jack Kirby, bien aidé par les beaux dessins de John Timms, qu'on avait pas vu depuis assez longtemps. Le scénario de Sam Humphries est classique mais efficace et devrait trouver sa conclusion dans les prochains numéros.

Scénario : 14/20
Dialogues :14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20


MARVEL

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Doctor Strange 3 (Numérotation legacy 393 - Tie in au crossover Infinity wars)



Genre : Doctor Strange contre les Skrulls

Dans ce très bon numéro, Strange, toujours flanqué de son acolyte archéologue utilisant la magie, tente de dérober le gemme d'infinité liée au temps, en possession d'une colonie de Skrulls menée par le Super Skrull, ennemi bien connu des FF.

Encore un numéro très réussi, le fait qu'il soit lié au crossover Infinity wars, que je ne lis pas, ne gênant en rien la lecture. On comprend tout et on voit Strange et les Skrulls sous un autre jour, l'un étant décidément de moins ne moins "vieux sage" depuis le reboot mené par Aaron et les autres étant plus étranges que jamais, utilisant leurs pouvoirs de façon fascinante et qui sied à leur nature métamorphe.
Le top de la semaine écoulée pour moi.

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

Cosmic Ghost rider 1

Genre : Vampire pirate ninja



Spin off issu du court run de Donny Cates dans la série Thanos, Cosmic Ghost rider raconte les aventures post mortem d'un Frank Castle alternatif devenu successivement le Punisher puis Ghost rider et ayant obtenu des pouvoirs cosmiques de Galactus qui en a fait son héraut. Il a ensuite servi Thanos qui l'a tué.
Au début de ce numéro, un Frank sans pouvoirs se retrouve au Valhalla d'Odin, après sa vie passée à guerroyer mais il s'ennuie. Le haut père lui fait alors une offre qu'il ne peut refuser...

Malgré des dessins pas emballants de Dylan Burnett (que je ne connais pas), ce numéro 1 est un régal de lecture en matière de fun sans prise de tête et énergique. La mission de notre Cosmic Ghost rider répond à une question philosophique très prisée des américains et promet de belles aventures. Sera-ce une mini-série?

Scénario : 16/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Captain America 1(Numérotation Legacy 705)

Genre : Retour au run de Gruenwald?



Darkstar (il me semble) est libérée de l'Hydra par la socière Selene, mutante ex membre du club des damnés bien connu des lecteurs des X men. Les deux personnages semblent résolus à prendre la place de l'Hydra dans le monde
Captain America fait face à une attaque menée par des soldats ressemblant étrangement au fanatique Nuke (remember Frank Miller) qu'il déjoue avec l'aide de Bucky.
Deux évènements qui semblent lointains mais qui sont liés comme in le découvre à la lecture de ce numéro touffu et intéressant qui prend directement la suite du crossover Secret empire, un peu comme si le run de Waid et Samnee n'avait pas eu lieu.

Un très bon numéro inaugural qui pioche dans des univers un peu éloignés du personnage (mutants...) mais qu'il a été amené à côtoyer par le passé (notamment Selene durant le run de Gruenwald dans les années 90).
C'est bavard et dense et ça fait penser au run de Brubaker mais plus encore à celui de Spencer.
Leinil Francis Yuu est efficace mais on sent qu'il ne met pas le paquet de ce qu'il peut faire.
Un très bon numéro inaugural, très intrigant.

Scénario : 16/20
Dialogues :15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Ben Reilly : the scarlet spider 21

Genre : Numéro de transition



Ben se retrouve aux prises avec le mutant Sauron, ennemi un peu oublié des X men de nos jours et à fort à faire face à ses nouveaux pouvoirs tandis que Kaine est toujours aux prises avec le mindless one qui menace un petit garçon, faisant la connaissance d'une mystérieuse super-héroïne nippone...

Encore un bon numéro même si on a parfois du mal à voir où David veut en venir.
Le cliffhanger est mystérieux et la suite devrait être toujours aussi plaisante.

Scénario : 14/20
Dialogues :16/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 15/20
Réponse avec citation
  #734  
Vieux 09/07/2018, 19h08
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 083
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
C'est drôle on est d'accord pour Dr Strange, mais ni pour Cap, ni pour Cosmic Ghost Rider.
Réponse avec citation
  #735  
Vieux 09/07/2018, 20h30
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 873
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
J'ai vu ça, oui.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dc comics, man-thing, marvel comics, udon

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 19h33.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !