Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Critiques > Critiques VO

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #826  
Vieux 11/11/2019, 18h42
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Un pour l'exposition, un pour Ego et un pour conclure. 3, ça aurait été super je trouve!

DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »



Harley Quinn 67 ( tie in year of the villain)

Genre : Thanksgiving

Harley tente de trouver un peu de réconfort auprès de son père, aux trente-sixièmes dessous depuis la mort de sa femme. Pourquoi ne pas organiser Thanksgiving en famille ? Son père se laisse convaincre si les trois frères de la clown en sont. Et vu leurs caractères fantasques, c’est pas gagné. Pendant ce temps l’histoire tie in à year of the villain se poursuit dans les pages du comic « in universe » d’Harley Quinn. L’arlequin de ce monde en a assez du crossover interminable en cours « year of the villain » et décide d’éliminer la source de tous les crossovers DC, un certain Crisis on infinite earths…
Encore un numéro très réussi, celui-ci oscillant parfaitement entre émotion et rire. Les trois frères d’Harley dont nous faisons la connaissance sont sans trop de surprises relativement hors normes et c’est un plaisir de découvrir un peu la famille de la belle. Le pan lié aux crossovers est aussi amusant que bien vu, y compris dans sa conclusion. Assez épaté que year of the villain touche aussi longtemps le titre Harley Quinn mais c’est tellement bien utilisé qu’on aurait tort de se priver. Les dessins des différents auteurs sont tous très réussis.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

MARVEL

Catégorie « Excellent »

Absolute Carnage : Weapon + 1



Genre : Aux origines du crossover


Ce numéro one shot est situé avant le début du crossover Absolute Carnage et fait référence aux évènements de Web of Venom : Ve’nam 1, déjà assez ancien. Un groupe de super soldats liés au gouvernement US et au SHIELD tente de convaincre Weapon H, un ancien militaire devenu un sujet d’expérience croisant les pouvoirs de Hulk et de Wolverine de les aider à vaincre Carnage, devenu bien plus puissant que d’ordinaire, puisqu’il peut désormais « zombifier » tout être qui a porté un symbiote par le passé. Les soldats se sentent donc très menacés car ils font partie du projet Weapon V, issu des expériences du SHIELD pendant la guerre du Viet-nam…
Un numéro très bien mené et passionnant à lire, qui ajoute un lien supplémentaire au run en cours de Venom en faisant le lien avec le one shot Ve’nam. Le clone Weapon H est très bien employé et très bien écrit, très humain au fond. La folie propagée par Carnage est perceptible dans ces pages et son ifluence sur les porteurs de symbiotes est parfaitement bien mise en scène. On est à deux doigts du film d’horreur par moments. Les dessins, sans être très plaisants, sont particulièrement efficaces pour raconter l’histoire. Un seul regret : que ce numéro n’ait pas été intégré en tant que numéro 0 de la mini-série principale et ne soit pas paru avant elle car il apporte énormément de choses au lecteur du crossover et du titre Venom.

Scénario : 17/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Fantastic four 16
(numérotation Legacy 661)

Genre : Les FF découvrent les origines d’une planète inconnue


Ben découvre le côté oublié de ce monde idéal, Johnny découvre son âme sœur et Reed et Sue l’histoire réussie de cette nouvelle planète inexplorée
Encore un très bon numéro des FF, Slott livrant une très bonne réécriture des origines de l’équipe, ou plutôt son histoire secrète. Cet arc demeure de loin le meilleur depuis le début de la série et on espère que sa fin sera aussi réussie.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Doctor Doom 2

Genre : Fatalis en cavale

Convoyé par des super-héros spécialisés et des représentants des différentes nations amenées à le juger pour son crime supposé sur la Lune, Fatalis s’évade sans trop de surprises et avec l’aide de Kang. Commence alors une cavale durant laquelle il est privé des ressources de son armure mais trouve une alliée inespérée…
Cantwell utilise très bien le personnage et le fait sortir des sentiers battus en le sortant de sa zone de confort et le lecteur avec. On se retrouve avec un Fatalis presque inédit que ce soit dans son aspect ou ses pouvoirs et on a hâte de savoir où on va. Larroca continue à livrer une intéressante copie, bien aidé par la colorisation du studio Guru –efx. Toujours une très bonne surprise.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

The amazing Spider-man 33 (numérotation Legacy 834)

Genre : Semblant d’introduction au crossover 2099

Je ne suis de la partie que pour ce crossover, en bon fan de 2099 de base donc je suis un peu paumé par ce numéro qui contient essentiellement la fin de l’histoire précédente, centrée sur Silver Sable et le wild pack. C’est plutôt bien écrit et mené, malgré des dessins que je trouve perfectible. Au rayon 2099, on a trois planches sur un Spidey 2099 aussi désorienté que le lecteur au début du numéro et surtout une histoire d’invention liée au voyage temporel en partie liée au docteur Fatalis qui fait son apparition dans les dernières pages et lance un peu le crossover. Perso, je trouve le statut « tie-in » au crossover 2099 un peu usurpé car c’est très vague et rien de très marquant ne s’est encore passé. C’est plus le numéro conclusif de l’arc précédent (qui n’a pas l’air mal du tout) et c’est forcément un peu décevant.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Ghost rider 2 (numérotation Legacy 238)

Genre : Grosse baston

Johnny Blaze pourchasse les démons échappés de l’enfer tandis que Dany Ketch tente de vivre sa vie tranquille. Bien sûr rien ne se passe comme prévu et les démons sont prêts à tout pour ne pas rentrer, donnant un très mauvais rôle à Johnny qi semble incontrôlable d’où baston obligatoire.
Un numéro qui ronronne sans génie et c’est un peu dommage. C’est très classique, trop ne fait. Kuder explique avoir eu du mal à boucler les dessins pour cause de maladie et ça se voit sur certaines pages. Les 3 aides ont réussi à limiter les dégâts de la cohérence graphique de l’ensemble mais ce n’est pas très folichon. Un numéro de transition dirons nous. Espérons mieux au prochain.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation
  #827  
Vieux 16/11/2019, 17h17
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Tales of the dark multiverse : Blackest night 1



Genre : La nuit la plus noire

Dans cet univers observé par Tempus Fuginaut, Blackest night s’est terminé par l’échec des vivants à cause de Sinestro, qui a refusé de partager son pouvoir avec Hal Jordan. Une petite équipe menée par le chasseur de primes Lobo tente de survivre et de parvenir à la destination établie par son mystérieux commanditaire dans un univers où les morts sont partout.
Le scénario simple mais très efficace de Seeley est parfaitement bien épaulé par le trait d’un Hotz en bonne forme : on sent tout le désespoir qui suinte de ces pages, que ce soit celui d’un Sinestro au bout du rouleau ou des humains qui accompagnent le Main man. La fin est réussie et relativement inattendue, ce qui n’était pas gagné. Encore une bonne surprise dans cette petite gamme d’ »Elseworlds » très sombres, celui-ci gagnant la palme du plus glauque pour l’instant.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

MARVEL

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Captain America epic collection TPB 17 : the Superia stratagem



Genre : Les débuts de Superia, une nouvelle mort du Red Skull et une mini classique du Captain

Ce TPB contient les numéros 387 à 397 de Captain America voolume 1 et les 4 épisodes de la mini-série Adventures of Captain America.
Nouvel Epic collection consacré au très long run de Mark Gruenwald, ce très bon tome commence par l’arc narratif « The Superia stratagem » (Cap 387 à 392), une histoire très james bondienne qui oppose Cap, Paladin, Diamondback et ses deux amies Black Manba et Asp aux super criminelles rassemblées par la nouvelle venue Superia, qui semble être une ancêtre de Thundra et a une sérieuse dent contre la gent masculine ! Les numéros 393 à 397, pour leur part, continuent l’histoire débutée dans les back ups des numéros précédents et confrontent le Red skull et son Skull crew aux super-héros allemands menés par Captain Germany, bien décidés à faire leur procès expéditif et à les exécuter pour tirer un trait sur le passé nazi. Vu l’époque d’écriture de ces épisodes (1991-1992), il est étonnant que les auteurs ne sachent pas que la peine de mort était abolie depuis bien longtemps dans ce pays mais ils laissent supposer que la légalité du procès est plus que discutable et que les super-héros allemands sont des extrémistes pleins de bonnes intentions donc ça passe. Il s’agit de très bons épisodes qui donnent un nouveau statut au Skull qui organise sa fausse mort et devient un financeur du terrorisme international.
La dernière partie du tome est consacrée à la mini-série Adventures of Captain America par Nicieza et Maguire entre autres. Il s’agit d’une réécriture de la création Captain America et de ses premiers combats, culminant avec sa première rencontre avec le Red skull. Ecrites dans un style pulp’s semblable aux premières histoires du Captain dans les années 20, elles demeurent une très bonne origin story, enlevée et prenante, faisant énormément penser au film Rocketeer. A elle seule, il s’agit de la meilleure raison d’acheter ce très bon opus de la collection Epic.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Invaders 11

Genre : Deux types sur une île déserte

Cap et Namor sont coincés sur une île déserte. C’est le moment pour les deux hommes de se rappeler ce qui les lie et de faire cause commune malgré leurs divergences. Ça tombe bien car ils vont découvrir une menace qui va les remettre en selle.
Un numéro un rien en deçà des autres si ce n’était les très bons dialogues et les dessins au poil (notamment les segments de Guice). La fin au prochain numéro a intérêt à ne pas être trop précipitée si elle veut nous convaincre jusqu’au bout. Ce serait dommage de terminer sur une fausse note.

Scénario : 14/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

History of the marvel universe 5

Genre : De la naissance des Thunderbolts à la venue des jeunes X men dans le présent

Un numéro touffu qui illustre avec talent des évènements comme la première apparition des Thunderbolts de Zemo, le run de Grant Morrisson sur les X men, les New avengers, House of M, Civil War, Planet Hulk et World war Hulk, Avengers vs X men…
Un très bon et beau volume qui narre les débuts de l’ère Marvel que nous vivons, remplie de cataclysmes et de complots à tiroirs multiples. Vu que c’est une de mes périodes favorites et que j’ai lu l’essentiel de ce qui est évoqué dans ces pages, ça ne me rappelle que des bons souvenirs. Le prochain numéro sera le dernier.

Scénario : 16/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

Guardians of the galaxy 11 (numérotation Legacy 161)

Genre : Assaut sur l’église de la vérité universelle

Grosse baston ! Les gardiens et leurs alliés attaquent le QG de l’église de la vérité universelle pour mettre en l’air ses sinistres projets.
Graphiquement, je trouve les dessins et les couleurs vraiment top, mais ce n’est pas le cas du scénario, un peu trop classique et cliché. Le prochain numéro est le dernier avant le reboot. Nous verrons si les promesses gargantuesques de la preview (« tout le pan cosmique des BD écrites par Cates pour Marvel menaient à ce numéro) ou si c’est de la simple esbroufe à l’image d’un run assez décevant.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 14/20

Punisher : soviet 1

Genre : Début très lent

Frank enquête sur une « russian connection » qui fait son trou depuis quelque temps au sein de la pègre. Le cliffhanger et la couverture suggèrent qu’il va trouver un allié dans sa mission.
Nouvelle histoire écrite par le vétéran de Pupu, Garth Ennis et Jacen Burrows qui avait dessiné pour lui le très réussi 303.Pour un premier numéro, c’est bien trop lent et mou ! Il ne se passe pas grand-chose qui donne vraiment envie de lire la suite, ce qui est rare pour du Ennis. Les dessins de Burrows sont un peu plats mais réussis.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation
  #828  
Vieux 16/11/2019, 17h51
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 101
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
Citation:
Posté par Man-Thing
Voir le message
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Tales of the dark multiverse : Blackest night 1



Genre : La nuit la plus noire

Dans cet univers observé par Tempus Fuginaut, Blackest night s’est terminé par l’échec des vivants à cause de Sinestro, qui a refusé de partager son pouvoir avec Hal Jordan. Une petite équipe menée par le chasseur de primes Lobo tente de survivre et de parvenir à la destination établie par son mystérieux commanditaire dans un univers où les morts sont partout.
Le scénario simple mais très efficace de Seeley est parfaitement bien épaulé par le trait d’un Hotz en bonne forme : on sent tout le désespoir qui suinte de ces pages, que ce soit celui d’un Sinestro au bout du rouleau ou des humains qui accompagnent le Main man. La fin est réussie et relativement inattendue, ce qui n’était pas gagné. Encore une bonne surprise dans cette petite gamme d’ »Elseworlds » très sombres, celui-ci gagnant la palme du plus glauque pour l’instant.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20
Pas pour moi si c'est glauque.
Les premier avis VO était tellement mauvais que je l'ai pas pris. Ca c'est un peu redresser depuis
Réponse avec citation
  #829  
Vieux 16/11/2019, 18h17
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 135 705
scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !
Le Epic me fait de l'oeil. Le Tales est dans mon colis du jour.
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #830  
Vieux 24/11/2019, 17h37
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
MARVEL

Catégorie « Excellent »


RIEN

Catégorie « Très bon »

Fantastic four 2099 n°1



Genre : Le retour des héros

Suite directe de 2099 alpha n°1. On y suit le root Herbie qui a embauché une version féminine du chasseur de primes Venture pour retrouver sa famille, les Fantastic four. Si la version originale semble être morte, il a repéré plusieurs femmes (et un homme) dotée()s de super pouvoirs qui pourraient les remplacer et possèdent des pouvoirs similaires à ceux des originaux.
Un one-shot aussi bien raconté qu’intéressant mais qui vaut surtout pour sa fin que je n’ai pas vu venir ! Une très bonne surprise. J’espère que les autres one-shots seront d’une qualité similaire.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

2099 alpha n°1



Genre : 2099 vu de 2019

Nous découvrons dans ce one-shot un nouvel univers 2099 inédit. Doom 2099 semble régner et dispose d’une puissante carte dans son jeu. Nous assistons aux nouvelles origines de Spidey, à l’influence grandissante du culte de Thor contre lequel le Public eye semble avoir du mal à faire régner sa justice, nous rencontrons la nouvelle version du futur Punisher, découvrons une autoroute illégale au principe décoiffant, retrouvons le robot Herbie et la nouvelle mouture de Venture. Une nouvelle origine de l’univers 2099 est présentée et le cliffhanger est très intéressant.
Vous aurez bien sûr compris que j’ai beaucoup aimé cette refonte de l’univers 2099, qui reste sur des bases connues mais apporte quelques nouvelles choses intéressantes. J’espère que nous verrons d’autres anciens comme Hulk ou même Ravage (que j’aimais bien même si c’était de loin le plus mauvais des titres de la gamme).

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Absolute Carnage n° 5

Genre : Final épique

Carnage et Venom règlent leurs comptes dans un affrontement d’une intensité démesurée. Le retour du dieu des symbiotes pourra il être évité ?
Un numéro final un peu abrupt mais d’une beauté époustouflante pour ce qui concerne les dessins ! La série Venom va sortir grandie de ce crossover bien mené du début à la fin. La révélation finale est bien menée.

Scénario : 15/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

Punisher kill crew n°5

Genre : Final bastonnesque

Grand final de la baston contre le géant du froid que traquent Pupu et ses alliés. Alors que tout semble perdu, le plus étonnant des sauveurs fait son apparition !
Un numéro conclusif bien réalisé et disposant toujours de très beaux dessins. Une mini qui a tenu ses promesses malgré son aspect très bourrin, son humour noir étant réussi.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 14/20

Catégorie « Bon »

Captain America n°16 (numérotation Legacy 720)

Genre : Le meilleur numéro depuis longtemps

Madame Lukin rencontre le maire de New York (un certain Wilson Fisk) tandis que Cap affronte un US agent très remonté tout en enquêtant sur le retour d’un de ses vieux ennemis.
Le numéro le mieux mené depuis très longtemps et ça fait plaisir ! Le nouveau dessinateur est bien plus convaincant et l’intrigue a beau être classique, elle est très bien racontée. Espérons que le scénariste continuera sur cette voie-là.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

The amazing Spider-man n°34 (numérotation Legacy 835)

Genre : Un numéro bien réalisé mais un peu décevant
La jonction entre le nouveau futur 2099 et l’année 2019 se fait enfin dans ce numéro avec une histoire d’attentat contre Doom et un Doom futuriste menaçant qui va nécessiter une petite visite des deux Spider-men de deux époques différentes.
L’histoire impliquant le caméléon est un peu nébuleuse mais l’essentiel est là : ce numéro débute enfin le crossover avec l’époque 2099 vue par les auteurs de 2019. Un numéro bien fait mais vraiment pas essentiel pour la compréhension des one shots.

Scénario : 14/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation
  #831  
Vieux 08/12/2019, 16h59
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »



Tales of the dark multiverse : Infinite crisis

Genre : « Fine, I will do it myself »

Dans ce tales of the dark multiverse, Tempus Fuginaut observe un nouveau monde qui a mal tourné et contre toute attente, c’est la survie de Blue Beetle au début du crossover Infinite crisis qui va tout faire dégénérer !

Un scénario qui respecte parfaitement le complexe matériau de base, un dessinateur qui livre ce qui compte parmi ses plus belles planches…N’en jetez plus ! On tient là le meilleur des Tales of the dark multiverse pour l’instant. Son aspect sombre est bien dosé et n’intervient vraiment que dans les dernières pages, au fil d’une dégradation des évènements magnifiquement bien racontée. Une petite merveille en attendant le dernier de la série, qui tournera cette fois autour d’une saga que je n’ai pas eu le plaisir de lire pour l’instant.

Scénario : 17/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Freedom fighters 11

Genre : Le début de la fin pour les ratzis !

Les forces en présence s’affrontent pour ce qui semble le combat final. Oncle Sam se bat contre Superman et le reste de ses troupes tente de sauver les victimes du monstrueux Hitler III qui a une dernière carte à abattre…
La mini se conclut tranquillement mais sûrement. On espère une fin ouverte qui permettra un retour prochain de l’équipe mais aussi de ses animateurs artistiques qui nous ont régalé de bout en bout.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

Harley Quinn 68

Genre : Harley fête Noël

Abattue par son échec à fêter Thanksgiving, Harley ne se démonte pas et investit une partie de son patrimoine afin de fêter Noël dignement dans un luxueux complexe dédié. Rien ne se passe comme prévu dans ce paradis sur Terre et un certain fantôme des noëls passés va lui donner une nouvelle perspective sur les évènements…
Un numéro dans la veine du précédent bien qu’un cran en dessous. Très chouettes dessins de Basri comme d’habitude.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20


MARVEL

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »



The Punisher 2099 n°1

Genre : Actualisation du personnage de Jake Gallows

Jake Gallows est un officier de talent exerçant ses services pour le compte de l’œil public, la sinistre police privée de New York. Il a perdu sa famille aux mains des Thorites, les fanatiques suivants du dieu d’Asgard disparu depuis des années et chapeaute le lieutenant Hector Tago, un jeune prometteur mais qui semble un peu trop curieux sur certains secrets de l’organisation…

Une très bonne reprise du Punisher 2099, qui comptait parmi mes séries favorites de l’univers 2099. Si on excepte des dessins pas super enthousiasmants mais pas déshonorants, l’utilisation de l’univers et des personnages est habile et bien menée, riche en surprises et en réinterprétations bien faites et bienvenues. Une très bonne réflexion sur la surveillance et la vie privée également.
Assurément la meilleure surprise de ce nouveau 2099 pour l’instant !

Scénario : 17/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

True believers Conan serpent war 0 : the valley of the worm

Genre : Récit howardien qui rend nostalgique

James Allison, un homme mourrant, se remémore les nombreuses vies guerrières qu’il a vécu au fil de ses réicarnations et plus particulièrement celle qu’il a mené en tant que Niord, chef d’une tribu venue d’Europe du nord aux temps hyperboréens . Après avoir vaincu un groupe de pictes hostiles, il doit faire face à une antique cité maudite et à son occupant, un monstrueux ver...

Tiré d’une nouvelle d’Howard et adatée à la sauce Marvel des années 70 par les géniaux Roy Thomas et Gil Kane, ce one shot tiré de Supernatural thrillers 3 n’a rien perdu de sa superbe, si ce n’est la coloration assez vieillote. C’est simple, épique et prenant. Thomas adapte parfaitement sa narration aux très belles planches de Kane et on est happé par le récit. Une très bonne surprise pour les amateurs de vieilleries marquantes.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Ghost rider 2099 n°1

Genre : Le retour de Kenshiro « Zero » Harrisson


Un groupe de motards bien intentionné de Transverse city, l’autoroute libre de toute influence privée dont on peut ne jamais sortit tant qu’on continue à rouler, tente de nuire à une des nombreuses mégacorporations qui se partagent le pouvoir aux USA. Ils tombent sur un os : un robot de combat révolutionnaire qui va servir de corps au hacker du groupe, Zero, et lui permettre de se venger…

Une recréation très classique du personnage d’origine avec des dessins nettement moins avant-gardistes que ceux d’époque, ce qui est un peu dommage. Côté scénario et dialogues, c’est du très bon et on reste dans les sentiers balisés du personnage d’origine. Tout cela manque tout de même d’un peu d’originalité et de réinvention.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Venom 20 (numérotation Legacy 185 – tie in Absolute Carnage)

Genre : Epilogue indipensable du crossover Absolute Carnage

Venom goûte un repos bien mérité avec son parent qui a appris la vérité sur lui-même mais semble cacher un sombre secret. Pendant ce temps, le faiseur discute de ses récentes découvertes sur les symbiotes avec un mystérieux interlocuteur et lui fait part d’un nouveau venu dans l’univers 616…

Un épilogue très bien construit et passionnant qui permet de digérer la fin abrupte du crossover. Les implications des révélations du faiseur laissent présager de bien belles choses pour le titre dont j’espère que Cates restera dessus malgré sa présence sur le titre Thor.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 15/20

Conan serpent war 1

Genre : 4 héros contre Set

Reprenant la trame de « The valley of the worm » (voir plus haut), ce numéro 1 raconte le rassemblement de 3 héros d’Howard et d’un personnage Marvel lié aux dieux contre leur gré pour sauver le monde contre Set, le dieu du chaos.

Ce numéro introduit surtout les personnages en présence et les rassemble dans les toutes dernières pages. On y découvre pas grand-chose sur la menace si on ne connait pas un peu l’univers de Conan et celui de Marvel. Les personnages sont bien présentés et on comprend très vite leur caractère et leur façon de voir le monde, qu’il s’agisse de Moon Knight, super-héros moderne en mission pour Khonshu mais qui aimerait bien être ailleurs, de Solomon Kane austère inquisiteur du 16ème siècle qui lutte contre le mal, de Dark Agnès de Chastillon, rebelle française qui vit à la même époque que Kane et avant tout pour elle-même. Et bien sûr Conan. Les choses sérieuses devraient commencer dans le prochain numéro.

Scénario : 15/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 15/20

Conan 2099 n°1

Genre : Conan chef de barbares en 2099

Suite à ses exploits dans Savage avengers, Conan a réussi à survivre jusqu’en 2099 sans vieillir et à se tailler un royaume non soumis aux autres territoires détenus par Alchemax et les mégacorpos. Son règne est remis ne question depuis la visite de Morgan Le Fay qui a tenté de s’en faire un allié mais lui a de fait jeté une malédiction suite à son refus. Depuis, Conan n’est plus que l’ombre de lui-même et parle tout haut.

Ce récit bien mené doit sûrement être plus compréhensible en ayant lu Savage Avengers mais là tout tombe un peu comme un cheveu sur la soupe. Rien n’est expliqué sauf les évènements à partir de la nouvelle quête de Conan pour se débarrasser de sa malédiction qui permet de découvrir un peu le monde de 2099 et la curieuse succursale du Nova corps qu’on y trouve… Un bon numéro qui aurait gagné à être un peu mieux intégré dans l’univers du futur, à peine évoqué.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 15/20

Venom 2099 n°1


Genre : Unnouveau Venom 2099

Une jeune malade en phase terminale reçoit un traitement révolutionnaire d’Alchemax : on lui greffe un bout de symbiote ! Ce nouveau médicament va bien sûr se rebeller et demander son aide afin de se libérer de la mégacorpo. Selon ses commentaires, il s’agit bien du symbiote d’origine porté par Spider-man puis Eddie Brock entre autres…
Un numéro intéressant mais un peu trop classique dans le fond. Le nouveau personnage créée manque d’originalité même si il est vrai que Kron Stone était un peu trop un personnage simpliste pour être réutilisé tel quel et que son design avait assez mal vieilli.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 15/20

Catégorie « Bon »

The amazing Spider-man 35 (numérotation Legacy 836)

Genre : Spidey vs les doombots

Spidey, aidé de sa sœur (j’ai clairement loupé quelques numéros, elle sort d’où celle-là ?) part appréhender le responsable du meurtre de Fatalis qui a plongé la ville de New York sous le joug des doombots et d’un gigantesque modèle très hostile. Il s’agit bien sûr du caméléon, qui bosse avec un ennemi de Silver Sable…
Un numéro sympathique qui bénéficie surtout de dialogues dynamiques mais il ne se passe vraiment pas grand-chose dedans. Le prochain devrait boucler la participation du perso à 2099 et pour l’instant il n’a rien apporté de folichon…

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation
  #832  
Vieux 04/01/2020, 17h43
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »

Harleen 3

Genre : Fin réussie



Le chapitre final de cette histoire racontant la descente aux enfers de la psychiatre Harleen Quinzel mais aussi du procureur Harvey Dent.

Une très bonne réécriture des origines d’Harley Quinn que cette mini-série au final. L’auteur a tout fait pour rendre cet amour fou le plus réaliste possible en prenant notamment le temps nécessaire. La création de Double Face, moins fine, est tout aussi efficace et les dessins superbement mis en couleurs sont clairement le plus non négligeable de ce dernier numéro, qui voit enfin le Joker lâcher le rôle qu’il a crée pour gagner la confiance de la psychiatre et qui a rarement été aussi habile manipulateur. Un dernier numéro d’aussi bonne facture que les précédents. Il parait que l’auteur voudrait ensuite s’attaquer à Poison ivy, qu’il avait déjà brièvement mise en scène auparavant ainsi dans cette mini. A surveiller.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Batman : last knight on earth 3

Genre : Fin très efficace

Batman rencontre les survivants de la guerre qui a conduit Gotham à la dictature et part affronter le maître de la ville, le mystérieux Omega.

On l’aura attendu, dis donc. Ce dernier numéro est de facture somme toute très classique et fait appel à des grosses ficelles et des facilités (Catwoman est connue pour son habileté tactique ? Je l’apprends ici) mais réserve de bonnes surprises assez étonnantes (le Joker, Gordon…). La narration et les dessins sont au poil et font de cette mini une très bonne lecture si on ne cherche pas l’originalité dans ses elseworlds (ou devrais-je dire Black label).

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20


Catégorie « Bon »

Harley Quinn 69

Genre : Harley vs Mc Donald

Aux prises avec ses impôts, Harley reçoit la visite d’une ancienne figure de proue de la firme Mc Donald de ce monde : l’équivalent DC d’Hamburglar, Hambezzler ! Celui-ci a plongé pour détournement d’argent il y’a 30 ans et vient juste de sortir de prison. Ses anciens amis, les anciennes mascottes de la firme, sont résolues à lui faire payer le vol de leurs retraites qui les a plongés dans la misère.

Un scénario assez original qui parodie habilement l’univers de la célèbre firme de fast-food et qui fourmille de références bien placées. Les beaux dessins de Basri continuent à bien me vendre la série.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Tales of the dark multiverse : The Judas contract 1

Genre : Le plus faible des 5 one-shots

Situé durant le mythique run Wein/Perez (que je suis en train de lire pour la première fois en ce moment), ce one-shot nous propose un univers qui diverge à partir du célèbre arc « The Judas contract » dont je suppose que je peux spoiler le contenu sans me faire taper dessus vu son âge et ses nombreuses reprises (Hé ! Je l’ai même pas encore lu moi-même!). La trahison de Terra intervient plus tôt et concerne les titans mais aussi Deathstroke. Cette histoire nous montre un univers où sa folie n’est pas arrêtée et où tout va de mal en pis, proposant la terre la plus sombre des 5 one shots avec celle de Blackest night et celle d’Infinity crisis.

C’est très classique, un peu trop. Les explications sont assez faciles. Trop. Les dessins de Grumett sont encore ce qu’il y’a de plus sympa dans ce numéro qui est de loin le plus faible de la série. Un peu dommage de finir là-dessus.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 13/20

Catégorie « Sympa »

Harley Quinn’s villain of the year 1

Genre : Episode bonus et dispensable



Harley est recrutée par Apex Lex pour déjouer secrètement un projet d’attentat contre les invités maléfiques des oscars des super criminels. Elle présentera donc la cérémonie dans l’ancienne base secrète de la firme Mcdo locale, le hall of food repeint pour l’occasion en mode smoking (cf Harley Quinn 69 plus haut) tout en veillant au grain…

Il semble que les récompenses décernées aient vraiment fait l’objet d’un vote auprès des lecteurs. Le ton comique et parodique indique que cette histoire se déroule dans l’univers non partagé de la série Harley Quinn même si aucun des auteurs n’a officié dessus avant. C’est une petite histoire légère qui se moque un peu des évènements de l’année, notamment Year of the villain mais aussi City of Bane. Rien à signaler si ce n’est les jolis dessins de Norton.

Scénario : 12/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 12/20



MARVEL

Catégorie « Excellent »

Fantastic four 17 (numérotation Legacy 662)

Genre : Le retcon de l'origine des FF se poursuit et c’est du bon




Les FF sont toujours coincés sur la planète Spyre où il comptaient atterrir lors du vol qui leur a donné leurs pouvoirs. Ben Grimm fait des siennes et découvre l’envers de cette société « idéale » tandis que Reed va découvrir toute la vérité cachée derrière l’histoire de leur premier vol.

Un des meilleurs numéros du run de Slott sur les FF et de loin. J’espère que le titre continuera sur ce genre d’histoire car l’arc narratif Point of origin est ce que j’ai lu de mieux sur les personnages depuis longtemps.

Scénario : 17/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 17/20

Symbiote Spider-man : alien reality 1

Genre : Super numéro 1 !

Avant 2001, Spider-man portait sans s’en rendre compte le symbiote anonyme qui allait devenir Venom. Au cours d’un combat contre Kraven le chasseur, il sombre dans l’inconscience et ne reconnait plus son environnement à son réveil…

La team David/ Land se reforme pour notre plus grand plaisir ! Ce numéro 1 est un régal de lecture et on va de découverte en découverte en compagnie du tisseur. Land se dépasse et livre ses meilleurs planches depuis quelques temps. Espérons que l’ensemble de la mini sera de ce niveau !

Scénario : 16/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Spider-man 2099 n°1

Genre : Nouvelles origines pour nouveau Miguel O’Hara

Les origines du Spider-man de cette version modernisée de 2099 incluent une réflexion bien vue sur le vol de données et une amplification façon Gunnm de la division riches/pauvres qu’on trouvai dans le titre d’origine, faisant miroir avec la situation économique des années 2010 qui ne vont pas vers le mieux.
Un très bon titre, dont on trouve la suite et fin dans 2099 omega n°1, qui lui est assez inférieur. Les auteurs ont fait du très bon boulot et c’est encore une réussite pour ce crossover.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Doom 2099 n°1

Genre : Hommage bien construit à la série éponyme d’origine

Un homme est secouru par des Thorites en plein désert mais ses ennuis ne font que commencer car ils ne lui veulent pas du monde. Peu à peu, il se souvient de son identité, celle de Victor von Fatalis, despote du 20ème siècle et du 21ème débutant. Mais pourquoi entend-il alors parler d’un usurpateur qui règne sur ce futur de 2099 ?

Un récit habilement construit qui vaut surtout pour sa fin surprenante. Comme les autres one-shots (à l’exception de Spider-man), il n’a pas d’influence sur 2099 alpha et omega mais constitue un des plus réussis.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Avengers/defenders : tarot 1/4

Genre : baston complexe entre Defenders et Avengers située dans le passé

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Invaders font face à un de leurs pires ennemis…mais au début du 21ème, Cap n’en retrouve pas trace dans la base de données des Invaders et ce n’est pas la seule étrangeté de cette histoire. Lors d’une visite des Defenders à la recherche d’un puissant artefact magique, le véritable ennemi montre son nez…

Un bon début, bien rythmé et qui dispose de très bons dessins de Renaud. Cette histoire utilise les costumes classiques des personnages et semble donc se dérouler dans le passé, comme Spider-man alien reality.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

Punisher : soviet 2 et 3

Genre : Le passé du nouvel acolyte de Frank

Le nouvel allié de Frank Castle dans sa guerre contre le crime se présente et lui explique les origines de sa vendetta contre le truand qu’il pourchasse. Ses souvenirs remontent à la guerre soviéto-afghane de 1979-1989…
Cette mini est située dans l’univers Max et permet à Ennis de conserver son ton réaliste et ancré dans la réalité, son humour noir étant mis de côté. Après un numéro 1 relativement raté, ces deux nouveaux opus nous permettent de le retrouver à son meilleur avec une très bonne analogie entre ses deux héros américains et russes aux méthodes différentes mais au passé très similaire.
Scénario : 16/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Doctor Strange 1 (numérotation Legacy inconnue !)

Genre : 50% chirurgien, 50% magicien, 100% sauveur

Ayant regagné l’usage de ses mains et de dextérité de chirurgien de génie, Strange a passé un accord avec un prestigieux hôpital : ils pourront l’appeler pour opérer les cas désespérés et il se partagera entre la magie et la médecine, avec un prédominance nette pour la première des deux.

Apparemment, la fonction de sorcier suprême épuise Strange et la médecine a tendance à le reposer. L’idée de faire de son premier métier tant une vocation à sauver des vies qu’un loisir est plutôt bonne et bien mise en scène. Les scènes à l’hôpital sont pour l’instant bien mises en scène puisque le bon docteur voit les maladies sous la forme de démons ou de gros microbes monstrueux. Le versant magique du numéro est lui aussi présent et bien mené, notamment un cliffhanger relativement original pour l’ennemi qui lui est opposé. L’absence de numérotation legacy est perturbante, le titre l’ayant jusque là toujours affichée.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

2099 oméga n°1

Genre : Spider-man 2099 partie 2

Suite des aventures du Spider-man de cette nouvelle version de 2099 qui reçoit la mission de réparer une réalité mise à mal par le Fatalis de cet univers et qui va nécessiter une décision radicale.

Nanti d’une fin ouverte, cet opus clôt de façon spectaculaire mais étrange le crossover avec le titre Spider-man, un peu comme si les auteurs laissaient la porte ouverte pour le retour de l’univers 2099 très prochainement. On reste un peu sur sa fin, d’autant que si le scénario est bien construit, les dessins pas folichons de Sandoval qui doit dessiner des visages humains (son point faible) n’aident pas à être pleinement convaincu. Pris comme un crossover, 2099 a été épars et décevant mais les numéros one-shots dédiés aux personnages étaient de grande qualité ! Les numéros alpha et omega lissent en revanche une impression de trop peu malgré leur très bonne tenue.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

Incoming ! 1

Genre : Introduction du futur crossover Empyre

Suite aux événements de Marvel 1000 n° 1 et 2, le mystérieux nouveau personnage qui nous y été présenté refait surface et confie une enquêté de type « huis-clos » au super-héros Daredevil qui va contacter une certaine Jessica Jones. De fil en aiguille la plupart des contacts de cette dernière dans le milieu super-héroïque vont se apporter leurs expertises respectives sur un meurtre qui ne semble pas si anodin qu’à première vue. Le cliffhanger est franchement bizarre et le pitch de base d’Empyre parait assez spécial.

Ce volume qui fait bien ses 100 pages est de très bonne facture et tient en haleine. La réalité sur le mort et le motif de sa mort est un peu décevant mais l’enquête est ben menée et intéressante avec un bonne partie du bottin mondain lié aux vengeurs et à leurs alliés. Les équipes créatives des titres en cours en profitent pour faire à chaque fois de la pub pour leur chapelle et c’est clairement présenté. Le lecteur comprend très bien la situation actuelle de chaque équipe et personnage fin 2019. Les motivations de l’antagoniste principal sont pour l’instant très étranges vu son passé et le cliffhanger est dons déroutant. La qualité graphique de l’ensemble est impressionnante et relativement homogène ce qui est un petit tour de force.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Invaders 12

Genre : Le dernier numéro

Bataille finale entre les Invaders, bien amochés et les forces de Namor.
Fin de cette mini qui aura convaincu de bout en bout mais dont la fin semble un peu précipitée. Les Invaders en profitent pour faire le point sur leur passé et ce qui les unit dans ce qui restera comme un des meilleurs séries consacrées à la super équipe. A ne pas manquer malgré deux derniers numéros un peu en deça du reste.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Venom 21 (numérotation Legacy 186)

Genre : Seul sur une île déserte

Suite aux évènements d’Absolute Carnage, la psyché de Brock en a pris un coup. Malgré une visite de bon augure au nouveau QG des vengeurs (et même si je n’ai pas compris le délire autour de l’attirance surnaturelle qu’il fait éprouver aux hommes comme aux femmes dans ce numéro ?), il décide d’affronter l’ennemi qui le menace et qui s’est réfugié dans son cerveau en s’isolant sur l’île déserte sur laquelle il avait cru avoir tué Spider-man pendant le run Michelinie/Larsen…
Un premier numéro d’arc narratif intrigant et bien mené avec un Bagley plutôt en forme.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Conan : serpent war 2/4

Genre : La quête des héros débute

Suite aux évènements du numéro 1, 4 héros (dont 3 de Howard) sont contraints de faire équipe pour affronter le dieu serpent des stygiens, Set. Solomon Kane et Moon Knight sont coincés en pleine ère élizabéthaine tandis que Conan et Dark Agnès luttent en plein âge hyperboréen. Mais une menace différente de celle posée par Set rôde…

Après un numéro 1 qui servait à introduite les protagonistes, ce numéro 2 lance enfin la machine. Les rapports houleux entre les personnages (notamment Conan et Agnès) sont très bien rendus et les menaces qu’ils affrontent servent à décrire leurs points forts comme leur façon d’envisager le monde. Une très bonne caractérisation donc malgré un scanrio assez simple et un cliffhanger qui utilise habilement la trame de la nouvelle d’Howard à l’origine de ce crossover. Toujours une lecture très agréable.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

Doctor Doom 3 et 4

Genre : Doom en enfer et contre l’AIM

Après un bref passage dans l’outre-monde et une résurrection plus tard, sans armure mais équipé d’un casque et d’une arme futuriste, Doom entreprend l’ascension du building de l’AIM afin de se venger du taskmaster et de son commanditaire. Pendant ce temps, les évènements se précipitent à la frontière latvéro-symkarienne.

Deux numéros intéressants mais un peu déroutants. On est un peu dans le brouillard pour la suite.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

The amazing Spider-man 36 (numérotation Legacy 837)

Genre : Spidey vs Doom

Spidey doit trouver une façon d’empêcher Doom de mettre à feu et à sang New York avec ses doombots. Pendant ec temps, la mystérieuse sœur de Silver Sable met son plan à exécution et Spidey 2099 (l’original) est coincé début 21ème siècle.

Fin de l’implication du titre Spider-man dans le crossover avec 2099. L’implication es tellement ténue qu’il aurait mieux valu pour moi ne pas acheter ces numéros dont la plus-value est très limitée. Ce dernier opus est le mieux réalisé du lot et la conclusion est sympathique.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20

Ghost rider 3 (numérotation Legacy 239)

Genre : Blaze continue sa chasse et c’est le statu quo

La baston continue malgré l’apparent décès de Ketch à la fin du numéro 2.
Un numéro pas folichon avec un nouveau dessinateur plutôt doué pour la partie graphique. Beaucoup de blabla et pas grand-chose de nouveau.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20

History of the marvel universe 6/6

Genre : Fin bateau

D’infinity aux évènements actuels des titres X-men de Hickman en passant par les futurs possibles de l’univers Marvel et des allusions sibyllines à ce qui nous attend bientôt apparemment.

Ce dernier numéro est le moins intéressant du lot malgré d’aussi belles planches que d’habitude. La période couverte est sûrement trop proche dans mon esprit et on apprend peu de choses. Les deux pages de ce qui ressemble à des révélations sur les évènements du futur proche de Marvel sont les plus intéressantes du lot. La fin est attendue et vaut surtout pour son exécution graphique.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 14/20

Captain America 17 (numérotation Legacy 721)

Genre : Zzzz

Cap découvre l’identité du nouveau Scourge et sur la mort du maire de New York dans le numéro précédent. On s’ennuie toujours autant mais au moins il y’a une allusion au passage de Steve Rogers dans les forces de police de New York dans les années 70.

Le dessinateur est toujoyrs aussi peu emballant et le run gagnerait à se conclure assez vite. Clairement Coates a fait de son mieux mais c’était pas suffisant sur ce titre.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 13/20
Note finale : 13/20

Guardians of the galaxy 12 (numérotation Legacy 162)

Genre : Final prétentieux




Baston finale entre les gardiens et leurs alliés d’un côté et l’église universelle de la vérité de l’autre.

Le cliffhanger est amusant mais c’est devenu un gros cliché. La rétropsective des évènements survenus durant le run de Cates sur le pan cosmique de Marvel est l’objet de belles planches mais est surtout là pour faire un gag miteux. Au final, on nous avait promis un final énorme qui était l’aboutissement de tout ce que Cates avait voulu faire sur du cosmique et la déception est grande. Tout ça pour ça. Heureusement qu’il est plus inspiré sur Venom. Il faudra voir ce qu’il fait sur Thor.

Scénario : 13/20
Dialogues : 12/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 13/20
Réponse avec citation
  #833  
Vieux 06/01/2020, 10h17
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 101
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
Pour du bon cosmique fallait s’orienter sur Annihilation Scrouge.
Réponse avec citation
  #834  
Vieux 06/01/2020, 18h32
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 135 705
scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !
Et oui, malgré la fin un peu expédiée jusqu'à la dernière case.
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #835  
Vieux 07/01/2020, 15h45
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
C'est vrai que je suis passé à côté d'Annihilation scourge pour le coup.
Réponse avec citation
  #836  
Vieux 25/01/2020, 17h51
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »



Freedom Fighters 12

Genre : Fin convenue mais spectaculaire

Les FF règlent leurs comptes avec Superman et Adolf Hitler III, réveillant les consciences des peuples du monde.

Très peu de surprises dans ce dernier numéro spectaculaire. Toujours cet aspect « Blockbuster hollywoodien » très efficace. J’espère que nous reverrons le super groupe dans une autre mini par la même équipe. Franchement une belle surprise cette maxi.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 16/20

MARVEL

Catégorie « Excellent »



Venom : the end 1

Genre : délire cosmique

Après la mort d’Eddie Brock, dont le symbiote a repoussé les limites jusqu’au bout, le dernier symbiote devient malgré lui l’un des derniers protecteurs de l’humanité et engage un duel titanesque et cosmique contre une IA développée par Tony Stark.

Adam Warren pioche peu dans la mythologie développée par Cates à part les codices, laissant de côté le dieu des symbiotes mais utilisant le reste de l’histoire de Venom. Epaulé par le rare Jeffrey « Chamba » Cruz, qui livre les planches les plus spectaculaires de sa carrière, le scénariste dessinateur nous embarque dans une odyssée comparable à l’histoire des Célestes ou des origines de Galactus, poussant les capacités de Venom à leur maximum. On se passionne pour l’histoire de la survie de l’humanité du futur et l’audace du scénariste nous réjouit. Enfin un « The end » original et osé. On avait pas lu aussi bien dans la collection depuis « Hulk The end » de Peter David et Dale Keown, autant dire il y’a une éternité. Le narrateur de cette histoire sans dialogues ne manque pas d’humour et son identité est assez surprenante. La fin est également très belle.

Scénario : 17/20
Dialogues : Sans
Dessins, encrage, couleur : 17/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Ruins of Ravencroft : Carnage 1, Sabretooth 1 et Dracula 1

Genre : Ravencroft à la sauce Arkham

Ces trois one-shots qui se suivent servent dans leur chronologie servent d’introduction de qualité à une mini-série à venir dédiée au célèbre asile de Marvel, bien que sa réputation soit bien moindre que celle d’Arkham. Le lien de ces one-shots avec le crossover Absolute Carnage tient essentiellement au fait que l’asile était la résidence la plus connue du maléfique symbiote depuis sa création dans les années 90 et qu’il y a rencontré Shriek. La destruction du bâtiment lors du crossover Absolute Carnage permet aux super-héros présents sur place, Man-wolf, Misty Knight et quelques autres que nous vous laissons découvrir mais aussi au maire de New York, Wilson Fisk (pourtant récemment mort dans les pages de Captain America…) de mettre à jour un mystérieux journal lié à sa création qui remonte au 19ème siècle mais dont les racines plongent jusqu’’aux premiers colons du 17ème siècle.

Dans un habile retcon, Frank Tieri donne enfin une dimension surnaturelle et mystique à Ravencroft, donnant au passage une nouvelle origine à Carnage qui le rend particulièrement terrifiant en le liant à Knull, dieu des symbiotes. L’asile accueillera les premiers super-méchants de l’ère contemporaine et particulièrement les plus vieux ou immortels comme Sabretooth, Mister Sinister, le maitre du monde ou encore des personnages troubles comme Loki, Sir Percy of Scandia… Tieri nous régale de la chronologie des lieux et est efficacement épaulé par deux dessinateurs se partageant l’un les chapitres les plus historiquement éloignés (le meilleur des deux), l’autre les scènes se déroulant de nos jours.
Une très bonne surprise pour les fans d’histoire Marvel et les généalogistes ! Espérons que la mini à venir sera aussi bonne.

Scénario : 17/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 16/20

The avengers epic collection TPB 24 : the gatherers strike !

Genre : composite

Ce TPB rassemble les épisodes 360 à 366 d’Avengers volume 1, l’annual 22, la mini-série Avengers : the Terminatrix objective, Avengers strikefile et Avengers anniversary magazine parus en 1993-94.

On continue le très bon run de Harras et Epting dans les épisodes tirés de la série régulière. Les vengeurs menés par un Black knight tourmenté affrontent les mystérieux gathererers de Proctor qui semble en savoir long Dane Whitman mais aussi protéger Circé des éternels et éviter une catastrophe des mains de terroristes Krees tout en faisant la rencontre de Deathcry. Ces épisodes, trop peu nombreux sont de loin la raison numéro 1 d’acheter ce volume et on regrette de devoir se farcir les œuvres bien plus dispensables qui les suivent comme l’annual numéro 22 qui introduit le très 90’s spirit nouvel ennemi de Black Knight, Wraith. Pas un mauvais méchant mais pas passionnant non plus. La back up nous remet une fournée des peu intéressants anachronauts rencontrés dans l’epic collection précédent dans une histoire servant d’introduction à the Terminatrix objective.A noter, la deuxième apparition de Wraith dans la back up d’Avengers 366, qui affronte, outre sa Némesis, un Deadpool à ses débuts, bien plus sérieux qu’aujourd’hui.

La mini Terminatrix Objective de Mark Gruenwald au scénario et l’efficace Mike Gustovitch aux dessins place la sainte trinité des vengeurs face à leurs alter égos des nineties (War machine, US agent et Thunderstrike). Une sombre machination de l’épouse de Kang menace en effet la cohésion de l’espace-temps. C’est agréable à suivre mais comme souvent avec le monde Kang, inutilement compliqué et pas forcément simple. On y perd donc en facilité de lecture malgré des planches très propres. Une mini-série pas indispensable donc.

On poursuit avec Avengers strikefile, un one-shot bien réalisé mais très vintage dans son exécution (horribles effets 3D d’époque notamment). Simple récapitulatif de la guerre Kree-shiar et de ses dramatiques répecussions, on apprend pas grand-chose de plus qu’en lisant Operation Galactic storm. Dommage.

Enfin, Avengers anniversary magazine sent bon le gadget. On s’amuse de sa couverture mettant en scène deux des très populaires X-men (Wolverine et Magneto) pour booster les ventes alors qu’ils n’apparaissent pas dans le numéro (et pour cause !). Les articles et les pin-ups sont très convenus et on se serait bien passé de ce bonus qui prend beaucoup des pages de l’epic collection.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Venom 22 (Numérotation Legacy 187)


Genre : Lutte à mort contre un symbiote


Eddie, abandonné par son symbiote, lutte contre une menace à la puissance démesurée.

Malgré des facilités scanristiques (le retcon bien pratique de l’histoire de l’île notamment), la tension qui se dégage des planches de Bagley et la poursuite de la trame de fond habile du titre font de l’arc narratif Venom island une lecture toujours aussi agréable et prenante.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Symbiote Spider-man : alien reality 2

Genre : A la découverte d’une nouvelle terre

Spidey explore la nouvelle réalité dans laquelle il est tombé et qui diverge de la sienne sur bien des points : un Hobgoblin plus puissant que jamais, un Doctor Strange sans magie et une situation personnelle enviable sont autant des mystères qu’il va devoir percer afin de découvrir la vérité.

David continue à élaborer sa trame de belle manière, bien aidé par un Land toujours aussi convaincant Il ne se passe fondamentalement pas grand-chose dans ce numéro qui reste cependant aussi mystérieux que le précédent.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Conan : serpent war 3 et 4

Genre : Une mini-série très agréable à lire

Conan est toujours aidé de la mystérieuse Dark Agnès et affronte les sbires du dieu serpent Set. Il va faire la jonction avec Solomon Kane et Moon Knight et devoir combattre une menace mystérieuse et plus retorse que le dieu reptile…

Malgré un scénario parfois nébuleux et pas très bien expliqué, le combat des 3 créations d’Howard et du héros aux racines mystiques de Marvel se termine de manière très satisfaisante, même si le dernier numéro n’est pas dessiné par le très bon Lucca Pizzari mais par le moins agréable Ig Guara et c’est bien dommage de finir sur une note graphique moins réussie.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 15/20

Catégorie « Bon »

Fantastic four 18 (numérotation Legacy 663)

Genre : FF vs Overseer

Les FF demandent des comptes au mystérieux Overseer, responsable de bien des malheurs de son peuple. Giant baston ensues.

Un numéro spécial baston assez inutile dont les dessins ne sont malheureusement pas du seul Paco Median, qui se fait aider deux autres artistes pour un résultat assez laid. Le numéro suivant conluera le meilleur arc des FF de Slott jusqu’ici et on espère être moins déçus que par ce numéro très basique.

Scénario : 14/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20

Catégorie « Sympa »

Miles Morales : the end 1

Genre : Bateau

Après un cataclysme majeur, un vieux Miles Morales a construit un refuge pour les survivants. Il est menacé par des pillards menés par un Captain America de pacotille.

Un one-shot ennuyeux et dispensable. Du lu et relu mille fois et un style de dessin qui n’est pas du tout ma came. Et encore, je l’ai lu avant Venom the end 1, ce qui fait que ma note reste assez élevée.

Scénario : 12/20
Dialogues : 13/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 12/20

Web of Venom : The good son 1

Genre : Surnuméraire

Pendant que Venom est coincé sur son île, son parent est gardé par Harry et Liz Osborn en compagnie de leur fils et du symbiote kree Sleeper. En back up, on se plonge dans les évènements inintéressants qui ont mené ce dernier sur Terre.

Un numéro creux qui n’apporte rien à l’histoire principale malgré des dessins plutôt réussis dans les deux scenarii. Ça veut faire peur mais c’est honnêtement ennuyeux et vain. Vivement Venom 23, qui est d’un autre calibre.

Scénario : 12/20
Dialogues : 12/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 12/20

Ghost rider 4 (numérotation Legacy 240)

Genre : Le plus mauvais numéro jusqu’ici



Ghost rider/ Johhny Blaze réalise le casse du siècle à Las Vegas pour des raisons que lui seul comprend tandis que Ghost Rider/ Danny Ketch cherche un allié dans les limbes et fait une mauvaise rencontre…

Le scénario de ce runqui démarrait plutôt bien vire à l’enchaînement de scènes chocs sans queue ni tête pour l’instant et on a même plus le plaisir des planches de Kuuder, celui-ci, souffrant, se faisant fortement aider par un certain Juan Frigeri pour un résultat très décevant. Le cliffhanger final nous est présenté comme moment clé de l’univers de Ghost rider dans le courrier des lecteurs mais on s’en fiche éperdument et on rit de la naïveté de Danny Ketch.
En bref, le plus mauvais numéro jusqu’ici et un run décevant pour l’instant.

Scénario : 12/20
Dialogues : 12/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 12/20
Réponse avec citation
  #837  
Vieux 01/02/2020, 19h01
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
MARVEL

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »



Deadpool : the end 1

Genre : La fin dont vous êtes le héros

Joe Kelly revient des années après écrire la fin finale de la fin de son run ! Comme il ne veut décevoir personne,il a prévu une bonne vingtaine de possibilités, au choix du lecteur selon ses goûts. Tout le monde sera content !

Une fin très originale et folle qui fait plaisir à lir tant on sent que les auteurs se sont décarcassés pour nous offrir quelque chose de bien. C’est graphiquement efficace et les blagues sont simples mais efficaces.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

The (new) defenders epic collection TPB 9 : the end of all songs

Genre : Fin d’un run pas du tout mythique mais très bien écrit



Ce TPB conclut la période Bronze age des Defenders, qui étaient rebaptisés « New » depuis le TPB précédent et le début du run du très oublié Peter B. Gillis, toujours accompagné de l’inoxydable Don Perlin. Nous trouvons les numéros du 138 au 152 de la série volume 1 ainsi que la dernière mini-série d’époque dédiée à un personnage, The Gargoyle, en 4 numéros, qui marque le bref retour de son co-créateur J.M DeMatteis et l’arrivée d’un très inspiré Mark Badger. Le tout date de 1984-86.

La mini-série est la perle de ce numéro : avec ses dessins qui évoquent les débuts du Sandman de Gaiman et son héros torturé dont nous découvrons les origines très intéressantes remontant à la Première Guerre mondiale, The Gargoyle est le morceau qui a le moins vieilli et qui est le mieux écrit du volume. Isaac Christians est plus humain que jamais et son combat contre lui-même tient aux tripes comme une sorte de pré-Sandman. La meilleure des minis liées aux Defenders !

Dans les numéros 138 ) 152, on assiste aux tourments de Moondragon, qui abrite à l’insu de tous un démon du même nom qui a détruit Titan (à l’époque de ces épisodes). Elle passera d’héroïne torturée à antagoniste finale du run avec une belle progression, très intéressante. Gillis s’amuse de son équipe en lui adjoignant un système d’alarme aussi ridicule que surprenant dont il semble très fier, vu qu’il l’utilise à tout bout de champs. Il promeut Candy Southern, copine d’Angel de l’époque, chef d’équipe, ce qui est rafraichissant. Il brode ainsi de petits stand alone bien fichus qui nous montrent entre autres une attaque bactériologique du repaire des new defenders, une histoire de campus et de mutants dédiée aux membres des anciens X-men, le bref retour d’un Ghost rider métamorphosé venant voir ses anciens amis des champions, l’attaque d’un démon venu du passé mais surtout la véritable nature du jeune Cloud, qui possède les deux sexes et peut se transformer en nuage, personnage avant-gardiste s’il en est.Les derniers épisodes concluent la série dans le plus pur style des seventies (avec un peu de retard donc) plein de rebondissements bien amenés comme le retour de Manslaughter, plus fou que jamais et la venue du mystérieux Interloper. Le final est superbe si on excepte des dessins assez fades de Perlin, comme d’habitude. Depuis les épisodes des New Defenders, son style très simpliste est bien
rehaussé par les différents encreurs qui le rendent plus réaliste et intéressant.

En bref, un volume dans la veine du précédent, moins bon que le run de DeMatteis mais surprenant et très agréable à lire pour qui aime les personnages bien campés.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 12/20
Note finale : 16/20

Avengers/defenders : Tarot 2

Genre : Le triomphe de Diablo (l’autre)

Defenders et Avengers sont à la merci de l’alchimiste Diablo. Oui, ça fait bizarre vu le looser que c’est d’habitude. Nous assistons à son bref trimophe malgré une erreur qu’il commet : il ne sait pas que Hulk est Bruce Banner !

Un scénario bien construit et fluide, de très beaux dessins de Paul Renaud…Cette mini est pour l’instant un bel hommage aux scénarios vintage.

Scénario : 16/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 15/20

X force epic collection TPB 2 : X-cutionner’s song

Genre : Le mystère Cable/Stryfe résolu (ou presque)

Ce TPB rassemble les numéros d’Uncanny X-men, X-Factor, X-men et X-Force estampillés au nom du crossover, ainsi qu’une histoire épilogue des New warriors liée au crossover, le très dispensable Stryfe’s strike files et surtout le joyeu de cet epic collection, la mini-série en deux numéros Cable : Blood and metal par Nicieza et Romita Jr (en grande forme !)
On y découvre le passé de Cable, chef de la bande de mercenaires, Six pack auquel appartenait aussi Domino, sa vendetta personnelle contre Stryfe, qui lui semble mystérieusement lié et ses nombreux voyages temporels visant ses buts personnels tout aussi ésotériques. Le mystère Cable commence à se révéler dans ces pages très intéressantes et franchement superbes. La crossover qui le suit est bien moins intéressant à mon goût : Cable tire sur le professeur Xavier, le mettant dans un état de léthargie avancée et compromettant la liberté d’X-force qui semble s’être détachée de lui. Le gouvernement sollicite l’aide d’X-factor et des X-men pour arrêter les jeunes mutants tandis que les très nineties Bishop et Wolverine traquent Cable. Pendant ce temps, les disciples d’Apocalypse réveillent leur maître affaibli de manière prématurée, Sinister semble tirer les ficelles de ce qui se passe et Stryfe décide de kidnapper Cyclope et Jean Grey…

Le scénario de Nicieza et Lobdell est inutilement étiré et c’est bien dommage car la fin est franchement superbe, prenante et même émouvante. Cable commence à livrer des secrets et la nature de sa relation avec Stryfe fait enfin sens à la lecture de ce crossover riche en révélations pour les lecteurs de l’époque. Les dessins sont d’une qualité globale assez homogène avec l’exception des planches de Jea Lee qui ont mal vieilli selon moi. Peterson fait du sous Kubert avec des problèmes de proportions mais Kubert et et Capullo sont impressionnants. Heureusement d’ailleurs que le final est dessiné par Capullo ! Les épisodes épilogues font bien le point sur l’après et sont très agréables à lire.
En bref, quelques épisodes d’anthologie (la mini et X-force 17 et 18 surtout) mais un ventre mou très daté nineties dans son traitement et ses enjeux. Le fait de savoir ce qui va se passer ensuite dans la série Cable enlève beaucoup d’intérêt à la lecture, le crossover se satisfaisant de trop peu de secrets lâchés.

Scénario : 15/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 15/20

Catégorie « Bon »

Ravencroft 1

Genre : décevant

Le Ravencroft nouveau ouvre ses portes avec la bénédiction de Wilson Fisk, maire de New York. Son directeur est un personnage trouble et ses employés Misty Knight et John Jameson semblent l’avoir à l’œil, lui et…les membres de son équipe.

C’est plutôt agréable malgré le manque de l’originalité qu’on avait observé dans les 3 singles précédents et du meilleur des deux dessinateurs qui y opéraient. Autant dire que c’est vraiment moins bien que la très bonne surprise précédente et que ça fait pour l’instant surtout un hommage à la période Dark reign mais en moins bien.

Scénario : 14/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20

Doctor Strange : the end 1

Genre : confus

Strange est désormais bien vieux, Wong est mort et la magie se fait rare. Après avoir été embêté une fois de trop par de jeunes écervelés, il part pour son derner voyage…

Le scénario est assez simple et brumeux. La mis ene place du successeur de Strange (dont l’identité ne surprendra personne) est laborieuse et peu passionnante. Mais heureusement les dessins sauvent tout !

Scénario : 12/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 13/20

Catégorie « Sympa »

Captain Marvel : the end 1

Genre : bateau

Captain Marvel est plus puissante que jamais et fait toujours régner la justice après les derniers jours de la Terre. Elle semble même immortelle…Un jour où elle revient sur sa planète de naissance, elle découvre que toute vie ne s’est pas arrêtée et qu’une nouvelle génération de super-héroïnes a pris la suite de son combat. C’est peut-être le moment de jouer son va-tout.

Graphiquement très joli, le scénario est pour moi bien trop cliché et basique pour m’intéresser. On est jamais surpris ni ému par la situation, ce qui est un comble. N’ayant aucun atome crochu avec la scénariste et le personange, ça n’aide pas. Le plus décevant des The end nouvelle fournée pour l’instant, un cran devant Mile Morales the end grâce aux dessins.

Scénario : 12/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 12/20

Catégorie « Moyen »

Captain America n°18 (numérotation Legacy 722)

Genre : On dort toujours

cap et son équipe vont affronter le nouveau Scourge pour sauver les flics ripoux de New York et on comprend enfin pourquoi Fisk apparaissait dans les one-shots Ravencroft.

Aucune surprise et même pire : une confrontation sans saveur face au meurtrier. L’épilogue est ultra prévisible. Bref, on dort. Au prochain numéro, on va enfin savoir qui est Dryad, même si on s’en fiche. Pas une bonne période du Captain, ce run.

Scénario : 10/20
Dialogues : 13/20
Dessins, encrage, couleur : 11/20
Note finale : 10/20
Réponse avec citation
  #838  
Vieux 01/02/2020, 23h02
Avatar de Slobo
Slobo Slobo est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: février 2005
Localisation: Malakoff (92)
Messages: 14 101
Slobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black BoltSlobo crie plus fort que Black Bolt
On sera pas. D’accord sur le captain marvel the end qui moi m’a ému.
Et x-cutionner song est mon cross préféré.
Réponse avec citation
  #839  
Vieux 04/02/2020, 10h14
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 874
Man-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être conMan-Thing a oublié d'être con
Pour quelqu'un qui apprécie les persos qu'on voit dans Captain Marvel the end j'imagine que ça peut faire son effet, oui.
Pour le chant du bourreau j'avoue que je préfère en général les scénarii des années 70 voire 80 à ceux des années 90. Pareil pour les dessins.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dc comics, man-thing, marvel comics, udon

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 07h56.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !