Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Critiques > Critiques VO et VF des forumers

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #286  
Vieux 31/01/2010, 12h27
Avatar de John Keats
John Keats John Keats est déconnecté
par la grande galaxie
 
Date d'inscription: février 2004
Localisation: Paris
Messages: 10 572
John Keats change la caisse du Fauve
elle a bon dos la fatigue!
__________________
johnkeats.space-blogs.com
Réponse avec citation
  #287  
Vieux 14/02/2010, 11h42
Avatar de C'étaitSaSecrétaire
C'étaitSaSecrétaire C'étaitSaSecrétaire est déconnecté
te touche doucement.
 
Date d'inscription: février 2004
Localisation: Danny the Street.
Messages: 2 088
C'étaitSaSecrétaire change la caisse du Fauve
Citation:
Posté par Mr Gumby à propos de Joe the Barbarian
Voir le message
(voire même moins parce que pour comprendre que le héros est diabétique, il faut être plutôt attentif).
Il fait de l'hypoglycémie. Rapport au sucre, c'est pas tout à fait la même, tu en conviendras.
__________________
Achète mon âme !

"Today a young man on acid realised that all matter is merely energy condensed to a slow vabration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream and we are the imagination of ourselves. Here's Tom with the weather!"
Réponse avec citation
  #288  
Vieux 14/02/2010, 16h53
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Citation:
Posté par C'étaitSaSecrétaire
Il fait de l'hypoglycémie. Rapport au sucre, c'est pas tout à fait la même, tu en conviendras.
J'y connais vraiment rien donc je ne sais pas trop mais il se fait des injections d'insuline il me semble et dans le résumé ils disent :"Having an overactive imagination can get a kid through a lot, but it doesn't change the facts: Joe's still the kid in school that can't fit in. He's the victim of bullies. His dad died overseas in the Iraq war. And then there's the Type 1 diabetes he has to live with."
Donc heu...
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #289  
Vieux 14/02/2010, 19h03
Avatar de C'étaitSaSecrétaire
C'étaitSaSecrétaire C'étaitSaSecrétaire est déconnecté
te touche doucement.
 
Date d'inscription: février 2004
Localisation: Danny the Street.
Messages: 2 088
C'étaitSaSecrétaire change la caisse du Fauve
Au temps pour moi. Sa mère insistait pour qu'il mange son sucre.
__________________
Achète mon âme !

"Today a young man on acid realised that all matter is merely energy condensed to a slow vabration, that we are all one consciousness experiencing itself subjectively, there is no such thing as death, life is only a dream and we are the imagination of ourselves. Here's Tom with the weather!"
Réponse avec citation
  #290  
Vieux 14/02/2010, 21h18
Avatar de John Keats
John Keats John Keats est déconnecté
par la grande galaxie
 
Date d'inscription: février 2004
Localisation: Paris
Messages: 10 572
John Keats change la caisse du Fauve
sinon scalped c'est toujours super bien. il faut le redire de temps en temps. et puis groo aussi.
__________________
johnkeats.space-blogs.com
Réponse avec citation
  #291  
Vieux 14/02/2010, 23h36
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Je parle plus bas du Scalped mais c'est vrai qu'il faut régulièrement rappeler que Groo, c'est Boo.


Elle a un arrière goût légèrement amère cette nouvelle pile. C'est qu'en allant la chercher, les gentils gens de ma boutique habituelle m'ont appris que leurs brillants patrons avaient eu une éclair de génie et qu'ils s'étaient aperçu que les marges sur les meubles fabriqués en Chine étaient largement supérieures à celle d'une bande desinnée. En conséquence, ils ferment les deux magasins Album fin mars pour remplacer avantageusement celui en centre ville par une jolie boutique de déco pour bobo. Bonjour la vue à long terme de ce genre de projet !
La seule bonne nouvelle de ce beau gâchis, c'est que du coup, je commanderai à partir d'avril mes singles chez le sémillant monsieur Gourvy. Les visites chez la belle bande du magasin vont manquer à moi et à mon fiston (dont c'était un peu la deuxième maison) mais au moins dans ce petit désastre ordinaire d'aujourd'hui, je vais aider un gars dont j'apprécie les compétences et le sens du commerce.

Bon, ça me coupe quand même un peu les envies c't'histoire, donc je vais faire bref mais en essayant de ne pas être amère. On va pas se laisser abattre non plus bordel !

Age of Reptiles : The Journey #2

Ricardo Delgado poursuit la migration semée d'embuches de ses bestioles préhistoriques. Ce second épisode est aussi spectaculaire que le précédent. Entre le piège mortel de crocodiles monstrueux et faussement indolents et une charge de raptors à couper de souffle, on s'en prend plein les mirettes. La jolie narration muette est toujours un modèle du genre. Donc du très bon.


Blackest Night : The question #37 One shot

J'avais oublié que je l'avais préco celui là. Passé la surprise, j'ai passé un bon moment à le lire. Pas vraiment pour la résurrection assez plan plan de Victor Szasz mais surtout pour la magie d'un Sienkiewicz encore capable de belles fulgurances même dans le rôle ingrat de l'encreur.


Detective Comics #861

Graphiquement, le passage de flambeau sur la série au gars Jock se fait sans trop de douleur. Côté scénar, c'est toujours le calme plat avec un méchant psychopathe assez convenu, adepte du piercing tranchant et du puzzle de jeunes filles.
Depuis que je me suis mis à relire du Batman, j'ai étrangement développé une allergie aux scènes d'interrogatoires musclés ? Ce n'est pas avec ce numéro que ça va se calmer.


Batman & Robin #7

Je ne sais pas si c'est seulement l'arrivée d'un Cameron Stewart inspiré et dynamique où si Morrison a vraiment retrouvé la niaque mais j'ai trouvé un net mieux sur ce numéro de Batou et Robinet. La piste du tueur aux dominos mène l'intérimaire de service dans la capitale des rosbifs. Le programme est tout à fait sympathique : une jolie course contre la montre en ouverture, suivie d'un dialogue tendu et d'une bagarre avec des mineurs fantômes. Heu... pas des enfants morts! des gars avec une lampe sur la tête et des poumons en compote, hein. On ne retrouve tout de même pas pour l'instant le niveau de l'arc de départ mais j'ai trouvé ça franchement plaisant.


Jonah Hex #52

Ce numéro 52 des aventures du taciturne chasseur de primes confirme une fois de plus, le puissant théorème de Bernet : «Jordi aux crayons = Graylmiotti avec de l'inspiration».
OK, OK, c'est plus un aphorisme qu'un théorème. Putain, ça rigole pas par ici.
Le vieux briscard espagnol démontre une fois de plus qu'il est le dessinateur idéal sur cette série. Il s'en donne à cœur joie entre un Hex aux abois poursuivi par une belle bande de crapules des bayous et une veuve aussi gironde que teigneuse, tout ça dans de belles ambiances nocturnes bien poisseuses. Hautement conseillé à l'amateur de western crasseux donc.


Doom Patrol #7

Malgré les avertissements adressés à monsieur Giffen par lettre recommandée, ce nouveau numéro ne relève pas vraiment le niveau d'un relaunch qui ronronne sévèrement depuis ces débuts. Le retour annoncée de Crazy Jane tombe bien à plat et même un second retour plus surprenant ne s'avère qu'à peine plus inspiré. Verdict donc, j'arrête là le massacre. Dommage pour les metal Men qui continuent d'être aussi amusants que jolis à regarder (surtout les planches où une charmante rouquine géante déchire sa combinaison, mmmh).


R.E.B.E.L.S. #12

Tony Bedard continue d'assurer comme une bête dans les aventures inter-galactiques amusantes et débridées de l'insupportable Vril Dox et sa bande d'alliés plus ou moins volontaires. Pour vaincre l'affreux Starro, ils doivent réunir trois ingrédients aussi improbables que dangereux à récupérer. C'est carré, joliment dialogué et si l'on est pas allergiques aux extraterrestres vert pomme, rose ou mauve, c'est ben le fun.


Daytripper #2

Comme l'âpre débat suscité par ce second numéro de la mini série en dix épisodes des frangins Moon/Bá s'était conclu sur une sèche remise en question par monsieur Keats des facultés intellectuelles du sieur Rebroff, j'ai abordé ce comics avec solennité et attention.
Au final, j'ai vraiment bien aimé. On retrouve Brás, alors âgé de 21 ans, en vadrouille au Salvador avec son pote Jorge. Le voyage prend une tout autre autre tournure lorsqu'il croise la sublime et mystérieuse Olinda. J'ai beaucoup apprécié cette histoire toute simple, portée par une atmosphère à la fois tendue et nonchalante. Les dessins sont à nouveau sublimes et la scène de la barque est tout simplement splendide.
Le final me semble donc fixer la série sur un principe aussi poétique qu'intriguant :

Je suis très très intrigué de voir ce que cela peut donner sur la longueur.


Scalped #34

Ivan a déjà mis de jolis mots sur ce numéro mais je vais tout de même vous en remettre une seconde couche. Ce numéro conclut donc en fanfare The Gnawing, arc beaucoup plus linéaire que les précédents mais tout à fait remarquable de tension. L'enjeu principal était effectivement de remettre dans la course tête baissé vers un mur hérissé de barbelés et de tessons de bouteilles, notre bon Dash Bad Horse, un poil hors-jeu depuis quelques numéros. Malgré un petit effet un peu «cheap» (la révélation du traitre interrompue pile poil), l'exécution est comme d'habitude brillante. Le puzzle s'emboite une nouvelle fois parfaitement et le crescendo de violence et de noirceur s'achève sur une planche finale qui marquera les mémoires.


Sweet Tooth #6

Après le retournement de situation du dernier numéro, un peu attendu mais très bien mené, Lemire poursuit son périple post-apocalyptique sans faiblir. On en apprend un peu plus sur la catastrophe qui a mené à tout ça et surtout sur le taciturne et sanguin Jeppard. Parallèlement, on suit les premier pas du malheureux Gus dans le beau foutoir dans lequel il est tombé. Lemire continue sur le même rythme un peu lancinant tout en ménageant toujours de très belles fulgurances. Plus ça va, plus je l'aime cette série.


Unknown Soldier #16

La brochette Vertigo de la pile est décidément de fort belle tenue. Dans ce second épisode de l'arc Dry Season, le gars Moses essaye de démêler les fils du meurtre du médecin dans un camp de réfugiés où l'atmosphère s'alourdit de pages en pages. Un bel exemple de numéro de transition réussi et parfaitement mené, tout en tension montante grâce à des dialogues solides et avec un final qui remplit parfaitement son rôle : vous faire bouillir d'impatience de lire la suite.


Greek Street #8

Pas d'exception qui confirme la règle puisque ce nouvel opus de la rue grecque se maintient aussi à un très bon niveau. Chantel, la stripteaseuse/narratrice est entrée dans l'histoire et elle risque de le payer très cher. La guerre entre les Furey et la triade poursuit sa montée en puissance dans la violence et l'inspecteur Daedalus est témoin d'événements pour le moins étranges. On ajoute à ça un Lord Menon plongeant de plus en plus profond dans ses propres secrets et on obtient un nouveau numéro qui réussit l'exploit de rester aussi intriguant sur où Miligan veut bien nous emmener, qu'excitant de possibilités.


Captain America : Reborn #6

Comme souvent, le final de ce genre de pif paf pouf superhéroïque est la partie la moins exaltante du tout. Pourtant tout ça fonctionne très bien et remplit largement le contrat dans le style «je relève la tête et je pulvérise le gars qui me foutait ma ratatouille deux secondes plus tôt».


Punisher Max #3

Pour ma part, je trouve la prestation de l'émoustillant duo Aaron/Dillon très convaincante sur cet entame. On retrouve les bonnes bases Ennissienne d'humour teigneux et de violence grotesque et on y ajoute la façon épatante qu'à Aaron de traiter ses «méchants» et ça donne un cocktail qui secoue la plomberie mais avec un beau corps quand même. Entre l'entrée parfaite d'un nouveau tueur sans pitié et mormon, et une première escarmouche entre kingpin VS Pupu autour du meurtre d'une mamie nue vociférant plus de jurons en six pages qu'il n'y en a dans l'absolute Preacher, il y a de quoi contenter l'amateur. Pas sur que tout le monde apprécie le trip mais pour moi ça roule.


Strange #3

Le capital sympathie de cette mini dont je n'attendais vraiment rien reste intact avec ce nouvel épisode. Waidplonge le docteur déchu et sa jeune assistante aux cheveux bleus dans l'univers cruel et pervers des élections de mini miss. C'est toujours aussi fun et léger avec un graphisme coloré mêlant avec bonheur mangâteries et démoneries zarbis et une peu dégueulasses quand même.


On finit avec la triplette qui fait baisser la moyenne d'excellence de la pile.

Criminals : Sinners #4

Bon, à ce niveau les jeux sont faits. Je renonce à m'intéresser vraiment au destin de cette andouille de Tracy Lawless et je me contente d'admirer le boulot superbe de Sean Phillips en attendant des jours meilleurs.

God Complex #3

J'ai déjà dit tout le mal que je pensais des deux premiers, je ne vais pas enfoncer le clou. Ce n'est pas vraiment mieux avec cette grosse bagarre entre Appolon, Hercule et la sorcière boostée divinement. Ha si, j'ai souri à un moment quand les deux demi-dieux,qui se pougnent depuis des pages, se tournent en chœur vers la mégère pour lui dire qu'elle cabotine vraiment trop.

The Boys #39

Avec la bonne série de numéros sur les origines des boys, j'avais un peu oublié à quel point cette série pouvait parfois connaître des creux. En souvenir des belles choses qu'à pu faire McCrea, on va coller la mocheté du truc sur le dos de son binôme Keith Burns. Pour l'histoire, ça délaye sévère, à part la partie romance Huggie/Anna balançant à nouveau entre romance et humour gras, qui reste le meilleur du numéro, le reste est un peu maigrichon. La petite «révélation» sur Mother's Milk tombe à plat. Je n'ai même pas souri à l'aide originale que trouve le Frenchy pour aider The Female. Pour le reste, il suffit de regarder la couv et vous aurez une bonne idée de ce qui peut se passer. Bon, on va dire que c'est une mise en place et qu'il y a vraiment moyen que la suite soit mieux.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #292  
Vieux 15/02/2010, 00h30
Avatar de Jupiter Jazz
Jupiter Jazz Jupiter Jazz est déconnecté
The Real Folk Blues
 
Date d'inscription: juillet 2007
Localisation: Serenity
Messages: 1 824
Jupiter Jazz change la caisse du Fauve
Pour Daytripper, c'est exactement cela. Le #3 fonctionne de la même manière, et je me suis une fois de plus laissé emporter par ce récit poétique et douloureux, magnifiquement illustré.
Un vrai régal.
__________________
Burn the land and boil the sea, but you can't take the sky from me.

Mes ventes v.o: http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=27439
Réponse avec citation
  #293  
Vieux 15/02/2010, 00h44
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Ben je suis content d'avoir vu juste sur ce coup là. Ce principe me paraissait vraiment la plus intéressante des possibilités. Reste à voir comment ça va le faire sur dix numéros ?
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #294  
Vieux 15/02/2010, 08h39
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 134 943
scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !
Le profit...

Enfin, Gourvy gagne un client aux saines lectures!
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #295  
Vieux 15/02/2010, 11h14
Avatar de Auteurroriste Zeph
Auteurroriste Zeph Auteurroriste Zeph est déconnecté
se radicalise
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: dans son univers fermé
Messages: 13 963
Auteurroriste Zeph change la caisse du Fauve
AH, ça me rassure, je ne m'étais donc pas trompé sur Daytripper. J'ai le 3 dans le sac, à lire donc.

Sinon, pour Detective Comics, je commence à trouver la série intéressante et ce numéro 861 m'a donné envie de lire la suite. Manque de bol, juste quand j'ai stoppé les précos (foireux système si il en est).
Par contre, pour le Batman and Robin, ce numéro est un peu plat quand même. Passé la très bien conçu course poursuite d'ouverture, ça ronronne. Sans parler de la rouquine qui tombe comme un cheveux sur la soupe.
Et, là je vais surement me faire massacrer, je ne trouve pas Stewart très en forme niveau dessin. Autant sa narration claque en plus d'être fluide, que je trouve que sur le reste il a un peu de mal (notamment Batman). Mais bon, ce sont peut être les hideuses couleurs toutes droits sortis d'un programme de retouche photos datant de 1992 qui font ça.
__________________
" Les ennuis sont des pleutres: ils n'arrivent pas isolément, ils chassent en meute et lancent des assauts groupés." Gaiman
Réponse avec citation
  #296  
Vieux 15/03/2010, 21h51
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Allez, je remonte un peu le topic pour vous dire que j'ai fini mon nouvel épisode de Zenzible et que la revue de piles devrait bientôt faire son retour après cette interruption momentanée de votre programme.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7
Réponse avec citation
  #297  
Vieux 15/03/2010, 21h55
Avatar de Jupiter Jazz
Jupiter Jazz Jupiter Jazz est déconnecté
The Real Folk Blues
 
Date d'inscription: juillet 2007
Localisation: Serenity
Messages: 1 824
Jupiter Jazz change la caisse du Fauve
Ouh yeah~ !!
__________________
Burn the land and boil the sea, but you can't take the sky from me.

Mes ventes v.o: http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=27439
Réponse avec citation
  #298  
Vieux 15/03/2010, 21h57
Avatar de scarletneedle
scarletneedle scarletneedle est déconnecté
#NoTeamPeineàjouir
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: septembre 2004
Localisation: Manhattan, au bout d'une toile
Messages: 134 943
scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !scarletneedle est LA légende vivante de ce forum !
Je ise aussi!
__________________
Alan Moore: "I should just keep me mouth shut, I just upset people."

Ma galerie sur Comic Art Fan
Réponse avec citation
  #299  
Vieux 16/03/2010, 11h09
Avatar de Mast
Mast Mast est déconnecté
Marvel Digital Knight
 
Date d'inscription: décembre 2002
Localisation: Nantes
Messages: 25 347
Mast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec LéonMast mange des moules avec Léon
Je ise toute ta famille et le jeune Zimon, Mr Gumby!
__________________
La liste des comics sur lesquels j'ai bossé chez MARVEL.
Ma Boutique de ventes de prints signés, planches originales et comics dédicacés.
Réponse avec citation
  #300  
Vieux 17/03/2010, 18h04
Avatar de Mr Gumby
Mr Gumby Mr Gumby est déconnecté
est un garçon zenzible.
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Danny the street
Messages: 1 770
Mr Gumby change la caisse du Fauve
Les petit gars Zimon vous remercie bien pour les et donc voilou, une fin de pile de février conséquente à défaut d'être à l'heure...

B.P.R.D. : King of Fear #2

Comme je le supputais précédemment, le rythme pépère du premier numéro n'a pas duré longtemps. La sauce prend donc bien, autour des deux intrigues parallèles. Liz est remontée comme une pendule et du coup, fait de grosses erreurs, heureusement le meugnon duo Kate Korrigan/bruno a plus de réussite. Pour varier un peu les plaisirs, Guy Davis nous offre en plus des routinières visons apocalyptico-lovecraftiennes, de splendides batailles fantomatiques du plus bel effet. C'est diablement bien mené et je commence à espérer que ce nouvel arc remonte une barre un peu en berne récemment sur la série. Je dois aussi avouer avoir eu un pincement (hum) au cœur sur la dernière page scellant le destin de l'épatant Lobster Johnson.


Blackest Night #7

Hé, mais on est déjà presqu'à la fin du black bouzin ! Avant dernier numéro oblige, Johns sort quelques cartouches bien sentie. Bon la narration reste bien balourde et pleine de trous, ça ne fait pas dans la finesse, mais même en mode «Je reprend mon souffle pour le sprint final», ça reste bien troussé, j'aime bien ce qu'il fait de cette bonne pâte d'Atrocitus et le pétage de plomb de Luthor m'a fait rire. C'est toujours le festival du ripolin et les décors sont à nouveau aux abonnés absents mais vu le cota de persos on ne va pas trop pinailler.


Après le coup de mou du pénible numéro 49, Green Lantern #50 et 51 reprennent la tête dans mon petit palmarès personnel.

Manhke a bien profité de la petite pause et livre encore une fois une prestation de belle tenue. J'aime beaucoup son encrage fin et subtil et ses persos ultra dynamiques avec juste ce qu'il faut de distorsion et de cadrage tordu pour que le tout ait une vraie personnalité. Côté péripétie, ça défouraille plutôt bien avec une baston Paralax/Spectre en plusieurs temps très réussie même si je n'ai pas trop compris ce qui arrive à Paralaxounet en fin de numéro. Heu, Scarlet ?


R.E.B.E.L.S. #13

Là aussi, on approche du climax final dans l'affrontement entre le méga-barbare-étoile-de-mer-expansionniste et l'imbuvable génie vert en culotte de golf. Les ingrédients restent les mêmes : plans tordus et désespérés, trahisons en chaine, dialogues vanneurs... mais ça ne sent pourtant pas le réchauffé. En plus on a un jolie petite touche inspirée avec un recentrage sur le fiston Dox, certes un peu téléphonée mais qui fonctionne très bien. La bagarre de l'ultime épisode risque de valoir son pesant de cacahouètes génétiquement modifiées.


Batman & Robin #8 et 9

Le doublée du mois est tout à fait le bienvenue tant ces deux comics fonctionnent en tandem. C'est toujours moins flamboyant que les débuts de la série mais ça reste du bon pif paf pouf à gros ressorts servi par un Cameron Stewart qui assure le job avec un bel aplomb.


Human Target #1

J'avais commandé ce numéro sur les excellents souvenirs que je gardais des épisodes signés Milligan. ça a commencé à sentir le roussie quand j'ai appris que c'était une mini-série promotionnelle pour la sortie de l'adaptation en feuilleton sur la Fox. A la lecture, mes craintes se sont vite confirmées. D'abord, je trouve le graphisme style «*on colle le plus possible aux acteurs*» totalement révulsant. Ensuite, ces andouilles ont dépouillé notre bon Christopher Chance de tout ce qui pouvait le rendre intéressant en en faisant un simple gros bras casse cou d'une banalité confondante. Ce n'est pas le petit bonus final bâclé de Chris Sprouse qui relève le niveau. Beurk donc.


Hellblazer #262

Et hop, un nouvel arc excellent à l'actif du bon Peter Milligan qui continue d'assurer sévère sur la série historique de chez Vertigo. L'affrontement final entre John et l'infâme démon colonialiste tient toutes ses promesses. La relation entre le vieux briscard Constantine et la jeune et teigneuse Epiphany est un vrai régal et le scénariste trouve en plus le moyen de nous bricoler une excellente sous intrigue avec un keuf indien. Les mécréants qui ne suivent pas ses émouvantes retrouvailles en single peuvent se jeter sur le futur TPB. Le mois prochain : du punk, du Simon Bisley... Hell Yeah !


Scalped #35

Comme je suis encore un peu groggy de l'excellent arc The Gnawing, l'indulgent Jason Aaron me propose un petit stand-alone de récupération dessiné par le beau et ténébreux Danijel Zezelj pour reprendre nos esprit. Il nous y propose l'âpre récit de la dure vie d'un couple de vieux indiens résidant au cœur de la réserve. Cela donne un numéro un peu artificiel et peut être un cran en dessous de la moyenne de la série mais qui réserve tout de même de très beaux moments avec des dialogues toujours assez fulgurants. Les dessins de Zezelj collent parfaitement à l'ambiance et malgré un petit manque d'enjeu, on reste dans un truc qui plane impudemment largement au dessus de ce qui peur sortir actuellement.


Daytripper #3

J'ai encore pris beaucoup de plaisir à ce nouveau numéro. On retrouve Brás en plein désarroi amoureux essayant de recoller les pièces de sa vie après une rupture douloureuse. Le principe est maintenant fixé et l'effet d'attente joue maintenant à son plein dans ses tranches de vie successives de celui qui va peut être devenir un des plus beau personnage de l'année. On peut largement reproché aux frangins une écriture parfois pas très fine et des effets un peu appuyés ou téléphonés mais malgré cela, la série conserve une ambiance et un charme qui la distingue largement du lot.


Joe the Barbarian #2

Après les frustrations d'un premier épisode réussi mais manquant un peu de consistance (Comme le dit très justement le gars Zeph, on aurait dit un numéro de Mass Effect avec des pubs pour Joe the Barbarian dedans), ce second épisode rassure un peu. Le travail de Murhpy est toujours aussi impressionnant. On n'y voit pas vraiment plus clair mais ça se lâche sur l'action et surtout sur l'apocalyptique monde des jouets de Joe qui se dévoile un peu plus. Le doute sur la réalité de tout ça est maintenu sans lourdeur et cela ne pourrit absolument pas le plaisir que l'on a suivre les péripéties spectaculaires et étranges de Joe et de Jack, son imposant rat samouraï.


Unknown Soldier #17

L'arc Dry Season continue sa route sans mollir un iota. Les enjeux du meurtre du médecin du camp de réfugié où a échoué notre soldat inconnu se dévoilent dans une savante mécanique. La révélation finale est pleine de sombres promesses pour la suite de la série.


Punisher Max #4

Histoire de gagner un peu de temps dans le duel opposant un caïd en pleine ascension et un Punisher vieillissant, Aaron colle aux basques de notre brave Frank, un tueur mormon aussi retors qu'hilarant. J'avoue mettre bien gondoler avec ce nouveau numéro, ses bastons sanglantes et ses filatures en carriole en plein New-York. Le combo Aaron/Dillon continue donc d'assurer le boulot sur un registre comics ultra-violent, speed et totalement idiot.
Je suis particulièrement impatient de voir le traitement que l'affreux duo va prochainement infliger à Bullseye.


Strange #4

L'étonnamment charmante mini-série de Waid et Rios se conclut déjà. Stephen Strange en pleine crise mystique et la meugnone Casey, essayent de se dépatouiller de la belle panade magique dans laquelle ils se sont fourrés. La montée en puissance finale est rondement menée et la fin laisse fortement présager d'une suite qui espérons le, conservera le charme et le légèreté inespérés de ces quatre numéros.


Choker #1

Chez Image, on fanfaronne un poil en annonçant fièrement que ce premier numéro de la nouvelle mini de McCool et Templesmith est d'ors et déjà épuisé. Tant mieux, puisque ce premier volume est fort sympathique à défaut d'être très original. Les fans du gars Ben seront en terrain connu puisque l'on se retrouve dans une sombre mégalopole futuriste, à suivre les aventures de Johnny Jackson, flic déchu reconverti en détective bas de gamme qui se voit proposer de retrouver son job en échange d'une délicate arrestation. On n'en saura pas beaucoup plus mais évidemment tout ça sent fortement le faisandé. Le schéma et le décor sont donc somme toute très classiques mais cela se lit avec beaucoup de plaisir et la façon de poser personnages et ambiance est tout à fait efficace avec notamment un sens du petit détail qui fait mouche très plaisant. Un premier numéro qui sent bon donc.


The Weird World of Jack Staff #1

Si j'ai bien capté, ce numéro est le premier du redémarrage de la série des aventures de Jacques baton, le so-british super héros de Paul Grist. Le système reste inchangé : récit pulp éclaté et décomplexé, plein d'humour et de fraicheur. Le plaisir est donc toujours intact et les marques se reprennent vite dans cet univers plein de charme et d'inventivité narrative.


Cowboy Ninja Viking #4

Ha ben, c'est pas de bol, après trois numéros où je me suis plutôt emmerdé et donc au moment où j'arrête la série, voici enfin un épisode qui me fait sourire. Ce n'est pas non plus l'extase totale mais l'accumulation de triple personnalités finit quand même par m'amuser un temps soit peu. Je ne suis pas sur que cela me fasse vraiment regretter mon choix mais cela me fera au moins guetter les réactions sur ce forum pour voir si je raccroche les wagons.


Viking #1 à 5

Grâce aux bons soins du docteur Gourvy, j'ai enfin récupéré le numéro 2 de cette série et j'ai pu donc me faire cette première saison en une seule lecture. Le bilan de ces cinq épisodes est largement positif et la série a beaucoup d'atouts pour elle. Le très beau design de ce format large (et sans pub !) convient parfaitement au graphisme puissant et inspiré de Nic Klein. Côté histoire, la sanglante saga des deux frangins viking mitonnée par Ivan Brandon s'avère plutôt prenante même si ça manque un peu de finesse, que les situations ne sont pas toujours super crédibles (on a droit à un enlèvement dans un château un peu expédié) et que l'aspect viking est carrément sous employé. Il reste quelques personnages forts à défaut de complexité et une intrigue assez bien menée.
Je prendrai donc la suite annoncée sans hésitation.


Je vais enchainer rapidement avec une première pile de mars joliment garnie de First Wave, Sweet Tooth, Greek Street mais aussi de Sparta, l'étrange nouveau bidule de Lapham chez Wildstorm. Ce sera sans doute pour ce week-end. Un peu de patience donc.
__________________
L'opportuniste reboot de la revue de pile : février Dark Horse, Menu des chroniques
Les aventures spacialo-copocléphiliques du Captain Zenzible : Ep 7

Dernière modification par Mr Gumby ; 17/03/2010 à 18h12.
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 20h06.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !