Précédent   Buzz Comics, le forum comics qui tease mais ne spoile pas ;) > > Critiques > Critiques VF > Star Wars

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #556  
Vieux 10/01/2017, 12h40
Avatar de Darkythib
Darkythib Darkythib est déconnecté
Super Héros super puissant
 
Date d'inscription: février 2013
Messages: 293
Darkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur Strange
Citation:
Posté par arrowsmith
Voir le message
Lu en VF j'ai bien aimé les deux premiers numero de l'arc sur le dernier vol de l'Harbinger. À part Leia qu'il rate complètement Mollina s'en sort bien je trouve. Je l'ai préfèré à Deodato qui se caricature.
Han Solo en VF? C'est sorti quand? Sinon, C-3PO est sorti en VF du coup?
Réponse avec citation
  #557  
Vieux 10/01/2017, 12h44
Avatar de Mil K
Mil K Mil K est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: septembre 2008
Localisation: un bled paumé
Messages: 6 925
Mil K change la caisse du Fauve
Citation:
Posté par Darkythib
Voir le message
Sinon, C-3PO est sorti en VF du coup
Oui, l'épisode est dans le tome 1 de Poe Daemon.
__________________
"My Lord, you have no space suit..."
"Air is for cowards ! Do it !"

mes ventes diverses et variées

mes recherches diverses et variées

les aventures d'Archibald Long-Jean
Réponse avec citation
  #558  
Vieux 10/01/2017, 12h47
Avatar de Darkythib
Darkythib Darkythib est déconnecté
Super Héros super puissant
 
Date d'inscription: février 2013
Messages: 293
Darkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur StrangeDarkythib soigne les hemorroides du Docteur Strange
Citation:
Posté par Mil K
Voir le message
Oui, l'épisode est dans le tome 1 de Poe Daemon.
Merci bien! (Un peu pénible du coup d'acheter tout un tome alors que l'histoire de Poe ne m'intéresse pas, mais c'est déjà bien de l'avoir)
Réponse avec citation
  #559  
Vieux 15/01/2017, 12h49
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Han Solo sort le 17 février en VF, j'ai pas encore lu le dernier
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #560  
Vieux 23/01/2017, 13h30
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Sollicitations de Janvier 2017 les cocos, bonne année Star Wars!

Star Wars #24 : The last flight of the Harbinger (part 4)
Jason Aaron (s) / Jorge Molina (d)
Mi parcours pour le 5ème arc d'Aaron qui n'est pas loin d'être le moins bon jusque là. Heureusement, ce numéro remonte le tout efficacement en nous offrant un affrontement SCAR Troopers vs Rebelles digne de ce nom, rapide, brutal, les premiers agissant dans l'ombre, prédateurs parfaitement organisés, froids et flippant contre les seconds, plein de ressources et se battant pour la cause. On pourrait croire à un match nul jusqu'à la dernière page et l'apparition du boss des troopers à bords de son TIE Advanced X-1*! Bref, c'est prenant, la pression monte d'un bon cran, les SCARs sont à la hauteur.. curieux de voir comment les rebelles, au bords du gouffre, vont s'en sortir. Molina semble plus inspirés, notamment sur les visages, à moins que l'on ne s'y habitue. En tout cas, c'est du bon sur les armures et les vaisseaux et il parvient bien à mettre ne valeur les SCAR comme des ennemis de l'ombre.
3/5

Poe Dameron #7 : The gathering storm
Charles Soule (s) / Angel Unzueta (d)
Ça bouge enfin un peu du côté de Poe Dameron. Après 6 numéros peu transcendants dans l'ensemble, avec un rythme curieusement rapide et hétérogène, on se pose 5 minutes avec ce one shot dessiné par Unzueta qui, si il n'est pas le meilleur dans sa partie, est une parenthèse agréable entre deux Noto (du moins, pour le rédacteur de ces lignes). Un fill in donc en dehors du fil rouge de la course derrière Lor San Tekka (le chtit vieux du début de TFA) avec une ancienne connaissance de la navy de Poe qui aurait des infos croustillantes sur le 1er Ordre. Si le comics est dans son ensemble trèèèèèès classique (Contact, course poursuite, informations, baston, résolution), il offre donc un petit vent frais dans la série qui a du mal à trouver son ton et sa personnalité, flirtant entre du 100% Dameron (qui n'a pas dans ce comics le bagou et le charisme d'un Han Solo), du Black Squadron et de la quête derrière Tekka. Point de prise de tête ici, du classique plutôt cool sur une planète venteuse qui apporte ce qu'il faut d'exotisme. Autre point positif, la nouvellement arrivée Suralinda Javos, une squamatan pleine de ressource, personnage séduisant que l'on sera, sans doute, appelé à revoir. Unzueta fait du bon taff, un poil statique et des visages pas toujours réussi mais un trait assez dur qui cadre bien avec cet épisode, plutôt rythmé et sous pression tout du long.
3/5

Han Solo #5
Marjorie Liu (s) / Mark Brooks (d)
Fin de course à fond la caisse pour Solo et sa bande de joyeux espions (dont un traître) et le poids de toute la rébellion sur ces épaules. Liu fignole ces plots dans un final presque épique, au moins à la hauteur du reste de son récit en fusionnant le destin de ces pilotes hors norme, la chasse au traître, le rôle de Solo, le tout sous la pression de l'Empire. Si on peut lever un sourcil sur la très rapide révélation du traître et sur celle autour du pilote Loo Re Anno, on ne peut qu'être entraîner dans l'ultime souffle de la course, peut être l'un des derniers endroits de pure liberté de la galaxie, aux côtés de ses pilotes tous, quelque part, liés par un amour sans borne pour leurs vies. Brooks c'est juste magnifique à tout point de vue, une plus-value exceptionnelle pour sans doute la meilleure histoire mini série SW depuis le début. Certes un Solo pas assez utilisé, mais pour le reste du vrai bon Star Wars, exotique, action, drame.. que du bon. Seul regret, vu la richesse et le potentiel émotionnel des idées de Liu, la série aurait mérité 2-3 numéros de plus pour creuser mieux et solidifier les thématiques qu'elle aborde notamment autour de ce groupe de pilote qui se détestent mais qui se retrouvent ou sur Solo lui même et son bilan personnel post Episode IV.
4/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!

Dernière modification par Jorus C'Baoth ; 19/02/2017 à 10h58.
Réponse avec citation
  #561  
Vieux 19/02/2017, 10h58
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
comment je fais pour être autant à la bourre? Sorties de Décembre 2016 et Janvier 2017

Star Wars #26 et 27 : Yoda's secret war (part 1 et 2)
Jason Aaron (s) / Salvador Larroca (d)
Aaron semble manquer de peps et la Force semble l'avoir quitté après une paire d'arcs sans génie, pas désagréable mais loin de l'intensité et de la modernité du début de son run. Ce 6ème livre va sans doute permettre de souffler un peu et peut être retrouver l'inspiration. Mettant habilement tout son petit microcosme en stand by, Aaron nous emmène via un flashback un peu trop McGuffin vers le vénérable Yoda période pré Episode 1. Après une introduction pas vraiment obligatoire (on le sait tous qu'il est surpuissant et qu'il ne faut pas le sous estimer), Aaron sort un autre McGuffin pour le faire partir seul vers «*sa guerre secrète*» selon le titre de l'arc. Mmmmh pour l'instant rien de bien mirobolant donc, juste une grosse introduction pas particulièrement excitante si ce n'est de voir le petit maître Jedi en action solo. Larroca aux dessins est dans la lignée de Vader, un peu statique et maladroit sur un ou deux visages connus mais semble plus à l'aise sur la technologie et sur Yoda lui même qu'il a bien en main de suite.
2,5/5

Suite de l'arc de Yoda quelques temps avant la Menace Fantôme. Après avoir capté un appel à l'aide inconnu au sein de la Force, le vénérable maître se retrouve sur une planète inhospitalière, isolée et coupée de tout (mais pas par la langue...heureusement..) où des natifs semblent vénérer une montagne étrange. Bon, si ce n'est pas particulièrement génial, il faut quand même avouer que cela change des lectures starwarsiennes mensuelles de ces derniers temps. On se laisse facilement porter par le récit de part la simple curiosité classique du lecteur devant un nouveau monde à découvrir. Principe vieux comme le temps lui même mais qui a fait toujours ses preuves. Cela dit, des tribus semi primitives qui se font une guerre séculaire autour de pseudo divinité, ce n'est pas révolutionnaires non plus. Plus le temps avance, plus je regrette les quelques prises de risques de Dark Horse Comics. Larroca aux dessins sans génie non plus, quelques cases maladroites mais son trait, associé à la colo de Delgado et notamment l'utilisation de ce bleu violent donne une identité à la série, une ambiance dure et acérée qui marque.
2,5/5

Poe Dameron #9 - 10 : The gathering storm (part 2 et 3)
Charles Soule (s) / Phil Noto (d)
La série n'est plus la même*! Après des débuts laborieux à la limite de l'inintérêt total, le petit one shot assez frais du #7 puis ce début d'arc semble enfin prendre le taureau par les cornes. Soule abat ses points forts, l'agent Terrex d'un côté dont on apprends beaucoup ici notamment sur l’après bataille de Jakku qui mit un terme à l'Empire, et les liens avec l'univers Star Wars de l'autre. Car ici, on a un 3PO plus proactif que d'habitude et une superbe référence à The Force Awakens, peut être trop facile mais vraiment cool. On y introduit un paquet de personnage, on voyage dans le temps et toujours en fond le traître dans l'escadre de Poe, la recherche de Lor San Tekka et la localisation du leader Snoke. Le scénariste épaissit enfin son univers et le rattache joliment au reste (ce que ne fait pas Aaron) et même si il ne se passe pas grand chose, on est enfin happé par les aventures de Poe Dameron. Noto hélas, désolé, j'ai du mal avec son trait pastel mais j'avoue qu'il semble plus inspiré sur ce numéro, notamment dans le positionnement des personnages, les fonds et les cases «*chocs*».
3/5

Après une embellie notable sur les derniers numéros, Soule retombe dans ces travers avec ce mensuel, typique d'un milieu d'arc où il ne se passe pas grand chose de notable. Une ou deux facilités scénaristiques par ci par là et les acteurs semblent se mouvoir lourdement vers la suite des aventures, préparant un (encore) face à face Dameron/Terrex. Rien de nouveau sous le soleil donc, d'autant plus que Soule, après avoir longuement mais avec intérêt présenté le passé de Terrex expédie trop vite le dénouement de ces flashbacks alors qu'il y avait matière à en montrer plus. Exit les bonnes résolutions (le fil rouge recherche de Tekka, les perso secondaires, le Black Squadron), Soule déroule un plot qui semble bien vide au final et un titre qui semble surfer sur la popularité d'un personnage et sur l'Episode VII, sans qu'il y ait vraiment de projets ou d'idées derrière. Dommage car la période est bien moins bloquante qu'entre les épisodes IV et V. Soule aux dessins.. pas ma tasse de thé.. je n'y arrive pas.
2/5

Doctor Aphra #1 - 3 :
Kieron Gillen (s) / Kev Walker (d)
Mes sœurs et mes frères*! Nous avons été entendu par Saint Gillen qui nous fait avec ce premier numéro de Doctor Aphra une offrande enfin originale dans le monde comics Marvel. Enfin, nous sommes en terrain inconnu, loin de nos bases et de notre zone de confort, le monde de la truculente Aphra, docteur es archéologie (et coups bas) accompagnée de ces 2 droïdes sociopathes adeptes de meurtre de masse ainsi que d'un wookie noir chasseur de prime et ultraviolent.
Suite directe du comics Darth Vader du même auteur, Gillen semble d'entrer de jeu se faire plaisir avec le personnage, retournant de manière évidente la première scène des Aventuriers de l'Arche Perdue version Aphra avant de la confronter a un commanditaire peu scrupuleux, une administration peu conciliante et enfin une figure de son passé que l'on devine du genre «*pain in the ass*». Cela commence donc tambour battant et la fraîcheur qui s'en dégage immédiatement est salutaire après avoir lu du déjà vu et entendu plus ou moins inspiré. Kev Walker aux dessins n'a pas encore le visage d'Aphra dans les crayons mais est parfait pour le reste, monde exotique, décors, vaisseaux, aliens, actions.. un vrai régal. En bonus, Larroca et Gillen nous offre (pas vraiment vu le prix) un back issue sur la turbulente vie d'étudiante d'Aphra qui déjà montrait des prédispositions au plan B.. ou C. Plutôt bien bien cool tout ça*!
4/5

Après l'excellente surprise d'un #1 tel un vent frais dans la galaxie comics Star Wars, ce #2 ne déçoit pas et continue de dérouler sous nos yeux avides de nouveautés le monde du Dr Aphra et notamment une partie de sa famille plutôt obsédé par un mythe. Malgré les tensions ancestrales, Aphra ne peut résister à une chasse au trésor et avec beaucoup d'humour (encore merci aux droïdes, redondant mais toujours fun), Gillen lance le groupe vers une chtite planète isolée.. qui ne l'est pas du tout, raccordant magistralement (je me suis fait eu!) à la galaxie que l'on connaît bien. Il nous offre ainsi une fraîcheur salutaire mais restant à la frange de ce que l'on connaît. A côté du titre d'Aaron plutôt convenu, Gillen semble s'écarter du mainstream pour s'amuser dans son coin avec ses créations, et c'est cool*!
Walker et Fabela aux crayons et à la colo, quelques cases un peu vides mais un travail très intéressant dés qu'ils y mettent de l'huile de coude. Visage peut être encore trop simpliste, et quelques soucis d'impression dirait on ne laisse pas un souvenir impérissable mais le style funky et détendu de Walker colle bien.
4/5

Suite des pérégrinations de l'ex Docteur Aphra et de son père gentiment frénétique dans un templ.. ah, non, dans une base impériale. Indiana Jones et la dernière croisade style donc où Indi et son père infiltre un camp nazi pour trouver une information primordiale pour leur quête. Dit comme ça, ça fait too much mais c'est quand même mesquin car il faut avouer qu'au delà de l'hommage, cela fonctionne pas mal. C'est rythmé, fun, frais, pour l'instant l'aspect nouveauté fonctionne toujours donc on ne boude pas notre plaisir devant ce petit comics. Gillen nous introduit un nouveau perso appelé à revenir, sans doute l'ennemi fil rouge, et la délicieuse Aphra continue de nous divertir sans prise de tête. Visuellement c'est plus travaillé j’ai l'impression sur ce numéro, moins de vide et mention plus aux explosions et scènes de baston, on a l'impression d'entendre les décharges de blasters*!
3,5/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!

Dernière modification par Jorus C'Baoth ; 02/04/2017 à 21h02.
Réponse avec citation
  #562  
Vieux 01/05/2017, 12h09
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Sorties de mars.. et bé....

Star Wars #28 : Yoda's secret war (part 3)
Jason Aaron (s) / Salvador Larroca (d)
Alors qu'une certaine torpeur aurait pu prendre le lecteur, Aaron nous assène sans prévenir un épisode bien bien intriguant*! Au delà de la découverte toujours en profondeur de cette planète, de la situation qui l'anime et du destin de Yoda au milieu de cette étrange montagne vénérée ou crainte par tous, le scénariste brouille un peu les pistes dans un jeu fort habile à travers le temps. Rappelez-vous, la base de l'histoire*: Luke qui lit le journal de Ben Kenobi qui raconte l'histoire de Yoda. Et on refait cela dans l'autre sens, l'histoire de Yoda se trouve impacter étrangement Kenobi alors qu'il est sur Tatooine après la Purge puis le jeune Luke des années plus tard alors qu'il lit l'histoire, persuadé qu'il doit trouver cette planète. L'effet est très intéressant et vraiment puissant, comme lorsqu'on réalise d'un coup que plusieurs événements totalement indépendant sont en fait complètement lié dans une toile jouissive de complexité. Nous terminons avec une révélation choc sur la vraie nature de cette montagne et nous voilà d'un coup d'un seul happé. Aaron se rappelle donc à notre bon souvenir avec ces quelques petits éclairs scénaristiques dans un récit qui ronronnait tranquillement. Pour le coup, et ça fait longtemps que cela ne m'était pas arrivé, mais j'attends la suite avec impatience.
4/5

Poe Dameron #11 : The gathering storm (part 4)
Charles Soule (s) / Phil Noto (d)
Pas de miracles finalement après une embellie sympathique, le comics redescends dans un ronronnement ennuyeux, même persos, même fil rouge, même décors, même tout en fait... Dameron toujours coursé par l'agent Terrex qui tient à lui seul le comics et blablabla, je ne sais même pas comment vous résumer le numéro, un truc genre*: Terrex a un plan pour débusquer la résistance mais Poe n'est pas con...la seule révélation du numéro était très devinable, je vais vraiment finir par me les faire en scans*!
1/5 y en a marre un peu, faut que ça bouge, tout est à faire dans cette période... c'est pas que c'est si mauvais que ça mais il y a un vrai potentiel. C'est tellement frustrant que parfois, je me demande si ce n'est pas éditorialement que Soule est bridée.

Doctor Aphra #4 :
Kieron Gillen (s) / Kev Walker (d)
Suite directe du précédent, et fin du face à face avec l'Empire et l'officier Tolvan (très joliment rattaché à Rogue One par l'auteur). Nous sommes toujours chez Aphra, cela se termine donc avec pertes, fracas et démolition et si cet épisode ne réserve que très peu de surprise, la caution funky et décomplexé marche toujours tout autant. Nous pourrions commencer quelque part à trouver le temps un peu long mais Gillen à la bonne idée d'appuyer sur l'accélérateur en toute fin, retrouvant son plot principal et ces fameux Jedi et Sith, à supposer qu'ils en soient, et le lieu de leur ultime bataille. Ce dernier point d'ailleurs, que je n'ai pas soulevé jusqu'à présent, est particulièrement intriguant et j'espère que Gillen se permettra d'approfondir son idée sans retenue, ce n'est pas comme si il n'y avait de potentiel dans la galaxie Star Wars. Kev Walker est aidé par Marc Deering à l'encrage et cela se voit parfois, petit changement de style sans que cela ne soit non plus tranchant mais c'est assez notable. Leur travail reste dans la norme des épisodes précédents, dynamique et péchu à souhait*!
3,5/5 merci Hannah ^^

Darth Maul #1

Cullen Bunn (s) / Luke Ross (d)
Nouvelle petite mini sur Darth Maul aprés Son of Dathomir, la seule série Dark Horse qui est canon. Bon, je n'avais pas envie de crier au génie tellement ce personnage est devenu l'un des plus travaillé entre film, roman, série TV et comics... sans que cela soit le plus passionnant. Ici donc pas de révélations majeures ou révolutionnaires, nous retrouvons Maul qui s'emmerde grave avant la Menace Fantôme, rongeant son frein comme il peut (déjà vu dans un roman y a quelques années...) et le voilà embarqué dans une aventure en solo, chapeauté plus ou moins par Sidious qui le garde encore dans sa manche. Le lancement est donc assez faible, même pour Darth Maul tout comme le moteur du récit qui apparaît en fin de numéro*: Sidious a des secrets*? Et bien moi, Darth Maul, j'en aurais aussi gnignigni.
J'étais curieux de voir Bunn sur un autre bad guy aprés la très psy Magneto et très fun Sinestro mais pour l'instant, hormis une intro bourrine et funky, je ne sens pas que cette mini sera mémorable. Il faut bien reconnaître que le piège est énorme, comment faire quelque chose de nouveau/original avec Maul juste avant la Menace Fantôme et alors que tout le reste de sa vie et dans TCW et Rebels*? Nous verrons bien, le traitement du personnage est en tout cas fait avec sérieux. Luke Ross aux dessins qui s'en tirent pas mal... sauf dans l'espace où on ne comprends rien. Ainsi, à côté de planches très honnètes, on trouve des horreurs avec des formes basiques en gage de vaisseaux qui semble suspendu à des fils. Ce n'est visiblement pas son truc, à voir là aussi si il prends ses aises en suite. Le numéro se termine avec une mini aventure par Chris Eliopoulos qui est aussi dispensable que laide.
2,5/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!

Dernière modification par Jorus C'Baoth ; 02/05/2017 à 09h24.
Réponse avec citation
  #563  
Vieux 02/05/2017, 02h49
hannah hannah est déconnecté
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: avril 2010
Messages: 3 786
hannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrisonhannah vend de la drogue à Grant Morrison
Il me semble que le Doctor Aphra # 1 fera partie du FCBD ce samedi 6/05 pour les curieux.
Réponse avec citation
  #564  
Vieux 02/05/2017, 09h21
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
go for it! it's Jorus approuved!




Edit : ah oué merci me, j'avais oublié la note pour Aphra #4, je m'en souviens plus j'ai mis 3,5, ça doit être ça! ... 'tain on peut plus se tromper peinard?? (merci de me lire )
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #565  
Vieux 29/05/2017, 11h14
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Sorties d'avril je crois.. et bé v2....

Star Wars #29 : Yoda's secret war (part 4)
Jason Aaron (s) / Salvador Larroca (d)
Suite suite de l'arc sur Yoda en solo dans une situation étrange, entre clans fanatiques, dérivée de la Force et une mystérieuse montagne qui n'en est pas une. Le vent frais qu'apporte cette histoire, loin d'un certain classicisme, continue de fonctionner, le rythme est bon, les choses bougent, les révélations apparaissent, les personnages font leur choix et le fait que ceci soit relié fortement à Luke dans le présent apporte un plus indéniable. Yoda se retrouve donc quasiment seul sur une planète éloignée et isolée au moment où une guerre va éclater. Nous aurions pu apprécier un peu plus d'épique (plus de persos, des clans/tribus plus grandes) pour apporter un peu d'intensité mais l'une des scènes de fin, Yoda seul face à un adversaire très loin d'être à sa «*taille*», est vraiment réussie, de même que sa résolution, plutôt originale et maligne. Larroca continue de faire le taff, j'avoue que son trait va bien à cette aventure «*rocailleuse*».
3/5

Poe Dameron #12 : The gathering storm (part 5)
Charles Soule (s) / Phil Noto (d)
Avez vous la collectionnite idiote*? Vous savez cette maladie totalement mentale qui vous fait acheter un truc parce que si vous ne l'avez pas, un jour, quelqu'un viendra chez vous vous dire que vous n'êtes pas un vrai, et votre monde s'écroulera*!
Voilà pourquoi je continue a acheter Poe Dameron. Pas de miracle ici non plus, c'est lourd, c'est lent, c'est prévisible, on dirait de très vieux scripts, rédigés à une époque où rien n'existait et donc tout était excitant. Absolument aucune tension dans ces pages car Terrex ne va pas détruire la Résistance, Poe ne va pas mourir dans cette caverne, BB8 n'est pas démantelé... aucune émotion donc et si pas d'émotion.. il y a la reste*? De l'action, bouef, de belles cases bouef Noto. Tout comme Maul, en pire, ça pue le boulot de commande. Désolé M. Soule mais j'ai l'impression que vous rédigez ce titre entre 2 boulots plus intéressants.
Bref, Poe toujours coursé par l'agent Terrex qui ne peut rien contre l'enlisement continuel de ce titre. Y a toujours une idée ou deux de sympatoche.. mais sans dec, qui achète ce titre pour qu'il soit aussi plat*?
1,5/5

Doctor Aphra #5 :
Toujours à 100 à l'heure la petite Aphra qui poursuit avec son père sa quête de l'Ordu Aspectu, ces mystérieux manipulateurs de la Force. Entre un gungifht avec des impériaux, une trahison et la découverte de la citadelle abandonnée, Aphra et son père ont le temps d'échanger un court instant, en tant que fille et papa ce qui donne un style très Marvel MCU en fait, 25% actions, 25% émotions, 25% mystères, 25% humour.. et ça marche.. après tout, la recette en vaut une autre et les aventures du Docteur Aphra sont ainsi bien divertissantes, originales (pour du Star Wars en comics) et ultra bien rythmées. En plus, Walker dynamise le tout avec son trait bourré d'énergie et ses angles de fous qui, en une case, montre de l'action comme rarement vu par ailleurs. J'espère toujours que le concept de L'ordu sera fouillé car cela ressemble à une excellente idée. Bref, c'est bien bien cool*!
4/5

Darth Maul #2

Cullen Bunn (s) / Luke Ross (d)
Darth Maul continue son espèce de trip d'adolescent «*aprés tout si mon maître a des secrets, j'en veux aussi*» et se rends sur Nar Shaddaa, la lune des contrebandiers en faisant équipe avec Cade Bane, Aurra Sing et d'autres mecs.. bah je vais encore faire ma chouineuse mais le vieux lecteur de Dark Horse et de l'ex UE aimerait bien un peu autre chose.. mais bon, je reconnais aussi que je ne suis pas la cible prioritaire hein. Du coup, au delà du contexte déjà vu, ça reste peu passionnant. Sincèrement, on ne sait pas trop ce que Maul est venu foutre là, le gars doit rester black ops et il se tape un bon fight en pleine rue, s'associe avec des malfrats et se retrouve dans une enchères avec les plus puissants du quadrants, tout ça pour une pulsion typiquement infantile. Bref, si dans l'absolu c'est plutôt pas trop mal fait, ça sent quand même le cahier des charges classiques*: perso connus + lieux connus + lien avec le nouvel UE + on change pas grand chose. Luke Ross aux dessins, c'est mieux, surtout vis à vis des vaisseaux spatiaux. Son trait est bien dynamique, son boulot narratif efficace, quelques belles pages que Woodbard à la colo assombrit de manière intéressante. Un petit point plus pas négligeable.
2,5/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #566  
Vieux 11/07/2017, 22h01
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Sollicitations du mois de Juin, oui oui pire que la SNCF...

Star Wars #30 : Yoda's secret war (part 5)
Jason Aaron (s) / Salvador Larroca (d)
Fin de la guerre secrète de Yoda qui recolle avec Luke dans notre présent. La boucle est bouclée et après tout, ce lien quasi-constant avec le présent a transformé cet arc de simple flashback bouche trou en quelque chose de plus important. Et rien que cela, c'est un plus intéressant. Pour le reste.. disons qu'il fallait une conclusion... beaucoup de choses vont trop vite hélas pour en faire un vrai épilogue d'un récit parfois grandiose quand même. Luke se retrouve ainsi trop vite devant un individu qui, après des années de solitude et d'obsession, change d'avis bien trop vite aussi, alors que sa planète ait elle aussi changé bien trop vite après le départ du petit maître Jedi. Trop vite, trop vite...
Alors que les numéros précédents faisaient souvent la part belle à l'ambiance, à l'introspection, à une réflexion globale, Aaron ici achève, c'est hélas le mot, son récit en deux coups de ciseaux. Le fait que Citadel arrive derrière, nouveau crossover Star Wars et donc décision éditoriale, y est peut être pour quelque chose. Après tout, cet arc lui même semblait être une mise en attente de la série principale car il est difficile de penser qu'il n'y a rien à raconter durant la période pré-Empire Contre Attaque. Bref, une fin pas à la hauteur d'un arc qui est un peu meilleur que les précédents. Voyons Citadel et surtout la suite car Aaron semble avoir encore du mal à reprendre son souffle ici. Larroca se fait plaisir, parfois pas assez car le copié collé de certains visages est très visible mais sa froideur, associé à la colo de Delgado, continue d'apporter une identité à cette histoire décidément bien en dehors du temps.
2.5/5

Poe Dameron #13 : The gathering storm (part 6)
Charles Soule (s) / Phil Noto (d)
Fin d'arc et ultime (?) face à face entre Poe Dameron et l'Agent Terrex... finalement, si on vire les dessins trop plats et sans vie de Noto ainsi que l'aspect souvent insipide des histoires, la globalité n'est pas si dégueulasse*! Guerre froide entre Résistance et 1er Ordre qui n'existent pas officiellement ni l'un ni l'autre et qui doivent à tout prix s'éviter pour ne pas que le conflit éclate trop tôt, jusqu'au point où le 1er ordre intervient en fin de comics justement pour éviter l'escalade. Plutôt un bon angle à étudier et c'est exactement ce que ce comics aurait pu être*! Un panel bien large de la situation pré Episode VII entre République sur le déclin, Résistance qui se monte et 1er ordre en embuscade, des missions tendues comme des arbalètes, les premiers morts héroïques, des escarmouches violentes et rapides.. après tout, les romans Aftermath et Bloodline donnait un cadre dans ce sens là. Mais non, boah y a bien de la baston et même un mort, mais le fait d'avoir Poe, Poe et encore Poe, presque un stand alone, tout seul , c'est trop étroit comme vision, trop étriqué, pas assez d'ambition dans cet univers pourtant si grand.
Donc oué, l'intervention du 1er ordre ici est une bonne idée, oué y a un mort plutôt important, oué ce qu'il advient de de Terrex est sympa, mais cela reste très peu passionnant tout ça...
2/5

Doctor Aphra #6 :

Là aussi, fin d'arc pour la rogue archéologue avant le crossover Citadel, et fin de la quête de son père autour de cet étrange Ordre lié aux Jedi qui a disparu il y a des millénaires. Un numéro efficace et direct qui en donne pour notre argent. Nous apprenons bien plus sur cet ordre et sur sa fin, sur le rôle des Jedi et sur la finalité de leur affrontement. S'ensuit une grosse scène d'action où Walker étale son talent pour nous montrer un chaos apocalyptique bien intense, apportant beaucoup de puissance à cette fin d'histoire. La fin est certes prévisible mais permets d'enchainer vite, abordant même la vie intime de Chelli Aphra de manière particulièrement subtile et «*normale*», loin d'une mise en avant que je trouve souvent lourde et délétère. On continue de ne pas s'ennuyer sur Doctor Aphra, l'équipe artistique semble bien s'amuser, tellement que l'on peut presque regretter le crossover Citadel qui va ramener la petite Chelli vers des histoires sans doute plus conventionnelles. Ça reste le titre le plus frais et divertissant du lot encore*!
4/5

Darth Maul #3
Cullen Bunn (s) / Luke Ross (d)
Maul #3 où comment en un numéro, on peut diluer ce qui doit se passer en 3 pages... aprés des débuts sympatoches, avec certes un McGuffin un peu bête mais un cadre exotique à souhait, des visages connus et un Maul bien badass, nous avons ici un épisode bouche trou semble t'il tellement il s'y passe peu de choses. Les enchères autour de la padawan Jedi tournent à celui qui a la plus grosse et devinez qui intervient au dernier moment pour rafler la mise?! Aucune surprise jusque là, pire même, une assez mauvaise*: voir Cad Bane, pourtant grand méchant de TCW, simple homme de main, soumis à l'autorité de Maul, idem pour Aurra Sing dans une moindre mesure. Bref, mettons cela sur le fait que les deux commencent leurs carrières et sont loin des nemesis qu'ils deviendront pendant la guerre des clones. Cela dit, un peu de profondeur dans les perso secondaires, totalement plats ici, ne feraient pas de mal. Heureusement, l'éclair de génie arrive en toute fin de numéro, Maul piégé se retrouve être une cible de choix, promesses, nous espérons, d'un défi à la hauteur du puissant apprenti Sith. Si c'est perfectible, Bunn livre jusque là un truc assez sympa quand même. Comme le reste, cela manque d'ambition, de sortie de route et ça reste dans la zone de confort Star Wars. Misons, sans trop d'espoir hélas, sur une fin d'arc un peu plus envolé*!
2,5/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #567  
Vieux 11/07/2017, 23h15
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
Buzz c'était mieux avant
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 33 586
arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !
Citation:
Posté par Jorus C'Baoth
Voir le message
Sollicitations du mois de Juin, oui oui pire que la SNCF...
avec 320 km/h la SNCF peut rivaliser avec les Tie Fighter ou autre X-Wing
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #568  
Vieux 11/07/2017, 23h26
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
'Me doutais bien qu'il ne pourrait pas résister
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #569  
Vieux 12/09/2017, 23h46
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Bon grosso modo je sais plus où j'en suis de quand ça sort tout ça, débrouillez vous ^^

The Screaming Citadel
(The Screaming Citadel #1, Star Wars #31-32, Doctor Aphra #7-8)

Kieron Gillen, Jason Aaron (s) / Salvador Larroca, Andrea Broccardo (d)

Le voilà, le nouveau crossover Star Wars après le moyen mais sympa Vader down de l'année dernière. Au menu de cette citadelle qui crie très fort, la truculente Chelli Aphra retrouve le jeune Jedi wannabe Luke Skywalker et l'embarque dans une mission foutrement casse gueule. L'intro est globalement habile, dans le sens où il y a clairement une transition fluide avec la série Dr Aphra, et pas d'artificialité, de fossé ou d'excuses scénaristiques bidon pour lancer l'histoire. On peut pt'te pointer du doigt le comportement de Luke, être naïf et jeune est excusable, partir sans rien dire avec l'ex bras droit de Darth Vader, c'est juste con... mais bon, il faut bien lancer la machine.
Voici donc notre couple gagnant de la semaine se ruer avec une citadelle étrange, maison mère d'une reine particulière, vivant recluse sauf une fois par an où elle ouvre son palais à tous ceux qui ont des formes de vies extraordinaires à lui montrer...oué, là aussi, c'est pas l'idée la plus subtile qui soit mais la dernière page montrant la fameuse reine sous un jour plutôt sanglant peut laisser penser qu'il y a matière à creuser. Ajouter à cela un début totalement classique (Luke s'embrouille dans une cantina, sauvé par Aphra qui la joue «*ma réputation de badass me précède*») et on se retrouver avec un chose pas totalement excitant. Mais Checchetto c'est quand même beau, visuellement riche même si son découpage reste classique et que la lecture manque un peu de peps du coup.
La suite par contre se lit sur un rythme impressionnant (du coup, l'histoire gagne a être lu d'une traite, les unités de temps et d'espace étant très réduites) et enfin, nous sommes dans de l'exotique, avec notamment une histoire de symbiote originale pour Star Wars et même bien flippante.
Cela change des sempiternelles affrontements avec l'Empire ou les Hutts ou le Soleil Noir ou Boba Fett. Les deux auteurs jonglent bien avec leurs séries et leurs thématiques malgré, encore une fois, une narration soutenue, y mêlant les cas de conscience d'Aphra, son cristal mémoire dérobé lors de l'arc précédent, le besoin de Luke d'un guide Jedi, la relation naissante entre Leia et Han...Tout comme l'introduction, le récit se fonds habilement dans les deux séries, fait très appréciable.
Le statut quo final, comme d'hab, ne va pas faire tomber le lecteur à la renverse. Il fait néanmoins avancer le personnage d'Aphra, grande gagnante de l'histoire (certes, le perso n'est pas entravé par les films à venir) ainsi que ces deux droïdes meurtriers de masses qui une fois de plus apportent une touche d'humour trash qui fait systématiquement mouche*!
Après Checchetto, nous avons un Larroca pas en grande forme, ces visages notamment étant souvent ratés ou, semble t'il, trop inspiré de vrais photos des acteurs (la petite Aphra, une nouvelle fois, s'en sort bien elle) mais le boulot d'ambiance de cette citadelle glauque est plutôt bien rendu par ailleurs. Andrea Broccardo pour les épisodes de la série Aphra a un style plus péchu que Salvador et il est parvenu a bien s'approprier visuellement les personnages. Et même si cela manque parfois de détails et que quelques cases manquent de travail ou d'inspiration, le tout donne un genre rapide, fluide et très agréable à l’œil.
Bref, si cela ne révolutionne pas Star Wars (mais pouvons nous sincèrement nous attendre à une révolution?), The Scremaing Citadel est à la fois suffisamment exotique et rythmé pour être distrayant, et c'est déjà pas mal.
3,5/5

Poe Dameron #14 - 16 : Legend lost (part 1 à 3)

Charles Soule (s) / Angel Unzueta (d)
14 :Poe Dameron, pilote émérite de la Résistance va t'il enfin décoller*? Cette série continue de me décevoir par son manque d'ambition. Ce n'est pas mauvais si on a juste envie de lire les aventurettes de Poe et BB8 contre le vilain Premier Ordre mais bon...
Ici, petit entracte bien triste avec l'enterrement d'un personnage secondaire, officiellement important mais tellement peu mis en valeur jusque là que finalement l'émotion n'est pas si présente que cela. Et quel classicisme encore, entre le discours de Poe aux troupes, rappelant le devoir et le destin des soldats, le pot au camarade disparu avec la flasque à alcool que l'on fait tourner et un énième discours de Terrex sur sa vision de l'Empire, nous sommes en terrain plus que connu*! Trop même*! Sans imagination, sans prise de risque, c'est de l'ultra balisé qui a force attaque même le charisme du personnage principal plutôt bien vendu par Oscar Isaac. Bref pas d'embellie dans ce récit passe partout où le trait d'Angel Unzueta fait du bien à côté d'un Phil Noto trop faible pour une galaxie aussi grande que celle ci.
2/5

15 : Ah.. ah... que se passe t'il*? Poe a une nouvelle mission, cette fois ci enfin avec ces partenaires de l'escadre Black avec un rôle actif, y a le 1er Ordre, des pirates, de l'action, du suspense.. enfin*? Enfin la série décollerait elle*?
En tout cas, y a du mieux, Dameron donc dans une mission a haut risque pour la résistance au bord du gouffre énergétique. Mission cruciale, du genre qui pourrait mettre un terme au mouvement et voilà enfin le Black Squadron au complet qui se lance derrière des cargos pirates. Très vite cela tourne mal, Poe et ses complices se retrouvent dans une situation impossible, où ils devront improviser face à des stats qui les donnent perdant à tous les coups. Héroïsme et courage sont les maîtres mots de ce numéro qui enfin montre Poe et sa bande comme étant le top du top avec un cliff certes pompé sur un grand succès des films d'action US des années 90 mais suffisamment efficace pour tenir en haleine. Unzueta remplace Noto pour l'instant, et si c'est parfois un peu immobile ou peu détaillé sur certaines pages à mes yeux, c'est plus intense et émotionnel que ce dernier.
3/5

16 : L'embellie du 15, qui mettait enfin la série sur les rails qu'elle promettait se continue t'elle ici*? Et bien c'est pas mal en effet. Nous restons dans la lignée du 15 avec une mission de haute volée, à toute vitesse, mortellement dangereuse et où seuls les plus braves et les plus fous survivront. Contre toute attente (oui j'en rajoute un peu), Poe et son crew renverse la situation face au premier Ordre et à leur nouveau Nemesis, une commander implacable qui a mis Terrex à ses pieds. Nous sommes enfin les témoins d'un gunfight spatial X-Wing vs Tie Fighters qui ressemblent à quelque chose, d'une montée des hostilités entre Resistance et Premier Ordre qui rapproche de l'Episode VII et qui apporte, là aussi, enfin quelque chose sur le contexte global du moment. Bon sans être le comics du mois, ce petit dyptique reste efficace, nouveau méchant, action spatiale, des héros au bords du gouffre et un renversement de situation à la dernière seconde, c'est divertissant et rien que cela, c'est mieux qu'avant.
Unzueta aux crayons corrigent quelques défauts de son travail précédent mais la couleur très artificielle de Prianto ajoute un aspect trop lisse et parfait plutôt déstabilisant.
3/5 quand même, ne boudons pas.

Darth Vader (2017) #1 - 2 : The chosen one (part 1 à 2)

Charles Soule (s) / Giuseppe Camuncoli (d)
Retour surprise (ou pas) du seigneur Sith peu après la fin de la série de Gillen avec cette fois ci l'hétérogène Charles Soule au stylo. On est juste après la Revanche des Sith, Le nouveau seigneur noir se réveille dans son armure et nous suivons donc les premiers jours du bras droit de Palpatine que ce dernier place sous sa coupe sans tarder. Si pour l'instant, il n'y a (toujours) pas de révolution dans l'univers Star Wars, il faut avouer que ce premier numéro est plutôt efficace, enchainant sur les minutes suivant la fin de l'Episode III, avec un Vader qui doit faire ses preuves, à commencer par l'obtention de son sabre laser carmin. L'idée est brillante j'avoue, alors qu'Anakin a déjà du passer par cette épreuve en Jedi, le voilà obligé de recommencer en Vader pour les Sith. Le parallèle est habile, et la manière d'obtenir ce sabre, typiquement Sith, est assez savoureuse. Le trait de Camuncoli est excellent, retranscrivant avec dureté et âpreté la quête de Vader. Il nous gratifie de cases cinématographies magnifiques qui se glissent magnifiquement, encore une fois, à la suite de l'épisode III. Et si le #2 semble un peu trop dans la mouvance du 1er, il apporte son lot de points intéressants, surtout pour le fan peut être, avec un avant poste Jedi dont le concept est nouveau, ainsi qu'un Vader bien loin de la machine de guerre implacable de Kieron Gillen. Le seigneur noir semble avoir une marge de progression importante et cela serait une excellente idée si Charles Soule s'y engouffrait.
Enfin, pour justifier les 5 dollars du single #1, Chris Eliopoulos et Jordie Bellaire nous livre un petit réçit cette fois ci assez drôle.
4/5

Darth Maul #4

Cullen Bunn (s) / Luke Ross (d)
La série de Bunn laisse un peu perplexe pour l'instant mais ce numéro remonte le tout sans contexte, petite gifle même. Le petit cliff du #3 avait donné l'eau à la bouche, Maul et sa bande, «*accompagné*» malgré elle par la padawan Eldra Kaitis, se retrouve donc à la merci d'une bande de pirates, mercenaires, voyous, riches et/ou puissants lancés tous dans une chasse à l'iridonien sur une planète isolée. Le coup de génie de Bunn est que durant tout le comics, alors que Maul et sa bande se battent pour leur vie, le vrai fil rouge est le futur affrontement entre Darth Maul et la petite Eldra Kaitis. D'un côté, un Maul qui ne tient plus en place, qui veut en découdre et faire payer aux Jedi mais sans plus se cacher, de face, pour leur prouver sa valeur, quitte à agir dans le dos de son maître. De l'autre, une jeune apprentie seule et isolée en terrain hostile mais qui ne manque pas de force, de charisme, de maturité, assumant son destin et son rôle. Il faudra hélas attendre l'ultime numéro pour être les témoins de leur duel, mais Bunn parvient à mettre une telle tension dans son récit que l'attente va être longue.
Luke Ross a lui aussi bien monté son niveau pour cet épisode, proposant des cases ultra efficace, ultra puissante, simple mais percutante, avec un découpage chaotique, alternant les scènes d'actions, les gros plans à la Sergio Leone et les poses dramatiques avec une terrible efficacité*! Quel numéro*!!
4/5

Poe Dameron Annual #1

Robbie Thompson (s) / Nik Virella (d)
Encore du Dameron avec cette fois ci l'Annual qui pour le coup ne s'intègre pas du tout entre le 15 et le 16. Un numéro plutôt oubliable dans l'ensemble, qui reprends le reproche personnel que je fais à la série depuis moultes numéros*: un one man show souvent too much de Poe Dameron et un manque d'ambition narrative au vue de l'outil à disposition*: une galaxie entière avec un gros gros background.
Bref, ici mission solo de Poe qui s'en sort seul (avec son droïde) face a des ennemis aussi impersonnel qu'inefficace. Point plus néanmoins avec une bonne gestion du général Organa qui parfois n'est là que comme McGuffin ou Deus Ex Machina. Pour le coup, les quelques échanges Poe/Leia entre les scènes d'action sont plutôt agréables et montre la facette de l'ex princesse aux macarons que l'on connaissait moins*: la générale d'un mouvement armé qui doit faire des choix, seule face à tous. Le reste est hélas assez moyen, pas d'enjeu, pas de surprises, pas de coup de génie je dois avouer, et si le plot se tiens globalement, il reste très basique. Virella, vu sur All New Wolverine ne semble pas d'ailleurs plus inspiré que cela, livrant une copie acceptable sans plus même si il faut reconnaître qu'il n'a pas le défaut des dessineux habituel du titre*: ses avatars dessinés de Poe Dameron et Leia Organa ne sont pas trop artificiels et s'intègrent bien dans le comics.
2/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #570  
Vieux 14/12/2017, 14h14
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 261
Jorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic ManJorus C'Baoth péte des culs comme Plastic Man
Je vais passer à de la lecture TPB ou VF ce qui fait que ces chroniques mensuelles ne le seront plus.. ce qui est pas mal car je crois que je n'y suis jamais arrivé en fait... Bref, dernières lectures singles :

Darth Vader (2017) #3 - 6 : The chosen one (part 3 à 6)

Charles Soule (s) / Giuseppe Camuncoli (d)
#3 : Suite des pérégrinations de Vader juste après être devenu cet être plus machine qu'Homme à la fin de la Revanche des Sith. Et c'est plutôt original et puissant même de voir un Vader faible, pas encore la nemesis de la galaxie entière, pas cette machine à tuer implacable mais une créature faîte de colère et de haine qui ne maîtrise plus rien à son environnement, poussé par le côté obscur mais sans contrôle. Il rencontre ainsi un ancien Jedi pour construire son propre sabre Sith, Soule apportant au passage un addendum pas inintéressant à l'Ordre avec ces Jedi n'appartenant pas à ce dernier. Le face a face est plutôt efficace, Maître Kirak Infil'a n'étant pas un pauvre Jedi esseulé loin de son ordre mais un guerrier accompli, sûr de lui et qui comprends vite à qui il a affaire. D'ailleurs, tout comme dans les deux premiers numéros, Soule brosse avec habileté le personnage de Vader, tout en émotions négatives, détruit puis reconstruit, et il parvient efficacement à nous faire comprendre son état d'esprit et ses choix du moments, pas facile avec un perso aussi emblématique, cliché souvent et.. peu expressif ou prolixe. Même si l'histoire a peu d'enjeu majeur, voir encore une fois un Vader aussi faible et aussi loin de l'image habituelle est vraiment frais, et intriguant pour la suite. Camuncoli au dessins fait bien le taff, comme à son habitude, mettant bien en avant la violence du combat ou la puissante des deux protagonistes, et finit avec une splendide double page vertigineuse.

#4 - 5 : Et on enchaine, tant que j'y suis, avec la review des deux derniers chapitres du premier arc. Vader, un retour tout en souffrance vers son ennemi puis vers Mustafar et vers son maître.. mais sera t*'il toujours l'apprenti de Sidious en revenant*? Bien sûr que oui, mais Soule continue de bien jouer avec la psychologie fragile, borderline et immergée dans un océan de haine de celui qui n'est pas encore tout à fait Vader. Entre un duel remporté avec les tripes (mécaniques certes), une vision déstabilisante et un véritable tour de Force, Anakin Skywalker se forge de plus en plus cet alter ego qui prends vie sous nos yeux. Jamais facile de s'attaquer à un tel mythe mais Soule le fait avec beaucoup de sérieux, prends son temps, sans inonder le lecteur de pensées ou de réflexions pseudo-métaphysique. Quelques mots et quelques cases suffisent à suivre la psyché de l'ex Jedi dans ce tournant de sa vie. C'est parfois même passionnant*! Et Camuncoli aux dessins est un vrai plus, sans doute le meilleur pour croquer un Palpy tout en dents acérés et en postures inhumaines, mais aussi dans des décors simples mais présents et de belles pages où la puissance des personnages explosent réellement.. et c'est pas facile de dessiner la Force*!!

Edit, allez je vous fais le #6 aussi : Plus début d'une histoire que fin d'un arc, Soule lance les Inquisiteurs dans la bataille. Lien direct avec l'animé The Clone Wars, Vader voit arriver dans son entourage le Grand Inquisiteur ainsi que ces collègues, chasseurs de Jedi, ex-adeptes du côté lumineux. Round d'observation pour l'instant avant de lancer la traque aux derniers Jedi. Bonne idée que de rajouter ces inquisiteurs qui en plus d'être l'un des trop rares ajouts à cette nouvelle ère, sont une bonne idée. Cette police secrète aura donc du pain sur la planche avec les Jedi ayant échappé au 66 et à voir si Soule ne va pas aussi ajouter un petit jeu de pouvoir entre eux, Palpy et Vady. Là aussi Camuncoli fait du bon taff, même si un peu de moins bien sur l'armure de Vader et sur les cases chocs. Je n'en ai pas encore parlé je crois mais la palette de Curiel à la colo fait aussi son petit effet, peu de couleurs mais beaucoup de nuances pour une ambiance continuellement dans l'ombre.
3,5/5

Darth Maul #5

Cullen Bunn (s) / Luke Ross (d)
Ca ne partait pas bien pour ce pauvre Maul entre un scen poussif et des dessins trop léger mais l’embellie du 4 continue avec cet épisode final qui, si il ne propose rien de révolutionnaire, fait vraiment bien son taff. Face à face final donc entre la tumultueuse padawan Twi'lek et l'apprenti Sith et si la conclusion est plutôt attendue, le traitement psychologique de Maul est solide et rédigé avec sérieux. Les dernières pages témoignent notamment d'un personnage plus complexe que ce qu'il n'y paraît, dans la lignée de la paire de romans/nouvelles qui lui étaient consacré dans l'ex-UE. Luke Ross nous régale encore avec ce combat sur cette lune isolée, un décor lunaire et crépusculaire qui permet de se concentrer sur la violence du duel dans une ambiance angoissante. Au final, pas une si mauvaise surprise que cela ce Darth Maul version Cullen Bunn. Hélas, rien de révolutionnaire encore, nous sommes en plein dans le «*connu*» mais une lecture agréable qui monte crescendo vers un final à la hauteur des attentes. Peut être pour les fans de Star Wars avant tout quand même...
3,5/5

Rogue One : Cassian & K-2S0

Dwayne Swierczynski (s) / Fernando Blanco (d)
Boooooooooooon... dans ces chroniques, j'ai tendance à pointer du doigts régulièrement depuis plusieurs mois le manque de nouveautés, de prises de risques et le maintien de la sphère comics Marvel/Star Wars dans un carcan trop serré pour cette galaxie. Ce One-shot n'y fait hélas pas exception. Alors que tout, absolument tout, est faisable avec Cassian Andor et le truculent K-2SO, ces personnages étant nouveaux, Swierczynski nous livre une origine story sur leur rencontre vraiment banale. Au delà de cela, la mission de Cassian qui le mène à K-2 est également assez obscure, et les choix plus que discutables de certaines personnages, servant le récit par ailleurs, n'aide pas à tirer la lecture vers le haut. Il n'en reste pas grand chose après la dernière page hélas, les rares échanges Cassian/K-2 sont meilleurs dans le film et le reste est trop survolé. Fernando Blanco fait le taff certes mais quelques cases et quelques visages sans vie n'aident pas non plus cette lecture... dommage encore une fois.
1,5/5
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!

Dernière modification par Jorus C'Baoth ; 14/12/2017 à 15h41.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
star wars

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 03h46.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !