Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > A vos plumes !

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #226  
Vieux 10/05/2013, 21h17
Avatar de wallyvega
wallyvega wallyvega est déconnecté
Didier Super de la BD
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: Galaxie
Messages: 3 991
wallyvega change la caisse du Fauve
Très bon texte. Bien construit, avec un background suffisamment étoffé et une fin qui m'a étonné. Je m'attendais à une autre conclusion concernant plus directement le personnage principal; c'est toujours plaisant d'être surpris.
__________________
"Please allow me to introduce myself. I'm an alien superfiend. I've come tonight to judge you all. Let me say you what I mean! Pleased to meet you. Judge Death is my name!"

Ted Notts: Galaxy Trotter!

Moi aussi, je raconte des histoires.
L'atelier
Réponse avec citation
  #227  
Vieux 10/05/2013, 21h26
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
Merci beaucoup, je suis touché.
Par curiosité, quel type de fin envisageais-tu ?
Réponse avec citation
  #228  
Vieux 10/05/2013, 22h01
Avatar de wallyvega
wallyvega wallyvega est déconnecté
Didier Super de la BD
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: Galaxie
Messages: 3 991
wallyvega change la caisse du Fauve
Je pensais que le héros, étant sur une tournée qui n'était pas la sienne, serait considéré comme un voyageur sans billet et donc exécuté; victime du système qui l'avait créé.
__________________
"Please allow me to introduce myself. I'm an alien superfiend. I've come tonight to judge you all. Let me say you what I mean! Pleased to meet you. Judge Death is my name!"

Ted Notts: Galaxy Trotter!

Moi aussi, je raconte des histoires.
L'atelier
Réponse avec citation
  #229  
Vieux 10/05/2013, 23h07
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
C'était un peu la première fin imaginée, que j'ai finalement supprimé car 1) trop prévisible 2) trop peu inspirée. J'ai préféré opter pour quelque chose de plus rude et de plus personnel, loin du classique "arroseur arrosé".
D'ailleurs, à la base, le dialogue sur le parcours avait une importance fondamentale sur la fin alors qu'ici il donne plus un aspect "tranche de vie" qui n'est pas trop incongru, j'espère.
Réponse avec citation
  #230  
Vieux 10/05/2013, 23h20
Avatar de wallyvega
wallyvega wallyvega est déconnecté
Didier Super de la BD
 
Date d'inscription: avril 2006
Localisation: Galaxie
Messages: 3 991
wallyvega change la caisse du Fauve
C'est pour ça que je préfère cette fin.
Le passage sur le parcours du héros, au contraire, étoffe le background, comme je l'écrivais dans mon premier post. Et puis, c'est ce qui, à mon avis, en aiguillera plus d'un vers la fin que j'avais pressentie.
On a souvent tendance à se complaire dans des schémas vus et revus, à un tel point qu'on pourrait les qualifier de prédéfinis donc: Bravo!
__________________
"Please allow me to introduce myself. I'm an alien superfiend. I've come tonight to judge you all. Let me say you what I mean! Pleased to meet you. Judge Death is my name!"

Ted Notts: Galaxy Trotter!

Moi aussi, je raconte des histoires.
L'atelier
Réponse avec citation
  #231  
Vieux 10/05/2013, 23h20
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
Merci, et merci encore de m'avoir lu.
Réponse avec citation
  #232  
Vieux 19/05/2013, 16h01
Avatar de Thoor
Thoor Thoor est connecté maintenant
The Mighty Charentais
 
Date d'inscription: mars 2006
Localisation: Derry / Maine
Messages: 5 936
Thoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'arThoor a réalisé une cartographie complète de l'Empire Shi'ar
Désespéré et pourtant.....

Encore un texte doux-amer comme j'aime te lire
__________________
L'amour pour épée, l'humour pour bouclier ! (B WERBER)

ventes Ultimate

WONDERCITY
nouvel épisode: SUNGIRL
Réponse avec citation
  #233  
Vieux 09/06/2013, 21h09
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
Bonsoir à tous !

Je vous propose une autre nouvelle de SF, qui se veut toujours dans la veine débutée dans les textes précédents et qui est placée dans le même univers. Elle me semble plus courte, toujours dans cette voie intimiste qui fonctionne bien jusque-là.
Bonne lecture à tous !

L'Ennemi

Ca n'est pas passé loin, cette fois.

Le missile est tombé à... je ne sais même plus. Depuis que la Commandanterie a décidé d'adopter le système de l'Ennemi pour le calcul de distances, je ne sais plus où me localiser. Et je ne peux pas informer mes camarades de ce qu'il vient de se passer, car je n'ai aucune idée des coordonnées de l'immense cratère qui vient d'apparaître à quelques... à une petite distance de moi.

Je me projette en avant, roulant le long d'un fossé pour me protéger des tirs ennemis ; si j'ai évité leur missile, je sais très bien que leurs scanners me voient toujours en vie et qu'ils veulent finir le travail. Je ne les laisserai pas m'emporter aussi facilement.

Ma vision se trouble mais je me force à garder mon arme contre moi, malgré le tremblement de mes mains. Je sens le fusil à protons qui chauffe contre ma combinaison, j'entends le bourdonnement de l'énergie prête à être expulsée du canon pour anéantir quelques ennemis - mais je n'arrive pas à me remettre en position de combat.

J'ai peur.
Agenouillé dans la boue, les gravats, sur une planète dont je ne connais même plus le nom, je suis tétanisé. Au loin, les troupes de l'Ennemi se rapprochent, s'avancent vers ma position pour m'anéantir et faire un nouveau pas vers la base de la Commandanterie, mais je n'arrive pas à me reprendre.

Je suis arrivé ici depuis... je ne sais plus. Expulsé avec douze autres d'un vaisseau construit pour transporter huit soldats, envoyé directement dans l'atmosphère de ce monde que personne ne nous a présenté, je me suis réceptionné au mieux, en me blessant au bras droit lors du choc. J'ai été chanceux, trois de mon groupe ont été fauchés au vol par l'Ennemi.

J'ai l'impression que je viens d'atterrir ici, mais les relevés de l'armure montrent que je suis au combat depuis... je n'en sais rien non plus. La Commandanterie a également décidé de s'aligner sur le fonctionnement des forces adverses au niveau du calcul du Temps, et je ne m'y fais pas.
L'initiative n'est pas mauvaise, sur le fond : se rapprocher de l'Ennemi nous permettra de mieux le comprendre, et de parvenir à l'emporter définitivement. La Guerre a commencé avant la naissance de mon père, et je sais d'ores et déjà que ma fille vivra la majorité de sa vie avec la peur de l'agression, de l'enlèvement et de l'assimilation.

Je me bats pour elle - je me reprends pour elle.

C'est parce que je ne veux pas qu'elle devienne un des guerriers anonymes de l'Ennemi, ces monstres lobotomisés, sans esprit, que mes mains agrippent mon arme. Malgré la douleur qui me lance, j'arrive à poser les doigts sur les nombreux boutons permettant de déchaîner la puissance du fusil à protons... et je me relève.

Je ne les laisserai pas gagner. Je ne les laisserai pas s'imposer dans la galaxie.
Ils sont venus, il y a deux générations, pour annihiler notre culture, notre civilisation, notre mode de vie... pour imposer les leurs. Ils sont apparus dans notre ciel, avec une technologie que nous ne pouvions pas connaître et comprendre, et ils n'ont même pas pris la peine de se cacher. Ils voulaient nous détruire, et ils ont failli réussir - failli uniquement.

Je remonte le fossé, ne cherchant même pas à communiquer avec la Commandanterie ou mes camarades. D'instinct, je sais que je suis le seul survivant, ou que les autres sont trop loin pour m'aider ; je n'ai plus envie de me cacher.

Me rappeler ma fille, me rappeler l'attaque de l'Ennemi et la Guerre... c'est trop. Trop gros, trop lourd, trop insupportable.
J'ai passé ma vie d'adulte à combattre, à arracher la vie de corps dont je ne voyais jamais le visage - eux aussi sont recouverts d'armures de protection. C'est plus simple pour les affronter, quand je ne peux pas voir leurs dernières expressions.

Au début, j'avais des doutes... des remords. Ils ont disparu quand j'ai vu, de mes propres yeux, leurs procédés d'assimilation, leurs tortures et les cadavres qu'ils laissaient derrière eux.
Ce sont des monstres. Ce sont des créatures... maléfiques, vraiment.

Je m'accroche sur les rochers pour réussir à me sortir définitivement du fossé, et mes yeux tombent à nouveau sur le champ de bataille - des cratères à perte de vue, du vide complet et aucune âme qui vive. Au loin, j'aperçois à peine l'Ennemi qui approche, mais je ne peux détourner mon regard des cratères.

Ils me rappellent notre lune, sur laquelle nous commençions à peine à organiser une vie en dehors de notre planète avant la Guerre. L'Ennemi en a fait sa base d'expansion et d'assimilation, et nous avons à peine réussi à la libérer quand mon père est mort... à la naissance de ma petite fille, qui sort tout juste de l'enfance.
Je sens les restes de mon maigre repas revenir en me souvenant des charniers et des relevés de tests "médicaux"... mes jambes courent sans que je m'en rende compte vers l'Ennemi.

La haine est trop forte.
La douleur de ne plus me souvenir du visage de ma fille encore plus.

Alors que je me précipite en avant, que mon casque laisse filtrer mon cri de rage, je sens les larmes couler le long de mes joues. Je n'ai vu ma fille qu'une seule fois depuis sa naissance, et je ne peux plus me souvenir de son sourire, de son rire, de sa voix. Le nom de ma femme ne me vient plus naturellement quand je repense à elle.

La Guerre m'a tout pris : mon père, ma vie, celles que j'aime... mes souvenirs.
Je connais parfaitement les spécificités de l'Ennemi, l'organisation de notre Commandanterie, les différentes façons de tuer un adversaire - mais ce qui fait battre mon coeur disparaît peu à peu. Et je ne peux plus l'accepter.

Je ne me rends pas tout de suite compte que mes jambes se sont séparées du reste de mon corps. Ce n'est qu'au moment où je chute, où je roule sur le sol que mon regard aperçoit mes membres inférieurs, allongés dans un cratère, que je comprends.
Mes mains sont toujours crispées sur mon arme, mes doigts continuent de s'acharner sur les boutons de tir. Les protons s'envolent autour de moi, touchent par chance quelques adversaires - mais pas assez pour emporter ceux que je voudrais.

Alors que je me sens partir, je vois une demi-douzaine de soldats de l'Ennemi s'approcher de moi. J'essaye encore de les frapper, mais je n'ai plus de force, l'armure ne me répond plus.
Je les entends parler, dans leur langue inconnue - heureusement, la Commandanterie n'a pas encore décidé d'adopter leur langage, cet "henglè" qui me semble si barbare et incompréhensible. Heureusement, je meurs en pensant dans la langue qui m'a accompagné toute ma vie.

Ils doivent se gausser, ils doivent s'amuser de mon sort... ce serait bien leur genre. Je meurs sur une planète inconnue, loin de ma femme et de ma fille, avec la certitude que l'Ennemi va l'emporter. Malgré notre motivation, malgré notre envie de leur faire payer, nous ne l'emporterons jamais - nous ne pourrons jamais dépasser son avance technologique.
Cette race est trop brutale, trop terrible, trop mortelle. Nous n'avions aucune chance... aucune des autres races qui se placent entre elle et la conquête universelle n'a la moindre chance contre l'Humanité.
Réponse avec citation
  #234  
Vieux 09/06/2013, 21h40
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
Buzz c'était mieux avant
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 33 722
arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !
Et bien cela tranche avec la précédente nouvelle. J'ai pensé à Starship Trooper juste avant de me faire retourner par ce fameux langage. Très bien construit ton récit.

Félicitation et merci pour la lecture
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #235  
Vieux 09/06/2013, 21h42
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
J'avoue avoir été en effet inspiré par Starship Trooper, ainsi que la chanson Iron de Woodkid.

Merci de la lecture et du retour !
Réponse avec citation
  #236  
Vieux 09/06/2013, 21h47
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
Buzz c'était mieux avant
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 33 722
arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !
Citation:
Posté par Ben Wawe
Voir le message
ainsi que la chanson Iron de Woodkid.
j'étais justement en train de l'écouter pendant ma lecture de ton texte (avec les autres bien sur car sinon rapide la lecture).
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #237  
Vieux 09/06/2013, 21h48
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
Je l'ai écouté en boucle en l'écrivant.
Réponse avec citation
  #238  
Vieux 29/12/2013, 19h55
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
Il y a plus de deux ans, j'avais publié deux petites nouvelles (ici et ici) de Heroic-Fantasy, alors que je suis un peu allergique au genre.
Aujourd'hui, sur un coup de tête, je me relance avec une petite histoire, qui pourrait être continuée dans quelque chose de plus grand. Voilà, bonne lecture !

***

Les relents d'alcool se mêlent aux fumées âpres qui s'échappent des décoctions et fumoirs dévolus à chaque client. Chacun a droit à sa petite table, son petit coussin, et son coin de mur pour s'écrouler.
Les vapeurs sont si denses qu'un nuage noir règne à l'intérieur de la petite échoppe, perdue au fond d'une cour oubliée de Braglady. La cité et sa population préfèrent se préoccuper des deux artères principales, du commerce qui semble reprendre avec les caravanes. Sont abandonnés les rebuts, les épaves s'échouant ici, pour anéantir ce qui leur reste de conscience dans la bière et les Herbes Infernales.

Les gestes sont lents, mal assurés. Même la cadence des tenanciers, des employés est ralentie. Ceux d'entre eux qui ne sont pas clients après le service sont infectés par les fumées et les vapeurs, et ont besoin, jour après jour, d'en inspirer l'air vicié et corrompu. Quiconque pénètre ici, pour y gagner ou dépenser quelques pièces, est damné*; tous les chemins les y ramènent.

Lui s'est écroulé ici deux semaines plus tôt.
Le dos entre un mur poisseux et un comptoir sale, les jambes avachies sur un sol rongé par les rats, les fesses surélevées par un coussin troué. La table devant lui, la sienne, est entretenue deux fois par jour par les servantes. S'il s'est interrogé, au début, sur ce qui lui était servi, il se contente désormais de consommer.

Il boit ce qu'on lui pose. Il fume ce qu'on lui pose. Il pisse et chie quand la pression devient trop forte, et quand il a suffisamment bu et fumé pour se lever. Il paye quand il le doit.

Il ne se souvient plus de la date de son dernier repas, encore moins de son contenu. Chaque geste est une torture, chacun de ses muscles a décidé de se révolter. Plus de mouvement, plus d'effort.
Le temps de la paix est arrivé. Le temps de l'abandon est venu.

Jadis, il n'aurait jamais cru finir ainsi. Jadis, il ne se serait pas permis de finir ainsi.
Mais le temps-jadis n'est plus. Il a été emporté par les Dragons, comme les Trois Royaumes, les Royaumes Perdus et la splendeur des hommes. Le Pic de Shoggoth, berceau des créatures, est le symbole de la mort et de la désolation auprès de chaque être vivant.
Une génération a passé depuis le trépas du Roi Wayne, et personne n'a pris la relève. Le monde des hommes s'est écroulé, et les survivants ne font que... survivre. Misérablement.

Jadis, en découvrant un tel avenir, il se serait forcé à relever le gant, à prendre ce défi à la gorge et à rendre aux hommes leur gloire.
Mais l'homme qu'il était jadis n'est plus. Son cœur a été emporté avec le Roi Wayne, et son âme a sombré quand il a anéanti la dernière bête véritable au sommet du Pic. Il n'est plus qu'une coquille vide, attendant que ses dernières forces lui échappent. Pour atteindre, enfin, l'enfer auquel ses actes l'ont destiné.

Perdu dans ses souvenirs d'un monde oublié, il ne voit ni l'entrée fracassante d'un groupe de six inconnus, ni leurs échanges lents et compliqués avec les tenanciers. Une main pendante sur une cuisse, les lèvres entrouvertes, il aspire par réflexe les vapeurs de fumée, cherchant avec ses doigts libres le fumoir pour pallier son manque.
Par réflexe, il vérifie qu'il est encore allumé, mais un violent coup de pied envoie au loin l'objet de ses désirs. Ses yeux vitreux se posent avec lenteur sur la silhouette imposante d'un homme, vêtu d'une armure rutilante, doté d'une demi-douzaine d'armes et d'un plastron neuf, avec un insigne qu'il ne reconnaît pas.

Du fond de son hébétude, ses sourcils gris se froncent.

Cela fait plus de vingt ans qu'aucun plastron neuf n'a été réalisé, car cela fait plus de vingt ans que les forgerons ne s'y intéressent plus. Les guerriers portent des bouts d'armure retrouvés sur le champ de bataille, leur donnant des allures hétéroclites qui auraient fait rire les Chevaliers du temps-jadis, si propres et fiers*; mais ils ne sont plus là pour se moquer, leurs cadavres calcinés et rongés traînent au fond des tanières abandonnées de Dragons.
Cela fait plus de vingt ans, oui, qu'aucun guerrier ne s'est présenté devant lui si armé, si glorieux. Malgré la fumée, il découvre autour de lui que les six inconnus sont similairement dotés, exhibant fièrement les couleurs pourpre et noire sur leurs cottes de maille et leurs gants.

Il ne comprend pas leurs paroles, mais il saisit leur sens. Soulevé sans ménagement, comme les autres épaves à l'intérieur de l'échoppe, il est propulsé à l'extérieur. Ils sont convoqués ailleurs.
Le crépuscule est là, la lumière faible, mais l'échange de luminosité sur les pavés et les flaques d'eau est une torture pour ses vieux yeux, rongés par les fumées. Alors que ses camarades crient, hurlent et se frottent les paupières, il reste debout et fixe l'horizon*; malgré les Herbes Infernales, malgré l'abandon, il reste fier.

Poussé, molesté comme les autres, il est mené par les six guerriers, qui forment un escadron autour des clients de l'échoppe. Bientôt, d'autres groupes les rejoignent, et d'autres soldats, exhibant les mêmes couleurs et les mêmes armes, les escortent. La léthargie commence à s'échapper alors que son esprit, même tant embrumé, comprend que tout cela est impossible.

Les gardes, les armées ne sont plus. Ne subsistent que quelques groupes, mercenaires, voleurs, assassins. Des hommes sans foi, sans loi, sans gloire, qui n'auraient nul goût de chercher à porter les mêmes armes, les mêmes symboles.

Ses gestes sont moins lents, mais sa vivacité n'est plus. Son crâne est dégarni, une épaisse et laide queue de cheval blanche virevolte derrière lui, et son œil gauche ne voit plus*; il se sent chuter, métaphoriquement, alors qu'il ne comprend rien à ce qu'il vit et à ce qu'il découvre.
La place centrale de Braglady, où il a passé des mois à batailler et survivre face aux Dragons et à leurs sombres sbires, est noire de monde. La cité entière a été rassemblée là par les guerriers, et son esprit reste fixé sur leur étrangeté, sur le symbole qu'ils arborent et qu'il ne reconnaît pas, un cercle rouge avec un œil noir en son milieu.

En arrivant près de la place, il se rend compte qu'il doit être devenu un vieillard, inutile et dégénéré. En découvrant le centre de la place, il se rend compte qu'il a tort.

Au-delà des commerçants, des voleurs, des catins et des bambins, au-delà de la cité et de son peuple se tient une assemblée.
Son souffle se coupe, ses mains tremblent et des larmes qu'il pensait perdues à jamais se rappellent à lui. Un silence de mort règne sur la place, les guerriers poussent les nouveaux arrivants vers le centre mais aucun ne bouge*; comme lui, comme chacun, ils sont tétanisés par l'assemblée et ce qu'elle évoque.

Douze hommes d'épée, vêtus des plus beaux atours, entourent quelqu'un – leur maître, à n'en pas douter. Haut de deux mètres, debout, emmitouflé dans des habits de Roi, aux couleurs pourpre et noire avec le symbole des deux cercles, les yeux allant et venant sur toute la foule, la langue pendante.
Une créature – un Dragon. Humanoïde.

Sur ses deux pattes arrières, vêtue comme un homme, la bête fixe la foule, d'énormes volutes de fumée s'échappant d'un museau bien plus petit qu'à la normale. Ce doit être un nain pour sa race, mais il sait qu'il n'en a pas encore vu de tels.
Il a affronté, et tué, pléthore de Dragons, mais jamais il n'a croisé une telle créature. Quand elle parle, parce qu'elle parle, des mots humains s'échappent de ses lèvres impies. Son esprit est encore usé par les Herbes Infernales, mais il comprend le sens de ses paroles.

Un nouveau maître est arrivé. Un nouveau monde se lève. Ceux qui le rejoindront obtiendront terres, pouvoirs et avantages*; ceux qui hésiteront seront tués*; ceux qui résisteront seront torturés, et leurs proches anéantis.

La bête dit être Drago. Drago 1er, Roi du Royaume des Dragoshommes.
Et le peuple, terrifié, l'acclame.

Lui s'échappe. Trouve des forces oubliées pour disparaître dans les ombres, entre les guerriers dont l'attention est perdue entre le discours de leur maître et le contrôle de la foule. S'enfuit dans les ruelles sales et abandonnées de Braglady.
Ses jambes le portent encore, et retrouvent leur vigueur pour l'amener d'allée en chemin, de cul-de-sac en arrière-cour. Il connaît la ville, il sait où aller et son cœur le guide.

Il ne comprend pas vraiment ce qu'il fait, mais son instinct a pris le dessus. Il le ramène au cimetière, qu'il a visité il y a plus de deux semaines maintenant. Sautant au-dessus de la barrière comme s'il avait dix ans de moins, il se précipite avec une fougue qu'il n'a plus connu depuis quinze ans vers une tombe anonyme.
Entourée d'une trentaine d'autres sépultures sans aucune inscription, elle est ravagée dès son arrivée. Sans remords, il arrache la pierre d'un coup sec et enfonce ses mains dans la terre. Il creuse, comme un damné, la boue recouvrant rapidement son visage et sa barbe grise.

Quelques minutes ont suffi pour que ses doigts usés parviennent à leur but et touchent l'élément solide.
Quelques minutes ont suffi pour que deux guerriers l'aperçoivent.

Il les entend mais ne les écoute pas – il n'en a pas besoin. Les discours sont toujours les mêmes, fausses promesses et menaces à peine voilées. Ses bras s'enfoncent définitivement dans la terre alors que les deux soldats approchent*; ils ont déjà dégainé leurs épées.

Ils sont derrière lui quand sa prise est bonne.
Et, soudain... il hésite. Il se souvient alors, il se souvient d'avant. De la gloire des Trois Royaumes, menés par les Trois Rois qui régnaient l'un après l'autre, dans une gloire paisible. Des Royaumes Perdus, lieux de magie et d'aventures. Des hommes, prêts à dépasser les défis de l'avenir sous le joug bienveillant de dirigeants courageux et nobles.
Et des Dragons, des horreurs, des déceptions. Des trahisons. Des destructions. Des échecs.

Il se souvient d'un monde qui n'est plus. Il comprend qu'un nouveau naît.
Et il le refuse.

Dans un hurlement de colère, il arrache de la terre une lame terrible, légendaire. Longue d'un mètre, au manche forgé dans les derniers arbres elfiques, au pommeau recouvert de la peau brûlée du nain Dwarin.
Trillium. L'épée des Trois Rois, transmise par le Roi Wayne à sa mort à son ultime chevalier, pour qu'elle ne finisse pas dans la tanière d'un dragon.
Le dernier vestige d'un passé trop lumineux. L'instrument de l'assassinat d'un avenir trop sombre.

D'un geste, il tranche la main du guerrier le plus proche. Son compère, surpris, recule, mais Trillium s'enfonce déjà dans son torse. Un épais liquide rouge s'échappe de ses lèvres alors qu'il happe comme un chiot, battant des bras en l'air comme s'il voulait s'envoler.
Lui, les dents serrées, les yeux ouverts pour la première fois depuis des semaines, se tourne lentement vers le premier soldat. Ce dernier fixe alternativement son moignon et son membre tranché, tenant encore sa lame. Sa tête vient rapidement retrouver sa main au sol, pour qu'elle ne se sente pas trop seule.

Cela n'a duré que quelques secondes. Ce n'est que le début.

Debout, les poings serrés autour du manche de Trillium, il fixe au loin Braglady vidée de son peuple. Il ne sait pas d'où vient la créature, il ne sait pas comment un dragon peut être si petit et se déplacer sur deux pattes ou comment il peut parler, mais il le saura bientôt.
Jadis, les hommes se sont crus supérieurs aux bêtes et n'ont pas voulu en apprendre sur leurs ennemis. Ils ont été anéantis en croyant que ce qui peut tuer un homme peut tuer un dragon. Il ne reproduira pas cette erreur.

Là, au crépuscule, en envisageant un avenir sombre et emplit de cris, de douleurs et de morts, il sourit. Non pas à la perspective des massacres à venir, mais parce qu'il a enfin trouvé la réponse à la seule question qui importe.
Il fut un chevalier – le meilleur. Il fut un solitaire – le pire.

Il est désormais un Survivant – le plus indomptable d'entre tous.
Et il va faire payer chèrement ceux qui voudront l'empêcher de continuer.

Dernière modification par Ben Wawe ; 29/12/2013 à 21h12.
Réponse avec citation
  #239  
Vieux 29/12/2013, 21h04
Avatar de arrowsmith
arrowsmith arrowsmith est déconnecté
Buzz c'était mieux avant
-Généalogiste Sénile--Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Ici et là
Messages: 33 722
arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !arrowsmith est LA légende vivante de ce forum !
J'aime toujours autant ta prose. Ce récit sait bien poser l'ambiance par des descriptions fortes à propos et accélérer quand il le faut. Il y a toujours de la découverte à travers tes personnages. Rien n'est cousu de fil blanc et comme eux on découvre, on explore, on est surprit....comme on pourrait l'être dans la vraie vie.

Cela m'a fait penser à Legend de David Gemmel ou bien à L'épée de vérité de Terry Goodkind.

Cela te prend combien de temps pour écrire cela ? Et à quand la suite ?

PS : sol rongé par les rats,
__________________
“Our dreams make us large.” Jack Kirby
Réponse avec citation
  #240  
Vieux 29/12/2013, 21h12
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est connecté maintenant
Dieu qui déchire sa race
 
Date d'inscription: juin 2004
Messages: 21 836
Ben Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec ShannaBen Wawe va au sauna avec Shanna
J'ai mis deux heures. C'est la moyenne pour trois pages et demi/quatre pages d'équivalent Word.

Merci en tout cas du retour (et de la correction ) ! Je n'ai lu aucun des deux exemples que tu cites (je suis vraiment allergique à l'Heroic-Fantasy hormis Game of Thrones), mais je suis ravi du ressenti que tu as après la lecture. La suite viendra bientôt... j'essayerai dans la semaine !
Réponse avec citation
Réponse

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 14h20.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !