Précédent   Buzz Comics, le forum comics du monde d'après. > > Critiques > Critiques VO et VF des forumers

Réponse
 
Outils de la discussion Modes d'affichage
  #271  
Vieux 27/08/2010, 13h09
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Bon malgré une prise de tête comme il faut, je me suis visiblement trompé sur zoomorphisme, c'était l'autre qu'il fallait mettre... anthropomorph... merci John
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #272  
Vieux 17/09/2010, 01h23
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
A y est... enfin... :

Northlander #1 - 8 parus dans le TPB Sven the returned par Brian Wood & Davide Gianfelice



Viking plot : Après des années loin de chez lui, Sven revient enfin dans son village, pour voir que son oncle a volé le pouvoir qui lui revenait de droit. S'ensuit un affrontement entre les deux hommes sur fonds d'invasions saxonnes.. en même temps, si ils avaient mis des tourelles sur la côte? hein Seigneur Leodagan?


Enfin, après avoir pollué tous les topics de Scarlett lors des previews de Northlander avec mes « ça a l’air bien, je devrais m’y mettre », ben.. je m’y suis mis..avec 2 ans de retard.. bref…
1 er arc donc, le retour de Sven un viks exilé depuis longtemps qui redécouvre sa terre natale. Comics romantico-historique donc visiblement se passant à une période donnée tout en racontant une histoire. Dés les premières pages, le ton est donné, y a du blood, de la violence et de la sauvagerie telle qu’on l’imagine à ces moments là. On est dans le bon. L’histoire se déroule ensuite, on découvre Sven, son monde, son voyage du retour, sa terre de naissance, puis un flashback bien placé en guise de break explicatif, et enfin enchainage et conclusion. Niveau rythme c’est du tout bon ! On ne s’ennuit pas, les évènements alternent avec les phases introspectives et donc ce flashback au milieu, ça passe très bien à la lecture.
Niveau personnages, c’est plutôt bon aussi. Tout comme Loveless, c’est du romantique donc les personnalités de chacun sont un peu poussées, typiques (le chef trop croyant, le bras droit violent qui fait le sale boulot, la solitaire au grand cœur, le vieux qui a vécu, le héros qui commence enfoiré et qui se découvre plus tard,…) mais sans que cela soit cliché. Cela dit, un petit peu plus d’approfondissement de tout cela n’aurait pas été de trop. Quelques personnages sont ainsi un peu survolés là où le potentiel n’était pas inintéressant. Je pense au chef ennemi, oncle du héros, Grom dont la très forte superstition, croyance aux dieux et aux ancien temps auraient pu être creusés, genre Red Crow dans Scalped, un petit # pour nous expliquer ce personnage. D’autant plus qu’une scène où le héros utilise cette croyance contre lui (après l’abattage du cerf) est assez formidable. De même son bras droit, un viking comme il faut avec une grosse hache manque un peu de subtilité aussi. D’un autre coté si on n’avait pas eu ce perso violent et soooo viks, on aurait gueulé ^^ Cela dit, vu le retournement de situation sur la fin, gratter un peu ce personnage, un petit peu plus de background et de profil psychologique (oué oué de la psycho de viking, à base de crane et de Valhalla) aurait pu mieux amener la fin.

Le héros lui est bien traité, il évolue sous nos yeux durant l’arc pour finir différent de ce qu’il avait commencé en passant par plusieurs états. D’ailleurs le parallèle avec ses parents est très intéressant, on assiste à la découverte par un mercenaire des vrais valeurs de la vie à travers son retour aux sources. C’est plutôt bien traité, emotionnelement assez fort et bien mis en valeur.
Dernier petit bémol, à l’instar de Scalped, ze référence du moment, Northlander se passe dans un environnement complètement différent du notre, typique et qui son rôle a joué. Ici, il est dominé par le froid, la violence, la guerre, la vie rude… et cela manque un peu de mise en lumière. Pas vraiment de scènes montrant leurs vies, pas de simple description, d’anecdotes, de signes qui nous donne un cadre. Comme si Wood s’était dit qu’après tout, on savait déjà. Bon, certes on peut imaginer, mais quelques cases sur la vie, les difficultés, les moments typiques d’un viking aurait pu apporter beaucoup en terme de crédibilité et de profondeur au récit en l’ancrant complétement dans un environnement donné. Dans Scalped, la réserve et ses habitants au chômage, trafiquant et se droguant et un personnage important du comics.. il manque un peu cela ici. Peut être qu’avec une mini de 8 numéros, la place manquait…

Coté dessin, Daivde Gianfelice fait du super bon taff , ses personnages sont reconnaissables, expressifs, les scènes de bataille sont compréhensibles, les décors sont simples mais respectés. Manque peut être une ou deux cases chocs pour accentuer certains points du récit, son trait étant assez uniforme là où justement les scènes de calme, d’amour sont à des années lumières de la violence barbares des combats.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #273  
Vieux 17/09/2010, 10h21
Avatar de gillesC
gillesC gillesC est déconnecté
Kennedy outillé
 
Date d'inscription: octobre 2003
Localisation: Son Pellier.
Messages: 49 129
gillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant MorrisongillesC vend de la drogue à Grant Morrison
Ca me fait penser qu'il faut dire à quel point c'est encore mieux après qu'après..
Réponse avec citation
  #274  
Vieux 17/09/2010, 12h18
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
oué voilà c'était ça, je disais "ça a l'air bien" et tu répondais "oué et c'est encore mieux après"!
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #275  
Vieux 30/09/2010, 21h00
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Et oué la Vault était en vacances, la Vault revient toute bronzée et avec 4 kilos en plus.. qu'est ce qu'ils bouffent ces espagnols...

Bref encore un ex-nouveau truc :

Sweet Tooth #1 - 5 parus dans le TPB Out of deep woods par Jeff Lemire



Plot : Suite à une espèce de fin du monde apocalyptique, le jeune Gus tente de survivre avec son père, en autarcie, sans jamais sortir du domaine. A la mort de ce dernier, il se retrouve seul et finit par être trouvé par un homme visiblement peu recommandable qui prévient Gus qu'un danger le guette. En tant qu'hybride homme - animal, il est traqué par des hommes pires que lui, si c'est possible... Gus finit par accepter de suivre cet illustre inconnu vers un monde qu'il ne connait pas...

Aaaaaaaah le voilà enfin ce premier TPB de Sweet Tooth, visiblement Ze série à lire en ce moment chez les gens du Vertige. La preview ne m’avait pas emballé, trouvant l’univers trop chtarbé et un plot strange au possible, j’avoue ne pas avoir vu de potentiel dans ce truc là. Et puis bon, quelques bons échos, la curiosité aidant,… ben voilà… alors ? une grosse claque ?
Pas vraiment en fait…

Bon par contre, ça reste quand même bourré de qualités. Déjà c’est bien écrit, un univers post apocalyptique, genre civilisation écroulée, chacun pour sa peau.. c’est bien foutu, réaliste, sérieux, classique tout en étant intéressant. En effet, tous les clichés du genre y sont, très peu de perso, voyage risqué à travers un pays dévasté, des humains qui se laissent déborder par leurs penchants sauvages, pas de technologie… le cadre est plutôt connu si on as vu Mad Max, Waterworld, Hokuto no Ken, quelques films de zombis ou lu Y The Last Man, Just a Pilgrim… mais Lemire y ajoute sa note personnelle, deux trois détails qui donnent une identité propre à Sweet Tooth avec en tête de liste, des enfants hybrides d’animaux. Il s’agit là de ZE point de la série pour l’instant, l’élement central du plot visiblement. Après lecture de ce premier volume, ce n’est pas franchement suffisant pour révolutionner le genre ou même réellement sortir du lot. Certes ces quelques idées mettent l’eau à lé bouche et on veut savoir la suite, mais là encore, il semble que le plot se rapproche encore de Y The Last Man avec une origine de cette apocalypse qui pourrait y ressembler.
Bon on ne va pas non plus assassiner le truc avant de l’avoir lu mais force est de constater que Sweet Tooth souffre de la concurrence des autres œuvres post apocalyptique. Attention, le comics s’en sort très honnêtement mais sans être encore une fois, une vraie révolution.. enfin pas pour l’instant. Peut être des développements futurs même si avec ce simple volume assez peu de pistes sont exposées.

A coté de ça, ça tient la route dans le genre. D’un point de vue écriture, y a un bon rythme, ça se lit vite et bien avec quelques passages émotionnellement forts et bien tournés qui alternent avec le voyage en lui même. Ces moments là font connaître les deux protagonistes au lecteur, le gamin cerf et son protecteur sur lesquels Lemire fait un travail honnête. Sans être particulièrement approfondis, ils sont suffisamment montrés et explorés pour en faire plus que de simples persos d’une BD même si peut être le perso principal, le gamin cerf, aurait mérité un travail plus en profondeur. Il lui arrive quand même un paquet de nouveaux trucs, plutôt traumatisant et choquant et un peu plus de réactions, d’émotions, d’expression auraient peu être été un plus. Au cours de ce volume, le petit Sweet Tooth réagit plutôt de manière unilatérale et identique, montrant donc une palette d’émotion assez simple.
Au dessin, Lemire himself avec un style particulier assez peu précis et détaillé, avec des visages qui changent d’une case à l’autre mais qui au final donne un style space et une ambiance étrange qui sied bien à cette histoire. Peut être peut on regretter trop de simplicité dans les expressions des visages qui du coup rendent les scènes chocs moins punchy et vivantes.

Au final pour l’instant, pas la claque de l’année, mais une lecture sympa qui donne quand même envie de lire la suite, curiosité de base oblige !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #276  
Vieux 01/10/2010, 10h44
Avatar de Auteurroriste Zeph
Auteurroriste Zeph Auteurroriste Zeph est déconnecté
se radicalise
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: dans son univers fermé
Messages: 13 964
Auteurroriste Zeph change la caisse du Fauve
Je te trouve sévère quand même avec ce premier arc, que premier j'ai trouvé très bon.
Après, le style Lemire, graphiquement, c'est assez spécial oui. Par contre comme tu le souligne, ça donne vraiment une ambiance et une identité visuelle à la série.
Et puis, je trouve que le trait sied plutôt bien aux personnages, il donne un aspect frêle à Gus alors que Jepperd a l'air plus brut.
__________________
" Les ennuis sont des pleutres: ils n'arrivent pas isolément, ils chassent en meute et lancent des assauts groupés." Gaiman
Réponse avec citation
  #277  
Vieux 01/10/2010, 11h52
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Disons que j'ai pas pris une claque, c'est effectivement bien écrit mais sur le moment j'avais pt'te trop d'autres exemples de comics en tête pour bien m'immerger. Cela dit, suivant l'orientation de la suite, ça peut devenir vraiment une œuvre à part et gagner en interêt
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #278  
Vieux 10/10/2010, 00h54
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Allez un truc un peu moins récent old pal :

Loveless #6 - 12 parus dans le TPB Thicker than Blackwater par Brian Azzarello & Marcelo Frusin, Dell'edera, Werther, Daniel Zezelj



Plot :Wes Cutter s'amuse toujours avec la ville de Blackwater, faisant visiblement payer tout le monde par son arrogance et son manque de respect. Il soulève une nouvelle taxe alors qu'un boucher commets des crimes ignobles de la même manière que Bloody Bill, son ancien officier et qu'un assassin commandité par les habitants de Blackwater débarque en ville.

Après donc un premier volume qui pose le débat sans toute fois explorer à fond le concept, voilà enfin le retour de Wes Cutter dans la vault. Car effectivement, le premier était la base, maintenant on développe, on déroule. Ce TPB commence par quelques one shots qui lèvent le voile sur trois des perso principaux de l’œuvre. Explorant leurs passés, répondant aux questions soulevées dans la lecture du premier numéro et le tout en lien direct avec le plot principal. Ils sont plutôt bien placés, après le début et avant la tempête que l’on sent inévitable, un petit break pour asseoir le récit comme il faut. Azzarello dévoile donc quelque unes de ces cartes au cours de petites histoires efficaces avant de se lancer dans la suite.
Cette dernière regroupe donc l’arc « Thicker than Blackwater » en 4 # qui revient en plein dans l’histoire principale. Cette fois ci le coté historique est délaissé pour se concentrer sur les personnage et l’histoire de Blackwater après le retour de Wes. Néanmoins, un sentiment de manque, d’incomplet perdure tout au long de la lecture. Les personnages sont intéressants, à peine clichés sans être caricaturaux, le genre de western que l’on aime tout en sachant que les traits sont un peu forcés. Le plot est bien équilibré, tout ce petit monde bouge ensemble, sans lourdeur, la lecture est plaisante mais… mais… il manque clairement un objectif, une cible. Après un premier volume qui nous montrait un héros et sa femme cherchant à se venger, un plan mystérieux mais violent en tête, ce pan de l’histoire particulièrement savoureux n’est plus aussi mis en avant ici. Le héros semble simplement vouloir jouer avec la population, sa femme dans l’ombre a un rôle plutôt obscur et au final ce sont les autres protagonistes qui ont les histoires les plus intéressantes, sans vraiment de liens avec le reste. Un déséquilibre avec le premier volume assez déstabilisant qui donne donc à la lecture un goût de manque, il manque quelque chose, l’impression d’avoir raté une étape, où que quelques pages clefs ont été arrachés au TPB…Les poses sont graves, les dialogues et l’ambiance lourds, on sent l’orage arriver mais sans vraiment le lire…. Etrange sensation…

Du coup, l’historique et le background senti dans le premier TPB et dévoilé en partie dans les 3 premiers one shots de ce 2eme volume perdent de leur superbe, comme si Azzarello tentait de meubler. Si c’est le cas, cela reste correct, pas de vrais fausses notes dans son microcosme qui rappelle assez son travail sur Hellblazer (Frusin doit aider) avec un héros qui a les cartes en mains, s’amusant avec d’autres alors que des ombres rodent autour. Simplement, ce petit vide, ce petit « pourquoi » absent qui vient gâcher la fête.

Coté dessineux, Zezelj pour les one shots avec un style assez lisse, peu détaillé tout en étant percutant sur les scènes clefs et efficace en terme d’ombre. Cela rappelle un peu John Paul Leon. Frusin ensuite qui fait du Frusin, sombre, air vicieux et sourire démoniaque.. son style colle bien à l’ambiance si seulement encore une fois ce manque de repères, d’objectifs ne venaient pas pourrir le truc. Du coup, sous nos yeux, des personnages dans des postures et des expressions qui semblent vouloir en dire long, sans que l’on ne saisisse vraiment si c’est le cas. Dell’edera enfin sur les dernier numéros qui fait du sous Frusin, souffrant du coup pas mal de la comparaison.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #279  
Vieux 17/10/2010, 17h19
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Tant qu'on y est :

Loveless #13 - 24 parus dans le TPB Blackwater falls par Brian Azzarello & Daniel Zezelj, Werther Dell'edera



Plot : Les pièces se mettent en place, les personnages se retrouvent autour de Blackwater et de son lourd secret, avec Ruth Cutter comme épée de Damocles au dessus de leurs têtes.

Pavé final pour cette série avec ce TPB qui regroupe les derniers numéros de la série. Après un premier volume d’intro, un deuxième qui pousse l’histoire, quid du 3ème ? Et bien un deuxième bis grosso modo. C’est à dire on prends les mêmes et on recommence, mais un ton clairement au dessus il faut dire, ou plutôt écrire.

Donc, comme précédemment, la gestion des personnages est excellente, toujours borderline par rapport aux clichés, du bons perso de western comme on l’aime, noirs (sans jeu de mot), torturés, jetés au milieu d’une histoire de vengeance qui ne peut que finir mal. Mais voilà, tout comme précédemment, les personnages secondaires s’en sortent bien mieux que les principaux. Le couple maudit Wes-Ruth est toujours présent mais largement en décalé par rapport au reste, même loin de l’histoire principale. Est ce voulu ou non ? les héros se retrouvent ainsi mis à l’écart, étrangers aux premiers évènements du TPB, dans un petit microcosme a eux qui rends la lecture étrange. Donc, comme au TPB précédent, un sentiment de manque de lien, de trou entre les héros et le reste.
Étrange car au contraire, ils sont censés être plus que central, être le pivot des histoires mais ce n ‘est pas le cas. Comme si Azzarello avait finalement eut de meilleures idées, plus concrètes, pour les autres perso. Dommage car ce dernier a eu justement une belle idée concernant son couple, bien utilisé (la mort de Wes, Ruth le voyant en fantôme) et originale mais il manque cruellement ce lien avec le reste.
Dommage, dommage car pour le reste c’est très correct. Histoires se tiennent, plot bien équilibré entre les evenements, les perso,… quelques bons moments comme le premier one shot sur le colonel Silas et son amour oublié, très dramatique.
Cela dit, la scène finale que tout le monde attendait depuis le début, celle jouissive où tout se règle reste moyennement amenée. La faute une nouvelle fois à ce manque d’implication des perso principaux qui du coup « débarquent » presque à la fin comme un chien au milieu d’un jeu de quilles. Dommage encore une fois car cette dernière scène est riche en émotion avec quelques belles cases très parlantes. La fin est honnête tout en laissant un goût amer dans la bouche car l’une des dernières révélations vient un peu gâcher la fête… apportant la vision d’un vengeance ratée.
Au final, prit globalement, l’histoire principale se situant dans le présent est excellente. Encore une fois, bons perso avec de solides background qui s’entrecroisent et se heurtent, scènes chocs ou le drame et la violence typique de cette époque explose sous nos yeux. C’est certes romancé (après tout c’est une histoire de comics) mais suffisamment réaliste pour que l’on s’y accroche. Le problème de mon point de vue vient de l’histoire parallèle, dans le passé, liant le couple Wes-Ruth à la ville de Blackwater et à leur vengeance. Celle-ci, qui devait être en filigrane dans la principale, qui devait la nourrir, apparaître en pointillé avant d’exploser sur la fin est certes solide mais mal utilisée. Ainsi, on l’oublie parfois et on se prends en pleine figure sur la fin une révélation assez mal venue qui gâche. Sans doute le déséquilibre entre les deux histoires (celle dans le passé est très très secondaire) empêche le lecteur de s’y concentrer, de l’avoir toujours à l’esprit en lisant son comics. Peut être Azzarello a voulu trop en faire, mêlant plusieurs histoires, mais n’a pas pu arriver à les doser suffisamment bien pour que l’effet émotion soit maximum. Je pense au film avec Clint Eastwood (Pale Rider ?) où on apprends à la fin la véritable raison de la venu de ce cow boy dans cette ville isolée. Juste à la fin et uniquement à la fin apprends ton le lien entre Clint et la ville, peut être que là, Azzarello en avait trop dit, on attendait trop de cette histoire passée..

Coté dessineux on retrouve Zezedj et Dell’edera avec le même profil que sur le 2. Zezedj avec son style John Paul Leon est excellent pour poser un ton sombre et noir sur le récit mais Dell’edera reste un sous Frusin pas désagréable quand même. Il réussit notamment correctement les scènes clefs.

Au final quand même une lecture très agréable, un travail sérieux d’Azzarello uniquement troublé par ce dernier point. Pour le reste c’est très bon, une délice de dialogues et de personnages violents à tous les niveaux. Mention plus pour les derniers épisodes de la série qui se passe des années plus tard. Assez peu de liens directs avec le plot mais une initiative très sympa qui donne une dimension supplémentaire au récit, le recadrant dans l’Histoire et ajoutant ainsi du crédit à la lecture.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #280  
Vieux 05/11/2010, 19h59
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Grosse grosse cure de Hellblazer à venir les mecs! on commence ...

Hellblazer #230 - 237 parus dans le TPB Joyride par Andy Diggle et Leonardo Manco

Zimagez en panne, pô de photo

Plot : Constantine réalise tout à coup qu'il n'est plus l'homme qu'il était, le magus craint de tous, grandiose et glorieux. Il décide alors de se rendre sur le lieu du premier drame, à l'asile de fou où il fut enfermé dans sa jeunesse et où il a subit un grave traumatisme qu'il compte bien gommer. Ceci ne marche pas comme prévu mais John enchaine sur une autre affaire dans un quartier étrange où l'un de ses compatriotes magus a d'un coup trouvé la mort.

Suite des aventures du Hellblazer avec un « nouveau » à la barre, Andy Diggle, le mec des T-bolts et de The Losers entre autres que je ne voyais pas forcément à son aise sur un comics fantastique et magique…
Ben j’avais tort, c’est plutôt sympa.
L’écriture de ce volume ne reste pas extraordinaire dans le sens où on ne peut pas vraiment dire que c’est du Diggle, ça aurait pu être du Carey. Ennis torturait Constantine avec délectation et un penchant certain pour Satan, Ellis était plus minimaliste, Azzarello c’était plus brutal et sauvage alors que Carey s’était crée son univers, ses personnages avec des histoires plutôt centrées sur eux. Diggle y ressemble beaucoup mais… pt’te en mieux au final…
Mieux surtout en deux points, premièrement dans ce TPB pas de facilité, pas de « petites bidouilles » que Carey nous case parfois dans le développement de son plot pour permettre d’avancer. Ce que j’appelle ici et là des facilités scénaristiques. Diggle nous ponds lui un travail mieux maitrisé, sans failles et avec un contenu intéressant. Deuxième dont point « mieux que Carey », John évolue, il se passe enfin quelque chose dans sa vie, il s’active, se bouge un peu le cul là où il n’y avait rien depuis… Ennis. Je passe sur l’amour/haine avec Chas qui à force est un peu tombé à plat ou sa relation avec Angie Spatchcock. Je suis dur avec Carey car à la fin de son run, il a fait « disjoncter » John en le faisant tourner le dos au monde de la magie. Mais ce dernier point a tellement été peu mis en valeur, Carey aillant fini la dessus, que je le zappe aussi. Du coup, gros pied de voir enfin ici Constantine changer.
Bon hola hola, rien d’extraordinaire hein, mais ça reste discret, bien fait, et surtout nouveau donc ! John se sort la tête du ass, il n’est plus que l’ombre de lui même, loin du brillant magus dont on n’osait prononcer le nom… et de là.. il repart regagner son statut. Yeah, back to the John fucking bastard Constantine.
Bon et pour le reste ? Et bien une paire d’histoires fort sympathique, rien de grandiose, pas de démons majeurs mais un monde de la magie bien présent, par touches discrètes mais bien pensés comme Carey a su bien faire aussi. Et donc en filigrane John qui se redresse et redéploie ses ailes. On commence avec une première histoire qui justement sert de pied au cul pour John, simple et efficace, et surtout ce coup de pied au cul est très très bien mis en page. Mention plus pour la deuxième histoire qui nous replonge dans le passé de John, juste après le drame de Newcastle et Astra. Très habile de la part de Diggle, on plonge direct dans la vie de Constantine ce qui en fait un cadre et un excellent point d’encrage pour son run. Enfin une 3ème histoire de possession intelligente, bien tournée et bien maitrisée qui prends son ampleur à la fin.
Le tout enchaine bien, sans que cela soit forcé ou trop visible, c’est globalement du bon taff. Bon il manque certes un peu d’interet peut être, quelque chose de flamboyant et de percutant qui aurait relevé un peu le goût de cette lecture cool sans être transcendante. Cela dit, Diggle semble s’être mis sur les rails, il commence super bien son run et si il parvient à ajouter du piment et un John plus savoureux, plus impressionnant.. ça sera tout bon.

Manco au dessin qui.. ben qui commence à fatiguer un peu. J’oppose pas mal Diggle a Carey mais peut être que visuellement voir du Manco encore a favorisé ce point de vue. Il a ces quelques bons moments, des classiques bien crades et sombres, bien glauque et dark mais manque un peu de renouvellement, de nouveautés, un style qui au final fait baisser l’interet de la lecture, lassé pt’te à force de voir et revoir les mêmes techniques, mêmes découpages, mêmes enchainement de cases…
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #281  
Vieux 29/11/2010, 20h41
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Allez go on with ze bastard

Hellblazer #238 - 242 parus dans le TPB The laughing magician par Andy Diggle & Leonardo Manco, Daniel Zezelj



Plot marrant : Un chasseur de magus africain remonte la piste de Constantine et du légendaire Magicien Rieur (c'est quoi en VF?). Morts, magie noire et un John qui se sent manipulé...

Suite du run de Diggle après un premier opus plutôt bon dans l’ensemble. Cette fois ci les choses s’accélèrent quelque peu mais... pas tout de suite. Effectivement on commence par un one shot qui sent bon le « je permets de faire une pause au dessinateur pour pas être à la bourre ». Parfois ça coince un peu mais ici ça passe plutôt bien. Certes ce one shot fait un peu OVNI entre 2 arcs qui se tiennent mais dans la mesure où il est plutôt bien fait, on pardonne. Petite histoire de pouvoir des légendes urbaines qui deviennent un peu trop réelles, c’est bien construit, ça semble se tenir et même si tout est au minimum syndical (personnages, décors, plot,…) on salue de temps en temps une petite histoire bien cool, du genre de celle qui donne du cachet et du background à John. Galérer à combattre Satan et autre entité démoniaque à longueur de temps serait un peu lourd alors, une fois en passant une chtite histoire facile tranquille émile, on prends.

Le vif du sujet cette fois ci, on est vraiment parti pour le gros morceau du run de Diggle, The Laughing Magician. Histoire d’entité constante qui a existé et existera toujours, un magicien qui apporte l’équilibre dans la Fo.. la magie.
Au cours de ce TPB, John se découvre un nouvel ennemi, plutôt réussi d’ailleurs, retrouve les bad guys de l’opus précédents, ça se poursuit, se rattrape, s’échappe, s’espionne de loin avec donc en fond The Laughing Magician. A la fermeture de ce volume, on reste un peu sur la même sensation que celui d’avant, bien mais pas top ^^
Bien car ça se tient pas mal, là aussi bon travail de Diggle qui pose un univers riche sans trop, rythmé sans trop, où s’intègre bien actions, révélations et avancées du plot. La chasse au Laughing Magician est également reussie, les pistes et les indices tenant la route et on finit par un cliffhanger et une révélation qui promet du gros pour la suite. Pas de cours circuit, de facilités scénaristiques non plus et on y trouve même ça et là quelques bonnes idées. Le bad guy donc chasseur de magus, africain à la magie violente et sanguine, est plutôt réussi, bien dark, bien glauque, la classe.
Après.. bien mais pas top car ma foi cela manque encore de passion, l’intérêt y est sans être non plus DA comics à lire, John végète un petit peu depuis un moment d’ailleurs, un peu passif, sans réel but ou objectif, sans vraiment de cadre, la faute peut être à une politique éditoriale qui enchaine les scénaristes, ça serait pt’te le bon moment un de ces 4 d’installer à la barre un artiste pour durer le temps de développer du neuf et du percutant.

Coté dessins, Zezelj tout d’abords qui avait bossé sur du Loveless aussi pour le one shot avec un style peu détaillé mais bien percutant associé à un encrage puissant et sombre ce qui rends bien dans du Hellblazer. Manco pour la suite qui me surprends agréablement avec un style « nouveau », plus de crayonné, plus de rondeurs, presque du Leinil Yu parfois. Ca donne un style moins homogène que précédemment et donc de belles planches chocs aux moments où il faut, insistant sur le glauque et le sombre, là où justement, cette homogénéité finissait par fatiguer auparavant, du bon travail !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #282  
Vieux 30/11/2010, 10h33
Avatar de Auteurroriste Zeph
Auteurroriste Zeph Auteurroriste Zeph est déconnecté
se radicalise
 
Date d'inscription: août 2006
Localisation: dans son univers fermé
Messages: 13 964
Auteurroriste Zeph change la caisse du Fauve
Milligan. Point.
__________________
" Les ennuis sont des pleutres: ils n'arrivent pas isolément, ils chassent en meute et lancent des assauts groupés." Gaiman
Réponse avec citation
  #283  
Vieux 30/11/2010, 11h56
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
J'y arrive, j'y arrive.... je les ai lu en plus...
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #284  
Vieux 05/12/2010, 12h12
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 603
Jorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John ConstantineJorus C'Baoth part en virée avec John Constantine
Hey pas trop trop à la bourre...

House of Mystery #25 - 30 Safe as Houses par Matthew Sturges & Lucas Rossi, Wether Dell'edera

. . . . . . . . . .
. . House of Mystery #25 . . . . . . . . . . . . House of Mystery #30

Mystery plot : Alors que les choses semblent se tasser autour de la Maison, des sorcières réfugiées chassées de leur terres par la guerre débarquent à la recherche d'alliés.

On commence avec un numéro spécial que ce #25. Déjà je salue l’idée éditoriale de temps en temps de nous sortir un truc un peu sympa, un peu différent, anthologies ou autres, ça donne du cachet à la ligne. Ici un Exquisite Corpse donc, un récit que se partage 5 auteurs, commencé par un premier, enchainé par un deuxième en se servant du premier comme base, etc etc.. le but de l’exercice étant quand même de sortir un truc fun qui tient la route.
Pari à moitié réussi ici certes mais il faut avouer le truc pas évident en une vingtaine de pages. On a quand même une histoires sympathiques, un background bien utilisé et point le plus savoureux, on remarque assez facilement les transitions entre auteurs, les pistes que le suivant a laissé tombé, ou transformé, ou crée en partant d’une idée précédente. Sans être un grand moment de comics, une lecture amusante où on sent justement que les auteurs se sont amusés aussi. Ces derniers étant Willingham, Sturges, Justus, Levitz et Alicia Kwitney. Cool de revoir cette dernière, une « ancienne » de Vertigo, éditrice notamment de comics autour du Sandman. D’ailleurs elle nous ressort Eve et Tethys, clin d’œil qui fait toujours plaisir, comme aussi ce petit ZF-1, l’arme multi tâche du film « Le 5ème élement » que Dave Justus a bien aimé visiblement.

La suite maintenant, l’arc « Safe as houses », laissé sur une impression mitigée avec ce qui s’apparentait à la fin d’un pseudo premier arc, voici donc la suite avec « Management ».
Du nouveau ? pas vraiment, Sturges continue de tirer sur la même recette, un demi huit clos (car ils peuvent un peu sortir de la Maison) avec a peu près la même équipe. Les plots secondaires (la toute puissante mais mystérieuse Conception qui semble s’intéresser de très près à la Maison et à héroïne, le rôle du père de cette dernière) continuent
ooh stop à l’arnaque..c’est un copié collé de la critique de l’arc précédent, un moyen peu subtil certes de faire passer le message suivant : ça commence à être long, vraiment long. 30 numéros et les pistes soulevées dés le début, surtout le lien entre l’héroïne et cette mystérieuse Conception, n’ont quasiment pas de réponses, pire, on s’en est éloigné franchement vers un plot principal qui n’a plus vraiment de rapport. Sturges fait curieusement bien duré le truc, meuble presque et on à même l’impression qui ne sait pas trop quoi faire de ces personnages. Certes bien sûr il se passe des choses mais tellement secondaires par rapport aux questions que l’on se pose qu’on s’en fout presque ! Une histoire de guerre entre sorcière et méchants peu mises en valeur et avec une fin peu satisfaisante, trop facile, des plots secondaires comme je disais pas vraiment intéressants non plus, et le tout n’est même pas dans une bonne ambiance fantastique, magique, onirique, c’est même assez plat, tout le monde ne s’appelle pas Neil Gaiman. Bref pas des masses des masses de trucs à sauver sur cet arc.
Bon je suis dur, c’est relativement plaisant dans l’ensemble, peut être qu’un lecteur qui ne tomberait que sur celui ci serait moins dur, mais après 25 numéros, faut vraiment que Sturges passent la seconde. A moins que justement qu’il n’ait choisit de s’intéresser pleinement à ses personnages qui deviennent le point central des histoires sans grande dessein autour. Plausible mais il n’empéche qu’il y a un moment qu’il ne s’est rien passé dans la Maison des Mystères. Le seul intérêt de « Safe as Houses » c’est une piste pour la suite, et là même pas honte de copié collé la fin de la critique de l’arc précédent, ça colle pile poil :
A sauver quand même, quelques (maigres) pistes pour la suite, si ce n’est la pépite en toute fin, une annonce qui fait dresser le sourcil, qui ouvre la série sur quelque chose de bien plus grand, de bien plus prometteur… peut être cet arc était il finalement qu’une grande et maladroite introduction pour en arriver à ce point… A sauver également les fameuses petites histoires en parallèles, toujours un plus intéressant, savoureux

Coté dessins, un coup de moins bien Dell’edera remplace Rossi sur une paire de numéros pour un travail moins précis et aboutit, reste les guests encore qui font souvent un beau travail, un peu de « folie » dans un comics qui commence sérieusement à en manquer.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation
  #285  
Vieux 05/12/2010, 20h38
Avatar de chocoman
chocoman chocoman est déconnecté
Dieu vers l'Infini et au delà...
 
Date d'inscription: août 2010
Localisation: Toulouse
Messages: 2 144
chocoman change la caisse du Fauve
J'ai lu ta critique sur sweeth tooth, tout le monde dit que c'est excellent, et toi tu penses que c'est pas la claque de l'année. J'avais feuilleté un peu, et j'avais du mal avec les dessins. Et puis, effectivement, l'histoire semble assez strange..
Je me dis que je devrais m'y mettre pour voir ce que ça vaut, mais... difficile, peut-etre que je ne suis pas pret encore pour lire du vertigo.
Réponse avec citation
Réponse

Tags
dreaming, fables, hellblazer, lucifer, vertigo

Outils de la discussion
Modes d'affichage

Règles de messages
Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

Les balises BB sont activées : oui
Les smileys sont activés : oui
La balise [IMG] est activée : oui
Le code HTML peut être employé : non

Navigation rapide

Discussions similaires
Discussion Auteur Forum Réponses Dernier message
Locke & Key / The Sandman Universe: Hell & Gone #2 scarletneedle Singles 2 01/09/2021 10h58
Locke & Key / The Sandman Universe: Hell & Gone #1 scarletneedle Singles 4 08/04/2021 23h19
The Sandman Universe Presents Hellblazer #1 scarletneedle Singles 9 28/10/2019 22h44
The Sandman Universe #1 scarletneedle Singles 8 06/08/2018 18h49
DC (Universe, Wildstorm, Vertigo) : 23 mars 2005 eye_of_the_storm Critiques VO 17 28/03/2005 22h19


Fuseau horaire GMT +2. Il est actuellement 00h48.


Powered by vBulletin® Version 3.8.3
Copyright ©2000 - 2022, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française #20 par l'association vBulletin francophone
Skin Design et Logos By Fredeur
Buzz Comics : le forum comics n°1 en France !