Afficher un message
  #1  
Vieux 31/10/2005, 21h05
Avatar de cyclopebox
cyclopebox cyclopebox est déconnecté
Tombeur de mutantes
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: Entre les cuisses d'Emma Frost
Messages: 11 637
cyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Millercyclopebox trinque avec Frank Miller
DC Les Jeunes Titans n° 11 - Editions Arédit

Les Jeunes Titans n° 11
(février 1986)









Les Jeunes Titans : Les créatures de boue (2ème partie)
(The New Teen Titans – Lights Out, Everyone!, The New Teen Titans # 37, Novembre 1983)

Scénario : Marv Wolfman
Dessin : George Perez
Encreur : Romeo Tanghal


Résumé :

Alors que les Jeunes Titans et les Outsiders discutent d'un plan de bataille concernant les affreux jojos (la super équipe des Cinq Redoutables), ils reçoivent un appel de la police : une effraction a eu lieu au sein de la société Biotron (une boîte scientifique, style S.T.A.R. L.A.B.), les employés y ont été retrouvés inconscients et à demi changés en créatures de boue.

Arrivés sur les lieux, nos héros ne peuvent que constater les dégâts. Raven utilise ses pouvoirs pour pénétrer dans l'esprit des malheureux; nos héros apprennent que les pas beaux se sont pointés à Biotron pour chopper du matos, que les transformations sont en créatures de boue sont à imputer au Dr Jace et que de nombreux badauds ont fait l'objet d'une rafle par les Cinq Redoutables pour y subir plein de choses pas très catholiques.

Grâce aux fins limiers que sont Batman et Robin (rien à voir avec Rantanplan 8) ), Jeunes Titans et Outsiders retrouvent la trace de Psimon et ses potes (celui-ci s'était planqué dans son ancien labo, situé sur une île près de Gotham City) et débarquent avec grand fracas.

La bagarre entre gentils et vilains est à jeu égal, puisque Psimon envoie contre les forces du bien tous les gens qu'il a fait muter en hommes de boue; ne voulant pas voir la lutte s'éterniser, Psimon fait carrément sauter l'île.

L'épisode se termine par les vilains qui ricanent de leur victoire, et les héros qui coulent comme des sacs de plombs dans la mer.


Commentaire :

J'ai beau vilipender par principe les crossovers (j'aime pas qu'on me force à acheter des séries que je ne lis pas), cet épisode a tout de même un certain intérêt : les relations Terra/Geo-Force et Robin/Batman offrent une certaine consistance et sérieux à la rencontre de ces deux équipes.

Marv Wolfman & George Perez font preuve de toujours autant de talent pour raconter une histoire, même quand celle-ci ne s'annonce pas très folichonne sur le papier.

Mention spéciale aussi pour Dr Light, qui à partir de cet épisode s'assoit définitivement dans son rôle de super-vilain involontairement comique, les lecteurs de Identity Crisis vont apprécier.

Bilan : numéro très sympa, hop la suite !






Batman et les Outsiders : Aux ordres de Psimon
(Batman and the Outsiders – Psimon Says, Batman and the Outsiders #5, Décembre 1983)

Scénario : Mark W. Barr & Marv Wolfman
Dessin : Jim Aparo
Encreur : Adrienne Roy


Résumé :

Etant complètement sonnés par leur choc de l'explosion, Jeunes Titans, Outsiders et Dr Jace coulent à pic au fin fond de la mer.

Terra possède heureusement assez de force pour rassembler les débris de l'île sous les corps de ses amis, son frangin (Geo-force) utilise ses pouvoirs pour faire remonter le monticule de terre et réussit à sauver tout le monde.

Alors que Changelin fait semblant d'être inconscient afin ce recevoir une séance de bouche à bouche de la part de la très jolie Halo (elle ne vaut pas Kory ou Donna, mais je m'en contenterai très bien ! ), Batman joue au chefaillon et ordonne à tout le monde de se rendre au Q.G. des Outsiders, ce au grand dam de Robin qui en ras le bol de recevoir des ordres de celui-ci (au bout de cinquante ans, il était temps…).

Pendant ce temps, au sein de la base des Cinq Redoutables, le bouffonesque Dr Light énerve ses partenaires une fois de plus en tentant de prendre le contrôle des créatures de boue. C'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase : Psimon ordonne aux bestioles de liquider ce guignol, ce dernier est donc obligé de prendre la fuite avec toute la clique de monstres accrochée à ses basques.

Dr Light finit par se réfugier vers Central Park; il y est très vite rejoint par les Jeunes Titans et les Outsiders, qui lui mettent sa fessée et qui règlent leur compte aux hommes de boue.

Nos héros se rendent la tour des Titans, où Dr Light subit un interrogatoire de la part de Batman. En tant que criminel ultra-aguerri, il tient… ouf… au moins trois secondes avant de tout balancer sur ses ex-partenaires !

Les affreux pénètrent de force dans l'Empire State Building, où ils installent un gros engin au sommet qui fait office d'amplificateur pour Psimon : ce dernier est maintenant assez puissant pour contrôler mentalement la populace de toute la ville.

Sachant à quoi s'attendre, Titans et Outsiders débarquent à la Starky & Hutch sur les lieux. Au cours de la baston, Robin fait part de ses griefs à Batman, lui dit qu'ils connaît mieux ses co-équipiers et a plus l'habitude que lui de diriger une équipe.

Grâce à la direction efficace de Robin, les méchants se font neutraliser en un clin d'œil, et les héros peuvent rentrer chez eux fêter leur victoire au champomy.

Au cours de la sauterie, Batman félicite Robin pour sa prestation, et l'épisode se termine par une poignée de main virile entre les deux hommes (est-ce qu'il y a plus après, je ne sais pas, pour cela demandez à XXL ).


Commentaire :

Aie !

Autant la première partie de ce crossover est sympa, autant la deuxième nous donne envie de bailler.

Je n'ai pas envie d'enfoncer bêtement et méchamment Barr et Aparo, mais force est de constater de constater qu'entre eux on ne retrouve pas la synergie d'un tandem mythique, comme c'est le cas pour Wolfman/Perez.

Concrètement, cet épisode n'est intéressant que pour le fait que Robin s'affranchisse enfin de l'autorité de Batman, pour le reste, circulez, y'a rien à voir.

Bilan : on oublie vite cette histoire, et on se prépare pour la baffe monumentale que va être le prochain épisode.






Les Jeunes Titans : Qui est Donna Troy
(The New Teen Titans – Who Is Donna Troy, The New Teen Titans # 38, Décembre 1983)

Scénario : Marv Wolfman
Dessin : George Perez
Encreur : Romeo Tanghal & George Perez


Résumé :

Note : comme vous le savez, j'ai toujours eu un gros faible pour la belle Donna (et Kory !), ne vous attendez donc pas à un résumé des plus objectifs.

Robin est convoqué par le vilain barbu tout moche Terry Long. Lors du rendez-vous, celui-ci lui annonce qu'il en a marre d'attendre de pouvoir tripoter Donna. En effet, ma muse amazone a repoussé son mariage aux calendes grecques avec ce très laid crapaud, car elle préfère d'abord apprendre qui elle est, d'où elle vient.

Robin étant le meilleur détective qu'il connaisse (là-dessus, il n'a pas tort), Terry veut l'engager pour aider Donna dans ses recherches; face au regard convulsif et aux filets de baves écumants de l'affreux rouquin, Robin accepte.

Tout d'abord, il demande à Donna de quoi elle se souvient, celle-ci raconte : vers l'âge d'un an, elle fût sauvée d'un incendie par Wonder-Woman. Cette dernière n'ayant pas réussi à localiser ses parents (l'appartement du sinistre n'était pas loué, et était sensé être inoccupé aux yeux du propriétaire), elle s'est fait désigner comme tuteur légale de Donna, et l'a envoyé sur l'île des amazones, où elle a vécu une enfance "normale".

Note : on peut supposer que les parents de Donna comptent parmi les victimes de l'incendie.

Robin va chopper à la mairie les plans du vieil immeuble en ruine ou ma belle brune préférée a été retrouvée, puis part enquêter sur les lieux. Sur place, il y retrouve une vielle boîte en fer qui contient une poupée. La vue de cet objet faisant pleurer Donna, Robin sait qu'il est sur la bonne piste.

Plus tard, il analyse un papier déchiré contenu dans la fameuse boîte. Après reconstitution, il s'avère que le papier contient un message manuscrit : "bonjour, je m'appelle Donna". Damned, cela veut-il dire que Donna est le véritable nom de ma belle héroïne, ou bien alors est-ce le nom de la peluche ?

Dans la foulée, Robin nettoie la poupée avec ses supers outils de détective, il y trouve le nom d'un certain "oncle Max" ainsi que son adresse.

Dick retrouve le fameux Max, il s'agit d'un vieux monsieur, fabriquant/réparateur de jouet. Ce dernier lui confirme qu'il a bien auparavant travaillé sur ce jouet, ainsi que beaucoup d'autres qui lui ont été envoyés par Mme Cassiday, l'ancienne directrice de l'orphelinat de Willowbrook.

Willowbrook a été fermé il y a quinze ans suite à un scandale d'enfants réduits en esclavage; Elmira Cassiday fût reconnue innocente par la justice, au contraire d'un certain maître William Harrison.

Robin découvre que Mme Cassiday vit à la maison de retraite de Cherry Lake, en Floride. Il y emmène Donna; celle-ci lui fait part de ses angoisses, il la réconforte en lui disant qu'il sera toujours là pour elle.

Note : Donna porte pour cette occasion une tenue franchement sensationnelle !!! Argh !!!

Sur place, ils y retrouvent la vieille Elmira, qui bien que gâteuse, se met à retrouver l'usage de ses neurones face à la vue de Donna (c'est beau les miracles, non ?). Elmira apprend à Donna qu'elle a été abandonnée bébé par sa véritable mère; celle-ci était une fille-mère atteinte d'une maladie incurable, apparemment un cancer. Avant de quitter sa fille, elle lui a laissé la fameuse poupée, d'où l'attache émotionnelle très forte de Donna pour cet objet.

Elmira apprend à Donna qu'elle fût rapidement adoptée par un couple, Mr et Mme Stacey. Le choc du nom réveillant des souvenirs pour Donna, la boucle semble bouclée, à l'exception du fait pourquoi ses parents adoptifs seraient morts dans un appartement qu'ils n'étaient pas censés habiter.

Sur le trajet de retour, au sein de la ville de Virginia, Donna arrête subitement la voiture devant une petite maison familiale. Face à la propriétaire des lieux, Donna fond littéralement en larme, ainsi que celle-ci. Par le biais du plus grand hasard – ou de son intuition – Donna a retrouvé sa mère adoptive !

Celle-ci, maintenant remariée avec un certain Mr Evans, lui explique à son mari et à ses enfants son passé : le coupe Stacy a vécu heureux pendant deux ans avec Donna, mais le mari est mort au cours d'un accident de travail.

Etant complètement fauchée, Fay Evans savait que l'Etat allait lui retirer la garde de Donna; c'est alors là qu'elle fut contactée maître Harrison, un avocat de l'agence des adoptions. Celui-ci lui a forcé la main pour vendre en douce Donna à un autre couple.

Ce couple en question n'avait rien à envier aux Thénardier, ce sont eux qui sont décédés dans l'incendie d'immeuble.

Mr Evans pardonne à sa femme de lui avoir caché l'existence de sa fille adoptive, et annonce à Donna que la famille compte désormais un membre de plus. Snif, c'est trop beau… Pommmmmmmmmmmp !!!

Quelques jours plus tard, Robin rend visite en prison à Harrison. Après les intimidations d'usage, celui-ci avoue à Robin que les deux affreux morts pendant l'incendie étaient en fait ses intermédiaires, qui se faisaient passer pour des parents esseulés afin de faciliter les transactions.

Plus tard, Donna se rend sur la tombe de sa mère naturelle, Dorothy Kingley (on dit merci aux archives de l'orphelinat). Sur les lieux, Robin lui rend la poupée, fraîchement requinquée par l'oncle Max; Donna fond de nouveau en larme.

A la fin de l'épisode, Robin, marqué émotionnellement par cette affaire, décide de reprendre contact avec Starfire/Kory, qu'il avait pas mal négligé ces derniers temps.

De son côté, le perfide Terry Long se frotte les mains à l'idée de pouvoir bientôt assouvir sa vile libido envers ma belle Donna ! Quel salaud !!! Connard, ne la touche pas ou j'aurai ta peau !!!


Commentaire :

Argh, putain la vache !

Cet épisode a beau avoir une conséquence dramatique pour ma vie amoureuse, je dois reconnaître qu'il est tout bonnement excellent. C'est pas compliqué, il fait parti des mes trois préférés de la période bénie Wolfman/Perez.

Les auteurs, parlons en, diantre !

Wolfman effectue pour cet épisode un travail remarquable dans l'écriture. Une fois de plus il sort avec maestria du contexte des super-héros pour pondre une histoire sur la recherche d'identité des enfants orphelins, sujet hélas toujours d'actualité.

L'intrigue est rudement bien mené, c'est avec le plus grand plaisir que le lecteur découvre les talents de détective de Robin (pour info, Batman considère Dick comme étant son égal dans ce domaine).

Autre point très important, la relation entre Robin et Wonder-Girl. Ces deux là, compte tenu des circonstances, auraient très bien pu tomber amoureux, mais non, le destin en a fait des amis très chers, unis par des liens que j'ai rarement vu même entre frères et sœurs.

Perez, de son côté, a lancé une véritable offensive nucléaire artistique avec cet épisode. Jusqu'à maintenant ses dessins étaient toujours très bons, mais il n'y avait pas encore la petite touche qui faisait de lui le mythe qu'il est aujourd'hui.

A partir de maintenant c'est fait, et attention les yeux, mon dessinateur préféré va tout écraser sur son passage !

Bilan : un épisode archi-culte de cette série, à lire impérativement pour tout fan de comics qui se respecte, ce à n'importe-quel prix.






Les Jeunes Titans : La croisée des chemins (1ère partie)
(The New Teen Titans – Crossroads, The New Teen Titans # 39, Janvier 1984)

Scénario : Marv Wolfman
Dessin : George Perez
Encreur : George Perez


Résumé :

En Alaska, un groupe de militaires à la mine patibulaire se font attaquer par les Jeunes Titans : les pas beaux n'ont rien à voir avec les croisés du débile George Bush, il s'agit en fait de mercenaires à la solde de l'infâme Brother Blood.

Robin, maintenant auréolé de son indépendance vis-à-vis de Batman, a décidé de traiter à bras le corps le problème Brother Blood, dorénavant les Jeunes Titans vont attaquer ses bases secrètes, ras le bol de rester sur le qui-vive !

Pendant la baston avec les sbires, nos héros se font capturer dans une cage énergétique par une prêtresse de l'autre fou, mais Cyborg réussit à absorber l'énergie de la dite cage. Les Jeunes Titans étant libérés, la distribution de baffes reprend de plus belle.


Commentaire :

Comme il s'agit d'une moitié d'épisode, j'en ferai la critique au prochain numéro.
__________________
Allez, tout le monde en choeur chante avec moi :

"Wolverine est un idiot, c'est Cyclope le plus beau !"
Réponse avec citation