Afficher un message
  #826  
Vieux 11/11/2019, 18h42
Avatar de Man-Thing
Man-Thing Man-Thing est déconnecté
Gardien du nexus
-Généalogiste Sénile--Sentinelle du Temple-
 
Date d'inscription: avril 2005
Localisation: Un marais des everglades
Messages: 3 866
Man-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie MadroxMan-Thing est partout à la fois comme Jamie Madrox
Un pour l'exposition, un pour Ego et un pour conclure. 3, ça aurait été super je trouve!

DC

Catégorie « Excellent »

RIEN

Catégorie « Très bon »



Harley Quinn 67 ( tie in year of the villain)

Genre : Thanksgiving

Harley tente de trouver un peu de réconfort auprès de son père, aux trente-sixièmes dessous depuis la mort de sa femme. Pourquoi ne pas organiser Thanksgiving en famille ? Son père se laisse convaincre si les trois frères de la clown en sont. Et vu leurs caractères fantasques, c’est pas gagné. Pendant ce temps l’histoire tie in à year of the villain se poursuit dans les pages du comic « in universe » d’Harley Quinn. L’arlequin de ce monde en a assez du crossover interminable en cours « year of the villain » et décide d’éliminer la source de tous les crossovers DC, un certain Crisis on infinite earths…
Encore un numéro très réussi, celui-ci oscillant parfaitement entre émotion et rire. Les trois frères d’Harley dont nous faisons la connaissance sont sans trop de surprises relativement hors normes et c’est un plaisir de découvrir un peu la famille de la belle. Le pan lié aux crossovers est aussi amusant que bien vu, y compris dans sa conclusion. Assez épaté que year of the villain touche aussi longtemps le titre Harley Quinn mais c’est tellement bien utilisé qu’on aurait tort de se priver. Les dessins des différents auteurs sont tous très réussis.

Scénario : 15/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

MARVEL

Catégorie « Excellent »

Absolute Carnage : Weapon + 1



Genre : Aux origines du crossover


Ce numéro one shot est situé avant le début du crossover Absolute Carnage et fait référence aux évènements de Web of Venom : Ve’nam 1, déjà assez ancien. Un groupe de super soldats liés au gouvernement US et au SHIELD tente de convaincre Weapon H, un ancien militaire devenu un sujet d’expérience croisant les pouvoirs de Hulk et de Wolverine de les aider à vaincre Carnage, devenu bien plus puissant que d’ordinaire, puisqu’il peut désormais « zombifier » tout être qui a porté un symbiote par le passé. Les soldats se sentent donc très menacés car ils font partie du projet Weapon V, issu des expériences du SHIELD pendant la guerre du Viet-nam…
Un numéro très bien mené et passionnant à lire, qui ajoute un lien supplémentaire au run en cours de Venom en faisant le lien avec le one shot Ve’nam. Le clone Weapon H est très bien employé et très bien écrit, très humain au fond. La folie propagée par Carnage est perceptible dans ces pages et son ifluence sur les porteurs de symbiotes est parfaitement bien mise en scène. On est à deux doigts du film d’horreur par moments. Les dessins, sans être très plaisants, sont particulièrement efficaces pour raconter l’histoire. Un seul regret : que ce numéro n’ait pas été intégré en tant que numéro 0 de la mini-série principale et ne soit pas paru avant elle car il apporte énormément de choses au lecteur du crossover et du titre Venom.

Scénario : 17/20
Dialogues : 17/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 17/20

Catégorie « Très bon »

Fantastic four 16
(numérotation Legacy 661)

Genre : Les FF découvrent les origines d’une planète inconnue


Ben découvre le côté oublié de ce monde idéal, Johnny découvre son âme sœur et Reed et Sue l’histoire réussie de cette nouvelle planète inexplorée
Encore un très bon numéro des FF, Slott livrant une très bonne réécriture des origines de l’équipe, ou plutôt son histoire secrète. Cet arc demeure de loin le meilleur depuis le début de la série et on espère que sa fin sera aussi réussie.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 16/20
Note finale : 16/20

Doctor Doom 2

Genre : Fatalis en cavale

Convoyé par des super-héros spécialisés et des représentants des différentes nations amenées à le juger pour son crime supposé sur la Lune, Fatalis s’évade sans trop de surprises et avec l’aide de Kang. Commence alors une cavale durant laquelle il est privé des ressources de son armure mais trouve une alliée inespérée…
Cantwell utilise très bien le personnage et le fait sortir des sentiers battus en le sortant de sa zone de confort et le lecteur avec. On se retrouve avec un Fatalis presque inédit que ce soit dans son aspect ou ses pouvoirs et on a hâte de savoir où on va. Larroca continue à livrer une intéressante copie, bien aidé par la colorisation du studio Guru –efx. Toujours une très bonne surprise.

Scénario : 16/20
Dialogues : 16/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 16/20

Catégorie « Bon »

The amazing Spider-man 33 (numérotation Legacy 834)

Genre : Semblant d’introduction au crossover 2099

Je ne suis de la partie que pour ce crossover, en bon fan de 2099 de base donc je suis un peu paumé par ce numéro qui contient essentiellement la fin de l’histoire précédente, centrée sur Silver Sable et le wild pack. C’est plutôt bien écrit et mené, malgré des dessins que je trouve perfectible. Au rayon 2099, on a trois planches sur un Spidey 2099 aussi désorienté que le lecteur au début du numéro et surtout une histoire d’invention liée au voyage temporel en partie liée au docteur Fatalis qui fait son apparition dans les dernières pages et lance un peu le crossover. Perso, je trouve le statut « tie-in » au crossover 2099 un peu usurpé car c’est très vague et rien de très marquant ne s’est encore passé. C’est plus le numéro conclusif de l’arc précédent (qui n’a pas l’air mal du tout) et c’est forcément un peu décevant.

Scénario : 14/20
Dialogues : 15/20
Dessins, encrage, couleur : 15/20
Note finale : 14/20

Ghost rider 2 (numérotation Legacy 238)

Genre : Grosse baston

Johnny Blaze pourchasse les démons échappés de l’enfer tandis que Dany Ketch tente de vivre sa vie tranquille. Bien sûr rien ne se passe comme prévu et les démons sont prêts à tout pour ne pas rentrer, donnant un très mauvais rôle à Johnny qi semble incontrôlable d’où baston obligatoire.
Un numéro qui ronronne sans génie et c’est un peu dommage. C’est très classique, trop ne fait. Kuder explique avoir eu du mal à boucler les dessins pour cause de maladie et ça se voit sur certaines pages. Les 3 aides ont réussi à limiter les dégâts de la cohérence graphique de l’ensemble mais ce n’est pas très folichon. Un numéro de transition dirons nous. Espérons mieux au prochain.

Scénario : 13/20
Dialogues : 14/20
Dessins, encrage, couleur : 14/20
Note finale : 14/20
Réponse avec citation