Afficher un message
  #32  
Vieux 10/03/2019, 18h59
Avatar de Ben Wawe
Ben Wawe Ben Wawe est déconnecté
En pleine Morlockisation
 
Date d'inscription: juin 2004
Localisation: Xanadu
Messages: 21 146
Ben Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe AméricaineBen Wawe a la Classe Américaine
Female Furies #2
La lecture du #2 me plonge dans une perplexité similaire à celle du #1 : il y a beaucoup de bonnes choses, d'idées pertinentes pour un fond dur et terrible, il y a une bonne utilisation de tout le 4th World de Jack Kirby... mais tout ne fonctionne pas, loin de là.
Le propos de la mini-série est complètement féministe, et complètement adapté à "l'ambiance" actuelle : Aurelie est clairement abusée par Willik, qui profite de son pouvoir pour l'agresser sexuellement ; Granny Goodness le sait, et l'accepte en espérant que ce sacrifice (qu'elle a elle-même subi) puisse lui permettre de s'avancer dans la géopolitique de Darkseid ; et les autres Furies refusent même de croire Aurelie, et la jugent brutalement et sévèrement. C'est terrible. C'est d'une violence rare, car elle est crue, directe, et surtout terrible "réelle" - car l'affaire Weinstein rappelle que cela existe, hélas, dans notre monde. Cette histoire ne fait qu'adapter dans le 4th World ce que notre société créé également ; horrible et terrible.
Par contre, si le propos est fort et pertinent, la forme adoptée n'est pas très bonne : tout cela est fait sans gant, mais sans que ça fonctionne, en fait. Les rebondissements s'enchaînent, mais c'est trop sec et rapide. C'est quand même mieux que le #1, parce qu'il y a plus de cohérence interne, mais ça reste... assez abscons, en fait. La forme n'est pas top, et Adriana Melo livre des planches qui ne sont toujours pas "belles", avec une narration très "facile".
Cecil Castellucci livre une oeuvre d'une brutalité totale, mais oublie un peu de "bien" raconter son histoire. Ce sera sûrement un titre important pour ce que ça raconte, mais j'espère que les auteures finiront par raconter "mieux" leur histoire... car, je le répète, le propos est fort, et très utile (hélas) dans notre période.
__________________
Elijah Snow : "It’s a strange world."
Jakita Wagner : "Let’s keep it that way."

Warren Ellis.
Réponse avec citation