Afficher un message
  #3  
Vieux 02/06/2005, 22h53
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


MARVEL FANFARE N°3
Arédit, Mai 1985.



CAPTAIN AMERICA : Le Justicier (21 pages)
(Captain America : Home Fires, in Marvel Fanfare #18, janvier 1985)

Scénario : Roger McKenzie & Roger Stern.
dessin : Frank Miller.
Encrage : Joe Rubinstein.
Couverture : Frank Miller.

Résumé :

Captain America aide les pompiers à combattre un incendie criminel. C’est le sixième incendie en six semaines, et il a été revendiqué par un groupe se faisant appeler ‘Nous le Peuple’. Captain America enquête dans le milieu, sans succès. En réalité, les membres de ‘Nous le Peuple’ sont des citoyens ordinaires qui estiment être les laissés pour compte de l’Amérique moderne. Leur cible suivante est une maison de retraite. Sur les lieux du crime, Cap trouve le badge d’un policier. En l’interrogeant, il apprend qui est le leader du groupe, un certain Hal Brady. Il se rend chez lui pour l’arrêter, mais le jeune fils de Brady ne comprend pas pourquoi Captain America s’en prend à son père et réagit violemment. Captain America se rend avec Brady au Q.G. de ‘Nous le Peuple’ où se trouve le reste de la bande. Profitant d’un moment d’inattention de Cap, Brady met le feu à des bidons d’essence. Cap réussit à sortir avec les autres membres du groupe.


Commentaire :

Un récit grave, où les criminels sont pour une fois ces gens ordinaires que Cap a davantage l’habitude de sauver que de combattre. Les motivations politiques des membres de ‘Nous le Peuple’ ne sont pourtant pas très claires, leur seule ambition finalement étant de rançonner le gouvernement. Face à eux, Captain America n’a pas grand chose d’autre à proposer qu’un discours patriotique assez convenu. Pourtant cette histoire est réussie, d’une part parce que McKenzie et Stern apportent à leurs personnages une bonne dose d’humanité (la famille de Brady, les doutes de ses camarades), d’autre part parce que Frank Miller fournit un très beau travail tout du long.


Casting :

Captain America.

Hal Brady.




KA-ZAR : Résurrection ! (23 pages sur 25)
(Resurrection !, in Ka-Zar #23, février 1983)

Scénario : Bruce Jones.
dessin : Bob Hall & Armando Gil.
Encrage : Armando Gil.
Couverture : Armando Gil.

Résumé :

Ka-Zar se trouve sans savoir comment à Casablanca. Dans sa tête, une voix lui donne des ordres et profère des menaces contre Shanna s’il refuse d’obtempérer. Il doit s’emparer d’un sac que détient un certain Vobo, lequel s’enfuit actuellement à travers les ruelles de la ville. Vobo est assassiné par un homme se présentant comme un allié de Ka-Zar. Ayant récupéré le sac, Ka-Zar se rend dans un bar où il le remet à un mercenaire. Le sac contient un explosif expérimental. Ka-Zar est alors rejoint dans le bar par Ramona Courtland, qui lui explique que son équipe lui a sauvé la vie et installé dans le crâne un appareil lui permettant d’être constamment en contact avec lui et si besoin est de le contrôler. Pour en faire la démonstration, elle l’entraîne dans son lit.

Pendant ce temps, à New York, Shanna, blessée, est recueillie par Spider-Man.


Commentaire :

Une intrigue inutilement embrouillée, assez mal servie par un dessin très inégal de Hall et Gil (certaines cases sont superbes, d’autres calamiteuses).


A noter :

En vf, l’épisode précédent était paru dans Hulk n°13 (mars 1985). Celui-ci est le dernier de la série publié en France.


Casting :

Ka-Zar, Shanna, Zabu.

Spider-Man.

Ramona Courtland.




DOCTEUR STRANGE : Le Rôdeur des Ténèbres (17 pages)
(Dr Strange : The Light that never was !, in Marvel Fanfare #8, mai 1983)

Scénario : Peter B. Gillis.
dessin : Carmine Infantino.
Encrage : P. Craig Russell.
Couverture :

Résumé :

Jim Mandarin s’est procuré le livre de Van Nyborg. Lorsqu’il tente de lancer une incantation, rien ne se passe. Mais bientôt les ombres prennent vie et l’entraînent dans une autre dimension. Meredith, sa compagne, parvient à s’enfuir et court chez le Dr. Strange. Elle est suivie de près par le Rôdeur de la Nuit, qui va entraîner Strange et Meredith dans son univers de ténèbres. Le Rôdeur lance contre le Dr. Strange une armée de démons, à la tête de laquelle se trouve Mandarin. Mais lorsque Meredith s’interpose, il retrouve ses esprits et se retourne contre le Rôdeur. L’imagination de Meredith transforme Jim Mandarin, qui apparaît soudain vêtu tel le Dr. Strange, chevauchant un destrier blanc, tel qu’elle l’a représenté en peinture quelques jours avant. Il brise le sceptre du Rôdeur, permettant au Dr. Strange de ramener tout le monde sur Terre.


Commentaire :

Une histoire ni très claire, ni très palpitante. En outre les planches d’Infantino sont indignes de ce grand dessinateur. Même l’encrage de P. Craig Russell ne peut éviter le désastre, tout juste reconnaît-on son style sur quelques backgrounds.


A noter :

Jim Mandarin était apparu une première fois dans Dr. Strange v.2 #17 (août 1976, trad. in Le Fils de Satan n°16, 2ème trimestre 1980).

La précédente apparition du Rôdeur de la Nuit a eu lieu dans Incredible Hulk #270 (avril 1982, non traduit).


Casting :

Dr. Strange.

Jim Mandarin, Meredith, Clea, Wong.

Le Rôdeur de la Nuit (Night-Crawler).


KEVIN NOWLAN PORTFOLIO (3 pages sur 6)
(The Kevin Nowlan Portfolio, in Marvel Fanfare #18, janvier 1985)

dessin & encrage : Kevin Nowlan.

A noter :

Trois autres planches présentes dans la vo n’ont pas été reprise dans cette revue : il s’agit des dessins mettant en scène Red Sonja, Phoenix et Nova.


Casting :

Dagger.

Black Widow.

She-Hulk.

Dernière modification par Niglo ; 25/04/2006 à 21h33.