Afficher un message
  #144  
Vieux 26/05/2009, 22h37
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Chtit changement :

Hellblazer #134 - 139 parus dans le TPB Haunted par Warren Ellis & John Higgins



Ghost Plot : John habite un appart un peu sordide et les jours passent tranquillou jusqu'au jour où il apprends par le journal la mort d'une ex à lui qu'il n' a pas vu depuis des années; Isabel Bracknell. C'est plus fort que lui et il commence à enquêter pour connaître les raisons de sa mort.
Il remonte à un autre magus du nom de Josh Wright attiré par l'œuvre d'Aleister Crowley et qui aurait manipulé la jeune Isabel pour en faire sa Femme Ecarlate, source d'un pouvoir occulte. Les conséquences ont été des tortures, des sévices et une mort atroce lorsqu'elle ne fut plus utile à Joshua.
Epaulé par Chas, il finit par attraper ce Wright et fait subir un traitement horrible : après un bon molastage, il est enfermé avec le cadavre d'Isabel, nu et sous acide. Le traumatisme le laisse complètement détruit!
Le fantôme d'Isabel devient enfin libre et John fait un peu le point, dans cette ville de Londres si riches en histoire et en fantôme, comme un être vivant, réfléchissant à Wright, qui en tant que Magus se moquait complètement des gens normaux, réjouit même d'être différent, supérieur... est ce que John est devenu ou deviendra comme lui?


Passage de flambeau, Warren Ellis pour son premier arc sur Constantine. Il ne se mouille pas trop avec une histoire classique de fantôme. Le déroulement reste lui aussi ultraclassique, John appelle ses contacts, finit par débusquer le coupable du meurtre et lui fait passer l’envie. Certes classique, mais pas mal foutu, pas de fausses notes, pas de digressions ou d’hors sujets… Ellis maîtrise correctement se plot certes pas très compliqué.
Pour le reste, pas très exitant… le coté « hanté » n’est pas mis en avant là où plus de poids aurait pu devenir plus intéressant. Il s’agit d’une ex que John a connu il y a des années pendant quelques mois… bof…on comprends bien qu’il enquête plus parce que c’est sa came que pour cette fille, mais là encore ce point aurait pu être plus exploité. Après tout, c’est un bâtard ! Il y a un défilé de magus, pas forcément géniaux non plus, et le coté « Londres » en tant que perso supplémentaire, avec sa vie propre n’avait pas vraiment sa place ici. Tentative peu efficace de venir enrichir le récit avec quelque chose qui avait déjà été fait, sans vraiment renouveler le truc et, en ce qui me concerne, cela ne m’a pas complètement touché.
Mais il n’y a pas que des points moyens. La manière dont est traité le meurtre est intéressante. Basé sur la Femme Ecarlate d’Aleister Crowley, un truc qui fait froid dans le dos, Ellis en fait quelque chose de presque banal. D’un monument de l’occulte, on tombe à un petit fait divers. Ceci, au départ un peu frustrant, se trouve au final devenir une bonne idée, rajoutant du réalisme, du crédible et donc de l’intérêt au récit. On retrouve ce point plus vers la fin, pas vraiment de surnaturel mais suffisamment d’occulte pour que cela reste un Hellblazer, un ton un peu différent d’Ennis, et au final assez rafraichissant. C’est cool de voir le Premier des Déchu à chaque page, mais au bout d’un moment, ça saoule !

Higgins encore aux crayons, un style qui au final va mieux à ce plot donc moins fantastique et plus réaliste. Peut être le même défaut, toujours le même style quelque soit la situation, ce qui ne sert pas forcément un comics aussi riche que Hellblazer. Néanmoins toujours aussi bon sur les expressions de visage, quelques bonnes cases chocs.. un travail honnête !

Au final donc un arc pas très exitant. On dirait que Ellis a voulu se la jouer prudent en prenant des bases vues et revues mais solides, développant une histoire sans trop prendre de risques. Cela reste une bonne petite lecture à se faire les jours où on est au calme, sans rien à faire et avec personne pour vous emm***** !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation