Afficher un message
  #143  
Vieux 17/05/2009, 13h04
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Double ration :

The Dreaming #51 Second Sight par Caitlin R. Kiernan & Christian Hojgaard, Cameron Stewart



Pop : Après son expérience autour de la pierre Faerie, Maddy s'occupe de sa soeur qui replonge dans la drogue et commence à voir et à être le témoin d'étrange choses dans le monde eveillé. Elle rencontre le weirdo Sissy qui lui explique qu'elle a acquis le pouvoir de deuxième vision, en général il arrive à la naissance mais pour Mady visiblement c'est tout récent. Il parvient à la convaincre de continuer à l'écouter alors que Mady refuse encore d'accepter, pensant qu'elle a perdu la tête. Il lui explique alors de faire attention, le monde regorge de choses étranges et beaucoup n'aiment pas être vues ou observées. Sissy lui propose de l'aider à gérer cette nouvelle situation. Devant l'hésitation de Mady, pensant à Evangeline mais ne fermant pas la porte, il finit par disparaître poursuivi par un certain Pelagro, laissant Mady perplexe mais qui commence à accepter tout ceci.

Petit one-shot ici avec Maddy comme perso principal après sa mésaventure féerique. Rencontres insolites, évènements étranges, Maddy glisse petit à petit dans « l’autre monde ». Si les idées sont là pour une transition réussie d’un monde à l’autre (sa sœur comme point d’appui « réel », un nouveau pouvoir pour le « magique »), c’est dramatiquement mince. Encore une fois, un seul numéro c’est trop léger là où il y avait matière à un plot genre Candide. C’est donc assez expédié, on ne s’attarde pas trop, on effleure juste alors que le style reste lent, paradoxal…
Visiblement Kiernan a du mal avec les one-shot . On dirait qu’elle les réalise de la même manière que les arcs plus longs, ce qui est incompatible ! Dommage l’idée était bonne encore une fois. Enfin une héroïne différente, avec un background, matière à approfondir et un monde à explorer… mais c’est trop vite fait pour que la sauce prenne. Au final, le comics est lu avec une sensation de survol, comme si on avait manqué 10 numéros avant celui là et on tombe sur une fin qui n’en ai pas une… bref…numéro sans vraiment d’interêt. Manque d’inspiration de l’auteur ou choix éditorial ? Ich weiss nicht….

Coté dessin, Hojgaard qui décidément semble régresser de numéro en numéro. Peu d’inspiration dans le découpage, décors minimalistes, enchainement peu évident, action figée… bref visiblement, le plot ne l’a pas emballé, ce qui n’aide pas ce pauvre #51…


The Dreaming #52 - 54 Exiles par Caitlin R. Kiernan & Christian Hojgaard, Ron Randall

..

Plot : Le Corinthien, un an après son exil sur le monde éveillé, se demande encore si il s'agit d'une punition ou d'un leçon. Gérant encore avec difficultés le fait de pouvoir rêver, il ère dans le monde, perdu, commettant ou rêvant des crimes. A Bangkok, il se heurte malgré lui à une secte désireuse de libérer une partie de l'essence de la déesse Kali. Ils finissent par y parvenir au prix de leur vie alors que le Corinthien n'a pas pu sauver la vie du garçon thai avec qui il partageait le lit depuis son arrivée. Echo apparaît alors, lui disant que Dream estime que c'est suffisant et qu'il peut rentrer si il le désire. Mais le Corinthien, encore plus perdu et perplexe, très affecté par la mort du garçon, une première pour lui qui a plutôt l'habitude de causer ce genre de drame, affirme ne pas pouvoir rentrer de suite, pas tout seul...

Bon dans la série lecteur qui ne sait pas ce qu’il veut… après avoir couiner qu’on voyait toujours les mêmes têtes, en ouvrant ce #52 et en voyant le Corinthien… ben j’étais content !
Et oui ma foi, car après tout c’était alléchant de savoir ce qui adviendrait de ce pauvre, banni dans notre monde. Ben voilà…
Petit arc de 3 numéros assez riches, dans un style très Kiernan : une bonne base sur un perso principal qu’elle maîtrise bien et hop on déroule autour avec quelques points d’ancrage ici et là rappelant l’univers et boum. Est ce que cela marche ici…. Moyen à vrai dire…
Pourtant l’ambiance est là, un quartier chaud de Bangkok, pluie, humidité, chaleur, pauvreté, un endroit qui fait ressortir le pire de l’être humain.. le cadre est bon, bien rendu, on s’y croit. Un peu de violence, du mystère comme on aime, et en plus un soupçon de trash avec la relation entre le Corinthien et ce jeune travesti…bref de bons éléments (apparition d’Echo), de quoi faire un chouette truc. Alors où ça perds en qualité ?
Deux points à mon sens.. premièrement, le lecteur s’attends au vue du plot à ce que l’un des point important soit la relation qu’entretient le Corinthien avec son ancien lui, avec le Dreaming, avec Echo,… certes Kiernan en parle mais sans aller trop en profondeur, dommage, il y avait peut être matière à approfondir cela. Elle qui aime tant que cela a explorer la pyché de ses perso, elle a raté une belle occaz sur ce coup là. Genre dans un premier numéro consacré uniquement à cela puis 3 numéros derrière pour le plot… le genre de profil qui aurait grandement pu enrichir cet arc. Là du coup on entre assez vite dans l’histoire.. autre point négatif…
Bon c’est pas si mal que cela, ça se tient le coup de la secte. Mais c’est traité sans vraiment d’originalité, très classique, sans aucun rapport avec le Corinthien qui se retrouve au milieu par hasard. Cette coïncidence n’est pas franchement bienvenu, on aurait pu voir venir une histoire similaire mais directement connecté à lui… On ajoute une petite facilité scénaristique pour boucler la fin, qui ajoute à cette sensation de devoir vite finir.
Enfin j’dis tout ça.. ch’uis pas scénariste ^^. Mais comme précédemment, Kiernan s’est peut être un peu précipitée, laissant de coté de quoi faire un arc très sympa car la base et surtout l’ambiance et le décor étaient propice à une excellente histoire. Au final, c’est sympathique sans atteindre le plein intérêt.

Hojgaard aux dessins encore mais cela s’améliore. Il est pour beaucoup dans la retranscription de cette ambiance glauque et moite…Un effort sur les décors, sur les cases importantes avec des scènes chocs mieux mises en valeur. Une bonne alternance dans le style selon les passages, vraiment du bon taff après du pas terrible, un vrai mieux !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!

Dernière modification par Jorus C'Baoth ; 17/05/2009 à 13h19.
Réponse avec citation