Afficher un message
  #137  
Vieux 21/02/2009, 10h33
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Chtit plaisir :

Scene of the crime : A little piece of goodnight par Ed Brubaker & Michael Lark, Sean Philips



Dark plot : Le détective Jack Harriman enquête sur la disparition puis la mort d'une jeune femme. Son investigation le mène vers une secte, puis vers un incendie datant de 10 ans et finalement se conclut autour d'une sombre affaire de famille et de vengeance. Jack en profite pour raccrocher une vie ''normale'', laissant derrière lui ces problèmes et se rapprochant de son ex.


Trouvé dans un bac à un certain Ramonville, je n’avais jamais entendu parlé de ce comics. Affiche alléchante, Brubaker, Lark, Phillips dans une histoire d’enquête qui fleure bon le dark et le trash… let’s go donc !
Et c’est du solide ! du simple mais efficace ! Rien d’extraordinaire, rien de révolutionnaire, de la bonne enquête par un détective avec un lourd passif, avec une vie dans le brouillard mais qui malgré ces problèmes choisit d’aller de l’avant. Vu revu et rerevu mais… si le cadre est familier, le contenu est suffisamment bien maîtrisé pour qu’on s’y plonge. En effet, Brubaker jongle bien entre sa galerie de personnage avec notamment son héros bien dense qu’il nous découvre petit à petit et son plot. Ça avance doucement, enchaînant les révélations sur l’enquête avec celles sur la vie du héros avec un peu d’action.
Ça commence bien avec un cliffhanger de barre à la fin du premier # bien utilisé par la suite. Cette dernière est classique, doucement mais sûrement, une histoire bien ficelée. Le rythme est bon, on ne s’ennuie pas si ce n’est un poil juste avant la fin où le soufflet retombe un peu. Sur quelques pages, le héros semble un peu perdu, dans une impasse, les pistes sont brouillées. Du coup le lecteur aussi et finalement tout se révèle devant une épiphanie du détective… un peu facile peut être sur ce coup là. Néanmoins, le fait se connaître enfin le fin mot de l’histoire reste suffisamment plaisant pour que ce petit désagrément ne prenne pas trop d’importance.
Les personnages sont donc l’autre point fort du comics. Une galerie réaliste, riche sans être trop, même le bad guy de seconde zone a un background et un caractère. Le héros surtout est bien détaillé mélangeant vie privée, vie passée, sentiments actuels, sentiments sur l’enquête… cela donne une vraie profondeur au récit et le porte vers le haut, une réussite !

Coté dessins, Lark et Phillips sont dans le ton. Réaliste, sombre, avec de belles cases chocs pour appuyer l’avancée de l’enquête et notamment une case magique à la fin du #, magnifique d’émotion sur laquelle je suis souvent revenu et qui m’a permis de réellement plongé dans le récit ! Le reste est comme le travail de Bru, simple, sobre et efficace. Certes découpage classique, pas génial, sans trop de prise de risque et assez cinématographique (un autre caractère de ce comics, très proche du ciné) mais les passages un peu moyens sont relevés par l’histoire. Un taff correct au final sans plus. Même remarque pour les couleurs, assez ternes, appuyant le coté sombre et underground du comics.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation