Afficher un message
  #134  
Vieux 11/02/2009, 20h58
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Enchainage!

The Dreaming #39 - 43 The lost language of flowers & Fox and hounds par Caitlin R. Kiernan & Christian Hojgaard, Al Davison, Bo Hampton


....

The Dreaming #39
Madelaine, une jeune lycéenne mise à l'écart au vue de son style, en pleine dépression.. pense à sa sœur Evangeline qui a disparu avec son copain billy...
Chez elle, elle finit par sombrer dans un rêve étrange où elle est la fille du Cartographe du Dreaming. Dans ce rêve, elle a passé sa vie avec lui et à 14 ans il lui annonce qu'elle n'est pas sa fille et qu'elle doit sauver le royaume de son oncle qui a subit un enchantement des 3 sorcières, forçant tout le monde et sa soeur Evangeline a dormir. Sur le chemin, elle rencontre Lucien, l'ancien libraire que les Sorcières ont rendu aveugle et la petite gargouille Goldie. ils sauvent Mervyn, récupèrent l'amulette mais les Sorcières les attaquent et tuent Mervyn avant que Lucien ne les abattent. Sur le chemin du retour, Maddie se réveille avec l'amulette autour du cou!

The Dreaming #40 – 43
Toujours avec le Corinthien sur les talons, Echo parvient à sauver Evangeline en appelant les secours à temps malgré être toujours traumatisé par les derniers évènements. Pendant ce temps, Lucien décide de partir également à la poursuite d'Echo, voulant faire la lumière sur son apparence de Christina.
A l'hôpital, Maddy retrouve enfin sa sœur Evangeline dans le coma. Le Corinthien l'attaque pour retrouver Echo mais le pouvoir de l'amulette les protège et met en fuite le cauchemar. Echo de son coté se résigne à la mort, pensant finalement qu'elle le mérite, lasse de tout cela et même regrette le Dreaming. Mais elle est sauvé par Eblis O'Shaughnessy qui travaille pour Desire (visiblement) et se doit de protéger Echo car sa mort des mains du Corinthien avec l'aide de Matthew aurait de lourdes conséquences. Ils prennent la fuite tous les deux.
(Lucien se remémore lors d'une mission en 1894 pour Dream sa rencontre avec Christina, sa romance et sa dramatique fin d'une maladie avec cette mystérieuse note ''Wych Cross 1916'').
Alors qu'Evangeline finit par se réveiller, la course poursuite entre Echo, Eblis et le Corinthien les mène vers la nécropole Litharge passant devant le cirque des nécrovores. Lucien les rejoint et dans le chaos qui s'ensuit, il tue accidentellement Matthew!! Echo, regonflée à bloc, repart vers le Dreaming pour tenter de le sauver.
Le fantôme de Matthew demande à Daniel de rester mort, fatigué de sa vie, et lui demande de faire en sorte que Lucien oublie pour qu'il n'ai pas de remords. Dream punit le Corinthien en le bannissant sur le monde eveillé et Echo prends sa place en tant que Corinthien.
Les funérailles de Matthew réunit tout son monde dans un moment très émouvant.. et un nouveau corbeau est nommé, un corbeau blanc du nom de Tethys!



Bon non mais oh… quoi j’ai dit auparavant ?! Toujours les mêmes visages, des intrigues un peu déjà vues, un espèce de microcosme que Kiernan semble utiliser jusqu’à la fin… et visiblement c’est re repartit !!
Bon, passer ce préjugé, j’allais pas les jeter ces comics hein…alors je les ai lu… et j’ai bien fait !
Ainsi après plusieurs arcs en fil rouge parfois un poil poussifs, nous avons enfin une conclusion digne de ce nom, les graines semées dans le run précédent porte ainsi leurs fruits. Et de belle manière en plus : la construction de l’histoire n’est pas linéaire, commençant avec un espèce de one-shot introduisant un nouveau personnage et un numéro flashback en milieu d’arc. Une petite particularité qui enrichie grandement la lecture, enfin ! Je dirai même un peu d’originalité dans une série dont c’est censé être le fond de commerce !
Un premier numéro donc très bon, très dans le ton du Dreaming, un peu décalé et original. A la fois une bonne introduction et une pause agréable dans le fil rouge Corinthien vs Echo.
L’histoire principale elle se situe dans le prolongement direct de celle d’avant, le Corinthien courant toujours après une Echo découvrant ce nouveau « monde ». Le ton est le même, sans prise de risque, et ma foi.. sans génie non plus.. paradoxalement c’est l’arc final mais dans l’ensemble le moins bien foutu. L’aspect plus émotionnel, l’approfondissement des personnages où excelle Kiernan est plus effacé ici, elle surfe juste sur les histoires précédentes. De plus elle utilise quelques facilités scénaristiques, quelques raccourcis un peu faciles, sans fondement, avec des points intéressants mais mal utilisés, pour amener les personnages vers la fin. Un peu faible donc, peu passionnant, parfois maladroit mais ceci est sauvé par une grande et belle fin. Il y a ce qu’il faut, émotion, nostalgie, drame… tous les personnages de ce fil rouge sont réunis, Kiernan nous invite à nous joindre à eux, partager leur peine et leur tristesse suite à la tragédie. On oublie un peu les défauts précédents et on plonge enfin dans l’histoire. Pas forcément original certes mais brillamment mis en scène. Décidément Kiernan confirme son talent pour proposer des récits, des moments chargés en émotion et en sentiments, construisant doucement son histoire crescendo vers le point culminant. Cette fin nous donne même l’impression qu’elle s’est bridée dans les arcs précédents, peut être pour garder toute l’intensité dans ce numéro #43, à moins qu’elle n’ai volontairement, ou pas, pas osé aller trop loin avant cela.

Coté dessins, Hojgaard encore, peu inspiré hélas, très classique, sans « le truc » qui transporte le lecteur dans ce monde particulier, accompagnant les moments peu géniaux écrits par la scénariste. Néanmoins, il est suffisamment honnête pour donner une lecture simplement agréable mais qui aurait pu faire mieux. Il était meilleur sur The Gyres. Le one shot flashback est dessiné par Al Davison, déjà vu précédemment sur le titre. Il possède un trait intéressant, mais peu adapté à une histoire d’amour peut être, dommage car à la fin de l’histoire plus sombre, son style est parfait. Bob Hampton finit l’arc avec un style très sobre, le genre simple et efficace. Il parvient à transmettre de la tristesse dans son trait, appuyant cette fin très émouvante.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation