Afficher un message
  #115  
Vieux 09/10/2008, 23h44
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Même pas peur ....

Lucifer #55 - 61 parus dans le TPB n°9 Crux par Mike Carey & Peter Gross, Ryan Kelly, Marc Hempel, Ronald Wimberly



Plot : En Enfer, le seigneur d'Effrul Christohper Rudd, ancien damné, monte un mouvement contestataire contre l'aspect figé de l'enfer, prônant une évolution et du changement. Alors qu'il est capturé et torturé par Duma l'ange gérant l'Enfer, à la surprise général Remiel, son camarade ange muet, sort de son silence et donnant ses Clefs à Rudd, le nomme pour diriger l'Enfer!
Pendant ce temps, Lilith, après avoir été retrouvé par Mazikeen dans l'univers de Lucifer, lui fait part de son expérience vécue il y a des millénaires. En compagnie de Berim du Jin En Mok, de Sandalphon et du silk man, ils ont vu l'avenir : le nouvel univers de Lucifer, le départ de Dieu, la disparition de Lucifer et Michael à Yggdrasil,... Lilith, poussée par son désir de revanche sur les Anges après qu'ils leur ai refusé le paradis et la Cité d'Argent à elle et à ses enfants, accepte de s'allier aux autres pour attaquer et détruire la cité d'Argent et fermer la porte de sa propre Création à Dieu au cas où il voudrait revenir...
Annonçant que le monde est arrivé à un croisement et qu'il est temps d'agir, Lilith avec Berim prennent la tête des lilims, ses fils, bannissant Briadach et Mazikeen pour avoir suivi Lucifer. Elle rejoint Sandalphon avec une armée d'anges, les fils de Sandalphon et Lilith, crées en vue de ce moment et ensemble se dirige vers la plaine d'Armageddon vers la Cité Argentée.
De leurs cotés, Elaine parvient à contrôler le pouvoir de Michael, et après l'avoir suffisamment manipulé dans un 3ème univers, elle parvient à créer une porte vers l'univers de Dieu. Elle parvient avec Lucifer à s'échapper d'Yggdrasil et ils rejoignent Jill Presto qui vient d'accoucher de la fille des Basanos après avoir passé un pacte de non agression avec elle.



Après un volume en demi teinte qui semblait s’éloigner un peu du plot principal, voilà un tome 9 qui y met les pieds dedans sans subtilités !
Cela commence doucement mais sûrement avec un one-shot en Enfer où un évènement majeur si passe. La tension montant régulièrement depuis les derniers albums, les différents protagonistes se mettent en place et c’est avec cela en tête qu’il faut lire ce numéro…Carey distille une nouvelle fois, après les anges et Lucifer, la notion que les choses changent et évoluent dans des sphères pourtant figées depuis leur création il y a des millénaires, un bon indicateur de l’Apocalypse à venir rajoutant une sensation de chaos imminent très savoureuse.

Les deux numéros suivants sont dans la même mouvance, mis en place de personnages et pas les moindre : après le flashback du tome précédent, Lilith entre en jeu. On comprends vite que ce personnage aura un poids plus que conséquent dans le futur. De manière similaire que les tomes précédents, Carey alterne présentation des perso, leur arrivée sur l’échiquier final ainsi que leurs actions respectives.. même si le principe se répète, l'auteur parvient suffisamment à faire monter le récit petit à petit pour que cela ne soit pas ni lourd ni trop hors sujet. Cela dit l’action semble proche, on commence à être un peu impatient.
Cela reste en plus deux épisodes fort en informations, en révélations, ce qui, associé au fait de revoir Lilith après le magnifique prologue de Russel, en font des numéros très agréables ; bien intégrés dans la continuité.

Suit un épisode lui plus hors sujet mais tellement génial qu’on lui pardonne de faire baisser un peu le rythme du récit. Elaine doit se prendre pour Dieu, créant un univers après avoir absorbé le pouvoir divin de Michael. Episode très savoureux et très inspiré donc, où l’on voit les essais et échecs d’Elaine dans sa Création sous l’œil moyennement complaisant de Lucifer. Personnage très charismatique, on ne peut que suivre les essais d’Elaine, partager ses émotions, ses doutes et au final… cela donne carrément une vision nouvelle du Créateur et de son œuvre au delà d’un être omnipotent, un être très humain… très intéressant.

Enfin le plat de résistance : les choses se précipitent, Lilith met son plan à exécution alors que Jill Presto va mettre au monde le descendant des Basanos. Le ton monte d’un cran, surtout via Lilith, Carey continue à bousculer des choses qui devraient être immuables, renforçant le coté catastrophique et fatal à venir. Certes l’histoire avec Presto est un ton en dessous, une petite facilité scénaristique pour l’amener à Las Vegas telle que Carey ne nous avait pas habitué, dommage mais le reste est bon, notamment le « voyage » final vers le futur nouveau né. Cela dit, tout comme avec Fenris, je ne suis pas super emballé par donner un rôle aussi important au descendant du Basanos, divinité mineure au milieu des Archanges, Lilith, Lucifer,…Cela a tendance à diminuer l’aspect enoooooorme du récit… j’espère qu’au même titre que le premier épisode en Enfer, on pourra voir les autres divinités majeures, même rapidement, comme les nordiques, asiatiques,…

En bonus on recroise rapidement le Coyote vu dans la série The Dreaming et on a un voyage intra utero pour Jill plutôt bien pensé. La fin manque un peu de punch et est plutôt fade mais ma foi, il y a déjà beaucoup à se mettre sous la dent.

Un bien bon volume donc qui porte bien son nom, Crux, l’histoire principale et les personnages parviennent à un point de non retour où des choix importants doivent être fait et qui auront des conséquences tout aussi importantes.. mais on sent quand même qu’on se dirige vers le pire des scénario, très loin de la sagesse que ces immortels devraient avoir. Constat assez fun en fait qui nous prépare en un sens à la suite… Tout le monde est en place, la montée en puissance a atteint son apogée, le prochain volume s’annonce .. d’Enfer !!!

Niveau illustration, un album plutôt hétérogène. On commence avec Marc Hempel, un habitué du monde de Gaiman avec un trait très particulier, très carré, très cartoon, très théâtral dans ses cases…. Pas désagréable, très émotionnel mais inhabituel ici.. cela casse un peu l’ambiance. Suit Peter Gross, comme d’habitude qui encore une fois, sans être génial, reste efficace et enfin Ronald Wimberly qui a la lourde tache d’illustrer l’épisode ou Elaine joue a Dieu et il s’en sort à merveille, un style assez proche de Gross voir même meilleur sur les visages alternant dessins classique et plus simplistes selon et au final qui donc s’intègrent bien. L’inévitable Vozzo à la couleur toujours aussi bon quelque soit la case !
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation