Afficher un message
  #1  
Vieux 15/07/2008, 14h42
Avatar de doop
doop doop est déconnecté
bouzouk force !!!!
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: juillet 2005
Messages: 27 136
doop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richardsdoop fait la courte échelle à Reed Richards
Crit.Doop sem 69: FRAY, ENTER THE MANDARIN, 7 PSYCHOPATHES, MARVEL HEROES,SUPERMAN

Critiques Doopiennes semaine 69

FRAY

(Joss Whedon / Karl Moline / Andy Owens)

Comme ce personnage a fait son apparition dans les nouveaux épisodes de BUFFY SEASON EIGHT, DARK HORSE en profite pour ressortir le TPB de cette mini série en huit parties, sortie il y a bien quatre ou cinq ans et qui est l’un des premiers boulots de JOSS WHEDON dans la bande dessinée.
Evidemment, WHEDON décide de ne pas prendre de risques, on a droit à une histoire se passant dans l’univers de BUFFY, mais situé à quelques centaines d’années dans le futur, simplement pour ne pas décontenancer le lecteur qui ne connaîtrait pas l’univers de la tueuse de vampire.
WHEDON et MOLINE nous présentent ici MELAKA FRAY, une jeune voleuse qui s’entend un jour dire par un démon qu’elle est l’élue et qu’elle a été choisie pour éradiquer les vampires de la surface de la Terre. Manque de bol, la Terre regorge désormais de mutants, hybrides et créatures bizarres, ce qui fait que plus personne ne s’intéresse aux vampires, tombés dans l’indifférence la plus générale. Pourtant, un vampire très puissant est en train de récupérer des artéfacts qui devraient lui permettre d’ouvrir un portail dimensionnel qui ramèneraient l’enfer sur Terre. Comment cette jeune demoiselle au caractère bien trempé , poursuivie par sa propre sœur qui fait partie de la police, va bien pouvoir se dépatouiller de cette situation ?

Bon, laissez tomber le côté original. Si vous avez lu le tout petit résumé ci dessus vous avez bien compris que WHEDON cherche à se rassurer et à attirer le plus de monde possible avec une BUFFY 2099, et c’est peut être le gros problème de cette mini série. En effet, si les deux trois premiers numéros sont plutôt bien réussis, WHEDON arrivant parfaitement à décrire ce monde futuriste et a donner une personnalité intéressante à cette jeune demoiselle qui ne ressemble pas du tout physiquement à BUFFY SUMMERS , il n’arrive pas à innover complètement , car FRAY a quand même beaucoup de points commun avec celle ci (une répartie et une attitude de tête brûlée). Et c’est un peu tout le problème d’une histoire pour laquelle à la limite la filiation avec la série télévisée n’était absolument pas utile.
Rien n’empêchait FRAY de mettre fin à la même menace si elle avait été engendrée par un mutant , et les vampires en gros ne servent à rien, toute l’histoire autour de l’héritage et de la. tueuse ne vient en fait qu’encombrer une série qui aurait très bien pu s’en passer. Car cela se suit très bien. Les dialogues sont bons, il y a deux trois retournements de situation assez imprévisibles, et c’est à mettre à l’actif de WHEDON, mais finalement, on reste dans un scénario assez basique, surtout à la fin. C’est une bonne intrigue de série télé, mais WHEDON n’utilise pas vraiment le médium à sa disposition pour faire quelque chose de novateur ; il nous raconte simplement un épisode spécial de BUFFY avec un peu plus de moyens. J’aurais attendu quelque chose de plus poussé dans l’utilisation de la bande dessinée, et je suis un peu déçu par ce point. De la même manière, ce n’était vraiment pas la peine de mettre des vampires là dedans.
Le fan de BUFFY (que je suis) peut aussi ressortir un peu frustré de cette histoire, car il n’y a pas vraiment de bonus, d’œuf de pâque inclus dans la bande dessinée qui pourrait faire un peu référence à la blonde de SUNNYDALE, à peine quelques infos sur la transmission et les filles choisies, mais qui ne s’intègre plus vraiment dans ce qui s’est finalement passé dans la saison 7.
Maintenant, l’histoire est très agréable à suivre, c’est une bonne aventure, pleine d’action avec de jolis dialogues et quelques renversements de scénario, mais cela reste hyper classique, et j’avoue que j’attendais plus, WHEDON ayant fait de très jolies choses sur la série BUFFY SAISON HUIT (il en a fait aussi de moins bonnes, comme la fin de ASTONISHING X-MEN, par exemple…).
Les dessins eux aussi sont très classiques. C’est plaisant, la narration graphique est très bonne, les pages sont très dynamiques, KARL MOLINE ayant un style entre SCOTT Mc DANIEL et MARK BAGLEY, mais rien de bien révolutionnaire. Et il y a quand même quelques planches bien ratées.
Après, le format TPB correspond tout à fait à ce genre de série, c’est sympa, on sait ce qu’on va y trouver, mais le reproche c’est qu’il n’y aura finalement rien de plus, pas de petite étincelle qui fera pétiller notre œil.
C’est dommage car les deux trois premiers épisodes de FRAY sont nettement au dessus de la moyenne , c’est finalement la filiation avec la série BUFFY qui fait, à mon goût, plonger un petit peu la série vers du classique. Une bande dessinée ni excellente, ni mauvaise, qui s’élève un peu au dessus de la moyenne grâce à ses premiers numéros.
Très sympathique, mais finalement pas si indispensable que cela, et j’en attendais plus.




7 PSYCHOPATHES

(Vehlmann / Phillips)

C’est ma libraire qui m’a conseillé de bouquin , qui je dois quand même l’avouer me faisait de l’œil depuis quelques mois par al présence du talentueux SEAN PHILLIPS aux dessins. Le concept est sympathique puisque 7 PSYCHOPATHES est le premier volume d’une série de 7 ouvrages qui n’ont aucun point en commun entre eux , si ce n’est le chiffre 7. on a donc les 7 pirates, les 7 voleurs, etc….. tous racontés par des scénaristes et dessinateurs différents et tous avec un ton différent.
Pourquoi pas, surtout que l’intrigue de ce volume est alléchante.
Pendant la deuxième guerre mondiale, l’armée Britannique décide de monter un groupe de 7 personnages complètement tordus pour assassiner HITLER. En effet, quoi de mieux qu’un groupe constitué de personnes absolument imprévisibles pour déjouer les plans e l’intelligence Allemande et arriver à ses fins. Si le principe de départ tient bien la route, on est franchement déçu par son exécution. En effet, le scénariste FABIEN VEHLMANN n’arrive absolument pas à développer tous les personnages qu’il introduit dans la cinquantaine de pages qui leur sont attribuées. Il s’intéresse surtout au point de vue de SUSAN, une tireuse d’élite qui accepte la mission afin de vivre heureuse avec son fils. Finalement, on retombe très vite dans du cliché et du personnage très générique. Le tort de VEHLMANN est d’orienter sa série vers l’action, alors qu’il aurait été de bon ton de faire vivre et de montrer comment ces 7 psychopathes peuvent cohabiter. On ne saura par exemple rien d’autre du gars étrange et défiguré si ce n’est que c’est un « seigneur de la guerre » .
C’est véritablement l’exécution qui pêche ici, et on se demande si le scénariste avait en tête toute sa trame, plutôt qu’une simple idée de départ, car le fin est terriblement classique et très prévisible. On sent ce qui va se passer des dizaines de pages avant le final, qui retombe donc complètement à plat. L’intrigue tombe à l’eau, le projet était peut être trop ambitieux pour un seul volume. De plus, et c’est complètement personnel, j’ai l’impression d’avoir déjà lu cette histoire une bonne dizaine de fois. Cela ne m’a absolument pas fait dresser le moindre poil de sourcil pendant 50 pages.
Quelques mots sur les dessins de SEAN PHILLIPS, qui lui on plus ne livre pas sa meilleure prestation, et de loin ! Ce n’est pas du tout au niveau de CRIMINAL, par exemple. Ce n’est pas UNCANNY X-MEN non plus, mais en toute honnêteté, je trouve qu’il a essayé de gommer son style assez particulier, avec pour résultat un dessin beaucoup plus lisse et convenu que d’habitude. Peut être est-ce dû au grand format, mais je trouve que PHILLIPS n’est pas inspiré sur le coup. C’est correct, lisible, mais sans vraiment de petit supplément d’âme, et c’est dommage de la part de cet artiste qui m’a fait acheter cet album uniquement sur son nom. J’attendais plus et mieux.
Bref, une intrigue très classique pour une histoire avec finalement de très nombreuses lacunes ( on privilégie l’action à la description, le temps accordé au développement des personnages n’est pas suffisant voire inexistant pour certains) en dépit d’une bonne idée de départ.
C’est dommage, mais je ne suis pas du tout arrivé à m’impliquer dans le destin et les aventures de nos 7 psychopathes. Rajoutez à cela du dessin un peu décevant, et vous obtiendrez une BD somme toute assez moyenne.
L’avantage, c’est que les autres BD suivantes seront toutes différentes, mais c’était le premier volet et l’appel d’offre ne m’a absolument pas convaincu. Je passe mon tour sur la collection des 7 !

et demi



IRON MAN : ENTER THE MANDARIN.

(Joe Casey / Eric Canete )
Contient les six numéros de la mini-série éponyme.

Je ne sais pas trop pourquoi j’ai acheté ce TPB. IRON MAN est loin d’être le personnages qui me passionne le plus, même si son développement de ces dernières années est assez bien effectué (depuis CIVIL WAR en fait.) ; de plus, ENTER : THE MANDARIN est à la base une resucée de TALES OF SUSPENSE 50-55 remise au goût du jour et qui nous raconte la première apparition du MANDARIN. Bon, en fait j’ai acheté ce TPB sur le seul nom de JOE CASEY, qui est coutumier de ce genre de reprises et que j’avais énormément apprécié sur EARTHS MIGHTIEST HEROES où il avait déjà réactualisé le passé des VENGEURS de fort belle manière. Maintenant, ce genre d’histoire ne fonctionne que si cela permet d’approfondir ou de donner un peu plus d’informations sur les personnages tels qu’ils sont dépeints maintenant. Cela n’a aucun intérêt de reprendre la même histoire mot pour mot, et la grande question était de savoir si CASEY pouvait faire avec IRON MAN ce qu’il avait fait avec les VENGEURS.
Bon, je n’aime que très modérément le travail de ERIC CANETE que j’avais déjà pu voir sur WILDCATS et LADYTRON. Je n’en gardais pas un très bon souvenir. Mais c’est quand même un dessinateur qui a beaucoup de style, reste a savoir maintenant si cela convient pour une série un peu rétro sur IRON MAN.
Première remarque en ouvrant le bouquin : « Oh là, on dirait les dessins de FOOT DE RUE ! ». Bon, mauvaise impression donc.
J’avais tort…
Le scénario de JOE CASEY se base donc sur la première rencontre entre IRON MAN et le MANDARIN, remise un peu au goût du jour. Le SHIELD envoie tête de fer enquêter sur cet étrange monarque en CHINE et TONY se prend très vite une dérouillée. Il va être obligé de se construire une nouvelle armure et de retourner combattre le vilain qui commence à prendre contrôle des satellites de l’agence gouvernementale.
Je n’ai jamais lu ces épisodes originaux, je ne peux donc pas faire de comparaison là dessus.
En revanche, c’est très bon. CASEY, comme à son habitude place le récit un peu moins sur le SUPER HEROS et un peu plus dans la politique, c’est en fait un conflit entre deux philosophies plutôt, en tout cas , le point de vue abordé est celui là.
Son TONY STARK est très bien dépeint, et c’est en fait une histoire très moderne qu’il nous propose ici , ce qui est le but recherché. Pas vraiment de temps mort, on se laisse bien accrocher par la confrontation entre les deux représentants d’un système, qui mènera à une conclusion peut être un petit peu trop convenue, mais qui certainement doit être fidèle aux épisodes originaux, ceci expliquant cela. CASEY a encore une fois réussi à actualiser une vieille histoire de la plus brillante des manières.
Quant aux dessins, je dois vous avouer que si la répulsion a été mon premier sentiment, les dessins d’ERIC CANETE conviennent finalement très bien. Après tout, il s’agit de moderniser IRON MAN, et il y arrive très bien. Bizarrement, ses exagérations au niveau des visages ou de la posture des personnages fonctionne très bien une fois qu’on s’y est habitué. Je dois vous avouer que franchement , je suis fan , alors qu’à la base, les gens qui lisent mes critiques depuis un petit moment savent que ce n’est pas vraiment un style que j’affectionne.
Là cela a parfaitement marché, tant mieux pour moi. On a droit à de splendides planches, CANETE livrant un travail assez intéressant.
Ce TPB est donc une très bonne surprise ! A première vue, je m’attendais à être repoussé par les dessins et intrigué par le scénario. Je me retrouve finalement avec une très bonne histoire, vraiment très moderne, et des dessins qui, s’ils peuvent paraître un peu spéciaux à première vue, fonctionnement au final particulièrement bien. Une bonne surprise que je vous conseille, sans être un chef d’œuvre, c’est quand même un pari réussi (réactualiser une vieille aventure sans toucher aux fondamentaux du personnage) avec un bon scénario et des dessins originaux et plein de style.
et demi voire presque 4 , parce que vraiment je n’attendais pas grand chose et que c’est une très bonne surprise.


MARVEL ICONS 39
Contient
NEW AVENGERS #34
(Bendis / Yu)

Cette série souffle décidément le chaud et le froid. J’avais bien aimé la première partie de cet arc, détesté la deuxième et cette troisième partie me laisse plutôt une bonne impression après lecture. Il ne se passe pourtant rien de plus que dans l’épisode dernier (c’est à dire les AVENGERS et pourtant j’ai bien aimé. Le point fort de l’histoire, c’est que pour savoir si les membres des NEW AVENGERS sont des SKRULLS ou pas, le docteur STRANGE utilise un sortilège qui les montre tels qu’ils se voient, et pour certains des persos, c’est quand même bien fichu (mention spéciale pour ECHO et HAWKEYE). Les dessins sont corrects, mais un truc me gène : pourquoi STRANGE ne fait-il pas le sortilège sur la gamine ?
Bref, c’est tout à fait lisible et m’a beaucoup moins gonflé que précédemment.


IRON MAN #22

(Knauf&Knauf / De La Torre)
IRON MAN est décidément une très bonne série ; les KNAUF sont parfaitement à l’aise et leurs plans à long termes se mettent petit à petit en place. Je pense qu’ils vont nous faire quelque chose avec le virus EXTREMIS (et peut être faire revenir STARK au statut d’humain normal) mais en attendant leur intrigue principale est intéressante, avec une jolie enquête policière. Les dessins de DE LA TORRE, méconnaissable depuis qu’il a pris la série en mains (regardez ses MISS MARVEL) sont tout bonnement au niveau d’un EPTING ou d’un GUICE , ce qui fait de cette série l’une des meilleures de l’année. Il a pourtant fallu ramer après le passage de WARREN ELLIS !



CAPTAIN AMERICA #30
(Brubaker / Epting & Perkins)
Dans la même veine , je demande CAPTAIN AMERICA ! Les choses commencent à s’activer un peu et j’attends le retour du héros étoilé avec impatience, même si BRUBAKER a parfaitement géré sa disparition.
La partie graphique est tellement impeccable que c’est presque difficile de faire la différence entre le travail d’EPTING et de PERKINS, alors qu’à la base, c’était quand même franchement reconnaissable.
J’ai envie de me relire les trente numéros d’un coup, je pense que ça doit valoir son pesant de cacahuètes.
Quand on y réfléchit bien, c’est quand même une sacrée réussite en ce moment pour les deux personnages phares des VENGEURS depuis CIVIL WAR. Ah oui, j’adore SHARON CARTER. J’aimerais qu’elle existe pour pouvoir lui faire des bisous!!!!
Bon, toujours d’aussi bonne qualité



FANTASTIC FOUR #550
(Mc Duffie / Pelletier / Magyar)
Enfin la fin de cet arc sans queue ni tête ! On se prend à rêver, mais non, on nous apprend dans les crédits qu’il reste encore une saga en trois parties avant l’arrivée de HITCH et MILLAR.
J’espère tout simplement que celle ci ne sera pas aussi longue , soporifique et inutile que la précédente, et j’ai peur quand on me dit que c’est ce scénariste qui prend en main la JLA, déjà réduite à néant par la travail exécrable et répétitif de MELTZER pour le moment.
Rien a sauver du tout dans cette saga, mais vraiment rien. C’est un calvaire !
Les dessins ; je ne reconnais même plus Pelletier et à voir certaines têtes , je me demande bien si c’est lui le dessinateur, cela ne correspond absolument pas à son style. Enfin, espérons que cela se termine très vite !
pour l’ensemble de la saga.



SUPERMAN : CAMELOT FALLS TPB vol 1 :

(Busiek / Pacheco / Merino)

Bon, après de longs mois d’interruption du titre SUPERMAN (puisque maintenant DC sort du HARDCOVER pour ses séries phares avant de sortir le TPB six mois plus tard), j’avais envie de retrouver l’homme d’acier pour de nouvelles aventures. Au scénario, KURT BUSIEK, qui reste pour moi l’un des scénaristes les plus réguliers du mainstream, pouvant alterner le bon et le moins bon, mais sans jamais se planter complètement. (Relisez ASTRO CITY ou MARVELS ou même ses VENGEURS) et aux dessins le toujours très joli CARLOS PACHECO, même si je préfère largement un autre encreur que JESUS MERINO sur ses dessins. Le but est simple : redéfinir un peu les aventures et le personnage de SUPERMAN, lui donner une attitude un peu plus iconique, à l’image de cette fameuse TRINITE qu’on nous ressort depuis quelques temps chez DC.
Autant vous dire que pour le moment, le pari est largement réussi.

Un petit résumé : SUPERMAN est averti par le sorcier ARION d’un malheur imminent et d’une éventuelle destruction de la Terre dans le futur par un méchant nommé KHYBER.
Ce qui frappe d’abord en lisant les premiers numéros de SUPERMAN, c’est que BUSIEK s’attache aux détails de la vie de CLARK et de SUPERMAN, cela me rappelle un peu son travail sur le premier épisode de ASTRO CITY, avec le SAMARITAIN, qui entendait tout et qui essayait de résoudre les problèmes de tout le monde. C’est très bien pensé, cela ne se lit pas en deux minutes et on retrouve un SUPERMAN bien terre à terre, confronté aux problèmes de sa double identité. C’est marrant, cela faisait assez longtemps que le personnage n’avait plus été abordé comme cela, c’est en tout cas bien meilleur que ce qu’avait pu faire RUCKA il y a quelques années. Là, les personnages secondaires sont un peu moins développées pour vraiment donner un coup de projecteur sur CLARK, sa vie, ses ennuis.
On nous introduit aussi un nouveau personnage CALLIE, un scientifique amie avec CLARK KENT durant sa période SUPERMAN BIRTHRIGHT (quand CLARK partait à l’aventure après avoir quitté SMALLVILLE et avan,t de devenir SUPERMAN) qui a l’air plutôt intéressant et on met l’accent sur le sorcier ARION, apparemment immortel , sorte de VANDAL SAVAGE mais sans plan de conquête de l’humanité.

Le sujet de fond, qui se dessine à la fin du cinquième épisode semble intéressant (doit-on laisser l’humanité livrée à elle même pour qu’elle puisse chuter et ensuite se relever) mais peut être un poil trop ambitieux, il faut voir comment se sera traité au final. Quelques petits reproches quand même. On a une vision du futur que SUPERMAN doit empêcher pendant environ deux épisodes sur cinq. Même si c’est toujours très sympa de voir les idées qui sont développées dans cet univers post-apocalyptique , même si c’est plutôt bien fait et assez prenant, je trouve cela un peu long car finalement cela n’apporte pas grand chose au passage, et on sait que cela risque d’être invalidé. Mais je pense que c’est un exercice de style obligatoire quand on traite un héros tel que SUPERMAN, et encore une fois, c’est pas si mal fichu que ça. De même, je ne vois pas vraiment ce que vient faire ARION là dedans, mais bon.
En fait BUSIEK, avec une première histoire centrée uniquement sur CLARK, SUPERMAN , sa vie, ses pouvoirs et ses galères (un très bon épisode introductif) essaye de traiter tous les thèmes récurrents à la série (le combat contre un gros monstre, un futur alternatif, une menace cosmique) dans les épisodes qui suivent, et je trouve cela vraiment réussi. Sans être formidable, c’est tout à fait honnête, bien écrit, bien pensé et en tout cas très agréable à lire. Il faut dire aussi que CARLOS PACHECO aux dessins livre une prestation impeccable, très lisible, très propre et très claire qui convient parfaitement à ce genre de personnage.
Non , vraiment je n’en attendais pas plus que ça, mais j’ai été plutôt agréablement surpris par la bonne tenue de cette histoire, en tout cas sur les épisodes livrés dans ce TPB, puisqu’il faudra certainement attendre quelques mois pour que DC nous livre la fin en album souple. Je prendrai al suite avec plaisir.
Une très bonne utilisation de SUPERMAN, bien définie et tout à fait agréable.
Pas le comics du siècle, mais nettement au dessus de la moyenne.
et demi
__________________
TOP COMICS, UN SITE TROP BIEN
www.topcomics.fr
EH ! LES 11 X-MEN QUE TOUT LE MONDE A OUBLIE ET QUE POURTANT ON AIMAIT BIEN : https://topcomics.fr/11-x-men-que-to...t-du-potentiel
Réponse avec citation