Afficher un message
  #30  
Vieux 28/04/2008, 01h54
Avatar de michel
michel michel est déconnecté
10pensable
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2002
Localisation: Toulouse
Messages: 19 856
michel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrisonmichel vend de la drogue à Grant Morrison
Résumé rédigé par NIGLO



NOVA N°113
Lug, Juin 1987.



LES 4 FANTASTIQUES : La Quête sans Fin (21 pages sur 22)
(Quest, in Fantastic Four #253, avril 1983)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Toujours dans la Zone Négative, les Fantastiques croisent le chemin d’une arche stellaire à la recherche d’un monde habitable depuis 10.000 ans.


Commentaire :

L’exploration de la Zone Négative par les Fantastiques donne l’occasion à John Byrne de continuer à réviser ses classiques S-F. Cette fois-ci, il met en scène une arche stellaire contenant les derniers survivants d’une civilisation disparue dix mille ans plus tôt, les Kestorans. L’essentiel de cette population se trouve dans des caissons cryogéniques, tandis que quelques centaines de Kestorans sont chargés de piloter le vaisseau. Suite à un incident cosmique, le vaisseau navigue à l’aveuglette, et des générations de pilotes se sont succédées, gardant l’espoir de trouver un jour un monde habitable.

L’arrivée des Fantastiques va permettre aux Kestorans de mettre un terme à leur quête. Mister Fantastic parvient à réparer l’ordinateur central et à diriger le vaisseau vers une planète accueillante. Mais les pilotes, habitués à vivre dans l’univers clos de l’arche stellaire, seront terrifiés en découvrant ce monde plein de vie. Seuls les Kestorans placés en hibernation sont encore adaptés à de telles conditions de vie. C’est alors que l’un des leaders kestorans révèle le secret qu’il est seul à connaître : tous ceux qui ont été cryogénisés sont morts depuis des millénaires, lors de l’incident qui a endommagé l’ordinateur du vaisseau. Pour les survivants, incapables de vivre hors du vaisseau, il ne reste qu’à reprendre leur vol, dans une quête désormais infinie et sans but.


Hormis le coup de pouce de Mister Fantastic, les Fantastiques n’ont aucun rôle à jouer dans ce récit, et doivent se contenter d’être les témoins du triste sort des Kestorans. Malgré cela, l’épisode est assez réussi, dans l’esprit d’une science-fiction un peu vieillotte qui a pas mal inspiré John Byrne durant tout son run.

Quant à Annihilus, sur Terre, il ne fait pas grand chose sinon arpenter les couloirs du Baxter Building, attendant on ne sait quoi. On le découvre mourant, pour des raisons qui restent aussi à expliciter.


Censure :

Cet épisode a été réduit d’une page :

Page 18, panel 3 :



Page 19, panel 3 :





LES 4 FANTASTIQUES : L’Esprit de Mantracora (22 pages)
(The Minds of Mantracora, in Fantastic Four #254, mai 1983)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Les Fantastiques explorent une planète dont le leader, Taranith Gelstal, s’avère être un extraterrestre.


Commentaire :

Suite des aventures des Fantastiques dans la Zone Négative. Ils se rendent ici sur une planète à la civilisation relativement peu développée lorsque Mister Fantastic détecte une source d’énergie anormale.

Cette source est la citadelle de Taranith Gelstal, leader de cette civilisation et vénéré comme une divinité. Dès les premières pages du récit, on devine que le personnage cache certains secrets peu avouables. Après sa rencontre avec les Fantastiques, on apprend qu’il s’agit d’un extraterrestre dont le vaisseau s’est écrasé sur ce monde, et qui doit s’emparer des esprits les plus brillants de la planète pour remettre son vaisseau en état de marche. Mister Fantastic figurera au nombre de ses victimes, et les Fantastiques retrouveront son corps, en état de mort cérébrale.

Avant de conclure son épisode sur cette découverte, John Byrne met en scène le monde de Mantracora, dans un style pseudo-moyen-oriental qui lui va bien, ainsi que quelques échauffourées sans conséquences.


Sur Terre, les choses s’accélèrent et Annihilus passe à l’action. Il entoure le Baxter Building d’une barrière infranchissable, forçant ses habitants à fuir le quartier. Parmi les premiers sur les lieux se trouvent Miss Hulk et la Guêpe, qui vont tenter, en vain, de franchir ce mur invisible. On trouvera une autre version de cette même scène dans les pages d’Avengers #232 (juin 1983, trad. in Ombrax-Saga n°248, septembre 1986).




L’ARAIGNEE : Dents de Sabre (19 pages sur 23)
(102 Uses for a dead Cat, in Spectacular Spider-Man #116, juillet 1986)

Scénario : Peter David.
Dessin : Rich Buckler.
Encrage : Bob McLeod.
Couverture : ?

Résumé :

La Chatte Noire échappe aux hommes de main de l’Etranger… pour être prise en chasse par Dents de Sabre !


Commentaire :

La Chatte Noire passe cet épisode à tomber de Charybde en Scylla. Mise à mal par les hommes de main de l’Etranger, ce qui lui vaudra un nez cassé, elle doit ensuite faire face à Dents de Sabre. L’intervention de l’Araignée la sauvera.

Le face à face entre Spider-Man et la Chatte Noire permet de faire le point sur leurs relations. La jeune femme prend très mal le fait que l’Araignée soit responsable de la perte de son pouvoir. Elle apparaît de moins en moins maîtresse de ses émotions, frôlant l’hystérie à plusieurs reprises. Les relations entre les deux personnages n’ont jamais été simples, et cela ne semble pas devoir s’arranger.


Dents de Sabre fait ici sa première apparition dans les pages de Spectacular Spider-Man. Le personnage n’est encore à l’époque qu’un vilain de troisième zone, adversaire occasionnel d’Iron Fist et de Power Man. Sa prestation ici n’est guère plus intéressante que lors de ses apparitions précédentes, il se comporte en tueur au comportement bestial et se fait rapidement corriger par Spider-Man.

On découvre pour la première fois dans la série le visage de l’Etranger (Foreigner). Peter David nimbe le personnage d’un certain mystère (un criminel ayant toujours échappé aux autorités, qui ne disposent d’aucune information à son sujet), mais cela ne suffit pas pour l’instant à le rendre intéressant.

Si la relation de l’Araignée avec la Chatte Noire ne s’arrange pas, celle avec Mary Jane suit le même chemin. Peter Parker fait une scène à Mary Jane après qu’il a découvert qu’elle travaille pour Roderick Kingsley, crapule notoire (dont on découvrira, des années plus tard, qu’il fut le premier Super-Bouffon) Une querelle qui laisse à penser que Peter nourrit pour Mary Jane plus que de l’amitié.

L’histoire du petit Alex prend une tournure tragique lorsque, menacé par son père, il déclenche son pouvoir et le réduit en cendres. Cette intrigue trouvera sa conclusion dans deux mois.


Censure :

Cet épisode a été réduit de 4 pages :

Page 2 :



Page 7 :



Page 9 :



Page 19, panels 3 & 4 (et le panel 5 a été réduit d’un tiers, faisant disparaître Dents de Sabre de l’image) :





Page 21, panels 5 & 6 :



Page 22, panels 4, 6 & 7 :







IRON MAN : Pari sur le Futur (22 pages)
(The Resurrection Gambit, in Iron Man #205, avril 1986)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Mark Bright.
Encrage : Akin & Garvey.
Couverture : Mark Bright.

Résumé :

Tony Stark lance le projet de construction d’une station spatiale. Alors qu’Iron Man tient une conférence devant de potentiels investisseurs, il est attaqué par Modok.


Commentaire :

Cinq numéros après la mort d’Obadiah Stane, il est temps que la situation évolue pour Tony Stark. Denny O’Neil refuse en toute logique que son personnage reprenne sa vie d’autrefois, celle du playboy industriel milliardaire, source d’une grande partie des maux dont il a souffert. Une nouvelle carrière s’ouvre à lui, et Tony Stark compte œuvrer pour le bien de l’humanité. Son premier projet consiste à travailler sur la construction d’une station orbitale, devant servir à diverses expériences scientifiques.

L’A.I.M. et Yorgon Tykkio continuent de s’imposer comme les adversaires récurrents d’Iron Man. La raison pour laquelle Tykkio lance Modok contre Iron Man est assez peu claire, si ce n’est pour lui mettre une pression constante. Modok a été récemment tué par la Serpent Society (in Captain America #313, janvier 1986, non traduit), mais Tykkio va prendre le contrôle de son corps grotesque et l’envoyer attaquer son adversaire. Une fois encore, Mark Bright est impeccable et met en scène quelques pages de combat fort dynamiques.


Au terme de l’épisode, Yorgon Tykkio se trouve dans une situation délicate. Il n’est pas le leader de l’A.I.M., rôle tenu par son frère, le Savant Suprême, mais joue en fonction de ses propres motivations, ne dépit des ordres qu’il reçoit. La défaite de Modok par Iron Man lui vaudra de se retrouver dans une cellule de l’A.I.M.
__________________
http://www.comicsvf.com

Les récaps (rigolotes) de Game of Thrones Saison 5

Stannis à Davos : On n'a rien pu faire, ils étaient au moins genre vingt-deux et puis y en avait un torse nu.