Afficher un message
  #67  
Vieux 05/03/2008, 13h16
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Retour sur le le plus grand bastard du monde de l'occulte! (Satan est détrôné! ça va chier!)

Hellblazer #72 - 77 parus dans le TPB Damnation's Flame par Garth Ennis, Steve Dillon, William Simpson & Peter Snejberg



Plot : Constantine, ressorti du fond du gouffre, décide de se mettre au vert à New-York. Hélas sur place, Papa Midnite, magus qui semble avoir des griefs avec Constantine, profite de l'état de faiblesse et de décontraction de John pour l'ensorceler!
Il est envoyé dans une partie de l'enfer contrôlé par la sœur de Midnite, source de son pouvoir. Hélas pour lui, sa sœur profite de la venue du magus Constantine pour s'allier avec lui et se venger du traitement que lui a fait subir son frère qui l'a vendu à l'Enfer pour obtenir des pouvoirs. John finit par s'échapper après une brève rencontre avec Satan alors que la sœur de Midnite "convint" ce dernier de se suicider!
De retour a Dublin alors qu'il voulait attérir à Londres, enguaillardi et reconcentré par cette aventure, John rencontre le fantôme de son ami Brendan Flynn avec qui il remonte le bon vieux temps à coups de Guiness. Il profite d'être à Dublin pour se réconcilier avec son plus vieil ami encore en vie Francis ''Chas'' Chandler pour une histoire de fantôme qui remonte à 10 ans, histoire de mettre tout en ordre avant de continuer.
+ Première rencontre entre Kit et John alors qu'elle est avec Brendan Flynn

Suite donc de Tainted Love, après avoir fait subir une crise sentimentale particulièrement difficile à encaisser, Ennis envoie John au vert, en quête de ressource.
Ainsi le plot est certes loin d'être génial, logique et particulièrement prévisible en fait mais ... encore une fois cela marche du tonnerre. Si en théorie, la logique voudrait en général qu'après une mauvaise période, une personne tente de faire un break, combien de fois ai je lu le contraire? hop on repart dans une autre crise ou on cause d'autres chose quitte a oublier ce qu'il vient de se passer. Ma foi c'est un peu normal peut être dans le comics que de rebondir sur autre chose, les lecteurs veulent de l'action et du boobs.
Du coup cet arc en 4 numéros est remarquable, Ennis continue son travail précédent, peignant un Constantine très humain, souffrant, s'enfonçant, remontant la pente, avec joie, peine et consort. Le tout parfaitement bien dosé, dans la lignée des arcs précédent avec plus de "magie" cela dit, ce qui pouvait manquer aux inconditionnels de scénarios fantastiques. Du coup cet arc s'insère d'autant mieux dans la lignée des autres, Ennis parvenant à faire du "pareil mais différent"!
Coté histoire en elle même, plus de magie donc, mais parfaitement maitrisée par Ennis, pas de n'importe quoi, l'ensorcellement de Constantine reste "réaliste" et bien dans le ton d'un Hellblazer. On y ajoute quelques scènes bien senties, comme l'apparition de
, la frustration de John lorsqu'il apprends comment il s'est fait avoir, sa tête avec ce sourire si caractéristique s'allumant une clope lorsqu'il apprends comment en sortir... bref du bon et dans le plot, et dans la gestion du héros.

Suivent 3 épisodes plus orientés sur les proches de John. Là aussi c'est bien fait, la tournée des bars avec un pote fantôme est cool, il y a quand même un peu de magie dans le dernier et on apprends pas mal sur Constantine et son histoire.. cela dit 3 d'un coup, ça fait beaucoup à mon sens, cela reste 3 épisodes assez proches dans le plot. Mais bon d'après ce que j'ai vu, la suite promet d'être mouvementé pour John, peut être le calme avant la tempête...

Coté dessins, Dillon comme à son habitude est parfaitement dans le ton, son style réaliste colle paradoxalement très bien dans la mesure où rien n'est réel dans l'ensorcellement. Du coup son trait rajoute de la puissance visuelle aux cases très magiques.
William Simpson dessine l'épisode Flashback, pas très bon sur les visages et les corps, correct sur le reste, un cran en dessous quand même.
Peter Snejberg enfin, un habitué de The Dreaming pour le dernier épisode avec son style assez particulier mais qui colle si bien aux ambiances magiques, donc il est très bon ici, notamment sur l'ambiance pub et lors de la partie magique avec un encrage sombre très efficace.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation