Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #449  
Vieux 11/09/2007, 20h53
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve
Hum... Bon ben on dirait qu'on serait lundi et que ce serait le jour des Elseworlds...




Superman : Kal
(DC/Elseworlds, 1995, 64p.)

Scénario : Dave Gibbons.
Dessin : José Luis Carcia-Lopez.


Et si Superman était arrivé sur Terre quelques siècles plus tôt, par exemple pendant le moyen-âge, et quelques milliers de kilomètres plus à l’est, en l’occurrence dans la campagne anglaise ? C’est sur ces prémices que Dave Gibbons a imaginé Kal.

Elevé par un couple de paysans, Kal sera vivement encouragé à dissimuler ses capacités hors du commun, de crainte que lui et sa famille d’adoption ne soient accusés de sorcellerie et condamnés au bûcher. Malgré sa prudence, il finira par être repéré par le forgeron du village voisin, qui l’embauchera aussitôt. Une nouvelle vie qui permettra au jeune Kal de tomber amoureux de Lady Loisse, et de croiser la route du baron Luthor, qui fait régner sa loi sur toute la région.

Les personnages sont connus, les situations aussi. Sur ce modèle familier, Dave Gibbons brode un récit offrant néanmoins suffisamment de surprises pour être réussi. Ce Superman-ci est très proche de celui auquel on est habitué, mais sa destinée se révèle particulièrement tragique.


Face à lui, Luthor apparaît comme intouchable. Non seulement de par son statut, mais surtout grâce à la kryptonite qu’il porte en joyau, et qui sape les forces de Kal chaque fois qu’il l’approche. Et Luthor gagnera encore en invulnérabilité en se faisant forger une armure à partir des restes du vaisseau ayant conduit Kal sur Terre, faisant de lui un authentique ‘Man of Steel’.

Ironiquement, dans la dernière partie du récit, Kal se révèlera être plus à même de porter ce titre lors d’une séquence où il pourra laisser enfin libre cours à ses pouvoirs. Gibbons n’a pas opté pour un happy-end, utilisant le personnage de Loisse, coincée entre Kal et Luthor, pour exacerber les tensions entre les deux adversaires et conduire à une conclusion dont nul ne sortira vainqueur.

Dave Gibbons est fort bien épaulé par José Luis Garcia-Lopez, qu’on a toujours plaisir à retrouver. Sa prestation ici est de qualité, il parvient sans mal à donner vie au monde médiéval écrit par Gibbons, et quand c’est nécessaire réaliser quelques planches très spectaculaires. Ce n’est pas le travail le plus ciselé de cet illustrateur, à l’occasion il lui arrive d’insister un peu trop sur tel ou tel élément (notamment la kryptonite que Luthor porte autour du cou, plus illuminée qu’un sapin de Noël pour souligner son effet sur Kal), mais cela reste dans l’ensemble un très bon travail. Du coup, on conseille fortement la lecture de cet Elseworld.

Réponse avec citation