Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #443  
Vieux 07/09/2007, 20h38
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Heroes For Hire #12
(Marvel Comics, août 2007, 2.99$)

Scénario : Zeb Wells.
Dessin : Clay Mann.
Encrage : Terry Pallot.

De mon point de vue, un bon crossover est un événement dont la non-lecture ne vient pas vous pourrir vos lectures habituelles. Je n’ai pas lu une seule page de la mini-série World War Hulk, encore moins de ses spin-offs, mais ça ne m’a pas empêcher de prendre plaisir à lire Irredeemable Ant-Man #10 ou les deux derniers numéros parus de Heroes For Hire. World War Hulk est donc un très bon crossover. Comme ont pu l’être Inferno (qui a indirectement donné naissance aux meilleures épisodes de Daredevil de la période Nocenti/Romita Jr.) ou Fall of Mutants. Comme ne l’ont pas été la quasi-totalité des crossovers Marvel des années 90. Ou un peu trop souvent ceux parus ces dernières années chez DC.

Mais je m’éloigne du sujet.

Donc les deux derniers épisodes de Heroes for Hire se déroulent au moment où Hulk et ses potes aliens foutent le bordel à New York. Ce qui permet à Zeb Wells de placer ses héros dans une posture comme qui dirait fâcheuse, entourés de farfadets homicidaires et d’anciens gladiateurs galactiques aux mœurs assez peu pacifiques.


Le dernier épisode en date fourmille de moments savoureux. De Humbug dont le comportement ne cesse de sidérer ses compagnons depuis leur petit voyage en Terre Sauvage, à la découverte des mœurs singulières des divers extraterrestres dont ils croisent le chemin, Chacune des scènes de cet épisode fonctionne à merveille.

Et comme si ça ne suffisait pas, on a droit, comme dans le numéro précédent, à une back-up story, signée Fred Van Lente & John Bosco, lors de laquelle Paladin et la nouvelle Scorpion se foutent sur la tronche dans un entrepôt où la police conserve les armements des super-vilains qui se sont fait coffrer, de Stilt-Man à Chemistro.

Du point de vue du scénario, le passage de relais du duo Gray/Palmiotti à Zeb Wells s’est fait en douceur. Niveau dessin en revanche, la série peine quelque peu à retrouver ses marques. C’est pour l’instant le dénommé Clay Mann, dont je ne sais rien mais dont le style ne me convainct guère, qui est aux commandes, avant d’être remplacé par Alvin Lee, dont le nom ne m’évoque rien non plus. Ca ne doit pas pour autant vous décourager de tenter cette série, Mann possède un style certes quelconque mais sa narration demeure relativement agréable. Et surtout Wells maîtrise à merveille son improbable casting, et encore une fois chaque scène est un régal. Si vous ne suivez que dix séries Marvel par mois, Heroes for Hire se doit impérativement d’y figurer.
Réponse avec citation