Afficher un message
  #1  
Vieux 06/08/2007, 10h45
Avatar de doop
doop doop est déconnecté
bouzouk force !!!!
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: juillet 2005
Messages: 27 194
doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!
Crit.Doop.N°23:Doc Strange The Oath;Gravity;Starbrand;52;Miss Hulk vol 2

Critiques doopiennes semaine 23

Le rappel des faits:

SEMAINE 1 : CIVIL WAR, BLACK HOLE, X MEN (Carey Bachalo Ramos) , SAVAGE DRAGON ARCHIVES
SEMAINE 2: CHECKMATE, MANHUNTER,WOLVERINE (Guggenheim Ramos), OPERATION GALACTIC STORM, BATMAN SECRETS
SEMAINE 3: THE FILTH, BATMAN (Morrison Ostrander Mandrake), HERO SQUARED, DOWN, SUPERMAN VF 21
SEMAINE4: SEVEN SOLDIERS la totale, BIG BOOK INFINITE CRISIS 3,TPB JSA 12: GHOST OF THE PAST; X MEN EXTRA 61 (Tormade et Black panther)
SEMAINE 5: DD FATHER, uncanny X MEN, DETECTIVE COMICS, BIRDS OF PREY, KIN
SEMAINE 6: FALLEN ANGEL, DAREDEVIL VO, JOHN CONSTANTINE: TOUTES SES MACHINES; WOLVERINE VF; NEW MUTANTS CLASSIC ; GHOST RIDER VF 2 : enfer et damnation.
SEMAINE 7: MOON KNIGHT VF 1: le fond; FABLES ; Y THE LAST MAN ; IRON MAN : programme exécution (MARVEL ICONS HORS SERIE) ;NEW MUTANTS CLASSIC vol 2; SUPERMAN: SECRET IDENTITY; GOTHAM CENTRAL VF: affaire non classée
SEMAINE 8: TPB FLASH: THE FASTEST MAN ALIVE; NIGHTWING ANNUAL 2; BUFFY 1 et 2; TPB Ms MARVEL; AU COEUR DE L’EMPIRE (BRYAN TALBOT); BATMAN HORS SERIE 6 (Lieberman, Barriaonuevo); BATMAN 23 VF
SEMAINE 9: NEXTWAVE, TPB NIGHTWING OYL; TPB OUTSIDERS OYL; DEATHNOTE; ANNIHILATION: super skrull + silver surfer; SACHS AND VIOLENS (Perez)
SEMAINE 10: SECRET SIX, DAREDEVIL VO 95; X MEN HORS SERIE 28 (enfance de STORM et Black Panther; NEW X MEN 37: QUEST FOR MAGIK; SUPERMAN l’HOMME D’ACIER vol 2
SEMAINE 11: SHADOWPACT TPB; CIVIL WAR FRONTLINE vol 1; JAE LEE’S HELLSHOCK; DAUGHTERS OF THE DRAGON ; THE AGENCY
SEMAINE 12: 52;ALIENS SALVATION;DMZ; ETERNALS par GAIMAN/ROMITA JR
SEMAINE 13: BLACK PANTHER(LE MARIAGE AVEC STORM) ; LES CHRONIQUES DE SPAWN, THE QUITTER, BATMAN COUNTY LINE ; ULTIMATES ANNUAL 2
SEMAINE 14: PUNISHER MAX: LES NEGRIERS; PLANETARY vol 3 VF; TRINITY; SPIDER MAN-BLACK CAT: THE EVIL THAT MEN CAN DO
SEMAINE 15: CRIMINAL, STRAY TOASTERS, WALKING DEAD, RUNAWAYS/YOUNG AVENGERS, 52: WORLD WAR THREE; ALPHA FLIGHT CLASSIC
SEMAINE 16: BUFFY 1 à 4;WORLD WAR HULK prologue et #1; SAVAGE DRAGON ARCHIVES volume 2; ULTIMATE FANTASTIC FOUR VF 12 à 18 : le run de MILLAR/LAND ; BATMAN et SUPERMAN VF 1 ;
SEMAINE 17: MARVEL ZOMBIES, ULTIMATES vol2 ARC COMPLET ; SPIDER MAN LOVES MARY JANE tpb 1 ; H.E.R.O. tpb vol 1; BATMAN et SUPERMAN vf #1; 52 volume 2 VF
SEMAINE 18: BATGIRL YEAR ONE; GLOBAL FREQUENCY; FRONTLINE TPB 2;FORMERLY KNOWN AS THE JUSTICE LEAGUE; BATMAN et SUPERMAN HORS SERIE n°1 (ALL STAR SUPERMAN 5et 6)
SEMAINE 19: NIGHTWING YEAR ONE; FANTASTIC FOUR: FIRST FAMILY; FRESHMEN; OUTSIDERS ANNUAL; BATMAN ET LES MONSTRES
SEMAINE 20: X MEN, UNCANNY X MEN rise and fall of the SHI’AR empire; NEW X MEN: quest for magik; BLACK ARCANA: MAGIK; ASTONISHING X MEN le mag VF avec EXCALIBUR, EXILES, X FACTOR
SEMAINE 21: EX MACHINA; MARVEL MONSTER CIVIL WAR; WOLVERINE VF; ASTONISHING X MEN
SEMAINE 22: IRREDEEMABLE ANT MAN; FF: THE END; I CAN’T BELIEVE IT’S NOT THE JUSTICE LEAGUE; JUSTICE (Alex Ross) VF n°1 à 3; Mag SUPERMAN/BATMAN VF n°2



= c’est écrit et dessiné sur du papier, c’est déjà ça
et demi = totalement raté
= grosse déception , ensemble raté mais le dessinateur ou le scénariste rattrape le coup (un peu)
et demi = un comics moyen, rapidement oublié et oubliable
= du bon comics
et demi = un bon achat
= indispensable
et demi = indispensable et inoubliable
= une œuvre majeure





DOCTOR STRANGE : THE OATH



(Brian K. Vaughan/Marcos Martin/Alvaro Lopez)

Je vous avais critiqué il y a quelques semaines de ça l’enthousiasmante mini série BATGIRL YEAR ONE où les dessins de MARCOS MARTIN, que je ne connaissais absolument pas, m’avaient particulièrement enchanté. Sur les recommandations de quelqu’un (il me semble que c’est MICHEL) il m’a donc semblé intéressant de lire cette mini série, qui concerne un des personnages les plus sous-estimés de l’univers MARVEL, à savoir le DOCTOR STRANGE, en plus de ça, c’est BRIAN K. VAUGHAN au scénario, et on peut lui faire confiance, car pour l’instant, il réalise un quasi sans faute depuis qu’il est dans ce monde merveilleux du comics. A l’aise sur du VERTIGO (Y) ou du plus mainstream (RUNAWAYS, MYSTIQUE) , ses histoires sont toujours bien ficelées et bien écrites.
Tout pour faire une bonne mini, et c’est évidemment sans grande surprise le cas.
Apparemment, une série TV animée a été produite aux USA sur ce personnage, et cette mini sert plus ou moins d’introduction, donc tout en nous parlant du DOCTEUR STRANGE tel qu’on le connaît (pas l’espèce de machin retconné tout pourri de STRACZINSKI et PETERSON) ; il donne une approche sans aucun pré-requis. Il suffit juste de savoir que c’est un sorcier, point barre. D’ailleurs le ton est extrêmement OLD SCHOOL et donne un léger sentiment de LEE/DITKO. Ici, il doit absolument trouver un moyen de guérir WONG, son fidèle serviteur atteint d’une maladie incurable. Le remède qu’il va obtenir de haute lutte sera néanmoins recherché par un tas de méchants qui n’hésiteront pas à employer tous les moyens pour lui dérober. Vous avez l’impression d’être spoilé ? Pas du tout, puisque la mini commence alors à ce moment là (le reste se fait en FLASHBACK) et c’est là que cela devient sympathique, puisque plutôt que de nous livrer des pages de combat, toute la bataille entre STRANGE et le monstre qui détient le sérum de guérison est OFF PANEL, et cela permet à VAUGHAN de parler des relations de STRANGE avec les autres, les gens qu’il connaît, qu’il a connu ou qu’il va connaître, puisqu’on a aussi dans cette série enfin une bonne utilisation de ce personnage obscur qu’est NIGHT NURSE, dont je ne me rappelle plus du tout où je l’ai déjà vue (dans SPIDERMAN ?) et qui est une infirmière que les super héros vont voir lorsqu’ils sont blessés. Autant vous le dire tout de suite, ce personnage va jouer un rôle très important dans l’histoire, puisqu’elle va être l’œil du débutant, confronté au monde de la magie pour la première fois, et c’est évidemment très fin de la part de VAUGHAN. Il va aussi aligner des histoires et des personnages qui vont totalement redéfinir le DOCTOR STRANGE par rapport au docteur prétentieux qu’il était avant son accident de voiture et son passage vers le monde de la magie.
Autant vous dire que l’histoire est tout à fait de qualité et correspond bien à ce qu’on attend d’un scénariste de VAUGHAN qui réussit le tour de force de redéfinir un personnage en cinq numéros pour tout le monde et de lui donner une accroche dans l’univers MARVEL.
Aux dessins, c’est donc MARCOS MARTIN, qui livre une prestation elle aussi tout à fait impeccable, avec ce mélange de style rétro moderne comparable à un PAUL SMITH ou à un DARWYN COOKE. Bizarrement, son trait semble un peu moins lisse que ce qu’il a fait sur YEAR ONE, mais cela vient aussi peut être du fait qu’il s’encre lui-même sur les quatre derniers épisodes de la série.
Malgré une fin un peu prévisible et gnangnan, VAUGHAN et MARTIN nous livrent une mini série qui tient toutes ses promesses, à savoir réintroduire un personnage pour des gens qui ne le connaîtraient pas bien sans toucher à quoique ce soit au niveau de ses origines, ce qui est quand même une des choses les plus difficiles à faire.
Impeccable. Les jeunes lecteurs pourront se délecter d’une superbe aventure, tandis que les anciens retrouveront un peu de nostalgie.
Du vrai classique !
et demi


SHE HULK #1/13

(Slott/Bobillo-Kolins-Smith-Burchett-Grummett-Conrad-Frenz et autres/Sosa et autres)

Ayant véritablement adoré la première série dédiée à MISS HULK (Slott/Bobillo/Pelletier) ; il fallait absolument ne pas passer à côté de la deuxième.
En termes de scénario, DAN SLOTT est extrêmement fort, car il arrive à mélanger de la geekitude ultime (avec des personnages tels que l’homme loup, Razorback et autres) ; histoire drôle et délirante avec parfois de bonnes touches de sentiments et d’humanité. Evidemment, c’est la genre de choses qui me touche particulièrement, et l’avantage avec ce scénariste, (qui pour l’instant n’a commis aucune faute, avec sa mini SPIDER MAN/TORCHE, ses GLA, ARKHAM ASYLUM et son premier MISS HULK) c’est qu’il est constamment dans le fun et dans la référence sans être trop lourd, puisque chacun de ses personnages à un rôle, un projet à long terme.
Cette deuxième série étant une ongoing, la force de la première version (qui ne tenait que douze numéros) est donc forcément un peu diluée. Et c’est assez évident sur les premiers épisodes, qui sont beaucoup moins ciselés et précis que sur le volume précédent. C’est bizarre car Slott reprend exactement la même intrigue et les mêmes personnages , mais c’est un peu plus le bazar, surtout pour son numéro #3 (qui est en fait le 100ème numéro, tous volumes confondus de MISS HULK). Mais l’avantage, c’est que Slott semble pouvoir gérer une série sur le long terme et ne se focalise pas que sur une seule idée qu’il jette au plafond en attendant de voir ce qui va rester collé au mur (vous avez dit KIRKMAN ?). Il a un plan, l’exécute, arrive à faire de la comédie de situation avec de vieux personnages oubliés et même à créer un véritable suspense sur des cliffhangers inattendus (le retour de TWO GUN KID, par exemple). C’est fun sans être lourdaud, référencé à l’extrême mais largement compréhensible par tous, on sent même Slott qui se moque de lui-même et de ses références parfois, et c’est très bien vu. Comme pendant le run de JOHN BYRNE, dont il s’est énormément inspiré, MISS HULK où ses compagnons détournent l’air de rien les codes des comics et les aléas de la production sans en avoir trop l’air ; par exemple, lorsque MISS HULK réapparaît huit mois après avoir disparu, ces huit mois correspondant au temps entre le précédent volume et celui-ci, où lorsque des geeks se prennent la tête pour savoir si c’est bien la volume quatre ou si il n’y a qu’un volume un (suite à la décision de MARVEL de vouloir reprendre à un moment la numérotation normale). SLOTT se rappelle de tout, et en joue à fond, notamment avec une superbe page dessinée par TOM GRUMMETT où il reprend l’idée que MISS HULK arrive à parler à ses lecteurs, ce qu’elle faisait dans le run de BYRNE. Là où d’autres en aurait fait des caisses, SLOTT arrive à nous distiller une jolie émotion juste en une page. Car émotion il y a ; SLOTT créant des triangles amoureux bien définis avant que STARFOX n’utilise ses pouvoirs pour tout remettre en question.
C’est vraiment intelligeant de sa part, car il arrive à digérer et à intégrer toutes les contraintes éditoriales, telles que CIVIL WAR ou le numéro 100 et à en faire, soit quelque chose de rigolo au détour d’une phrase, soit un pan de l’intrigue qu’il va développer quelques numéros plus tard. Son ton est vraiment caractéristique, et j’ai peur que PETER DAVID ne puisse pas prendre le relais sous cette forme là tout du moins. Je lui fais confiance pour amener MISS HULK dans une autre direction.
On arrive quand même au gros point noir de cette série, qui en possède quand même un : les dessinateurs ! Comment ça ? JUAN BOBILLO ; PAUL SMITH , c’est quand même pas des rigolos ?
Non, mais l’ennui, c’est qu’on a les premiers épisodes de la série dessinées par le très talentueux JUAN BOBILLO, mais que celui-ci ne reste vraiment pas très longtemps, car sur le troisième numéro de la série (le n°100) tout un panel de dessinateurs viennent livrer quelques planches (POWELL pas en forme, VOSBURG sorti de la naphtaline etc…) ; sur le 4 , on a SCOTT KOLINS (qui reprend les dessins de son arc de SEARCH FOR MISS HULK dans AVENGERS), puis BOBILLO pour deux épisodes, pour avoir ensuite WILL CONRAD dont le style n’a strictement rien à voir avec celui de BOBILLO pour deux épisodes, suivis par PAUL SMITH qui n’en livrera lui aussi que deux avant de passer la main à RICK BURCHETT au style véritablement inégal. Trop de changement de styles, qui nuisent véritablement à la continuité de la série, surtout que cela avait commencé très fort avec BOBILLO, qui a vraiment un don pour recréer des personnages à sa sauce, on pourrait le comparer un peu à du CHRIS BACHALO, d’ailleurs.
C’est donc dommage, car on a une très bonne série, qui vise délibérément le long terme, mais qui est réellement handicapée par le changement incessant de style et de dessinateur. C’est dommage car cela gâche la lecture, surtout que certains d’entre eux ne se donnent absolument pas à fond. Cela reste quand même un des fleurons de la MARVEL, et j’espère que SLOTT aura le temps de finir ses intrigues avant de passer le relais à PETER DAVID, qui a véritablement intérêt à amener la série dans une autre direction au risque de se casser la figure.
et demi

GRAVITY



Reprend les épisodes 1 à 5 de la mini série GRAVITY

Sean Mc KEEVER/Mike Norton/Jonathan Glapion.


Ce pauvre SEAN Mc KEEVER n’a décidément pas beaucoup de chance ; il livre pour la plupart de ses travaux des scénarios tout à fait corrects, mais voit toutes les séries dont il s’occupe être annulées les unes après les autres. (MYSTIQUE, INHUMANS, GRAVITY, SENTINEL). Et pourtant, cette mini qui a été sans suite est d’une très bonne facture. Elle nous raconte ici l’histoire de GREG WILLIS, jeune homme débarqué du MIDWEST qui vient de rentrer en première année à l’université de NEW YORK ; et qui a en plus des pouvoirs, qu’il veut utiliser pour être un super héros. Sauf que son intégration n’est pas terriblement facile : qu’il est dur de conjuguer super pouvoirs, petite amie et cours ! Il va heureusement recevoir de l’aide du GREENWICH GUARDIAN, qui va l’aider dans sa quête contre les super vilains.
Ca vous rappelle un peu quelque chose ? Un jeune homme avec des super pouvoirs qui a du mal à conjuguer vie et vie de super héros ; bon sang mais c’est bien sûr, ça ressemble un peu à INVINCIBLE sur le concept tout du moins, en revanche, sur le fond et la forme c’est totalement différent. Premièrement, KIRKMAN s’est inventé un univers dans lequel il peut créer moult personnages et allusions, ici on est dans l’univers MARVEL, et on a donc les vrais, à savoir RAGE, RHINO et SPIDER MAN, pour ne pas les citer. Et c’est vrai que la filiation entre GRAVITY et SPIDERMAN semble tout à fait logique, on a un peu l’impression de voir le PETER PARKER des origines ou tout du moins celui de ULTIMATE SPIDER MAN. L’humour est beaucoup moins présent dans GRAVITY, (moi je dirais beaucoup moins lourd, en fait, mais cela n’engage que moi) mais quelques scènes portent à sourire. C’est peut être un peu trop lisse iront dire certains, mais moi je trouve que c’est tout à fait dans l’esprit.
L’histoire quand à elle est réussie, même si il n’y a pas vraiment de développement entre GREG et les membres de sa famille (qui sont loin, soit, mais on aurait pu en parler un peu) , si les pouvoirs , leurs origines et l’utilisation que GREG en fait sont un peu rapidement expédiés (mais je me demande s’il n’y avait pas eu de BACK UP quelque part ailleurs) et si la fin est un peu prévisible. C’est quand même une série qui se laisse lire avec plaisir et qui aurait mérité une suite et un meilleur développement des persos. Elle s’intègre en tout cas très bien dans la politique DIGEST de MARVEL avec RUNAWAYS et MARY JANE, par le ton très frais et très détendu de son écriture.
Les dessins de MIKE NORTON sont tout à fait honorables et le storytelling est bon, ce qui fait finalement qu’on peut avoir une bonne petite série, pas vraiment inventive, mais très fraîche, et qui le fait au premier degré pour pas très cher, ce qui est quand même l’avantage de ce genre de format !
Bref, ca vaut largement son prix, en plus, vous pourrez le donner à lire à votre petit frère sans avoir à lui expliquer les ironies de l’auteur ou les multiples références des personnages.


STARBRAND CLASSIC vol 1


Contient STARBRAND #1/7
(Jim Shooter/John Romita jr-alex Saviuk/Williamson-Colletta)


Je vais maintenant vous parler d’une bande dessinée que vous connaissez peut-être si vous lisez les critiques de notre ami XXL dans la section rétro, à savoir STARBRAND, qui était censée être la série phare du NEW UNIVERSE lancé par JIM SHOOTER il y a vingt ans et qui se retrouve auréolée d’une re-publication en TPB à l’issue de NEW UNIVERSAL de Ellis et Larrocca.
Pour le situer dans le temps, c’est la série sur laquelle s’est réfugié JOHN ROMITA JR après son run avec CLAREMONT sur UNCANNY X MEN juste avant qu’il ne fasse DAREDEVIL, et à ce titre, comme en plus c’est AL WILLIAMSON qui l’encre, sa production est extrêmement intéressante car on voit bien l’évolution de son style, qui va atteindre son apogée quelques mois plus tard ;
Je ne vais pas vous faire de longs résumés, XXL l’a déjà fait, beaucoup mieux et beaucoup plus en profondeur, mais je lance quand même l’idée de base.
KEN CONNELL est un homme tout ce qu’il y a de plus ordinaire : pas très intelligeant, une belle gueule, une petite amie (qui a déjà deux enfants) qu’il trompe régulièrement avec une autre tout en matant la baby sitter. Un mec normal quoi, qui répare les voitures. Sauf que voilà, ce personnage macho et fier va tomber sur un vieil homme qui va lui passer un tatouage (une marque sur le corps) qui va lui donner de grands pouvoirs, il vole, est invulnérable, très fort et peut projeter de l’énergie. Sauf que voilà, il ne comprend pas bien (et nous non plus) pourquoi on l’a choisi lui , et pourquoi le vieil homme continue à le poursuivre alors qu’il est censé être mort , et pourquoi des extraterrestres sont à ses trousses , à moins que tout ça ne soit que pur délire de sa part ?
Bref, le principe c’est d’essayer d’être réaliste (c’était d’ailleurs le principe du NEW UNIVERSE, avoir une approche plus réaliste) donc dés que Ken utilise ses pouvoirs ses vêtements se déchirent, il n’arrive pas à masquer son tatouage, qu’il doit absolument garder sur une partie « extérieure » de son corps, lorsqu’il vole, il ne reconnaît plus les lieux où il va est se voit obligé de prendre une carte, qu’il ne peut pas lire la nuit ! On sent l’envie de SHOOTER d’essayer de donner du sens aux pouvoirs de son héros, et c’est un principe intéressant. Mais il ne s’applique pas qu’aux pouvoirs de celui-ci, il s’applique aussi aux personnages, qui sont loin d’être des figures de comics exemplaires. Le héros est un salopard, trompant sa petite amie officielle BARBARA (Tiens KEN et BARBIE, GAIMAN nous le ressortira dans quelques années sur SANDMAN ) avec une BIMBO décervelée (DUCK) , jeune fille paumée elle aussi et amoureuse plus que tout de KEN, qui va lui faire faire ce qu’il veut, quitte à l’humilier, du genre se cacher sous le siège de sa voiture pendant plus d’une heure lorsqu’il va à un repas de famille où BARBARA se trouve, la faire poireauter toute la journée avec la lessive pour aller mater quelque fille qui se change avec ses pouvoirs. Bref, KEN utilise cette pauvre DUCK pour faire le sale boulot à sa place ; et elle accepte sans rien dire. C’est marrant, sur toute la série, c’est ce personnage, DUCK, qui m’a le plus touché. Bref, tout cela pour dire que cette série se démarque assez au point de vue du scénario, qui ne ressemble absolument pas à de la production marvel, le ton se voulant un peu plus mature et concret. C’est une très bonne idée. Sur l’exécution, en revanche, c’est un peu le bazar. SHOOTER, par manque de temps, de moyens, je ne sais pas se prend un peu les pieds dans le tapis quand aux origines de notre héros et de ses aventures avec les extraterrestres et le mystérieux vieil homme. C’est dommage, car il avait lors d’un des épisodes émis l’hypothèse que tout ceci ne serait qu’une illusion, mais il ne s’en sert visiblement pas. De même, certains aspects de l’histoire ou certaines relations entre les personnages sont un petit peu trop alambiquée, réglées en deux trois panels. Ce qui fait qu’on a l’impression d’une accumulation de bonnes idées, mais très mal arrangées.
La bonne nouvelle c’est ROMITA JR qui développe son style DAREDEVIL et cela apporte beaucoup à l’histoire.
Est-ce une Bande dessinée géniale et est ce que je la conseillerais à tout le monde ? pas sûr, mais c’est quand même une série très atypique et qui mérite largement le détour ! En tout cas c’est un achat que je ne regrette pas car malgré tout, cette série bizarre et mal foutue à un petit quelque chose .
et demi



Visitez le topic consacré à STAR BRAND par XXL
STAR BRAND

INFINITE CRISIS 52 : vol 3


Contient les épisodes 9/10/11/12 de la maxi série 52
(Waid-Morrison-Rucka-Johns/Giffen-Moll-Batista-Bennett-Nauck-Barrows)


Série que j’apprécie depuis les deux premiers numéros, 52 c’est un peu mon rayon de soleil en VF. J’aime bien les intrigues, il se passe des choses et c’est bien foutu. C’est donc avec un immense plaisir que j’ai pu acheter cette série chez le libraire pendant les vacances. Et là ; grosse grosse déception !
Ces histoires que j’appréciais un tant soit peu sont quasiment toutes retombées comme plusieurs soufflés ! C’est très simple, je me suis ennuyé à mourir tout au long des quatre épisodes. Comment c’est possible ? tout simplement parce qu’on a un peu perdu je trouve le côté multi intrigue, pour se concentrer sur un sujet global dans les épisodes, et comme ces sujets principaux ne portent pas sur les persos intéressants, ca gâche un peu. Le premier épisode est quasiment centré que sur la nièce de STEEL, et je trouve que ses relations avec les autres et son caractère sont véritablement mal utilisés, voire complètement à côté de la plaque. En plus, SHAWN MOLL nous livre une prestation véritablement sans saveur, ce qui fait qu’on se tape une grosse dizaine de pages sur un truc mal foutu, tandis que d’autres intrigues en sont réduites à une ou deux cases.
Le deuxième épisode est meilleur car on retrouve un peu tout ce qui se passe ; mais les dessins sont loin d’être à la hauteur là aussi, BATISTA ayant livré une prestation tout à fait médiocre.
On se dit que le troisième épisode avec BATWOMAN va un peu changer la donne, que nenni, ce perso est lui aussi inintéressant au possible, et la QUESTION m’énerve beaucoup. C’est dommage, jusque là c’était une des histoires que je trouvais très bien, là c’est aussi grosse déception. JOE BENNETT est au dessins, mais on voit que ses pages ont été vite expédiées, tellement vite que c’est TODD NAUCK qui signe les dernières avec encore moins de saveur.
Bon, le quatrième épisode, BLACK ADAM va voir MARVEL pour que ce dernier (rendu fou et débile) par les pêchés capitaux lui donne une amulette qui va lui permettre de transformer sa petite copine en ISIS. Et c’est tout ? Ben oui, à part deux pages de RALPH DIBNY et WONDER POUFFE et trois de THE QUESTION. Aux dessins, BARROWS est le moins mauvais de la revue.
Bref, j’ai été énormément déçu, espérons que la suite sera meilleure, après tout, les 52 épisodes ne peuvent pas être au top tout le temps
et demi

Comment ne pas parler de 52 sans citer l’exceptionnel travail de notre ami SCARLETNEEDLE ici
c'est là


Du lourd la semaine prochaine avec FABLES, les premières sorties sous le label MINX (le label filles de VERTIGO), pour me faire un peu plaisir, on essayera de voir si BLACK PANTHER est toujours aussi nauséabond et plein d’autres surprises…

Dernière modification par doop ; 06/08/2007 à 14h07.
Réponse avec citation