Afficher un message
  #27  
Vieux 01/08/2007, 21h38
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°207
Lug, mars 1987.



LA DIVISION ALPHA : Bas le Masque (21 pages sur 22)
(If at first you don’t succeed…, in Alpha Flight #26, septembre 1985)

Scénario & dessin : John Byrne.
Encrage : Bob Wiacek.
Couverture : John Byrne & Wiacek.

Résumé :

La Division Alpha affronte un groupe de cinq robots capables d’agir indépendamment les uns des autres ou en se regroupant pour former un robot géant. L’équipe gère la situation, mais Guardian semble manquer d’entraînement et, en venant en aide à Aurora, il blesse la jeune femme.

Les robots sont en fait une invention de l’armée canadienne, qui a demandé à la Division Alpha de tester leurs capacités. Les résultats sont concluants.

Peu après la fin de l’exercice, un gradé remet à Guardian un message de Heather qui demande à l’équipe de la retrouver au West Edmond Hall, un gigantesque centre commercial. Seuls Guardian, Puck et Talisman se rendent sur place, Shaman et Box restant auprès d’Aurora pour s’occuper de ses blessures.

Guardian est informé que la Division Omega s’est emparée du centre commercial, qu’elle menace de faire sauter. Les trois héros, bientôt rejoints par Véga, se séparent pour partir à la recherche de leurs adversaires. Puck tombe sur Diamond Lil. Il pense pouvoir la vaincre, mais Diamond Lil reçoit un renfort inattendu et Puck est vaincu. Le même individu vient en aide à Flashback contre Talisman, puis à l’Enfant Sauvage face à Véga.

Pendant ce temps, Guardian retrouve Heather. Alors qu’elle l’informe de ce qu’elle a découvert, elle réalise que la voix de son époux a changé. Après un moment d’hésitation, elle reconnaît la voix de Jerry Jaxon. Guardian décide alors de lui révéler son vrai visage : celui d’un androïde…



Commentaire :

John Byrne occupe le temps comme il peut durant l’essentiel de cet épisode, histoire de ménager le coup de théâtre final. La première partie du récit, qui voit la Division Alpha affronter quelques ersatz de Transformers, n’a pas grand intérêt, mais l’auteur parvient habilement à noyer le poisson et à maintenir le suspense jusqu’au bout.


A noter :

La Division Alpha avait précédemment affronté la Division Oméga dans Alpha Flight #11-12 (juin-juillet 1984, trad. in Strange n°190 à 192, octobre à décembre 1985).


Censure :

La page 11 de cet épisode a été supprimée :





L’ARAIGNEE : Baby-sitting ! (19 pages sur 22)
(Spider-Man & Ariel : Down Deep in Darkness !, in Marvel Team-Up #135, novembre 1983)

Scénario : Bill Mantlo.
Dessin : Ron Frenz.
Encrage : Mike Esposito.
Couverture : Ron Frenz & Al Milgrom.

Résumé :

L’Araignée intervient dans une rame de métro pour mettre fin à une prise d’otages. L’un des criminels prend les commandes de la rame, qui menace d’aller s’écraser contre une autre rame à l’arrêt. L’Araignée parvient à sauter dans l’autre rame et à en faire sortir tous les occupants avant la collision. Il n’évite le choc que d’extrême justesse et est assommé. Au milieu de la fumée qui s’étend dans les couloirs du métro, il est capturé par un groupe de Morlocks.

Au même moment, Kitty Pryde a d’autres soucis : le Professeur Xavier lui a demandé de faire du baby-sitting, activité moins palpitante que celles auxquelles elle participe d’ordinaire en compagnie des X-Men. La situation est d’autant plus pénible que les deux enfants qu’elle est chargée de garder sont tout à fait insupportables. Elle finit par les envoyer se coucher afin d’être tranquille. Mais lorsqu’elle est endormie, les deux frères, Jeff et Edward, s’éclipsent discrètement et se rendent sur un chantier où un large trou a été creusé. Edward y descend seul, et bientôt son frère l’entend appeler au secours. Il court prévenir Kitty.

Kitty accompagne Jeff à l’endroit où son frère a disparu, et ils sont rapidement attaqués par un groupe de Morlocks. Jeff est capturé et Kitty se sert de ses pouvoirs pour le suivre. Le jeune garçon est conduit à bord d’un magnéticar jusqu’au repère du leader de ces Morlocks : un dénommé Strigor, chef des Morlocks non-mutants. Jeff est jeté dans une cellule où se trouvent déjà son frère et l’Araignée. Ce dernier, toujours inconscient, est attaché au mur par une sorte de champ d’énergie. Edward jette de l’eau sur le champ, causant un court-circuit. Le résultat est particulièrement douloureux, mais l’Araignée parvient ainsi à se défaire de ses liens.

En sortant de leur cellule, ils tombent sur Kitty Pryde. Ensemble, ils décident de s’enfuir, mais sont attaqués par un groupe de Morlocks. Ils s’en débarrassent très rapidement et finissent par regagner la surface.



Commentaire :

Bill Mantlo se sert des Morlocks pour orchestrer une rencontre entre l’Araignée et Kitty Pryde. Le problème et que les Morlocks qu’il met ici en scène n’ont pas grand chose à voir avec ceux imaginés par Chris Claremont, hormis l’habitat souterrain : il ne s’agit pas de mutants, et ils se déplacent grâce à une sorte de petit train magnétique ?!?

Hormis la prestation plus que correcte de Ron Frenz, et quelques moments amusants mettant en scène Kitty Pryde et les deux enfants qu’elle est chargée de garder, cet épisode ne présente pas grand intérêt.


A noter :

L’Araignée avait déjà brièvement rencontré Kitty Pryde dans Marvel Team-Up #118 (juin 1982, non traduit).


Censure :

Cet épisode a été réduit de trois pages :

Page 2, panels 2 à 5 :



Page 3, panels 6 à 8 :



Page 17, le dernier panel a été réduit de moitié :



Page 18, panels 1 à 5 :



Page 20, panels 2 à 5 :



Page 21, panel 1 :





L’ARAIGNEE : Défi au Beyonder ! (22 pages sur 23)
(To challenge the Beyonder !, in Amazing Spider-Man #273, février 1986)

Scénario : Tom DeFalco.
Dessin : Ron Frenz.
Encrage : Joe Rubinstein.
Couverture : Ron Frenz & Joe Rubinstein.

Résumé :

A la demande de son oncle shaman, Thomas Firehart, alias le Puma, se rend dans la réserve indienne d’où il est originaire. Il y assiste à contre-cœur à une cérémonie mystique, au terme de laquelle son oncle l’avertit du danger que représente le Beyonder pour l’ensemble de l’humanité, et lui demande de se rendre à New York pour y demander l’aide de l’Araignée.

De son côté, l’Araignée croise le chemin de jeunes gens prêchant la bonne parole, celle du Beyonder. Ils sont de plus en plus nombreux à voir en lui le nouveau messie, ce qui ne va pas sans créer certains heurts.

Au Quotidien, Kathryn Cushing demande à Ned Leeds et Lance Bannon d’enquêter sur ce nouveau phénomène. Une nouvelle fois, Peter Parker constate que sa nouvelle rédactrice ne lui confie aucun travail. Avant de partir, il assiste à une scène de ménage entre Ned Leeds et Betty Brandt, dont les relations vont de plus en plus mal. Betty voit de plus en plus souvent Flash Thompson, et Ned va les surprendre un peu plus tard devant le Quotidien.

De retour chez lui, Peter tombe sur Mary Jane, venue l’aider à repeindre son appartement. Mais Peter a chez lui un visiteur inattendu, qui demande à Mary Jane de le laisser seul avec Peter. L’homme lui annonce qu’il est le Puma, et qu’il connaît son identité secrète. Le Puma lui demande de l’aider à tuer le Beyonder, et offre de le payer en échange de sa collaboration.

L’Araignée et le Puma s’introduisent dans le bâtiment servant de Q.G. aux adorateurs du Beyonder. Le Puma soupçonne le leader de cette secte, Barry Foxxe, d’être le Beyonder. Lorsque Foxxe se trouve finalement seul, le Puma s’approche discrètement de lui, avec l’intention de le tuer. Il y renonce finalement. Foxxe lui dit ne pas être le Beyonder, et lui donne l’adresse de ce dernier.

Le Puma se rend chez le Beyonder, mais l’Araignée décide de ne pas l’accompagner : il refuse de participer à un meurtre. Le Puma se trouve bientôt face au Beyonder, qui lui dit tout connaître de ses plans. D’un geste, il l’expédie au Japon…

Le Puma revient bientôt aux Etats-Unis, et retourne voir Peter Parker. Cette fois, il lui offre cent mille dollars pour qu’il l’aide à tuer le Beyonder. Mais Peter refuse…



Commentaire :

Première partie d’une intrigue qui trouvera sa conclusion dans Spectacular Spider-Man #111 (que les lecteurs français ont déjà pu lire quelques mois plus tôt). L’idée à la base de cette intrigue est quelque peu curieuse (qui pense un seul instant que le Puma ait la moindre chance de tuer le Beyonder ?), et au final il ne se passe pas grand chose ici. Tom DeFalco se montre beaucoup plus inspiré lorsqu’il s’agit de faire vivre le petit univers de Peter Parker, du trio Ned/Betty/Flash aux interventions régulières de Mary Jane. Et comme toujours Ron Frenz réalise un très bon travail.


A noter :

Cet épisode se situe entre Secret Wars II #7 & 8 (janvier-février 1986, trad. in Spidey n°84-85, janvier-février 1987). L’intrigue se poursuit dans Spectacular Spider-Man #111 (février 1986, trad. in Nova n°107, décembre 1986).


Censure :

La dernière page de cet épisode a été supprimée :





DAREDEVIL : Guerriers (20 pages sur 24)
(Warriors, in Daredevil #226, janvier 1986)

Scénario : Denny O’Neil & Frank Miller.
Dessin : David Mazzucchelli.
Encrage : Dennis Janke.
Couverture : David Mazzucchelli.

Résumé :

Glorianna O’Brien se rend aux bureaux de Nelson & Murdock, où elle tombe sur Foggy, occupé à emballer ses affaires. Celui-ci lui parle de leur faillite. Glorianna l’invite à dîner pour lui parler de sa relation avec Matt. Durant le repas, Foggy se remémore des souvenirs de jeunesse concernant Matt. Glorianna s’interroge sur l’homme qu’elle aime, et se demande si leur relation est viable.

De son côté, Matt Murdock broie du noir. Il se sent responsable de la fermeture du cabinet et s’interroge sur ses deux carrières, professionnelle et super-héroïque. L’annonce sur une radio de police que Melvin Potter, alias le Gladiateur, a dévalisé une bijouterie, va lui permettre de cesser de ruminer. Il part à sa recherche.

Daredevil se rend au magasin de Melvin Potter. Celui-ci n’y est pas, mais trois cambrioleurs s’y sont introduits. Daredevil les arrête. De retour chez lui, il entend un message de Potter sur son répondeur. Celui-ci semble très perturbé et lui donne rendez-vous au Dibney Museum.

Le Gladiateur est bien au musée, où il vient de s’emparer d’un bijou d’une grande valeur. Daredevil l’intercepte et n’a pas de mal à le vaincre. Une fois vaincu, le Gladiateur lui annonce que sa fiancée, Betsy Beatty, a été kidnappée. Ses ravisseurs menacent de la tuer s’il ne commet pas plusieurs cambriolages pour eux. Daredevil découvre bientôt leur repère, et lui et le Gladiateur passent à l’attaque. Ils libèrent Betsy et arrêtent les criminels.



Commentaire :

Retour du Gladiateur, qu’on n’avait pas revu dans ces pages depuis la période Miller. Le personnage y apparaît extrêmement fragile, alors qu’on menace la seule personne qui ait su donner un sens à sa vie. Le retour du personnage est en soi assez anecdotique, tout comme l’intrigue, mais il permet aux scénaristes de dresser un portrait très sombre de Daredevil, culpabilisant après la fermeture du cabinet, et doutant de son rôle de super-héros (il est d’autant plus perturbé par les actes du Gladiateur qu’il est celui qui l’a conduit à abandonner sa carrière criminelle).

C’est enfin le dernier épisode de Denny O’Neil, qui aura signé une prestation assez ratée sur cette série. Hormis quelques épisodes isolés (la mort de Heather Glenn, l’épisode sur le Pitre ou le Vautour) peu de choses vraiment réussies, et le long run consacré à Micah Synn (inédit en vf) fut tout à fait calamiteux. O’Neil co-signe ce dernier épisode avec Frank Miller, qui reprendra seul les rênes de la série dès le mois prochain.


A noter :

La précédente apparition du Gladiateur avait eu lieu dans Spectacular Spider-Man #77 (avril 1983, trad. in Nova n°76, mai 1984). Sa précédente rencontre avec Daredevil s’était déroulée dans Daredevil #186 (septembre 1982, trad. in Strange n°183, mars 1985).


Censure :

Cet épisode a été réduit de quatre pages :

Page 1 :



Page 2, panels 1 & 2 :



Page 8, panel 6 :



Page 9, panels 1 à 3 & 6 (les autres panels de cette page ont été sensiblement réduits) :



Page 17, panels 4 à 6 :



Page 18, panels 1 à 3 :



Page 19, panels 3 à 5 :



Page 22, panels 3 à 5 :