Afficher un message
  #10  
Vieux 20/07/2007, 23h49
Avatar de Jorus C'Baoth
Jorus C'Baoth Jorus C'Baoth est déconnecté
Jedi du coté obsc... DOH!
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: On a Highway to Hell....
Messages: 8 568
Jorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur ThanagarJorus C'Baoth se prélasse sur Thanagar
Ze suite :

The Dreaming #9 - 12 : Weird Romance par Bryan Talbot & Dave Taylor.


---

Ze Story : Une future mariée dans le coma se retouve au sein du Dreaming ou elle revit ses peurs et ses cauchemards et y croise un ancien amoureux transi qui parvient à mettre la main sur un grand pouvoir et tente d'en abuser.

Coté histoire, Talbot livre une copie correcte, le plot marche bien : un personnage torturé, au coeur d'un evenement important (son mariage) qui exacerbe les sentiments avec une galerie de personnages qui s'entrecroisent et des révélations sur l'histoire, present et passé qui viennent enrichir le récit.
Hélas, cela reste un peu fouillis, on a l'impression que le scenariste fait un poil n'importe quoi avec le Dreaming, y a notamment un chtit raccourci scénaristique concernant comment l'amoureux transi aquiert son pouvoir qui est assez léger. C'est une des difficultés majeures de ce monde je pense : il est structuré tout en étant onirique donc hétérogène, l'une des forces de The Sandman était notamment une certaine ligne directrice dans ce monde si hétérogène.
Ici donc, ca part un peu dans tous les sens coté "scénes de rêves". Du coup le récit perds de sa puissance et de sa crédibilité, on ne reconnait pas vraiment le Dreaming qui pour moi doit être le fil rouge de cette série, LA référence de lieu et spatiale. Hors ici, malgré le passage éclair (et plutôt mal amené, comme si c'etait forçé) de Cain et Abel, on manque de point d'encrage pour pouvoir apprécier le récit.
Dommage car encore une fois encore le synopsis trés riche avait un grand potentiel.

Coté dessin : autre point négatif, le trait de Taylor est moyen, trés basique et trés homogène malgré des situations "oniriques" qui auraient demandé de legers changements de style pour accentuer un peu le coté encore une fois hétérogène du Dreaming. C'est également trés classique dans le découpage du récit et l'enchainement des cases, sans y mettre le soupson de folie neccessaire à cette série qui doit l'être. Bref un style non adapté au récit.

Au final, cette sensation de dommage, un récit interessant non mis en valeur par un manque d'inspiration dans le découpage du récit et un trait trop plat.
__________________
Bad to ze Bone!

Ne cliquez pas, c'est une pub!
Réponse avec citation