Afficher un message
  #1  
Vieux 28/06/2007, 14h38
Avatar de doop
doop doop est déconnecté
bouzouk force !!!!
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: juillet 2005
Messages: 27 280
doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0doop sait diviser par 0
Crit.Doop.Sem.17 : Ultimates;Marvel Zombies;H.E.R.O.;S M loves MJ;52;BATMAN

Critiques Doopiennes semaine 17

Le rappel des faits:

SEMAINE 1 : CIVIL WAR, BLACK HOLE, X MEN (Carey Bachalo Ramos) , SAVAGE DRAGON ARCHIVES
SEMAINE 2: CHECKMATE, MANHUNTER,WOLVERINE (Guggenheim Ramos), OPERATION GALACTIC STORM, BATMAN SECRETS
SEMAINE 3: THE FILTH, BATMAN (Morrison Ostrander Mandrake), HERO SQUARED, DOWN, SUPERMAN VF 21
SEMAINE4: SEVEN SOLDIERS la totale, BIG BOOK INFINITE CRISIS 3,TPB JSA 12: GHOST OF THE PAST; X MEN EXTRA 61 (Tormade et Black panther)
SEMAINE 5: DD FATHER, uncanny X MEN, DETECTIVE COMICS, BIRDS OF PREY, KIN
SEMAINE 6: FALLEN ANGEL, DAREDEVIL VO, JOHN CONSTANTINE: TOUTES SES MACHINES; WOLVERINE VF; NEW MUTANTS CLASSIC ; GHOST RIDER VF 2 : enfer et damnation.
SEMAINE 7: MOON KNIGHT VF 1: le fond; FABLES ; Y THE LAST MAN ; IRON MAN : programme exécution (MARVEL ICONS HORS SERIE) ;NEW MUTANTS CLASSIC vol 2; SUPERMAN: SECRET IDENTITY; GOTHAM CENTRAL VF: affaire non classée
SEMAINE 8: TPB FLASH: THE FASTEST MAN ALIVE; NIGHTWING ANNUAL 2; BUFFY 1 et 2; TPB Ms MARVEL; AU COEUR DE L’EMPIRE (BRYAN TALBOT); BATMAN HORS SERIE 6 (Lieberman, Barriaonuevo); BATMAN 23 VF
SEMAINE 9: NEXTWAVE, TPB NIGHTWING OYL; TPB OUTSIDERS OYL; DEATHNOTE; ANNIHILATION: super skrull + silver surfer; SACHS AND VIOLENS (Perez)
SEMAINE 10: SECRET SIX, DAREDEVIL VO 95; X MEN HORS SERIE 28 (enfance de STORM et Black Panther; NEW X MEN 37: QUEST FOR MAGIK; SUPERMAN l’HOMME D’ACIER vol 2
SEMAINE 11: SHADOWPACT TPB; CIVIL WAR FRONTLINE vol 1; JAE LEE’S HELLSHOCK; DAUGHTERS OF THE DRAGON ; THE AGENCY
SEMAINE 12: 52;ALIENS SALVATION;DMZ; ETERNALS par GAIMAN/ROMITA JR
SEMAINE 13: BLACK PANTHER(LE MARIAGE AVEC STORM) ; LES CHRONIQUES DE SPAWN, THE QUITTER, BATMAN COUNTY LINE ; ULTIMATES ANNUAL 2
SEMAINE 14: PUNISHER MAX: LES NEGRIERS; PLANETARY vol 3 VF; TRINITY; SPIDER MAN-BLACK CAT: THE EVIL THAT MEN CAN DO
SEMAINE 15: CRIMINAL, STRAY TOASTERS, WALKING DEAD, RUNAWAYS/YOUNG AVENGERS, 52: WORLD WAR THREE; ALPHA FLIGHT CLASSIC
SEMAINE 16: BUFFY 1 à 4;WORLD WAR HULK prologue et #1; SAVAGE DRAGON ARCHIVES volume 2; ULTIMATE FANTASTIC FOUR VF 12 à 18 : le run de MILLAR/LAND ; BATMAN et SUPERMAN VF 1 ;


= c’est écrit et dessiné sur du papier, c’est déjà ça
et demi = totalement raté
= grosse déception , ensemble raté mais le dessinateur ou le scénariste rattrape le coup (un peu)
et demi = un comics moyen, rapidement oublié et oubliable
= du bon comics
et demi = un bon achat
= indispensable
et demi = indispensable et inoubliable
= une œuvre majeure




THE ULTIMATES 2 #1 à 13


(Millar/Hitch/Hitch-Neary)

Que ce fut long. Et c’est d’ailleurs le seul problème de cette série…Plus de deux ans et demi pour 13 épisodes, c’est absolument inqualifiable…
Bref, en dehors de ce gros problème qui a dû faire perdre patience à beaucoup de lecteurs, essayons de passer outre et de relire la saga dans son intégralité.
C’est à mon sens le meilleur de MILLAR chez MARVEL, dés le premier numéro du premier volume, ce scénariste à réussi à faire non pas une resucée de AVENGERS, mais à raconter une histoire totalement différente, avec pour héros de base CAPTAIN AMERICA. Le premier arc du volume un reste à mon avis une des meilleures choses qu’ait publié MARVEL récemment. La fin du premier volume est plus centrée sur l’action, avec une invasion extraterrestre et l’intervention de HULK.
Eh bien c’est exactement pareil dans le volume deux, exactement la même structure. Les six premiers épisodes sont plus centrés sur les personnages, introduisant des idées très efficaces et inattendues, écrites d’une manière parfaite ; comme le doute sur l’existence de LOKI et la folie de THOR, l’introduction très concrète des DEFENDERS, le procès de HULK qui font de ces six premiers épisodes les meilleurs du volume deux.
Ensuite, ça se gâte un petit peu. Dés le départ, MILLAR a effectivement utilisé ULTIMATES 2 comme dénonciation de la politique Américaine et de son interventionnisme. Rien à redire, ce sont ses opinions, et il les exprime tout à fait correctement, en faisant des ULTIMATES un moyen de pression Américain contre les autres pays. Il n’en fait pas trop, et c’est tant mieux.
Alors comme il faut un final grandiose, MILLAR nous colle une invasion des USA par les pays antagonistes, qui en plus ont utilisé les gènes sur lesquels travaillaient tous les scien,tifiques pour se faire leur propres armées de surhumains. Les USA sont totalement dévastés, et cela demande une riposte. Un final 100% action où le talent de BRYAN HITCH éclate à son maximum. En plus, il nous introduit assez rapidement une histoire de traître dans les ULTIMATES. Une légère déception quant à l’identité de ce dernier, sachant que MILLAR n’avait laissé dans toute la BD aucun indice nous permettant de découvrir son identité, sa révélation tombe un peu à plat.
Evidemment, SPOILER: HULK revient pour tout casser les méchants envahisseurs, et tout finit bien.
Beau joueur, MILLAR va même laisser le champ libre à ses successeurs en libérant les ULTIMATES de l’armée et en en faisant une équipe totalement indépendante.
On peut quand même laisser poindre une légère déception, en ce qui concerne les deux derniers numéros qui en plus d’être horriblement en retard, n’apportent finalement pas grand chose au pâté, car se limitant le plus souvent à une scène d’action suivie d’une autre scène d’action suivie d’un combat etc…
Avec l’attente, on espérait beaucoup plus, et même la super big splash page (8 pages) n’est pas la plus réussie de HITCH.
Parlons en un peu de BRYAN HITCH, car c’est certainement ses magnifiques dessins qui ont largement contribué à la réussite de cette mini série.
Contrairement à d’autres, LAND ou maintenant LAROCCA, il réussit à donner à son style très photographique une dimension « dessin plutôt que photo » beaucoup plus palpable, et donc gagne en lisibilité et en mouvement. C’est du pur dessin, mais poussé avec un sens du détail , de l’anatomie absolument parfaits. Il faut dire que depuis que LAURA DEPUY-MARTIN est arrivé à la colorisation (c’est à dire depuis ses AUTHORITY), le style de ce dessinateur n’a cessé de progresser. Extrêmement à l’aise dans toutes les scènes grandioses de bataille, il arrive largement à la cheville d’un ROMITA concernant la puissance qui se dégage de ces dessins, le seul problème étant que lui n’arrive pas à fournir un numéro par mois.
En bref, ULTIMATES est une excellente série, et désormais que tous les numéros sont sortis, je vous conseille une relecture de tout cela , vous verrez, vous ne le regretterez pas.
Par rapport à ULTIMATES 1 ; le volume 2 est quand même un peu plus décevant dans la mesure où sa structure narrative est à l’identique de celle du premier (6 numéros tournés sur les persos suivis de 7 numéros de baston ) et que quelques une de ces surprises tombent un peu à plat ; mais cela reste néanmoins une des meilleures choses publiées par marvel, bien loin devant CIVIL WAR du même MILLAR, par exemple.
Et puis, BRYAN HITCH fait largement monter la note.
Je n’arrive tout de même pas à oublier tout ce temps à attendre le dernier numéro, et je pense que c’est ce laps de temps qui a fait que les lecteurs ont été un peu déçus par la fin.



100% MARVEL : MARVEL ZOMBIES

(Kirkman/Phillips)

Pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ?
J’aime pas KIRKMAN, je trouve la plupart de ses scénarios pourris, alors pourquoi ai-je acheté ce numéro, qui contient des zombies, et ce qui est censé être du fun ?
C’était évident que cela n’allait pas me plaire…..
Ben en fait, parce que j’ai lu WALKING DEAD (qui parle de zombie) du même KIRKMAN qui m’a bien plu il y a quelques semaines, que cette mini avait beaucoup de fans et qu’en plus de cela SEAN PHILLIPS est aux dessins.
En plus, je venais d’apprendre le barème de correction du baccalauréat, celui où l’on doit mettre 20 à un élève qui n’a pas traité les trois quarts du sujet, donc il fallait que j’assouvisse ma frénésie de comics.
Il en faut peu parfois….
Bon, on va quand même essayer de rester lucide. KIRKMAN reprend les zombies introduits dans ULTIMATE FANTASTIC FOUR par MILLAR.
Au départ on a donc le combat de MAGNETO et de quelques survivants face à un groupe de ZOMBIES MARVEL composés entre autres de l’araignée, IRON MAN, CAPTAIN AMERICA etc….Puis le récit ne s’oriente que vers les ZOMBIES pour ses dernières parties ; En soi, c’est pas complètement mauvais, même si je pense que KIRKMAN avait juste pour cette série une idée de fin (les dernières pages) et qu’il s’est contenté de remplir les pages jusqu’à là.
Si on décide de raconter les aventures des ZOMBIES MARVEL, et en particulier de quelques persos, c’est justement pour leur apporter un autre éclairage, un autre point de vue sur ces héros, hors ici, on n’a pas grand chose. On sait que CAPTAIN AMERICA Se fait couper son cerveau en deux et qu’il continue à parler et à bouger, on sait que quand HULK mage et redevient BANNER, les os des corps qu’il a mangés ressortent en explosant de l’estomac du docteur, on sait que SPIDER MAN a mangé MJ et TANTE MAY et puis c’est un peu tout. Pas vraiment grand chose de nouveau. L’intrigue n’était à mon avis pas faite pour durer 5 épisodes, ç’aurait très simplement pu être un numéro spécial de WHAT IF d’une vingtaine de pages , car finalement, il n’y a pas matière à en dire plus.
C’est pas illisible et affreux non plus, et certaines idées sont assez rigolotes, même si après, il y a des incohérences totales qui justifient la fin de la série. Sérieusement, vous pensez une seule seconde que les griffes de SERVAL peuvent endommager SPOILER : l’armure du SILVER SURFER ? Et que tous les zombies sont capables de tous bouffer SPOILER : GALACTUS ? ; un être qui ne me semble pas fait de chair et de sang.
Vous allez encore une fois me répondre : « et la parodie, qu’est ce que t’en fais, c’est fun, c’est rigolo, y’a des zombies et CAPTAIN AMERICA a son cerveau coupé en deux qui dégouline ; gna gna gna….. »
Ce à quoi je répondrais que la parodie c’est très bien quand cela ne veut pas en faire trop, par exemple, vous aurez droit à une chronique de FORMERLY KNOWN AS THE JUSTICE LEAGUE la semaine prochaine qui se trouve être de la vraie parodie où en dehors d’un discours et d’une intrigue farfelue, l’histoire et les personnages avancent réellement.
Même CLAREMONT sur EXCALIBUR faisait mieux niveau parodie.
Après, soyons honnêtes, c’est quand même lisible, original, mais l’originalité ne vient pas de cette mini, juste du run de MILLAR sur UFF ; mais pas vraiment transcendant.
SEAN PHILLIPS livre , lui, une prestation honnête, bien mieux que sur les X MEN, mais franchement en dessous de ce qu’on peut voir de lui sur CRIMINAL. Evidemment, tout ce qui est super héros en costume ne lui va pas bien, mais comme là, ce sont des zombies, l’ambiance lui convient mieux ; la colorisation doit aussi y faire pour beaucoup.
Pourquoi faire en 100 pages ce qu’on aurait pu faire sur vingt.
Déçu, un comics honnête mais bien loin d’être le meilleur de l’année
Le meilleur dans cette série ne serait-ce pas en fait les couvertures ?
parce que quand même SEAN PHILLIPS et que tout n’est pas complètement mauvais, on peut même rire (quelquefois). C’est juste au dessus de la moyenne.

TPB H.E.R.O : POWERS ANS ABILITIES


(Will Pfeiffer/Kano)
Qui reprend les six premiers épisodes de la série HERO publiée en 2003 par DC COMICS.
Qui reprend elle même la série DIAL H FOR HERO , où deux jeunes adolescents avaient trouvé des cadrans qui leur permettait de se transformer en des super héros les plus bizarres possibles pour vivre des aventures palpitantes en une petite dizaine de pages. On avait eu droit à ces BD dans les vieux magazines FLASH ou GREEN LANTERN chez AREDIT, je crois.
Je me rappelle que cette série avait eu bonne presse lors de sa sortie, mais pas vraiment beaucoup d’acheteurs. Et c’est bien dommage !

Car même si cela peut rebuter un peu sur le papier (à chaque épisode, un personnage différent trouve un talisman qui lui permet de se transformer à volonté en un super héros) en se disant qu’il risque de ne pas y avoir de fil rouge, et donc forcément une répétition à chaque épisode, il faut reconnaître que pour les six premiers épisodes en tout cas, c’est vachement bien fait.
En fait, l’essentiel de la ligne directrice de PFEIFFER n’est pas centré sur le super héros, mais les réactions de l’ humain à la découverte du talisman et de son utilisation. Commet va t’il gérer ces super pouvoirs à volonté ? Tiens, ça ne vous rappelle pas une série TV , ça ?
Bref, on à droit ici à un premier arc en quatre parties mettant en scène le loser type qui trouve le talisman. Petite nouveauté, son grand amour (mais elle ne le sait pas ) ne jure que pas SUPERMAN !
Cela va être un prétexte pour ce jeune garçon qui va donc faire tout et n’importe quoi avec ce talisman, et dont les premières batailles « pour la justice » vont être totalement ratées. Dur retour à la réalité et PFEIFFER nous donne ici un aspect très sombre, signifiant ce que pourrait être réellement une personne qui aurait des pouvoirs. Cette inefficacité de notre jeune héros va conduire même SPOILER à la blessure grave de sa petite amie ainsi qu’à sa tentative de suicide. Ironiquement, c’est SUPERMAN qui le sauvera, comme un ultime pied de nez.
Bien pensé, bien écrit, de très bonnes idées. IMPECCABLE.
Derrière, deux histoires plus ou moins liées entre un homme qui trouve le talisman et qui consacrera tellement de temps à faire le super héros que sa vie de famille va en pâtir, conduisant à son licenciement, son divorce et le vol de son amulette pas sa petite fille qui partira avec la mère et qui sera l’héroïne du numéro d’après, pour un trip TEEN AGE SUPERHEROS encore une fois très rafraîchissant.
Scénaristiquement, cette approche réaliste est pleinement satisfaisante ; PFEIFFER insistant sur le super humain pour étudier l’humain d’abord et nous donner une perspective très terre à terre du « métier » de super héros. Un petit côté rétro accentué par les SUBLIMISSIMES dessins de KANO, tout fraîchement sorti à l’époque de son run sur SUPERMAN et qui s’encre pour l’occasion lui même, ce qui lui permet d’accentuer son style très cartoon, mais très moderne aussi dans une sorte de mélange entre DAWYN COOKE et GUY DAVIS.
On regrette d’ailleurs vraiment de ne pas voir ce dessinateur plus régulièrement dans une série.
Bref, tout cela pour dire que c’est véritablement le coup de cœur de cette semaine et qu’on espère les prochains TPB ; mais comme celui ci est sorti en 2003 et que je n’ai rien vu venir depuis……On peut être pessimiste. A moins que les back issues….
et demi

BATMAN 664/665


(Morrison/Kubert)

Après nous avoir donné un truc absolument immonde sur BATMAN 663 (juste après un fill-in de OSTRANDER MANDRAKE raté de quatre mois) ; GRANT MORRISON revient ici sur son histoire principale, celle qu’il a développée depuis le premier numéro de son run et l’arc DAMIAN.
Et je reste encore une fois très dubitatif.
Si l’on revient à quelque chose de lisible, cela n’est pas exceptionnel pour autant, et je pense pouvoir dire qu’on a clairement affaire à du MORRISON pas vraiment inspiré. Son but est de refaire de BRUCE WAYNE un personnage central ? C’est raté, car en effet, si BRUCE WAYNE apparaît plus que BATMAN sur ces deux numéros, c’est la plupart du temps pour agir comme BRUCE WAYNE, c’est à dire le play boy qui continue son mensonge. Rien de neuf, donc et MORRISON lui attribue une aventure avec un top model venu d’on ne sait où, où l’on sent que cela a une importance, mais on ne sait pas pourquoi, ce qui fait que c’est souvent très ennuyeux.
Prétexte au BATMAN 666, ce début d’arc est linéaire, mais assez poussif, où MORRISON nous envoie dans une sordide histoire de viol et de mutilations sur des prostituées, dues à un policier déguisé en BATMAN/BANE et couvert par d’autres flics ripoux. D’ailleurs, à la fin du premier numéro, le BANE/BATMAN [brise SPOILER: la colonne du héros! Sauf que d’entrée, dans le deuxième épisode, on apprend que SPOILER : c’est son costume qui a tout absorbé. C’est donc un cliffhanger pourri qui ne sert strictement à rien, qui est juste une idée censée être cool, mais sans intérêt pour l’histoire. . Et c’est vrai que l’on a plus de mal à accepter cette facilité d’un GRANT MORRISON que d’un CHUCK AUSTEN ou d’un JEPH LOEB.
On arrive ensuite sur une histoire de faux BATMEN issus d’un livre secret qui comporterait les grandes énigmes mystiques et paranormales que BATMAN et ROBIN auraient consignés pendant leurs aventures. Vous n’avez rien compris, moi non plus ; mais ça c’est peut-être plus logique, et c’est ce qui me fait dire qu’il ne faut pas enterrer cet arc tout de suite, MORRISON nous ayant habitué à des retournements de situations assez inhabituels. WAIT AND SEE.
Le problème c’est qu’il nous ressort encore ce sale gamin DAMIAN, certainement sa plus mauvaise idée jusque là puisque il n’arrive pas soit à nous le placer comme perso important, soit à le laisser mourir.
Ce DAMIAN est absolument haïssable, et va bientôt arriver à la hauteur d’un TERRY LONG si ça continue.
Niveau dessins, c’est là que je suis le plus déçu. Pourtant le gars KUBERT fait partie de mes dessinateurs préférés (une folle réminiscence de ses X MEN et de son BATMAN PREDATOR qui était à tomber), mais là, je n’ai pas aimé du tout. Il faut dire que depuis qu’il n’a plus de gars sérieux à l’encrage, comme un MARK PENNINGTON, voire son papa ; il a tendance à faire du tape à l’œil en oubliant les principes du storytelling. Par exemple, il faut véritablement se creuser la tête pour comprendre ce qui se passe lors du combat entre le BATMAN/BANE et ROBIN.
Après, il y a des jolies pages, mais c’est marrant de constater qu’un dessinateur qui était loin d’être le plus mauvais des années 90 finalement s’approprié tous les défauts de cette génération de dessinateurs 15 ans plus tard. C’est dommage.
Bref ; vous comprendrez que pour le moment, c’est loin d’être le meilleur de BATMAN, puisque l’accent est mis sur BRUCE WAYNE mais que c’est raté, il ne reste donc rien et l’on s’ennuie.
On a droit aussi à des dialogues terriblement pompeux, du genre « you cleaned the super crooks off the streets, but the rot in this city runs all the way through and all the way too the top, you know that », JIM GORDON.

Maintenant, il faut peut être laisser du temps à MORRISON pour développer son personnage et ses intrigues, mais cela fait quand même plus d’un an qu’il est censé être dessus.
Je n’arrive pas non plus à comprendre pourquoi un gars qui avait fait preuve d’une aussi grande conscience de ce qu’était le BATMAN et ses ennemis dans ARKHAM ASYLUM n’arrive pas à décoller sur sa série régulière. On ne m’enlèvera pas de l’idée qu’il est tombé dans la facilité, mais on ne sait jamais et on peut encore lui faire confiance en tant que scénariste. Enfin, si cet arc ne se finit pas de manière concluante, il est clair que j’arrête la série, après le numéro dessiné par WILLIAMS III.
, mais je pense qu’il faut attendre l’arc en entier pour se décider. C’est quand même assez mal parti.




SPIDER MAN LOVES MARY JANE vol 1: SUPER CRUSH

(Mc Keever/Miyazawa)
Contient les épisodes 1 à 5 de la série SPIDER MAN LOVES MARY JANE.
J’avais sur les conseils de NIGLO et GILLES acheté la mini HOMECOMING, qui avait brûlé dans mon incendie, mais que j’avais racheté immédiatement. Il fallait donc absolument que je passe à la série régulière.
Et c’est un vrai bol d’air frais.
Pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, cette série est une adaptation GIRLY des aventures non pas de SPIDER MAN, mais de MARY JANE WATSON, élève au lycée et de ses histoires de cœur avec FLASH THOMPSON, PETER PARKER ,HARRY OSBORN de ses copines ; LIZ et tout plein d’autres et surtout de ce ténébreux justicier SPIDER MAN, dont elle est secrètement amoureuse et dont elle espère en vain qu’il l’invite un jour sur sa toile.
C’est marrant comment un truc sensé être pour les jeunes lecteurs se révèle être est en fait beaucoup plus fin que les séries régulières SPIDER MAN, avec STARZC ou autres.
Eh bien oui, c’est beaucoup plus fin que ce que l’on pourrait penser, et c’est une très belle réinvention du mythe SPIDER MAN.
Mc KEEVER réussit ici à nous livrer un peu ce que promet la ligne ULTIMATES, c’est à dire une relecture et par la même occasion, rejouer avec notre connaissance du monde de SPIDEY pour nous donner quelques pistes sur MARY JANE. Le fait de savoir que PARKER est SPIDER MAN est totalement implicite, et le fait de savoir que les deux sont mariés dans l’univers MARVEL classique est aussi un fait établi de cette série, qui joue ensuite avec nos connaissances. C’est rigolo et léger, fin et drôle.
D’ailleurs les dessins de MIYAZAWA sont absolument parfaits pour ce genre d’histoire, et il nous livre parfois de superbes planches, son SPIDER MAN est très bien réussi. Son style est très manga, sauf pour les nez des personnages, qu’il a apparemment du mal à négocier (c’est son petit point faible, je trouve, les nez, mais finalement, c’est tellement mignon qu cela en devient une force) . Je ne vois absolument pas comment cette série pourrait apporter de nouveaux lecteurs, elle n’est pas faite pour la découverte, non, cette série est tout simplement faite pour les gens qui ont adoré SPIDER MAN dans les années 70 lorsque PETER hésitait entre MJ et GWEN, et qui se retrouvent confrontés à une GWEN STACY couchant avec NORMAN OSBORN pour avoir des jumeaux grandis artificiellement dans la série actuelle. Personnellement, c’est mon cas.
C’est un joli retour en arrière, et je dois avouer que l’idée de savoir comment MJ va sortir avec PETER m’intéresse en ce moment plus que ce savoir ce que la BLACK PETER tout méchant va faire dans AMAZING SPIDER MAN ou à toutes les histoires qui n’avancent pas de ULTIMATE SPIDEY.
Une énorme bouffée de frais, en plus, je trouve que le petit format lui réussit vraiment très bien à cette série.
Mc KEEVER est de plus, un auteur extrêmement fin qui en donne plus que ce qu’il promet, avec de très bonnes idées qui malgré tout font avancer son intrigue (tel le rendez vous SPIDEY et MJ, excellemment résolu) .

Je milite en tout cas activement pour une fusion entre SPIDER MAN LOVES MARY JANE et la série AMAZING SPIDER MAN lors du grand événement ONE MORE DAY et pour laisser les rênes à MC KEEVER et MIYAZAWA sur la série AMAZING. Oh et puis, non, il faut absolument les laisser dans SM loves MJ, cela leur va tellement bien.


Et si la véritable âme de SPIDER MAN se trouvait dans cette série plutôt que dans AMAZING ou ULTIMATE ? Hein ?
et demi



INFINITE CRISIS 52 n°2

(Morrison-Rucka-Waid-Johns/ Giffen-Bennett-Lashley-Batista-Draxhall-Barrows)

contient les épisodes 5 à 8 de l’hebdomadaire 52.
Tout bonnement excellent !
Je ne sais pas si cela va durer sur ce rythme (d’ailleurs, je crois que non), mais les intrigues développées depuis le début de cette série sont terriblement bien ficelées pour le moment. Franchement, on ne s’ennuie pas une seule seconde. Beaucoup de choses se passent, KORY, ANIMAL MAN et STRANGE perdus dans l’espace, et confrontés à des monstres sur une planète bizarre ; les déboires de BOOSTER GOLD, héros égoïste et détestable qui perd une bonne partie de sa crédibilité dans ce numéro ; LEX LUTHOR qui trouve une potion pour donner des superpouvoirs à tout le monde, MONTOYA, THE QUESTION et la nouvelle CATWOMAN ; des savants disparus, des conflits entre STEEL et sa nièce, HAWKGIRL devenue géante, CYBORG fusionné avec FIRESTORM. ; bref, tout est très bien mené, et en plus, le fait d’avoir quatre numéros d’un coup permet de ne pas attendre trop longtemps pour avoir la suite de l’histoire. Pour l’instant, j’attends plus d’informations sur le culte de SUPERBOY, qui est à peine traité ici.
Mes histoires préférées sont pour le moment celles de BOOSTER GOLD, MONTOYA ; LUTHOR et STEEL.
J’ai un peu plus de mal sur le culte de SUPERBOY, mais comme on n’en parle pas ici, ça va bien.
Niveau dessins, l’ensemble est très cohérent, et même si le style change un peu en fonction du dessinateur, cela ne se voit pas vraiment beaucoup. BENNETT convient parfaitement, BATISTA aussi et BARROWS un peu moins.
On a finalement quelque chose de très cohérent, très construit, qui va à 100 à l ‘heure et dont on a terriblement envie de savoir la suite.
Une réussite.
et demi




Evidemment, il est impossible de parler de 52 sans vous donner le lien du magnifique travail de notre ami SCARLET
http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=18611

Dernière modification par doop ; 28/06/2007 à 23h02.
Réponse avec citation