Afficher un message
  #25  
Vieux 30/05/2007, 11h40
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°108
Lug, Janvier 1987.



LES QUATRE FANTASTIQUES : Origines et Fins ! (22 pages)
(Beginnings and Endings, in Fantastic Four #244, juillet 1982)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Juliette d’Angelo, la co-locataire de Frankie Ray, reçoit la visite surprise de Johnny Storm. Celui-ci semble totalement bouleversé, et lui annonce que Frankie a disparu. Alors que Juliette tente de le calmer, Red et Jane Richards arrivent. Ils étaient sans nouvelles de Johnny depuis cinq jours. Red raconte à Juliette les évènements qui ont mis Johnny dans cet état.

Après le combat contre Terrax, Galactus est mourant. Affamé, son corps se met à rapetisser. Mister Fantastic estime qu’il est de son devoir de lui sauver la vie. Il demande à Iron Man d’aller chercher chez Stark International différents appareils qui lui permettront de réaliser son projet. Moins d’une heure plus tard, Mister Fantastic a mis au point une machine qui, chargée d’énergie par le marteau de Thor, va rendre à Galactus une partie de ses capacités. Ce dernier reprend bientôt conscience, mais doit se nourrir dans les plus brefs délais. Mister Fantastic lui fournit la liste de plusieurs mondes capables de le sustenter, mais ces planètes sont trop éloignées.

Alors que Galactus envisage de dévorer la Terre, Frankie Ray intervient. Elle propose à Galactus de devenir son nouveau héraut. Les Fantastiques tentent de l’en dissuader, mais Frankie les ignore. Galactus accepte et transforme physiquement Frankie pour qu’elle puisse mener à bien sa mission. Elle part aussitôt, suivie par un Johnny Storm désespéré. Frankie l’ignore et part pour les étoiles, bientôt suivie par Galactus. La Terre est sauvée, mais Johnny a perdu l’amour de sa vie…

Le récit de Red terminé, Johnny finit par accepter de rentrer au Baxter Building, laissant une Juliette d’Angelo abasourdie par cette histoire.

Quelques jours plus tard, alors que les travaux de reconstruction des deux derniers étages du Baxter Building sont en cours, monsieur Collins, le propriétaire du bâtiment, vient annoncer leur expulsion aux Fantastiques. Fatigué de ses sempiternelles jérémiades, Red Richards lui signe un chèque et rachète ainsi le building. Collins s’en va, aux anges…

Mister Fantastic contacte l’ambassade de Latvérie pour les informer qu’il tient à leur disposition le corps du Docteur Fatalis. Rendez-vous est pris pour la restitution du corps. Lorsque l’ambassadeur raccroche, il est félicité par… le Docteur Fatalis ?

Deux jours plus tard, Jane Richards demande à Ben de garder Franklin pendant qu’elle participe à une émission télévisée. Ben n’est pas seul pour jouer à la baby-sitter : le robot Herbie est là aussi. Mais un événement étrange va se dérouler : Franklin va inconsciemment utiliser son pouvoir. Herbie va enregistrer le phénomène, mais il va rapidement prendre des proportions telles que le petit robot va littéralement exploser sous l’afflux soudain d’énergie…



Commentaire :

fin de l’arc mettant en scène Galactus. John Byrne est un peu trop rapide en besogne pour que cet épisode soit tout à fait réussi. On s’étonne que la question de sauver Galactus ne fasse pas davantage débat entre les différents héros présents sur les lieux (seul Iron Man s’en inquiète brièvement). De même, l’idée que Frankie Ray devienne le nouveau héraut de Galactus n’est pas mauvaise, mais on regrette qu’elle n’ait pas passé plus de temps au côté des Fantastiques. Le personnage est intéressant, et l’on aurait aimé suivre son évolution au sein du groupe quelques mois de plus. Ceci dit, l’épisode tel quel est plutôt réussi, et permet de voir Galactus dans un rôle assez inhabituel.




LES QUATRE FANTASTIQUES : La Fin de l’Enfance (22 pages)
(Childhood’s End, in Fantastic Four #245, août 1982)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Jane Richards participe à une émission télévisée, Woman to Woman, où elle est reçue en tant que l’une des cinq femmes les plus importantes des Etats-Unis. L’interview n’est pas facile pour autant, la journaliste qui l’interroge, Barbara Walker, ne lui faisant aucun cadeau. Elle lui reproche notamment son rôle d’épouse et de mère, et minimise son importance au sein des Fantastiques.

Pendant l’interview, le signal d’urgence des Fantastiques apparaît dans le ciel, mais personne n’en informe Jane. Elle quitte les studios une heure plus tard et rentre au Baxter Building. Sur place, elle est étonnée de voir que toutes les lumières sont éteintes, et craint une attaque. Son pressentiment se confirme : elle trouve Mister Fantastic et la Chose inconscients. Puis elle surprend un homme en guenilles qui s’en prend à la Torche. Elle tente d’intervenir, mais l’homme a des pouvoirs extraordinaires. C’est ainsi que, d’un simple geste, il va briser le champ de force de l’Invisible. Celle-ci parvient néanmoins à lui échapper. Elle se rend dans la chambre de Franklin, mais ne trouve nulle trace de son fils. Plus inquiétant encore : Herbie a été détruit…

Le Baxter Building est rapidement cerné par les forces de police. Barbara Walker et une équipe technique se rendent sur place pour y réaliser un reportage, mais on ne les laisse pas approcher. Soudain, une explosion retentit au sommet du building, et l’Invisible est violemment projetée à l’extérieur. Elle ne doit la vie sauve qu’à son champ de force, qui va lui permettre d’atterrir en douceur. L’homme mystérieux sort du bâtiment peu après. Etrangement, son aspect et sa façon de parler semblent familiers à l’Invisible. C’est alors qu’elle réalise, stupéfaite, qu’il s’agit de son fils ! Lorsqu’elle prononce son prénom, ce dernier s’effondre littéralement. Elle est bientôt rejointe par le reste de l’équipe, à qui elle explique la situation.

Franklin retrouve rapidement son calme. Son père lui propose de procéder à diverses analyses pour lui permettre de redevenir l’enfant qu’il est, mais Franklin a déjà trouvé la solution. Il propose à la Chose d’utiliser l’excédent d’énergie qu’il a en lui pour lui permettre de redevenir Ben Grimm. Mais après avoir lu les pensées de son oncle, il change d’avis : plutôt que de supprimer ses pouvoirs, il juge plus opportun de lui redonner l’apparence physique qu’il avait avant l’expérience ratée de Mister Fantastic (in Fantastic Four #238, janvier 1982, trad. in Nova n°105, octobre 1986). C’est ainsi que la Chose retrouve son aspect rocailleux habituel, tandis que Franklin, libéré de ce surplus d’énergie, redevient un enfant. Mister Fantastic devine ce que Franklin a lu dans l’esprit de la Chose : en redevenant Ben Grimm, il craint de perdre la seule personne qui compte pour lui : Alicia Masters.



Commentaire :

C’est Jane Storm et son fils Franklin qui sont à l’honneur dans cet épisode. Ce n’est pas la première fois que les pouvoirs de Franklin se manifestent, mais jamais jusqu’à présent de manière aussi spectaculaire.

A travers cette histoire, John Byrne tient également à montrer que le fait que Jane Richards soit une épouse et une femme mariée ne minimise en rien son rôle au sein de l’équipe. Qu’elle ne ressemble pas à une certaine image de la féministe engagée n’en fait pas moins d’elle une femme forte, indépendante, et jouant un rôle crucial au sein de l’équipe, comme elle le prouve ici. Le propos est certes un peu caricatural, en particulier le personnage de la journaliste Barbara Walker, ridicule à force d’être outrancier. Cependant, on ne peut qu’applaudir le traitement du personnage de Jane par Byrne, que certains de ses prédécesseurs avaient reléguée à un rôle subalterne.




IRON MAN : L’Heure du Choix ! (41 pages)
(Resolutions !, in Iron Man #200, novembre 1986)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Mark Bright.
Encrage : Ian Akin & Brian Garvey.
Couverture : Mark Bright.

Résumé :

Après l’attaque lancée par Obadiah Stane contre les locaux de Circuits Maximus, Tony Stark accompagne ses amis à l’hôpital. Si Rhodey et Clytemnestra n’ont été que légèrement blessé, Morley a été tué sur le coup. Clytemnestra reproche à Tony la mort de son frère. Ce dernier réalise qu’il n’a que trop tardé à affronter directement Stane. Il se rend au Q.G. des Vengeurs de la Côte Ouest, où il récupère la nouvelle version de l’armure d’Iron Man qu’il vient de finir de mettre au point. Il est désormais prêt à redevenir Iron Man.

De son côté, Obadiah Stane est convaincu que l’attaque contre Circuits Maximus a porté le coup de grâce à Tony Stark. Après la mort de Morley, il ne peut que sombrer dans l’alcoolisme. Il fait visiter à Bethany Cabe les locaux de Stane International, et lui montre le projet top secret sur lequel ses équipes ont travaillé ces derniers mois : le Destructeur, une armure de combat construite à partir des notes de Tony Stark.

La nouvelle armure d’Iron Man lui permet de se rendre de Californie à New York en vingt minutes, puis à l’approche des locaux de Stane International d’éviter les radars et les observateurs. Il débarque brusquement dans le bureau de Stane, où il ordonne à la secrétaire présente de prévenir son employeur.

Fou de rage de découvrir que, contrairement à ce qu’il pensait, Stark n’est pas fini, Stane envoie l’un de ses briseurs de circuits lui régler son compte. Mais l’appareil ne fait pas le poids face au nouvel Iron Man, pas plus que le Cavalier, le Fou et la Tour qui sont balayés en quelques secondes. Stane décide alors de jouer le tout pour le tout et revêt l’armure du Destructeur.

Le combat s’engage entre Iron Man et le Destructeur. Ce dernier dispose d’une puissance de feu plus importante, mais les nouveaux gadgets dont dispose Iron Man lui permettent de lui tenir tête. Cependant, Iron Man, en plus de contrer les assauts du Destructeur, doit protéger les employés de la société des dommage collatéraux.

Alors que le Destructeur a disparu, Iron Man trouve l’endroit où sont retenus Happy Hogan et Mme Arbogast. Mais une transmission de Stane lui apprend que les locaux ont été piégés et qu’au moindre geste ses amis mourront. Heureusement, Iron Man repère le dispositif qui menace de les électrocuter et, sans bouger, le détruit d’une rafale. Ses amis en sécurité, il repart ensuite à la recherche de Stane. Lorsqu’il le trouve, celui-ci a pris en otage un bébé et menace de le tuer si Iron Man ne se rend pas. A ce moment critique, les capteurs de l’armure d’Iron Man perçoivent des ondes électromagnétiques provenant d’un bâtiment proche. Il comprend alors qu’Obadiah Stane ne pilote pas l’armure du Destructeur : elle est contrôlée par ordinateur. Lorsqu’Iron Man détruit le bâtiment d’une rafale, l’armure du Destructeur se bloque, et Iron Man peut récupérer l’enfant sans risques.

Son armure hors-service, Obadiah Stane a compris qu’il n’a plus aucune chance de vaincre Stark. Ne lui reste qu’une seule issue : le suicide. Comme son père autrefois, Stane se fait sauter la tête en se tirant une rafale à bout portant. Iron Man ne peut l’empêcher de commettre l’irréparable.



Commentaire :

Plus de trois ans après avoir initié la guerre opposant Tony Stark à Obadiah Stane, Denny O’Neil conclut son récit à l’occasion de ce deux centième épisode. Une conclusion qui lui permet de rendre à Stark l’armure d’Iron Man (une armure inédite, le traditionnel rouge et or devenant désormais rouge et blanc).

Si ce n’est pas tout à fait le dernier épisode d’O’Neil, il s’agit néanmoins de la fin d’une époque. Durant les trois années qui ont précédé, le scénariste a frappé fort en faisant sombrer Stark dans l’alcoolisme et en faisant de Rhodey le nouvel Iron Man. Pourtant, malgré certaines idées intéressantes, le run d’O’Neil est dans l’ensemble très décevant. Un run beaucoup trop long, trop d’épisodes inintéressants et de péripéties peu palpitantes, ainsi que des seconds rôles (les jumeaux Erwin) peu mémorables et une galerie d’adversaires (Termite, Vibro, etc.) assez ridicules. Dommage, il y avait là matière à un run mémorable, mais la finition laisse grandement à désirer.

A noter enfin les débuts sur cet épisode de Mark Bright, le nouveau dessinateur régulier de la série, jeune artiste qui a déjà quelques séries Marvel à son actif (Power Man & Iron Fist, la mini-série Falcon, quelques épisodes de Thor, etc.). Son style est ici quelque peu étouffé par l’encrage d’Akin & Garvey, on pourra l’apprécier davantage dans les mois qui viennent.