Afficher un message
  #1  
Vieux 23/05/2007, 11h22
Avatar de doop
doop doop est déconnecté
bouzouk force !!!!
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: juillet 2005
Messages: 27 278
doop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunterdoop a piqué les clopes de Manhunter
Critiques Doopiennes sem 12: DMZ; ETERNALS (Gaiman); 52 VF ; ALIENS (Mignola)

Critiques Doopiennes semaine 12


Le rappel des faits:

SEMAINE 1 : CIVIL WAR, BLACK HOLE, X MEN (Carey Bachalo Ramos) , SAVAGE DRAGON ARCHIVES
SEMAINE 2: CHECKMATE, MANHUNTER,WOLVERINE (Guggenheim Ramos), OPERATION GALACTIC STORM, BATMAN SECRETS
SEMAINE 3: THE FILTH, BATMAN (Morrison Ostrander Mandrake), HERO SQUARED, DOWN, SUPERMAN VF 21
SEMAINE4: SEVEN SOLDIERS la totale, BIG BOOK INFINITE CRISIS 3,TPB JSA 12: GHOST OF THE PAST; X MEN EXTRA 61 (Tormade et Black panther)
SEMAINE 5: DD FATHER, uncanny X MEN, DETECTIVE COMICS, BIRDS OF PREY, KIN
SEMAINE 6: FALLEN ANGEL, DAREDEVIL VO, JOHN CONSTANTINE: TOUTES SES MACHINES; WOLVERINE VF; NEW MUTANTS CLASSIC ; GHOST RIDER VF 2 : enfer et damnation.
SEMAINE 7: MOON KNIGHT VF 1: le fond; FABLES ; Y THE LAST MAN ; IRON MAN : programme exécution (MARVEL ICONS HORS SERIE) ;NEW MUTANTS CLASSIC vol 2; SUPERMAN: SECRET IDENTITY; GOTHAM CENTRAL VF: affaire non classée
SEMAINE 8: TPB FLASH: THE FASTEST MAN ALIVE; NIGHTWING ANNUAL 2; BUFFY 1 et 2; TPB Ms MARVEL; AU COEUR DE L’EMPIRE (BRYAN TALBOT); BATMAN HORS SERIE 6 (Lieberman, Barriaonuevo); BATMAN 23 VF
SEMAINE 9: NEXTWAVE, TPB NIGHTWING OYL; TPB OUTSIDERS OYL; DEATHNOTE; ANNIHILATION: super skrull + silver surfer; SACHS AND VIOLENS (Perez)
SEMAINE 10: SECRET SIX, DAREDEVIL VO 95; X MEN HORS SERIE 28 (enfance de STORM et Black Panther; NEW X MEN 37: QUEST FOR MAGIK; SUPERMAN l’HOMME D’ACIER vol 2
SEMAINE 11: SHADOWPACT TPB; CIVIL WAR FRONTLINE vol 1; JAE LEE’S HELLSHOCK; DAUGHTERS OF THE DRAGON ; THE AGENCY



INFINITE CRISIS 52 : numéro 1
(Rucka/Morrison/Waid/Johns-Bennett)
Contient les 4 premiers épisodes de 52.


Le voilà, le fameux magazine attendu comme le messie qui est censé nous raconter ce qui se passe pendant le gap d’un an de toutes les séries DC.
Et on attaque avec 4 épisodes ma foi fort sympathiques. L’intrigue est certainement un peu lente, soit, mais il faut que tout se mette en place. Les personnages principaux ici sont BOOSTER GOLD, qui ressemble plus à sa période avant INFINITE CRISIS que pendant. Il a l’air beaucoup moins choqué par la mort de son ami BLUE BETTLE, et cela me dérange un peu. Bref, ce héros commence à avoir des difficultés car son robot censé lui expliquer le futur ne marche plus. De leur côté, STEEL et sa nièce…ne font pas grand chose, si ce n’est étudier le cadavre du faux LEX LUTHOR, qui fait un retour en fanfare, qui lui permet d ‘effacer toutes les horreurs qu’on lui a fait subir depuis le fameux arc PRESIDENT LUTHOR et de s’affirmer comme l’un des personnages importants de la mini. On a aussi le détective MONTOYA persécuté par THE QUESTION ; des savants fous qui disparaissent, alors que certains des héros perdus dans l’espace reviennent sur Terre et la tombe de l’épouse de RALPH DIBNY taguée. Beaucoup de choses donc, et il faut aborder la question principale aussi, à savoir : Je ne connais pas l’univers DC ; puis je lire 52. J’ai essayé avec ma femme, qui ne connaît pas l’univers DC en détail, et je dois répondre que non, elle a complètement arrêté sa lecture dés le premier numéro avec un « JE NE COMPRENDS RIEN, c’est qui lui, c’est qui elle, qu’est ce qu’ils font. Pourquoi ? »
Bref, on comprend bien que cette série ne s’intéresse pas aux nouveaux lecteurs, mais pour les gens qui n’ont pas une encyclopédie DC avec eux, cela risque d’être relativement compliqué, surtout pour les lecteurs de VF uniquement qui n’ont accès à DC que depuis deux ans. Sur la série en elle-même rien à dire, c’est du bon comics de super héros, certaines histoires m’intriguent (les savants fous, Montoya), certaines ne me branchent pas plus que ça pour le moment (DIBNY et un PSEUDO culte dédié à la mémoire de SUPERBOY entretenu par WONDER GIRL, BOOSTER GOLD) ma préférée étant le focus sur BLACK ADAM . Mais on a ce que l’on cherche, a condition d’être un bon connaisseur de l’univers DC ; tiens, je me demande ce qu’en pense MICHEL.
J’espère que les scénaristes expliqueront petit à petit où ils vont et d’ou viennent les personnages.
Niveau dessins, c’est JOE BENNETT, un gars qui peut tenir un rythme bi-mensuel très facilement (c’est ce qu’il faisait chez MARVEL avec MACHINE MAN et je ne sais plus quelle autre série) qui ouvre le bal, avec des dessins de qualité, même si le rythme de cette mini ne peut pas nous donner de magnifiques planches.
Grosse déception en revanche pour la back up, l’histoire du DC UNIVERSE ; censée nous expliquer les choses, sauf que là, c’est encore plus obscur pour quelqu’un qui ne connaîtrait pas, en plus on a droit à quoi, 3 ou 4 pages. Peut être aurait-il mieux valu la publier d’abord, cette back up, pour permettre aux gens de s’accrocher. Que de travail éditorial à faire pour PANINI.
Bref, en dehors de ces réflexions, je connais à peu prés bien l’UNIVERS DC et je dois avouer que pour l’instant c’est une série fort agréable, mais je pense que cela mérite un gros gros travail éditorial de la part de PANINI. Le cliffhanger est assez bien fait et les couvertures sont splendides.

et demi
Sinon, comment parler de 52 sans penser à SCARLETTNEEDLE qui nous a livré un travail plus que remarquable sur cette série ici…
http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=18611

DMZ 1 : sur le terrain

(Wood/Burchielli)

Un jeune journaliste est perdu en pleine zone de guerre à MANHATTAN, entre les forces du gouvernement Américain et les rebelles de l’armée des états libres. Laissé tout seul, il doit se débrouiller et livre des reportages sur ce qui se passe dans cette zone de démarcation, qui sert de champ de bataille aux deux forces. Devant affronter des pillards, des voleurs, des sniper et tout le reste.
Autant vous le dire tout de suite, j’apprécie énormément les choses fort bien construites, et c’est le cas ici. On sent que le scénariste a préparé son sujet de fort bonne manière et non seulement il nous livre une histoire, mais en plus de ça, il nous donne petit à petit un univers entier, avec cartes, détails et rappels. Et cela fait mouche. En dehors de l’histoire d’un correspondant de guerre, c’est surtout la ville de NEW YORK que je trouve bien rendue ici, Wood s’intéresse aux moindres détails, le zoo, les buildings et sort très souvent d’excellentes idées (les gens qui font pousser des légumes sur les toits des buildings, les gens qui se servent du zoo pour protéger les animaux et faire pousser du bambou qui sert comme combustible, ces deux sniper de camps différents qui s’envoient des messages d’amour Bref c’est très bien pensé et très bien vu. On peut peut-être déplorer un développement un peu timide du héros et des personnages principaux , mais cela peut venir avec le temps. En terme de ton, on peut évidemment penser à Y (héros perdu dans un monde détruit) mais la grande force de WOOD (qui n’est quand même pas aussi fort en dialogues que VAUGHAN) c’est de s’être restreint dans une ville qu’il décrit à merveille. En plus, on nous évite de l’humour noir lourd et très peu de situations cocasses. Ce n’est pas cynique dans la forme, loin de là (évidemment, dans le fond c’est autre chose, et le discours me semble assez clair là dessus…). Donc une très bonne idée, parfaitement exécutée et mise en place avec moult détails qui donnent une autre dimension au projet.
La partie graphique en revanche me laisse un peu de marbre.
C’est bizarre que le scénariste (qui dessine deux ou trois pages de chaque numéro) soit pour moi le point fort de la série en terme de dessins, car le dessinateur officiel, RICCARDO BURCHIELLI ne me convainc pas énormément. Oui, c’est détaillé, c’est bien fichu, mais cela ne donne pas de dimension en plus au récit, comme pouvait le faire une PIA GUERRA sur Y, ou un BUCKINGHAM sur FABLES , par exemple, et on bave plus devant les planches de WOOD, qui mériterait de réaliser tout seul les dessins de la série que devant celles de BURCHIELLI.
En plus, on ne se pose même pas de savoir si la série peut durer dans le temps, car on a vraiment l’impression que WOOD pourrait tenir des années en terme de BACKROUND.
Un comics vraiment bien foutu qui donne envie de voir la suite.
et demi car le dessin me laisse de marbre.

Pour un autre point de vue, voici une critique de DMZ par ZARMA
http://buzzcomics.net/showpost.php?p=456696&postcount=2

ETERNALS 1 à 7

(Gaiman/Romita JR/Miki)

La mini série ETERNALS par GAIMAN, ROMITA JR aux dessins, tout ce qu’il faut pour faire saliver. Mais on sait que le travail de GAIMAN chez MARVEL est loin d’enthousiasmer les foules. En plus, je ne connais pas vraiment les ETERNELS (même si cela commence à changer avec le fabuleux travail de MICHEL ici…) et je dois avouer avoir eu un peu peur de me lancer dans cette série.
Et pourtant, c’est une bonne surprise. Passé un premier numéro pas vraiment fabuleux, et qui peut donner envie de ne pas aller plus loin, GAIMAN réussit à développer une intrigue intéressante, tout en rajoutant des idées qui font que c’est du GAIMAN et pas quelque chose d’autre. Je pense en particulier à toutes les scènes avec les deux déviants, très bien faites. J’ai vraiment eu beaucoup de mal à lâcher les quatre numéros suivants. De ce que j’en sais, la chronologie semble bien respectée et en dehors de l’hommage flagrant à KIRBY, GAIMAN réussit à apporter sa touche personnelle, surtout dans les dialogues et l’écriture. Je trouve d’ailleurs qu’on a un peu tendance à oublier que GAIMAN sait écrire du comics, et sait bien écrire. Sauf que voilà, CIVIL WAR est passé par là, et les deux derniers numéros sont quasiment un tie-in CIVIL WAR, d’ailleurs, je me demande si la série qui était prévue en 6 parties n’a pas été obligée de rajouter un numéro parce qu’on a demandé à GAIMAN d’introduire CIVIL WAR alors que cela aurait pu rester totalement hors continuité et laisser juste quelques allusions au crossover. C’est dommage parce qu’on part sur ne histoire avec des CELESTES, qui vont détruire la terre, des déviants irrésistibles (en plus ROMITA les dessine comme il dessinait les démons dans DAREDEVIL période NOCENTI) ; un ETERNEL traître (tiens, bien foutu aussi cette histoire de traître, car les raisons avancées sont tout à fait logiques), et paf, voilà IRON MAN qui débarque et demande à ces derniers de se faire enregistrer….
D’ailleurs, la manière dont sont abordés ces VENGEURS (totalement en dérision, PYM se fait manipuler le cerveau , IRON MAN est ridiculisé , etc…) ne serait pas une manière de dire que cette logique éditoriale l’a bien gonflée. En fin, cela donne lieu à des passages comiques assez bien faits là aussi.
C’est marrant, ça m’a vraiment gâché ma fin de lecture, ce rattachement à CIVIL WAR. GAIMAN voulait certainement laisser une fin ouverte, mais comme je ne pense pas qu’il y ait eu quelques allusions dans quelque numéro de CW ou après là dessus, ça tombe forcément un peu à l’eau. A la fin de la mini, y’a quand même

Il est en plus obligé de finir son histoire principale à la hâte (la guerre ETERNELS/DEVIANTS) et c’est vraiment du gâchis.
Lorsque je lis un comics comme ça, je pense maintenant à combien de brocolis je lui mettrais.
A la lecture du premier numéro je n’aurais pas dépassé deux et demi, les numéros suivants m’ont fait penser à en mettre 4 ; les deux derniers font retomber la sauce jusqu’à trois et demi.
Quand même une très bonne note, car il y a ROMITA JR.
Je suis loin d’être un adorateur du style de ROMITA JR depuis quelques temps, j’ai trouvé son SENTRY très moyen, son BLACK PANTHER pas fameux du tout, je trouve qu’il y a de la facilité maintenant dans ses dessins. Trop de visages caricaturaux, etc…
Cela se ressent encore ici, où tout les dessins avec des gens « normaux » ne sont pas vraiment ma tasse de thé, en revanche, dés qu’il doit dessiner IRON MAN , des démons ou des CELESTES, il offre des planches tout bonnement superbes ! C’est une des rares fois depuis longtemps où je me suis extasié devant ses dessins. Autant vous dire que dés que les choses sont mises en place, il relève nettement le niveau de cette mini série.
On a donc un très bon moment de lecture, certainement gâché une fois de plus par des décisions éditoriales mal venues.
Cela reste quelque chose qu’il faut avoir vu, quand même, surtout si on a la nostalgie de ROMITA JR années DAREDEVIL.. Et GAIMAN écrit bien aussi, ça aide.

Evidemment, qui dit ETERNALS dit MICHEL, qui est en train de nous faire toute l'histoire de ces héros ici
http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=22913


et demi mais je suis sûr que cela aurait été meilleur sans la fin éditorialement imposée.


ALIENS SALVATION

Wetta COMICS
(Gibbons/Mignola)

Un comics de 1993. Avec du ALIENS par MIGNOLA, un scénario de DAVE GIBBONS, ça méritait le détour.
Surtout que FRED WETTA a une interview de MIGNOLA à la fin du bouquin. Tiens d’ailleurs un petit extrait de cette interview « ce dont je me souviens , c’est d’avoir rencontré DAVE GIBBONS et l’un a dit à l’autre : faisons un livre qui nous fasse gagner de l’argent »
C’est le cas ici, et rien d’autre.
Voilà un bouquin assez inutile, au scénario rabâché mille et mille fois avec une vague histoire de rédemption, où les ALIENS sont en fait assimilés aux démons qui tourmentent notre héros croyant et religieux. Rien n’est épargné : trois survivants sur une île infestée, un des survivants qui est un droïde à la solde de la compagnie, qui voulait utiliser la planète comme ressource pour stocker les ALIEN, un héros qui se sacrifie en se faisant exploser avec la reine des ALIEN, déjà vu, déjà fait et beaucoup mieux.
Reste évidemment les dessins de MIGNOLA, qui ont évidemment beaucoup de gueule, dans son style pré HELLBOY qui fait beaucoup penser à l’ODYSSEE COSMIQUE ou son GOTHAM BY GASLIGHT et qui peut justifier à lui seul l’achat dudit bouquin, sauf que vraiment le scénario, c’est pas possible ! En plus, toujours dans l’interview de fin, MIGNOLA dit que si le bouquin avait été une totale merde, il aurait fait le même travail.
C’est quand même fou de publier une interview à la fin du bouquin où le gars te dit qu’il a fait ça juste pour de l’argent et que cela aurait été encore plus pourri, il aurait dessiné de la même manière, ce qui veut dire qu’il n’a mis aucune âme dans son dessin. Après, du MIGNOLA sans âme c’est déjà meilleur que plein d’autres choses, donc, bon, mais quand même.
Un alien par MIGNOLA, c’est toujours sympa néanmoins.
Très largement dispensable

et demi
Réponse avec citation