Afficher un message
  #45  
Vieux 09/05/2007, 15h18
Avatar de cyclopebox
cyclopebox cyclopebox est connecté maintenant
Tombeur de mutantes
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: Entre les cuisses d'Emma Frost
Messages: 11 626
cyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titans
Fantask n° 3
(Avril 1969)










Les Fantastiques : Kurrgo, le maître de la planète X
(Fantastic Four – The Master of Planet X, Fantastic Four #7, Octobre 1962)

Scénario : Stan Lee
Dessin : Jack Kirby
Encreurs : Dick Ayers


Résumé :

Quelque part, au fin fond du vide intersidéral, une planète se meurt. Non, il ne s’agit pas de Krypton, mais de la planète X, monde natal de Clara Morgane et Jessica Alba.

Son dirigeant et despote aux heures perdues, un certain Kurrgo, décide d’envoyer un de ses laquais quérir l’aide des seules personnes pouvant assurer la survie de son peuple.


Il a une sale tête tout ce même ce Kurrgo, vous ne trouvez pas ?

Vous l’aurez compris, les heureux élus sont les Quatre Fantastiques. Qu’est-ce qu’ils font aujourd’hui ?

Et bien, en bon sauveurs, ils sont invités au congrée américain. Les festivités vont cependant tourner court : le robot de Kurrgo arrive sur Terre, et balaie la ville de Washington avec un appareil portant le nom de rayon d’agression.

L’effet est assez rapide : les gens, sans aucun prétexte comment à se tirer le choux ou se mettre des mandales. Les Quatre Fantastiques vont en être les principales victimes : adulés par le public, nos héros deviennent subitement son pire ennemi et font l’objet d’une véritable chasse aux sorcières.


Au moins sur Buzz, on n'a pas besoin de robot extra-terrestre pour s'engueuler...

Ils battent en retraite au Baxter Building où ils y rencontrent le fameux robot, qui leur explique être l’auteur de ces troubles et exige qu’ils le suivent sur son monde afin d’empêcher sa destruction; ils se rendent donc sur la Planète X et sont mis en la présence de Kurrgo.

Note : Red Richard aurait facilement pu contrer les effets du rayon d’agression, mais son sens moral et sa curiosité scientifique l’ont incité à jouer le jeu.

Le tyran leurs explique que son espèce est menacée par la collision imminente de sa planète avec une autre, qu’ils n’ont que deux vaisseaux spatiaux à disposition pour plusieurs milliards d’habitant, et qu’ils ont moins de vingt-quatre heures avant que tout ne se mette à péter, bigre !


Une race soit disant évoluée qui n'a même pas de quoi se ballader dans l'espace...

Là, this a job for Red Richard. Notre homme élastique fait tourner ses neurones à pleine vitesse, et au court de nuit, avec l’assistance de ses partenaires, il élabore un appareil miracle : émettant un gaz réducteur semblable à celui inventé par un certain Hank Pym (= Homme Fourmi pour les cancres), toute la population de Kurrgo pourra sans problème tenir dans un seul vaisseau spatial.


Hank Pym devrait demander des droits d'auteur

Le plan de Red est accepté et mis en route, nos héros sont libres de partir, chose qu’ils ne se font pas prier de faire.

Le vilain Kurrgo nourrit cependant de vilaines intentions : il décide de conserver sa taille normale et de régner plus tard en tyran absolu avec ses sujets réduits à une taille de fourmis. Sa mégalomanie va cependant lui jouer un mauvais tour, perdu dans ses viles pensées, il va trop s’attarder périr en voyant les siens partir pour un nouveau monde.


Une fin misérable pour une petite crotte

On apprend en tout fin d’épisode qu’il n’y avait en fait pas d’antidote pour le gaz réducteur, Red a bluffé afin de sauver ces vies et s’est dit que les habitants de la planète X, une fois tous mis à la même taille, pourraient continuer à vivre comme avant.


Commentaire :

Un épisode un petit peu à part dans la bible Lee / Kirby; là on sort du sentier battu des histoires de super-héros à papa pour nager dans un pur récit de science fiction, où notre ami Red Richard a le rôle de vedette.

Certaines ficelles scénaristiques sont certes un peu grosses (ex : le fait que Kurrgo ait eu vent de l’existence des Quatre Fantastiques ou que la gaz miracle soit inventé et conçu en quelques heures), mais la mayonnaise prend bien et l’ensemble assez plaisant à lire.

Bilan : assez sympa, au suivant !







Les Fantastiques : Le Maître des Maléfices
(Fantastic Four – Prisoners of The Puppet-Master !, Fantastic Four #8, Novembre 1962)

Scénario : Stan Lee
Dessin : Jack Kirby
Encreurs : Dick Ayers


Résumé :

En voulant rentrer dans le laboratoire de Red, la Chose a le désagréable plaisir de se faire rembarrer par ses amis. Un regard extérieur aurait compris facilement que Red, Jane et Johnny veulent faire une surprise à Ben, mais ce dernier n’étant à l’époque pas réputé pour sa patience, il claque la porte et s’en va faire un tour ailleurs voir si l’herbe est plus verte.

La Femme Invisible part à sa poursuite; en tentant de le ramener à la raison, elle aperçoit un homme sur le point de commettre un suicide. Ce dernier semble en transe et complètement inconscient de ses faits et gestes, il n’aura la vie que grâce une intervention de la Torche Humaine.


Avec une tête pareille, il ne risque pas de jouer dans un boy's band

L’instigateur de ces évènements est Phillip Masters, alias le Maître des Maléfices : en créant une figurine ou statuette à l’effigie d’une personne, il a la capacité de saper sa volonté et d’en faire son esclave. L’homme du pont n’était en fait qu’un simple cobaye utilisé pour tester ses capacités.

N’appréciant pas d’avoir été contré par un membre des Quatre Fantastiques, il va jeter son dévolu sur la Chose, le posséder pour le faire venir dans son appartement, ce sous l’œil effaré de la Femme Invisible.

Cette dernière va rapidement être neutralisée. Le vilain demande à sa fille adoptive, Alicia Masters – une jeune femme aveugle – de se grimer en Jane Storm afin de tendre un piège à Mr Fantastic et la Torche Humaine.

La jolie Alicia lui obéit bon gré mal gré et se rend en compagnie du membre fort des Fantastiques au Baxter Building, ou ce dernier attaque ses co-équipiers. Red l’attire dans son laboratoire et s’arrange pour le faire tomber sur la substance qu’il était en train de préparer : la Chose redevient temporairement Ben Grimm et brise par ce fait le sortilège du Maître des Maléfices.


Voilà, c'est à partir d'ici que la Chose va inconsciemment ne jamais vouloir redevenir Ben Grimm

Les explications sont prises auprès d’Alicia : cette dernière se doutait bien que son beau-père n’était pas à 100% honnête, mais elle était tout de même loin de s’imaginer qu’il était aussi pétrit de haine et méchanceté.

Mr Fantastic, la Torche et la Chose se rendent chez leur ennemi, mais ce dernier réussit à prendre la poudre d’escampette. Une fois Jane libérée, ils apprennent qu’une émeute de forte ampleur a lieu dans le centre pénitencier de la ville (un petit cadeau du Maître des Maléfices).

Les Quatre Fantastiques arrivent rapidement sur les lieux; et grâce à leurs formidables pouvoirs, ils mettent rapidement en déroute les criminels en culotte courte.


Ces crapules n'avaient franchement aucune chance 8)

En même temps, Phillip Masters, tout content de ses performances, décide d’utiliser son don à grande échelle pour prendre le pouvoir en contrôlant les principaux dirigeants de la planète et leurs défenseurs attitrés. Au cours d’une altercation avec Alicia, il tombe accidentellement de la fenêtre et rencontre un funeste destin.


Mon dieu, mais quelle fin à la con !

Nos héros arrivent un petit peu plus tard sur les lieux, la pauvre Alicia trouvera le réconfort dans les bras de Ben.


Commentaire :

Episode capital que celui-ci, puisqu’il introduit le personnage d’Alicia Masters, qui outre mettre en avant pour la première fois le côté sensible et humain de la Chose (leur relation amoureuse va durer des décennies), jouera aussi un rôle essentiel quelques années plus tard avec l’arrivée sur Terre du Surfer d’Argent et de Galactus.

Deux reproches tout de même : la mise en avant de la ressemblance physique entre Alicia et Jane – qui sera heureusement vite abandonnée par les auteurs – et la fin franchement ridicule du Maître des Maléfices (il aurait été neutralisé en glissant sur une peau de banane, cela aurait donné le même effet).

Bilan : tournez la page, ce qui suit est encore meilleur !







Le Surfer d’Argent : Le bon, la dupe et le scélérat
(Silver Surfer – The Good, The Bad And The Uncanny, Silver Surfer #4, Février 1969)

Scénario : Stan Lee
Dessin : John Buscema
Encreurs : Sal Buscema


Résumé :

Au royaume d’Asgard, le sinistre Loki continue à ourdir de sombres pensées à l’intention de son demi-frère Thor. Tous ses plans ayant lamentablement échoué, son corps astral part à la recherche de quelqu’un pouvant anéantir son ennemi juré.


Toujours en quête d'un mauvais coup celui-là

Vous l’aurez compris, le destin va l’amener à s’intéresser au cas du Surfer d’Argent.

Ce dernier étant néanmoins une âme noble, Loki va jouer de sa naïveté : il débarque sur Terre, se met à l’agresser sauvagement histoire de le titiller, et lorsque notre héros commence à s’énerver, il lui fait croire que tout ceci n’était en fait qu’un test, qu’il avait en fait besoin de mesurer sa puissance pour déterminer s’il pouvait mettre fin à la menace représenté par Thor.


Caliméro est bien parti pour se faire encore une fois berner

Note : le Surfer d’Argent est arrivé il y a encore peu sur Terre, il ne connaît quasiment personne hormis les Quatre Fantastiques et Alicia Masters, la nostalgie de sa planète natale et sa séparation avec Shala-Bal le pèsent, ses sens cosmiques ne peuvent donc pas vraiment lui permettre de voir clair dans le jeu de Loki.

Le félon téléporte le Surfer en Asgard : ce dernier se rend dans le palais, il y rencontre Thor flanqué de ses compagnons, et tel Javert dans les Miséroïdes, lui annonce son intention d’en découdre.

Le prince d’Asgard garde cependant son calme et cherche à comprendre le pourquoi du comment. Il le convie à un banquet et le fait assister à un spectacle de gladiateurs - on se calme XXL, on se calme ! – mais les choses dérapent : Loki manipule l’un des guerriers et lui fait envoyer son arme en direction du Surfer qui esquive l’attaque in extremis.


Le Surfer ne semble pas aimer les films de gladiateurs

Cette fois, c’en est trop : il est clair que Thor a cherché à le tuer via une fourberie digne de Gargamel, ça va chier des bulles, rhâââââââââââ !!!

Le combat s’engage entre le Surfer d’Argent et les guerriers d’Asgard : face aux pouvoirs cosmiques de l’ancien héraut de Galactus, ceux-ci sont vite balayés, Thor est obligé de s’en mêler.

Le combat entre les belligérants est assez rude, les deux partis sont de force égale, mais Loki s’en mêle discrètement et ajoute une partie de ses pouvoirs à ceux de son pion, qui prend l’avantage sur Thor.


Les deux plus puissants héros Marvel en plein combat

Balder et Sif arrivent à la rescousse de leur ami. Face à un tel dévouement, le Surfer doute sérieusement du bien fondé de sa tâche, il dit à Thor qu’il a été envoyé par Loki, la réponse lui fera comprendre son erreur.

Le vilain ne peut pas se permettre de faire face à deux adversaires de cette puissance, il renvoie donc le Surfer d’Argent sur Terre avant que la situation ne devienne incontrôlable pour lui.


Au final, la chouineuse de l'espace aura vraiment fait office de pantin jusqu'au bout


Commentaire :

Un épisode classique de par son schéma scénaristique : un vilain manipule le héros A pour attaquer le héros B, les deux s’affrontent, puis au final se rendent compte qu’ils sont fait pour s’entendre et se font des papouilles.

Sauf que là, c’est Thor vs Surfer d’Argent, que c’est John Buscema et son petit frère qui font office de metteur en scène, et ça change tout !

Bilan : un combat épique entre deux héros haut en couleurs, miam !
__________________
Allez, tout le monde en choeur chante avec moi :

"Wolverine est un idiot, c'est Cyclope le plus beau !"
Réponse avec citation