Afficher un message
  #40  
Vieux 02/05/2007, 19h45
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Adventures of Superman #425
(Février 1987)

Going the Gauntlet (23 pages)

Scénario : Marv Wolfman.
Dessin & encrage : Jerry Ordway.
Couverture : Jerry Ordway.

Traduction : in Superman : L’Homme d’Acier vol.2, Panini, avril 2007.


Résumé :

Après que le gouvernement a décidé de ne plus subventionner ses recherches sur le champ d’énergie qu’il a inventé, le professeur Emil Hamilton se rend chez Lex Luthor pour lui demander de le financer. Mais ce dernier l’informe que lorsqu’il a créé son appareil, il travaillait pour une succursale lui appartenant. En conséquence, l’invention de Hamilton appartient à Luthor. Fou de rage, Hamilton rentre chez lui, où il est agressé par un groupe d’hommes qui s’empare de ses équipements. Sans preuve que ces hommes travaillaient pour Luthor, la police est impuissante à aider Hamilton.

Désespéré, Hamilton retourne tenter sa chance auprès du ministère de la défense. Mais le gouvernement continue de juger son invention dangereuse et refuse de l’aider. Alors qu’il est au fond du gouffre, Hamilton reçoit une visite inespérée : un responsable de la société Compucon Services, qui offre à Hamilton de financer ses recherches.

Peu de temps après, Hamilton organise une démonstration pour ses nouveaux employeurs. Tout semble bien fonctionner, le champ d’énergie résiste aux balles et même aux flammes, mais dans l’ombre un homme va saboter l’appareil et créer un court-circuit qui va électrocuter l’homme qui servait de cobaye à Hamilton pour ce test. Accusé de meurtre, Hamilton est contraint de fuir.



Pendant ce temps, au centre ville, Superman continue de combattre le robot géant qui menace de détruire Metropolis. Un haut-parleur répète en boucle un message de la Freedom League, une organisation terroriste. Le combat est ardu pour Superman, le robot étant doté de nombreux systèmes de défense particulièrement efficaces. Mais lorsque le robot tire sur lui un missile à tête chercheuse, il parvient à l’éviter et à le retourner vers le robot.

Emil Hamilton assiste au combat et décide d’en profiter pour faire une démonstration publique des capacités de son invention. Le champ d’énergie entoure Superman et le robot, évitant ainsi que les dégâts causés par le combat ne s’étendent au-delà de cette zone. Mais l’intervention de Hamilton manque de peu d’être fatale à Superman, lorsque celui-ci se trouve projeté et immobilisé contre le champ d’énergie. Il parvient à se libérer de justesse et réussit à s’introduire dans le robot. A l’intérieur, il fait face à ses pilotes. Leur leader lui annonce que c’est leur propre énergie vitale qui alimente le robot. Puis, sans que Superman puisse faire quoi que ce soit pour les en empêcher, les terroristes se suicident, faisant exploser du même coup le robot. La déflagration est gigantesque, mais le champ d’énergie du professeur Hamilton permet d’éviter que tout le quartier ne soit rasé. Très fier de lui, Hamilton tente de s’adresser aux journalistes présents sur les lieux, mais aucun ne s’intéresse à lui…



Quelques jours plus tard, Hamilton a conçu un nouveau plan pour faire la démonstration des capacités de son invention. Il prend une jeune femme en otage et lance un message à Superman. Celui-ci le retrouve, au petit matin, dans une rue encore déserte. A l’intérieur du champ d’énergie, Hamilton a installé de nombreux pièges, que Superman va déjouer l’un après l’autre. Désespéré, Hamilton décide de détruire son invention. L’explosion risque de lui être fatale, ainsi qu’à son otage. Superman se jette sur l’appareil, faisant rempart de son corps. Puis il s’effondre. Hamilton réalise alors la folie de son geste. Il se rend sans résistance à la police. Il ignore qu’il a été manipulé de bout en bout par Lex Luthor, également propriétaire de Compucon Services…



Commentaires :

Avec ce deuxième épisode, il se confirme que pour Adventures of Superman, Marv Wolfman a opté pour un tonalité très rétro. Les avanies du pauvre professeur Hamilton apparaissent fort désuètes dans leur déroulement comme dans leur élaboration. Et le personnage lui-même, savant génial, capable de créer un appareil révolutionnaire dans son salon, mais en même temps psychologiquement très fragile, n’a absolument rien de moderne.

On suit en parallèle deux intrigues distinctes dans cet épisode : les péripéties du professeur Hamilton et le combat de Superman contre le robot de la Freedom League. Et même si les deux finissent par se rejoindre (l’intervention de Hamilton lors du combat final), le procédé est ici très maladroit (celle concernant Hamilton s’étend sur plusieurs semaines, alors que l’affaire du robot ne dure que quelques heures).

A noter qu’à partir de ce numéro, Jerry Ordway s’encre lui-même. Les planches en sont d’autant plus belles, même si, de par le découpage et le trait extrêmement classiques d’Ordway, elles manquent quelque peu de dynamisme.
Réponse avec citation