Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #325  
Vieux 01/05/2007, 20h54
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Nightwing Annual #2
(DC Comics, avril 2007, 3.99$)

Scénario : Marc Andreyko.
Dessin : Joe Bennett.
Encrage : Jack Jadson.


Cela fait un moment que je n’ai plus ouvert une revue consacrée à Nightwing, dont je n’ai d’ailleurs jamais suivi les aventures qu’occasionnellement. Mais voilà, l’occasion de lire Mark Andreyko ailleurs que sur Manhunter était trop belle. Et je ne crache pas non plus d’ordinaire sur les planches de Joe Bennett.

Cet annual reprend un élément de la vie de Nightwing survenu peu avant Crisis (et dont j’avoue n’avoir aucun souvenir, mais sans doute n’ai je pas lu le récit en question) : sa demande en mariage à Barbara Gordon. Depuis, Bruce Jones et Marv Wolfman sont passés par là, et le projet n’a semble-t-il plus été évoqué. What happened ? me demanderont les plus anglophones d’entre vous. The reponse is in the bouquin, vous répondrai-je dans un anglais plus qu’approximatif.

Marc Andreyko consacre l’essentiel de son récit à évoquer la longue relation existant entre l’ancien Robin et l’ancienne Batgirl, enchaînant flashbacks et scènes se déroulant dans le présent (le présent en question se situant pendant et dans les semaines qui suivent Crisis). Il évoque tour à tour leurs débuts communs auprès de leur mentor, leurs chemins qui se séparent, leurs retrouvailles, leurs trahisons.

A travers des dialogues remarquablement écrits, et souvent assez drôles, le scénariste rend immédiatement palpable la complicité existant entre les deux personnages. Il évite également toute mièvrerie en alternant scènes de comédie (leur capture par le ridicule Crazy Quilt) et de tragédie (Barbara abattue par le Joker). Tout juste Barbara écrasera-t-elle une larme après sa première rencontre avec Starfire, que fréquentait Dick à l’époque des Teen Titans. Au fil des pages, Andreyko met parfaitement en évidence la compléxité de la relation unissant ce couple, même pour qui connaît peu ou mal leur histoire.

Seule petite déception : Joe Bennett m’a paru un poil moins bon qu’à l’accoutumée. Ses planches sont dans l’ensemble réussies, mais il s’éloigne assez sensiblement du style qu’il avait adopté ces dernières années, de The Crew à Hawkman, et qui me semble-t-il est celui qui lui convient le mieux. Son trait ici manque un peu de personnalité.

Quoiqu’il en soit, on retrouve ici une bonne partie des qualités qui ont fait de Manhunter l’une des plus belles réussites DC de ces dernières années. Parmi les quelques très bons moments au sommaire de cet annual, citons pour finir cette réplique merveilleuse de Barbara, le lendemain de sa première nuit d’amour avec Dick : « I don’t know what you did to me, but now I can’t feel my legs. » Très chouette boulot.

Réponse avec citation