Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #284  
Vieux 17/04/2007, 17h20
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve
Ah, on me fait savoir que les vacances sont terminées et qu’il serait temps de se remettre au turbin. Certes.



Empowered vol.1
(Dark Horse, mars 2007, 248 pages, 14.95$)

Scénario & dessin : Adam Warren.

Empowered est le dernier projet en date d’Adam Warren (oui, je sais, en même temps paraît chez Marvel sa mini-série Iron Man : Hypervelocity, mais je l’ai zappée. Si quelqu’un la lit, je veux bien son avis). L’histoire d’une jeune et jolie et quelque peu nunuche blonde super-héroïne, baptisée Empowered, à qui il arrive tout un tas de malheurs.

En fait non : il lui arrive toujours les deux mêmes malheurs : à chaque fois qu’elle croise un super-vilain, aussi ringard soit-il, son costume finit en lambeaux, et elle finit ligotée et bâillonnée. A chaque fois. La pauvre.

Empowered doit ses super-pouvoirs à son costume, à ce point moulant qu’elle ne peut porter ne serait-ce qu’un string en dessous, costume qui lui donne la force de dix hommes, mais qui a la fâcheuse habitude de se déchirer pour un rien. Or, au moindre accroc, le vêtement perd la plupart de ses vertus, laissant sa porteuse démunie face à ses adversaires. D’où ligotage, bâillonnage et situations embarrassantes à répétition.


Ce premier volume des aventures de la demoiselle est composé d’une succession d’histoires courtes (une quarantaine à peu près, dont aucune ne dépasse les dix pages) au cours desquelles Adam Warren introduit progressivement les principaux personnages qui vont graviter autour d’elles : ses collègues super-héros, qui ne cachent pas leur mépris pour la demoiselle, et se lassent assez vite de devoir systématiquement la sortir du pétrin où elle s’est fourrée ; son boyfriend, petit criminel sans histoire ni super-pouvoir, qui sera pourtant le premier à lui prêter attention et à se soucier d’elle ; Ninjette, une super-vilaine qui va devenir son amie et confidante ; sans oublier une entité mystico-cosmique qui, après avoir échoué à conquérir le monde, finira sa carrière dans le salon d’Empowered, passant ses journées à mater des DVD, faute de pouvoir mater Empowered et son copain dans leurs ébats…

Cette succession de scénettes permet à Adam Warren de donner progressivement de l’épaisseur à ses personnages et à son univers, tout en multipliant les situations souvent très drôles (et forcément sexy). Entre autres, on découvrira comment son tour de taille a évité à l’héroïne de finir sa carrière dans un harem galactique, quels sont les fantasmes favoris des amateurs de super-héros, ou en quoi la plupart des super-pouvoirs ne sont en fait rien d’autre qu’une MST quelque peu exotique.


En outre, entre chaque scène, Empowered vient régulièrement s’adresser directement au lecteur, s’excusant pour telle ou telle situation, ou lui demandant de ne pas s’attarder sur tel panel où elle apparaît trop dévêtue à son goût. Le tout dans un style à mi-chemin entre comics et manga, qui constitue depuis un bon bout de temps déjà la marque de fabrique d’Adam Warren.

On aurait tort de ne voir dans cette série qu’une collection d’histoires de blondes adaptées à l’univers super-héroïques. Certes, la demoiselle n’a pas inventé l’eau tiède, mais Adam Warren ne rit pas systématiquement à ses dépens. Elle est naïve, certes, et encore plus maladroite, mais sincère dans sa démarche et finalement beaucoup plus sympathique que l’ensemble de ses collègues. En fait, Empowered, c’est Mary Marvel au pays des pervers. Avouez que vous en rêviez…

Réponse avec citation