Afficher un message
  #1  
Vieux 28/03/2007, 13h00
Avatar de doop
doop doop est déconnecté
bouzouk force !!!!
-Gardien du Temple-
 
Date d'inscription: juillet 2005
Messages: 27 177
doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!doop est GLOP!
Crit. Doopiennes sem 4: 7soldiers, JSA, INFINITE CRISIS, XMEN XTRA (tornade)

Critiques doopiennes : SEMAINE 4.

SEMAINE 1 : CIVIL WAR, BLACK HOLE, X MEN (Carey Bachalo Ramos) , SAVAGE DRAGON ARCHIVES

SEMAINE 2: CHECKMATE, MANHUNTER,WOLVERINE (Guggenheim Ramos), OPERATION GALACTIC STORM, BATMAN SECRETS

SEMAINE 3: THE FILTH, BATMAN (Morrison Ostrander Mandrake), HERO SQUARED, DOWN, SUPERMAN VF 21




7 SOLDIERS OF VICTORY
(Grant Morrison/J.H.Williams III)



Le principe : 7 mini séries revitalisant des personnages DC de seconde zone pour en faire des séries régulières si besoin, elles sont toutes les 7 enveloppées entre deux épisodes notés 7 SOLDIERS #0 et 7SOLDIERS #1 dessinés par JH Williams.
Selon l’auteur, les 7 minis sont toutes indépendantes mais en les lisant globalement, on a un aperçu d’une autre histoire ; beaucoup plus complète.
Encore un brillant concept de Grant Morrison, mais il y a quand même beaucoup d’arnaque là dedans ; j’explique :
Déjà, les 7 minis ne sont pas franchement indépendantes, ce ne sont aucunement des histoires complètes, ce sont plutôt des histoires tendant toutes vers une fin (le seven soldiers 1). Je plains le pauvre gars qui a acheté, disons THE GUARDIAN pensant trouver une histoire avec un début et une fin et qui n’a pas les autres minis ainsi que les deux segments. D’un autre côté, on peut penser que le lecteur à) fait l’effort de prendre toutes les séries, voire d’attendre les TPB. Et c’est là qu’on s’aperçoit du planning quasi parfait de Morrison, qui passe ses références et fait progresser l’histoire d’une série à l’autre. De plus, chaque perso était plus ou moins censé de retrouver avec une ongoing , et à part quelques apparitions par ci, par là, aucun n’est vraiment revenu sur le devant de la scène. On va , avant de s’intéresser aux 7 minis, parler du numéro d’ouverture, le 7 soldiers # 0, qui raconte l’histoire un peu cryptique d’une race , les SHEEDA, prête à conquérir le monde et d’un groupe de super héros recrutés à la va-vite qui se fait pulvériser à la fin car ils ne sont que 6, et pas 7. L’histoire est lancée et comme d’habitude, les dessins de JH Williams laissent assez pantois par leur beauté et leur force. Le truc pour dire que les séries sont indépendantes est de créer une prophétie qui dit qu’un groupe de 7 soldats va exterminer les SHEEDA ; ces derniers se mettent donc à trucider tous les groupes contenant 7 membres. Les forces supérieures du bien (on va les appeler comme ça) décident donc de faire en sorte que le prochain groupe de 7 ne se rencontre jamais et que chacun puisse apporter sa pierre à l’édifice de la destruction des SHEEDA. Intelligent et bien pensé comme principe, qui permet donc de lancer les 7 minis avec en premier




SHINING KNIGHT (Morrison/Simone Bianchi) où les deux artistes reprennent un vieux perso de TERRE II faisant partie des tout premiers 7 soldiers (on peut le voir notamment dans ALL STAR SQUADRON critiqué en section rétro). Ici, ce n’est pas le même perso, Morrison nous balançant des millions d’années dans le passé, ou les chevaliers du roi ARTHUR (pas le nôtre, puisque selon Morrison il y a eu des dizaines de rois ARTHUR dans toute l’histoire de l’humanité qui ont tous fondé des royaumes déchus) se font tous laminer par les SHEEDA, un des chevaliers, SIRE JUSTIN réussit à atterrir dans le château de la reine SHEEDA via son cheval volant (et parlant) , dérobe un objet de pouvoir (un chaudron magique) et le balance dans une rivière faite de temps, il s’y plonge lui même et se retrouve projeté à notre époque, où il sera pourchassé par la reine SHEEDA, rencontrera un agent du gouvernement spécialisé dans les méta humains et retrouvera un ancien chevalier passé du côté obscur.
Excellente mini série, très linéaire et pas trop incompréhensible, qui vaut surtout par les splendides dessins de SIMONE BIANCHI qui livre des planches à tomber ! Voilà une des minis les mieux construites de toute l’aventure, avec en plus quelques révélations surprenantes

Une série forte avec un grand potentiel.


On passe ensuite au MANHATTAN GUARDIAN
(Grant Morrison/Cameron Stewart)
Le GUARDIAN est un très vieux personnage crée par JACK KIRBY, qu’on a pu voir dans SUPERMAN notamment (il était je crois le gardien du projet CADMUS lors de la création de SUPERBOY, mais je ne vais pas du tout m’aventurer dans la généalogie de ces persos DC que je connais mal.). Ici, Morrison lui colle une hype d’enfer en en faisant un journaliste SUPER HEROS , embauché par le patron du journal le GUARDIAN partant sur le terrain et affrontant des méchants tout en ramenant le dernier scoop. Notre GUARDIAN, ancien flic ayant commis une bavure (il a tiré sur un jeune garçon) sera vite confronté à une bande de pirates du métro, qui va aboutir à la mort d’un de ses proches, initiant ainsi un énorme con,flit entre lui et sa femme. Il est accompagné dans sa quête d’information par des jeunes journalistes , la NEWSBOY LEGION, faisant appel, là aussi au premier concept de KIRBY. Quel secret cache en revanche le mystérieux patron du journal ? Quel est le lien avec les SHEEDA ?
Encore une fois une mini qui joue su la force de Morrison, c’est à dire rendre certains anciens concepts très modernes, avec quelques touches de bizarre et d’horreur. Là aussi une grande réussite, brillamment mise en images par Cameron Stewart, on reste quand même sur nôtre fin puisqu’en aucun cas cette mini ne nous livre une fin digne de ce nom. C’est d’ailleurs bizarre de voir une histoire en plein milieu du TPB 2 tendre directement vers la fin (on rappelle qu’en plus, les histoires des TPB sont mises dans l’ordre de leur sortie, ce qu’il fait qu’il a bien falloir attendre de trés longs mois entre la fin de la mini et l’épisode de fin. Le personnage avec le plus de potentiel ; le lien avec les SHEDA étant fait dés le numéro 3. Brillant.




Vient ensuite KLARION, THE WITCH BOY
(Grant Morrison/Frazier Irving)
Série beaucoup plus cryptique qui fait appel à des concepts très Morrisonniens, on peut donc rester assez perplexe quant à l’histoire (elle aussi qui entraîne à la fin de l’épisode 4 vers une résolution) : une ancienne société réfugiée sous terre pour échapper aux SHEEDA il y a des millénaires prend peur lorsque ceux ci réapparaissent. Le grand sorcier du village décide donc de fermer tout passage avec le monde extérieur. Un jeune sorcier va néanmoins essayer de passer dans cet autre monde, il s’agit de KLARION, accompagné de son familier TEEKL. Il va rencontrer sur notre terre (en passant par le métro où se trouve GUARDIAN) des agents du SHEEDA, de jeunes « sauvageons » aux super pouvoirs qui vont finalement le faire revenir à son point de départ, suivi des SHEEDA, évidemment. Il arrivera quand même à les mettre en déroute dans son village, décidant ensuite de retourner sur Terre pour leur mettre la pâtée.
Une des séries les plus en relation avec l’histoire principale, Morrison remet au goût du jour un personnage que j’avais toujours bine aimé (vu dans CHASE notamment) , mais je dois avouer que j’ai été un peu moins emballé, Morrison se donnant dans les concepts et les trucs mystiques à fond, ce qui m’a un peu dérouté et fait sortir de l’histoire. Frazier Irving donne lui aussi un superbe boulot, qui met en avant l’ambiance GOTH et GLAUQUE de la série. Bien mais moins réussi que les deux autres à mon goût.




ZATANNA
(Morrison/Ryan Sook/Mick Gray)
Alors là, j’ai déjà un souci sur le perso: depuis IDENTITY CRISIS ; Ce n’est plus vraiment un personnage oublié, mais comme il n’y a pas eu de série régulière depuis très longtemps (y en a t’il déjà eu ???) , on va l’accepter comme ça. Ca fait quand même beaucoup de reboot pour ce personnage, en plus totalement différents, la ZATANNA de JUSTICE LEAGUE et autre n’ayant pas grand rapport avec celle de Morrison. Bref, on part encore sur un très bon concept (ZATANNA a perdu ses pouvoirs en recherchant l’homme de ses rêves, qui en plus se trouve être un immonde démon). Le fait de la considérer comme dépendante à la magie est encore une fois bien trouvé, et la relation qu’elle entretient avec une jeune fille qui a les mêmes pouvoirs qu’elle est assez forte et très fun. Encore une fois, on a affaire à une autre ambiance, beaucoup plus légère et à des dessins absolument parfaits de RYAN SOOK, qui apporte énormément à cette série. Pas de déception donc, une mini qui aurait largement mérité une ongoing avec le même SOOK aux dessins. Première des séries à faire un véritable pont entre une mini et une autre (ici SHINING KNIGHT), on apprend beaucoup de choses sur l’histoire principale, chose qui n’ont pas vraiment de sens dans la mini d’ailleurs.



MISTER MIRACLE
(Morrison/Ferry-Billy Dallas Patton-Fredie Wiliams II)

Pour l’instant tout roule, il fallait donc bien une série ratée, et c’est MISTER MIRACLE! Lui aussi un des BIG GUNS des 7 SOLDIERS (Morrison l’a même utilisé avec la JLA) , sauf que non, ce n’est pas SCOTT FREE mais un autre perso, un magicien de TV(après enquête, il s’agit d’un autre MISTER MIRACLE des années 70). Bon, on peut comprendre qu’il relance le concept, sauf que dés les premières pages (passée la scène d’ouverture excellente) ; Morrison se lance dans un parallèle avec les NEW GODS ! Sauf que les NEW GODS, j’en ai véritablement pas grand souvenir, surtout que je n’ai lu que les épisodes de KIRBY. En plus de ça, Morrison se lance dans une diarrhée verbale avec des concepts et des trucs absolument imbuvables et incompréhensibles pendant plus de trois épisodes, ce qui en fait une série absolument indigeste. Je n’ai d’ailleurs pas trouvé de rapport entre cette série et les SHEEDA au premier abord. Le changement de dessinateur (Ferry a signé un contrat d’exclu avec Marvel après le premier épisode) rend la lecture de cette série absolument éprouvante et je plains le traducteur de la VF ! c’est là que Morrison essaye de lier son univers avec celui de KIRBY, mais c’est franchement raté.



BULLETEER
(Morrison/Paquette/Bair-Lapointe)

Changement d’ambiance avec ce comics un peu plus léger qui se veut jeter un œil ironique sur les super héros. Un autre concept fort permettant d’envisager sereinement une série régulière, même si je trouve qu’il y a un petit peu de non dit ou de rapidité dans l’histoire. C’est difficile pour Morrison de faire du DAN SLOTT, à qui le concept de cette série aurait parfaitement convenu, ou GAIL SIMONE. Elément important de l’histoire principale ; BULETEER est en fait une super héroïne sans le vouloir depuis que son mari scientifique a essayé de créer une armure vivante afin d’épater sa « maîtresse » sur Internet, une jeune SIDEKICK vendant ses charmes . Depuis, elle essaye de gagner sa vie en tant que garde du corps. (On apprend aussi que c’est elle le 7ème super héros recruté par VIGILANTE dans 7 SOLDIERS 0) mais qu’elle a raté son avion, causant ainsi la mort du groupe par les SHEEDA. Sympathique mais bizarrement, je suis un peu mitigé là dessus. Morrison aurait dû rester totalement dans le fun. Une bonne mini quand même.


FRANKENSTEIN
(Morrison/Mahnke)

La dernière des minis est donc celle du monstre de Frankenstein, qui continue de mener sa croisade contre les SHEEDA depuis sa création. Ils va être aidé dans sa quête par des agents d’une organisation spéciale dédiée à pourchasser et à exterminer des aliens et des créatures cauchemardesques de toutes sortes (des MEN IN BLACK, en fait), retrouvant aussi sa fameuse fiancée. Après un premier épisode véritablement excellent, très VERTIGO, la série continue et élargit son concept de base, menant au combat final entre la reine SHEEDA et les autres soldats. Mahnke livre une prestation magnifique, bien loin de ce qu’on a pu voir ça et là. Le problème c’est que le premier épisode, excellent, se dilue un peu avec les autres pour donner à la fin une bonne série, mais qui a perdu un peu de sa fraîcheur.



7 SOLDIERS #1
(Morrison/Williams III)

L’épisode final , censé tout résoudre, et qui fait tout foirer. Après enquête, il s’avère que le script original comptait plus de quatre vingt pages et que DC a demandé à Morrison d’élaguer. Le scénariste s’est donc exécuté et voilà un épisode de fin ou on ne comprend pas grand chose (qui peut m’expliquer les mots croisés sur les pages du milieu ?) ; on ne comprend surtout pas la pertinence de chaque soldat dans la bataille qui les oppose à la reine SHEEDA (il fait quoi MISTER MIRACLE, et GUARDIAN à part rencontrer BULLETEER ?). C’est dommage, car on n’a un peu l’impression du « tout ça pour ça »….Mais là je pense que DC en est plus le responsable que Morrison, qui essaye en plus de raccrocher tout cela aux origines de l’univers DC et les new gods de KIRBY….Beaucoup trop ambitieux pour le nombre de pages, et c’est normal. On a un peu l’impression de s’être fait piéger parce que finalement, ce ne sont pas 7 minis différentes et autonomes, ce sont 7 minis qui amènent toutes un cliffangher sur la bataille finale et que cette dernière est bâclée. Dommage donc.
En revanche, je suis obligé de signaler la PRESTATIOJN IMPRESSIONNANTE de Williams III, qui s’amuse au fil des pages à imiter à la perfection le style des autres dessinateurs des minis, ainsi que celui du KING KIRBY. Hallucinant de voir la variété du dessinateur et les styles qu’il peut adopter, voir mélanger sur les trois pages.

Du BIANCHI, non du JH WILLIAMS.

Du IRVING, non du JH WILLIAMS

voire un mélange de tout.

Au final, un concept intéressant, qui ne tient quand même pas toutes ses promesses, et qui se trouve gâché par une fin un peu trop courte donc trop cryptique, en revanche, ce numéro vaut vraiment le coup pour voir la prestation hors norme de WILLIAMS III. Rien que sur ce numéro, il confirme toutes les bonnes choses qu’on a pu voir sur PROMETHEA.
Scénario : trop rapide et trop rapidement exécuté, certaines fois à la limite de la compréhension
Dessins :

Au global, cela doit donner quand même une bonne note de


BIG BOOKS 3 : INFINITE CRISIS


Contient OUTSIDERS 28/33
(Winnick-Van Meter/Clark-Dietrich Smith)


Là, je suis assez réservé, depuis le temps que les gens cassent les pieds à PANINI pour voir les OUTSIDERS ? voilà qu’on leur livre un tie-in INFINITE CRISIS sans grand rapport avec le pâté. (Ils partent avec DONNA TROY, OK, et puis c’est tout). En plus de ça, on choisit peut-être les épisodes des OUTSIDERS les moins intéressants depuis la création de la série dans la mesure où déjà le scénario est pas folichon (on voit que Winnick a dû galérer à cause justement de INFINITE CRISIS, ce qui donne un flottement pas possible dans la série), ou les dessins sont quelconques (CLARK a du style mais finalement sans plus) et où toutes les intrigues font appel à des épisodes non publiés en France (INDIGO, SABBACC etc…). en effet, c’est difficile de comprendre l’impact du départ d’INDIGO et de NIGHTWING quand on n’a eu les OUTSIDERS qu’à partir du 24. Je ne pense pas du tout que le retour va être favorable, ce qui serait mérité sur cet arc vraiment sans grand intérêt.

et demi

Contient aussi
DAYS OF VENGENCE SPECIAL
(Willigham/Justianino/Wong)
dans la lignée de DAYS OF VENGEANCE ; Ce serait plutôt en fait l’épisode 7 de la mini série , qui reconstruit le rocher de SHAZAM et y enferme CAPTAIN MARVEL. Un petit reproche, on ne voit pas assez l ‘équipe principale. Justianino est un bon dessinateur et les dialogues sont savoureux.


RANN/THANAGAR WAR SPECIAL
(Gibbons/Reis-Prado)
Un peu pareil que l’autre, au moins on ne peut pas dire que ces spéciaux ne servaient à rien car on a quand même dans ce numéro la mort de JADE, que je trouve quand même un peu bâclée. On a du mal a ressentir l’émotion de sa mort, qui aurait du être le moment capital de l’épisode. Reis est moyen, je l’ai vu faire beaucoup mieux.


OMAC SPECIAL
(Rucka/Saiz)
Plutôt une transition entre CHECKMATE et OMAC, l’histoire est assez bateau mais permet de bien définir l’univers que va être la série CHECKMATE. Saiz y est très bon.


VILAINS UNITED SPECIAL
(Simone/Eaglesham)
Excellente histoire, où l’un des plans de LUTHOR (libérer tous les méta humains de toutes les prisons du pays en même temps) est déjoué par ORACLE et par tous les super héros non impliqués dans infinite crisis. Très bon, même si encore une fois, la présence de l’équipe originale de la mini série n’est qu’anecdotique. De très bonnes idées, bien répercutées sur le papier par Eaglesham, dont le style s’arrondit de plus en plus, ce qui n’est pas désagréable.


Au global un BIG BOOK assez bancal, avec six épisodes sans grand intérêt (j’imagine le gars qui a entendu parler des OUTSIDERS comme une série immanquable depuis des mois sur le courrier des lecteurs et qui va tomber dessus !) mais bien rattrapé par les spéciaux INFINITE CRISIS.


TPB JSA 12 : GHOST OF THE PAST.
Contient JSA 82-87
(Levitz/Perez-Morales-Ordway-Ross)



Aie aie aie, autant vous le dire, je trouve que JSA est l’une des toutes meilleures séries DC depuis son lancement , elle a su remettre au goût du jour des personnages et des histoires avec un style pas possible, que ce soit avec ROBINSON, GOYER ou JOHNS. Et là, on peut se rendre compte qu’INFINITE CRISIS gâche un peu tout. J’explique, comme il va y avoir un bond dans le temps d’un an, LEVITZ (célèbre scénariste DC voir section rétro pour son travail sur la LEGION notamment http://www.buzzcomics.net/showthread.php?t=21225) fait apparaître le méchant (GENTLEMAN GHOST) juste dans l’épisode avant le OYL pour en faire le sujet de l’arc post OYL. Cela sent le truc fait à la vite vite. En plus de ça, je ne suis pas du tout convaincu par l’histoire, finalement très banale et très générique, qui ne tient pas compte du tout des relations entres les persos de la JSA et de la spécificité de cette série. C’est terrible à dire mais LEVITZ souffre de la comparaison avec ses prédécesseurs. On a ici une histoire classique qui aurait pu convenir à n’importe quel autre groupe, et c’est ce qui coche pour moi. Surtout qu’on ne lui a pas collé que des manchots, à LEVITZ aux dessins : PEREZ , MORALES et ORDWAY (peut-être le plus faible des trois sur cet arc) voire des quatre puisqu’on a droit à des petits FLASHBACKS signés LUKE ROSS qui s’est quand même nettement amélioré depuis son SPIDER MAN ou son X MAN (c’est bien le même ????). Non, je suis vraiment déçu par l’histoire, la JSA nous avait habitués à mieux.

(pour les magnifiques dessins)


On finit en beauté avec
X MEN EXTRA 61

le seul intérêt du numéro, les couv de YU

qui contient
BLACK PANTHER 14/15
(Hudlin/Eaton/Janson)
On a vu 7 SOLDIERS avec un concept innovant, une précision dans l’histoire, des détails, on a vu des spéciaux INFINITE CRISIS aux dialogues percutants, on a même vu JSA avec une histoire banale mais qui tient la route, comme ça change de voir un numéro de BLACK PANTHER ! Que puis je dire face à ses deux numéros tellement étoffés (il va chercher STORM pour la ramener au WAKANDA, puis la présenter à sa famille, pour la demander en mariage tout ça en 48 pages, vous imaginez) , alors bien évidemment, comme c’est REGINALD HUDLIN, il en profite pour faire du père d’ORORO un des bras droits de MALCOLM X (on a bien vu qu’avec ses premiers numéros, il en avait rien à foutre de toute continuité) et fait une allusion toute en finesse sur ce qui se passe dans le QUINJET qui ramène ORORO et TCHALLA au WAKANDA. (Apparemment, quand TORMADE à un orgasme, elle déclenche une tempête ). Bref, c’est lourd, c’est pas fin, comme d’habitude. Christopher PRIEST, Don Mc GREGOR doivent faire des cauchemars si jamais ils ont lu ça. Ah oui, j’oubliais le vilain, le CHEVALIER ARABE venu battre la panthère (on ne sait pas pourquoi) et qui se fait exploser au bout de deux pages, parce que ça doit être fun et humoristique. Je ne comprend s pas comment des éditeurs peuvent faire passer des scénarios aussi débiles et donner les pleins pouvoirs à quelqu’un qui, même s’il a eu du succès dans d’autres branches (sur des séries TV, je crois), ne sait absolument pas écrire un comic book. Un peu comme Daniel Way sur ORIGINS ou un Frank Tieri sur Wolverine.
Allez, on sauve quand même un peu la série avec les dessins pas si mauvais de EATON, avec un encrage moins lourd que d’habitude de JANSON qui convient parfaitement.



On a droit aussi à l’ANNUAL X MEN 1 de papy Claremont et Clayton Henry qui essaye désespérément de créer une vague histoire d’amour entre Tchalla et Ororo, histoire que la demande en mariage soit plus convaincante. On a donc droit à Ororo qui, assommée , à une discussion dans son délire avec JEAN et KITTY sur son futur mariage. Tandis que le reste des X MEN combattent une armée de méchants soldats qui utilisent des enfants. C’est évidemment du très mauvais Claremont, comme à chaque fois qu’on lui impose un travail de commande, les X MEN ne servent à rien et à la rigueur on peut sauver les discussions entre Ororo et les autres dans son esprit, même si la encore, je me demande si on a lu la même chose. Ororo, par exemple, reproche à CYCLOPE d’avoir trompé JEAN avec EMMA, celle ci répond que c’était après sa mort, donc que c’est moins grave. Euh, c’est pas JEAN qui a poussé SCOTT dans les bras d’EMMA après sa mort ???????
Bref, aussitôt lu, aussitôt oublié. Clayton Henry n’est en plus pas fort du tout sur cet annual, bien bâclé !



Reste la BACK UP de 8 pages qui a lancé cette histoire, un MARVEL TEAM UP 100 de 1980 de Claremont et Byrne même pas bon mais qui a au moins le mérite d’avoir une histoire et de bons dessins.

Faut vraiment être complètiste pour acheter ce numéro. Je pense aux admirateurs de TORNADE, paix à leur âme.

C’est tout pour cette semaine, on revient en semaine 5 avec du BIRDS OF PREY ; du DETECTIVE COMICS, et, comme je vous le promets à chaque fois mais je ne trouve pas le courage de le lire, du UNCANNY X MEN.
Réponse avec citation