Afficher un message
  #1  
Vieux 27/03/2007, 20h09
Avatar de cyclopebox
cyclopebox cyclopebox est déconnecté
Tombeur de mutantes
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: Entre les cuisses d'Emma Frost
Messages: 11 626
cyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titanscyclopebox est un teen titans
Marvel Fantask n° 7, la censure frappe !!!

Fantask n° 1
(Février 1969)









Les Fantastiques : Les Fantastiques
(Fantastic Four – The Fantastic Four !, Fantastic Four #1, Novembre 1961)

Scénario : Stan Lee
Dessin : Jack Kirby
Encreurs : George Klein & Christopher Rule


Résumé :

New York : un mystérieux individu émet un message dans le ciel, censé convoquer ceux que l’on appelle les Quatre Fantastiques.

Trois personnes vont y répondre :

- la première est Jane Storm : détentrice du don d’invisibilité, elle se fait nommer la Femme Invisible;

- vient ensuite Ben Grimm, alias la Chose, un humain à l’apparence monstrueuse mais doté d’une force colossale;

- le troisième est Johnny Storm, frère de Jane, ses pouvoirs sur le feu lui ont donné le surnom de Torche Humaine.

Ils rejoignent – non sans se faire remarquer par la populace - leur leader Red Richard, qui pouvant étirant ses membres, se fait appeler Mr Fantastic.

Tous les quatre ont acquis leur pouvoir suite à un voyage spatial expérimental, où un bombardement de rayons cosmiques, a altéré la structure moléculaire de leur corps et les a doté de ces fabuleux pouvoirs.


Est c'est ainsi que tout a commencé...

Ils ont décidé de mettre leurs dons au service de l’humanité, et que leur équipe serait appelée les Quatre Fantastiques !


Commentaire :

Episode culte - doux euphémisme ! - écrit par le duo magique Stan Lee & Jack Kirby, ce premier volet des aventures mettant en scène les Quatre Fantastique est celui par lequel l’univers Marvel fût crée.

Malheureusement, dans le cadre de cette édition française, seule son introduction fût publiée dans Fantask.

La suite mettant en scène l’apparition de l’Homme Taupe et ses monstres fût zappé par les éditions Lug, il faudra attendre plus de dix ans pour le voir publier en entier.

Bilan : à lire impérativement avant d’avoir le droit de m’adresser la parole sur ce forum.







Les Fantastiques : Le défi de l’Homme Miracle
(Fantastic Four – The Menace of The Miracle Man, Fantastic Four #3, Mars 1962)

Scénario : Stan Lee
Dessin : Jack Kirby
Encreurs : Sol Brodsky


Résumé :

Les Quatre Fantastiques assistent à la représentation d’un artiste nommé l’Homme Miracle.

Le nom est certes un petit peu pédant, mais l’intéressé semble doté de pouvoirs quasi divins : il peut se transformer en nuage, grandir de plusieurs mètres voir même ridiculiser la Chose au cours d’un test de force physique.


On ne peut nier que le bonhomme laisse de marbre

Tout irait pour le meilleur du monde s’il se cantonnait à cette vie d’artiste; il en décide hélas autrement, et par une missive envoyée aux autorités, il annonce son intention d’entamer une carrière de criminel !

Histoire de bien commencer les choses, il décide d’animer une maquette publicitaire utilisée pour un film à la sauce Godzilla et envoie la grosse bestiole piller des coffres de banque ou jouer aux quilles avec les agents de police.

Les Quatre Fantastiques sont vite alertés par les autorités et s’en vont essayer d’arrêter ce criminel. Ils ne la jouent cependant pas très fine : au lieu d’y aller tous ensemble d’un seul coup, ils y vont un par un; le résultat est très prévisible, ils rentrent tous brocouilles, la Femme Invisible trouve même le moyen de finir capturée.


A cette époque, les Quatre Fantastiques n'étaient les machines à combattre que l'on connaît aujourd'hui

Nos héros finissent par détruire la créature qui s’avère n’être qu’un monstre en carton pâte, puis par se retrouver face à face avec l’Homme Miracle : la Torche Humaine harcèle le pas beau, pousse l’intensité de sa flamme au maximum et provoque un éclair lumineux qui rend son ennemi aveugle.

A l’instar de Mandrake le magicien, l’Homme Miracle se révèle au final n’être qu’un hypnotiseur de génie; privé de ses yeux, il est complètement inoffensif.

L’épisode ne se termine cependant pas sur une note positive : la Chose – qui malgré un cœur gros comme ça possède un caractère de cochon – nous fait une petite crise de jalousie et s’en prend verbalement à la Torche Humaine.


Ben et Johnny, toujours en train de se quereller

Ce dernier, comme tout adolescent chauffé à vis, réagit violement : il décide de planter ses camarades et annonce qu’il quitte les Quatre Fantastiques !


Commentaire :

Autant le dire tout de suite, cet épisode est l’un de ceux que j’aime le moins du tandem Lee & Kirby : un vilain aussi peu charismatique qu’un acteur de Prison Break, une Jane Storm faite prisonnière et des scènes de combat un peu molassonne.

Reste l'introduction de l'uniforme de nos héros, ainsi que le départ de la Torche Humaine, qui lors de l’épisode suivant aura des conséquences très importantes au sein de l’univers Marvel.

Bilan : épisode plutôt moyen, mais la suite va tout rattraper.







Les Fantastiques : Le Prince des Mers
(Fantastic Four – The Coming of The Sub-Mariner !, Fantastic Four #4, Mai 1962)

Scénario : Stan Lee
Dessin : Jack Kirby
Encreurs : Sol Brodsky


Résumé :

Red, Jane et Ben décident de ne pas laisser Johnny tout seul dans la nature : non seulement il est mineur, mais ses pouvoirs peuvent l’amener à provoquer involontairement quelques dégâts.

Red et Jane rentrent brocouilles de leur recherche, mais Ben finit par dénicher le jeune galopin : alors qu’il s’apprêtait à lui mettre une fessée déculottée, il reprend temporairement forme humaine, la Torche Humaine en profite pour s’éclipser.


La Chose est le personnage Marvel le plus tragique qui soit

Note : à cette époque, la Chose récupérait par intermittence son corps humain, pour mieux retrouver celui de brique quelques minutes après…

Johnny se planche dans un foyer miteux plutôt fréquenté par des cas sociaux. Au cours d’une rixe avec quelques loulous, il fait la connaissance d’un individu amnésique mais doté d’une force prodigieuse, dont tout laisse à penser qu’il s’agisse en fait de Namor, le Prince des Mers.

Voulant en avoir le cœur net, Johnny l’envoie prendre un bain dans l’océan atlantique : l’eau étant source de ses forces, Namor renaît, se rappelle de ses origines et retourne dans son royaume, le mythique Atlantide.


Le Prince des Mers est de retour !!!

A son grand dam, celui-ci s’avère complètement abandonné et dévasté, ce suite à des essais nucléaires. C’en est trop pour Namor, il décide de venger son peuple et part en guerre contre la race humaine.

Il rejoint la Torche Humaine pour lui annoncer cette bonne nouvelle puis retourne dans les fonds marins, où à l’aide d’une trompe antique, il réveille l’un des plus puissants monstres sous-marins : Giganto !

Devant l’urgence de la situation, Johnny cesse de faire sa tête de cochon et fait appel à ses coéquipiers, qu’il briefe rapidement. Il était temps : Namor et son golgoth marin déboulent à New York et commencent à semer le bordel.


C'est dans ces moments là qu'on est censé appeler Goldorak à la rescousse

Les Quatre Fantastiques et l’armée étant complètement impuissants face à Giganto, un plan de la dernière chance est mis en action : la Chose rentre par la gueule du monstre, se fait un petit marathon jusqu’à son estomac, puis y dépose une ogive atomique qu’il fait exploser.

La sale bête ayant trépassée, Namor se retrouve seul face à la Torche Humaine, Mr Fantastic et la Chose. Il cherche à faire appel à d’autres bestioles via sa trompe, mais Jane arrive en mode invisible et lui saisit le bras.

Namor finit par découvrir l’identité de son assaillant, et là… C’est le coup de foudre (enfin presque) : il demande à Jane de devenir sa femme.


Le coup de foudre qui tue

La Femme Invisible plutôt surprise par cette proposition, accepte à condition que Namor épargne la race humaine; ce dernier prend la mouche, ne comprend pas qu’elle considère ceci comme un sacrifice alors qu’il lui fait honneur en proposant de devenir sa reine, il décide d’en découdre physiquement avec les Quatre Fantastiques.

Le combat va tourner court, Namor et la dépouille de Giganto vont vite retrouver le chemin des fonds marins, mais l’humanité ne perd rien pour attendre, Imperius Rex !


Commentaire :

Autre épisode cultissime, cet opus des Quatre Fantastiques réintroduit le personnage du Prince des Mers au sein de l’univers Marvel et met en place le futur triangle amoureux composé par ce dernier, Mr Fantastic et la Femme Invisible.

Très bien rythmé, un Johnny très en forme, un gros moment de bravoure de la Chose, des personnages au caractère très humain, des baffes à gogo, c’est ce genre d’histoire qui a crée la légende de Marvel au début des années 60.

Bilan : à lire, point barre.







Le Surfer d’Argent : Le Surfer d’Argent
(Silver Surfer – The Origin of The Silver Surfer, Silver Surfer #1, août 1968)

Scénario : Stan Lee
Dessin : John Buscema
Encreurs : Joe Sinnott


Résumé :

Quelque-part au fin fond de l’U.R.S.S., un avion soviétique connaît une grosse avarie; le pilote est sauvé de son funeste destin par le Surfer d’Argent.

En guise de récompense, ce dernier aura droit à la même récompense que d’habitude : des cris, une salve de canon, un t-shirt Naruto, les lancers d’œufs pourris, etc...


Il est jamais content celui-là...

Les auteurs décident de faire une longue séance flashback afin de nous présenter les origines de cet extra-terrestre mytérieux, pétri de bonté mais pourtant honni par le genre humain.

Son vrai nom est Norrin Radd, habitant de la planète Zenn-La, monde pacifique, à la technologie très avancée, société paisible et tout le touintouin, bref un véritable petit paradis.

Le hic, c’est que notre ami Norrin ne se contente pas de cette vie tranquille et monotone. Ayant l’esprit aventurier, même si fiancée Shalla-Bal est en mesure de lui offrir certaines évidentes distractions , il se fait chier.


Calimero, encore et toujours en train de geindre

Le petit train-train va un jour être mis à mal par l’arrivée de Galactus, un être cosmique quasi-omnipotent, dont le passe-temps est la digestion de planètes.


Première rencontre avec Galactus

Norrin se rend à la rencontre du titan : si ce dernier épargne la planète Zenn-La, il deviendra son héraut. Galactus accepte le marché, Norrin-Rad cesse d’exister.

Il se nomme maintenant le Surfer d’Argent, et son but est de trouver pour son maître des planètes à se substanter. Avant de quitter son monde natal, le Surfer prend le temps de faire ses adieux à Shalla-Bal, puis disparaît dans l’espace.


Le pire, c'est que cette conne va lui rester fidèle

Quelques années plus tard, il est apparu sur Terre afin de préparer celle-ci à la venue de Galactus. Sur place, grâce au courage des Quatre Fantastiques et de la bonté d’Alicia Masters, il a pris conscience de l’importance de la race humaine et s’est retourné contre Galactus. Vaincu, celui-ci a renoncé à détruire la Terre, mais a condamné le Surfer à errer sur cette planète.


Commentaire :

Très longue mise en bouche, cet épisode sert essentiellement à présenter le Surfer d’Argent, sa planète d’origine et la brune sexuelle Shalla-Bal.

Pour le reste, c’est quand-même un épisode TRES bavard, avec beaucoup de longueurs et doté d’une ambiance assez mièvre. Ce qui le sauve, ce sont les fabuleux dessins du regretté John Buscema, qui cassent littéralement la barraque.

Bilan : un début mitigé, dommage.
__________________
Allez, tout le monde en choeur chante avec moi :

"Wolverine est un idiot, c'est Cyclope le plus beau !"

Dernière modification par cyclopebox ; 09/05/2007 à 15h24.
Réponse avec citation