Afficher un message
  #21  
Vieux 14/02/2007, 21h37
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°104
Lug, Septembre 1986.



LES QUATRE FANTASTIQUES : Mission pour un Homme mort ! (21 pages sur 22)
(Mission for a dead man, in Fantastic Four #233, août 1981)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

George David Munson a été condamné à mort pour meurtre, crime qu’il a toujours refusé de reconnaître. Le jour de son exécution, il remet une lettre à un prêtre. La lettre est adressée à la Torche Humaine.

Deux semaines plus tard, le prêtre se rend au Baxter Building. Il y croise l’Invisible, qui l’invite à monter. Ils arrivent en plein milieu d’une violente dispute entre la Chose et la Torche. Lorsque la situation se calme enfin, le prêtre remet la lettre de Munson à la Torche. Celui-ci se souvient avoir connu Munson au collège. C’était un petit voyou qui avait pris Johnny comme souffre-douleur. Dans la lettre, Munson reconnaît avoir été un truand mais clame son innocence quant au meurtre pour lequel il a été condamné. Il lui demande de le disculper pour sa mère, qui n’a jamais rien su de ses activités criminelles.

La Torche reprend l’enquête depuis le début. Il s’agirait d’un braquage qui aurait mal tourné, le gérant du magasin cambriolé par Munson l’aurait surpris et Munson l’aurait abattu. A priori tout semble accuser Munson, mais un détail intrigue Johnny : le tueur a utilisé un silencieux. Johnny se rend à la boutique. Le gérant le laisse regarder, mais lui interdit de visiter l’arrière-boutique. Après son départ, le gérant se rend à une cabine téléphonique pour appeler un certain ‘H’. Johnny le surprend et récupère le numéro de téléphone. Cela le conduit dans un entrepôt où il tombe sur quelques truands notoires. Il utilise sa flamme pour faire peur à l’un d’entre eux et l’interroger. Il découvre ainsi l’adresse de leur employeur.

L’adresse est celle d’un appartement huppé situé près de Central Park. Le propriétaire n’est autre que Hammerhead qui, au moment où Johnny arrive sur place, tient une réunion des principaux chefs de la pègre. Hammerhead passe à l’attaque. Il s’est fait fabriquer un exo-squelette qui accroît considérablement sa force. Mais la Torche va le vaincre en faisant fondre le générateur principal de l’armure. Alors qu’il s’apprête à l’interroger, Hammerhead préfère se jeter du haut de la terrasse. Le temps que la Torche réagisse, Hammerhead a disparu.

C’est un échec pour la Torche, qui n’a pu faire parler Hammerhead. Mais un policier lui propose de consulter les archives du Caïd qui ont été récupérées par Daredevil. En les lisant, il découvre que le gérant du magasin travaillait pour la Maggia et a été abattu par un des hommes de main de Hammerhead. Il en informe la mère de Munson, mais celle-ci lui annonce qu’elle savait que son fils était un criminel et que, pour elle, il n’a eu que ce qu’il méritait.



Commentaire :

Une stand-alone donnant la vedette à la Torche à l’arrière goût assez désagréable. La réaction de la mère de Munson, qui juge que son fils méritait de mourir, est assez monstrueuse. Pour le reste, l’enquête de la Torche n’aboutit à rien, et l’affaire est finalement bouclée en deux cases lorsque John Byrne sort de sa manche comme par magie les archives du Caïd dont dispose la police. Un épisode pour pas grand chose donc.


A noter :

On n’avait pas revu Hammerhead depuis Amazing Spider-Man #159 (août 1976, trad. in Strange n°123, mars 1980).


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr.Fantastic (Red Richards), l’Invisible (Jane Richards), La Torche Humaine (Johnny Storm), La Chose (Ben Grimm).

George David Munson.

Hammerhead.

Censure :

La page 18 de cet épisode a été supprimée :





LES QUATRE FANTASTIQUES : Les Yeux du Vertige ! (20 pages)
(The Eyes have it !, in Fantastic Four #237, décembre 1981)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

De retour au Baxter Building, les Fantastiques conduisent le corps du Dr. Fatalis au laboratoire et l’enferment dans un caisson où il sera maintenu en animation suspendu, le temps de contacter l’ambassade de Latvérie.

Pour se détendre, la Chose se rend à la salle de gym du Baxter Building en compagnie d’Alicia. La Torche de son côté va rendre visite à Frankie Ray. Il croise Juliette d’Angelo, la co-locataire de Frankie. Lorsqu’ils sont tous les deux seuls, Frankie, qui semble très soucieuse, a une révélation à faire à Johnny. Elle retire son peignoir. Ce que Johnny découvre le laisse sans voix…

L’Invisible a réussi à sortir Mr. Fantastic de son laboratoire et, en compagnie de Franklin, ils font une balade à cheval dans Central Park. La promenade est interrompue lorsqu’une alarme se déclenche à proximité. Mr. Fantastic arrive en premier sur les lieux et tombe sur un groupe de truands qui vient de dévaliser une bijouterie. Alors qu’il s’apprête à les arrêter, un personnage étrange fait son apparition : une femme de trois mètres de haut, à la peau bleu. La femme, que ses acolytes appellent Spinnerette, prononce quelques mots dans une langue inconnue et aussitôt Mr. Fantastic perd tout sens de l’équilibre et s’évanouit. Arrivée sur les lieux à son tour, l’Invisible tente d’approcher discrètement, mais Spinnerette sent sa présence et utilise une nouvelle fois son pouvoir. Voyant ses parents inconscients, Franklin panique et, sans en avoir conscience, lance une attaque psychique contre Spinnerette. Celle-ci s’effondre, mais les truands qui l’accompagnent parviennent à l’emmener en lieu sûr.

Peu après leur départ, Mr. Fantastic et l’Invisible se réveillent. Il se rendent dans la bijouterie pour interroger le gérant. Ils apprennent que Spinnerette n’a rien pris, mais a laissé dans une vitrine une poignée de billes métalliques. Une nouvelle alarme se déclenche non loin. Cette fois c’est un prêteur sur gages qui a été attaqué. Alors que Spinnerette et sa bande s’enfuient, Mr. Fantastic parvient à capturer l’un des truands. Celui-ci lui apprend que lui et ses amis ont rencontré Spinnerette quelques jours plus tôt. Ils n’ont guère pu communiquer avec elle, mais ont compris qu’elle était à la recherche d’objets en argent.

Après être passé au Baxter Building récupérer son traducteur universel, Mr. Fantastic retrouve la trace de Spinnerette qui vient d’attaquer un nouveau magasin. L’Invisible parvient à l’enfermer dans son champ de force, et le traducteur permet à Mr. Fantastic de communiquer avec elle. Il apprend alors que Spinnerette est d’origine extraterrestre. Son vaisseau a amerri au large de Long Island, et elle a été envoyée à la recherche de matériel pour le réparer. Après avoir rencontré le reste de l’équipage, Mr. Fantastic leur fournit le matériel nécessaire pour que le vaisseau puisse repartir.



Commentaire :

Encore une stand-alone, sans beaucoup d’intérêt. Vingt ans plus tôt l’histoire de cette extraterrestre tombée du ciel pouvait fonctionner, là il faudra faire preuve de beaucoup d’indulgence pour ne pas bailler à la lecture de cet épisode.


A noter :

Unique apparition de Spinnerette.

Première apparition de Juliette ‘Julie Angel’ d’Angelo.


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr.Fantastic (Red Richards), l’Invisible (Jane Richards), La Torche Humaine (Johnny Storm), La Chose (Ben Grimm).

Franklin Richards, Alicia Masters, Frankie Ray, Juliette d’Angelo.

Spinnerette, Docteur Fatalis (Doctor Doom).




L’ARAIGNEE : Mort d’un flic, deuxième partie : Péché d’orgueil (19 pages sur 22)
(The Death Jean DeWolff, part 2 : Sin of pride, in Spectacular Spider-Man #108, novembre 1985)

Scénario : Peter David.
Dessin : Rich Buckler.
Encrage : Brett Breeding, Joe Rubinstein, Kyle Baker & Pat Redding.
Couverture : Rich Buckler.

Résumé :

Après le meurtre du juge Rosenthal, le Rédempteur sème la panique à la sortie du tribunal. L’Araignée intervient. En le combattant, il se rend compte que le Rédempteur porte à sa ceinture l’insigne de Jean DeWolff. Le criminel reconnaît sans mal être le responsable de la mort de la policière. L’Araignée semble devoir prendre le dessus sur son adversaire, mais il aperçoit soudain tante May allongée au sol. Il n’a d’autre choix que d’abandonner le combat pour aller lui porter secours. Il lance une araignée-espion sur le Rédempteur, mais ce dernier la remarque et s’en débarrasse. De son côté, tante May se relève sans mal, elle n’a été que bousculée lors de la panique provoquée par l’arrivée du Rédempteur. Daredevil arrive enfin sur les lieux, mais ne parvient pas à retrouver la trace du Rédempteur.

L’Araignée retourne voir Stan Carter, qui lui confirme que c’est la même arme qui a tué Jean DeWolff et le juge Rosenthal. L’Araignée remarque sur le bureau de Carter une photo de Nick Fury. Carter lui dit être un ancien agent du SHIELD. L’Araignée lui demande l’autorisation officielle de fouiller l’appartement de Jean DeWolff. Carter refuse, mais l’invite à passer outre et à se rendre sur les lieux. Sur place, l’Araignée ne découvre rien, si ce n’est que Jean possédait toute une collection de photos de lui. Il se demande si son intérêt pour lui était strictement professionnel…

L’enterrement de Jean DeWolff et de Horace Rosenthal se tient le même jour. Matt Murdock assiste à l’enterrement du juge et reconnaît soudain un pouls parmi la foule : celui du Rédempteur ! Mais parmi les nombreuses personnes présentes (Jameson, Carter, le révérend Tolliver) il ne parvient pas à déterminer qui est le Rédempteur.

Dans une église, le Rédempteur se confesse. Il dit absoudre les péchés commis par des gens haut placés. Lorsque le prêtre lui dit d’agir selon sa conscience, le Rédempteur l’abat.



Commentaire :

La traque du meurtrier de Jean DeWolff se poursuit. Le ton est toujours aussi sombre, et le mystère plane autour de l’identité du Rédempteur. Le personnage permet à Peter David d’aborder les thèmes de la justice et de l’autodéfense, et même si certaines réactions sont trop outrées pour être vraisemblables (Ernie Popchik, l’ami de tante May, qui justifie à demi-mots le meurtre du juge Rosenthal qui a libéré ses agresseurs), cela donne à l’ensemble du récit un climat malsain très inhabituel pour cette série.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Daredevil, Stan Carter, Ernie Popchik, May Parker, J. Jonah Jameson, Marla Jameson, Joe Robertson, révérend Jackson Tolliver, juge Horace Rosenthal, Emil Gregg.

Le Redempteur (Sin-Eater).


Censure :

Cet épisode a été réduit de 3 pages :

Page 2, panel 1 :



Page 5 (où un passant est touché par le tir du Sin-Eater évité par Spider-Man) :



Page 6, panel 5 :



Page 8 :



Page 9, panels 1 à 3 :



Page 22, panel 7 (le panel 6 a été sensiblement agrandi en vf) :








IRON MAN (22 pages)
(Iron Man #196, juillet 1985)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Rich Buckler.
Encrage : Ian Akin & Brian Garvey.
Couverture : Rich Buckler.

Résumé :

Dans la dimension mystique que viennent de visiter Iron Man et Shaman, un être surnaturel, Omnos, découvre l’armure abandonnée par Rhodey et l’occupe. Puis il se lance à la recherche de son précédent propriétaire. Lorsqu’il parvient à s’introduire dans notre univers, Shaman perçoit son arrivée, et conseille à Rhodey de retrouver Tony Stark le plus rapidement possible.

Dans son Q.G. sous-marin, le Dr. Demonicus assiste au retour de sa créature au bercail. Surprise : le monstre a récupéré dans les fonds marins l’armure utilisée par Tony Stark pour l’affronter. Le Dr. Demonicus décide de s’en servir pour se venger d’Iron Man.

Lorsqu’il rejoint Tony Stark, Rhodey s’excuse de la perte de son armure. A sa grande surprise, Tony est plutôt satisfait de cette disparition, l’armure représentant trop de mauvais souvenirs pour lui. Ils sont interrompus par l’arrivée de Œil de Faucon qui les incite à regarder la télé. Ils tombent sur une interview d’Obadiah Stane : celui-ci accuse Iron Man d’être une menace publique après avoir failli causer la mort d’un couple à bord d’une montgolfière (il s’agissait en réalité d’Omnos). Tony Stark décide de partir à la recherche de l’armure. Il revêt quelques éléments de l’armure sur laquelle il était en train de travailler, ainsi qu’une cape et un masque, puis part à bord d’un Quinjet. Le vaisseau est suivi à distance par celui du Dr. Demonicus.

Avant de se rendre sur les lieux de l’accident, il dépose Rhodey chez Circuits Maximus. Le temps qu’ils discutent, Omnos arrive sur les lieux. Il est aussitôt attaqué par le Dr. Demonicus qui a revêtu l’armure de Tony Stark. Voyant ses deux armures s’affronter dans le ciel, Tony Stark saute à bord du Quinjet et se jette lui aussi dans la bataille. Une projection de rayons de plasma négatifs va activer les circuit magnétiques des deux armures et les coller l’une à l’autre. Mais, dans la manœuvre, Tony Stark tombe du Quinjet. Il réussit à amortir sa chute en utilisant les rayons répulseurs de ses gants. Il va ensuite démasquer le Dr. Demonicus, puis découvrir l’autre armure vide.



Commentaire :

Iron Man vs. Iron Man vs. Iron Man. L’idée est plutôt amusante, mais le résultat une fois de plus laisse à désirer, entre un vilain de pacotille et un esprit frappeur aux motivations impénétrables. La scène finale, où les vilains sont démasqués, semble tout droit tirée d’un épisode de Scoubidou…


A noter :

La précédente apparition du Dr. Demonicus avait eu lieu dans Iron Man #193 (avril 1985, trad. in Nova n°101, juin 1986).


Casting :

Iron Man/Jim Rhodes, Tony Stark.

Shaman, Oeil-De-Faucon (Hawkeye), Morley Erwin, Clytemnestra Erwin.

Dr. Demonicus, Omnos, Obadiah Stane.