Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #6  
Vieux 13/02/2007, 20h31
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Blank vol.1
(Tokyopop, décembre 2006, 192 pages n&b, 9.99$)
Par Pop Mhan.

Tokyopop est un éditeur américain spécialisé dans les mangas. Je n’en parlerais peut-être pas ici si, parmi les auteurs travaillant pour cet éditeur, ne se trouvaient plusieurs scénaristes et dessinateurs américains. Lesquels se prêtent au jeu et s’adaptent au style manga.

Parmi les œuvres les plus intéressantes nées de cette rencontre entre comics et manga, on citera notamment l’univers post-apocalyptique de East Coast Rising de Betty Cloonan, ou le très noir et zombiesque The Abandoned de Ross Campbell. Le dernier en date à s’y essayer est Pop Mhan.

A première vue, le héros de Blank semble avoir beaucoup en commun avec Spyboy, le personnage que créa Pop Mhan avec Peter David. Il s’agit d’un adolescent agent secret. Sauf qu’ici très vite le doute s’installe : Blank est-il vraiment celui qu’il prétend être, ou bien est-ce un malade mental échappé de l’asile comme certains indices le laissent supposer ? C’est la question à laquelle devra répondre Aki Clark, la jeune lycéenne à laquelle Blank s’intéresse de très près. Est-il vraiment là pour lui sauver la vie où s’intéresse-t-il plutôt à la couleur de ses sous-vêtements sous son uniforme d’écolière ?

Le manga a toujours été une influence majeure pour Pop Mhan. Mais ici, il abandonne tous les codes de la narration américaine et signe un manga pur jus, tant dans la mise en page, le trait, et également le caractère outrancier des situations et des personnages. Les têtes se distordent sous une pluie de baffes ou sous l’effet de l’émotion, les héros deviennent hystériques pour un oui pour un non, et on se déguise en poubelle pour s’infiltrer dans le vestiaire des filles.

Tout cela n’est pas très subtil, il y est davantage question de petites culottes et de tour de poitrine que de sauver le monde (les lecteurs les plus vigilantes repèreront tout de même une intrigue où il est question d’un satellite expérimental et d’un groupe terroriste qui cherche à se l’approprier), mais à moins d’être totalement allergique au style, Blank se lit plutôt bien, et le côté couillon des personnages finit par les rendre attachants.

Réponse avec citation