Discussion: Niglo lit...
Afficher un message
  #2  
Vieux 11/02/2007, 01h15
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve
Je pensais commencer cette rubrique en évoquant quelque nouveauté de la semaine, voire le Shazam de Jeff Smith, manque de pot mon comic-shopier habituel m’a planté. Pas grave, me reste quelques nouveautés moins neuves pas encore lues depuis la dernière fois. Notamment…



Chronicles of Wormwood #1
(Avatar Press, janvier 2007, 3.99$)

Scénario : Garth Ennis.
Dessin & encrage : Jacen Burrows.
Couleurs : Andrew Dalhouse.

Chronicles of Wormwood est le dernier projet en date de Garth Ennis. Une mini-série en six parties consacrée à… l’antéchrist. Lequel se nomme Danny Wormwood, dirige une chaîne du câble réputée pour ses séries peu conventionnelles (genre H.B.O.), fréquente la même fille depuis quatre ans, a comme animal de compagnie un lapin parlant, et comme meilleur ami Jésus ‘Jay’ Christ. Et accessoirement n’a aucunement l’intention de déclencher l’apocalypse.

Ce qui m’a surpris à la lecture de ce premier numéro, c’est la quasi-absence de cynisme de la part de Garth Ennis en abordant les thèmes de Chronicles of Wormwood. Il s’y montre volontiers ironique, et met en scène quelques farces d’un goût parfaitement douteux dont il a le secret (respectivement à base de sperme de cachalot et de permutation d’organes), mais par ailleurs le portrait qu’il dresse de Jésus par exemple est à la fois extrêmement respectueux et touchant. Ce qui non seulement ne l’empêche pas de dézinguer l’Eglise catholique, mais va même jusqu’à renforcer son propos. On est loin en tous cas du jeu de massacre auquel se livre un Robert Kirkman dans son bête et méchant Battle Pope. Loin également de The Boys, pour citer l'un de ses travaux en cours. Garth Ennis vise ici au-dessus de la ceinture.

Pas encore d’intrigue dans ce premier numéro, qui met en place les différents protagonistes et donne son ton à la série. Tout un tas de bons moments, drôles pour la plupart. Comme à son habitude, les planches de Jacen Burrows n’ont rien d’éblouissant, mais sa narration est limpide, et il sait donner à ses personnages une palette d’émotions suffisamment variées pour donner vie au script de Garth Ennis. Ca n’a pas la classe du Steve Dillon de Preacher mais ça tient largement la route.

Faut-il un argument supplémentaire pour vous inciter à lire Chronicles of Wormwood ? Sans en révéler davantage, je remarquerai quand même qu’après avoir refermé ce premier numéro, vous ne pourrez plus jamais appeler Jeanne d’Arc la pucelle d’Orléans…


A part ça je continue de rattraper mon retard en section Rétro. Si vous n’avez rien de mieux à faire, vous pouvez allez jeter un œil sur les derniers papiers consacrés à Booster Gold #10 , Teen Titans Spotlight #3 et Titans n°94 .

Dernière modification par Niglo ; 11/02/2007 à 01h26.
Réponse avec citation