Afficher un message
  #20  
Vieux 02/02/2007, 15h01
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


TITANS N°91
Lug, août 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : La Planète des Wookies (19 pages sur 22)
(Wookie World, in Star Wars #91, janvier 1985)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin : Tony Salmons.
Encrage : Tom Palmer.
Couverture : Tony Salmons & Tom Palmer.

Résumé :

Lando Calrissian et Chiktabba rejoignent Yan Solo sur Kazhyyk, la planète natale du Wookie. Chiktabba est venu retrouver sa famille, et pour Lando c’est l’occasion de découvrir pour la première fois cette planète. En chemin, ils tombent sur un individu se faisant appeler le Couteau (il en porte toute une collection à sa ceinture), qui est accompagné par Vargi, le beau-frère de Chiktabba. Ils se rendent ensemble jusqu’à la hutte où vit la famille de Chiktabba, mais celle-ci est vide. Le petit groupe patiente, jusqu’à ce qu’arrive Lumpy, le fils de Chiktabba. Mais il est accompagné de trois autres Wookies, tous armés, qui mettent Yan, Lando et Chiktabba en joue. Le Couteau leur révèle alors qu’il est un trafiquant d’esclaves, venu faire son marché sur Kazhyyk. Il fait ligoter Yan et Lando, tandis que Chiktabba et sa famille sont enchaînés pour être conduits jusqu’au vaisseau du Couteau.

Lando et Yan parviennent rapidement à se libérer et retrouvent Chiktabba avant qu’il n’embarque à bord du vaisseau des négriers. Celui-ci, une fois libéré, va semer la panique dans les rangs des trafiquants, et rallier à lui la population locale. Le Couteau prend la fuite, tandis que Chiktabba est ovationné par la foule.



Commentaire :

L’idée de découvrir la planète natale de Chiktabba était prometteuse, le résultat est calamiteux. L’action souffre d’un manque de rythme flagrant, les situations s’enchaînent mécaniquement. Surtout, la prestation de Tony Salmons est assez honteuse. Ses cases sont désespérément vides, on cherche en vain la moindre trace de décor (un comble pour une planète forestière comme Kazhyyk, c’est à peine si l’on aperçoit un arbre ici ou là). Un désastre.


A noter :

Première apparition du Couteau.


Casting :

Chiktabba (Chewbaca), Yan Solo, Lando Calrissian.

Lumpy, Mala, Vargi.

Le Couteau.


EPSILON : Evasion ! (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Epsilon tente de résister aux attaques de Moloss et Koloss, les chiens-pumas de Ker-Ber, mais l’un d’eux lui saute dessus et lui arrache le poignet (celui auquel était attaché son mémo-poignet). Epsilon réalise alors qu’il ne saigne pas et que seuls des câbles et des circuits sortent de son avant-bras. Son énergie s’échappe par cette blessure et, après quelques secondes, Epsilon s’effondre. Dzeta a assisté à toute la scène sans réagir.

La Maître du Psi tente d’étudier avec l’aide de Télétude le contenu du mémo-poignet d’Epsilon, mais celui-ci est rédigé en langage binaire que Télétude ne peut déchiffrer sans en connaître la clé. Le Maître du Psi décide donc d’effectuer un cerebro-sondage d’Epsilon. L’operator chargé de le préparer à l’opération lui fournit une surdose de psidium qui va sortir brusquement l’adolescent du coma artificiel dans lequel il se trouvait. Epsilon va aussitôt se débarrasser de ses liens et des operators qui l’entourent. Quant à celui qui lui a fourni cette surdose, il va détruire le système de contrôle de la salle qui permettait jusque là au Maître du Psi d’assister aux évènements en direct. Il lui indique ensuite où se trouve la sortie d’Eden.

Epsilon se rend aussitôt à l’endroit indiqué, où il met hors-combat deux gardes grâce à l’arme que lui a fourni l’operator. Mais il doit aussitôt faire face à un autre problème : la porte menant hors d’Eden est protégée par un code secret qu’Epsilon ignore. Pourtant, avant qu’il n’ait pu faire quoi que ce soit, la porte s’ouvre. De l’autre côté se trouve quelqu’un qu’Epsilon connaît bien…



Commentaire :

Comme souvent avec Mitton, l’action progresse excessivement lentement. On en apprend néanmoins davantage sur la nature du personnage d’Epsilon, en même temps que celui-ci se découvre des alliés inattendus au sein même de l’entourage du Maître du Psi.


Casting :

Epsilon.

Raoul de Montségur, Dzeta, Gorh-Kan, Preceptor, Ker-Ber, Wong-Li.




VISION ET LA SORCIERE ROUGE : Xénophobie (22 pages)
(Mutant Romance Tales, in Vision and the Scarlet Witch #4, janvier 1986)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Richard Howell.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : Richard Howell.

Résumé :

Après une consultation, le Dr. Strange annonce à Wanda qu’elle est enceinte. Strange lui donne l’adresse d’une collègue qui pourra la suivre durant toute la durée de la grossesse.

Vision et de la Sorcière Rouge ont décidé de retourner s’installer à Leonia, malgré l’incendie criminel de leur première maison (in Avengers #252, février 1985, trad. in Strange n°216, décembre 1987). Leur venue n’est pas vue d’un bon œil par certains habitants, qui vont tenter de convaincre le propriétaire de ne pas leur céder la maison, sans succès. Ils vont alors envisager d’autres méthodes. Ils ignorent qu’un étrange couple les surveille…

La Sorcière Rouge annonce à Vision qu’elle est enceinte. Celui-ci est pressé de prévenir Wonder Man et sa mère, mais Wanda lui demande de garder le secret pour l’instant.

En début de soirée, Vision décide de patrouiller en ville pour s’assurer que Wanda et lui sont désormais en sécurité à Leonia. De leur côté, quatre individus ont tout préparé pour mettre le feu à la maison du couple, mais alors qu’ils approchent, ils vont être la victime d’évènements étranges : arbres semblant mouvoir tout seuls, jets de cailloux, envol de chouettes, etc. Les quatre hommes prennent peur et s’enfuient.

La Sorcière Rouge décide elle aussi de sortir prendre l’air. Alors qu’elle se trouve à la bibliothèque, elle est contactée par l’esprit d’Agatha Harkness, qui lui demande de se préparer pour la nuit d’Halloween, qui aura lieu dans un mois. Puis, sans plus d’explications, elle disparaît.

En revenant vers chez lui, Vision aperçoit un couple bizarrement accoutré qui semble surveiller sa maison. Il les attaque immédiatement, mais l’homme et la femme ne sont pas pris au dépourvu : lui s’appelle Illusion et contrôle les molécules de tous les objets qu’il touche ; elle s’appelle Grâce et maîtrise la densité de ses propres molécules, ce qui lui permet de frapper Vision quant bien même il est devenu intangible. Après avoir maîtrisé Vision, ils lui garantissent qu’ils ne lui veulent aucun mal : ils sont tous deux magiciens et vivent également à Leonia. Ils voulaient simplement s’assurer que personne ne s’attaquerait à leur maison.

Les quatre hommes mis en fuite par Grâce et Illusion s’attaquent à la Sorcière Rouge. Grâce à ses pouvoirs, elle n’a aucun mal à se défaire d’eux. Elle leur annonce qu’elle attend un enfant et qu’elle est bien décidée à mener une vie paisible à Leonia. En apprenant qu’elle est enceinte, les quatre hommes réalisent qu’elle et Vision ne sont pas si différents d’eux, et décident de rentrer paisiblement chez eux.



Commentaire :

Un épisode sur la peur anti-mutante (et anti-robot par la même occasion) assez quelconque dans son propos comme dans sa réalisation. Steve Englehart introduit ici deux nouveaux personnages, Grâce et Illusion, que l’on retrouvera régulièrement par la suite.

Quelques bons moments cependant (la réaction de Vision en apprenant qu’il va être père), et surtout Leonia, petite ville sans histoire typique, offre un cadre intéressant et singulier aux aventures du couple (dont tire partie Englehart ici, notamment en mettant en scène Vision en civil. Le résultat est parfois très curieux visuellement, mais pas inintéressant pour autant).


Casting :

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Dr. Strange, Grâce (Glamor), Illusion, Agatha Harkness.