Afficher un message
  #20  
Vieux 02/02/2007, 14h55
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°103
Lug, Août 1986.



LES QUATRE FANTASTIQUES : Terreur dans une mini-ville (40 pages)
(Terror in a tiny Town, in Fantastic Four #236, novembre 1981)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

Johnny Storm fait un cauchemar : il rêve qu’en compagnie de sa sœur Jane, de Red Richards et de Ben Grimm, ils montent illégalement à bord d’une fusée, laquelle, en plein espace, est bombardée de rayons cosmiques, avant de plonger vers la Terre où elle s’écrase, tuant son équipage sur le coup.

Le lendemain matin, la vie reprend son cours normal. Johnny rend visite à sa sœur dans le petit pavillon où elle vit avec son mari Red, professeur à l’université de Liddleville. En discutant avec elle, Johnny est étonné de découvrir qu’elle a également rêvé d’un vol spatial. Un peu plus tard dans la journée, il croisera son ami Ben Grimm, propriétaire de bar qu’il gère avec son épouse, Alicia. Ben a lui aussi fait un rêve étrange la nuit dernière…

La nuit suivante, Jane Richards fait un autre rêve, tout aussi étrange : Ben Grimm se transforme en un monstre à la peau orange dure comme la pierre, et le corps de son mari devient élastique. Quant à Johnny, il prend feu lorsque Ben le frappe avec une bûche enflammée. Jane se réveille en hurlant. Le lendemain, Red Richards en parle avec Johnny et Ben. Ce dernier lui raconte que dans son rêve, ils sont des super-héros, mais étrangement Alicia est aveugle. La conversation prend une tournure plus plaisante lorsqu’ils sont rejoints par Alicia et son beau-père, Philip Masters.

A l’université où il travaille, l’un de ses collègues montre à Red Richards l’accélérateur de particules qui vient d’être installé. Mais le professeur Vaughn, l’employeur de Red, lui interdit formellement de l’utiliser. Une brimade parmi les nombreuses que doit subir Red de la part de Vaughn, qui semble prendre un malin plaisir à le rabaisser. Plus tard, alors qu’il réfléchit aux rêves de ses amis, Red Richards s’endort. Il rêve alors de la naissance des Quatre Fantastiques, mais se revoit également au Baxter Building, lorsqu’une force mystérieuse prit le contrôle de leurs esprits et les obligea à se rendre dans un château situé à l’extérieur de New York, où les attendait le Maître des Maléfices, ainsi qu’un autre personnage…

A son réveil, Red Richards est convaincu que ce dont il vient de rêver est la réalité. Pourtant, il est incapable d’utiliser ses pouvoirs. Comment le Maître des Maléfices a-t-il réussi à les bloquer ? Richards a une idée et, pour la vérifier, s’entaille le bras avec un scalpel. Il s’effondre en poussant un cri. Mais ce n’est pas du sang qui s’écoule de la blessure. Lorsqu’il reprend conscience, il retrouve ses amis et leur révèle ce qu’il a découvert. Leur esprit a été transféré dans des corps artificiels. Ils se rendent alors au magasin que tient le Maître des Maléfices. Celui-ci reconnaît les faits, et dit avoir agi ainsi pour Alicia, afin qu’elle puisse mener une vie normale avec l’homme qu’elle aime. Mais le Maître des Maléfices n’est pas l’instigateur de ce plan. Le véritable responsable fait alors son apparition : il s’agit du Docteur Fatalis, dont la gigantesque silhouette apparaît au-dessus de Liddleville…

Le Docteur Fatalis a créé une ville en modèle réduit, Liddleville, et a transféré l’esprit de ses ennemis dans des clones miniatures. De temps à autre, il a lui-même transféré son esprit dans celui du professeur Vaughn pour observer Richards et l’humilier. A présent, il condamne les Fantastiques à passer le restant de leurs jours dans ce monde miniature. Le Maître des Maléfices est condamné au même sort : la bague qu’il utilisait pour transférer son esprit de son véritables corps à sa version miniature ne fonctionne plus.

Les Fantastiques sont bien décidés à récupérer leurs corps le plus rapidement possible, à l’exception de Ben : la situation qu’il vit ici ne lui déplait finalement pas : il peut aimer sans risque une Alicia qui a retrouvé la vue. Red Richards tente de le raisonner, mais Ben campe sur ses positions. Il changera d’avis au dernier moment, lorsque ses amis se rendront à l’université pour utiliser l’accélérateur de particules. Leurs corps miniatures ayant été créé à partir de leurs propres cellules, ils vont utiliser l’appareil pour réactiver leurs pouvoirs.

Une fois leurs pouvoirs récupérés, ils vont pouvoir quitter Liddleville, après avoir affronté quelques robots chargés d’empêcher quiconque d’en sortir. Ils vont accéder à la console de contrôle de Fatalis, mais ce dernier a pris la précaution de retirer le module permettant de faire fonctionner la machine. Mister Fantastic va néanmoins faire quelques branchements puis, avec l’aide de l’Invisible, attirer le Docteur Fatalis dans la salle. Sous leur forme miniature, les Fantastiques vont affronter Fatalis et réussir à le faire tomber sur un mécanisme qui va remettre en marche la console de contrôle. Instantanément, ils vont réintégrer leurs vrais corps. Fatalis quant à lui va transférer son esprit dans le corps du professeur Vaughn pour leur échapper. Il compte regagner son propre corps dès que les Fantastiques ne se méfieront plus de lui, grâce à sa bague. Mais celle-ci est détruite par un caillou lancé par quelqu’un. En se retournant, Fatalis découvre le Maître des Maléfices, accompagné de toute la population de Liddleville qu’il a reprogrammé pour lui y obéir. Pour échapper à sa vengeance, Fatalis doit s’enfuir. Son corps artificiel fait qu’il peut courir sans jamais fatiguer. Mais il en est de même pour ses poursuivants…



Commentaire :

Un épisode double, fêtant les vingt ans de la série. Le récit s’inspire en partie de Fantastic Four #16, qui voyait déjà les Fantastiques, réduit à la taille d’insectes, affronter Fatalis. Byrne nous offre une construction efficace et quelques moments saisissants, comme lorsque la silhouette gigantesque de Fatalis apparaît au-dessus de Liddleville. Néanmoins, la résolution de l’intrigue laisse à désirer, en particulier la présence dans ce micro-monde de l’accélérateur de particules qui va permettre aux FF de récupérer leurs pouvoirs. Néanmoins, cet épisode constitue un fort bel hommage à l’œuvre de Lee et Kirby.


A noter :

Sur la couverture US de cet épisode, on remarquera la présence de Stan Lee, et l’absence de Jack Kirby. Les avocats de ce dernier avaient expressément demandé à ce que le visage de Kirby ne soit pas utilisé sans son accord, suite à un projet lancé par Marvel d’une série racontant l’histoire de la compagnie, série dont Lee, Kirby et Ditko auraient été les narrateurs (mais qui aurait été écrite par le seul Stan Lee).

Ce numéro propose également ‘an all-new F.F. blockbuster by Stan (the Man) Lee and Jack (King) Kirby !’. Le récit en question, The Challenge of Dr. Doom !, est en fait une adaptation d’un épisode du dessin animé Fantastic Four (avec Herbie le robot en remplaçant de la Torche), dont Kirby avait réalisé le storyboard. Il s’agit d’une version édulcorée de Fantastic Four #5. Marvel ne prit même pas la peine d’en informer Jack Kirby, qui ne découvrit cette adaptation qu’au moment de sa parution (source : Ronin Ro, Tales to Astonish : Jack Kirby, Stan Lee, and the American comic book revolution, Bloomsbury, 2004, p.215-216).

La dernière apparition du Docteur Fatalis avait eu lieu dans Iron Man #150 (septembre 1981, trad. in Strange n°153-154, septembre-octobre 1982).

La précédente apparition du Maître des Maléfices avait eu lieu dans Marvel Two-in-One #74 (avril 1981, trad. in Spécial Strange n°53, novembre 1987).

On reverra Fatalis et le Maître des Maléfices, toujours coincés à Liddleville, dans Micronauts 41 (mai 1982, non traduit).


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr.Fantastic (Red Richards), l’Invisible (Jane Richards), La Torche Humaine (Johnny Storm), La Chose (Ben Grimm).

Alicia Masters, Franklin Richards.

Docteur Fatalis (Doctor Doom), le Maître des Maléfices (Puppet Master).




L’ARAIGNEE : Mort d’un flic, première partie : Péché originel (20 pages sur 22)
(The Death Jean DeWolff, part 1 : Original Sin, in Spectacular Spider-Man #107, octobre 1985)

Scénario : Peter David.
Dessin : Rich Buckler.
Encrage : Brett Breeding.
Couverture : Rich Buckler.

Résumé :

Dans la famille DeWolff, on est flic de père en fille. Le père de Jean DeWolff était inspecteur, et après leur divorce, sa mère épousa un autre policier. Elle s’engagea dans la police à son tour, et obtint le grade de capitaine. Elle aurait pu être la première femme commissaire, si elle n’avait pas été sauvagement assassinée dans son appartement…

Alors qu’il prend des photos dans la rue, Peter Parker aperçoit Ernie Popchik, l’un des locataires de tante May. Quelques instants après leur discussion, Popchik est agressé par une bande de loubards qui le frappe pour lui voler son argent. Peter vient au secours du vieil homme, puis, après avoir enfilé son costume, poursuit les loubards et leur donne une correction. Il apprend des policiers venus arrêtés les voyous le meurtre de Jean DeWolff.

L’Araignée n’est pas le seul choqué par l’assassinat du capitaine. Même J. Jonah Jameson est stupéfait par cette nouvelle. Ses réflexions avec Joe Robertson sont interrompues par l’arrivée dans son bureau du révérend Jackson Tolliver, venu s’installer à New York. Tolliver s’était fait connaître des média lors d’une série de meurtres à Atlanta, ville d’où il est originaire.

L’Araignée rend visite au sergent Stan Carter, chargée de l’enquête sur le meurtre de Jean DeWolff. Il n’apprend pas grand chose, si ce n’est que son badge a disparu.

Le lendemain, Matt Murdock est chargé de défendre les trois loubards qui ont agressé Ernie Popchik. Il parvient à obtenir du juge Rosenthal qu’il laisse ses clients en liberté conditionnelle, ce qui déclenche la colère de Popchik et de Peter Parker qui l’a accompagné. A son battement de cœur, Murdock comprend immédiatement que Parker est l’Araignée.

Rosenthal lui ayant proposé de déjeuner en sa compagnie, Matt Murdock l’attend dans son bureau. En entrant, il réalise que quelqu’un est déjà là, dans l’obscurité. L’homme se fait appeler le Rédempteur et est armé d’un fusil. Lorsqu’il découvre que Murdock est un avocat, il ouvre le feu. Ce dernier esquive de justesse. Alors qu’il s’apprête à passer à l’action, il est surpris par le retour dans le bureau du juge Rosenthal. Le Rédempteur est le premier à réagir et abat froidement le juge.



Commentaire :

Après une histoire en deux parties légères et assez anodine, Peter David passe la vitesse supérieure et change radicalement de ton avec cet arc. Jean DeWolff faisait partie de l’univers de Spider-Man depuis des années (Pour être précis : Marvel Team-Up #48, août 1976, trad. in Le Spectre, Une Aventure de l’Araignée n°3, 2ème trimestre 1978) et la découverte de son corps au début de l’épisode pose parfaitement l’ambiance du récit qui va suivre (ambiance comme souvent édulcorée en version française). Les autres éléments de l’intrigue (l’agression de Monsieur Popchik, l’intervention de Matt Murdock, l’apparition du Rédempteur) renforcent le côté polar très noir de ce récit. Ajoutons enfin le style très réaliste et en même temps très sombre adopté par Rich Buckler, qu’on a rarement connu aussi bien inspiré. Un début tout à fait impressionnant.


A noter :

Première apparition de Stan Carter et du révérend Jackson Tolliver.

La dernière apparition de Jean DeWolff avait eu lieu dans Spectacular Spider-Man Annual #5 (1985, non traduit).

Le MCP situe cette apparition de Daredevil entre Daredevil #226 & 227 (janvier-février 1986, trad. in Strange n°207-208, mars-avril 1987).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Jean DeWolff.

Daredevil, Stan Carter, Ernie Popchik, May Parker, J. Jonah Jameson, Joe Robertson, révérend Jackson Tolliver, juge Horace Rosenthal.

Le Redempteur (Sin-Eater).


Censure :

Cet épisode a été réduit de 2 pages :

Page 7 :



Page 9, panels, 2, 3, 5 à 7 :







Page 10, panel 1 :



Page 22, panel 6 :






IRON MAN : La Guérison (22 pages)
(The Thing most precious, in Iron Man #195, juin 1985)

Scénario : Denny O’Neil.
Dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Ian Akin & Brian Garvey.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Suite au conseil de Hank Pym, Iron Man rend visite à Michael Twoyoungmen, alias Shaman, membre d’Alpha Flight. Après un rapide examen, Shaman lui confirme que, malgré ses migraines, il n’est pas malade. Pour le soigner, il a le choix entre des années de psycho-thérapie, ou un voyage dans la Gorge, lieu mystique auquel Shaman a accès…

A l’aide de poussière prélevée dans son sac de médecine, Shaman ouvre une porte sur une dimension mystique dans laquelle lui et Iron Man vont entreprendre leur voyage vers la Gorge. Au milieu d’un décor surréaliste, conduit par un homme qui ne répond jamais directement à aucune de ses questions, James Rhodes va soudain voir son armure disparaître petit à petit. Il réalise alors qu’il se sent coupable d’avoir pris cette armure à Tony Stark, et c’est ce sentiment de culpabilité qui est à l’origine de ses migraines. Il va alors s’en débarrasser complètement. A cet instant, il se réveille dans le monde réel. L’armure a disparu, de même que ses maux de tête. Il ne sait pas s’il a rêvé ou s’il a réellement voyagé dans une autre dimension, mais le résultat est là.

Au Q.G. des Vengeurs de la Côte Ouest, Œil de Faucon continue d’essayer de convaincre Tony Stark de réendosser l’armure d’Iron Man, sans succès. Il réussit néanmoins à l’intéresser lorsqu’il lui demande de mettre au point une nouvelle armure, pouvant servir aux Vengeurs.

Dans son hôtel de San Francisco, Bethany Cabe est agressée par deux hommes. Elle réagit à temps et se débarrasse d’eux. C’est un nouvel échec pour Obadiah Stane, après la mort de l’Exécuteur.



Commentaire :

La question des migraines de Rhodey, qui durait depuis des mois, est finalement réglée, d’une manière assez vaseuse – sa mauvaise conscience lui donnait mal au crâne ! Comme pour l’épisode précédent, l’unique intérêt de ce récit est le travail de Luke McDonnell, à l’aise dans cet univers surréaliste.


A noter :

Le MCP situe cette apparition de Shaman entre Alpha Flight #25 & 26 (août-septembre 1985, trad. in Strange n°206-207, février-mars 1987).


Casting :

Iron Man/Jim Rhodes, Tony Stark.

Shaman, Oeil-De-Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird), Bethany Cabe.

Obadiah Stane.