Afficher un message
  #19  
Vieux 02/02/2007, 14h39
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°102
Lug, Juillet 1986.



LES QUATRE FANTASTIQUES : L’Homme au grand Pouvoir (22 pages)
(The Man with the Power, in Fantastic Four #234, septembre 1981)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

L.R. ‘Skip’ Collins est un homme sans histoires, menant une vie banale. Marié, quatre enfants, propriétaire d’un modeste pavillon, il travaille depuis dix-huit ans dans la même société. Pourtant, Skip Collins est l’être le plus puissant de la planète. Il peut modifier la réalité à sa guise. Qu’il souhaite que le ménage se fasse tout seul, ou d’être parti une demi-heure plus tôt de chez lui pour éviter les bouchons, et son vœu se réalise. Mais Skip Collins n’a pas conscience de son pouvoir, lequel trouve ses origines trente ans plus tôt, lors d’un test atomique. Collins n’a en apparence gardé aucune séquelle, si ce n’est un bourdonnement constant dans la tête.

La vie monotone de Skip Collins va s’animer quelque peu lorsque son patron va lui demander de se rendre à New York à sa place. Parmi les lieux touristiques qu’il visite se trouve le Baxter Building. Skip adorerait voir les Fantastiques et, coïncidence ou non, à cet instant Red et Jane Richards sortent de l’immeuble. Skip les suit, et va avoir l’occasion de les voir en action lorsque Mister Fantastic donne un coup de main aux pompiers pour sauver une petite fille coincée sur la corniche d’un immeuble. Au moment où il la rattrape, le bâtiment s’effondre. L’Invisible utilise ses pouvoirs pour empêcher les gravats de tomber sur la foule présente. La situation semble réglée, lorsque soudain la rue se met et vibrer et les immeubles alentours, frappés par des ondes invisibles, commencent à s’effondrer les uns après les autres…

Non loin de là, le pub dans lequel se trouve la Chose est entièrement détruit par les secousses. Même chose dans l’immeuble où habite Frankie Ray, en pleine discussion avec la Torche lorsque le bâtiment s’écroule. Les Fantastiques se rejoignent au Baxter Building, où ils découvrent que le phénomène n’est pas limité à Manhattan mais frappe la planète entière. Mister Fantastic demande à ses compagnons d’aider les secours tandis qu’il cherche l’origine du phénomène.

Skip Collins aperçoit la Chose, la Torche et l’Invisible qui quittent le Baxter Building. Il se dit qu’il aimerait leur venir en aide, et au même instant disparaît. Il se retrouve sur le pont de Brooklyn, endommagé, que la Chose tente de supporter pour éviter qu’il ne s’abatte sur un cargo. Skip Collins se dit que la Chose est assez fort pour soutenir le pont, et soudait le pont lui paraît plus léger. Le cargo passé, le pont retrouve son poids normal. Le câble que tenait la Chose lui échappe des mains, et il va frapper de plein fouet Skip Collins. La Chose plonge pour tenter de lui porter secours, mais ne trouve aucune trace de lui. Il aperçoit ensuite le signal des Fantastiques et rejoint le Baxter Building.

Lorsque toute l’équipe est réunie, Mister Fantastic leur annonce que le phénomène provient de l’espace. Ils embarquent aussitôt à bord de leur fusée. Non loin de là, Skip Collins assiste au décollage. Il se dit que si les Fantastiques s’en vont, cela ne peut que signifier que la planète est condamnée. Au moment où il songe que tout cela n’aurait jamais dû arriver, son pouvoir se déclenche, s’étend à l’ensemble de la planète, et tout redevient comme avant le cataclysme. Skip Collins ne comprend pas vraiment ce qui vient de se passer, et pense avoir rêver tout cela. Il réalise à peine que le bourdonnement dans sa tête a cessé.

Les seuls à ne pas avoir été touchés par ce retour en arrière sont les Fantastiques, déjà trop loin dans l’espace. Mister Fantastic dirige leur vaisseau vers sa cible, laquelle apparaît au cœur d’un nuage gazeux : il s’agit d’Ego, la Planète Vivante…


Commentaire :

Avec le personnage de Skip Collins, John Byrne signe un hommage à une forme de s-f tout à fait désuète. Mise à part la présence des Fantastiques dans ces pages, l’histoire de Skip Collins aurait très bien pu figurer au sommaire de Strange Tales ou Tales to Astonish, une vingtaine d’années plus tôt. Un pastiche des plus plaisants à lire.


A noter :

La précédente apparition d’Ego a eu lieu dans Thor #228 (octobre 1974, trad. in Thor n°5, mars 1984).

Unique apparition de Skip Collins.


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr.Fantastic (Red Richards), l’Invisible (Jane Richards), La Torche Humaine (Johnny Storm), La Chose (Ben Grimm).

L.R. « Skip » Collins, Frankie Raye.

Ego.




LES QUATRE FANTASTIQUES : Quatre contre Ego (21 pages)
(Four against Ego !, in Fantastic Four #235, octobre 1981)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne & Terry Austin.

Résumé :

A la recherche de son ennemi juré, Ego, la planète vivante, a atteint le système solaire et s’apprête désormais à détruire la Terre. Un rayon frappe de plein fouet la fusée des Fantastiques qui, malgré la protection du champ de force de l’Invisible, est sérieusement touchée. En plongée vers la planète vivante, la Chose réussit in extremis à reprendre les contrôles, et la Torche va utiliser sa flamme sur la surface de la planète pour improviser une piste d’atterrissage au vaisseau.

En sortant de leur fusée, les Fantastiques aperçoivent au loin l’immense système de propulsion qui permet à Ego de se déplacer dans l’espace. Ils récupèrent dans la fusée leurs aéro-cycles et partent en direction de l’unité de propulsion. Soudain, le visage d’Ego apparaît devant eux et un rayon d’énergie les frappe de plein fouet. Arrivés au sol, ils sont attaqués par des milliers de créatures, les anticorps d’Ego. Mister Fantastic se débarrasse d’eux en les projetant au loin. Ils réussissent ainsi à rejoindre le système de propulsion, protégés par les flammes de la Torche. Mister Fantastic croit reconnaître la technologie du système, et demande à la Chose d’en retirer un composant. Puis, pour échapper à une nouvelle attaque d’Ego, ils se réfugient à l’intérieur de la planète.

Après une longue descente dans les profondeurs d’Ego, les Quatre Fantastiques atteignent son cerveau. Mais Mister Fantastic identifie l’organe comme un pseudo-cerveau, destiné à les tromper, et demande à la Torche de le détruire. Ils poursuivent leur descente, mais bientôt, la chaleur et la pression ne cessant d’augmenter, Mister Fantastic doit s’arrêter. Le reste de l’équipe continue sans lui, mais l’Invisible et la Torche vont à leur tour devoir abandonner avant de perdre conscience. La Chose poursuit seul, et finit par atteindre le véritable cerveau d’Ego. Là, une onde psychique le frappe et lui fait revivre l’histoire de la planète vivante, depuis ses origines jusqu’à son dernier combat contre son ennemi juré : Galactus. La Chose déclenche alors l’appareil récupéré sur le système de propulsion et transformé en bombe, et le jette sur le cerveau. Mais, épuisé par la pression , il manque sa cible. Au même moment, Ego déclenche sa propulsion. Mais un seul des deux moteurs fonctionnant encore, la poussée ne l’amène pas vers la Terre mais vers le Soleil. La chaleur de l’astre va très rapidement consumer Ego. A l’intérieur, la Chose sent la planète se décomposer autour de lui. Projeté dans l’espace, il est récupéré par le reste de l’équipe qui a pu rejoindre la fusée à temps. D’Ego, il ne reste que des fragments, qui achèveront bientôt de se consumer.

Pendant ce temps, sur Terre, en sortant de la douche, Frankie Raye s’aperçoit dans un miroir et s’arrête, stupéfaite…


Commentaire :

On sent que John Byrne s’est fait plaisir à mettre en image la planète vivante et ses décors organiques. La visite vaut le coup d’œil, malheureusement la conclusion du récit, en deux pages, est très décevante. Au passage, Byrne en profite pour revenir sur Thor #227 (septembre 1974, trad. in Thor n°4, janvier 1984) et l’image que donnait Rich Buckler du cerveau d’Ego, ressemblant trop à une cervelle d’agneau géante pour être impressionnant. On apprend donc ici qu’il s’agissait d’un pseudo-cerveau. Ouf !


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr.Fantastic (Red Richards), l’Invisible (Jane Richards), La Torche Humaine (Johnny Storm), La Chose (Ben Grimm).

Ego.

Frankie Raye.

Flashback (p.18) : Thor, Galactus.




L’ARAIGNEE : Chou blanc… et blanc chou ! (20 pages sur 22)
(No Fury, in Spectacular Spider-Man #106, septembre 1985)

Scénario : Jim Owsley & Peter David.
Dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Brett Breeding.
Couverture : Mark Beachum & Joe Rubinstein.

Résumé :

L’Araignée se rend au Manoir des Vengeurs pour y retrouver la Guêpe. Lorsqu’elle arrive (après avoir pris le temps de passer chez le coiffeur et de faire un peu de shopping), elle l’emmène dans la salle des ordinateurs où elle regroupe les informations concernant Vince Granetti. Celui-ci attend trois livraisons, prévues le soir-même. L’une d’elles contient de la drogue.

Le soir venu, l’Araignée se rend à un quai où un paquebot doit être déchargé par les hommes de Granetti. Sur place, il tombe sur un couple de jeunes amoureux et leur conseille de se trouver un endroit plus sûr. Puis il passe à l’action, et se retrouve très vite face à Paladin, que Granetti a chargé de surveiller cette livraison. Leur combat est vite interrompu par un appel au secours : le garçon que l’Araignée a croisé peu avant a été touché par une balle perdue. L’Araignée le conduit aux urgences, tandis que Paladin s’occupe de son amie.

Au même moment, à l’aéroport, un autre déchargement a lieu, auquel assiste la Guêpe. Repérée, elle doit intervenir et s’attaque aux hommes de main de Granetti, dont elle se débarrasse sans mal. Mais elle découvre alors que la cargaison est tout à fait légale.

En réalité, le transport de drogue se fait par train. Granetti lui-même se trouve à bord pour s’assurer que tout se passe bien. Soudain, face à la locomotive apparaît le Quinjet des Vengeurs, qui stoppe le train grâce à son canon-laser. Lorsque le Quinjet se pose, les hommes de Granetti surgissent et criblent l’appareil de balles. A l’intérieur, aucune trace de la Guêpe : elle a eu le temps de rétrécir et de se cacher sous le train. L’Araignée arrive bientôt, se débarrasse des derniers hommes de Granetti, puis empêche le train de repartir. Granetti surgit alors, mitraillette à la main, mais il est assommé par le Paladin. Menacé par la Guêpe, Granetti avouera à la police le meurtre de Sanchez.


Commentaire :

Autant la première partie de cette histoire était des plus agréables, avant tout grâce au couple Guêpe/Paladin, autant cette conclusion est ennuyeuse au possible. L’intrigue n’a aucune espèce d’intérêt, et même les relations entre les trois héros ne fonctionnent pas. Un épisode complètement raté.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

La Guêpe (The Wasp), le Paladin.

Jarvis, Starfox.

Vince Granetti.


Censure :

Cet épisode a été réduit de deux pages :

Page 8, panels 4 & 5 :



Page 9, panels 2, 3 & 5 (le panel 1 a été réduit de moitié) :



Page 13 :






IRON MAN : Ailleurs ! (21 pages sur 22)
(Otherwhere !, in Iron Man #194, mai 1985)

Scénario : Dennis O’Neil.
Dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Ian Akin & Brian Garvey.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Alors que Tony Stark survole la mer, portant toujours à bout de bras la créature du Docteur Demonicus, ses Boot-jets tombent en panne et il coule à pic. L’armure l’entraînant vers le fond, il parvient in extremis à s’en défaire et à regagner la surface. Mais il est à présent perdu en pleine mer, sans aucun rivage à l’horizon. Inquiet de ne pas le voir revenir, Œil de Faucon et Oiseau Moqueur partent à sa recherche, sans succès. Ils retrouvent le Quinjet qui avait été frappé par le missile du Dr. Demonicus et, surprise, tombent à son bord sur Tony Stark, qui a par miracle réussi à le rejoindre.

Rhodey rend visite à Hank Pym dans son laboratoire pour lui parler de ses migraines. Lorsqu’il arrive, Pym est en train de faire des recherches sur une autre dimension. Il suppose que c’est dans cette dimension que passait sa masse lorsqu’il rapetissait. Il vient de réussir à créer un portail vers cette autre dimension. Leur discussion est interrompue par l’irruption d’un homme armé. Celui-ci, un truand de Saint-Louis, veut que Pym le miniaturise afin qu’il puisse échapper aux policiers qui le recherchent. Rhodey se jette lui. Bousculé, le truand passe à travers le portail inter-dimensionel. Pym tente de le rattraper mais, pris par son élan, le suit. Avant de partir à leur recherche, Rhodey enfile l’armure d’Iron Man. Avant qu’il ne franchisse le portait, l’assistante de Pym, Alice Nugent, entre dans le laboratoire. Elle lui donne une antenne électronique qui lui permettra de retrouver la sortie. Peu après qu’Iron Man a franchi le portail, Alice Nugent est attaquée par une masse grise sortie de nulle part.

Iron Man tombe dans univers étrange, où il a le plus grand mal à trouver le moindre point de repère. Il finit néanmoins par retrouver Pym et le truand. Il sont attaqués par des sortes de globes. En remontant jusqu’à l’endroit d’où proviennent ces globes, ils atteignent une brèche qui leur permet de rejoindre leur univers. Là, ils retrouvent Alice, inconsciente. Tandis que Pym et Iron Man discutent de l’expérience qu’ils viennent de vivre, le truand franchit à nouveau le portail, estimant que les policiers n’iront jamais le chercher dans cet autre univers.

Bethany Cabe se rend chez Circuits Maximus pour y rencontrer Tony Stark. Elle est accueillie par Morley et Clytemnestra Erwin, qui lui apprennent qu’il n’est pas là. Elle leur donne l’adresse de l’hôtel où elle est descendue avant de partir.

Dans les locaux de Stane International, Obadiah Stane a rendez-vous avec une femme qui lui propose de se charger d’éliminer le Termite, qui pourrait s’avérer dangereux pour Stane s’il révélait ce qu’il sait. Elle contacte l’Exécuteur pour lui confier le contrat.


Commentaire :

Peut-être bien le plus mauvais épisode de tout le run de Dennis O’Neil, qui n’en manque pourtant pas. Entre le non-sauvetage de Tony Stark et l’histoire ridicule de ce truand cherchant à échapper à la police par n’importe quel moyen, on a droit ici à un festival d’idées plus stupides les unes que les autres. Seul Luke McDonnell parvient à tirer son épingle du jeu en illustrant l’univers dans lequel se rendent Iron Man et Pym. C’est l’unique intérêt de cet épisode.


Casting :

Iron Man/Jim Rhodes, Tony Stark.

Oeil-De-Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird).

Hank Pym, Alice Nugent, Morley Erwin, Clytemnestra Erwin, Bethany Cabe.

Obadiah Stane, l’Executeur (Enforcer), Scourge [absent de la vf].


Censure :

Les éditions Lug ont supprimé la scène dans laquelle l'Exécuteur se fait abattre par Scourge (scanné par XXL) :