Afficher un message
  #17  
Vieux 10/01/2007, 21h47
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


TITANS N°88
Lug, mai 1986.



LA GUERRE DES ETOILES : Toujours en Activité après toutes ces années… (22 pages)
(Still active after all these Years, in Star Wars #87, septembre 1984)

Scénario : Mary Jo Duffy.
Dessin & encrage : Tom Palmer.
Couverture : Tom Palmer.

Résumé :

Luke Skywalker se rend sur la planète Shawken, en compagnie de Plif le Hoojib, Kiro, et des pirates Dani, Rik et Chihdo. Ils sont accueillis par Santor, représentant de l’alliance planétaire qui a renversé le gouvernement impérial. Rapidement, les pourparlers qui s’engagent barbent au plus point les trois pirates, et Santor les invite à aller se promener dans de vieilles catacombes récemment exhumées. A l’intérieur, le petit groupe est tenté de s’emparer des vestiges archéologiques qui s’y trouvent, mais il est rejoint par Kiro, venu surveiller la troupe. Une bousculade a lieu, et les issues de la pièce où ils se trouvent se ferment soudainement.

Luke Skywalker est rapidement informé de la situation de ses compagnons. Sur place, des systèmes de défense se sont mis automatiquement en marche, mais Luke parvient à les déjouer. Santor réalise alors qu’il a eu tort d’envoyer les pirates ici : il s’agit de l’ancien repère d’un scientifique de génie, nihiliste convaincu, qui avait mis au point une machine capable de détruire non seulement la planète, mais l’univers tout entier !

Luke Skywalker trouve la pièce où sont enfermés ses camarades, et Plif absorbe toute l’énergie qui s’y trouve, permettant ainsi à la porte d’entrée de la salle de s’ouvrir. Il reste encore à trouver l’arme ultime qui se trouve quelque part dans les catacombes, et à la détruire. Luke et Kiro partent explorer un tunnel, et aboutissent à un immense lac souterrain. Etant amphibien, Kiro n’a aucun mal à le traverser, et de l’autre côté, l’épée laser que lui a prêté Luke lui permet de combattre et de vaincre le dernier système de défense des lieux. Une puissante explosion retentit alors, et Kiro est emporté par un raz de marée. Il est sauvé in extremis par Luke, qui le ramène à la surface, mais il est gravement blessé.


Commentaire :

Mary Jo Duffy a su au fil des épisodes se constituer toute une galerie de personnages secondaires plutôt attachants, et les faire évoluer dans des intrigues mêlant action et comédie. On en retrouve un certain nombre ici, pourtant cette fois la mayonnaise ne prend pas. Outre que la présence de Rik et ses pirates au côté de Luke ne se justifie pas une seconde dans le cadre d’une mission diplomatique, leurs péripéties manquent cruellement d’imagination et de suspense. Et ce n’est pas en sortant de sa manche une arme antique capable de détruire la galaxie que la scénariste parvient à redresser la barre, bien au contraire.

Si on connaît bien Tom Palmer pour son travail d’encreur, il est plus rare de le voir occuper le poste de dessinateur. C’est pourtant le cas ici, et le résultat est mitigé. Certes, on retrouve sa patte, ses vaisseaux et ses bâtiments sont superbes, mais ses personnages sont désespérément figés, ses planches péniblement statiques.


Casting :

Luke Skywalker.

Pliff, Kiro, Rik, Dani, Chihdo, Santor


EPSILON : Enfer en Eden (1ère partie) (20 pages)

Scénario, dessin & encrage : Jean-Yves Mitton.

Résumé :

Le 5 mai 2086, Epsilon a quinze ans. Mais son esprit n’est pas à la fête. Il erre dans les jardins d’Eden, suivi par Mentor, son robot de compagnie, en pensant à sa mère. Perdu dans ses rêveries, il est attaqué par surprise par un personnage qui garde le silence. Le combat est interrompu par Mentor, qui annonce à Epsilon qu’il est l’heure pour lui de se rendre chez Preceptor et de prendre ses médicaments. Son adversaire, Gorh-Kan – qui est également son entraîneur – cesse aussitôt ses assauts.

Epsilon se rend chez Preceptor avec quelques minutes de retard, ce qui lui vaut une sévère remontrance. Cela n’empêche pas le jeune homme de continuer à se montrer insolent. Il va perdre un peu de son humeur après avoir pris son médicament, comme chaque jour. Puis il se connecte à télétude et répond à divers questionnaires (histoire, astrophysique, etc.). Mais Epsilon accumule les erreurs et les imprécisions, ce qui est particulièrement inhabituel de sa part. Preceptor est particulièrement fâché de ses résultats. Il n’a cependant pas le temps de s’y attarder : Epsilon doit se préparer pour la venue de son père, qu’il n’a pas vu depuis un an.

Dans la soirée, Epsilon accueille solennellement son père, Raoul de Montségur, Maître du Psi.


Commentaire :

Jean Mitton débute donc ici une nouvelle série, abandonnant ses super-héros pour se lancer dans un récit de s-f. Mitton a déjà touché au genre, notamment avec Cosmo, paru dans Mustang n°62 à 69 (février à septembre 1981). Ce premier épisode ne nous en dit pas beaucoup sur l’univers de 2086, seulement sur son personnage central et le petit monde dans lequel il évolue. Il ne pose pas vraiment non plus les bases d’une intrigue, mais il soulève suffisamment de questions pour que l’on ait envie de lire la suite. Et la révélation de l’identité du père d’Epsilon ne peut que réjouir les fans de Mikros.

Graphiquement, la première moitié du récit est nettement plus réussie que la seconde, où Mitton découpe ses planches en cases minuscules et fait disparaître les décors derrière d’interminables dialogues. Les premières pages en revanche, en extérieur, sont belles, notamment le combat muet entre Epsilon et Gorh-Kan, remarquablement mis en scène.


Casting :

Epsilon.

Mentor, Gorh-Kan, Preceptor, Kerber.

Raoul de Montségur.




LA VISION ET LA SORCIERE ROUGE : En Famille ! (21 pages sur 22)
(Sons, in West Coast Avengers #2, novembre 1985)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Al Milgrom.
Encrage : Kim DeMulder.
Couverture : Al Milgom & Joe Sinnott.

Résumé :

Les Vengeurs de la Côte Ouest (à l’exception d’Oiseau Moqueur) rejoignent Vision et la Sorcière Rouge dans un hôtel et font le point sur la situation (le retour du Moissonneur et d’Ultron, le rapt de Hank Pym et Wonder Man). Pour tenter de retrouver la trace de leurs amis disparus, ils commencent par se rendre dans les locaux désaffectés de Williams Manufacturing Inc., l’ancienne compagnie de Simon Williams, puis chez sa mère, qui leur parle du passé de ses deux fils. Elle leur apprend qu’après la mort de Simon, son frère est parti à Las Vegas. Avant de quitter la vieille femme, Vision lui révèle que son esprit est copié sur celui de Simon. Mme Williams l’accueille comme son propre fils. Peu après, à peine leur Quinjet a-t-il décollé qu’il est attaqué par Ultron.

Le Moissonneur révèle son plan à ses deux prisonniers : il veut transférer l’esprit de Wonder Man dans le corps d’un zombie, créé par l’Ergot Noir, qui est la réplique du corps original de Simon Williams. Un peu plus tard, alors que le Moissonneur se trouve en compagnie de Nekkra, il est interrompu par l’arrivée du Gorille Blanc et réagit très violemment, le traitant même de sale nègre. Ce dernier en informe aussitôt l’Ergot Noir et l’invite à ne plus travailler pour le Moissonneur. Hank Pym, surprenant la conversation, y voit une opportunité pour se libérer, mais Wonder Man est en train de paniquer, terrifié à l’idée de mourir.


Commentaire :

Un épisode pour moitié ou presque composé de flashbacks sur les origines de Wonder Man et de son frère, du coup l’intrigue n’avance quasiment pas. La prestation d’Al Milgrom, cette fois encré par Kim DeMulder, est nettement moins bonne que sur l’épisode précédent, certaines cases sont carrément immondes.


Casting :

Les Vengeurs de la Côte Ouest : Œil de Faucon (Hawkeye), Oiseau Moqueur (Mockingbird), Iron Man, Tigra.

Vision, la Sorcière Rouge (Scarlet Witch).

Mrs. Williams.

Le Moissonneur (Grim Reaper), l’Ergot Noir (Black Talon), Nekkra (Nekra), le Gorille Blanc, Ultron.