Afficher un message
  #1  
Vieux 11/12/2006, 21h57
Avatar de XXL
XXL XXL est déconnecté
Coach minceur
-Généalogiste Sénile-
 
Date d'inscription: août 2003
Localisation: Lugdunum
Messages: 15 410
XXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule BoyXXL mange des frites avec Moule Boy
Marvel Les Inédits New Universe/Marvel: D.P. 7 (Displaced Paranormals)

D.P. 7 N°1
Publié par New universe/Marvel en Novembre 1986.
"The Clinic", 25p.
Scénario: Mark Gruenwald
Dessin: Paul Ryan
Encrage: Romeo Tanghal
Cover: Paul Ryan encré par Roméo Tanghal



De haut en bas et de gauche à droite:
- Antibody: manifestation spectrale qui sort de Randy O'Brien, docteur et qui peut rapporter ce qu'elle a vu.
- Lenore: vieille femme dont le visage émet des émissions calmantes
- Charly Beck: danseuse qui peut rendre attachante ou glissante toute surface
- Jeff Walters, ancien manager de Mc Do qui va très vite et dont le métabolisme est accéléré
- Stéphanie Arrington: mère au foyer qui peut guèrir ou charger de tonus les personnes qu'elle touche
- David Landers, qui se s'est retrouvé avec une musculature imposante, qui contine à s'étoffer
- Scuzz: gamin rebelle dont la peau sécrète une sorte de sueur d'acide

Résumé:
Alors qu'il est de garde, le Dr O'Brien reçoit un patient surprenant: un homme qe sa copine l'a retrouvé inconscient sur le sol, devenu une sorte de mastodonte:


On a trouvé plus poilu que Wolverine!

O'Brien sympathise avec son patient et entre en conflit direct avec le directeur de l'hopîtal qui ne veut pas qu'on transfère un patient aussi inhabituel vers une autre clinique qui en tirerait toute la gloire, même s'il y serait mieux soigné. Lors d'une dispute avec ce dernier, O'Brien découvre qu'une sorte de double spectral de lui-même peut sortir de son corps pour agir en fonction de ses pulsions, pour ensuite lui rapporter ce qu'il a vu/entendu.
O'Brien s'assoupit après avoir lu un article sur une clinique pour sujets paranormaux. Son double spectral va transmettre cette information à David, son patient mastodonte, qui s'échappe de l'hôpital pour rejoindre O'Brien.
Tous deux se rendent le lendemain à la clinique, s'incrivent et font la connaissance d'autres "patients" dont les futurs DP 7.


Les DP 7 font connaissance.

Cette clinique, créé par un privé suite au white event, sorte d'éclair blanc qui créa les êtres paranormaux du New universe, veut aider ses patients à gérer leurs potentiels, vivre avec, et comprendre comment ils fonctionnent. Parmi tous les patients, le groupe des DP 7 se forme naturellement, par affinités.
Le temps passe mais....certaines choses ne tournent pas rond. Comme Lenore le fait remarquer à O'Brien, d'où la clinique tire-t-elle ses revenus, vu qu'aucun des patients n'a plus de travail pour payer ses soins? Un soir, l'antibody d'O'Brien part en vadrouille et tombe sur le local de surveillance vidéo dans lequel discute une partie de l'encadrement de la clinique. Ceux-ci expriment leurs doutes quant à la suspicion dont fait preuve O'Brien, parlent de conditionnement et d'utiliser ses capacités. L'antibody va rapporter ce qu'il a vu à O'Brian qui l'envoit prévenir les autres.
Tout se regroupent, sauf O'Brien, qui, sans défense, s'est fait enlevé par Hackbarth, sorte d'intendant en chef antipathique, qui en fait lui aussi a des pouvoirs sur les processus corporels! (genre, il peut vous donner la chiasse! ). La sécurité prévenue, nos héros sont bien décidés à sauver O'Brien!


Les DP 7 en action!

Terrassés par le pouvoir de Hackbarth, seul David, le mastodonte, réussit à surmonter sa douleur pour mettre la gifle de sa vie à Hackbarth. Nos héros prennent vite leur décision: ils doivent fuir la clinique, qui ne cache rien de bon!

Commentaire:
Premier numéro de cette série atypique à plus d'un titre. Tout d'abord, il s'agira de la seule série du new Universe à être d'une parfaite constance: Gruenwald et Ryan en signeront tous les numéros là où toute sles autres séries verront très vite toute une fricassée de scénaristes et de dessinateurs différents débarquer.
Ensuite, il s'agit d'une série de Mark Gruenwald, qui adore les personnages un peu freaks, comme l'ont montré ses run sur Spider-woman ou Werewolf by night. Là, c'est tout à fait de ça qu'il s'agit: les pouvoirs de nos héros titres vont en fait leur pourrir la vie pour la plupart et ont transformé leurs corps pour en faire presque des monstres de foire.


Il y a de quoi lire dans ce numéro!

On saluera un cast extrêmement bien pensé et varié: impossible de confondre un personnage avec un autre: 2 blacks, un grand poilu, une mère de famille qu'on dirait sortie de "La peite maison dans la prairie", un sale gosse, une vieille...
On notera aussi que tous les pouvoirs ou presque de nos héros sont en fait des dysfonctionnements physiques: trop de muscle, trop d'acidité, trop d'énergie...
Quant à Paul Ryan, qui doit signe rici son premier travail chez Marvel, cette série risque de vous réconcilier avec lui. Pas au point d'aimer avec passion ce qu'il fait mais force est de constater que, derrière une absence totale de folie dans la mise en page et l'exécution, il y a une maîtrise d'un style classique qui touche à une quasi perfection: pas l'ombre d'une faute de proportion, des décors toujours soignés, des expressions faciales toujours justes, une attention au moindre détail (vétements) et, un talent réel pour le design de nos 7 héros. L'encrage minutieux, riche et appliqué de Roméo Tanghal rend le tout très agréable et léché, à défaut de vous faire sauter au plafond d'enthousiasme.


Notre bel O'Brien a une visite nocturne...



Un premier numéro très touffu mais maitrisé, dont les dessins tempèrent le côté décalé des héros. Je vous recommande très fort d'essayer!