Afficher un message
  #12  
Vieux 30/11/2006, 20h07
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


Green Lantern #199
Avril 1986

Ignition (22 pages)

Scénario : Steve Englehart.
Dessin : Joe Staton.
Encrage : Mark Farmer & Bob Smith.
Couverture : Joe Staton & Bruce Patterson.

Non traduit.

Résumé :

Sur Oa, Hal Jordan est officiellement réadmis au sein du Green Lantern Corps, en présence de l’ensemble de ses collègues et amis. Les pertes lors de la Crise ont été terribles pour le Corps : plus du quart des Green Lanterns a péri, ainsi que quatorze des vingt-six Gardiens. Ceux-ci ont déjà pris des mesures pour rétablir la situation, et vont confier une mission à chaque Green Lantern. John Stewart et Katma Tui sont chargés de se rendre sur Maltus, la planète d’origine des Gardiens, d’y trouver un dénommé Appa Ali Apsa et de le ramener sur Oa. Hal Jordan a la désagréable surprise de devoir se rendre chez Star Sapphire.



Arrivé sur Zamaron, Hal Jordan est introduit devant Star Sapphire, très surprise de découvrir qu’il a repris sa place de Green Lantern. Hal l’informe des récents évènements qui ont eu lieu. Devoir face à ce qu’est devenue la femme qu’il aimait est particulièrement pénible pour lui, et il ne s’attarde pas.



Sur Maltus, John Stewart et Katma Tui rencontrent Appa Ali Apsa. Celui-ci, occupé à aider à la reconstruction de son monde, durement touché lors de la Crise, refuse de les accompagner sur Oa. Il leur révèle cependant qu’il est lui-même un ancien Gardien, celui qui avait été autrefois envoyé sur Terre en compagnie de Hal Jordan, puis déchu de son titre de Gardien et de son immortalité. Mais lorsque les deux Green Lanterns lui expliquent combien la Crise a profondément bouleversé et changé les Gardiens, Appa Ali Apsa finit par accepter de les suivre.



Trois Green Lanterns, Ch’p, Arisia et Salakk, ont été chargés de retrouver Goldface et Lurlan Dupo qui, lors de leur combat au côté de Guy Gardner, ont chacun tué un Green Lantern. Ils trouvent les deux criminels dans un bar où ils fêtent leur crime. Ils se débarrassent rapidement de Lurlan Dupo, mais Goldface est d’une toute autre trempe. Son armure dorée le protège du pouvoir de l’anneau des Green Lanterns. Mais ceux-ci reçoivent un renfort de poids en la personne de Hal Jordan. Celui-ci va faire durer le combat contre Goldface le plus longtemps possible, afin de le fatiguer, pour finalement faire s’effondrer sur lui le toit du bâtiment à l’intérieur duquel ils se battaient.



Hal Jordan espère pouvoir bientôt mettre la main sur Guy Gardner. Goldface lui apprend que les criminels que Gardner avait embauché n’ont guère apprécié de découvrir qu’ils ont failli causer sans le savoir la destruction de l’univers. Guy Gardner a du fuir précipitamment ses anciens alliés, mais nul ne sait où il se trouve actuellement. En réalité, Gardner se trouve sur Zamaron, où il est venu proposer une alliance à Star Sapphire…



Commentaires :

Avec le retour de Hal Jordan au sein du Green Lantern Corps, on aurait pu croire que la série reviendrait au status quo d’avant sa démission. Il n’en est rien. Les effets de la Crise ont profondément marqué le Corps, et Steve Englehart laisse voir ici l’importance du bouleversement qui touche les Green Lanterns et les Gardiens.

On sent également ici la volonté du scénariste de tirer profit de toute la diversité que peut lui offrir un casting aussi vaste et bigarré que celui du Green Lantern Corps. On passe ainsi dans cet épisode de la comédie (le trio Arisia/Ch’p/Salakk, qu’on n’a pas fini de voir dans les prochains mois) au tragique (l’évocation des Green Lanterns tombés au champ d’honneur) avec un grand naturel. Enfin, cerise sur le gâteau, cet épisode voit le retour d’Appa Ali Apsa, le Gardien qui accompagna Green Lantern et Green Arrow lors de leurs pérégrinations durant le mythique run de Dennis O’Neil et Neal Adams.

A noter, une fois n’est pas coutume, que Bruce Patterson n’assure pas l’encrage de cet épisode. Il est remplacé par Mark Farmer et Bob Smith. Autant la prestation du premier est réussie, autant celle du second est assez calamiteuse.