Afficher un message
  #15  
Vieux 16/10/2006, 14h58
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


NOVA N°98
Lug, Mars 1986.



LES QUATRE FANTASTIQUES : Les Larmes du Dieu aveugle (21 pages sur 22)
(The Blind God’s Tears, in Fantastic Four #225, ddécembre 1980)

Scénario : Doug Moench.
dessin : Bill Sienkiewicz.
Encrage : Pablo Marcos.
Couverture : Bill Sienkiewicz & Joe Sinnott.

Résumé :

Hrolf et Wiglif font visiter aux Quatre Fantastiques les installations fonctionnant grâce au pouvoir de Korgon. Puis Red Richards s’attelle à trouver un moyen de soigner le Dieu Aveugle. Après une journée de travail, il met au point une machine qui va remettre Korgon sur pieds. Un grand banquet est alors organisé en l’honneur des héros. Seul Red Richards n’y participe pas : Korgon a demandé à le voir en toute discrétion, car il veut que Richards le débarrasse de ses pouvoirs. Wiglif est témoin de la discussion.

Le lendemain, Mister Fantastic utilise sur Korgon l’appareil devant le débarrasser de ses pouvoirs. Mais c’est l’inverse qui se produit, Korgon devient encore plus puissant. Fou de rage, il s’attaque aux FF, aidé par ses disciples. La puissance nouvellement acquise de Korgon est telle qu’il parvient rapidement à vaincre les héros. Mais ceux-ci reçoivent un secours inattendu : celui de Thor, envoyé par son père. C’est d’ailleurs à Odin que le Dieu du Tonnerre va faire appel pour régler le problème de Korgon. Odin apparaît aussitôt et draine l’excédent d’énergie de Korgon. La crise de folie de ce dernier cesse aussitôt, d’autant plus que Wiglif avoue avoir trafiqué la machine de Red Richards. Peu après, les FF quittent Korgon et son peuple en jurant de n’en révéler l’existence à personne.


Commentaire :

Conclusion sans grande imagination d’un récit sans grand intérêt. Doug Moench ne se donne même pas la peine d’expliquer la présence de Thor ici. Quant à Bill Sienkiewicz, il continue de pasticher Neal Adams avec une certaine réussite.


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr. Fantastic, l’Invisible, la Chose (Thing), la Torche Humaine (Human Torch).

Thor, Odin, Loki, Franklin Richards, Alicia Masters.

Korgon, Hrolf, Wiglif.




LES QUATRE FANTASTIQUES : Le Samouraï Destructeur (22 pages)
(The Samurai Destroyer, in Fantastic Four #226, janvier 1981)

Scénario : Doug Moench.
dessin : Bill Sienkiewicz.
Encrage : Pablo Marcos & Bruce Patterson.
Couverture : Bill Sienkiewicz & Bob McLeod.

Résumé :

En Tchécoslovaquie, un train transportant des lingots d’or est arraché de ses rails et emporté par un robot géant. En apprenant la nouvelle à la télévision, les Quatre Fantastiques pensent aussitôt aux Shogun Warriors, qu’ils ont déjà rencontré. Justement, la Chose tombe sur eux en bas de l’immeuble : Richard Carson, Ilongo Savage et Genji Odashu sont venus demander l’aide des FF, car leurs trois robots ont été détruits par un quatrième d’origine inconnue. La radio annonce la présence d’un robot géant à proximité du mont Fujimoto, et tout le monde embarque aussitôt.

Sur place, l’équipe n’a aucun mal à trouver le robot géant, occupé à tout détruire sur son passage. Les FF passent à l’attaque, tandis que les Shogun Warriors se rendent dans leur ancien sanctuaire, devenu la base du robot. Celui-ci, après s’être débarrassé sans mal des FF, arrive et son pilote leur raconte qu’il a trouvé par hasard ce robot, qu’il a remis en état et baptisé le Samouraï Destructeur. Il n’a d’autre but que de s’enrichir pour pouvoir couler des jours paisibles. Les Quatre Fantastiques arrivent alors pour prendre leur revanche. En rejouant le combat de David contre Goliath, ils réussissent à déséquilibrer le Samouraï Destructeur, qui s’effondre bruyamment. Les Shogun Warriors entrent aussitôt dans le robot, mais ne peuvent empêcher son pilote de faire fonctionner son système d’autodestruction. Ils n’ont que le temps d’évacuer avant que le Samouraï Destructeur n’explose.

Maintenant qu’ils n’ont plus de robots, les Shogun Warriors ont décidé d’abandonner leurs aventures et de reprendre leurs métiers d’antan.


Commentaire :

Un épisode qui n’aura d’intérêt que pour ceux qui connaissent la série Shogun Warriors (laquelle n’a jamais été traduite en France) et les amateurs de robots géants. La série s’est arrêtée au #20, daté de septembre 1980, et Doug Moench, qui en a écrit tous les épisodes, a jugé bon de donner un épilogue à l’histoire de ses trois héros dans les pages de Fantastic Four. On sent bien que Moench ne sait absolument pas quoi faire de son quatuor, et après avoir fait revenir Gabriel il y a trois épisodes, il continue ici à s’amuser avec des personnages qu’il a fait vivre ailleurs, faute de mieux.


A noter :

Les Quatre Fantastiques ont précédemment rencontré les Shogun Warriors dans Shogun Warriors #19-20 (août-septembre 1980, non traduit).


Casting :

Les Quatre Fantastiques : Mr. Fantastic, l’Invisible, la Chose (Thing), la Torche Humaine (Human Torch).

Les Shogun Warriors : Richard Carson, Ilongo Savage, Genji Odashu.

Franklin Richards, Alicia Masters.

Le Samouraï Destructeur (Samurai Destroyer).




L’ARAIGNEE : Les Deux font la paire… (22 pages)
(A Life for a Life, in Spectacular Spider-Man #102, mai 1985)

Scénario : Cary Burkett.
dessin : Larry Lieber.
Encrage : Jim Mooney.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Après avoir passé quelques jours dans le New Jersey, chez les Osborn, Peter Parker rentre à New York. Dans le bus, il fait la rencontre d’une jeune femme, Donna Gardner, avec laquelle il se lie d’amitié. Mais à peine est-elle descendue du bus qu’elle est renversée par un chauffard. Peter Parker enfile son costume d’Araignée et arrête l’automobiliste, ivre mort. Puis il se rend à l’hôpital prendre des nouvelles de Donna. Le médecin lui apprend qu’elle est gravement touchée, et qu’elle doit impérativement subir une greffe de rein. Peter se souvient qu’elle lui a dit avoir un frère jumeau, et il part aussitôt à sa recherche.

Le frère de Donna, Donnie, est dans une très mauvaise passe. Il a perdu son travail, et sa fiancée vient de le quitter. Incapable de réagir, il sombre dans la dépression. Après plusieurs tentatives infructueuses, l’Araignée se rend chez Donnie. Pas de chance : le voisin de celui-ci n’est autre que le super-vilain Pyguargue, lequel en voyant l’Araignée roder près de son immeuble est persuadé qu’il le cherche. Il passe aussitôt à l’attaque. Surpris, l’Araignée n’aura finalement pas trop de mal à vaincre son adversaire. Mais pendant le combat, Donnie a décidé de mettre fin à ses jours en sautant du toit. L’Araignée l’y retrouve et l’empêche in extremis de commettre l’irréparable. Lorsqu’il apprend que sa sœur a besoin de lui, Donnie accepte de suivre l’Araignée à l’hôpital. L’opération se déroule bien, Donna est sauvée.


Commentaire :

Encore un fill-in, encore une fois d'assez bonne qualité. Cary Burkett construit habilement son récit autour de quelques évènements dûs au hasard, et la prestation de Larry Lieber est d’un classicisme pas désagréable, donc ça se lit très bien.


A noter :

Le précédent affrontement entre l’Araignée et Pyguargue a eu lieu dans Spectacular Spider-Man #57 (septembre 1981, trad. in Nova n°55, août 1982).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Donna Gardner, Donnie Gardner, Harry Osborn, Liz Osborn.

Pyguargue (Killer Shrike).


IRON MAN : La Crise (22 pages)
(Losing the Touch !, in Iron Man #190, janvier 1985)

Scénario : Denny O’Neil.
dessin : Luke McDonnell.
Encrage : Ian Akin & Brian Garvey.
Couverture : Luke McDonnell & Steve Mitchell.

Résumé :

Rhodey demande à Tony Stark de réparer l’une des bottes de son armure, endommagée lors de son combat contre le Termite. Rapidement le ton monte entre les deux hommes, Rhodey reprochant à Stark de fabriquer en secret une nouvelle armure – armure qu’il écrase entre ses mains. Pour se détendre, il part à la recherche de Termite. Il trouve un réseau de galeries que le mutant a creusé et, dans une grotte, une statue qu’il a sculpté – le Termite est un artiste, contraint de mettre ses pouvoirs mutants au service d’Obadiah Stane pour pouvoir financer ses projets artistiques. Bientôt Iron Man retrouve le Termite et le poursuit. Mais celui-ci sort de terre en plein milieu d’une route et crée un carambolage. Iron Man doit abandonner la poursuite pour venir en aide aux automobilistes, coincés près d’un camion-citerne qui menace d’exploser.

Il va retrouver la trace de Termite le lendemain, à une exposition où le mutant n’a pu s’empêcher d’amener la sculpture qu’il a réalisé (et d’assister à l’exposition dans son costume de super-vilain, c’est malin). Iron Man l’attaque, sans se soucier de la sécurité du public présent (l’un est blessé par les débris d’un mur détruit par Iron Man, plusieurs autres manquent de peu d’être écrasés par un réverbère). C’est finalement Tony Stark qui sauvera la situation : il a contacté les Vengeurs et la Sorcière Rouge et venue lui remettre une arme mise au point par Forge qui annule les pouvoirs des mutants. Rhodey va se fâcher une fois de plus, jugeant que Stark lui a volé sa victoire. Stark décide de reprendre la fabrication de sa nouvelle armure, estimant qu’il risque d’en avoir bientôt besoin pour stopper Rhodey, au comportement de plus en plus inquiétant.


Commentaire :

Le conflit Rhodey/Stark monte en intensité, Rhodey sombre dans la paranoïa et la folie. C’est le seul intérêt de cet épisode, tout ce qui concerne le Termite étant d’un ridicule achevé.


A noter :

L’arme utilisée par Tony Stark et mise au point par Forge est bien la même qui a privé de ses pouvoirs Tornade (in Uncanny X-Men #185, septembre 1984, trad. in Spécial Strange n°49, mars 1987).


Casting :

Iron Man/James Rhodes, Tony Stark.

La Sorcière Rouge (Scarlet Witch), Vision, Morley Erwin, Clytemnestra Erwin.

Termite, Obadiah Stane.