Afficher un message
  #16  
Vieux 16/10/2006, 14h45
Avatar de Niglo
Niglo Niglo est déconnecté
Registered User
 
Date d'inscription: janvier 2003
Messages: 6 570
Niglo change la caisse du Fauve


STRANGE N°196
Lug, avril 1986.



LA DIVISION ALPHA : Le Compagnon de Marina (21 pages sur 22)
(And forsaking all others, in Alpha Flight #16, novembre 1984)

Scénario, dessin & encrage : John Byrne.
Couverture : John Byrne.

Résumé :

Dans le lac Ontario, le Maître, à bord de son sous-marin, détient Puck et Namor. Privé d’eau, Namor n’a pas assez de force pour se libérer. Le Maître lui montre le nouveau visage de Marina, que sa rencontre avec la créature vivant dans les profondeurs du lac semble avoir privé de toute humanité.

En maîtrisant sa respiration, Puck va faire croire au Maître qu’il est mort. Dès qu’il l’a libéré, Puck l’attaque et délivre Namor. Puis il arrache le casque du Maître et le projette contre un hublot du sous-marin. Le verre est fêlé, et Namor achève le travail. Aussitôt l’eau s’engouffre à l’intérieur du vaisseau, ainsi que Marina et le monstre. Sans son casque, le Maître ne peut contrôler le sous-marin, qui va être de plus en plus endommagé au fil du combat opposant Puck et Namor d’un côté, Marina et la créature des profondeurs de l’autre. Puck demande à Namor de le reconduire à la surface, ce qu’il fait. Lorsqu’il replonge un peu plus tard, il trouve des débris du sous-marin, mais aucune trace du Maître ni de Marina. Il regagne alors Atlantis. A peine est-il parti que Marina réapparaît. Elle a retrouvé forme humaine, mais ne supporte pas la métamorphose qu’elle a subi et n’ose plus se présenter devant celui qui l’aime. Elle a pris conscience à quel point elle n’est pas humaine, et choisit de partir pour s'isoler du reste du monde.

Madison Jeffries se rend chez Roger Bochs, à son invitation. Bochs se sent responsable de la mort de Guardian et veut le venger. Il demande à Jeffries de l’aider à reconstruire Box, son robot que Jerry Jaxon a utilisé pour tuer Guardian. Il sait que Jeffries a le pouvoir de manipuler à sa guise n’importe quelle mécanique.

A l’hôpital où elle se remet de ses blessures, Heather McNeil Hudson reçoit la visite de Serval.


Commentaire :

Conclusion réussie et tragique de cet arc. L’évolution que subit le personnage est la suite logique de ce que l’on avait découvert sur elle dans les premiers épisodes de la série. Les choses ne s’arrangeront pas franchement pour elle par la suite…


A noter :

La précédente apparition de Roger Bochs a eu lieu dans Alpha Flight #12 (juillet 1984, trad. in Strange n°192, décembre 1985).

Première apparition de Madison Jeffries.


Casting :

La Division Alpha (Alpha Flight) : Puck, Marina (Marrina), Shaman, Harfang (Snowbird), Aurora.

Namor, Heather McNeil Hudson, Serval (Wolverine), Roger Bochs, Madison Jeffries.

Le Maître (Master).


Censure :

Cet épisode a été réduit d'une page (scans par Michel) :

Page 11, panels 3 & 4 :



Page 12, panels 3 à 5 :






L’HOMME ARAIGNEE : Retour au Foyer (22 pages)
(Homecoming, in Amazing Spider-Man #252, mai 1984)

Scénario : Roger Stern & Tom De Falco.
dessin : Ron Frenz.
Encrage : Brett Breeding.
Couverture : Ron Frenz & Klaus Janson.

Résumé :

Après plusieurs jours d’absence, l’Araignée réapparaît comme il a disparu, en plein cœur de Central Park. A la différence qu’il possède à présent un nouveau costume, un symbiote répondant à la moindre de ses pensées. Il revient en compagnie de Curt Connors, qu’il va aussitôt déposer chez lui. Puis il regagne son appartement et appelle aussitôt tante May pour lui donner de ses nouvelles. Il tente également de contacter la Chatte Noire, mais elle n’est pas chez elle. Plus tard, ne trouvant pas le sommeil, l’Araignée va sortir patrouiller. En intervenant lors d’une agression, il va réaliser que son nouveau costume effraie autant les truands que leurs victimes. Il surprend ensuite un jeune couple en train de se disputer, et va les emmener faire un tour de la ville, afin de leur montrer que malgré les difficultés, New York est une belle ville.


Commentaire :

Cet épisode n’a d’autre but que de faire découvrir aux lecteurs le nouveau costume de l’Araignée et ses capacités très particulières : il répond au moindre désir de son porteur, peut se transformer en vêtements civils, projette une toile similaire à celle utilisée jusqu’alors par le héros, etc. En dehors de ça, il ne se passe pas grand chose ici.


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

J. Jonah Jameson, Joe Robertson, Curt Connors, Bill Connors, Martha Connors, May Parker, Nathan Lubensky, la Chatte Noire (Black Cat).

Les Vengeurs : Thor, Captain America, Œil de Faucon (Hawkeye), Iron Man, la Guêpe (Wasp), Captain Marvel.




L’HOMME ARAIGNEE : Trahi par moi-même ! (21 pages sur 23)
(By myself betrayed !, in Amazing Spider-Man #253, juin 1984)

Scénario : Tom De Falco.
dessin : Rick Leonardi.
Encrage : Bill Anderson.
Couverture : Rick Leonardi.

Résumé :

Peter Parker assiste en tant que photographe à un match de football américain. Il croise dans le public Tony Nesters, l’un de ses anciens élèves. Tony est également le frère de Ray Nesters, le joueur vedette des NY Mammouths. L’équipe perd le match. Le responsable de cette défaite est Ray, qui a été payé par un chef de gang baptisé la Rose pour que son équipe perde. Lorsqu’on lui demande de faire la même chose lors du prochain match, Ray refuse. La Rose fait alors kidnapper son frère. Au moment où il apprend la nouvelle, Peter Parker arrive chez lui en compagnie de la journaliste Wendy Thorton pour l’interviewer. Il suit alors Ray qui se rend dans un entrepôt où la Rose retient Tony. L’Araignée intervient et fait fuir la Rose et ses hommes de main. Ray et Tony sont sains et saufs. Ray va ensuite confesser à Wendy ses liens avec la pègre et annoncer qu’il abandonne le football américain. L’article paraît le lendemain dans le Quotidien.

Peter Parker annonce à tante May qu’il abandonne ses études. Celle-ci réagit très mal. Elle lui en veut de tout abandonner, après tous les sacrifices qu’elle et oncle Ben ont fait pour que Peter puisse faire des études.


Commentaire :

Le fait le plus notable de cet épisode est la première apparition de la Rose (du moins sous cette identité). En dehors de cela, une intrigue classique mais correcte. La prestation de Rick Leonardi est très décevante, c’est à peine si on reconnaît son trait sous l’encrage de Bill Anderson.


A noter :

Première apparition de la Rose. Son identité réelle restera secrète jusqu’à Amazing Spider-Man #286 (mars 1987, trad. in Strange n°219, mars 1988).


Casting :

L’Araignée (Spider-Man).

Ray Nesters, Tony Nesters, Wendy Thorton, May Parker, Nathan Lubensky, Joe Robertson, Betty Brandt-Leeds.

La Rose.


Censure :

Cet épisode a été réduit de deux pages (scannées par Michel) :

Page 8 :



Pages 19-20 :










DAREDEVIL : Quelle Nuit ! (22 pages sur 23)
(The deadliest Night of my Life, in Daredevil #208, juillet 1984)

Scénario : Harlan Ellison & Arthur Byron Cover.
dessin : David Mazzuchelli.
Encrage : Danny Bulanadi.
Couverture : David Mazzuchelli & Bob Wiacek.

Résumé :

En pleine nuit, Daredevil croise une petite fille qui l’appelle à l’aide avant de s’enfuir. Il la rattrape dans une cave, mais son ouïe lui apprend qu’il s’agit d’un robot. Il n’a que le temps de la jeter avant qu’elle n’explose. Un corridor s’ouvre, et le conduit dans un manoir où il va devoir affronter des dizaines de dangers mortels : aiguillons empoisonnés, sables mouvants, parois mobiles d’où surgissent des rasoirs tranchants, cuves d’acide, lance-flammes, etc. Il parvient à s’introduire dans le système d’aération d’où il peut atteindre le toit du manoir. Il constate l’immensité de celui-ci, avant qu’un tir de canon-laser ne l’y précipite à nouveau. Lorsqu’il entre dans un salon luxueux, une vidéo se met en marche. Une vieille dame, Elizabeth Dawes Sterling, lui explique qu’elle est la mère du Chasseur, mort en affrontant Daredevil. Elle a donc fait doter son manoir de pièges et conçu un dispositif pour l’y attirer. Le système s’est mis en marche lorsqu’elle est morte. Daredevil réalise que la fin de la cassette va déclencher la destruction du manoir. Il n’attend donc pas la conclusion et s’échappe quelques secondes avant que le bâtiment n’explose. Il se rend alors chez la Veuve Noire qui va le soigner de ses multiples blessures.

Le lendemain, épuisé, il plaide au tribunal. Il ne remarque pas dans l’assistance deux petites filles similaires à celle qui l’a entraîné dans cette mésaventure…


Commentaire :

Une grosse déception que cet épisode. Le nom d’Harlan Ellison, l’une des grandes figures de la littérature US en général et de la science-fiction en particulier, laissait espérer autre chose que cette lassante succession de pièges meurtriers. Ellison a toujours eu des liens étroits avec le monde des comics, sur lequel il a souvent eu des commentaires très acerbes (voir sa fameuse interview dans The Comics Journal #53, récemment reprise en volume dans The Comics Journal Library 6 : The Writers). Roy Thomas a adapté plusieurs de ses nouvelles à l’univers Marvel dans les années 70, et une anthologie a été consacrée à l’adaptation de ses nouvelles, Harlan Ellison’s Dream Corridor, chez Dark Horse, au début des années 90.

Arthur Byron Cover, lui aussi écrivain de s-f, est moins réputé, et sa bibliographie est composée pour l’essentiel de novélisations (en France sont seulement parus sa novélisation de Flash Gordon, le film, Cyborg, un roman situé dans l’univers des Robots d’Asimov, et une aventure de Buffy intitulée Répétition mortelle).


A noter :

Le Chasseur est mort dans Daredevil #158 (mai 1979 , trad. in Strange n°155, novembre 1982).


Casting :

Daredevil.

La Veuve Noire (Black Widow).

Elizabeth Dawes Sterling.


Censure :

Cet épisode a été réduit d'une page :

Page 12, panels 7 à 9 :



Page 13, panels 1 à 6 :


Dernière modification par Niglo ; 03/12/2006 à 17h27.